Skip to main content

Full text of "Dictionnaire savoyard"

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



V 






s*: .^vvs*^ 



Digitized by LjOOQIC 



Digitized by CjOOQ IC 

C04 r !k\ <i 



Digitized by LjOOQIC 



Digitized by LjOOQIC 



Digitized by LjOOQIC 



etudes philologiques savoisiennes 



I. 

DICTIONNAIRE SAVOYARD 



Digitized by LjOOQIC 



DES MfiMES AUTEURS : 



A. Constantin ; Cours pratique de Langue francaise, a 1' usage des ecoles 
russes (St-P6tersbourg et Moscou, Glazounof, io*£d., 1886). 

— La Statistique aux prises avec les Grammairiens (Paris, Vieweg, 1876). 

— Etudes sur le Patois Savoyard (Paris, Vieweg, 1878). 

— Noel% et Chansons de Nicolas Martin, i 555 (Annecy, 1880). 

— Mceurs et Usages dela Vallie de Thdnes (Annecy, 1 88 1). 

— La Plaisante Pronostiquation. La Moquerie savoyarde (Annecy, 1884). 

— NoSl en Patois Savoyard des environs d'Annemasse (Annecy, 1 885). 

— Etymologie des Mots Huguenot et Gavot (Annecy, 1 887). 

— Recueil complet des Chansons deJ. B£ard, en Patois Savoyard (Annecy, 1 888). 

— Prologue f aid par un Messager Savoyard sur la rencontre de trois Nymphes 

prisonnUres par trois Mores (1 5g 6) (Annecy, 1889). 

J. Desormauz : Le Joueur de Regnard, £tude critique (Vesoul, 1893). 

— Le Paysan et la Littirature (Lyon, 1 899). 

— Pessimisme et Poisie (Annecy, 1.900). 

— Aimi Constantin , notice biographique et bibliographique (Annecy, 1900). 

— Rapports sur les Concours de Potsie ouverts par la Soci^te* Florimontane en 

1896, 1897, 1898, 1899, 1900, 1 90 1. 

— Rapport sur les Travaux de la Sociiti Florimontane (Annecy, 1901). 



Digitized by LjOOQIC 



ETUDES PHILOLOGIQUES SAVOISIENNES 



DICT10NNAIRE SAVOYARD 

PUBLIE SOUS LES AUSPICES 

DE LA SOCIETE FLORIMONTANE 



PAR 



A.^CONSTANTIN 

Ancien Vice-President 
de la Soci^ Florimontane 



J. DfiSORMAUX 

Agreg6 de rUnivcrsitc\ 
Professeurau Lycee Berthollet 



OUVRAGE CONTENANT UNE 

CARTE DES LOCALITY CITIES (OCPARTEMENTS DE LA SAVOfE ET DE LA HAUTE-SAVOIE) 

avec une Bibliographie des textes patois et des travaux 
concernant les parlers Savoyards 



PARIS 
LIBRAIRIE Emile BOUILLON 

feDlTEUR 

67, Tine tRSchelieu, 67 



ANNECY 
IMPRIMERIE ABRY 

EDITEUR 

/, "Rut de VErtcht, 1 



1902 



Digitized by LjOOQIC 



i >; f k. . i. 'J! • j 
FuiiW J.'. . A.il 

413839 i 



tc-rc ~ , : • . <■ 



Digitized by LjOOQIC 



A LA 



soci£t£ florimontane 



ET AUX 



soci£t£s savantes savoisiennes 



Digitized by LjOOQIC 



Digitized by LjOOQIC 



9S*& ffi ffi ffi ^* 3B SB SB SB SB it S SB SB SB SB SB SB SB SB SB »B SB »B 




PREFACE 




^e 22 mars 1900, mourait & Annecy un 6rudit bien connu 
de tous ceuxqui s'int6ressent aux parlers et aux traditions 
de la Savoie. Aim6 Constantin laissait de nombreuses 
contributions relatives k la linguistique et au folk-lore (1). II n'eut 
malheureusement nile temps de terminer, ni la satisfaction de voir 
publie ce Dictionnaire Savoyard qui, dans les derni&res ann£es, 
avait ete l'objet de sa constante preoccupation. 

En 189 1, A. Constantin faisait & la Society Florimontane, dont il 
etait vice-president et secretaire honoraire, le d£p6t de son projet de 
Dictionnaire. Depuis lors il n 'avait cess6 d'amasser des mat£riaux. 
Jadisil allait de localite en locality, interrogeant les habitants et de 
preference ceux qui n'avaient gu£re quitt£ leur village. Puis, forc6 
par r^ge et par son 6tat de sante d'interrompre ses courses, il ne 
laissa pas de rccueillir de nouvelles informations. 

Pour lui, de d£voues correspondants n'6pargn£rent ni leur temps 
ni leur peine. lis comprenaient combien devait fitre utile l'oeuvre 
entreprise par Tinfatigable travailleur. Les vieux parlers locaux ne 
perdent-ils pas chaque jour du terrain devant l'invasion des vocables 
frangais? II n'dtait que temps de sauver ces formes destinies sans 
doute k disparaitre. Quelques essais int£ressants avaient d£j& et6 

(1) On en trouvera la liste dans la notice biographique et bibliographique que nous 
lui avons consacr^e (Annecy, e*d. Abry, 1900). Cf. Revue sav., 1900, p. 139 sqq. 



Digitized by LjOOQIC 



VIII PREFACE. 

tentes : M. A. Despine surtout, dans ses Recherches sur les Poesies 
en Dialecte savoisien, parues de 1864 k 1869 dans la Revue savoi- 
sienne, avaij bien montr6 Timportance et Tattraitde pareilles Etudes. 
Dans la plupart des regions limitroph^s de la Savoie, les patois 
ont 6t6 Tobjet de nombreux travaux : presque toutes ont leur 
vocabulaire. Pourquoi la Savoie ferait-elle exception ? N'y avait-il 
pas lieu de r6pandre la connaissance de Tun de nos dialectes les plus 
curieux, qui est pourtant Tun des moins 6tudi6s (1) ? 

Telle est la question qu'A. Constantin se posait d6j&, il y a plus 
de vingt-cinq ans. D£s qu'il fut revenu de Russie et surtout depuis 
son Election comme vice-president de la Soci£t6 Florimontane en 
1877, il rfiva de donner k ses compatriotes ce Dictionnaire qui 
leur manquait. 

Lors du premier congr&s des Soci£t6s savantes de la Savoie, tenu 
k Saint-Jean-de-Maurienne, le 12 et le i3 aoilt 1878, on mit k Tordre 
du jour les recherches concernant les patois. « Serait-il possible, 
demandait-on, de faire dans chaque arrondissement des Etudes sur 
les dialectes et de recueillir les vieux chants patois? » A. Constantin 
montra que « ces Etudes, surtout si elles pouvaient amener la 
d6couverte des lois de la formation du patois, rendraient d'impor- 
tants services k Thistoire... La philologie fran?aise, disait-il, 
profiterait certainement de ces travaux (2) ». Deja il s'dtait mis a 
Toeuvre : il recueillait les chansons modernes, colligeait des textes 
anciens, notait les termes les plus int£ressants. « La pens£e d'etre 

( 1 ) Dans sa tres remarquable these, Essai sur la Langue vulgaire du Dauphini 
septentrional au moyen Age, M. l'abb^ A. Devaux signalait encore cette exception, en 
1892 :«Ane regarder qu'autour de notre province ()e Dauphin^), nous remarquerons 
que tous les pays qui nous avoisinent, sauf la Savoie. peuvent presenter quelques 
recherches sur le passe* de leur langue, recherches d'indgale valeur sans doute, mais 
qui te^moigneni du vif inteYfit de notre siecle pour la grammaire historique. » (Intro- 
duction, p. x.) 

(2) AdWTruchet: Congrks des Socie'tis savantes de la Savoie, 1" session, p. 94 
(Saint-Jean de Maurienne, 1879). 

Pareilles recherches ne sont pas aussi re*centes qu'on pourrait le croire. Ducange, dans 
la preface de son Glossarium mediae et injimce latinitatis, ouvrage encore aujourd'hui si 
pr^cieux, exhortait les eYudits provinciaux aetudier les patois, qui peuvent e*clairer d'une 
si vive lumiere les documents du moyen dge. Rappelons a ce propos que tous les pr£- 
fets furent invites par Montalivet, en 1812, « a recueillir les elements d'une e^tude 
comparative des idiomes, dialectes ou patois usit£s dans les diverses parties de l'em- 
pire ». Au xvu* siecle m£me, Ch.-A. de Sales aurait, dit-on, laisse* un manuscrit intitule*: 
€ Dictionnaire du dialecte savoysien, avec les mots des langues anciennes d'ou il est 
de>ive\ » 

Nous n'avons pu, malgre* toutes nos recherches, retrouver la trace de cet ouvrage 
qui, suivant Gaudy-Lefort, aurait 6t6 transport^ a Turin et dont 1'importance n^chap- 
pera a personne. 



Digitized by VjOOQlC 



PREFACE. IX 

utile k mes compatriotes, ecrivait-il plus tard, surtout aux institu- 
teurs, a 6te ma grande preoccupation. Cest elle qui a inspire mon 
travail et qui m'a soutenu dans ce rude labeur (i). » 

Depuis vingt ans les recherches relatives aux patois se sont 
multipliees. Les revues sp£ciales sont devenues plus nombreu- 
ses. On souscrit volontiers au jugement suivant de M. J. Finot : 
« Pour etudier une langue, il faut aller la chercherdans ses racines, 
dans ses patois divers. Cest ainsi que nous n'aurons pas une veri- 
table grammaire historique frangaise, de mfime qu'une histoire de 
notre langue, jusqu'au moment ou les patois du Nord et du Midi 
seront Studies k fond et utilises comme elements d'orientation et de 
comparaison (2). » 

Si Ton doutait encore de Timportance que peuvent avoir ces re- 
cherches, il suffirait, pour se convaincre de leur int£rfit, de lire le 
premier article publiddans la Revue des Patois Gallo-Romans. Sous 
ce titre : Introduction a Vitude des Patois, un des sp6cialistes dont 
la competence en pareille mature ne saurait £tre contests, M. Tabb6 
Rousselot a fait tr&s nettement ressortir Futility desemblables Etu- 
des. Nous ne pouvons mieux faire que de transcribe ici quelques 
reflexions du savant linguiste : 

« Les patois ne sont plus pour la science ce qu'on les a cms trop 
longtemps, des jargons informes et grossiers, fruits de Tignorance 
et du caprice, « des tares du frangais », dignes tout au plus d'un i nt6rfit 
de curiosite. lis ont conquis la place qui leur est due,&c6te de notre 
langue litteraire dont ils sont fr£res, appartenant comme elle au 
latin vulgaire qui est parte dans les Gaules depuis la conqufite 
romaine... 

« L'observateur attentif qui traverse nos campagnes et qui en 6tudie 
les patois, voit reparaitre k ses yeux tout le travail qui s'est accompli 
au seindu gallo-roman depuis pr£sde deux mille ans. II retrouvedes 
faits dont Thistoire n'a pas garde le souvenir et qui remontent au latin 
lui-mSme; des ph6nom£nes anciens que Tinduction seule faisait 
connaitre et qui sont ramenSs par le hasard des combinaisons r6- 
centes ; les interm^diaires qui rattachent entre elles des formes, des 



(1) On peut comparer ce qu'A. Constantin e*crivait jadis dans ses Etudes sur le 
Patois Savoyard, 1877, p. 6. 

(2) Voir la Repue (ancienne Revue des Revues) du i5 Janvier 1902. La phrase citee 
est extraite d'un inteYessant article de M. J. Finot, relatif aux experiences de M. 1'abbe* 
Rousselot et aux rapports de la phon£tique avec les maladies. 



Digitized by LjOOQIC 



X PREFACE. 

significations supposes jusqifalors isol£es Le pass6 lui devient 

present; bien plus, il petit prdvoir le sort reserve aux mots qu'il 
£tudie et d6crire& Tavance leurs transformations futures. 

« Les patois ne sont done pas seulement indispensables pour 
T6tude particultere du groupe de langues auquel ils appartiennent, 
ils fournissent encore les donn£es les plus stires k la philologie g6nd- 
rale; et, si je disais toute ma pens6e, je rdclamerais pour eux, en 
regard des langues cu!tiv£es, la preference que le botaniste accorde 
aux plantes des champs sur les fleursde nos jardins Mais la phi- 
lologie n'est pas seule k profiter de l'£tude des patois. L'histoire des 
races, des moeurs, des institutions, de la religion, la psychologie 
elle-m6me y trouveront d'utiles renseignements. Toutes les phases 
par lesquelles est pass6e la vie d'un peuple ont laiss6 des traces dans 
sa langue. La date, Torigine d'un mot peuvent souvent fitre determi- 
nes avec certitude par la phon6tique. Or la date et Torigine du mot 
donnent la date et Torigine de la chose. De plus, la lutte incessante de 
la pens6e contre la condition mat6rie!!e du langage, raccommo- 
dation perp£tue!!e de formes anciennes k des besoins nouveaux, 
offrent au philosophe des Elements pr6cieux pour juger du travail 
int6rieur dela pens£e. 

« L^tude des patois est done autrechose qu'une vaine curiosity ; elle 
peut, elle aussi, apporter son contingent aux lumi&res gen£rales de 
Thumanit6 (i). » 

Aussi bien, Tentreprise d'A. Constantin r£pondait-elle aux desirs 
des romanistes, comme au voeu de tous les ami§ de la Savoie. Mais, 
k sa mort, on put craindre un instant que I'ouvrage ebauche ne 
dispanlt avec lui. La Society Florimontane, d'accord avec M mc Cons- 
tantin, crut qu'il 6tait de son devoir de conserver les materiaux 
amasses. Conformement au d£sir exprime par la veuve du regrett6 
savant, sur la proposition de M. Camille Dunant, le tr&s honor6 
president de la Society Florimontane, et de M. Max Bruchet, nos 
collogues nous prierent de continuer Foeuvre entreprise. Ils nous 
charg^rent « de recueillir les'manuscrits laiss6s par A. Constantin, 
de reviser ces notes, de les classer, de les completer ou de les rectifier 
au besoin, et dedonner au Dictionnaire sa forme definitive ». 

Le Dictionnaire devait d'abord paraltre chaque trimestre, dans la 
Revue savoisienne. La publication etit ainsi dur6 fort longtemps. 
Or le voeu de tousetait de voir acheverTouvrage le plus t6t possible. 

(i) Revue des Patois GaUo-Romans, I, i (1887). 

Digitized by VjOOQ IC 



PREFACE. XI 

Pour contenter ce d6sir et pour honorer la mSmoire de son mari, 
M me Constantin d£cida que le Dictionnaire, tout en Stant publid 
sous le patronage de la Socidt6 Florimontane,»serait imprim6 k ses 
frais. Elle satisfaisait ainsi aux derni&res volontes du travailleur 
mourant avec le regret de laisser sa tAche inachevee (1900, juin). 

Encourage par nos estimes collogues et par nos anciens et tr&s 
honoris maitres de la Faculty des Lettres de Lyon, nous accept&mes, 
non sans hesitation, la lourde t&che qu'on nous confiait. Depuis 
lors, nous avons consacrS k ce travail tous nos loisirs, heureux de 
contribuer ainsi a une oeuvre utile et d6sint6ress£e. Puissent les 
recherches d'A. Constantin et les n6tres Stre bien accueillies du 
public. Ce sera pour nous, avec un encouragement k faire mieux 
encore, la meilleure recompense. 

Dans quel Stat setrouvait TouvrageA la mort d'A. Constantin? 
Quelle a 6td notre part de collaboration au Dictionnaire? Nous 
devons au lecteur quelques explications sur ce point. 

Si nous n'avions eu qu'k recueillir un travail k peu pr&s achev6 et 
k le publier, nous ne nous serions certes pas reconnu le droit de le 
modifier, ni surtout celui de placer notre nom k c6t6 du nom de 
Tauteur. Mais A. Constantin dtait bien loin d'avoir mis la derni&re 
main k son oeuvre, comme on aurait pu le croire d'apr£s une note 
trop h&tive annongant le d6c£s de notre regrettS collogue. Le Diction- 
naire n^tait rien moinsqu'achevS. C'est ici le lieu d'indiquer le plan 
primitif du travail entrepris et les modifications que nous avons 
jugees nScessaires. 

Les notes qui devaient servir k TSlaboration du Dictionnaire 
avaient 6t6 recueillies sur une foule considerable de petites fiches qui 
nous furent transmises par M mc Constantin. Notre premier soin fut 
de mettre quelque ordre dans cet amas et d'dtablir un premier clas- 
sement. Un certain nombre de mots patois Staient reunis suivant la 
locality d'origine : ils constituaient comme autant depetits lexiques 
speciaux, d'ailleurs peu etendus (Chamb6ry, Beaufort, Juvigny, etc.). 
C'dtait la partie la moins considerable. Les autres fiches, beaucoup 
plus nombreuses, purent former deux groupes distincts : tant6t, 
pour un mot frangais donn£ on mentionnait un ou plusieurs mots 
patois correspondants, suivant les localitds (lexique frangais-sa- 



Digitized by LjOOQIC 



XII PREFACE. 

voyard), tant6t on partait du mot patois, dont on donnait Tdquiva- 
lent frangais (lexique savoyard-fran<jais). Ainsi nousavions febauche 
de deux glossaires, d'importanced'ailleurs fort in£gale. 

Restaient plusieurs series de fiches : les unes comprenaient un 
essai de grammaire, d'autres une esquisse de Dictionnaire analo- 
gique, 0C1, commenous le verronsplus loin, les mots 6taient groupds 
non plus suivant Tordre alphab£tique, mais d'apr£s le sens. II y 
avait enfin un recueil de textes modernes transcrits avec soin. 

Les recherches relatives k la Flore savoyarde formaient une s£rie 
sp£ciale. Aime Constantin avait Iui-m£me faitcet extrait, qui devait 
fitre Tobjet d'une publication separ£e. Nous nous empress&mes de 
faire parvenir ces notes au R. P. Gave, charge par la Soci6t6 
Florimontane de mettre a point ce travail (i). 

Apr6s avoir etabli une premiere classification, nous ftimes bien 
embarrass^. Quelle forme donner&TouvragePDevait-il y avoir deux, 
trois glossaires? Quel 6tait le plan ? Pour nous guider, nous 
n'avions aucune explication, aucune preface. II nous fallait en 
outre reconstituer p£niblement la graphie d'A. Constantin, en nous 
aidant de ses publications ant£rieures. 

Notre embarras redoubla quand nous reconnilmes que ces fiches, 
datant d'6poques assez 61oign£es, nVvaient pas toutes 6t6 r6dig6es 
suivant un m£me syst&me graphique. 

A. Constantin a en effet plusieurs fois modifi6 sa notation, afin de 
la rendre plus parfaite. II avait compris que la graphie de nos patois 
ne saurait fitre £tymologique : aussi abandonnant les lettres inutiles 
qui encombraient jadis Tecriture, il aboutit a un syst&me plus sim- 
ple, assez voisin de la notation purement phonetique pour que les 
sons fussent rendus avec exactitude et precision, sans toutefois 
d£router le lecteur par Tinvention d'un trop grand nombre de carac- 
t&res conventionnels. ' 

Enfin, k la suite de nouvelles recherches faites k notre prtere 
parmi les papiers laiss6s par son mari, M me Constantin put d6cou- 
vrir une seconde liasse de documents qu'elle s'empressa de nous 
remettre. Elle comprenait une esquisse des lettres A et B, imprim£e 
par A. Constantin lui-m£me, k Taide d'une petite presse. II desti- 

(i) On trouvera dans le Dictionnaire les noms d'un certain nombre de plantes 
qu'A. Constantin avait conserve's, sans doute parce qu'il les jugeait plus inte>essants au 
point de vue philologique. Nous renvoyons pour la Flore a la prochaine publication 
du R. P. Gave. 



Digitized by LjOOQIC 



PREFACE. X1I1 

nait ces recueils k ses correspondants et les priait d'ajouter tous les 
renseignements qirils jugerai^nt utiles (i). 

Void le pr6ambule du petit fascicule contenant la lettre A. On 
verraquel etait primitivement le plan d'A. Constantin. 

pr£ambule. 

Ces feuilles ne sont qu'a 1' usage de quelques amis qui m'ont si souvent prM 
leur bienveillant concours. lis voudront bien, je l'espere, excuser ce nouvel appel 
aleurobligeance. 

Avant de donner a mon Dictionnaire sa forme definitive, j'ai juge* bon d'en 
soumettre la plus grandepartie a leur appreciation. 

Pour leur faciliter ce travail, j'ai laisse* vis-a-vis de la plupartdes pages imprime*es 
du papier blanc, et je vais tacher de donner une id£e du travail de revision que 
je sollicite. 

Prenons pour exemple les mots abadd et abZqud, qui ont presque partout la 
ntfme prononciation et la mfime signification. Dans .quelques locality cependant 
I'd final se prononce 6 ; en cecas il suffira de passer un trait de plume sur d et de 
mettre un 6 en marge ou sur la page blanche. L'absence de toute remarque sera 
Vindice que, dans la localite* habitue par un correspondant, ces mots ont la mdme 
prononciation et le mfime sens qu'a Th6nes ; s'ils n'y avaient pas cours, le corres- 
pondant ecrirait simplement sur la marge inconnu, ou bien il notera par quels 
mots on les remplace dans ladite locality. 

Dans certaines valines on dit ma darir'i 2 poncd abadayd, et non pocd abadd ; 
ailleurs on dit abtchi et non ab'iqud on tnon ; en cas pareils on procedera de 
meme : Ton passera un trait de plume sur le mot imprime*, et Ton £crira sur la 
page blanche les corrections voulues. II va sans dire que toutes les remarques et 
observations que Ton voudra bien y ajouter seront bien venues. 

Le plan de cet ouvrage differant beaucoup de celui qui est g£n£ralement adopte* 
dans les travaux de ce genre, quelques mots duplication sont ne*cessaires. 

Le Dictionnaire est pr£c6de* : r de Fexpose* du systeme orthographique adopts 
pour figurer la prononciation ; 2' du tableau des lettres et signes abr£viatifs ; 3*de 
laGrammaire du patois de la ville de Th6nes, qui a £te* pris comme type du pa- 
tois Savoyard, et auquel je compare les autres sous-dialectes. Puis vient le Diction- 
naire qui en contient trois, savoir un dictionnaire francais-savoyard, un diction- 
naire savoyard-francais et un dictionnaire analogique dans le genre de celui de 
Boissiere. 

Comme les vocables et francaiset Savoyards se suivent dans Tordre alphab£tique, 

(1) Nous avons entre les mains quelques-uns de ces recueils avec les re*ponses des 
correspondants. Nous devons mentionner ici M. le chanoine Mercier, M. Bernard, cure* 
de Pralognan, M. Tabbe* Francoz, M. l'abbe* Gonthier, ainsi que les correspondants de 
Gruffy, Dingy, Tignes, Massongy, dont le nom n'est pas indique*. 

Pour les formes du canton de SamoSns, A. Constantin a tire* un tres utile parti, 
comme nous l'avons pu constater, d'un Glossaire du canton de SamoSns qu'avait 
r&lige* un Srudit local, M. Riondel, georaetre a SamoSns. Le manuscrit est conserve* 
dans les archives de la SociStS Florimontane. 



Digitized by LjOOQIC 



XIV PREFACE. 

on distinguera le vocable francais placS en tfite de ligne en employant une 
majuscule. 

11 va sans dire que si le mot francais ne difffcre pas ou presque pas du mot 
patois qui y correspond, nous ne citerons en t£te des lignes que Tun des deux 

Quant au dictionnaire analogique, il a pour but de faciliter la recherche de 
certains termes qui ont entre eux une communaut£ d'id£es; ainsi, aux mots 
Chariot, Porte, FenGtre (i), on trouvera r^unis les noms des differentes pieces 
dont ces objets se composent ; au mot Cri, les vocables exprimant les cris des 
animaux; a celui de Proverbe (2), la liste des mots ou setrouvent des proverbes. 
(Suivent des explications qui ont trait au systeme graphique adopts.) 

Tel devait etre le plan primitif. Outre ces documents, nous 
edmes le plaisir de trouver, parmi quelques chansons modernes 
et plusieurs copies de textes anciens, dont les originaux sont 
conserves k la Nationale ou au British Museum, 1'essai plus recent 
de preface qui suit, avec le chapitre relatif au systeme graphique que 
nous donnons plus loin. 

PREFACE. 

Le patois qui fait l'objet principal de ce volume est celui de la ville de Th6nes ; 
celui des autres parties des deux Savoies y occupe une large place. Le francais 
local, ainsi que celui de Genfcve, y est grandement reprlsente. 

Etre aussi exact que possible , accumuler le plus de donnles dans un cadre 
restreint et faciliter les recherches des travailleurs, telle a et£ ma consume preoc- 
cupation. 

Pour atteindre ce but, il nVa fallu adopter une autre disposition que celle qui 
est g^neralement suivie dans les travaux du m6me genre. De la la n&ressite de 
lire les explications suivantes. 

Les deux dictionnaires (le frangais-savoyard et le savoyard-frangais) marche- 
ront de front; le premier a gauche et le second a droite. De cette manifcre on peut 
supprimer quantity de mots et de lignes dans la colonne de droite ou dans celle 
de gauche (3). 

Sous la rubrique Dictionnaire Analogique, j'ai r£uni a la suite de certains mots, 
principalement de ceux qui ont trait a la vie domestique ou a la vie des champs, 
les vocables qui s'y rapportent. Ainsi, au mot Charrue, on trouvera, outre la tra- 

( 1 ) Manquaient. 

(2) Manquait. Nous pouvons supplier a cette lacune, grace a la petite brochure 
d'A. Constantin : Littirature orale de la Savoie. Voyez aussi, dans le Dictionnaire, le 
mot conparSson. 

(3) [Ainsi a la lettre G on lit (onaurait lu) : Gabriel, n. pr. : Gabri, G&briil, Grabi. 
Dans la colonne de droite devraient ngurer en t6te de ligne les vocables patois Grabi, 
GdbrUl\ ils ne s'y trouvent pas parce que leur ressemblance avec leur correspondant 
francais est trop Ividente pour que le lecteur ne 1'apercoive pas. La facility qu'il a de 
s'£difier a cet£gard, en jetant un coup d'oeil sur la page de vis-a-vis, surla prlcldente 
ou surla suivante, me permetde les supprimer et de ne donner que Grabi a son lieu et 
place]. 



Digitized by LjOOQIC 



PREFACE. XV 

duction de ce vocable, les noms des diffSrentes especes de charrue et des diverses 
pikes qui entrent dans leur construction ; au mot Cordonnerie tous les termes 
qui s'y rapportent; au mot Midecine, tous les vocables qui contiennent quelque 
indication sur la midecine populaire, etc. (i). 

Les vocables et les citations proviennent, les uns, de nos vieux auteurs (2) ou 
de publications plus re*centes ; les autres, de la bouche meme d'un habitant de la 
commune dont le nom suit sous la forme d'un monogramme. 

Par exemple (4A) de*signe Annecy ; (4Aa) dlsigne Alex, commune d'Annecy. 

Avant le Dictionnairk se trouvent : 

r le Systeme graphique; 

2' la Cli des monogrammes ; 

3" Tindication des Abriviations et des Signes employes (3). 

Ainsi le plan de l'ouvrage dtait nettement d6termin6. Dans le 
premier projet, un seul lexique : les mots patois 6taient m416s aux 
mots franqais, d ? apr£s Tordre alphab6tique. Suivant la preface plus 
recente, une des pages de chaque feuillet devait fitre r6servee au dic- 
tionnaire frangais-savoyard, et Tautre au dictionnaire savoyard- 
frangais. 

Cette disposition 6tait sans doute preferable k la pr6cddente. 
Cependant nous n'avons pu r6aliser le dessein d'A. Constantin. Les 
deux lexiques £taient d'importance trop in£gale ; beaucoup de pages 
seraient demeur6es blanches ou n'auraient 6t6 qu'k moitii remplies; 
Fimpression devenait plus delicate et la disposition typographique 
n'eflt pas 6t6 sans doute fort attrayante. Tel fut du moins l'avis 
des personnes comp6tentes dont nous primes conseil. Enfin nous 
devions autant que possible 6viter toute d6pense qui ne fOt pas 
indispensable. Voil£ pourquoi le Dictionnaire n'a pas la forme qu'il 
aurait eue probablement, si Aim6 Constantin avait pu l'achever. 
Mais nous avons fait pour le mieux : nu! doute qu'il n'etit lui aussi 
ob& k semblables scrupules. 

La n£cessit6 de remanier Toeuvre entire a beaucoup compliqu£ 
notre t&che. II nous fallut fondre en un seul les deux vocabulaires, 
eny incorporant les petits lexiques locaux. Nous avons adopt6 la 

(1) Voyez, par exemple, dans le Dictionnaire, les mots qharwi, sold. On trouvera 
grouped sous les rubriques Cri, Emprd, Jeux, un certain nombre de renseignements 
relatifs au chant ou aux cris des animaux, les formulettes et les jeux les plus usit&. 
Pour la Mtdecine, nous n'avons rien trouve" de tel. 

(2) A. Constantin n'a pas eu le temps de les d^pouiller, car les fiches laiss^es por- 
tent tres rarement pareille mention. 

(3) Nous avons ajoute* une bibliographie sommaire. Nous donnons aussi, en compl- 
iant quelques indications laiss^es par A. Constantin, une liste des textes anciens. Quant 
a la Grammajbe, elle fera 1'objet d'une prochaine publication. 



Digitized by LjOOQIC 



XVI PREFACE. 

forme d'un glossaire patois-frangais plutdtque celle d'un glossaire 
frangais-patois. Cette disposition nous a paru la plus utile. 

En donnant assez souvent une liste de synonymes, nous avons 
essay6 de conserver un des avantages du glossaire frangais-patois, 
o£i Ton trouve groupes d'apr&s le sens des mots d'origine diverse, 
mais d6signant un m£me objet. 

Bien loin de meconnaltre Tutilite d'un glossaire frangais-savoyard, 
nous aurions volontiers, suivant le conseil de M. C16dat, ajout6 en 
appendice un second vocabulaire, si nous n'avions craint d'allonger 
une publication dont M me Constantin devait couvrir les frais. 

Nous avons 6t6 oblige, sinon pour completer le Dictionnaire, 
(pareil travail pourrait-il jamais fitre complet?) du moins pour que 
les omissions fussent moins nombreuses, de doubler k peu pr&s 
I^tendue de Fouvrage primitif. Voici en quoi consistent nos princi- 
pales additions. 

La base d'op6ration d'A. Constantin etait, comme on Pa vu, le 
patois de Th6nes et de la valine de Thdnes. Aux mots usit6s dans 
cette valine il comparait les formes en usage dans d'autres localit£s. 
On verra plus loin que celles-ci sont fort nombreuses. Le principe 
mfime de la comparaison £tait excellent. Mais, comme tout vrai 
savant, A. Constantin 6tait modeste. II n'avait certes pas la preten- 
tion de donneren quelques centaines de pages un recueil complet de 
toutes les variantes locales. Nous avons juge utile d'ajouter un 
certain nombre de formes que nous avons recueillies dans les 
communes des environs d\Annecy. La liste des termes ann£ciens a 
6t6 fort augments, gr&ce k Tobligeance de M.J. Terrier ; celle de 
Rumilly, gr&ce a Tobligeance de M. C. Buttin. 

A notre avis, la comparaison devait s'6tendre aux parlers des 
regions voisines de la Savoie. Le Dictionnaire offre de nombreux 
rapprochements, particuli&rement avec les mots du Lyonnais et 
de la Suisse romande. A. Constantin avait 6tudi6 sur place le parler 
genevois ; il avait relev£ bon nombre de formes communes k Geneve 
et k la Savoie. Nous avons conserve les vocables genevois qu'il 
avait recueillis, lors mSme que la mention de la locality de la Haute- 
Savoie ou Je m£me terme est usite faisait d6faut. Ces indications 
pourront £tre plus tard completees et pr6cis6es davantage. 

M. P. Marchot pretend quelque part(i) que « le Savoyard pr6sente 
&P6tape moderne les faits du lyonnais et nepeut rien fournir d'int6- 

(i) Revue de Philologie franqaise et provengale, tome VIII, p. 36. 

Digitized by LjOOQIC 



PREFACE. XVII 

ressant ». La seconde partie de ce jugement est absolument erro- 
nee (i). Mais que le Savoyard soit proche parent du lyonnais, cela ne 
faitaucun doute. Aussi avons-nous eu sou vent Toccasion de fairedes 
rapprochements. On pourraitd'ailleursais^ment les multiplier. Nous 
avons retrouv6 avec plaisir, dans les Glossaires d'ONOFRio et de 
Pittspelu, nombre depressions voisines des vocables Savoyards, 
expressions qui nous 6taient familteres pendant notre enfance. 

En effet, comme le dialecte lyonnais, les patois de la Savoie 
appartiennent au groupe des parlers romans auxquels M. Ascoli a 
donni le nom de franco-provengal (2). 

Ledomainedu franco-provengalcomprend, outre les deux Savoies 
et le Lyonnais, le Dauphin^ septentrional, la Bresse, Gex et le Bugey ; 
les cantons suisses de Vaud, de Geneve, de Neuch&tel, une partie du 
Valais et de Fribourg ; enfin le Va! Soana et la Valine d\Aoste. 

Nous regrettons vivement de ne pas mieux connaltre le dauphi- 
nois et d'ignorer complement les dialectes ptemontais. Nul doute 
que la comparaison n'etit offert le plus grand int£r£t. 

Nos regrets ont 6t6 plus vifs encore, quand nous avons entendu 
M. le g£n£ral Borson nous citer un certain nombre de formes qui 
eussent fourni mattere a de tr£s utiles rapprochements. Mais, nous 
le rtpetons, le Dictionnaire actue! n'est, dans notre pensee, qu'une 
premiere base. Ce que nous n'avons pu faire, d'autre le feront sans 
doute ou nous aideront k le faire, pour le plus grand profit des 
Etudes de lexicologie dialectale. 

Les Soci6tes savantes de la Savoie, auxquelles nous sommes heu- 
reux de d6dier le Dictionnaire, en reconnaissance de Texcellent 
accueil fait a Touvrage, lors du Congr£s tenu k Annecy, au mois 
d'aotit 1901, voudront bien, nous Tesp6rons, prendre le present tra- 
vail comme point de depart de recherches nouvelles dont Tint^rfit 
ira croissant. Nous sollicitons aussi bien vivement le concours de 
tous ceux qui s'int^ressent aux questions de linguistique. Gr&ce k 
eux, une seconde Edition du Dictionnaire pourra fitre k la fois moins 
incomplete et moins imparfaite. 

(1) II suffirait en effet de citer ici une phrase qu*e"crivait jadis un philologue bien 
connu, M. Joret : « Je ne saurais trop regretter que mon etat de same* m'ait force' d'in- 
terrompre brusquement un voyage qui m'eut permis d'^tudier les patois si curieux et 
encore si inconnus de la Savoie. » (Ch. Joret : DuCdans les Langues romanes, p. 212.) 

{2) Ce type idiomatique « re*unit avecses caracteres spdcifiques plusieurs autres carac- 
teres en partie communs au fran^ais, en partie au provencal. 11 ne provient cependant 
pas d'une conjonction secondaire dements divers, mais il atteste avec certitude une 
inde'pendance historique analogue a celle qui permet de distinguer les autres types 
principaux. » (Ascoli : Schist franco propengali.) 



Digitized by LjOOQIC 



XVIII PREFACE. % 

L'ouvrage que nous publions n'est pas uniquement un recueil de 
variantes phondtiques, avec des exemples tr&s simples emprunt6sau 
langage de chaque jour. Suivantle projetd'A. Constantin, il devait, 
semble-t-il, s'adresser k une double caligorie de lecteurs : aux lexico- 
logues et aux phondticiens, d'une part, de l'autre au grand public. 

De Ik un certain nombre de renseignements plus attrayants qu'une 
simple Enumeration de formes. lis sont relatifs aux jeux, aux usages 
locaux, etc., sur le point de disparattre. Nous avons quelque peu 
d6velopp6 cette partie : ici encore beaucoup de details int£ressants 
nous ont et6 fournis par MM. C. Buttin et J. Terrier. 

Nous avons eu recours parfois aux textes des chansonniers Sa- 
voyards rdcents, mais nous n'avons fait entrer ces citations dans le 
Dictionnaire que lorsque nous avons pu noter Pexacte prononciation 
locale et la transcrire suivant le syst£me graphique adopts. 

On trouvera plus loin une liste des textes anciens. Nous regret- 
tons qu'A. Constantin n'ait pas eu le temps deles dEpouiller, comme 
il se T6tait propose. Nous compl&terons plus tard le Dictionnaire 
actuel, en r6digeant un glossaire des formes anciennes. En atten- 
dant, nous avons fait uncertain nombre de citations qui nous ont 
paru int6ressantes. 

Les archaismes conserves dans les patois et dans ce qu'on appelle 
le frangais local sont, comme on sait, trfes nombreux. Nous avons 
eu souvent Toccasion de comparer les formes actuelles du Savoyard 
aux formes de Pancien ou du moyen frangais. Pour tout ce qui 
concerne Tancienne langue, nous devons beaucoup au Dictionnaire 
si prEcieux de Godefroy, qui a d&jk rendu tant de services (i). 

Nous n'avons pas juge utile de donner l'itymologie de tous les 
mots. Nous ne cachons pas d'ailleurs que nous aurions 6t6 bien sou- 
vent embarrass^. Nous avons propose seulement un petit nombre 
duplications qui sont nouvelles. Pour les formes voisines du fran- 
qais, lorsque nous donnons Torigine, nous avons pris pour guide 
Touvrage recent et universellement repute de MM. Hatzfeld, Dar- 

(i) Le caractere archaique des patois Savoyards estfrappant. On peut le constater non 
seulement dans la phonltique et dans la morphologie, mais aussi dans le vocabuiaire, 
ou Ton retrouve nombre de mots et de sens disparus dans le francais propre. Dans la 
liste des termes usite*sau xvi* siecle et qui sont depuis tombed en de*sue"tude, figurent 
acomparer, agriper (saisir), cavein (creux), conchier (salir), graffigner (egratigner). 
Sous des formes jvoisines, ces mots vivent encore dans les parlers de la Savoie, aussi 
bien que chapuis, chavon, condir, coulon, golliard, grillet et une foule d'autres. 

Nous avons re"uni dans un appendice special les archaismes relatifs aux lettres 
A et B qui ont le plus attire* notre attention. 



Digitized by LjOOQIC 



PREFACE. XIX 

mesteter et Th om as : Diction na i re g&niral de la Langue frangaise. 
« Dans Tetat 0C1 sont encore en France les Etudes romanes, oser 
faireun dictionnaire historique d'un dialecte est une t6m£rit6(i). » 
Bien que ces lignes dcrites par Tun de nos anciens maitres, 
M.F. Brunot, datentd6j£ d'unequinzaine d"ann6eset que la science 
ait fait depuis de tr&s rapides progr£s, pareille appreciation n'a pas 
laiss£ de nous rendre circonspect. Peut-Stre m£me nous reprochera- 
t-onde neFavoir pas 6t6 davantage. Elle nous a du moins oblig6 & 
supprimer certaines Etymologies qui ne sont plus admises aujour- 
d'hui. A. Constantin abusait parfois, comme on le faisait jadis, des 
origines celtiques, sans aller aussi loin cependant que l'auteur du 
recent Dictionnaire itymologique de la Langue gasconne (2), M. A. 
Durieux. On nous pardonnera volontiersd'avoir 6t6 moins affirmatif. 

Au reste, les parties supprim£es sont relativement peu de chose 
en raison de ce que nous avons dO admettre de nouveau : termes 
omis, folk-lore, citations et comparisons diverses, references, etc. 
La plupart des citations ont 6t6 ajoutees, entre autres celles de 
Godefroy, de Hatzfeld, Darmesteter et Thomas, de Littr6, de Bridel 
etFavrat, d'Onofrio,de Puitspelu^Humbertet autres lexicographes. 
En un mot, nous avons fait de notre mieux pour r6pondre k la 
bienveillante estime de nos collogues et amis de la Soci6t6 Flori- 
montane et pour rendre notre travail plus digne d'int6r£t. 

On nous avait demand^ de modifier le nom de Pouvrage. Si nous 
avons conserve celui de Dictionnaire Savoyard, c'est que tel devait 
etre le titre qu'A. Constantin lui aurait donn6, s'i! avait eu le loisir 
de Fachever et de le publier. De plus, ce n'est pas uniquement un 
recueil de mots patois, puisque le frangais local y est largement re- 
presente. Aussi bien le titre propose : Glossaire du Patois Savoyard 
edt-il et6 assez impropre. 

Cest la d'ailleurs und£tai! auquel nous attachons peu d'importance. 

On craignait, parait-il, que le titre choisi ne fOt mal interpr6t£ : 
ceux qui placent le Mont-Blanc en Suisse ne risqueraient-ils pas de 
croire que le patois est Tidiome exclusif des Savoyards ? 

Nous ne sommes plus, il est vrai, au xvi e si&cle, et point n'est 
besoin de renouveler la pol6mique de Marc-Claude de Buttet et 
son Apologie pour la Savoie. Cependant, afin de pr£venir toute 
confusion, nous nous permettons de transcrire ici quelques passages 



(1) Revue des Patois, I, 137. 

(2) Auch, 2 vol., 1899 et 1 90 1, Foix, £diteur. 



Digitized by LjOOQIC 



XX PREFACE. 

d'un article que nous 6crivions r£cemment, pour le nouveau Guide 
de la Haute-Savoie de M. Marc Le Roux : 

« En Savoie, on parle frangais. Cette constatation pourrait sem- 
bler inutile. Combien pourtant s'imaginent encore qu'avant Tan- 
nexion l'italien 6tait le langage usuel? N'avons-nous pas entendu 
plus d'une fois cette question : « En Savoie, quelle langue parle- 
t-on?» On comprend la r6ponse d'un Savoyard quelque peu agac6 : 
« En Savoie, Monsieur, on ne parle pas !... » 

« Mais, si le frangais est le langage des gens cultiv£s, si tous les 
Savoyards ou presque tous Tentendent et le parlent ais6ment, le 
patois 6tait et est encore, dans beaucoup de localit£s, la langue cou- 
rante du grand nombre. A Annecy mSme, d'excellents Savoyards, 
connaissant le mieux du monde les nuances les plus d£licates de la 
langue frangaise, seplaisent k r£p£ter, dans la conversation famili&re, 
le vieil idiomede leurs p£res... » 

Voila done le lecteur mal renseigne pr6venu : il n'y a pas en Savoie 
que des « patoisants ». Apr£s cela, nous esp6rons qu'on ne nous 
tiendra pas rigueur d'avoir maintenu le titre primitif, non plus que 
<favoir employe le qualificatif de Savoyard, au lieu de Savoisien ou 
Savoyen, comme d'aucuns Teussent prefer^. 

II nous reste k remercier de nouveau, avec les anciens correspon- 
dants d\A. Constantin, tous ceux qui ont bien voulu nous pr&ter 
leur utile concours, tous ceux dont les pr6cieux encouragements 
nous ont puissamment soutenu dans Taccomplissement de notre 
xkche souvent bien ingrate. M. Marc Le Roux a dress£ la carte qui 
accompagne Touvrage ; M. Max Bruchet a mis tr&s obligeamment k 
notre disposition toutes les ressourcesde notre belle bibliothfeque de 
la Society Florimontane ; M. A. Despine s'est empress^ de nous 
communiquer le curieux recueil laiss6 par feu A. Despine. Nous 
leur en sommes profond6ment reconnaissant. Nous avons &b]k men- 
tionn6 M. J. Terrier, qui nous a fourni bon nombre de renseigne- 
ments. Enfin, nous n'osions gu£re infliger k Tun de nos amis la 
p£nible corvee de revoir les 6preuves. £ capw6, nous a r£pondu 
M. C. Buttin, en bon rumillien. Et non content d'accroitre notre 
moisson tout en nous 6vitant des erreurs, il a tenu k lire chaque 
fois les premieres 6preuves. Qu'il regoive ici Texpression de notre 
bien vive gratitude. 
Annecy, avril 1902. 

J. DfiSORMAUX. 

Digitized by LjOOQIC 




jqojb kk i q&q« j 




SP^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 



INTRODUCTION 




I. 

CLE DES MONOGRAMMES. 

l y a dans la H^ute-Savoie quatre arrondissements ; ce 
sont, en allant du nord au midi et du couchant au levant : 
i° Thonon; 

2° Saint-Julien ; 

3° Bonneville; 

4° Annecy, chef-lieu du departement. 

Le departement de la Savoie comprend 6galement quatre arron- 
dissements : 

5° Chambery, chef-lieu du departement; 

6° Albertville; 

7° Saint-Jean-de-Maurienne ; 

8° Mofltiers. 

Tout monogramme renferme un chiffre et une majuscule : Tun 
represente Tarrondissement et l'autre, le canton. Ainsi iT, 2J, 8M 
sont Tabreviation de Thonon, Saint-Julien, Moiltiers. Lorsque la 
majuscule est suivie d'une minuscule, celle-ci d£signe une commune 
rurale de tel ou tel canton. Ces lettres sont les initiates des noms du 
canton et de la commune. Pour le canton de Geneve, les monogram- 
mes n'ont aucun chiffre : G, Go, Gv. 

Quand on cite plusieurs communes de suite appartenant au mfime 

Digitized by LjOOQIC 



XXII 



INTRODUCTION. 



arrondissement, on supprime le chiffre. Ainsi on £crit : 4A,Aa 
Ac,Ad,As, etc. au lieu de 4A,4Aa,4Ab,4Ac,4Ad,4As. 

Dans beaucoup de localit6s, dans les villes particulterement 01 
agglomerations importantes, certains mots se prononcent de d 
rentes mani&res ; il ne faudra pas s'etonner ou croire k une fi 
d'impression, si on trouve le mfime monogramme, par exempJe 
(Annecy), 6A ( Albert vi lie), k la suite de deux graphies diflferentes 
mfime mot : c'est que dans ces locality la prononciation n'est 
uniforme. 

Liste des localitds cities. 



1. — Arroi#>issement de Thonon. 



iA 


Abondance. 


iD 


Douvaine 




iEp 


Saint-Paul 


lAb 


Bernex 


iDb 


Ballaison 








i Ac 


Chatel 


iDb' 


Brenthonne 




iT 


Thonon-les-Ba 


i Ac' 


Chevenoz 


lDl 


Lully 




iTa 


Anthy 






i Dm 


Massongy 




iTb 


Bellevaux 


iB 


Le Biot. 


iDy 


Yvoire 




iTi 


Lullin 


iBf 


La Forclaz 








iTm 


Marin 


iBj 


Saint-Jean-d'Aulps 


iE 


Evian-les-Bains 




iTm' 


Margencel 


iBm 


Morzine 


i El 
iEP 


Larringes 
Lugrin 




iTs 


Sciez 


iB* 


BoSge 


i Em 


Meillerie 










2. — Ai 


IRONDISSEMENT DE 


Saint-Julien. 


2A 


Annemasse 


2Fc $ 


Chilly 




2JV* 


Vers 


2Aa 


Ambilly 


2Fe 


Eloise 








2Aj 


Juvigny 








2R 


Reignier 






2J 


Saint-Julien 




2Ra 


Arbusigny 


2C 


Cruseilles 


2Jb 


Beaumont 




2Rm 


Monnetier-Mornex 


2Ca 


Andilly 


2JC 


Collonges 




2Rp 


Pers-Jussy 


2CC 


Copponex 


2Jj 


Jonzier 








2CV 


Villy-le-Bouveret 


2Jn 


Neydens 




2S 


Seyssel 


2CV* 


Vovray-en-Bornes 


2jp 


Prisilly 




2Sb 


Bassy 






2JS 


Savigny 




2SC 


Clermont 


2F 


F rangy 


2Jt 


Thairy 




2Sd 


Desingy 


2FC 


Chaumont 


2jV 


Valleiry 




2Sm 


Menthonnex 




3. — A 


RRONDISSEMENT de 


Bonneville. 


3B 


Bonneville 


3G 


Saint-Gerpais 




3S 


Sallanches 


3Ba 


Ayse 


3Gp 


Passy 




3Sd 


Demi-Quartier 


3Be 


Entremont 












3 Bra 


Marignier 


3J 


Saint-Jeoire 




3S' 


SamoSns 


3Bs 


Mont-Saxonnex 


3Jj 


St-Jean -de-Tholome 


3S's 


Sixt 






3Jt 


La Tour 




3S'v 


Verchaix 


3C 


Chamonix 












3Ca 


Argentieres 


3R 


La Roche 




3T 


Taninges 






3 Re 


Chapelle-Rambaud 


3Tg 


Les Gets 


3C 


Cluses 


3 Re 


Etaux 




3Tm 


Mieussy 


3Cc 


Chatillon 


3Rp 


Passeirier 




3Tr 


Riviere-Enverse 


3Cm 


Magland 













Digitized by LjOOQ IC 



Digitized by LjOOQIC 



Digitized by LjOOQIC 



X 



CLE DES MONOGRAMMES. 



XXIII 



4. — Arrondissement d'Annecy. 



4A 


Annecy 


4Am m, Meythet 


4Fm 


Montmin 


4Aa 


Alex 


4An 


NAves 






4A*' 


Annecy-le-Vieux 


4A11' 


Nonglard 


4 R 


Rumilly 


4Aa M 


Argonnex 


4Ap 


Pringy 


4 Rb 


Bloye 


4Ab 


Balme-de-Sillingy 


4Ap» 


Poisy 


4 Rm 


Massingy 


4AC 


Cbapelle-St-Manrice 


4Aq 


Quintal 


4 Rm* 


Marcellaz 


4AC 


Cbavanod 


4AS 


Sevrier 


4 Rv 


Vauli 


4Ac n 


Cuvat 


4As f 


Sallenoves 


4 Rv' 


Versonnex 


4Ac m 


Choisy 


4As M 


Seynod 






4Ad 


Dingy-Parmelan 


4At 


Talloires 


4T 


Thdnes 


aAd' 


Duingt 


4AV 


Veyrier-du-Lac 


4 Tb 


Balrae-de-Tbuy 


4Ae 


Saint-Eustacbe 


4Ay' 


Vieugy 


4 Tc 


Les Gefs 


4AC 


Entreyernes 






4TC 


LaClusaz 


4Ae M 


Epagny 


4A' 


Alby 


4Tg 


Grand-Bornand 


4Af 


Ferricres 


4A'a 


Alleves 


4Tj 


Saint-Jean-de-Sixt 


4Ag 


St-Germain (bam. de 


4A'c 


Cusy 


4 Tm 


Manigod 




Talloires) 


4AV 


Cbapeiry 


4T3 


Serraval 


4Ag' 


Gevrier-Cran 


4A'g 


Gruffy 


4 Tv 


Les Vil lards 


4Aj 


Saint-Jorioz 


4A'm 


Mdres 






4AI 


Leschaux 


4A*v 


Viuz-la-Chie*saz 


4T 


Thorens 


4A1' 


Lovagny 






4 Ta 


Aviernoz 


4Am 


Mesigny 


4F 


Faverges 


4 Te 


Evires 


4Am' 


Menthon-St-Bernard 


4Fd 


Doussard 


4Tg 


Groisy 


4Aitf 


Saint-Martin 


4 Ff 


Saint-Ferre*ol 


I4T0 


Les Ollieres 


4Am w Metz 


4Fg 


Giez 


1 4 Tv 


Villaz 




5. — Arrondissement de Chamb£ry. 


5A 


A ix-les-Bains 


5Bd 


Domessin. 


5G 


Saint-Gents 


5Ab 


Brison-St-Innocent 










5Ad 


Drumettaz-Clarafond 


5C 


Chambe'ry 


5M 


Montmilian 


5Ag 


Greay-sur-Aix 


5Cc 


Saint-Cassin 


5Mf 


Francin 


5Ao 


St-Offenge-Dessus 


5Cm 


Montagnole 


5M1 


Laissaud 


5Ao' 


St-Offenge-Dessous 










5At 


Tre>ignin 


bC 


Le ChAtelard 


5M» 


La Motte-Serpolex 






5Ca 


Aillon-le-Jeune 


5M'b 


Le Bourget-du-Lac 


5A» 


Alberts 


5Cb 


Bellecombe 


5M'v 


Vimines 


5A'b 


La Biolle 


5C*e 


Ecole 






5A'e 


Epersy 


5Cf 


St-Francois-de-Sales 


5P 


St-Pierre-d'A Ibigny 


5A'g 


St-Germain 


5C1 


Lescheraines 






5Atf 


St-Girod 






5R 


La Rochette 


5A'm 


Mognard 


5C" 


Chamoux 


5R' 


Ruffieux 


5B 


Pont-de-Beaupoisin 


5E 


Les Echelles 


5Y 


Yenne 




6. — A 


lrrondissement d'Albe 


:rtville. 


6A 


Albertville 


6As 


St-Sigismond 


6Gv 


Verrens-Arvey 


6Ac 


Conflans 






6Gv' 


Saint-Vital 


Ut 


Esserts-Blay 


6B 


Beaufort 






|6Ag 


Gilly 


6Bq 


Queige 


6U 


Ugines 


lAg' 


Grignon 


6Bv 


Villard-sur-Doron 


6Uc 


Crest-Voland 


pAm 


Marthod 






6Un 


Saint-Nicolas- la-Cha- 


pAro 1 


Mercury-Gejnilly 


6G 


Gre'sy-sur-Isere 




pelle 



Digitized by LjOOQIC 



S 



XXIV 




INTRODUCTION. 






7. — Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne. 


7A 


A xguebelle 


7J S-Jean-de-Maurienne 


7M Mod arte 


7^g 


Montgilbert 


yia Albiez-Ie-Vieux 


7Ma Au&sois 


7Ah 


Saint-AIban-des-Hur- 


7Jd Montdenis 


7 Ma* Avrieux 




tieres 


7JJ St-Jean-d*Arves 




7Ah' 


St-Georges - des - Hur- 


7Jr Montricber 


7M* Saint-Michel-de-Mau 




tieres 




rienne 






7L Lanslebourg 


jMm St-Martin-d'Arc 


7C 


La Chambre 


7Lb Bessans 


7MV Valloire 


7Cm 


S M -Marie-de-Cuines 


7LD* Bonneval 






8. — Arrondissement de Moutiers- 


en-Tarentaise. 


8A 


Aime 


8Bs Seez 


8M Mo&tiers 


8Ag 


Granier 


8Bv Val-de-Tignes » 


8 Ma Les Avanchers 


8A1 


Longefoy 




8Mc Celliers 


8Ap 


Peisey 


8B' Bo*el 


8Mm Saint -Martin-de- Bel- 






8B'a Les Allues 


leville 


8B 


Bourg-St-Maurice 


8B f c Champagny 




8Bf 


Sainte-Foy 


8B'm Montagny 





Geneve 



Canton de Geneve. 
I Go Onex | Gv 



Versoie 



Digitized by LjOOQIC 



II. 



syst£me graphique. 



Si quelqu'un disait que, des rives du Liman au pied du Mont- 
Cenis, il n'y a peut-Stre pas vingt mots qui se prononcent exacte- 
ment de mSme, tout le monde crierait au paradoxe ; k notre avis, ce 
quelqu'un serait bien pr&s de la v£rit£ (i). II est vrai que le materiel de 
la langue est le mfime, k quelque cho^e pr&s, mais la prononciation 
difftre beaucoup, et l'acception des mots igalement; aussi n'est-il 
pas etonnant que les habitants de communes distantesde quelques 
lieues seulement ne se comprennent que tr&s difficilement et que 
ceux du nord n'entendent presque pas le patois de certaines regions 
du midi. 

On croit g6n£ralement que le parler est assez homog&ne dans les 
vallees ferm£es de toutes parts, qui n'avaient autrefois que peu de 
communications a vec le dehors. Cette opinion se virifie quelquefois; 
mais jusqu'ou va cette homog£n6it6? II serait bon de s'en rendre 
compte. 

La valine de Thdnes se trouve justement dans les meilleures 
conditions voulues pour iclaircir ce point. Enfermie de tous c6t£s 
par de hautes montagnes, n'ayant autrefois avec le dehors que des 
communications k dos de mulet, elle est en effet une de celles oQ le 
patois diflfere le moins d'un village k Tautre. Les differences de pro- 
nonciation ne portent gu&re que sur les voyelles, et en particulier 
sur la voyelle nasale an. 

Sur les 12 communes de cette valine, il y en a 5 qui la prononcent 
comme en frangais; les autres la prononcent de trois mani&res 
diflferentes, que nous representons par Un, 6n S. 



(i) 11 va sans dire qu'il ne s'agit pas ici des mots francais, comme litre, gramme, 
metre, general, caporal et autres termes d'administration qui s'introduisent chaque 
jour davantage dans le parler du peuple, mais seulement des mots de formation 
ancienne. 



Digitized by LjOOQIC 



XXVI INTRODUCTION . 

A proprement parler, ces trois voyelles n'existent pas en fran^ais, 
mais elles sont tr&s proches des voyelles franchises un, m, 6. 

Un fait assez curieux, c'est le changement de pronunciation qui 
a lieu d'un village k Tautre, surla vieille route d'Annecy k Thdnes et 
de Th6nes au Grand-Bornand, comme Tindique le tableau suivant : 
tin Dingy (9 kil. de Th6nes) ; 
an La Balme (5kil.) ; 
fin Th6nes ; 

fin Les Villards (4 kil. au nord) ; 
d Saint-Jean (8 kil.) ; 
an La Clusaz (12 kil.) ; 
tin Le Grand-Bornand (12 kil.). 
Ainsi, dans cette valine, ^expression « en attendant »se prononce 
an-n atandan, 6n-n at6nd&n, &-n aUdi etiin-n atiindiin. Comme on 
le voit par ces exemples, Phcyiiog6n6it6 du parler est loin d'fitre 
complete, mime dans les circonstances les plus favorables. 

On rencontre sou vent de pareilles divergences entre les diflferentes 
sections d'une commune rurale, entre les differents quartiers d\ine 
ville. Ainsi, k Annecy, les uns disent : 6n-n attnd&n monpdre et les 
autres : 6-n atidi monpdre. Les unsdiront : la fdbla & cassdie, et les 
autres : la t&bV icassd (sans faire Taccord). On croirait qu'on est en 
presence de deux populations diff&rentes. 

Tant que la difference ' de prononciation n'atteint pas les con- 
sonnes, on peut facilement se comprendre du nord au midi ; mais 
il n'en est plus de mfime quand elles subissent des variations. 

Chez nous, suivant les localit£s, le c latin a pu donner c dur, c 
doux, ch, t, ti, ts, tch, st,f, th anglais et ch allemand (1). On com- 
prend combien de tels changements contribuent k la confusion du 
langage. 

Ce qui augmente encore la difficult^ de se comprendre, c'est que 
les mots usit£s dans une locality ne le sont pas toujours dans la 
commune voisine, ou bien, s'ils le sont, ils y ont une signification 
toute diflferente. Ainsi : «c Je finirai » se dit k Th6nes : Diforn6tri ; 
k Annecy ce mot a le sens de Je fournirai ; k Annecy Jrise signifie 
cerise et k Leschaux f raise. 

(1) 11 conviendrait de tenir compte des diffeYentes positions de cette lettre : devant 
a, devant e, 1 ou devant une autre voyelle, devant une consonne, c'est-a-dire en groupe, 
etc., car ie traitement du c latin depend du phoneme qui le suit. Nous e*tudierons 
ulteYieurement ces di verses transformations dans un travail special relatif a la Phonttiquc. 



Digitized by LjOOQIC 



SYSTEME GRAPHIQUE. XXVII 

Autres exemples : 

Smon, (4T,A) : noeud (en parlant d'unarbre). 

— , (3S') : branche de sapin. 

TraclUta, (4A'g) : Pelisse, planchette. 

— , (2A) : tr£buchet. 

— , (4R) : tenailles. 

Pisse, (3S') : petit. 

Pesse, (4T,A) : 6pic6a. 

Ecotd 9 (4T,A) : icouter. 

— , (3S') : 6brancher. 

Ptiou, (4T,A) : petit. 

— , (2Js) : plut6t. 

Vr&m&n, (4T,A ; 6B) : vraiment. 

Vri m&n, (6B) : tr&s mal, vraiment mal (1). 

Jusqu'& present la plupart de ceux qui ont 6crit en patois ne se 
sont gu&re pr£occup£s de repr£senter la prononciation d'une ma- 
nure exacte. Chacun a eu son syst&me, quand syst&me il y a eu. 
Celui que nous pr£sentons aujourd'hui a Tavantage de pouvoir s"ap- 
pliquer & tous les parlers Savoyards (2). 

Reproduire la prononciation d'une manure aussi exacte que 
possible a kth notre premiere preoccupation ; la seconde a 6t6 de 
n'admettre dans le Dictionnaire que les mots recueillis de labouche 
des natifs et, autant que possible, de ceux qui n^taientpas sortis de 
leur commune. 



PRINCIPES DE LECTURE. 

Toutes les lettres se prononcent. 

Le mfime son est repr6sent6 par le mfime signe, giniralement par 
une seule lettre, except^ les voyelles eu, ou, les voyelles nasales an, 

(0 Voir aussi, dans le Dictionnaire, les mots pd, pd, pi, pi. 

(2) Nous avons cru devoir conserver lesysteme graphique imagine* par A. Constantin. 
Cette notation, comme on verra, n'est pas tres compliquee et rend exactement les 
sons; elle ne rebute pas par l'emploi de caracteres d'une lecture difficile. Nous rappe- 
lons que le Dictionnaire s'adresse a la foule des Savoyards curieux de mieux connaitre 
'eur idiome et non pas seulement aux specialistes. Nous avions d'abord l'intention 
d'&rire deux fois chaque forme, en adoptant pour la seconde transcription, donne*e 
entre parentheses, l'alphabet phone*tique de M. l'abbe* Roussslot et de M. J. Gilli£ron. 
Nous avons recule* a regret devant la ne*cessite* de faire fondre un plus grand nombre de 
cancteres speciaux. 



Digitized by LjOOQIC 



XXVIII INTRODUCTION. 

in, on, un et les consonnes ch, gu ; elles conservent la valeur 
qu'elles ont en frangais (i). 

Les sons inconnus-au frangais sont figures par des combinaisons 
de lettres et de signes inusit£es dans cette langue, comme qh (cedille 
sous le c), ch (apostrophe entre le c et Yh), jh, etc. 

DE L'ACCENT TONIQUE. 

Les polysyllabes ont en g£n£ral Faccent tonique (2) sur la derntere 
syllabe; mais, s'ilsfinissent par une muet ou par a, e, 1, 6, ou 9 an, 
in, on, surmont£s du signe w des braves, l'accent tonique tombe sur 
Pavant-derntere syllabe. 

Dans certains cas, nous avons recours au signe x pour indiquer la 
voyelle tonique. 

Dans quelques endroits, le mot poria [pourrie] a l'accent tonique, 
sur po (Annecy) ; dans d'autres sur ri (Saint-Julien, Savigny) ; dans 
d'autres enfin sur Va final (Thdnes, Manigod, Grand-Bornand). 

Comme un certain nombre de mots ont l'accent tonique tan- 
t6t sur une syllabe, tant6t sur une autre, selon les localit£s, il est 
bon de renforcer la notation de la prononciation par un signe, afin 
d'attirer Tattention du lecteur et de le mettre en garde contre une 
fausse lecture. Cest ce que nous faisons en 6crivant pdria (Annecy), 
avec le signe x sur d, au lieu de porta; porta (Thdnes), avec le signe 
des br&ves sur 0, au lieu de porid sans ce signe ; enfin poriha (Savi- 
gny), avec le signe des br&ves sur a et et avec Intercalation d'une 
h, pour qu'on ne prenne pas id pour une diphtongue. 

En g£n£ral nous n'hdsitons pas k faire un emploi sur6rogatoire 
des signes w et x , chaque fois que cela nous parait utile. Ainsi dans 
les mots suivants, qui ont l'accent tonique sur l'avant-derniire 
syllabe et non sur la derntere comme en fran<jais, nous icrirons : 
Pdpd, mdmd, istdmd (4A,Ab,T,Tg) [papa, maman, estomac], de 
preference k papa, mama, istomd. 

Finales atones. — Les voyelles a, e, 6, an, in, 9 on, (ainsi que 

(1) On peut remarquer que cm et ou (dans seul,four) sont des sons simples et non 
des diphtongues. 

Quant aux voyelles nasales, elles sont au nombre de quatre dans le francais moderne, 
et correspondent aux quatre voyelles a (an), i (in), 6 (on) et eu (un), dans attendant, 
pin, bon, brun. On verra plus loin que les parlers Savoyards offrent un certain nombre 
de sons nasaux interned iaires. 

(2) L'accent tonique est bien plus fortement marqu^ qu'en francais. 



Digitized by LjOOQIC 



SYST^ME GRAPHIQUE. XXIX 

le muet), plac£es k la fin d'un mot, s'appellent finales muettes 
ou atones. Dans les vers, elles comptent pour des syllabes ftminines, 
et dans la langue parlte, comme en po£si$, elles s'&ident bien 
souvent (i). 

Exemples de finales atones : 

Pdrla (4T,A ; 6Ac,B) [parle]. £ga (4T,A, etc.) [eau]. 

Tfrp&rle (4T,A ; 6Ac,B) [tu paries]. (L'eest un e demi-sourd ; voir 
plus loin.) 

L'dmo (4T,A, etc.) [rhomme]. 

Iparlan (3S' ; 4T) [ils parlent]. ' 

No-% drin (SB'm) [nous labourons]. 

No-% drdvon, 1 dron (8B'm) [nous labourions, ils labourent]. 
Ip&rldn (6B) [ils parlent] ; i pdrlon (4A ; 6Ac). 

Ueume (2Js) [rhomme]. Ze pdrle (6Ac) [je parle]. 

Les voyelles 1 et ou, surmont6es du signe des braves •*, sontaussi 
atones, lorsqu'elles forment la derntere syllabe d'un mot : Figlisi, 
rdmou [l'iglise, rhomme]. 

Ces finales muettes ( I et ou) itaient autrefois tr&s r£pandues en 
Savoie ; aujourd'hui elles ont presque compl&tement disparu et Ton 
dit, suivant les localitis : Viglise ou feglise, Vdmd ou Vome (2). 

VOYELLES. 

Surmonties de Taccent circonflexe, les voyelles i, tJ, 06, e& 9 sont 
longues ; employees sans aucun signe diacritique, elles sont braves. 

Les voyelles a et 0, qu'elles soient surmont^es du signe des braves 
ou de Taccent grave, ou qu'elles soient sans signe diacritique, ont 
un son bref et ouvert, comme dans les mots frangais ma, ta, sa, Id, 
il alia d Paris; homme, bonne, joli. 

Exemples : sdla [salle] ; dmo [horn me]. 

(1) H est a remarquer que, place's apres le verbe, les pronoms pers. je, me, tu, te, nous, 
vous, le, la, sont tantot toniques, tantot atones, suivant que le verbe est termini par 
une syllabe atone ou tonique. Ainsi ils sont atones dans les exemples suivants : 

Prin-16, prin-ld (±k,7)\pren-le, pren-ld (iT ; 3S') ;pr£-ld, pri-ltl (4A,R) [prends-le 
ou prends-la]. Q' fd-td (4T)=» q' fd-t (iT) [que fais-tu ?J 
Balli-mt (4T,A,R)[donne-moiJ.Ba/yi-m^ (4T,A,R) [donnez-moi]; balM-m€(5C; 6A,B). 

(2) L7 atone persiste encore, dans la valine de Tignes, dans une quantity de noms 
feminins. 

Jadis ce son Itait egalement fort rlpandu dans le Lyonnais. 

Quant a You atone, on ne le rencontre plus que dans quelques ecarts, et dans la 
bouche des vieillards. A Thdnes, il dtait encore assez usite" au commencement du 
m' sifccle; aujourd'hui il n'yena plus tra^e. 



Digitized by LjOOQIC 



XXX INTRODUCTION. 

Ainsi, qu'on derive par, cor, sans aucun signe sur a et o, ou qu'on 
derive par ou pdr, cor ou cdr 9 la quality de la voyelle reste la mfime ; 
seulement d et 6 sontsurmontis de Taccent grave quand il convient 
d'attirer Tattention sur la syllabe tonique. Ces voyelles se distinguent 
de d et 6 en ce que celles-ci sont longues. 

Nous 6crivons : on td, on pd, na tdsse, & pdsse [un tas, un pas, 
une tasse, il passe], pour qu'on ne les prononce pas comAe en 
frangais : td, pd, tdsse, pdsse. 

Les voyelles d et 6 surmont£es de l'accent circonflexe, se pronon- 
cent comme en frangais; elles sont longues avec un son ferm6. 
Dansquelques localit6s, elles sont sensiblement plus longues qu'en 
fran$ais ; en ce cas nous 6crivons da, do (et dn, 6n, pour les voyelles 
nasales correspondantes) : 

Amd (3S') [aimer] ; dmd (4T,A) ; dmda (6B). 

Aldr (4T) [alors] ; aid et aldo (4A). 

On grdnde bid (4Aa) [un grain de bl£] ; on grdn (gron) de bid (3J). 

Isd-t' pd ou pda ? (4A) [ne le sais-tu pas ?] 

Un' plan, de pldn ; un' caron, de cardn (7J) [un plan, des plans ; 
une brique, des briques] (1). 

Upon, 16 pdn; la man, 16 mdn (7J) [le pont, les ponts ; la main, 
les mains]. 

Dans certaines localitis, principalement dans le Chablais et le 
Genevois, Yd long et ferm6 se prononce comme 6, et dans d'autres 
Apeupr&s comme Va des mots anglais all, small, was. Nous indi- 
querons cette prononciation par d surmont6 de l'accent aigu : 

Conpdre (4T,A,A1) [compare] ; conpdre (iD,E,Ep,T ; 6Gv) ; tion- 
pdre (7MV). 

Passd (iT,D,E; 3B,S' ; 4A,T, Rm') [passer] ; passd (4A,Ab,An'). 

Passd, passdie (iD,E,T) [pass£, passie] ; passd, passdie (3B,S') ; 
passd, passdie (4A,Ab,As ; 6Gv). 

(1) A Saint-Jean-de-Maurienne (7J), les finales des n orris terminus en an ou en on 
ont la m6me quantite* qu'en francais, mais au pluriel ces terminaisons sont sensible- 
ment plus longues; e'est un proc£de* grammatical qui sert a distinguer le singulier 
du pluriel des noms en an et en on. ; 

Un fait analogue a Ite* rtleve*, dans certaines regions, pour les noms terminus par at, 
ot : combat, d£bat, chariot, grelot, etc. La voyelle finale change de qualite* et de quantity 
au pluriel ; de breve elle devient longue, et a et o ont alors un son ferae* et non un son 
ouvert, comme ils l'ont au singulier. 

Dans quelques local it^s, par exemple a Beaufort (6B), la longueur des voyelles indi- 
que*e par le signe A , provient du parler grave et lent de cette ville, tandis que, dans 
d'autres, elle provient de ce qu'on chante en parlant ou qu'on parle avec une certaine 
em phase. # 



Digitized by LjOOQIC 



SYST^ME GRAPHIQUE. XXXI 

L'anpassd, la smannd (snanna) passdie (iT,E,A,D ; aA; 3S'). 

Y a greld, tenpitd, abtmd td 16 (lou) prd i lou bid, £ n't a ren 
restd (iT,A,B,D,E; 2A) [il a gr£16, tempfitS, (mot k mot) il a ablm6 
tous les pres et les bles, et il n'est rien rest£]. 

Surmontee de Taccent aigu, la voyelle 6 a un son intermidiaire 
entre 6 et 6, comme dans chariot, maillot. I tie m'd jami balid la 
mwidro chuso (2Js) [il ne m'a jamais donni la moindre chose]. 

sans accent est plus ouvert. 

et repr£sentent le mfime son, mais Taccent grave attire Tatten- 
tion sur la syllabe tonique. 

L'e muet, Yi fermi et Yi ouvert sont represents par e sans 
accent, par & avec Taccent aigu, et par & avec Taccent grave, exacte- 
ment comme en fran<jais. 

E sans accent reste muet, mime s'il est suivi de deux consonnes : 
restd [rester] se prononce restd et non r&std. 

£, surmont6 de Taccent circonflexe est beaucoup plus ouvert 
qu'en fran^ais : dr& [droit]. 

Nous reprisentons par 8(e) une sorte d'eque nous appelons demi- 
sourd, et qui est interm&Iiaire entre Ve muet et Yi ouvert. 

Ce son rappelle assez la prononciation que certains chanteurs 
donnent aux finales feminines devant une pause : « demeure chaste 
et pure », et surtout k Ve muet place apr&s une autre voyelle et k la 
fin d\in vers aimie, jolie. 

Dans certaines localitis, ce son est assez voisin de k, notamment 
dans les pluriels des noms feminins en a ; dans d'autres, il rappelle 
leson que Voltaire transcrivait par eu (1). 

(1) II convient de titer ici le passage suivant de Voltaire : « J*ai dit, dans le Steele de 

Louis XIV, a Particle Musiciens, que nos rimes feminines, terminees toutes par un e 

muet, font un effet tres dlsagreable dans la musique, lorsqu'elles finissent un couplet. 

U chanteur est absolument oblige* de prononcer : 

Vous m'dteriez la vi-eu 

« Arcabonne est forcee de dire : 

Tout me parte de ce que j'aim-tu. 

« Midor est oblige* de s*e*crier : 

Ah ! quel tourment 

D 'aimer sans esperanc-fu / 

« La gloire et la victoire, a la fin d'une tirade font presque toujours la gloire-eu, la 
victoire-eu. Notre modulation exige trop souvent ces tristes desinences... 

«Qu'il me soit done permis, mon cher maftre, de vous repr&enter que jene puis fitre 
d'accord avec vous quand vous dites « qu'il est inutile et peut-e'tre ridicule de chercher 
lorigine de cette prononciation gioire-eu, victoire-eu, ailleurs que dans la bouche de 
nos villageois ». Je n'ai jamais entendu de paysan prononcer ainsi en parlant ; mais ils 
y »m forced lorsqu'ils chantent. » (Voltaire : Lettre a I'abbe* d'Olivet, dat£e de Ferney, 
5 Janvier 1 767). 



Digitized by LjOOQIC 



XXXII INTRODUCTION. 

Quand cet e demi-sourd est atone et tr&s bref, on l^crit e : pdre 
[pire]. 

La moralie, li moralie (iD,T ; 3S\T) [le mur, les murs]. 

La moralie, li moralii (4A,T,R). 

La moralie, le moralie (6A,B)- 

La graph ie e indique une forme plus accentuie ou plus Ion- 
gue, par exemple quand cet e est sous Taccent tonique : pistoli 
[pistolet], ftna [femme], ou dans certaines finales de mots 
places tr&s souvent & la pause (infinitifs en re : intindr€ [enten- 
dre]) (i). 

Quand la prononciation de cet e est tr&s longue et tratnante, on 
6crit £e : bwSe [bois]. 

Ve demi-sourd existe principalement dans le centre et dans le 
midi. 

A la fin des mots, e atone s'61ide g£n6ralement dans la prononcia- 
tion et dans les vers, lorsque le mot suivant commence par une 
voyelle. 

Li tdble, li-\ assite. Li tabli 6 li-% assite avwi (10 syllabes). Le 
table i li-% asstte avwi (8 syllabes) [les tables et les assiettes aussi]. 

VOYELLES NASALES. 

Les voyelles nasales an, in, on, un se prononcent comme en fran- 
cais ; elles sont quelquefois atones, nommiment dans les verbes. 
En ce cas on 6critan, in, on, ainsi qu'on Pa vu plus haut. 

Surmonte de Paccent circonflexe, in reprisente une voyelle nasale 
qui n'existe pas en francais. 

Elle est intermediate entre an et in, plus proche cependant de in 
que de an : intindrS (4T,A) [entendre]. 

La graphie en indique une voyelle nasale £galement intermediaire 
entre in etan, mais tr&s voisine de an, de sorte que les deux sons 
an, en peuvent souvent se confondre. 

La voyelle nasale Un est intermediaire entre in et un, plus proche 
toutefois de un que dem : UntundrS (4Ad,Tg) [entendre] \iXnpoHs- 
son [en polisson]. 

Notez que les voyelles nasales conservent leur son nasal mfime 
quand elles sont suivies d'une n ou de h : 

(i) Dans ces infinitifs, l'accent est, comme en francais, sur la plnultieme ; la finale 
est cependant bien plus son ore que dans le francais propre. 



Digitized by LjOOQIC 



syst£me GRAPHIQUE. XXXIII 

Fantanna (4T) [fontaine] ; fontannd (4A) ; fontanhd (fon-tan-hd) 
(8Ag,Ap). 

Paisanna (4R) [paysanne] ; p&isannd (4T) ; pil'sannd (4Ab) ; pel- 
sannd (4A,Aa) ; paiisannd (3S'). 

SEMI-VOYELLES. 

Le u> se prononce comme ou bref, sur lequel la voix passe rapi- 
dement; il esttoujours accompagne d'une voyelle tonique. II sert, 
ainsi que !, 5, u, k former des diphtongues : u>6> wd [oui] ; ion [un]; 
lui [lui] ; la Savoi] la Savoie]. 

Devant une autre voyelle 1 est la notation del'yod, semi-voyelle 
que nous trouvons dans les mots fran$ais pied, mien : dtdion [d£- 
jeflner]. 

Dans une diphtongue dicroissante, i est lament faible; il se 
prononce tr6s rapidement ; itdild (4R) [itoile] ; didd (4AI) [aider]. 

(Aprts / et n, 1 marque la prononciation mouillie de ces consonnes : 
alonie [noisette] ; pasnalie [carotte]). 

Lorsque Vi des mots i, sti, devient semi-voyelle (yod) en se liant 
intim£ment au mot qui suit, on 6crit 1, sti : i an (3S' ; 4T) [ils ont] ; 
ton (2Js) ; sti an (4A,Ab,T) [cette ann£e] ; i aion, i aron, i aiasson 
(6A) [ils avaient, ils auront, qu'ils aient] (1). 

La graphie / avec la valeur de it est employee deviant 1, no- 
tamment pour les finales des infinitifs : balyi [donner]. 

Ailleursy indique une prononciation h6sitante entre i et i. II en 
est ainsi, en fran§ais, pour les finales des mots en ion : nation (dissyl- 
labe dans la langue usuelle, trissyllabe en po£sie) ; de mSme hier a 
tantdt la valeur d'un monosyllabe, tantdt celle d'un dissyllabe. (Voir 
le mot 1, dans le Dictionnaire.) 

CONSONNES. 

La lettre h ne reprdsente aucun son ; c'est une lettre auxiliaire. 
Placie aprfcs une voyelle pure ou une voyelle nasale, elle indique 
que la voyelle qui suit se prononce s£par£ment de la voyelle qui 
prfcfcde. 

Pdhe, mdhe (7Lb ; 8Ag) [p£re, mftre]. 

(1) Pour quelques mots de la lettre A, le signe des breves a 6ti parfois omis sur Vi. 
On voudra bien riparer cette omission. 



Digitized by LjOOQ IC 



XXXIV INTRODUCTION. 

A 

O sahd, 64 aha (7U)) [il sera; il aura]. 

Perdu, phrduha (2J ; Go) [perdu, perdue]. 

Lanhwd (iT) [langue]. 

Qheminhte (3S') (ghe-min-ie) [chemise]. 

Fontanha [fontai ne] \ckrtinhd [certaine]; bonha [bonne] (8Ag,Ap), 
se prononcent comme s'ils 6taient Merits en deux mots :fontan + d> 
cirtin &, bon a, sans faire de liaison. 

Pr6c6d6 de c, Vh donne au c le son chuintant, comme en frangais 
(chambre) ; mais qh,c'h, comme jh 9 repr6sentent dessons inconnus 
en francais. (Voir plus loin). 

Le son de g dur devant e, i se repr6sente par gu comme dans 
guirir, guider (pour 6viter la prononciation jirir). Si nous 
avions k transcrire un mot 0C1 Vu se prononce comme dans aiguille, 
aiguiser, aiguS, nous 6cririons : iguilie, iguisi, igdhe. 

La lettre x conserve le son de cs, qs. Ainsi les mots action, bene- 
diction , fraction s'ecriraient axion, binidixion , fraxion, pour 
reprisenter la prononciation de iT,A,E,D ; 3S' ; akchon, binidikchon, 
frakchon, pour repr&enter celle de 4T,A,R. 

La lettre q s'emploie sans u et nous n'en faisons gu£re usage que 
devant e, i ; nous la remplagons par c, chaque fois que c dur peut 
Stre employ^ sans inconvenient (1). 

Vm conserve toujours sa prononciation propre et ne concourt 
jamais k former une voyelle nasale : La famnd (fa-mnd (4T,A) 
[la famine] ; La comnd (co-mnd) (4T,A) [la commune] . 

On a conserve la notation frangaise c devant e ou t, pour la sifflante 
dure, dans les mots qui rappellent le terme francais correspondant. 

De mfime la sifflante douce entre deux voyelles est 5 ou %. 

Z est employe de preference pour indiquer la sifflante douce de 
liaison ; ld-% dbrd [lesarbres]. 

(1) La lettre k sert aussi a la notation de la gutturale explosive sourde, dans un 
certain nombre de mots dont les analogues commencent en francais par c dur : ke&rdd 
et keurdd (4AD) [courge]; keurnd (4A,Ab,Aj,R) [corne]. 

On a employe* quelquefois la graphie qa au commencement de certains mots, afin de 
mieux rappeler les termes francais correspondants : qatrd (4T,A,R) [quatre]. 

En ce cas, par exception, le m6me son peut fitre utilement note* au moyen de signes 
diffe* rents. 

11 en est de meme pour / et g doux, et pour la notation de s dure. II n'y a pas d'in- 
conv^nient, par exemple, a e*crire cerife [cerise], plutdt que serije. 

Ainsi les exceptions a la regie indiquee plus haut : « Le meme son est reprlsente* par 
le meme signe », s'expliquent aislment par le de*sir de faciliter au lecteur la comparaison 
entre le terme patois et le terme francais, toutes les fois que la graphie du francais ne 
peut donner lieu a confusion. 



Digitized by LrOO ( 



syst£me GRAPHIQUE. XXXV 

Le t conserve toujours sa prononciation propre : Vamittd (4T,A) 
[Pamitte] ; Na sinpla qestion (4T,A) [une simple question] ; sim'pla 
(si-mpla) qesttoun (8Bf). 

CONSONNES MOUILLfiES. 

Le signe if sert k figurer le son mouill6 de /et den: La palie 
(4A,T; 5A') [la paille] ; la linie (4A) [la ligne]; la tr&blia (4R) [la 
table]. 

Mais, si la consonne mouiltee est a la find'un mot ou d'une syl- 
labe, on annonce ce son mouille par une apostrophe renvers£e. 

De travalid avwi lux [je travaille avec lui], ou avec Elision : dS 
travaV avwi lui (4A,T). 

De travatieri [je travaillerai], ou avec contraction : de traval'ri 
(4A,T). 

Le con'ssi-vo ? D' IS coniisso (4T) [le connaissez-vous? — je le 
connais]. 

La tr&bl' 6 bancdla (4R) [la table est botteuse]. 

L6feul< ( 7 Lb) [le fils]. 

SONS INCONNUS EN FRANgAIS. 

Nous repr^sentons le th dur anglais par qh (avec la c6dille sous le 
c)et le th doux par j h. 

U ghin, la ghinnd (iT ; 2J; 3B ; 4A) [le chien, la chienne]. 

V ghd (iD,T ; 2J,F ; 3B,S' ; 4A,R ; 5A,C) [le chat] ; V ghS (4T) ; 
l'$hat( 7 }). 

Tighajigha (jLb) [tfite, ftte]. 

Jharbon (4T,Ab,R ; 5A') [taupe]. 

Jhdno (4T,A,Ab,Al,R) [jaune], 

Sajho (iD,T; 2F,J; 3B,T; 4A,T,R; 5A,C; 7J) [sage]. 

Le ch (avec Tapostrophe apr&s le c) est Equivalent du ch dur 
allemand ou du c'h breton ; s'il est suivi d'un 1, il se prononce plus 
doux, comme dans les mots allemands Milch, brechen. 

Ceson ne se rencontre gu£re que dans quelques communes du 
canton du Biot (iB), de Samogns (3S'), et d'Aime (8A). 

C , /i^(iBj,Bs;3S , ,S , s) [ici]. 

Gric'he (iBj,Bs) [grise]. 

Chi (3S\Vs) [six]. 



/ 



XXXVI INTRODUCTION. 

Nac'hion, atinc'hion (8Ag,Ap) [nation, attention]. 

Sirvic'hio (8Ag,Ap) [service]. 

Die' hatches frLb) [d£tachez]. 

A-che frht ? (7LI)) [as-tu froid ?] 

On a parle plus haut des sons reprisentis par les graphies e, i, 
€e, 6, 6n, Un. 

Ces sons n'existent guire dans le frangais ordinaire, non plus que 
la diphtongue forte €u : amwirSu (4R) [amoureux]. 

La voyelle nasale representee par Un a 6t6 relev£e notamment au 
Grand-Bornand (4Tg) etk Dingy-Parmelan (4Ad). 

Dans les valines sup£rieures de TArc et de Tls&re, on trouve un 
son particulier, qui n'est pas absolument Vn mouill£e, mais qui s'en 
rapproche beaucoup. Nous Pavons reprisenti par n% comme Vn 
mouill£e finale, la difference 6tant assez peu sensible : 

Un< (7J,M') [un]. 

In'q (7J) [cinq] ; cin'q (7Lb ; 8Bf). 

DES DIPHTONGUES. 

A part les voyelles eu, ou (1), qui se prononcent comme err fran- 
gais, toute autre reunion de voyelles reprisente une diphtongue 
ou une triphtongue, e'est-i-dire une syllabe comprenant deux ou 
trois voyelles (dont une ou deux sont en r£alit£ des semi-voyelles) 
prononc£es en une seule Amission de voix. 

Diphtongues fortes ou descendantes. 

Elles ont Taccent tonique sur la premiere voyelle (2) : 

Prdo (iEp) [assez] ; prdu (5 At) ; prdw (4TJ) ; prdu (4T). 

U ddi (4R) [le doigt] ; /' dde (4AI). 

U pdi (4R) [le poireau]. 

Pour attirer Tattention sur la voyelle forte d'une diphtongue, on 
la surmonte de Taccent grave. 

Au lieu de Taccent grave, on met Taccent circonflexe lorsque la 
voyelle tonique est longue :pr&w (6B). 



( 1 ) On a cteja vu que eu, ou sont des sons simples et ne sont des diphtongues que 
graphiquement. 

(2) Dans les diphtongues, la notation de l'accent tonique sur la voyelle forte peut 
dispenser de surmonter la semi-voyelle du signe de la breve. Cependant, pour plus de 
-clarte*, ce signe est ordinairement employe*. 



Digitized by LjOOQIC 



SYSTEME GRAPHIQUE. XXXVII 

Diphtongues faibles ou ascendantes. 

Elles ont Paccent tonique sur la seconde voyelle ; la premiere est 
g£n£ralement i, w, plus rarement o, u : 
Ion (iT) [un]; Una (4T)[une]. 
16 (4T,A) [haut]. 
WS(4T)[oui]. 

Wi (3Sd ; 4T,A,Ab) [huit] ; m (6Ac,B) [aujourd'hui]. 
A cwi? (4T) [4 qui]. 
A lui (4T) [4 lui]. 

iVW(4A) [noix] ; no* (4T) ; nui (8Bf,B\M). 
La/o^(4A,T) [la loi]. 
DUJtte (4A) [deux filles]. 
Pardu, pardwd, pardug (4A,T) [perdu, perdue, perduesj. 

Diphtongues finales atones. 

II y a trois voyelles de suite k la fin des mots suivants : 

De criio (4T) [je crois] ; de crSio (4A). 

Cassdie (iT) [cass£e] ; cassdie (4 A) ; cassdie (3S'). 

Les deux dernteres forment une diphtongue atone. 

Dans les diphtongues atones la premiere voyelle est toujours une 
semi-voyelle, 1 ou w; elle est plus br&ve que la seconde, comme 
dans les mots famille,feuille, treille, paille, prononc£s k la pari- 
sienne :famiie,feute, trkie, pdte. 

La moralie, le moralie (iT ; 3S') [la muraille, les murailles] ; la 
moralie, le moralte (4A,R,T); la moralte (e muet), le moralte (e 
demi-ouvert, au pluriel) (6A,B). 

D'itudio (4T) Ifitudie] ; d'6tudthe(4 syllabes) (iEp). 

Nou-% itudtin (4T) [nousitudions] ; no-% iliidiin (6A.B). 

htddidn (4T) [i!s 6tudient] ; al itudihan (iEp). 

De siluo (4T) [je salue] ; dS saluhe (iEp). 

Decontinwo (4T) [je continue]. 

Gontinwd dan (4T) [continue done]. 

La lanvwd ou lanhwd (iT) [la langue]. 

DES TRIPHTONGUES. 

Elles commencent toujours par un ?, lequel est suivi d'une diph- 
tongue forte {au, du 9 di, etc.), ou d'une diphtongue faible (wd, wi, 

Digitized by LjOOQIC 



XXXVIII INTRODUCTION. 

wan> etc.). Dans ce dernier cas, la triphtongue comprend deux 
atones et une tonique; dans le premier cas, une atone, une tonique 
et une atone. 

Midw (4Aa) [mieux] ; rritdu (4T) ; mieui (7J). 

Niuire (iD) [noyer]. 

Diwanno (iD) [jeune]. 

DES SIGNES DIACRITIQUES. 

Une recapitulation de la valeur de ces signes nous paratt n£ces- 
saire, pour faciliter au lecteur Intelligence du syst&me grapbique. 

Des accents. 

I. L'accent aigu se place : 

i° sur Yi ferm6 (coti) [couteau] ; 

2 sur I'd moyen (balid) (2JS) [donn6] ; 

3° sur la voyelle d, quand elle a un son tr£s voisin de 6 (portd) 
[porter]. 

Dans beaucoup de communes, au lieu d'un a long et ouvert, on a 
6; ainsi k dtrd, dmd, dmdie, correspondent 6tr6 9 6md, dmdU. 

En adoptant la graphie d, on est exempt^ de donner le m6me mot 
k la lettre A et k lalettre O dans le Dictionnaire. 

II. L'accent grave se place : 
i° sur Vi ouvert ; 

2 sur d et d brefs et ouverts (quelquefois sur ti), pour rappeler que 
ces voyelles portent Taccent tonique. 

III. L'accent circonflexe se place : 

i° sur f, tt y etty oil, pour indiquer que ces voyelles sont longues ; 
2 sur d et 6 longs et ferm£s ainsi que sur les nasales tr&s longues 
dn, 6n ; 
3° sur 4 pour indiquer un e tr£s ouvert, inconnu en fran<jais ; 
4 sur in pour repr^senter une nasale tr&s rapproch6e de in. 

Des signes •• et u 

I. Plac6surf, le tr6ma indique que Yi ne forme pas diphtongue 
avec une autre voyelle : dot [jouer]. 

E est une notation de Ye demi-sourd. (Voir plus haut, § Voyelles). 

E s'emploie aussi dans la diphtongue forte €u : amwireu [amou- 
reux]. 



Digitized by LjOOQIC 



SYST&ME GRAPHIQUE. XXXIX 

Le trema figure encore sur la nasale tin. 

II. Le signe des br&ves w se rencontre sur les voyelles a, 2, i, 6, u 
et sur les voyelles nasales finales. 

11 indique que ces voyelles sont atones : find, tdbld ; dmd; 
eglisi, lavansi (8Bf) ; i pdrldn (4T) ; & pdrldn (4A) ; nd modin, nd 
pdrRn (6A,B ; 8M). 

Ce mfime signe est en outre placi sur riliment faible d'une 
diphtongue, notamment 4ur l'i (yod) ; il indique aussi leson mouilli 
(Tune corisonne. (Voir plus haut.) 

E est, comme on Ta vu, la notation de Ye demi-sourd, atone et 
tr&s bref : mdri [m&re]. 

De l'apostrophe. 

L'apostrophe s'emploie comme signe d^lision ou pour figurer la 
prononciation. 

i° L'apostrophe signe d'4lision~ 

a) AU COMMENCEMENT d'uN MOT. 

W s'emploie k la place de Particle indifini on-n ou du pronom en 
(= de cela, de lui, d'elle) : 

'Ndmd (4A,R r T) [un homme]. 

L'a bin dm 'n itri fdtid (4A) [elle a certainement dti en 6tre 
flchfc]. 

T, 'tf sont pour e-/, eti [il est, 6tait]: 't-ou (1) vri? (4A,R,T) 
[est-ce vrai?] ; 't-6 vri ? (iT,E). 

Cm 7-om ? (4A,R,T) ; cwi 'qh-ou? (8B'm) ; (qh = (e)st) ; cd 't-& ? 
(iT,E) [qui est-ce?] 

Qinf eura 'te-t-ou (4A,Ab) pour qintd eurd 4t6-t-ou? [quelle 
heure 6tait-il ?] 

'6 savi bin (pour v6 savi, vous savez) [vous savez bien]. 

b) A LA FIN D'UN MOT. 

C ou q\ d', jh y , m\ q\ s\ V pour ce, de, de, de, jhe, jhd, me, mi, 
W> qe, se, se, te, te. 

F pour pi, p$-r, pie ; t'& p jhdinnd q' lit (4A,T) [tu es plus 
jeune qu'elle]. 

(1) Nous avons conserve cette graphie compliquee dans les citations donnees par 
A. Constantio, et quand nous avons juge* utile d'indiquer ainsi l'ltymologie ; mais, dans 
on certain nombre d'exemples que nous avons recueillis nous-mfime, noua avons.* eu 
recours a la transcription phonltique plus simple tou. 

Digitized fyGOQi 



XL INTRODUCTION. 

U pour le, la, Id, li, article et pronom. 

N 9 pour ne, na. 

Dans ri t-oupd vri [n'est-ce pas vrai?] ; ri tbi-i-ou pd vri? ri ti- 
t-ou pd vri ? Tapostrophe indique la double suppression de Ve de 
ne et de Tinitiale du verbe qui suit. 

A la fin des mots toutes les voyelles atones peuvent Stre £lid£es, 
mfime les terminaisons verbales <5n, an, in : fctian entrd, venir* u 
courde gdrda [etant entr£s, ils vinrent (vehiron) au corps de garde 
(2i e vers de la Chanson de F Escalade]. 

C) DANS LE CORPS d'uN MOT. 

Mon-n dmo ou m'n dmo (4A,T,R) [mon mari]. 

N6-% in ou ri% in ; nd-jf in ou n'$ in (4A) ; nou-% in ou n\ in (4T) 
[nous avons]. 

Ld-{ on 16-$ dtro (4A) ; lou-%on lou-% dtro (4T) ou l\on 1'% dtro 
[les uns les autres]. 

2 L' apostrophe figurant la prononciation. 

Quelquefois Tapostrophe sert simplement k figurer la prononcia- 
tion. 

Placee apr&s g, n, m f elle peut indiquer la suppression d'une 
voyelle, mais le plus souvent elle appelle Tattention sur la sonoriti 
de ces consonnes : beg*na (4T) [coiffe k fond plat] (prononcez beg-na). 
Sim'pla qestioun' (8Bf) [simple question] (prononcez si-mpla, qes- 
tiou-ne). 

Dans virC (7J) [vin] ; matin' (7J) [matin] ; iric (7M') [cinq] ; sim'plo 
(7Lb) [simple], Tapostrophe indique que Vn et Vm ne sont pas nasales. 

Dans £nrici (4T) [Annecy] ; tr&nrita (7M') [trente], on entend Vn 
apr&s la nasale. II en est de mfimepour vinri[vingt], cinri [cent] (7\T), 
0C1 la nasale in est suivie d'une n sonore. 

Dans les mots suivants, elle remplit Poffice d'un e muet fictif, d'un 
sch6va, et an nonce qu'il faut faire entendre les deux consonnes : 
rii y Via, 116 (4A) [ce, cette, ces]. 

D'dttn (4T,A) [dans, dedans]. 

D'didr (4T) [hors, dehors] ; cTdido (4A). 

L'apostrophe plac6e apr£s c* (c'hj sert k noter, com me on Pa vu, 
une prononciation spteiale k certaines locality. 

Quant k Tapostrophe renversie, elle indique une consonne finale 
mouill6e ou un son tr&s voisin. (Voir plus haut.) 

r 



syst£me graphique. xli 

Du trait d'union, 

Le trait d'union s'emploie comme en frangais : 

i° dans les mots composes : pScd-rdvd [pique-rave] ; 

2° entre le verbe et les pronoms personnels ou les adverbes en, i, 
places apr£s lui : pr$n-lo [prends-le]. 

Les mots relies par ce signe doivent Stre consid£r£s comme n'en 
formant qu'un : f 

Prin-lo, pr£n-la (4A,T) [prends-le, prends-la] se prononcent 
comme pr&nlo, prinld; etprin-ld, pr6n-ld, comme prinld,pr£nld. 

K4$e-tg (iT ; 2J ; 3B ; 4A ; 5C ; 7J ; 8M) [tais-toi]. 

Kisi-vo (iT; 2J ; 3B; 4A) [taisez-vous] ; kdji-vo (6A); k$hi-vo 
(3T). 

Balii-me (iT; 2J ; 3B; 4A; 7Cm) [donnez-moi] ; balU-me (5C; 
6A; 7 J). 

Balie-me (iT ; 2J ; 3B ; 4A ; 5C ; 6A ; 7J ; 8M) [donne-moi]. 

Balie-ld [donne-Ie] ; balie-ld (iT; 8M) [donne-la]. 

Balie-mS-ld. (iT ; 2J ; 3B ; 4A) [donne-la-moi]. 

Q'fd-to (3B ; 4A) [que fais-tu ?] ; q> fd-to (iT) ; qefWhe (yLb). 

3° Le trait d'union se place encore k la fin ou au commencement 
<Tun mot, pour en s6parer la consonne adventice (1) que ce mot 
prend dans certains cas. 

Ainsi pour les lettres de liaison : 

Pe (pe) signifie par ou pour. Quand, devant une voyelle, IV 
qui est tomb£e devant une consonne se fait entendre, on 6crit 
pe-r : pe-r on sou [pour un sou]. 

De mSme pour 5 (%) du pluriel : /<5-^ou lou-% dmo [les hommes], 
oudans les flexions verbales. 

Apr£s un mot termini par une nasale, le trait d'union indique la 
liaison : in-n atGndin [en attendant]. On doit prononcer Vn de la 

(1) Les lettres de liaison appele*es par A. Constantin consonnes adventices peuvent 
provenir : 

r soit du maintien devant voyelle d'une consonne finale tombde devant la consonne 
initiate du mot suivant : p8~r on sou ; 16-% bmd ; on~n bmd ; 

2* soit d'une influence analogique : d'4-% avu ; 

3' elles peuvent £tre le re*sidu d'un mot, comme dans Un6 (U-en-6). 

Pour les lettres dites euphoniques, il est probable qu'elles doivent leur origine a 
I'analogie. Voyez r, dans le Dictionnaire. 

Dans quelques cas, les consonnes dites adventices -{, -t, -n, peuvent se trouver devant 
unmot commencant par une consonne, par suite de la chute du verbe copulatif ou de 
la voyelle initiale du mot suivant : E-l mdr (4T) [il est mort]. T 4-t na fould (4T) [tu 
e$ une sotte]. Q' on-n bin ic&l (4T) [qu'on est bien ici 1] 



Digitized by LjOOQ IC 



XLII INTRODUCTION. 

voyelle nasale in. En icrivant 6n attnd&n, on indiquerait que la seule 
voyelle nasale et non Vn se fait entendre dans la prononciation. 
(Dans i-n atidi, on n'a plus une voyelle nasale, mais un e tr&s 
ouvert suivi de n.) 

On-n dmo [un homme] (on-no-moj. 

Va-f-i (4A,T) [vas-y] ; va-^u (4A,Ab,R) ; va-f-4 (3S'). 

Va-M (4A,T) [va-t-il]. 

/ e-t onfou (4T) [c'est un fou] ; t'i-t nafoula (4T) [tu es une 
folle, une sotte]. 

D'6-$ avu (Go ; 3B) [j'ai eu] ; 4-1 a-% avu (Go ; 3B) [il a eu]. 

Prin-^in (4A,T) [prends-en] ;pren-%-en (iT); prt-s^t (4A,R). 

Va te-n-6 (2 A ; 4A,T ; Go) [va 14-haut]. 

Vin c&-n-6 (4A,T) [viens ici (en haut)]. 

De mfime pour les lettres euphoniques : 

A r-on mwi (4A,R,T ; 5C ; 6A) [4 un tas]. 

DU r-n& smannd (4R) [dans une semaine]. 

Dm n-Sn prindrdsdin (4A,T) [Dieu en prendra soin]. 

il n-&n vu ton (iEp ; 4A,T) [il en veut un]. 



Les mots recueillis par A. Constantin, comme ceux que nous 
avons relev6s personnellement, sont transcrits conformiment au 
syst^me graphique ci-dessus. 

Pour les citations tiroes de textes anciens, la graphie est celle des 
originaux ou des reproductions d'originaux. 

Pour les termes usit6s dans le fran^ais local, nous avons conserve 
Torthographe usuelle, en les faisant pr6c6der du signe f . 

Quant aux mots employes dans les regions voisines, que nous 
donnons 4 titre de comparaison, comme le plus souvent nous 
n'avons pu noter nous-mfime Texacte prononciation, nous les men- 
tionnons tels qu'ils figurent dans les divers Glossaires consults. 



Digitized by LjOOQIC 



III. 



ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE. 



On nous a demand^, pour faciliter les recherches de ceux qui 
d&ireraient completer ou rectifier le Dictionnaire Savoyard , 
d'ajouter a Y Introduction un petit memento bibliographique. Nous 
le faisons volontiers, en pr6venant le lecteur qu'il ne trouvera ici 
qu'une bibliographic sommaire. 

A. — RECHERCHES G£n£RALES. 

II convient de mentionner tout d'abord les principales publications 
qui accordent ou ont accord^ une place plus ou moins importante 
aux Etudes de dialectologie (i).Telles sont : la Romania, la Revue 
de$ Langues romanes, la Revue des Patois gallo-romans, Tancienne 
Revue des Patois, devenue la Revue de Philologie frangaise et 
provengale et plus r6cemment la Revue de Philologie frangaise et 
de Literature, les Mimoires de la Sociiti de Linguistique , le 
Bulletin de la Societi des Parlers de France, la Revue celtique, la 
Revue des Parlers populaires, transformation r6cente du Bulletin 
des Parlers normands, la Revue bibliographique et critique des 
Langues et literatures romanes, etc, ainsique les diverses publica- 
tions des Soci6t6s savantes de la Savoie, de la Suisse romande et 
des regions voisines. 

Citons 6galement la Zeitschrift fUr romanische Philologie, les 
Romanische studien, la Rivista di Filologia roman^a, YArchivio 
glottologico italiano, les Studi di Filologia roman^a, etc. 

Pour le folk-lore : la Revue des Traditions populaires, X&M&lusine, 
la Tradition, etc. 

Pour les comparisons avec Tancien frangais, le moyen frangais 

(0 On fcra bien de consulter 1'ouvrage de Behrens : Bibliographie des Patois gallo- 
romans(2' eU, 1893, trad. Rabiet). 



Digitized by LjOOQ IC 



XLIV INTRODUCTION. 

et lefrangais actuel, outreles repertoires deDucangeetde Lacurne de 
Sainte-Palaye, les anciens Dictionnaires fran^ais, le Dictionnaire de 
TAcad6mie et celui de Trivoux, les ouvrages indispensables sont 
ceux de Littr6, de Godefroy (Dictionnaire de Pancienne Langue 
franqaise), de MM. Hatzfeld, Darmesteter et Thomas (Diction-* 
naive giniral de la Langue franqaise). On consultera aussi avec 
fruit le Dictionnaire de Diez et celui de Scheler. 

A ces ouvrages g6n6raux on joindra les principals etudes des 
maftres romanistes con tern porains, notamment de MM. G. Paris 
et P. Meyer (i). 

La Grammaire des Langues romanes de F. Diez (traduction de 
MM. Brachet, Gaston Paris, Morel-Fatio, 3 C 6d.) rend encore d'im- 
portants services. Ajoutons Touvrage de W. Meyer-LQbke (trad, de 
MM. Doutrepont, 3 vol.), celui de Nyrop : Grammaire historique de 
la Langue franqaise et les Principes de Phonitique y de M. Tabbe 
Rousselot. (Un manuel tr&s commode et tr£s clair est le Precis de 
Phonitique franqaise, 2 e 6d., de M. Bourciez.) 

B. — RECHERCHES CONCERNANT LES REGIONS 
VOISINES DE LA SAVOIE. 

On trouvera mati&re k d'intiressants rapprochements en parcou- 
rant les 6tudes relatives aux regions voisines de la Savoie. Nous 
citons plus sp6cialement les ouvrages suivants que nous avons eus 
pour la plupart entre les mains. Nous n'indiquerons pas les simples 
recueils de textes. 

a) Glossaires. 

Bonh6te : Glossaire neuchdtelois (Neuch&tel, 1867). 

L. Boucoiran : Dictionnaire analogique et itymologique des 
Idiomes miridionaux (Paris, 2 C 6d.). 

Bridel : Glossaire du Patois de la Suisse romande, recueilli et 
annot6 par L. Favrat (Lausanne, 1866). 

( 1 ) En ajoutant a ces noms universellement estime's ceux de MM. F. Brunot et L. Cltfdat. 
nous croyons nous acquitter bien faiblement de la reconnaissance que nous devons a 
nos savants mattres. Nous songeons en meme temps a l'^poque d6]k lointaine ou nous 
pouvtons facilement mettre a profit les richesses d'une belle bibliotheque universitaire. 
Comment trouver, dans notre petite ville, les publications des romanistes Grangers, si 
nombreuses et si importantes ? Combien n'est-il pas difficile, sinon impossible, de se 
tenir au courant, menie des travaux essentiels ? 



Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE. XLV 

P.-M. Callet : Glossaire vaudois (Lausanne, 1861). 

L. C\pello : Dictionnaire portatif pttmontais-franqais (Turin* 
1814). 

Chabrand et de Rochas d'Aiglun : Patois des Alpes Cottiennes 
et en particulier du Queyras, avec grammaire, glossaire, exemples 
et recueil de noms de lieu (Grenoble, 1877). 

L. Cl£dat : Le Patois de Coligny et de Saint-Amour [glossaire] 
(in Revue des Patois, I, 184). 

AbW Devaux : Glossaire de Vancien Dauphinois septentrional 
(dans VEssaisur la Langue indiqui plus loin). 

F. Fertiault : Dictionnaire du Langage populaire verduno- 
chalonnais (Paris, Boullion). 

Les lettres A-C ont paru dans la Revue de PhiloL fr. et prov. 
Ill, IV, V, X. 

Gariel : Dictionnaire des Patois du Dauphini , de Chabrot 
(Grenoble). 

[Gaudy-Lefort] : Glossaire ginevois (2 e id., Geneve, 1827). 

J. Gilli£ron : Patois de la commune de Vionna% (Bas-Valais) 
(Bibl.de PEcoledes Hautes-Etudes, 40 c fascicule, 1880). 

Grangier : Glossa ire fribourgeois (Fribourg, 1864-68). 

P. Gras : Dictionnaire du Patois forisien (Lyon, i863). 

Guillebert : Glossaire neuchdtelois (2 e 6d., Neuch&tel, i858). 

J. Humbert : Nouveau Glossaire genevois (Geneve, i852). 

F. Mistral : Lou Tresor ddu Felibrige ou Dictionnaire Proven- 
<pl-Fran$ais (Aix-en-Provence, 2 vol.). 

J.-B. Onofrio: Essai d'un Glossaire des Patois de Lyonnais, 
Fore% et Beaujolais (Lyon, 1864). 

N. du Puitspelu : Dictionnaire itymologique du Patois Lyonnais 
(Lyon, 1 887- 1 890). 

Zalli : Di^ionario italiano latino efrancese (Carmagnole, i83o). 
Cest le meilleur Dictionnaire ptemontais. 

b) Etudes dialectologiques. 

Ascoli : Schi^i franco -proven^ali (in Archivio glottologico 
italiano, vol. Ill, 61). 

Ayer : Introduction & V Etude des Dialectes du Pays romand 
(NeuchAtel, 1878). Cf. Romania, VIII, 458. 

[Chanoine B£rard] : La Langue frangaise dans la Vall&ed'Aoste. 
R£ponse& M. le chevalier Vegezzi-Ruscalla (auteur d'une brochure 



Digitized by LjOOQIC 



XLVI INTRODUCTION. 

intitule Diritto e necessitd di abrogate il francese come lingua 
ufficiale in alcune vallidella provincia di Torino) (Aoste, 1862). 

Bertrand : Recherches sur les Langues anciennes et modernes de 
la Suisse (Gen&ve, 1758). 

Blavignac : VEmpro genevois, caches, rondes, rimes et kyrielles 
enfantines, crispopulaires, sobriquets (Geneve, 2 C £d., 1875). 

Champollion-Figeac : Nouvelles Recherches sur les Patois (Pa- 
ris, 1809). 

L. Cl£dat : Le Patois de Coligny et de Saint-Amour [grammaire] 
(in Revue des Patois, I, 161). Cf. Romania, XIV, 549. 

— : Le Pronom personnel neutre dans le Fore\, le Lyonnais et la 
Bresse (in Romania, XII, 346). 

— : Les Patois dela Rigionlyonnaise. [Sous cette denomination, 
Tauteur 6tudie les patois de France ranges par Ascoli dans la classe 
des patois franco-proven<jaux et ceuxde quelques dipartements 
voisins. Les parlers de la Savoie et de la Haute-Savoie y sont compris]. 

L' Article difini: le masculin singulier (in Revue des Patois, I, 
81) ; les formes contractes du msc. sing. {ibid. II, 1). Etude continuie 
par M. L. Vionon (voir plus loin). 

Cornu : Phonologie du Bagnard (in Romania, VI). 

— : Declinaison de V Article dans le Valais (in Romania, VI, 253). 

Abb6 Devaux : De V Etude des Patois du Haut-Dauphini (Gre- 
noble, 1889). 

— : Essai sur la langue vulgaire du Dauphini septentrional au 
moyen dge (Paris et Lyon, 1892). 

— : Compte du Privdt deJuis, en dialecte bressan (i365), texte 
et etude grammatical (in Revue de Philol.fr. et prov. y III, 293; 
IV, 10). 

Develey : Observations sur le Langage du Pays de Vaud (Lau- 
sanne, 2 c £d., 1824). 

E. Empeyra : Catalogue descriptif des arbres, arbustes, arbris- 
seaux et sous-arbrisseaux indigenes ou naturalises en Suisse, suivi 
d'un Dictionnaire des principaux noms vulgaires donnas dans la 
Suisse romandei diff£rentes plantes, avec leurs synonymes frangais 
et latins (Geneve, 1887). 

H. Gaidoz : Les Valtees franqaises du Piimoni (in Annates de 
VEcole des Sciences politiques, II, 53). Cf. Romania, XXI, 632. 

Christian Garnier : Note sur la Repartition des Langues dans les 
Alpes occidentales (in Revue de giographie, t. XXXX, 1897). 

Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE. XLVII 

Cf. F. Brunot : La Langue franqaise de 1 8 1 5 & nos jours (in 
Histoirede la Langue et de la Literature frangaise, publiee sous 
la direction de M. Petit de Julleville, tome VIII, ch. xm; sp6ciale- 
ment p. 863 sqq. : Limites actuelles de la langue frangaise en 

Europe; avec carte de la fronti&re linguistique du Sud-Est). 

Gaudy-Lefort : Promenades historiques dans le Canton de Ge- 
neve. Se termine par un appendice intitule : De quelques Noms 
propres genevois (Gen&ve, 1841). 

J. Gillieron : Patois de Vionna%, indiqu6 plus haut. 

— : Petit Atlas phonitique du Valais roman. (Paris, s. d.). 
Hcefelin : Recherches sur les Patois romans du canton de Fri- 
bourg (in Iahrbuch fQr rom. und engl.Sprache und Lit. (XV, i33, 
267, 407) et Leipzig, 1879. 

Jarrin : Etude sur les Chants populaires et les Patois de la 
Bresseetdu Bugey (in Giographie de VAin, t. I, Bourg, i885). 

J. L. M. : Biblioth&que romane de la Suisse, ou recueil de mor- 
ceaux Merits en langue romane de la Suisse occidentale (Lausanne, 
i855). 

Joret : Du C dans les Langues romanes (Paris, 1874). 

Koschwitz : Grammaire historique de la Langue des Filibres 
(Greifswald, 1894). 

— : La Phonitique experimental et la Philologie franco-proven- 
fa/e(in Compte-rendu du Congr&s scientijique international des 
Catholiques, tenu du i cr au 6 avril 1891 ; Paris, 1891). 

Le Due : Chansons et Lettres patoises , bugeysiennes et dom- 
bistes, avec une 6tude sur le patois du pays de Gex (Bourg, 1881). 

P. Marchot : Arius en franco-provenqal (in Revue de Phil.fr. 
etprov., VIII, 35). 

Monin : Etude sur la Genese des Patois, et en particulier du ro- 
man ou patois lyonnais (Paris, 1873). 

Montet : Histoire littiraire des Vaudois du Piimont (Paris, 
i885). 

Montmayeur : Le Duchi d*Aoste et sa Langue maternelle (in 
Cyclamen, ftvrier 1898). 

Neumann : Die romanische Philol. (dans FEncyclop6die de 
Schmid, VII, 2, 1886). 

F.-N. Nicollet : Phonitique du Patois alpin (Gap, 1900). 

Nigra : Fonetica del dialetto di Val-Soana (in Arch, glott. ital. 9 
vol. Ill, punt. 1). 



Digitized by LjOOQIC 



XL VIII INTRODUCTION. 

Odin: Phonologie du Canton deVaud (Halle, 1886). Cf. Roma- 
nia, XV. 

J. Ollivier : Essai sur VOrigine et la Formation des Dialectes 
vulg. du Dauphini (Valence, i836). 

Gaston Paris : Les Chants popidaires du Piimont (in Journal 
des SavantSy sept.-nov., 1889). Compte-rendu des Chants populaires 
du Piimont, publics par C. Nigra. 

F. Pelen : Des Modifications de la Tonique en Patois bugiste (in 
Revue de Philol.fr. etde Literature, XI, 62, 3og; XII, i35). 

E. Philipon : Le Dialecte bressan aux XIII e et XIV t siicles (in 
Revue des Patois, I, 11). 

— :Phon6±ique lyonnaise au XIV e stecle (inRomania, XIII, 542). 

— : Le Patois de Saint-Genis-les-Olli&res et le Dialecte lyonnais 
(in Revue de$ Patois, I, 258; II, 26,195; III, 3j, 161). 

W. Pludhun : Parlons frangais ! Quelques remarques pratiques 
dont on pourra profiter en Suisse et ailleurs (brochure de 24 pages, 
int£ressante pour le fran<jais local). 

N. du Puitspelu : Des Verbes dans notre bon Patois lyonnais 
(Lyon, 1 883). 

— : Tris humble Essai de Phonitique lyonnaise (Lyon, i885). 
E. Ritter : Les Noms de Famille (in Biblioth&que de VEcole des 

Hautes-Etudes, 5 C fasc. philol.). 

— : Recherches sur le Patois de Geneve (Gen&ve, 1875). Extrait 
des Mimoires de la Soci6t6 d'Hist. et d'Arch6ol. de Gen&ve, t. XIX. 

— : Glossaires et Lexicographes genevois (Gen&ve, 1893). Extrait 
du Bulletin de Vlnstitut genevois, t. XXXII. 

Schwan : Grammatik des altfran^osischen (Leipzig, 1893). L'ap- 
pendice renvoie aux Etudes de detail. 

Sirand : Des Patois bressan et bugiste compares (in Revue du 
Lyonnais, 2* s6rie XXIII, 365). 

H. Suchier : Le Franqais et le Provengal (trad, de M. P. Monet, 
Paris, 1891). Contient un repertoire bibliographique. 

On pourra aussi se reporter k la bibliographie indiqu6e dans 
Grober, Grundriss, p. 109. 

Tourtoulon et Bringuier : Etude sur la Limite giogr. de la 
Langue d'oc et de la Langue d'oil (Paris, 1876, /t in Archives des 
Missions scientifiques et UtUraires, 3 e serie, III, 544). Cf. Romania, 
IV, i58. 

L. Vignon : Les Patois de la Region lyonnaise [continuation de 

Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE BIBLIOGRAPH1E. XLIX 

l'&ude de M. L. Cl£dat indiquie plus haut]. Suite d'articles trts 
importants parus dans la Revue de Philologiejr. et de Literature : 
Le Pronom on et ses Reprisentants (avec carte), XI I, i . — Les Pro- 
noms personnels, XIII, 1,88, 161 ;XIV, i, u3, 177, 265 ; XV, 1, 161. 

A. Vingtrinier : Etudes populaires sur la Bresse et le Bugey 
(Lyon, 1901). 

A. Z ac her : Beitrcege %um lyoner Dialekt (Uonn, 1884). 

J. Zimmerli : Die deustch-franybsische Sprachgren^e in der 
Schwei^ (3 vol., Bile et Geneve, 1 891- 1899). 

C. — PUBLICATIONS CONCERNANT SPfiCIALEMENT 

LA SAVOIE. 

a) Etudes diverses. * 

Bailly : Ornithologie de la Savoie, ou histoire des oiseaux qui 
vivent en Savoie k T6tat sauvage soit constamment, soit passag£re- 
ment (Paris, 1 853- 1854, 4 vol. et atlas). 

Bauquier : Une Particularity du Patois de Queige (in Romania, 
V, 49 3;cf.iWrf.,VI,447). 

Abb6 J.-E. Borrel : Genialogie du Patois de la Tarentaise 
(MoAtiers, 1882). Extrait du compte-rendu de la 4 e session du 
Congris des Soci6t6s savantes savoisiennes. 

F. Brachet : Dictionnaire du Patois Savoyard, tel qu'il est pari 6 
dans le canton d'Albertville, suivi d'un glossaire franQais-patois et 
d 1 une collection de proverbes et maximes usites dans le pays (2 C 6d., 
Albertville, 1889). 

Abta Brunet : Essai sur les Patois des Arrondissements d' Albert- 
ville et de MoHtiers (Motitiers, 1867). Extrait des Mimoires et 
Documents de VAcadimie de la Val d'Mre, i"* vol., 3 e fasc. 

Th. Buffet : Vocabulaire mourmi-jranqais (in Revue savoi- 
sienne, 1900). 

Marc-Claude de Buttet : Apologie pour la Savoie contre les 
injures et calumnies de Bartholomi Aneau (Lyon, 1554). 

On trouvera dans cet opuscule un tr£s intiressant passage sur la 
«langue savoisienne ». Cf. la r&mpression publtee par M. F. Mu- 
gnier, dans son ouvrage intitule : Marc-Claude de Buttet, po£te 
savoisien, page 121 (Paris, 1896; extrait des Mimoires de la Soc. 
savoisienne cTHist. etd'Archiologie, tome XXXV). 

Digitized by VjOOQ IC 



L INTRODUCTION. 

C arret : Orthographe des Noms giogr. de la Savoie (in Congrte 
des Sociitis savantes de la Savoie, t. V, i65). Cf. IX* Congr&s, 
p. 3g. 

A. Constantin : Etudes sur le Patois Savoyard (Annecy 1877). 
Contient deux articles parus en 1877, dans la Revue sav., sous le 
titre de : i° Pro jet d' alphabet & Vusage de notre patois ; 2 De 
Vorthographe d adopter pour certains mots. « Aujourd'hui que la 
Commission philologique de la Soci6t6 Florimontane d'Annecy a 
adopts avec de 16g6res modifications le syst&me orthographique pro- 
pose par l'auteur, cette brochure de 40 pages ne peut avoir de 
Tintdrfit que pour ceux qui desireraient prendre connaissance des 
sons propres au Savoyard et inconnus du fran<jais (p. 14-20). Elle 
peut encore 6tre consults avec fruit par ceux qui sonti la recherche 
d'un alphabet uniforme pour tous les patois de la France. On y 
trouvera en outre exposes en detail les inconv6nients des m6thodes 
purement phon&ique ou 6tymologique* (p. 5-i3, II) ». (A. Constan- 
tin : Catalogue raisonni (manuscrit). 

Cf. Nouveau Systime orthographique k Tusage du Savoyard et 
des patois de la langue d'oil (in Revue sav., 1879). 

— : La Muse savoisienne I, ou Recueil de Chansons anciennes et 
modernes, avec musique, traduction, notes historiques, biographi- 
ques et notice sur le nouveau syst^me orthographique (Paris, 1878). 
« Cette brochure de vingt pages contient deux chansons icrites, 
Tune dans le dialecte de Rumilly, Pautre dans celui d'Annecy. 
Attirer Pattention des philologues sur notre patois, r6pandre d'un 
autre cdt£ dans le peuple le gotit de la musique et la connaissance 
du frangais, d^velopper ses instincts g6n6reux en rappelant k son 
souvenir tantdt ceux de ses compatriotes qui se sont illustris par 
leur patriotisme ou leurs talents, tantdt ceux que le self-help, joint k 
la probit£ savoisienne, a conduits k la fortune et k la consideration 
g6n6rale, tel est le but de la Muse savoisienne [qui devait paraltre 
par livraisons semblables k cette premiere] ». (Id., ibid.). Extrait de 
la Revue savoisienne, 1878. 

— : Coup cTceil sur certains Usages et sur le Patois de la Valtte 
de la Dranse avant 1792, suivi de remarques ayant pour objet les 
Rapports entre le Patois du Haut-Chablais et le vieux fran$ais (in 
Rev. sav., 1879 et 1880). Cf. // e Congrhs des Soc. sav., p. 177. 

— : Mceurs et Usages de la Valtee de Thdnes (in Rev. sav., 1880 
et 1881). Cf. ///« Congrls des Soc. sav., p. 81. 

Digitized by LjOOQIC 



ESSAl DE BIBLIOGRAPHIC LI 

— : J. Gacy : La exploration de la cit6 de Genefve [k propos de la 
^impression par J. Vuy (Geneve, 1882) de cette complainte en vers 
(de 1540 environ), dont fauteur 6tait originairede Cluses]. (Revue 
sav., 1882). 

— : Literature orale de la Savoie (proverbes, devinettes, con- 
tes, etc.). Contient un petit chapitre sur la prononciation du patois 
d'Annecy (Annecy, 1882). 

— : Catalogue des Livres et Plaquettes en Patois Savoyard de 
i55oi i65o (in Rev. sav., 1884, et couverture de Edition de la 
Plaisante Pronostiquation). 

— : Menus f aits relatifs & VHistoire littiraire de la Savoie vers 
1600 (Rumilly, 1889, etX e Congrds, p. 437). 

Craiju (pseudonyme) r Reflexions & propos des « Origines du 
Patois de la Tarentaise ». (Chamb6ry ? sans date). Petite brochure 
devingt-quatre pages « ou sont relev^es les principals erreurs de 
M. Tabte Pont. » Extrait du Courrier des Alpes. 

Coutem : A propos de quelques Mots patois (in Congr&s des Soc. 
sav., VI, 175). 

J. Desormavx : Pastenadeet Pasnalie (in Revue savoisienne, 1898). 

— : Finales atones en a%, e\, 0^, u\ (in Revue de Philol.fr. et de 
Literature, t. XII, 76). 

Alph. Despine : Recherches sur les Poisies en Dialecte Savoyard. 
Volume de 176 pages, rest6 inachevi, ex trait de la Revue savoisienne, 
1864-1869. 

A. Dessaix : Origine d'une Locution populaire expliqu6e par le 
patois de Thonon (in Congr&s XI, 199). 

— : Essai sur les Contes populaires (ibid., X, 587). 
— : La Savoie pittoresque (documents patois). 

— : Ligendes et Traditions populaires de la Haute-Savoie 
t Annecy, 1875). 

—\Ligendes et Traditions populaires de la Savoie (Annecy, 1 875). 

Dufour : A propos de VOrthographe du Patois (in Rev. sav., 
1868). Suit une riponse de M. Despine. 

— : Note sur les Patois de la Savoie (Ibid., 1870). 

V. Duret : Grammaire savoy arde 9 publiie par Eduard Koschwitz, 
avecune biographie de Fauteur par E. Ritter (Berlin, 1893). 

Fenouillet : Origine des Noms de Famille en Savoie (in Revue 
*a». 9 1893). 

AbW Francoz : Notes sur les Variitis du Patois dans les cantons 

Digitized by LjOOQIC 



LII INTRODUCTION. 

de Lanslebourg, Modane, Saint-Michel et Saint-Jean-de-Maurienne 
(in Congrhs, XII, 196). 

Gariel : Une Chanson & la Savoy arde (in Rev. sav., 1870). 

Gilli£ron : Contribution & I'Etude du Suffixe ellum... en Sflvoie 
(in Revue des Patois gallo-romans, I, 41). 

— : Importation indirecte du franqais & Villard-de-Beaufort 
(Ibid.). 

— : Conservation des Consonnes finales dans le Patois de Bon- 
nevaly de Lanslebourg et de S6e$ (Ibid., I, 177). 

— : Melanges Savoyards : I Siccum, siccam ; II Gentiana {Ibid., 
II, 3i). 

— : Le W germanique en Savoie (Ibid., II, 176). 

Abb6 J.-F. Gonthier : Etude sur le Patois Savoyard (in Revue 
savoisienne, 1900). 

Lavorel : Cluses et le Faucigny, usages locaux, les noms de 
familled&s la fin du xvi c stecle. (in Congrbs XI, 2o5). 

A. Lecoy de La Marche : Le Mysthre de Saint-Bernard de 
Menthon (publication de la Soci6t6 des Anciens textes franqais, 
Paris, 1888). 

Ce mystfere est probablement du milieu du xv* si&cle. « Non seu- 
lement Tauteur etait un religieux du Mont-Joux, mais c^tait aussi 
un enfant du pays : la langue dont il s'est servi est en effet Tidiome 
litt6raire de la Savoie, du Valais et du Val d'Aoste. C'estdu franqais 
quelque peu mitig6 par Introduction de certains mots ou de 
certains tours de phrase appartenant au dialecte local... » (p. xvm), 

Tr£s utile pour la comparaison avec lefran<jais local actuel. 

Comtede Loche : Histoire d Aix-les-Bains (2 vol., Chamb6ry, 
1 899- 1 900). Extrait des Mimoires de VAcadimie de Savoie, 4 c s6rie, 
t. VII et VIII. 

C. Marteaux : Les Noms de Lieux en acus en Haute-Savoie (in 
Revue sav., 1894, 1896, 1899). 

— : Noms de Lieux liguro-celtiques en Haute-Savoie (Ibid., 
1897). 

M£nabr£a : Etat de la Langue en Savoie du XII e au XVI* siicle 
(in Mimoires de VAcadimie de Savoie, A, XII, xxxm). 

F. Miquet : Sobriquets patois et Dictons des communes de Van- 
cien genevois (Annecy, 1890). 

A. Perrin : Anciennes Coutumes relatives aux Manages en 
Savoie (in Congris, XV, 1900). 



Digitized by LjOOQIC 



BSSAI DE BIBLIOGRAPHIE. LIII 

J. Philippe : La Savoie poitique ou Recueil de poisies extraites 
des principaux auteurs savoisiens (Annecy, 1849). 

Pillet : Petit Voyage philologique en Tarentaise et en Mau- 
rienne (in Congris, IV, 38). 

— : Notice sur les Dialectes des environs de Chambiry (in Mi- 
moires de I' Acad, de Savoie, B, X, xlv). 

— : Etudes philologiques sur les Nomspropres (Ibid., B, V,xxiv l ). 

Pinget : Considirations itymologiques sur le Faucigny (Bonne- 
ville, V c Chavin). Cf. Bulletin de rAssociation Florimontane, I, 
p. 145. 

Abb6 G. Pont : Vocabulaire du Terratsu de la Tarentaise 
(Chambery, 1869). 

— : Origines du Patois de la Tarentaise, precis historique, pro- 
verbes, chansons (Paris, 1872.) Cf. Mimoires de VAcadimie de 
Savoie, B, V, liii 2 et V, lxxxvi a et Revue critique, 1872, n° 7. 

Possoz : Chanson en Patois de Sie% (in Revue des Patois, I, 226). 

Riondel : Le Patois de Samoins (in Rev. sav., 1868). 

— : Le Gros Tilleul de SamoSns (Ibid., 1878). 

Recueil des Patois de Savoie. — Traduction de la Parabole de 
l'Enfant prodigue, par les instituteurs; don fait k l'Acad6mie par 
M. Ruck. (Mentionn6 in Mimoires de VAcad. de Savoie, B, XI, 

LXXXIV). 

E. Tissot : Les Noms de Lieux de la Haute-Savoie (in Revue 
sav., 1892). 

Valuer : Origine des Noms del' hire et de la Tarentaise (Voiron, 
1880. (Extraitdu Compte-rendu des Congris, VII, 99). 

L. Vignon : Les Patois de la Rigion lyonnaise (voir plus haut). 

Les principaux mots Studies dans la Revue savoisienne sont : 
meuton,fi&, huguenot (Cf. article de M. Ritter, in Revue sav., 1896, 
etin Congris VIII, 227), gavot [A. Constantin]; savoyen, savoisien 
et Savoyard [E. Pascalein] ; pastenade et pasnalie, savoyarde, 
matron [J. Desormaux] ; gliire, vor^iire, be^iire, [C. Marteaux] ; 
joreetjorat [H. Ta vernier; Ducis]. 

Cf. Raymond : Quelques Remarques sur les Mots savoisien et 
Savoyard (Chamb6ry, i83o). 

Dans son Etude sur Messery et Nernier, (in Mimoires de VAcad. 
chablaisienne, XII, 1898), M. Vuarnet relive un certain nombre de 
mots relatifs k d'anciens usages. 

Digitized by LjOOQIC 



LIV INTRODUCTION. 

Parmi les manuscrits que nous avons pu consulter, nous indi- 
querons : 

i° Recueil de Notts, chansons bachiques , etc. Mnsc. ayant 
appartenu k Eloi Serand, communique par M. J. Serand. 

2. Parabole de V Enfant prodigue, en 96 specimens du patois 
Savoyard. Textes recueillis en 1862 par feu A. Despine. A la suite de 
quelques traductions se trouvent des expressions ou tournures pro- 
pres k certaines locality, avec des details relatifs k divers usages. 
Communique par M. A. Despine. 

3. Glossaire du Canton de SamoSns, ou recueil des mots patois 
les plus remarquables. Manuscrit de M. F. D. Riondel, conserve 
dans les archives de la Soci6t6 Florimontane. 

4. Parabole de VEnfant prodigue (textes recueillis par A. 
Constantin). 

5. Recueil de Chansons savoyardes (id). 

6. La Muse savoisienne II, manuscrit plus ancien, r6dig6 par 
A. Constantin en vue de TExposition de 1878. II renferme un cer- 
tain nombre de chansons, accompagn6es d'une traduction littirale, 
de devinettes et de proverbes. 

b) Liste de testes anciens (1). 

Dans ses Recherches sur les Poisies en Dialecte Savoyard, 
M. A. Despine fait allusion (p. 9) aux Merits en prose laisses par 
« la Bienheureuse Marguerite de Duingt ». II donne un extrait de 
ces oeuvres, « sans garantie de son exactitude ». Mais cette « Mar- 
guerite de Duingt, fille du comte de Duingt en Savoie », n'est autre 
que Marguerite d'Oyngt, dont les oeuvres ont ixi publics par 
M. E. Philipon (Lyon, 1877). La langue n'est ni le Savoyard, ni 
le dauphinois, mais le lyonnais. L'erreur remonte d'ailleurs a 
Champollion, qui, dans Fappendice de ses Nouvelles Recherches sur 
les Patois (Paris, 1809), avait transcrit le premier chapitre des 
Visions de Marguerite de Duin. 

Les premiers textes que nous connaissions-en patois Savoyard ne 
sont pas antirieurs au xvi e si&cle. 

(Pour le Myst&re de Saint-Bernard de Menthon voir plus haut : 
Lecoy deLa Marche). 

( 1 ) Pour les textes du xvi* et du xvir siecles, nous avons pu mettre a profit la notice 
d'A. Constantin : Catalogue des Livres et Plaquettes en Patois Savoyard de t55o b 
i65o. Voir l'ld.de la Plaisante Pronostiquation, ou la Revue savoisienne, 1884. 



Digitized by LjOOQIC 



ESSA1 DE BIBLIOGRAPHIE. LV 

i52o. (Patois de Geneve.) — Chanfon de la Complanta et Desola- 
fion di Paitre (prfitre). — Une copie manuscrite du xvn c si&cle 
(Society de Lecture de Genive, Brochures genevoises, Supple- 
ment, III) nous a conserve cette chanson en i3 couplets, qui doit 
daterdes premiers temps de la Riforme. (M. E. Ritter). 

1547. (Patois de Geneve.) — Placard de 8 lignes, en prose, affich£ 
en 1547 k la chaire de Saint-Pierre, k Geneve ; ce qui cotita la vie k 
son auteur. Se trouve dans les Recherches sur le Patois de Genive, 
parM. Eug. Ritter. (Brochure de 24 pages; extrait du tome XIX 
des Mimoires de la Sociitt d'histoire et d'archiologie de Geneve). 

i555. (Patois de Saint-Jean-de-Maurienne.) — Noel% et Chansons 
nouvellement compose^ tant en vulgaire francois que savoysien 
diet patois, par Nicolas Martin, musicien en la citd de Saint-Jean 
de Morienne en Savoye. Lyon, i555. — Contient 21 pieces, soit 
83o vers. Reimprime en 1879 dans la Revue savoisienne ; il en a 6t6 
fait un tirage a part, en 1880, qui renferme en outre 1 19 vers patois, 
extraits de YHystoire de la Vie de sainct Martin, du m£me auteur. 
Cette reimpression est due a A. Constantin. 

Cf. A. Despine : Recherches sur les Poisies en Dialecte Savoyard, 
p. 28, sqq. 

Le Compte-rendu du I tT Congrks, tenu k Saint-Jean-de-Maurienne, 
en 1878, contient un apenju sur N. Martin (p. 95, sqq.). 

Les Noel% et Chansons .... de Nic. Martin Savoysien, i555. 
Nouvelle 6dit. par J.-F. Orsier (Paris, Lion Willem, i883). 

1564. Les Gloses latino-franqaises de J. Greptus, 6d.par Fr. Mu- 
gnier, Chambery, 1892, et Paris (Champion, 1893). Dans un 
chapitre qui reproduit le texte de certaines gloses, Tauteur a relevi 
les 4c mots ou expressions rest6s dans le patois de Savoie ». 

1564. Prikre cTun Catholique k Toccasion de la convalescence 
d'Emmanuel-Philibert, due de Savoie. Sous ce titre, la mfime bro- 
chure contient une po6sie ancienne de 194 vers, avec notes et traduc- 
tion. II est difficile de dire k quelle locality on doit Pattribuer. 

Le titre patois de cette po6sie est : Excalmation orayson graces 
etloanges a Dieu por la convallecence de tres haut et tres puissant 
prince E. P. en Tan i563 par on bergier savoysien. 

1 565. Hystoire de la Vie du Glorieulx Sainct Martin ... soit mys- 
tfere en deux joumees en patois et en francois represent^ ... en Ian 
de grace i565. Transcripte et mise en lumi&re par Florimond 
Truchet (Saint-Jean-de-Maurienne, 1882). La partie patoise corn- 
Digitized by LjOOQIC 



LVI INTRODUCTION. 

prend 119 vers. Cf. Travaux de la Sociiti d'histoire et (Tar- 
chiologie de la Maurienne, V e volume, 3 C et 4 e bulletins, et V c Con- 
grades Sociitis savantes savoisiennes (analyse parM. F. Tru- 
chet, avec reproduction de 14 couplets de 4 vers). 

[?i 568]. Dans le premier volume de VHistoire UtUraire deGen&ve, 
p. 76, Senebier cite, au milieu d'unelistede documents : La Ga^etta 
de la Guerra Zay : Zay susay, Zay la vella et Zai la comba. (Cf. 
Bulletin de VInstitut genevois, XXV, 353.) 

1590. Chanson contre Geneve, par Jean M£nenc. — Sur i3 cou- 
plets qu'elle contenait, il nous en reste 5, de 8 vers chacun. Pr6- 
cieuse parce qu'on sait quelle est dcrite dans le patois de la ville 
de Cluses. Se trouve dans le Compte-rendu du Congr&s savoisien, 
en 1892, k La Roche. 

Voir aussi Jules Philippe: LaSavoie poitique, p. 6, et A. Despine: 
Recherches sur les Poisies en Dialecte Savoyard (in Revue sav. 
1864-69). 

1594. (Patois de Gex, departement de TAin.) — Le cruel Assiige- 
ment de la ville de Gais qui a estd fait et mis en rime par un citoyen 
de ladicte ville de Gais en leur langage. Lyon, 1594. 

Cit6 dans les Recherches sur le Patois de Gen&ve, p. 5 , par 
E. Ritter, Geneve, 1875. 

A. Constantin (Menus Faits, p. 1 1) mentionne le mime opuscule 
avec Tindication : « Imprime k Disjon, par Jean Des Planche. 1589. » 

1594. La Joyousa Farsa de Toannou dou Treu. Lyon, 1594. Cf. 
E. Picot : Les Moralitis polimiques ; Le Monologue dans Vancien 
Thidtrefranqais (in Romania, 1886-1888). 

1595. Joyeuse Farce d'un curia (curial) qui trompa par finesse la 
femme d % un laboureur. Lyon, 1595. 

1596. Prologue faict par un messager Savoyard, sur la rencontre 
de trois nymphes prisonnieres par trois Mores, avec la plaincte de 
la quatriesme nymphe de Vemprisonnement de ses soeurs. Lyon, 
1596. — Contient 289 vers. A certains indices on pourrait croire 
qu'il est icrit dans le patois parld entre Montmilian et le Fort-Bar- 
raux, sur la rive droite de Tlsfere, mais ce patois est m£lang6 depres- 
sions lyonnaises ou bressanes. 

R&mpression, avec notes et traduction par A. Constantin, 
Annecy, Abry, 1889 ; in-8 de 16 pages. Cf. Revue sav. 1889. 

1600. Le plaisant Discours d'un corrier savoysien. ChamWry, 
1600. 

Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE. LVII 

1600. Le plaisant Discours d'un midecin savoyart emprisonni 
pour avoir donni advis au due de Savoye de ne croire son devin. 
1600 (sans indie, de lieu). R6imprim6 & Geneve, Jullien. 

i6o3. (Patois de Geneve). — Ciquilaino, ou Chanson de I'Esca- 
lade. II en a 6t6 fait de nombreuses Editions. Le recueil public en 
1845, k Gen&ve, contient 4 chansons patoises. L'une Ciqu'ist laind 
est contemporaine de Tenement, les autres sont du xvm e stecle. 
(Voir ['indication des rdimpressions dans les Recherches sur le 
Patois de Gen&ve, p. 8 et 9, de M. E. Ritter). 

i6o3. Discours sur VEntreprinse de Genkve tirie au vray par un 
croquan savoyar. Chamb6ry, i6o3. R6imprim6 k Geneve par Fick, 
Jullien, 1879. 

i6o3. La Moquerie savoyarde, Cham Wry, i6o3 ; r6imprim£ avec 
lesuivant, Annecy, 1884. Cf. Revue sav. 1884. 

i6o3. La plaisante Pronostiquation faite par un astrologue de 
Chamb6ry. ChamWry, i6o3. R6impressionavec notes et traduction 
par A. Constantin, Annecy, 1884. Cf. Revue sav. i883. 

1604. Discours veritable d'un usurier de Remilly en Savoye 
lequel cestpendu et estrangli avec le licol de sa jument, le 16 may 
1604. Avec. sa complainte en rime savoyarde, 1604 (sans ind. de 
lieu). R6impression (Portejeuille de VAmi des Livres). 

La Revue savoisienne, 1867, 1, a reproduit la partie patoise, 
accompagn6e d'une traduction par M. F. Descostes. 

1604. Discours de deux Savoyards, Vun charpentier et Vautre 
tailleur, lesquels changerent de femme run Vautre... avec leurs 
disputes et cartels dedeffi en rithme savoyarde. Lyon, 1604. R&m- 
primi dans les Joyeusele{, tome IV, 1829. 

1604. Le Plaisant Prologue (Tun cuisinier Savoyard qui faisoit 
lamour a une Signora Italienne. R6cit6 au ballet des Cuisiniers, le 
jeudi 26 febvrier de la presente ann£e 1604 (sans indie, de lieu). 

161 2. Le Moyen de parvenir. Dans cet ouvrage Strange et sou- 
vent cynique, Beroalde de Verville, « qui a 6videmment demeur£ 
a Geneve, comme M. Blavignac Ta tr&s bien montr6, a ins£r£ <jA et 
la quelques mots ou quelques phrases de notre patois, entre autres 
au chapitre 38, ou il conte une a venture arriv6e A des femmes de 
Versoix. » (E. Ritter : Recherches sur le patois de Genbve.) 

i6i3. Les Fanfares et Courvies abbadesques des Roule-bon-temps 
de la haute et basse coquaigne et dipendances. ChamWry, 161 3. 
Cf. Revue sav., i865, 2, analyse et citations, par M. A. Despine. 

Digitized by LjOOQIC 



LVIII INTRODUCTION. 

R£impression prdc£d£e d'une introduction, Paris, i863. 

1629. Le plaisant Prologue de la Descente d'un Savoyard aux 
EnferSj avec le ricit de son voyage et de ce qu'il a veu. Represent^ 
en un Balet par Six-Matelots, Gentils-hommes Alemans. Lyon, 1629. 

i63o. No$l en Patois Savoyard des environs d'Annemasse. (Voir la 
Revue savoisienne, i885). Public avec traduction, commentaire et 
apenju grammatical, par A. Constantin, Annecy, i885. 

1640. Rinma savoy arda du paragon de servante, nourrece et 
buy and ire, 1640. 

i65o(?) Les Noe'ls de Bessans en Maurienne (traduits et annot^s 
par Florimond Truchet, ChambSry, 1867). Extrait des Travauxde 
la Socttti d'Histoire et d' Arch&ologie de la Maurienne, 2 e volume. 

Ces noels sont au nombre de 6, ayant : a) 26 couplets de 8 vers ; 
b) 12 de8; c) I4de 10; d) 11 de 8; e) I4de6;/J igde6ce qui fait 
73overs. 

D'apris le manuscrit que M. Truchet a eu entre les mains, ces 
Noels seraientplutdt antirieurs que post6rieurs k i65o. 

i685. Harangues en Patois Savoyard, pubises avec une traduc- 
tion par M. A. Perrin, in Rev. sav., 1897. 

La premiere est intitule Complemen de VAmbassadiay de Savo? 
le plie estroudenairau fait k M. la D. R. su sa grossese k sa premire 
audienga. 

La seconde : Descor de VAudienca de Congid de TAmbassadiau 
de Savoi le pie estrordinairau fai k M. la D. R. 

1688. (Patois de Geneve). — « Une chanson, qui date de 1688, ou 
s'exprime la mauvaise humeur avec laquelle beaucoup de Genevois 
avaient accueilli Parrivie des rdfugiis frangais qui avaient quitte 
leur pays apr£s la revocation de T6dit de Nantes. 

Cette chanson, en sept couplets, est cit£e par Gaul,lieur (Bulletin 
de VInstitut national genevois, III, 17, et Etrennes nationales, 
Lausanne, 1845). Elle commence ainsi : 

No vivions tous coman de tons compares... » 

(E. RlTTER.) 

1695. (Patois de Geneve). — La Conspiration de Compesiires 
(publide et annot6epar Ph. Plan, Geneve, 1870). Ce petit poime 
comprend 181 couplets de 4 vers. II est pr6c6d6 d'une int^ressante 
introduction sur Thistoire du patois dans nos regions. 

Noel Savoyard du XVII* siicle (Chantin nos atro), publid par 
A. Constantin et J. Desormaux, in Revue sav. 1901, p. 225. Extrait 



Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE. LIX 

dun recueil mnsc. denotes historiques, noSls, chansons bach iqueset 
satiriques. Ce no£l a huit couplets de 10 vers.Le manuscrit Eloi Se- 
rand renferme trois autres noSls patois, d&jk publics par M. l'abb£ 
Ducis, in Revue sav. 1870, p. 56, 66, 74. Ces noSls forment un total 
de 228 vers. 

Nous avons donni du premier une traduction frangaise et une 
traduction en patois actuel d\Annecy. 

Outre les Noils dk)k indiquds, cf. G. Vaxlier : Un Noel Sa- 
voyard (in Revue sav. y 1867), et Ducis : Les Noils de Scion^ier (in 
Revue sav., 1878). 

Parmi les textes du xvm e si&cle, nous mentionnerons: 

[1715?] La Chanson du Due de Savoie, publiie par M. J. Rrrz, 
dans ses Chansons populaires de la Haute-Savoie. Elle est tirde d'un 
manuscrit de 171 5 et a trait probablement aux entreprises de 
Charles-Emmanuel contre la France. 

1750. Panavo, chanson contre les Espagnols, publiie par J. Des- 
saix, in Mimoires de la Sociiti sav. d'Histoire et d'Arch&ologie> 
tome I. Le manuscrit d'oCi elle est tirde offre un melange de diffdrents 
patois avec quantity de mots fran<jais. Toutefois le parler de Cham- 
Wry y domine. 

Dans les manuscrits d\A. Constantin figure une copie des neuf 
premiers couplets de cette chanson, relevds par M. Tavernier, 
Tauteur de FHistoire de Samo€ns, sur un original conservi dans 
les archives de la mairie de Morzine. lis sont Merits dans le dialecte 
de Chambdry. 

Au xvm e si&cle appartient aussi une chanson patoise de Bessans : 
Deuy vieuy Amoereuy (publide dans les Travaux de la SociiU 
d'Hist. et d'Arch. de la Maurienne, 2 e sirie, tome III, 1901). 

Le No€l imprimd sous le mime titre : Deux Chansons patoises 
est plus recent et reprdsente le patois de Saint-Jean-de-Maurienne. 

M. E. Ritter a donnd (Recherches, p. 10 sqq.) une bibliographic 
d&ailldedes textes genevois du xvin e stecle. Voici les titres des chan- 
sons mention n6es : 

i° Chanson de V Escalade en langage Savoyard (4 couplets) ; 

2 Representations cTun Savoyard pour tAcher de faire abolir 
TEscalade, faites en son patois sur Fair : Marie%-moi, ma mire 
(19 couplets); 

3° Dialogue entre un Savoyard et un Genevois (18 couplets) ; 

4 Autre Chanson d' Escalade (20 couplets) ; 



Digitized by LjOOQIC 



IV »* 



LX INTRODUCTION. 

5° Revaicia dian noutra vella (12 couplets dus au pasteur Nicolas 
Chenevi&re) ; 

6° Regrets des Terroristes genevois (19 couplets); 

7 Cris de Gen&ve, mis en chanson sur Fair de VAimable vain- 
queur (8 couplets) ; 

8° Chanson d' Escalade, publiee par Ph. Plan, in Mimoires de 
la Sociiti d'histoire et d'archiologie de Gen&ve, tome XIX. 

M . Ritter cite en outre un certain nombre de brochures politiques 
6crites en patois de Geneve au xvm c si&cle. (Recherches, p. 14.) 

Les textes du xix e steclesont tout-i-fait nombreux. Aussi nous de- 
vons nous borner ici A quelques rapides indications. Nous avons 
d'ailleursTintention dedonnerplustard unebibliographieraisonnte, 
aussi complete que possible, de toutes les publications parues en pa- 
tois Savoyard, ainsi que des divers travaux, livres, brochures, ar- 
ticles de revues et de journaux qui ont pour objet les parlers de la 
Savoie. 

1807. Verneilh : Statistique du Dipartement du Mont-Blanc. 
Contient 4 textes de la Parabole de V Enfant prodigue (Paris, 1807). 

CLMimoires et Dissertations publics parlaSocidtdroyale desAn- 
tiquaires de France (VI, 1824); Coquebert de Montbret: Melanges 
sur les langues, dialectes et patois (i83i); L. Favre : Parabole de 
V Enfant prodigue en 88 patois divers de la France (1879) ; Bridel : 
Glossaire de la Suisse romande. 

1816. Chanoine Gazel: Chansons (patois de ChamWry). 

[Grasset] : Zenkva d&livrdye (Geneve, 1868). (Huguenots 1519- 
i535 ; Escalade 1602 ; Captiviti et Restauration 1798- 18 14 ; Avenir 
1868). 

Chansons de Ducros de Sixt, de J. B6ard, J. Liard, F. Agnellet, 
Achille Favre, dit Chillon, Bouchage, Collombat, Am61ie Gex, 
Blanc-Gonnet (d'Arfiches), J. Gavard, L. Terrier, J. Berlioz, Aim6 
Marcoz, A. Desservetaz, etc. 

II convient de lire sp6cialement les Recherches sur les Poisies 
en dialecte Savoyard, par A, Despine (Revue sa v., 1 864-1869), les 
Chansons patoises de J.-F. Ducros de Sixt, publiies avec notice et 
traduction par Hippolyte Tavernier, ainsi que les diverses publica- 
tions d'A. Constantin, notamment celles qui sont relatives k Biard. 
Nous en avons donn6 la liste, avec celle de ses autres travaux, dans 
la notice biographique et bibliographique que nous avons di\k 
indiqude. (Annecy, Abry, 1900.) 



Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE BIBLIOGRAPHIE. LXI 

Sous ce titre : Dossier de Joseph Biard, on trouvera tout ce 
qu'A. Constantin a pu recueillir (imprimis et manuscrits) relative- 
mentau po£te rumillien. (Archives de la Soci6t6 Florimontane.) 

D'Am61ie Gex nous mentionnerons : Le Long de I' An, chansons 
en patois Savoyard, avec la traduction fran^aise en regard (Cham- 
bery, M6nard, 1878); 

Diande la Jeanna. Redans de Savoui (Chambiry, Minard, 1879) J 

Lo cent Ditons de Pierre cTEmo (Chamb6ry, Minard, 1882) ; 

Poisies en Patois Savoyard, avec traduction fran^aise en regard 
(Chamb6ry, veuve M6nard, 1898). 

Tout Annecien connalt les pieces patoises de Louis Terrier, 
parues sous le titre de C hoses et Gens d' Annecy (Annecy, H6risson, 
1894). 

Voir aussi l'&lition des Chansons de Collombat (Annecy, Niirat, 
2 e Edition, 1902) et Fexcellent recueil de Chansons populaires de 
la Haute-Savoie, dti k M. J. Ritz (Annecy, Abry, 2 c 6dit., 1900). 

Une source fort importante est la collection des divers journaux 
locaux, des almanachs, revues, etc. 

Enfin on trouvera un certain nombre de vieux mots patois dans 
VInventaire sommaire des Archives dipartementales de la Haute- 
Savoie, ant£rieures k 1792, que publie actuellement M. Tarchiviste 
Max Bruchet. (Les monogrammes contenant une date avec Tindi- 
cation de la locality renvoient k cet important travail, qui n'est pas 
encore dans le domaine public). 

Nous signalons avec plaisir la publication prochaine cTun Glos- 
saire du Patois chablaisien, ainsi que les recherches entreprises 
depuis quelque temps par MM. Muret, Gauchat, Jeanjaquet, et 
autres savants de la Suisse romande. 

Quant au folk-lore, M. J. Serand a commencd k recueillir plus 
complement les anciennes coutumes et traditions qui disparais- 
sentchaque jour. Nous souhaitons vivement k Tarchiviste si obli- 
geant de la Soci6t6 Florimontane de mener bientdt k bonne fin ce 
trts important travail. 



Digitized by LjOOQIC 



EXPLICATION DES ABRfiVIATIONS 



Les mots prlcldls du signe f appartiennent au francais local et sont Merits selon 
les regies de Torthographe franchise. 

L"ast£risque devant un mot cit£ indique qu'il faut se reporter a ce mot dans 1c 
Dictionnaire. 

L'abrlviation H.D.T. renvoieau Dictionnaire giniral de la Languefrancaise, 
de MM. Hatzfeld, Darmestkter et Thomas. 



abs. 

adj. 

adv. 

all. 

anal. 

anc. 

arr. 

art. 

auj. 

c-a-d. 

card. 

«/■ . 

conj. 

con jug. 

contr. 

dauph. 

diet. 

dim. ou dimin. 

dir. 

id. 

itym. 

ex. 

exclam. 

f. ou fim. 

fig. 

fr. ou franc, 

frl. 

fut. 

gen. 

imp. 

impir. 

impers. 

ind. 

indir. 

inf. 

inter). 

in t err. 

inv. 

irr. 

ital. 

kil. 

lat. 

lac. 

lyonn. 

m. ou msc. 

n. 



absolu 

adjectif 

adverbe, adverbial 

allemand 

analogique 

ancien 

arrondissement 

article 

aujourd'hui 

e'est-a-dire 

cardinal 

confer, comparez 

conjonction 

conjugaison 

contract^ 

dauphinois 

dictionnaire 

diminutif 

direct 

Edition 

Otymologie 

exemple 

exclamation 

teminin 

figur^ment 

francais 

francais local 

futur 

genevois 

imparfait 

imp£ratif 

impersonnel 

inaicatif 

indirect 

infinitif 

interjection 

interrogatif 

invariable 

irregulier 

italien 

kilometre 

latin 

locution 

lyonnais 

masculin 

neutre 



nig. 

np. einpr. 

num. 

ord. 

P- 

p. ou pers. 

P*rf 
part, 
p. dif. 
piim. 

Pi- 
pop, 
poss. 

PP' 

pr. etpron. 

prif. 

prip. 

prononc. 

prop. 

R. ou rip. 

Rac. 

rad. 

ricip. 

rig. 

Rev. 

rom. 

S. ou syn. 

s. 

sap. 

sf. 

sing. 

sm. 

spic. 

sub). 

subst. 

SU). 

t. 

unip. 

V. ou p. 

p. 

pa. 

pn. 

p\ 

pp. ou ppr. 

pulg. 

PX. 



negation 

nom propre 

numeral 

ordinal 

page 

personne 

parfait 

participe 

passe* dlfini 

pigmontais 

pluriel 

populaire 

possessif 

participe passe* 

pronom 

pr£fixe 

proposition 

prononciation 

provencal 

rOponse 

racine 

radical 

r&iproque 

regime 

Revue 

romand 

synonyme 

siecle 

Savoyard, savoisien 

substantif teminin 

singulier 

substantif masculin 

splcialement 

subjonctif 

substantif, substantive 

sujet [ment 

terme 

unipersonnel 

voyez 

vers 

verbe actif 

verbe neutre 

perbo (au mot) 

verbe pronominal 

vulgaire 

vieux 



Digitized by LjOOQIC 







PRONONOIATION. — Le son de Ya bref et ouvert est reprOsentO dans les mots 
pttois par a sans accent, sauf a la fin des mots, ou Ton emploie & avec le signe des breves 
pour annoncer qu'il est atone. — On conserve 1'accent grave sur a proposition pour 
ne pas rompre avec l'usage. 

SurmontO de 1'accent circonflexe, Yd a un son long et fermO, comme en francais ; 
lorsqu'il est tres long, on Ocrit da. 

SurmontO de 1'accent aigu, d reprOsente moins an a qu'un o. Tant6t c'est un o in- 
connu au francais, plut6t palatal que labial, comme a dans les mots anglais all, small*, 
Uot6t presque un 6 francais. Dans les deux cas il est long. 

Nous avons adoptO cette graph ie pour la prononciation chablaisieune de certains a 
qu'on pourrait repre*senter par <5, parce qu'elle permet d'Ocrire et de grouper ensemble 
I la mOme rubrique du Dlotlonnalre une grande quantity de mots. 

Dans les diphtongues, Ya surmonte* d'un accent est tonique et sans accent il est atone. 

Voir dans I'Introduction le Systeme graphique. 



A, pre* p., correspond gOnOralement a 
IaprOp. francaise a, mais cette regie com- 
porte bien des exceptions : A s'empioie 
dans beaucoup de cas pour de, avec, 
en, etc. (voir la Gbammaibe). Cette pro- 
position se sous-entend dans les ex. sui- 
vants et autres semblables pour cause 
d'euphonie : D' pi £nn'ci, d'piArbi. d* pi 
Arbin (4T,A) [je vais a Annecy, a Alby, 
aAlbens]. , 

Mais on ne la sous-entend pas dans 
Vvia £s (jevaisa Aix], parce que D'pi 
£5 serai t encore moins euphonique. 

Dans ce cas, on dit aussi D' pi a-r~£s 
(4R), avec la lettre euphonique r, d'un 
usage frOquent, particulierement dans 
TAlbanais. 

La suppression de la proposition n'a 
guere lieu devant les noms de localitOs 
commencant par une autre voyelle que 
A. Quant a 1'exemple citO plus haut : 
If pi £nn'ci, il y a lieu de rappeler, 
croyons-nous , que la graphie Necy, 



Nessi, ou autres analogues, fut souvent 
employOe, particulierement au xvf s. 
Sans doute on croyait entendre, dans la 
premiere syllabe du mot Annecy, En- 
necy, la proposition A, ou une forme de 
la proposition en, quisemblaitremplacer 
la proposition a. 

D'i m'aprestd p' aid la miessa* (4 A I) 
[je fais mes prOparatifs pour aller a la 
messe]. 

On diqila disputa* | pilaspai-tarpd. 
I Francwi a trovd rdiri \ qi V n'itai 
pd said (4R) [On dit que la dispute est 
arrivOe a cause de la soupe. Francois a 
trouvO a redire parce qu'elle n'Otait pas 
salOe]. La suppression de a dans cet 
exemple est plut6tdueaux exigences de 
la versification ; dans la conversation on 
peut conserver la proposition. 

A, suivantleslocalitOs, a des significa- 
tions diffOrehtes : A bin sajhd (4AI) [il 
est bien sage]. Ici le verbe est sous- 
entend u. 



Digitized by LjOOQIC 



A-ABEl 



A p4r/*(6Ac,B) [il parle]; yt-t-dtU? 
(6B) [est-ce toi, litt. c'est-il toi]. Cest lc 
pronom de la 3* pers. masc. ou neutre. 
(Devant une voyellc : al, dl, ar, dr). 

A-to? (4T,A,R), d-to ? (4A,Ab) [as- 
tu]. Cest la a* pers. de l'indic. du verbe 
avoir. 

A, sm. (6Bq) : if. Ne s'emploie que 
pr£c£de* de Bw£ : V bwl d'd. A Faverges, 
on dit 4 qui s'emploie seulement aussi 
apres bu>4 : bw4 d'4. 

Ab&ch6r, va. (8Bf) : abaisser. 

AbadA, va. (4T,A,R; 8 B') : detacher, 
tocher, donner la liberty ; Abadd (4A, 
Ab ; 2 Aj ; 8B*m). Abadd Vtropi (4T,R) 
[faites sortir le Wtail de rouble ; menez- 
lepaitre]; - rig*, — I4't4bdsi (4T) |ou- 
vrez les vannes]. Lorsque la mere d'une 
jeune fille compromise par un jeune 
bom me vient se plaindre a la mere de 
ce jeune homme, celle-ci lui rlpond 
souvent par ce dicton : D* 4 abadd mon 
pol4, gardd vtr4 polayt (4R) [fai lache* 
mon coq, gardez vos poules]. 

— (3T,S';4T,A,Aa);i4^a^(4A,Ab; 
aAj): soulever (un objet lourd). 

Abadd (s'), vpr. : se sauver, se deta- 
cher; prendre la vol£e (oiseaux); com- 
mencer a marcher. Ma dariri s'8 pocd 
abadd (4T,Aq) [ma derniere fille ne 
marche pas encore seule]. En ce sens 
on dit aussi s'abandend, s'abandnd, s'a- 
bandoundr. Voir f aban donner (s f ). 

Abadi(* F), adv. ( 4 T). Voir bad*. 

Abadd, adj. verbal (4T,Ab) : libre, 
d6tach£; Abadd (8B'). Lou mduton san 
abadd; 14 vaqh4 san abadt (4T)[les mou- 
tons sont dans les champs , les vaches 
sontdansleschamps,ousontd£tach£es]. 

A bad on, sm. (4T,A,Ab,Al,A'g,R ; 
8B') : oisillon ; oiseau qui commence a 
voler; animal domestique qui com- 
mence a marcher. 

f Au fig. : Jeune homme qui com- 
mence a voler de ses propres ailes. 

Aban (bwBe d'), sm. (4A*g) : cytise 
des Alpes ; vulg. bois de lievre. A 
Grufly cet arbustene se trouve que dans 
le bois d'Abonda, qui est bien expose* 
au midi sur la route d'Alleves. Aban, 



ainsi que son synonyme abd qui est 
usite 1 a Annemasse, ne s'emploie qu'avec 
le mot bois. 

Abandna, va. (4T;8B f ) : abandon- 
ner ; abandnd (4A,Ab) ; abandoundr 
(8Bf). 

Abandon, sm. (4T,A) : abandon. 
— {lou-t), m. pi. (4T) : la reserve, le 
bois de reserve. 

On remarquera que le sens est abso- 
lument l'in verse de Tacception ordi- 
naire. Le paysan a mal compris le terme 
employe* par les forestiers. Pour lui, le 
bois d'abandon est le bois qu'on laisse 
croitre, qu'on abandonne (au sol). Pour 
le forestier, c'est le bois qu'on peut 
co u per, qui est abandonne* (a l'usager). 

f Abandonner (a*), vpr. (G ; 1 T ; 2 J ; 
3B;4T,A; 8Bf): Ma fille commence a 
s'- [a marcher seule]. A S"-Foy (8Bf), 
on dit : Ma Jilti cominchit a s aban- 
doundr ;b Thdnes : Ma flit cominci a 
s'abandnd (ou a s' abadd). 

Abassi, va. ( 1 Ep) : abaisser ; abdssi 
(1 Dm). Voir abtasi. 

Abassordi, (4T,A), part, passe* : aba- 
sourdi ; aba^ourdi (8Bf). 

Abatajhe, sm. (3S*) : longue barre 
de bois servant de levier. 

Abatrft, va. (4T,A) : abattre. En par- 
lant des fruitsabattre se dit: cruld (4T); 
sakturB (4T,Ag); askorB (4Ag) ; sakdri 
(4AI); sBkeuri {yS);sikdri (8B') ; so- 
keurt(m);g6ld(7i). 

Abdancft, sf. (4 A I) : tout aliment, 
comme poire, pomme, fromage, qu'on 
mange avec son pain. Voir Apidanci. 

AW, sm. (4T,A) : abW; abia (jU). 

Abftca, va. (4T,A,Ag; iDm) : aW- 
quer, donner la becqute; A b4tchi4r(8Bf) 

— On tnon (4T) : faire entrer le te- 
non dans la mortaise. Dans le frl. aW- 
cher. 

t Atecher, va. (4T,A; *Aj ; 3S"; 
G) : faire joindre les deux bouts. Cette 
tringle ne peut abicher l'anneau. Le te- 
non riabtche pas encore la mortaise. 
Tache d'abicher les deux bouts. 

t Abeiller, sm. (4T, A, ; G) : rucher. 

Ab6irdr, va. (7Jr) : abreuver. 



Digitized by VjOOQIC 



ABER-ABOU 



Aberft, va. (4T,A,A*g; iDm) : abreu- 
▼er; aberd (4 A, Ab; aAj) ; aberdr (8Bf); 
abird(*&) ; a60fr*r (ji);JBt£ncraberd 
libitti (4T) [il est temps d'abreuver le 
Wtail]. 

Aberajhd, sm. (4T,A,A'g) : abreu- 

Tage ; aberajhe (1 Dm) ; abirddtf (8B*). 

Abesai, va. (4T.A): abaisser; abassi 

(lEp); abissi (iDm); abdchir (8Bf); 

obicki (8B). 

AbimA, va. (4T,A,Ag) : abfmer, gA- 
ter; abimer (yJr) ; abinmd (iEp). #an 
onvoyajhein tin diplydjhl, on-n abimS 
son linjhd (4Ag) [quand on voyage en 
temps de pluie, on abtmeson linge]. 

AblasA, va. (4A) : faire plier, fa ire 
courber sous un poids ; — (5Ab) : faire 
couch er. aplatir. L'ura a ablasd td lou 
Wi(5Ab) fie venta couche* tousles bl£s]; 
ii ablasd mon tyoli d'on cou de poin 
(SAb) fj'ai aplati mon vantard d'un coup 
de poing]. 

AbliSssi, va (4A,Ab,A'm) : habiller. 
Brdvte fitXH. priparin-n6 f abttissin-nd. 
arguitin nd u merieu (4A*m) (Jolies fil- 
les. pr£parons-nous, habillons-nous, re- 
aardons-nous au miroir]. 

Ablyi, va. (4T,A,Ab,A'g,R) : habil- 
ler. S % — ou pan bSni, voirb&ni. Ablyi 
cdcon d'na brdv&faqon (4T) [dire a quel- 
qu'un son fait, ses veritls]. Na bitye 
ablya (4Vg) |"un abruti]. 

AblyosA (s*),vpr. (4Ag) : s'asseoir ou 
s'&endre parterre d'une maniere incon- 
venante. Se dit des femmes. Du mot 
btydsi. 

Abd,sm (4T,A,A*g,Al; 2 Aj) : moyeu 
(d'une roue). 

Abo (bwS d'), (2 A) : cytise des Al- 
pes, vulg. bois de lievre. Voir: aban. 
Abochi, va (4T,A,Ab,Al,A*g; aAj ; 
3S*) : mettre quelque chose sur son ou- 
verture \ — na boss* (4T) : mettre un 
tonneau sur sa bonde; — na botolU 
(4T) : mettre une bouteillesurle gouiot, 
le gouiot en bas ; — na sitte* : poser un 
seau sens dessus dessous ; — on benon su 
lapdld de Vinforni (4T) : renverser un 
banneton sur la pette de Tenfourneur; 
— le bid (4A'g) : redresser les tiges de 



ble* que le faucheur vient decouper con- 
tre celles qui sont encore debout, afin de 
faciliterle travail de fouvriere qui suit le 
faucheur pour faire des javelles. Cette 
maniere de moissonner est usitle dans 
quelquescommunesdesenvironsd'Alby 
et d'Annecy. 

— , vn., tomber la face contre terre ; 
tomber sur ses genoux (en parlant du 
cheval). 

$' — : se coucher le ventre contre terre ; 
appuyer la poitrine contre qc. en se pen- 
chant, par ex. contre la table en e*crivanl 
ou en mangeant. Ni vou-% aboqhipd tan 
4n-n icrisin (4T)[ne vous penchez pas 
tant en £crivant]. 

Abochon, adv. (4T,A,Ab,Al,A'g,R; 
aAj) : la face contre terre ; sens dessus 
dessous. Tombd aboghonou <f aboghon 
(4T) [tomber en avant la face contre 
terre]; dromi — (4T) [dormir couche" a 
plat ventre], 
Abol (abohi), vn. (4T) : aboyer. 
f Abondance , nom qu'on donne 
dans le frl. (4T,A,Ab,Ag; 5A; -jh) a 
la betterave ordinaire (beta vulgaris). 

Abonnft, vn. (4AI) : devenir bon. Se 
dit: bind (4Aq); bonnd (4T) ; bund 
(4A*g); bound (5A'b) ; bound (4AD). 

Ab6r (d'), adv. (4T) : d'abord ; d'abd 
(4A; lEp); d'abdrt (-jir). Dans le frl. 
s'emploie improprement : i* a la place 
de tout de suite ; a* a la place d'aus- 
sitdt. Par ex. : j'y vais d'abord; il est 
huit heures d'abord ; il est parti d'abord 
apres; il e*crira d'abord apres. 

Aborbati, adj. (3T) : lourd, pesant; 
se dit des personnes. 
Aborni6, va. (8M) : e*borgner. 
Aborsft, adj. (8B'). Voir: fareuse. 
Abqston, adv. (6A). Voir: abochon. 
Abosti6, va. et n. (6 A). Voir : abochi. 
Abotche-, va. et n. (8B') > abotyi 
(8Bf). Voir: abochi. 

Abotchioun, adv. (8Bf); abotson, 
dabotson (8B'). Voir : abochon. 

Abotnft, vn. et va. (4 A) : boutonner ; 
frl. aboutonner (4A,R ; G). 

t Aboucher, va. (4A,T; G). Voir : 
abochi. 



Digitized by LjOOQIC 



abou-acSn 



f Abouchon, dabouchon, adv. (4T, 
A,R;G). Voir : abo^hon. 

t Abonler, va. (G ; 4X, A) : appor- 
ter, donner promptement. Fairc abouler 
quetqu'un [forcer quelqu'un It s'execu- 
ter] : Jc 1c fcrai bien abouler, c-a-d. je le 
forcerai bicn It payer. 

— s 'abouler : venir, arriver. Le voila 
qui s'aboule, c-a-d. il arrive en fin, ou il 
s'execute enfin. 

About*, va. (6 A). Voir: 6nbout&. 

f Aboutonner , va. (4A,R; G) : 
boutonner. 

Abri, smp. (4T) : mouvements ex- 
cessifs des bras, agitation in tern pes tire 
ousimulee. Fairi bin d* — [s'agiterpour 
des riens]. 

AbrSjhi, va. (4T) : abreger; abri- 
jhiir ( 7 Jr). 

f Abreuvoir, sm. (G): auget, petite 
auge pour les oiseaux. 

AbritA, va. (4X,A, A'g) : abriter. 

Abr6, sm.(4X,A,Al,R,A*g; 6Bv,Bq; 
iJr; 8Bf,B',B'm) : arbre; abrd (4Ab) ; 
dbre (6Gv). Tabb (4Fd) est 1'arbre sec 
dont il ne reste que le tronc ou qq. 
blanches. Diet. anal. : Qhantd-mirld, 
motin, titdr, wintd, wild, intd. Voyez 
aussi fortan. — 'T-ouq's'abll&r chdtin 
i s* disabiti in-n ivi (4X) [qu*est-ce qui 
s'habille l f £te\ et se deshabille en hiver ?] 
(Abr6). 

Abruti, pp. et sm. (4X,A) : abruti. 
Syn. : borta bityi (4X,A,Ag) ; bityi 
ablyd (4Ag); bourta bissi (8Bf). 

Abaoluchon, sf. (4X): absolution. 
Balyi V — [absoudre], 

Abusft, va. (4X,A) : abuser. 

AcablA, va. (4X) : accabler ; acablyd 
(4Ag) : D* si acablya d'uvra (4Ag) [je 
suis accable" de travail]. 

Acachon, d*aca$hon, adv. (4X,A, 
A'g) : en cachette; acaghdn (jfr). 1 fd 
na ghaldr d'acaghon (4X) [il fait un 
temps chaud et lourd, une chaleur suf- 
focante]. 

t Acagnardir (a*), v. pr. (G) : s'acag- 
narder, se laisser aller a la mollesse, 
faire son cagnard. De cagne. 

t Acagner (a*), vpr. (G) : seblottir, se 



coucher en se peiotonnant. Acagne-toi 
bien dans ton lit pour n'avoir pas froid; 
acagni (*') ( 4 X). 

Acapi, va. UX,A,A'g; 8B'); acapdr 
(8Bf) : saisir brusquement, saisir un tin 
qui fuit ou qui va vous echapper; at- 
traper, accrocher ; acapi (en parlanta un 
chien) [attrape, mords] ; acapa-\ u (4Ag) 
[attrape ca]. Se dit au propre et au fi- 
gure ; dans ce dernier cas, il exprimeia 
satisfaction qu'on eprouve d'une mesa- 
venture arrivee a qn. 

— , (4 A) : atteler une Wte de trait de- 
vant le limonier. 

— (s*), (4X,A,A*g,Al) : s'empoigner, 
se cramponner. 

Acapari, va. (4X) : accaparer. 

Acapdr, vn. (7Jr) : rtussir. 

Ac&rft, va. (4TA,Ag) : refoufer ou 
presser contre un coin ; mettre en un 
coin, a Fecart. 

$'— , se blottir, se mettre dansun coin. 
De cdro, coin. 

Acariatro, adj. (4X) : opiniatre. N*a 
pas, a 4T, la mime signification qu'en 
fr. 

AcAro, adv. (8B*f) : dans un coin, 
en surety. 

Acatchioon', adv. (8Bf) : en cachette; 
acatsoun (8B). Et fftl na saleur oca- 
tchlouri (8Bf) [il fait une chaleur suffb- 
cante]. 

AcAtP*,va.(4Ag; X) : serrer, presser 
avec force une chose contre une autre; 
acw&tra, (4 A) : Montd su f gharie 
p' aedtrd r fin (4Ag)[monte surle cha- 
riot pour tasser le foin]. Dans le firl. 
aedtrer. 

AccSptA, va. (4X) : accepter. 

Accftptachon, sf. (4X,A) : accepta- 
tion. 

Acciddn, sm. (4X,A) : accident. 

Ace-, sm. (4Ag) : acier. 

Actochon, sf. (X,A,A'g; jlv) : as- 
cension ; ancichoun (8Bf) ; acichon 
(4Al,R,A,As) : A t Acichon 16 grofon, 
a la Fit* a Dyu on dili-\ avi vyu (4 As) 
[a TAscension les h^rissons des chatai- 
gniers doivent commencer ; a la Rte- 
Dieu on doit les avoir vus forme's]. 



Digitized by LjOOQIC 



ACfiN-ACIfc 



Actus*, va. (4T,A,A*g; 8B') : louer 
(une maison), prendre ou donner en lo- 
cation; acinse (7Jr); acinsdr (8Bf) ; 
acissd. (4 A,A1,R) \acissd (4Ab) ; facen- 
*er(G; 4 T,A). 

Ace-pi, adj. (6A) : tassl par une forte 
pluie. 

AchA, va. (4Aq) : alt^rer, exciter 
lasoif; achd (4Ab; aAj) : La chd achl 
(4Ab,Aq ; 2 Aj) [la chateur alterej. 

AcJialanda, adj. (4T,A,Ag): acha- 
lande\ 

Achapa, va. (4A,T,A'g ; 2F) : atteler 
de front deux bStes de trait; achapd 
(4Ab). On Pemploie aussi (4R), mais 
plus rarement, quand il s'agit d'atteler 
un seul animal. (Du lat. caput, t£te), 

A$harn4, adj. (4Ag,T) : acharnl; 
achirnd (lEp). 

Achati, va. (aAj) : serrer fortement 
Tun sur Pautre. Dupan achat i [du pain 
mal leve\ mal cuit, qui est reste* plat]. 
Voir : asaatir. 

AchavnA, va. (4T) : achever ; chavnd 
(4T,A,R,A'g); chdvnd (4Aa); chavond 
(3T) ; chavwind ( 1 Ep) ; chamni (4R, Al); 
chemnd (4 Ac); chdwvndfokt) ; ghanvi 
(5R). 

Achd, adv. de comp. (iB*) : aussi, 
si, tellement ; ac'he (3S'), 

Acheblid,sf.(3S'). V. afoblieure. 

Achena, vn. (lEp) : flairer; — (3T) 
se dit du bouvier qui va passer la nuit 
tree ses chevaux et sa charrue chez ce- 
luiqui Pa engage. 

Achentu, adj. (4T) douillet, frileux. 
(dec^n/re,sentir) achitu (6 A); achentu 
(3S'). 

Acher, ashler, sm. (7Jr) : acier. 

Achetft, va. : asseoir; s' — s'asseoir 
(4AI; 6A; achdtrt (8B*,B'm,M). 

Achett, sf. (6A,Am ; 7k ; 8Bf) : as- 
sise ; achUtd (7M) ; achitd (4TC) ; 
achtetd, (fVdiphtongue) (4Tm). 

Acheter, va. (7Jr) : asseoir; s*— , 
f'asseoir. 

Acheter, va. (7Jr) : acheter. 

AchttrS, va. (4Ab) : flairer. 

Ac'hi, sm. (3S') : atre. 

Ach6,sm. (4A,R) ne s'emploie qu*a- 



vec le mot./? (fil): Fi a" achd [fil d'ar- 
chal, fil de fer], Le patois ignore fil de 
fer. Voir archd. 

Achon, sm. (4T,A,R) : hachette, co- 
gn£e ; achon (G). 

Achonna, vn. (4A): flairer ; achend 
(lEp). 

AehoutAyVa. (4Ab) rabriter; achoutd 
(iEp);achutd(4T,k,A:g);achutd(2k)); 
ac'hutd (3S'). Syn.: b'tda la swichd(W). 
Voir chut&. 

Achouta (a*), vpr. (4Ab) se mettre- 
a l'abri de la pluie; achoutd (lEp); 
achouter(G) ;achutd(4T t A,fiLg) ; achu- 
td (2AJ); ac'hutd (3S'). Vin dan na 
mitd fachutd (4T) [viens done un peu 
te mettre a Pabri de la pluie] — achouta 
vd (4AD) (vd et non vd); achutd-vd 
(4A) (vd et non vd), [mettez-vous a Pa- 
bri]. En parlant du temps on dit : 1 
s'achute, i va s'achutd (aAj); t le temps 
s'achoute (G) ; ate qi V U si achoutd 
(4Ab) ; r tin s'ichute (4T). 

A$htA, va. (4T,A,R) : acheter; ach- 
tar (8Bf); atsitd (8M); astd (8B'). 

— na rissB (4Ag,Al) : ^carter les 
dents d'une scie pour leur donner de la 
voie. 

AchtA, va. (4T,A,Al,Ag) : asseoir ; 
achtdr (8Bf) ; s' — , s'asseoir . Conjug. : 
D' m'achtd, — achtSe, — achtSe. Le v. 
achtd se conjugue de m£me. (Les ter- 
minaisons atones de Pind. present sont 
toniques.) 

Achura, va. (4T,A; 8B') : assurer; 
achurdr (8B0 : & vou~\ achurd qi wi 
(4T) [je vous assure que e'est vrai (que 
oui)]. 

s'— , vpr. (4T) : s'assurer de ; enga- 
ger son service com me ouvrierou comme 
domestique. De chor, sur. 

Achurance, sf. (4T,A) : assurance. 

Aohut&, sf. (4R) : abri. Se m' td a 
/'— [se mettre a Pabri]. Voir chut ft. 

Aohuta, va. (4T) : abriter. 

— (s') : se mettre a Pabri de la pluie. 
Achwanna, va. (4 Aj) : flairer, sentir. 

— gla rousd [sentez cette rose]. 

Acie, sm. (4T,A) : acier ; afi (1 Ep) ; 
aci (4Ag) : ayir (7Jr); acher (7U) ; 



Digitized by LjOOQIC 



ACLI-ACOS 



aghter (yJr). On dit plonmd d'ftfoT) 
pour plume d'acier. 

Aclii, va. (4R,Ab) : faire marcher 
l'attelage (en parlant des vaches ou des 
boeufs) ; aiguillonner le Detail. 

Aclion, sm. (4A'g) : garcon qui mar- 
che devant les boeufs attetes, toucheur, 

AcliwAdre, va. (4Aa) : aclXuti (4 A'g) ; 
V. aclii. Acliwidrt la cobld foAa) : 
[faire marcher l'attelage]. 

Acliwi, vn. ( 4 A'g) : V. aclii. 

Acm6, conj. (4AI) : pourquoi. De 
cmi, comment, et de la conj. 6 (et) qui 
s'est changed en a, comme dans apwi 
[puis, et puis]. 

AcobU, va. (4T,A ; 8M) : accou- 
pler des animaux domestiques de mfime 
force ou de mlmecouleurpourleurfaire 
execute r un travail. De cnbla, couple ; 
acobldr (8Bf). En parlant des boeufs, ac- 
coupler se dit : aglUtd (4Ag,T) ; 
jhoutld (4Aa; 1 Ep) ; d^widrB (8B'); ad- 
lyBtd ( 1 T) ; dlitd ( 1 Ep) ; lyitd ( 1 Ep) ; 
glyBtdr (8BQ; glyitd (8B*). 

AcocA, va, (6 A) : saisir au vol (en 
parlant d'un objet lance* en Fair). — : ar- 
rtter a temps un troupeau qui allait 
prendre un faux chemin. 

Acocheumtr,va. (7Jr) -.accoutumer 

Acoesti6, va. (4T) : couper le som- 
met d'un arbre; tirer a soi une bran- 
che pour cueillir des fruits. 

f Acomparer (accomparer) frl. va. : 
comparer. 

Aconpanyi , va. (4T,A) : accompa- 
gner ; acoumpanyir (8Bf) ; aconpiyi 
(8B'). 

AconplerS, vn. (4Aa) : complaire; 
£tre agreable a quelqu'un. E bin I la 
stcnbr i lil En I'onord' laSint' Virge 
i pB midw I'aconpUri, \ N't dtro 
k'on-n 4 d* Pendri, \ On pu bin I'li 
jhor-tyBe s'arblanghisan mdfSri, \ E 
s'arwd dsu td ntrd-% apU (4^a) [Eh 
bien 1 la fete de septembre est la 1 En 
Thonneurde la sainte Vierge et pour 
mieux lui complaire, nous autres qui 
sommes de 1'endroit , nous pouvons 
bien ce jour-la faire des frais de toilette 
sans mal faire [sans pecher] et nous 



mettre sur Ies6paules toute notre garde- 
robe]. Le mot La Stenbrd est propre 
a Alex dont la ffite patronale tombe le 
8 septembre. 

Acontid, sm. (4T,A) : acompte. 

Acor, sm. (4T,AI): accord; dacor 
(4T,A1) ; d'acdo (5 A), loc. adv. 

AcoratA, va. (4 A) : courir apres quel- 
qu'un; forcer quelqu'un a fuir et le 
pourchasser. 

Acorci, va. (4T, A) : accourcir ; acour- 
chir (8Bf); ricurchir (jJt); arcuriir 
(7Jr). Pour les jours s'accourcissent, 
ou deviennent courts, on dit le plus 
souvent accourcissent (en supprimantle 
pronom). 

AcordA, adj. (4T) : fatigue\ a la 
suite de la descente d'une hauteur. 

AcordA, va.(4T,A) : accorder; acor- 
der(yfr). Dans le frl. s'empioie pour 
recevoir, accepter, dans des phrases 
comme celles-ci : II a donne* sa demis- 
sion et le preset « la lui a accordle * 
[Pa accepted] Le ministre « a accorde* » 
sa demission a... [a re$u la demission 
d'un tel]. 

AcordaliS, f.pl. (4T,A) : accordaiJ- 
les. 

Acori, va. (4T,A,Ab; aAj); f *cou- 
rir (4T,A ;G) : venir en aide a qn. qui 
est a court de provisions ou d'argent, 
en attendant le moment peu e^oigne* ou 
1'oblig^ sera en *tat de rendre ce qu'il a 
recu. Pr6ta-me* on fi de paM p'acori 
mi bltU tan q'a la smannd a* pin (4T); 
[prfite-moi un fagot de paille jusqu'a la 
semaine prochaine pour que mes Wtes 
ne soient pas a court de litiere]. PrBnti 
dan la gotd pS p\ acori (4T) [prenez 
done la goutte en attendant]. Mitrl, 
avanci-me' fin fran su mapiytpe* m'a- 
cori (4T) [Maltre, avancez-moi cinq 
francs sur ma paye pour subvenir a mes 
defenses ordinaires]. 

— Jhe te balU cen pS t'acori, la risti 
jhe ti balUri pe td (2 Aj) [ Je te donne 
cela en attendant, le reste je te le don- 
nerai plus tard]. 

— vn. (4T,A) : accourir. 

AcosA, va. (4T,A) : accuser; acusd 



Digitized by LjOOQIC 



ACOS-ADBA 



UAg); acwesd (lEp); acousdr (8Bf); 
a^ewl (7). Ces mots, com me le frl.. ac- 
cuser ont sou vent le sens de dlnoncer, 
mnoncer : J'accuse [j'annonce] un ma- 
nage en trefle. — Si tu ne finis pas, je 
t'accuseau maltre (G; 4A,T) [je te di- 
nonce]. Si ti ri forni pd, di V accuse 4 
(4T) [si tu ne finis pas, je te denonce]. 

Aco68oam&r, va. (8Bf) : accoutumer. 

Acotft, va. (4T,A) : accoter, Stayer. 

— vn. (4T,A) donner du piedcontre 
qc. ; trlbucher. 

Acoochir, va etvn. (8Bj): accourcir. 

Acoulyi, va. (3S*) : jeter loin de soi ; 
— (3T) : jeter, avancer ; s' acoulyi, s'ap- 
procher; — (8B',Bf) : faire marcher un 
troupeau devant soi. 

Acontt, sm. (4T,A,Ab) : c6t^ ; f *- 
cote* (4T,A). Seditprincipalementd'un 
lit, d*une armoire, d'une caisse. L6-\ 
acouti du lU{4Ab) [le chalit]. 

AcoutmA, va. (4Ag) : accoutumer. 

Aoov& (s*) vpr. (4T) : s'accroupir; 
s'acovdr (8Bi). 

Acorassft, va. (2 A) : couvcr. 

Acoventt, va. (aA) : engager qn. a 
son service. 

Acov6nt4r, va. (8Bf) : menacer. 

AcrSpna (a') vpr. (4T,A) : se blot- 
tir; s*accroupir. 

AcrdrB, (4T) : accroire ; inkriri 
(4T,A,Ag; 8Bf); inkir'i (lEp). Ne 
s'emploie qu'avec le verbe faire. i? voli 
nCfire acriri k'y iti toforni (4T) [il 
voulait me faire croire que c^tait tout 
6ni}#y $ pd po, monchu, k'on pu in 
fire acriri (4T) [ce n'est pas vous, 
Monsieur, a qui on peuten faire accroire]. 
Ky ipdpi m'infire acriri ki cC vou 
did cinki (4T) [ce n'est pas pour m'en 
faire accroire que je vous dis cela]. 

Acrtarg, va. (8Bf) : accroftre ; acritri, 
(4T,A t A'g). 

ler*t&, sf. (4T) : acrete\ 

Aero, adj. (4T) : acre. 

Acro$hi, va. (4T,A,Al,Ab,A*g,R) : 
tccrocher; acrostyi (6 A) ; acrotchi 
(8B'); acrotyir (8Bf) \incroghiir (7 Jr)- 
Dans le frl., a 4T,A;G, accfocher s'em- 
ploie pour gagner, attraper, saisir. J'ai 



accroche* un gros rhume, tu accrocbefas 
un chaud etfroid. Pour* tiens, attrape 
ce baton » : accroche ce baton. — A 
ces mots, Tautre lui applique unsoutHet 
etluidit: Accroche = attrape. 

Acrostic, va. (6A) : accrocher. 

Acrotch*, va. (8B) ; acrotyir <8Bi) : 
accrocher. Voir acrochi. 

Acu, v. acwiri. 

Acuchi, va. (4T,A,Ag): accouchcr; 
akeuchi (lEp) ; acughiir (jit) ; acu- 
chir (8Bf). 

Acuclimen, sm. (4T) : accouche- 
ment. 

Acndrg, va. (8B') : faire marcher im 
troupeau devant soi. 

AcuU, va. (4T) : eculer; acouiar 
(8Bf) : Dans le frl. f aculer. 

f Aculer, va. (frl) : 6culer ; il pone 
des bottes acu Ides. 

AcutmA, va. (4T,A) : accoutumer ; 
acotumd (4Ag) ; acogheumir, akeu- 
cheumer (yh) ; acossoumdr (8B1). J'm 
accoutumi a cela, frl. = Je suis ac- 
counting a cela. 

AcwAdre, va. (3T) : jeter, avancer, 
approcher ; s'— , s'approcher. 

Acwelyi, va. ( 1 Ep) : jeter de baut 
en bas. Acwllyi-me on biolie [jeteznraoi 
un bouquet de cerises] ; — (6A) : fake 
sortir le be 1 tail de ratable ; plus glnlra- 
lement (4R) pousser devant soi des b£- 
tes a cornes. Cf. aclii. 

Acw6r8, va. (4T) : pourchasscr une 
vache, (une chevre ou un mouton) qui 
s^carte du troupeau, p 0ur | a ramener 
vers les autres. Pour exciter les chiens 
a faire cette fonction on dit : acwi (4T) ; 
acwi (6A); aclywi (4Ag) ; acu (4Ae; 
8B',Bt). 

Acwestlft, va. (6A) ; remplir )us- 
qu'dux bords. 

Ada, va. (6A): aider; ddd (6 Am). 

Adan, adv. (4T, Aa,R ; 3S') : ak>rs, 
en ce temps-la ; maintenant (4R). 

Adbft, vn. (4T) : casser les mottes de 
terre apres le labour. 

— , va. (6A) : rendre meilleur ; — on- 
n if an, corrigerun enfant; affuter (en 
parlant d*une faux) ; rhabiller, ou repi- 



Digitized by LjOOQIC 



8 



ADBO-AFAN 



quer(enparlant d'une meulede moulin). 

Se rattache ainsi que adobir (jh) au 
fr. adouber (rlparer, arranger). 

Adbd, sm. (4T) : tannerie. Ce terme 
n'est plus usite* comme notn commun, 
mais il est reste* attache* au quartier de 
la ville ou se trouvaient les principals 
tanneries. II en est de memea Albert- 
ville. A La Roche, on trouve encore dans 
les actes notaries de 1 800 « le quartier 
des Adoubes » ; aujourd'hui ce mot est 
completement oublie\ « Les Adbots », 
a Th6nes (anciennement. Les Adebou), 
« les Adoubes » a 6A, a 5M : quartier 
des vieilles tanneries. V. adbft. 

Ad6, sm. (4Ae*;3Sd;6Ac,B;8B*) : 
bout d'une branche de sapin munie de 
ses aiguilles ; — (4AI) : aiguilles de 
sapin. 

Ad6, adv. (3T; 3S*) : encore, aussi, 
d*ja; d* en-n iadi (3T) {j'enai encore]; 
d*i septante tri-% an i d'si bon adi 
(3S*)[j*ai soixante-treize ans et je suis 
encore bon]. Va adi, (8M,B*m) [va 
seulement]. 

— D\B m'i vou adi (8B*) [je vais en 
avant, je prends les devants] — (-jlv) : 
toujours; — adi (8Bf) [en attendant]. 
— (4T,A,Aa) : droit, simplement. Prin 
adi sin chuisi foT.A) [prends tout 
droit sans choisir]. A I 'tai 'n omd to-t 
adi (4Aa) [c'e*uit un homme tout 
simple]. £-r on-n-omd tot adi cmi 16-* 
dtrd (4 A) [c'est un homme qui n'en 
sait pas plus que les autres]. 

Add, pre> (3C) : depuis, des. Adi 
Pdae a la mi-ou (5C) [des Paques a la 
mi-aout]. Adi le pia jusqu'u son\on 
(5C) [du pied au sommet]. La voyellea 
est Ipenthltique. 

Ad6pw6, pre>. (5C): depuis. 

AdSrA, va. (4T) : abreuver. 

Adiu, sm. (4T,A,Al,Ag,K) : adieu, 
adid (7Jr); adiou (8Bf). Dans le frl. 
comme dans le patois, adieu s'emploie 
au lieu de bonjour. Adiu, Josie ; va-t- 
ou /> [bonjour, Joseph ; 9a va-t-il ?]. On 
dit aussi : « Adieu, je t'ai vu » pour ex- 
primer son de*sappointement d'une espe^ 
ranee tromp^e ou d'un fait inattendu. 



« J'arrive, la diligence' partait; adieu, je 
t*ai vu I » 1 

Adlttfr©, va. (4A'g) : apportcr; — 
( 1 A) : apporter, amener. ! 

Adja, adj. (8B') : age*. j 

Adlan, sm. ( 1 Ep) : gland. ! 

Adle, sf. (lEp) : aigle. 

AdllfitA, va. (iT) V. aglitta. 

AdliopA (s*), vpr. (3S*) : s'endormir 
llgerement. 

Adminlstra, va. (4T,A,R,Ag) : ad- 
ministrer (dans le sens de confSrer le 
sacrement de rextrfime-onction). Adtni- 
nistrdr (8Bf). Syn.: sakraminter (7LD). 

Admirablid, adj. (4R) : amiable 
(par confusion avec admirable) dans 
cette phrase : on arijemi a f admirablid 
[un arrangement a Tamiable]. 

Admonftstft, va. (4Ag,T) : admo- 
nester; admonistdr (8Bf). 

t AdomAcher, va, (G) : apprivoiser 
un animal sauvage. De ad, domesticare. 

Adon, adv. (i A ; 3B;6A ; 7Jr; 8B'): 
alors. 

AdornA, va. (2 A) : £laguer,*brancher. 

AdoubS, sf. (6 Ac; 3R) : tannerie. 
V. adb5. 

Adouter, adobtr, va. (;Jr.) : re>a- 
rer, arranger. V. adbft. 

Adrft, fttft, adj. (8B*): adroit, fin, 
ruse* ; adrai (4R,Ai) ; adri, M (4T,A, 
Ag;7Jr), 

Adre% sm. (4T) : I'endroit, le versant 
expose* au soleil. 

AdfiirS, va. frJr ; 8B\Bf; 4R) : appor- 
ter, amener; id&iri (4R), (de ad, du- 
cere). 

Adurft, vn. (4Aa) : continuer, si fa- 
duri, gdre a tan [si tu continues, gare 
a toi]. 

Adyft,adj. (8Bf) : age*. 

Ad*d, sm. (8B*) : Age. 

Afi, sf. (6A) : fatne,. 

Afamft, adj. (4T,A) : affame* ; Cf. lori 

<4R). 

Afanft, va. (4T,A,Al,R; 8B*; 6A) : 
gagner par son travail, k la sueur de 
son front; obtenir qc. au prix de longs 
efforts; afand (2AJ; 4A,Ab); afannd; 
ifand(6B);afane(7h). 



Digitized by LjOOQIC 



AFAR-AFOL 



Lc fr. a affener et affanure dont It 
ratine est foin ; affener : dormer du foin 
au betail ; affanure: sal aire pay£ en na- 
ture aux faneurs (Boissiere). 

Selon M. l'abbe* Devaux (Essai sur la 
Langue vulgaire du Haut Dauphini au 
moyen dge), ganior se rattache a wada- 
niare, gagner, et semble signifier « fer- 
mier», tandis que affanor signifiait un 
ouvrierd'unrang inflrieur. Ganyour se 
irouve dans les Noelz bt Chansons de 
Nicolas Martin, de Saint-Jean de Mau- 
ri en ne : Gensdepillagot, gens ganyour, 
Gens de tous mestierz, labourour, Veni 
a cesta\ festa^ 

Aiarl, adj. (4T) : affaire*, presse 1 , 
*gite\ 

AfarS, sf. (4AI ; 8Bf ; -])r) : affaire ; 
afdri ( 4 Ab; iEp)- 

Afareu, 6us&,adj. (3S') :affreux. 

Alarm*, va. (4T) : louer, prendre a 
bail, donner a bail ; afdrmdr (8Bf) ; s'a- 
farmd (4T,Ai); s'afirmd (8B'); s'afir- 
mdr (8Bf) : se louer comme domestique. 

Afanti, adj.(G) : de'bile, anemique par 
suite d'une nourriture insuffisante. Un 
enfant afauti. — Amis, encore un mor- 
ceau, car il ne faut pas devenir afauti. 

Afechi, va. (aAj) : plaisanter ; — 
(iEp): facher, mettreen colere. 

AfSle-r, va. faJr) : affiler. 

Afeni, va. (4Ab; aAj) : munir le pe- 
tit bout d'un lien de bois vert d'une 
poignee de paille mouillee. 

Afendre, va. (3S') : V. : oulyi. 

Afeninri, sf. (4Ab ; 2 Aj) : extr^mite^ 
d'un lien de bois vert garnie de paille 
raouiltee. 

Af6r8, s., ordn.masc. (4R, A'g,T, A) : 
affaire L6-\ afiri n' von pd mi; e st 
ci dtirt, & si on-n omd cwi (4R) [les 
affaires ne vont plus; et si cela dure, je 
suisun homme coule]; afdrB (4AI ; 8Bf ; 
7Jr) ; afdri (4Kb ; 1 Ep). Affaire s'em- 
ploie aussi au masc. a (4T,A,R ; G) : 
Fais-moi voir cetobjet, cexaffaire. Voyez 
done ce moutard, ouce bout d' horn me, 
= ce petit affaire, ce bout d'affaire. II 
y a environ cinq minutes = il y a I'af- 
faire de cinq minutes. 



Af6ti, va. ( 1 Ep) : rendre souple. 

Afeubler, va. (7Jr) : affubler; s'— , 
s'affubler. 

AffrontaiUe : limites d'un champ, 
ou ligne de separation de deux terres 
(LiTTRfe). Les mots suivants, que nous 
donnons comme synonymes d'affron- 
taille, s'emploient surtout pour designer 
la bordure d'un champ que Ton n'a pu 
detoncer avec la charrue, faute d'espace 
libre pour faire avancer davantage Pat- 
telage ; afro>italU t frontatXi (4^g) ; 
chavosnd et chavofnd (4T) ; chavan- 
chnd (4A\);chapachina (4T); chavas- 
sine (lT)\sta»asnd (6A)' f tsapind(SW); 
contor (7 Jr); bordon(6A);brdhd (4 Am). 

Afl, sm. (iEp): acier. 

Aflchi, va. (4T,A) : afficher. S'em- 
ploie a4T,A, pour publier les bans d'un 
manage. 

AflrmA, va. : affirmer ; afirmdr (8 Bf ) ; 
afrSmd( 1 Ep). 

Afistott (a'), vpr. (5Lc; 4Ag) : se 
parer ; s'afistoler frJr) \s'afistoldr (8Bf). 

AfLtiSa, &U8&, sm. (8Bf) : queman- 
deur, euse ; personne qui sollicite bas- 
sement et avec insistance. 

AflA, va. (4Ag,T) : affiler (donner le 
fil a un instrument tranchant) ; aftler 

( 7 Jr);o/f/dr(8Bf). 

Aflikchon, sf. (4T,A) : affliction. 

Atiift, Aye, adj. (3S') : effronte\ 

— , va. (4AI), na rioutd : munir d'une 
tresse de paille le fin bout des liens de 
bois pour lier un fagot de foin ou une 
gerbe de ble\ Probab. de Tadj. fin ; afnd 
pour afind, rendre plus fin, plus souple. 

Afobtt, va. (4T) : affubler ; afoblid 
(4Ag) ; afoubldr (8Bf) ; afeubler (7JT) ; 
s'afobld (4T) ; afublyd ( 4 R). 

Afoblia (s'), vpr. (4Ag) : se mettre 
a couvert de la pluie avec un sac ou un 
tablier jet£ sur les gpaules. 

Afoblieure, sf. (4Ag) : toute espece 
de linge jete" sur les e*pau les pour se met- 
tre a l'abri de la pluie. A 3S' on dit 
acheblih. 

Afolon, sm. (3S') : foetus avorte* 

Afoli vn. (3S') : avorter (en parlant 
du beuil). — pp. (4T) : affote. 



Digitized by LjOOQIC 



AFOR-AGLE 



Aforsti6, va. (6A) : assurer. 

Af6ti, va. (aAj) : priverdenourriture, 

AfounA, adj. (3S f ) : e'veille*, adroit, 
ruse\ 

Afr&, sf. (4T) : grande peur. S* fire 
onn y djrd di kdk chusd [avoir unc 
grande apprehension dequelque chose]. 
£trS diin toti si-% dfrB [£tre dans des 
transes]. — Affres ne s'emploie guereen 
fr. que dans cette expression : les af- 
fres de la mort. 

AfranA, va. (4R,A1) : couper franc. 

Afranchissajhd, sm. (4T,A) : affran- 
chissement ; frl. affranc hiss age. 

Afr6, sm. (4Ab) : fraise ; plant&d'afri 
(4Ab) : fraisier. 

Afr61&, sf. (4F) : fraise. 

Afrdmi, va. ( 1 Ep) : affirmer. 

Afri, vn. (4AI) : aboutir. Qli vyon va 
afri u cdro du bwSe [ce sentier aboutit 
au coin du bois]. Ne s'emploiequ'al'in- 
finitif. 

Afromi, va. (4 Ab) : engager une per- 
sonne a son service ; s'— , s'engager au 
service de qn. ; ind. pr. : di m'afrumd. 

Afrontt, va. (4T,A,Ag,R) : affron- 
ter (un danger); afron tdr ( 8 Bf) ; afron- 
fer (7Jr);— (4A) : provoquer, se poster 
devant quelqu'un d'un air menacant. 

— (4T,R) : mettre de front ; afrontd 
16 bu (4R) [mettez ies boeufs de front]. 

— , vn. (4 A 8) ' nnir 1* sillon. 

Afri, sf. (4AI) : inflammation des na- 
seaux chez la race bovine. 

Afustio, sm. (4AI) : colifichet, ac- 
quets. 

Afuta (s'), vpr. (4T) : (*tre a Faffftt, 
se mettre a l'affut). Syn. -Mri a I'agui 
(4T) ; *' tnyi a Vagui (4T). Pour aflfu- 
ter (ou aiguiserun crayon), on dit : talyi 
(4T) ; avwisd; amoler (7Jr). Pour affu- 
ter une faux : inghapld (4T,A, ; lEp); 
£nghapler(7JT);ingapldr(&&() ; martild 
(8B*); inghaplyd foAg); ichapld (4A, 
Ab,AI) ; adbd (6A). Pour affuter une 
scie : aghld (4Ag,Al). (Voir ces mots). 

AfwidA, va. (6A) : chasser d'un en- 
clos un animal qui s'y est introduit. 

Agaci, va. (4T) -.agacer. Syn. : anistd 
(4A) ; awil'nd{SS f ) ;. alanyi (3S'). Pour 



agacer les dents (en partem des fruits 
acides) : inlyi (4T, Ag) ; ilyi (4A,A1, 
As); endlyoc'hi (3T,S*); Sdoslyi (&&) ; 
englyoc'hi (3S'). Pour agacer avec les 
mains : ratend(ZS). 

t Agacin, sm.(G; 4T,A,Ab,A'g, 
2AJ; 6A ; yh ; 8B',Bf): cor auxpteds. 

Agaft, va. (4 A) : gaffer (accrocher 
quelque chose avec une gaffe). 

Agaitar, va. (8Bf) : regarder. 

Aganyi, va. (4Ab) : agacer; aganU 
(5C). 

Aganyere, s. (4 A) : celui ou celle 
qui agace. 

AgassS, sf. (4A) : pie, ou agasse; 
agaghe, (3S'). 

Agatft, va. (6A) : suivre quelqu'un du 
regard. 

f Agets, sm pi. (G) : les £tres cTune 
maison, c-a-d. les dlgagements, issues, 
corridors, escaliers, passages. 

Agil6, adj. ( 4 T,A,Ag; 8B'); agile. 
Syn. digordi (4T,A,Ag; 8B') ; listd 
(4T,A; 8B f ); dipli (4AS); digueurdi 
(7Jr). 

Agiltt, sf. (4T,A) : agitite* ; agiliU 
(jte; 8Bf) ; dans le frl. f agileti (4T, 
A;G). 

Agir, vn. et a'agir, v. impers. n'ont 
pas de veritable correspondant dans le 
patois de4T,A,Ag. Cependant il existe 
quelques formes de certains temps qui 
se rapprochent du franca is : Kan i s'a- 
gissiv'i dS lyi (4 A) [quand il s'agissail 
d'elle]. Ala bin agi totd la jkornd (4A) 
[il a bien travail 1^ toute la journee]. Kan 
ya s'agi de.., (4T); quand il a s*agi de... 
(G) Lquand il s'est agi de...]. T'd mi 
agi (4T,Ag) t tu * s m *! a 8* (enters lui) 
ou tu as fait cela de travers]. 

Aglan, sm. (8B' ; G ; 4A) : gland 
(fruit du chene); agttan (4T,Ab,A'g; 
5A'), 

Agle, idle, sf. (iEp) : aigle ; igtti 
(4T,Al,Ab,A , g,R ; 6Ac,Bv; 7 Jr) ; igll 
(4A); igl6 (8B'm); dgVCt (8Bf); wM 
(4A ,T\T e) ; dvoutte, dkoulU (3S*). Voir 
aigle. L'aigle trompete, — sobii (4T; 
6 Ac; 6Av); — subli (4 A ; 8B'm); - 
cr*H?(4Al). 



Digitized by LjOOQIC 



AGLE-A1DA 



1 1 



Agleti, vt, (aAj) : coller. Ci mU s y 4 
— a mou di [ce miel s'est colle* k mes 
doigts]. 

Aglian, sm. (4T) : gland, fruit du 
chene. 

Agli&ti, va. (4T.A'g) : coller, accou- 
pler, attacher. D'ou le subst : agllftton. 

AglieHon, sm. (4A,As,Av,R) : t£te 
epineuse du chard on, de la bardane ou 
aaires plantes semblables, dont les en- 
rants aiment k se servir comme pro- 
jectile. 

AgUoun', sm. (8Bf) : aiglbn. 

f Agnollon, sm. (4A) : espece de pa- 
tisserie farcie de viand e. 

Ago, otft, adj. ( 4 T,A,Ag ; 8B') ; 
ogot (8Bf) : tari, a. sec. U nan i-t agd 
(4T) [le ruisseau est k sec]. La va$he 
e-t agotd (4T) [la vache ne donne plus de 
lait]. 

Agoia, sm. (3T) : dtpit, de>laisir. 

Agolyardi, va. (4AI) : rendre gour- 
mand, friand ; f agouti lardir (G). 

Agoni, sf. (4T,A, Ag) : agonie ; *n- 
goni (yh). En parlant des animaux on 
dit : £fd lou dart bdlyd (4T) [il fait les 
derniers bailie men ts (raMe)]. 

Agonisi, va. (4T,A,A1) : couvrir 
d'injures, accabler dereproches, desot- 
lises, invectiver ; f agoniser (4T,A ; G). 

t Agoniasant, sm. (4T, A ; G) : agoni- 
stnt. La priere des agonissants. 

Agoti, va. (4T,A ; a A) : gouter (k un 
mets, k une boisson) ; f agoOtttr (G ; 
4T,A) ; agoutd (6A). 

-, va. (4T,Ag ; 8B') ; agotdr (8Bf) ; 
agoter (7Jr) ; f agoutter (G) : mettre k 
sec jcesserde traire une vache qq. temps 
rmnt la parturition ; — , vn. : commen- 
ced ne plus donner de lait. Se dit des 
vaches et des chevres. 

t Agonttion, sm. (G) : mouchoir 
tresse* ou nou£ dru avec lequel les eco- 
liers se donnent des coups. 

Agranti, va. (4T,Ag) : agrandir. 

Agre (£tre fin' — ), (4T > A,Ag) : fitre 
en fleur. Lou bid son in'agri (4T) [les 
Wes sont en fleur]. L6 rynson in* agri 
(4A,Ag) [la vigne est en fleur]. — Les 
raisins sont en agri (G; aAj) [les grains 



de raisin commencent k se former]. A 
Lausanne, on appelle ogre's les petites 
grappes qui se for merit plus tard et qui 
n'arrivent pas k maturity. 

Agripft, va. UT,Ag) ; agripdr(SB(); 
agrapd (6A) : saisir vivement, ou subi- 
tement, agripper; arracher de force. 

s'— , vpr.(4T,A,Ag) : i # s'empoigner ; 
a* gagner un rhume de cerveau, gagner 
la grippe. 

Agropft (s f ). vpr. (4R), se gropd (4R) ; 
s'empoigner, en venir aux mains (le 
meme que le president i *). 

Agrwtatft (•'), vpr. (T4,Ag) : se 
prendre de bee (de groin), se disputer 
grossierement. 

Agrwentft, sf. (4A) : giffle, calotte. 

Agu, adj. (6Jr) : aigu. 

Agn6, sm. (4T) : affat; itrl a /'— 
[fitre k Taflfut]. 

Aguelttjhe, sm. (a Aj) : entassement 
mal fait. 

AguSHi (4A). Voir : aguilyi. 

— , (a Aj). Voir : t aguiller. 

f Aguenettes, sf. pi. (G) : argent 
monnayl, numeraire. 

f Agniller, va. (G; aAj) : mettre, 
jeter un objet sur un lieu qui n'est pas 4 
la ported de la main : Nos garcons 
avaient aguilU leur paume sur le toit, 
c-a.-d. Tavaientjetfiesur le toit par fitour- 
derie ou maladresse. Leur cerf-volant 
resta aguilte sur Parbre, c-i-d. resta ac- 
crochfi au sommet de Parbre. 

S f — , vpr. : se percher, se jucher : Nos 
deux fitourdis s'ltaient aguilUs sur le 
char de foin. 

Aguilyi, aguSlyi, va. (4A) : mettre 
les quilles debout sur le quillier. DM 
glUson tonbdU.ifou U*— (4 A) [deux 
quilles sonttomb£es,ilfaut les redresser]. 

AgiiJ6r 9 va. (yh) : aiguiser. 

Agwin, sm. (3T) : de>t, dfiplaisir. 

Ahoulie, sf. (8M ; 3S') : aiguille k 
coudre. 

Ahoulie, sf. (3S*) : aigle. 

Ahi, sm. (3S') : energie. T' ndjhin 
d'ahi [tu n'as point d'lnergie]. 

AId&, sf. (4AI) : aide, secours. 

AidA,va.etvn.(4Al) : aider; idd (4T, 



Digitized by LjOOQIC 



12 



Alfc-AJOU 



A,A*g) ; idd (4R) ; idd (6B) ; idd (4Ab ; 
8B'm) ; idi (3S*) ; ddd (6A); ddd(6Am); 
atddr (8Bf). (Pour aider dans le sens de 
prttermain (one. V. : inpard (4T). 

Lorsque le verbe aider est accompa- 
gnedespronomsme, te, le, la, ies, nous, 
vous (complements directs), il se traduit 
pur idd, idd, etc., mais s'il ne l'est pas, 
on dit s idd ; et dans le frl. s'aider : Je 
me suis aide a Iteindre le feu. Je mesuis 
aide* a mon frere a porter le foin. Atde- 
toi a dexharger la voiture. Pere, Fran- 
cois ne veut pas s'aider, pour : [J'ai aide 
a eteindre le feu. J'ai aide a mon frere a 
porter le foin. Aide-moi a decharger la 
voiture. 11 ne veut pas nVaider]. Can t6V 
mandd s'idi, nion n' si crivi (4T) 
[quand tout le monde s'aide mutuelle- 
ment, personne nesecreve(nes'ereinte)]. 
— Can td r monde s'ddi, nXon se crivi 
(6A,Am). £da-ti, U Bon-Dtf fidird 
(8B'm) [aide-toi, le bon Dieu t'aidera]. 

AI6, sm. (iBm) : oiseau. 

Aigft, voir 6g& et ses derives. 

Aigle, (v. ftgle) : A Geneve, on dit 
d'une personne digne de mepris : Elle est 
bonne a donner « aux aigles »; a Th6- 
nes, € aux corbeaux » ; a Annecy « aux 
poissons » ou « aux cochons>. 

En Savoie on donne a tort le nom 
d'aigle a la plupart des oiseaux de proie 
de grande ou de moyenne grandeur et 
m£me aux milans et aux buses. 

Aigre, adj.; igr6> (4T,A,A'g; 7 Jr.; 
8B*; 8Bf). Syn. acidd (4A). f Tour- 
ner aux aigres (G) : tourner a Paigre, 
s'aigrir. f Faire aigre (4T,A ; G ; 7Jr): 
forcer une porte, un volet avec une pince 
(barre de fer aplatie a un bout); pous- 
ser ou soulever un objetavec un levier; 
en d'autres lermes : faire une pesee. Au 
sens figure se dit pour employer des 
moyens violents : Vous ne gagnerez rien 
afaireaigre. f Faire aigre doux (4T,A): 
faire un peu avancer ou reculer une 
pierre avec un levier engage dessous. 
Dans le canton de-Vaud, igre signifie 
levier, a 6A, igredon signifie garot qui 
sert de levier. De la sans doute Ies ex* 
pressions : faire aigre, faire aigre-doux, 



faire un aigre (faire jouer le levier, donner 
un coup de levier ; faire une pesee). — , 
A8B, igrd signifie faire une pesee. Cf.: 
Puitspelu, au mot aigri du Diet, ity~ 
moL du Patois lyonnais. 

Aija,adj.(8B*) : aise; ijd (4 Ag,T, A). 

Ayg, sf. pi. (8Bf) : ustensiles de cui- 
sine, toute la vaisseile. 

Aij6, sf.(8BQ : «se; is6 (4T,A,A'g; 
yJr); if 6 (8B'). S'emploie aussi comme 
adj. : il ie bin-n isd (4T); al ie Vn 
ij6 (8B') ; al ie byin bnisd (4A) [il est 
bien aise]. 

Aimd, voir em6. 

Aire*, sfpl. (4T) : arrhes. 

Airel, sm. (pi. airi) (8Bf) : petite ri- 
gole pour irriguer un pre. 

Aiv&r, va. (8Bf) : irriguer. 

Aisi, sm. (7JO : presure ; v. ari. 

Aja, adj.( 4 T,A,Ag): age; djkii;i. 
djKla (7Jr); ddja (8B*); ajhii (jU)\ 
ddya (8Bf;. 

AjhaA (s') (4AI) : v. s'ajhocJii. 

Ajhnolyi (a*), vpr. (4T, A) : agenouil- 
ler(s') ; s*a\inolyir (8Bf) ; pp. : arnolyh 
(4T) : agenouilie. 

Ajho$hi (g'), vpr. (4T) : jucher, se 
percher. En parlant des person nes : se 
placer, s'asseoir a la maniere des poules 
sur un objet eieve. 

Ajhornft, va. (4T,A) : ajourner; ay 
hornir (7Jr); a\orndr (8Bf). 

Ajhovft, va. (4AI ; 2 A) : habituerun 
bou villon au joug ; ajhovd (4Ab).S'em- 
ploie aussi (4R) dans le sens de acobld. 
Au fig., on dit de deux fripons associes : 
i son bii ajhovd [ils sont bien accoupies, 
ils font une bonne paire]. 

Aj6,sm. (4T,A4A'g) :age;4/Ad(7Jr). 

Ajd, sm. (6Am ; 5Ce) : oiseau; pe- 
tite languette de bois qu'on place au 
bout du serpentin pour que Ies gouttes 
tombent toutes au m£me point (6A). 

Ajoatt, va. (4T,A) : ajouter. Syn. : 
apondri (4T,A,R ; G); apandre (3S'). 

Ajoutura, sf. (4T,A,R ; G) : ijou- 
tage. Syn. : aponsi (4T, AR ; G) ; apon$& 
(8Bf); apondlyon (4T,A ; G);apondilyl 
(4T,A) ; aponglyon (4R). Dans le frl.au 
lieu des mots : « aj outage, appendicc »» 



Digitized by LjOOQIC 



AJUS-ALFA 



i3 



on se sen des mots : ajouture, tponse. 

AjustA, va. (4T, A, Ag; 8Bf) : ajuster ; 
ajustir (7JD ; afustdr (8Bf). 

Akcipft, va. ( 3S) : d Prober, escamoter. 

Al, pr. pers. (4A,R) : devant une 
voyelle ; i — devant une consonne : il, 
ils. 

AU. sv. (4T) : fin fran pi raid i le 
rtor [cinq francs pour Taller et le retour]. 

— , vn. (4T,A 9 A 9 g,R) : aller; ala (Ab; 
1T) \aldr (8Bf). Syn. : canbd (^T)\alir, 
modir[jh). Conjug. (4T) : £>' vi, V vd, 
e pa, n\ alin, v\ aid, i van ; d'aldvd ; 
d*£r£. A 4A : ipon,di pri. A 7-Jr : £>' po, 
te vie, eu vie, no-% alin, po-% aid, eu 
von ; d'aldvd (tout le temps). A 8Bf :Zou 
vhi, tou vd. d va, no-% alin, vo-% aid, ii 
ponn ; P*ald twin, fd aid plan (4T) 
[pour aller loin, il faut aller doucement]. 
Voir la Grammaire. 

All, sf. ( 4 T,A,R,A'g ; 7 Jr; 8B' ; 5A; 
3S') : aile ; — a" sapin (4T,A ; 5 A') : 
branche de sapin. 

Alanbi, sm. (4T,Ag) : alambic ; 
Iambi (4A) ; arambin (7Jr). 

Al&nle, sf. cG) : noisette ; alanXi 
(5 At); dlanU (iBmV, v. alonle. 

Alanyi, sm. (5 At) : noisetier. 

— , va. » 3S*> : agacer, tracasser. 

Alarmft, va. (4T,A,Ag) : alarmer, 
donner Talarme ; alarmdr (8Bf). 

AlArmS , sm. (T,A,4Ag ; 8Bf) : 
alarme. £ krieyh aldrmd (4T) [il cria 
au secours ; il donna I'alarme]. Kint 
aldrmd (4T) [quel vacarme 1]. (Noter 
difference de genre.) 

AIM, va. (6A) : allaiter. 

Alaton, sm. (6A);alhUoun'(SBf). V. 
alaton. 

Albaxdi, sf. (4T,A,R,A , g) : halie- 
barde. 

Albine, sf. (G); arbine : perdrix 
blancbe. 

Albor&, sf. : un des noms vulg. de 
l'alouette des champs. 

Alca, sf. (4A'g) : glissoire. 

AlcA (s') vpr. (4T,Aa) : glisser(sur une 
glissoire, sur la glace) ; s'attd lou chvexl 
(4T,Aa,AI,A'g) se lisser les cheveux]. 
tlyif6 na bond varbd pi s'alcd (4Aa) 



[il lui faut passablementdu temps pour 
faire sa toilette]. V. s'aljhi. 

Alcd, adj. (4Aa) : glissant. 

AlcovS, sf. (4T,A,Ag) : alc6ve ; 
arhdprd (4T). 

Alejhi(s') V.s'elejhi. 

AldnnA, sf. (4T.A,A*g ; lEp): alene; 
alina (4A,Ab,AI,R) ; alennd (iDb); 
alinnd a jwindri (4A) : alene qui sert 
a joindre deux morceaux de cuir ten- 
dre ; — h pikd : alene droite pour les 
piqures ; — h smield (4A) : alene pour 
coudre les bords de la semelle ; — a 
primiri (4A) :celle qu'on emploie pour 
coudre la premiere semelle. 

A16nn&. va. (4A'g) : Y in-n a dri pi 
m'alinnd\\\ y en a juste pour me met- 
tre en appe*tit, ou pour m'emp^cher de 
mourir de faim]. Cest le meme que le 
suivant prisau figure. 

A16nn6. va. (1 Ep) : aiguillonner, sti- 
muler (les boeufs). 

A16ng&, adj. ( 4 T,A.A t g; 7Jr;8B % ): 
babillard. quia la langue bien pendue ; 
alangui (G) ; aligd (4T) ; alinvd (8Bf). 

Aldntor, adv. (4T) : alentour; ali- 
tor (8B') ; dintor (jh) 

Lou-\alintor,sm. pi. (4T) : lesalen 
tours, les environs. 

Aldnvft, adj. (8Bf) : babillard. 

Alepi. va. (7Jr) : rendre gourmand. 

Aleq6t, adj. (7-Jr) : joli, gracieux. 

AldU,va.(4T,A): allaiter; aldtd(6A). 

Alston, sm. (4T,A, A'g; 2 Aj) : nour- 
risson ; animal domestique qui tette en- 
core ; — , (2 Aj) : jeune animal qui reste 
petit et faible, malgre* tous les soins. 

Aleufcr, va. (7JV). V. altt. 

Aleumer, va. (jir) : allumer. 

Aleur&, adv. (7Jr.) : alors. 

Alft, va. (6A; 8B'); aleufir (7Jr) : 
caresser de la main ; passer la main sur 
uneltoffe pour la lisser ; s'alfd lou pio 
(8B') [se lisser les cheveux]. 

Alfabtt, sm. (7JO : alphabet, ab£c*- 
daire. Se dit : ipaltie (4T,A. As, Ab) ; 
t palettes (G) ; palieti (4AI) ; paltie 
(4A'g); krwi-pdr-Di (4T) ; krvd-pdr- 
Diu faA'g); kopdrdiu (4X0). La ou exis- 
tent les vocables Croix de la part de 



Digitized by LjOOQIC 



14 



ALFE-ALON 



Dieu et palettes, le premier se dit de 
1'alphabet et ie second de rab6c6daire. 
L'originedu premier tienta 1' usage, qui 
n'est pas encore tombe* completement, 
de faire pr£c6der d'une croix 1'alphabet 
et de dire: Croix part Dieu, a, be*, ci, etc. 
L'originedu second, palettes, n'est pas 
dans le verbe 6peler, mais dans la fa- 
mine qui a donne* palet, palette 

t Alfa, alfle, sm. (G) : aphte (ve'si- 
cule qui se forme dans la bouche). Sur 
la langue des b£tes bovines, se dit ten- 
gwirt (4T); McUiri (4A,Aj); tectiire 
(4Ab) ; teem (4A'g,Aj). Chez ies b*tes 
ovines : gran (4AI). Chez Ies b£tes por- 
cines : vi (4AI) ; vir (6A ; 4AI). 

Al, sm. (3C; 5 A') : ail. 

Ali, sm. (4A) : alisier (arbuste). Avec 
le bois on fabrique des toupies : (4A) 
fiargd d'ali [toupie en bois d'alisier]. 

AlXd, sf. (8B'm) : aiguille. Voir aussi 
avolIS. 

AHe, f, (3C ; 4T,Ab) : fruit du sor- 
bier alouchier. Voir la Flore. 

Alien, sf. (4A,Ab,A'g) : altee cou- 
verte;a/rdfi, (4T). 

Alinyi, va. (4T,A) : aligner ; aliniir 
(7Jr) ; alniir (8B % ). 

Dans le frl. aligner qn. se dit pour 
« donner une correction », « faire une 
forte remontrance » : Je I'ai aligni d'u- 
ne belle facon (4T.A). 

Ali6u, sf. (4T) : allege, passage cou- 
vert conduisant de la rue a l'escalier 
d'une maison ; alUu (4A,Ab,A'g). 

Aliournft, va. (6 A) : suivre qn. de 
facon a ne pas e*veiller son attention, 
v. 61ourn&, qui a la mfime signification 
que fall, lauern. 

Aljhi (s'), vpr. (4T);sS Ijhi (4AI) : 
glisser(descendre une pente suruntraf- 
neau). Alin s' aljhi (ou nou-% aljhi) u 
Torban (4T) [allons glisser au Turban] 
(coteau pres de Th6nes). 

Alma, va. (4T.A,A'g; 8B',R) ; allu- 
mer(mettrele feu) ; aleumer (7-Jr) ; alou- 
mdr (8Bf). Syn. : atujir (7Jr); apSskd 
(7Lb); avyd (3S % ) ; dvyd (2 A). Almd na 
ImirS (4T,A) ; — la cru/ttf (4T) ; alou- 
mdr na lumteri (8Bf) [allumer une 



lampe] ; almd tfwa (4T,A) [allumer le 
feu]. Almd kdkon; — kartchon (8B*) , 
aloumdr kartyoun (8Bf) signifie eclai- 
rer quelqu'un. 

Almachur&, sf. (4Ab) : pi6un (des 
moutons). 

Alman,and&,adj. (4T,A):allemand, 
e; ateman (8 Bf). 

Almaaa, sf. (4T,A,A'g ; 8B') : alma- 
nach, almanya, sm. (4R)et armanya 
(5C4A'g) ; armonat, sm. (7Jr) ct ar- 
manat (8Bf). 

AlmaniB, sf. (4T,A) : Allemagne. 
t J*ai t\& trois ans dans/« Almagnes (G). 

Alm8eti,sf. (4T,A,A'g; 7Jr; 8B\R): 
allumette; aloumMd (8Bf). AtmSeti, 
f. pi. (4T,A,A'g) : jonchets. La Marion 
i sSetd km' oun' almietd (4T) [Marie 
est sec he (maigre com me un cotret]. Vin 
jhbl 6-t almSetS [viens jouer aux jon- 
chets]. 

Alna, va. (4Aa ; 8M) : Sclairer qn. 
A/na-m£[£claire-moi]. Le part, passlse 
dit aussi des choses : la ghambrd M 
bien alnd. Ce mot est remplace" a 4*T,A 
et ailleurs par almd. 

Alni6r, va. (8B') : aligner. 

Alochft, sm. (2AJ) : objet mal fixe\ 
mal pose*, susceptible d'etre facilement 
dlrangl. 

Alochi, va. (4AD) : placer, poser unt 
bien que mal. 

Alor, va. (4T,A,A'g ; 3S*) : rhabiller, 
remettre un membre de"mis ; — (3S'): 
nettoyer, preparer des legumes pour le 
repas. 

Alottr, va. (7Jr; 8Bf); aloU (6A). 
V. aldl. 

Aloiu, sm. (6A) : rhabilleur. 

Alondj6, va. (8B) : allonger ; alon- 
dter (8Bf). 

AlonI6,sf. (4T,A'g : 3C; 5A',C ; 7Jr; 
8A) ; aldnU (4A,Ab,Al,Av*) ; noisette. 

AlonI6, sm. (6Ac) : noisetier; alo- 
nUr (7Jr). — (6Ac) : geai de montagne. 

Alonii, sm. (4T, A'g ; 5A') : noisetier, 

Alonjh8,sf. (4A) : allonge ou rallonge 
(d'une table) ; ralonjhi (4T,A). Cf. 
apossourd (8Bf). 

Alonjhi, va. (4T,A,A'g) : allonger; 



Digitized by LjOOQIC 



ALON-AMAN 



i5 



alondj£(&B % ) ; alonjhiir (-jU) ; alondiir 
(8Bf); alon\ii (6A); alonjhi na sdcd 
(4T.A) [allonger une sauce], f Les jours 
allongent (G ; 4A) pour s'allongent. En 
suivant cechemin tu ('allonges (G ; 4!*, 
A); pour tu allonges, tu rends ton che- 
min plus long, f S' allonger (G ; 4T,A): 
se hater, faireun effort. Camarades, Tou- 
vrage presse, U faut s* allonger. ~ En 
s'allongeant il s'est fait un effort (4T, A) ; 
par suite d'un trop grand effort, il s'est 
fait une hernie. 

Alonxie, va. (6A) : allonger, voir 
alonjhi; s'— , gagner une hernie k la 
suite d'un grand effort. 

Aldr, adv. (4T) : alors ; dld f (4A,AI, 
R) ; aleurd, alourd (7Jr). £ aid : [ct 
apres] ? Cf. adan (4T, Aa ; 3S') ; — adon 
(iA;3B; 6A;8B';7Jr). 

AloniA, sf. (4 A'g) : friandise, telle que 
noix, noisettes, dragles, caramels. Batle'- 
mi n'alouW [don ne-moi une friandise]. 
A Gruffy, il s'emploie dans le sens de 
friandises, de bonbons en gtatral, tan- 
dis que, dans les communes mention- 
nics ci-dessous, la phrase prlcitle si- 
gnirle : donne-moi une des friandises 
que tu es parvenu a attraper dans la dis- 
tribution des alouU. A 4A,Ab,Al,Ag; 
3T ; 5 A et G (alouille), on entend sous 
ce nom les friandises que les gens 
marils depuis une annexe et qui n'ont 
pas encore de rejeton doivent jeter 
tux enfants qui s'assemblent devant 
leurporte le 1" dimanche du car£me, 
en chantant : E-i alouMl la fin' 4 
groussd I Di can [depuis quand ?] Di 
carmitran [depuis le mardi gras] (4A, 
Ab.AI). Cet usage et ce mot ne sont 
connus qu'autour de Geneve, dans les 
arrond. d'Annecy et de S'-Julien, dans 
les cantons d'Albem et d' Aix-les-Bains. 
II faut en excepter quelques communes 
et la valle'e de Th6nes, ou ils sont Ln- 
coonus.Quelques-uns ont cru voir dans 
ce mot ud derive* de alleluia, 6tymolo- 
gie erronee sans doute. II est plus vrai- 
semblable de rapprocher alouU et alo- 
nU. La dmijhi dl-\ alouU (4A, Ab ; 
5A)[le dimanche des Brandons]. 



AlouIA, va. (5Ag) : gaspiller, jeter 
par les fen&res. D'i bdfdri, dS pwi pd 
apondrS 16 dou bSe; fpindi din'alouid 
pd c' hi di gdnyd [j'ai beau faire, je ne 
puis pas joindre les deux bouts ; cepen- 
dant je ne jette pas par les fenetres ce 
que je gagne]. Verbe derive* du subst. 
president. 

f Alonilles, sf. pi. (G). V. alouIA. 

AloumAr. va. (8Bf) : voir almft ; 
aloumMd, voir almeeta. 

AlourA, adv. (-]h.) : alors. 

AlousA, sf. : alose, poisson du lac du 
Bourget (patois du Bourget). 

Altt*t*, sf. (4A, Ab) : alouette ; dlwitd 
(4A'g) ; aluyitd ( 1 Db).Cf. liri (4T,A). 

Ahgon, sf. (4Ag,T,A) : allusion. 

Atari, adj. (4T) : vif, degourdi, ruse* ; 
frl. allurt. 

AlwA, va. (a A) : voy. alol*. 

Alyance, sf. (4T, A, Ab) : alliance 
(union par le manage), a* anneau, ba- 
gue. 

Ama, sf. (4T,A,A'g; 8Bf,B); Ame; 
drmd (4T,Aa.Al; jJr). La groussd Joson 
(/* bon Diu i s'n drmd) no-% u d\ivt bin 
sovi (4AI) [Iagrande femme de Joson, ou 
la grande et grosse Joson (que Dieu ait 
son Ame) nous ledisait souvent]. 

AmA, va, (4T, A, A,A*g,R) ; dmd (3S') : 
aimer. 

AmA, ArS, adj. (4A,A'g) : amer. 

Amadou, sf. (4T,A;G; 8Bf;yJr) : 
amadou, (Yamadou est devenu la ma- 
dou). Voir apijhonA (4T); apinjhnA 
(4A'g) remplacant le derive" amadouer, 
qui estinconnuau patois. 

Aman, adv. (3S): au moins. Depir- 
dye dman Jin fran pe* jhor (3S*) [je 
perdsau moins cinq francs par jour]. 

AmanA, va. (4T,A.A'g) ; amand (4A, 
Ab) : accommoder, preparer. Amand V 
birSdi vaghi(^k y kb) [pr£parez Pabreu- 
vage des vaches]. Pro v. : Bocon amand 
n'tpo cdrd <n>a/d(4A,Ab) [morceau pre- 
pare* n'est pas encore avale\ c-a-d. de la 
coupe aux levres il ya loin]. 

— , va. (4A,Ab,Al ; 8B*) ; amanite 
(6B): preparer par de tegeres pressions 
de la main le pis d'une vache pour faci- 



Digitized by LjOOQIC 



i6 



AMAN-AMO 



liter la mulsion. Syn. : amolyi, manihi. 

— , vn. (4A , g) ; — p 1 14 tartifli [pre- 
parer le terrain par des labours en vue 
de planter des pommes de terre]. 

Amanon, sm. (4T) : mets prepare avec 
soin ;— (4A) : pure*e ; ragout de choux, 
de courge et de pommes de terre. 

Amir, va. (8Bf) : aimer. 

A mar, ArS. adj. (4T; 8Bf; 7Jr) : 
amer, ere ; amd, dri (4A,A'g), 

Amaron, sm,(2A): zested'unenoix; 
fruit du marronnier (4A). 

Amassa, va. (4T,A,A'g; 8B*) : amas- 
ser ; amassdr (8Bt) \amasser (7Jr). Dans 
le francais local amasser, comme ra- 
masser, se dit : i* pour « manger ce 
qui reste au fond d'un plat, d'une as- 
siette ou d'une marmite » ; 2' pour 
« £tre sur le point de suppurer ». L'as- 
siette est maintenanttoutenette, lechat 
Va amassie, c'est-a-dire Pa I£ch£e com- 
pletement. Lesenfantsont amassi la cas- 
serole, les uns avec un crouton de pain, 
les autres avec les doigts. Mon doigt(ou 
mon a bees) amass e, c*est-a-dire com- 
mence a suppurer ou est sur le point de 
suppurer. On dit en outre go&t d'a- 
massi en parlant du lait des vaches qui 
vont bientot ve*ler. 

Amator. sm. (T,A'g): amateur ; fran- 
cais local, le f£m. est quelquefois ama- 
teuse. 

f Ambresalle, ambresi, bresaille, 
sf. (G) : airelle-myrtille (fruit). 

f Ambrune. sf. (G; 4T,A) : airelle- 
myrtille (arbuste). 

Amend, va. (4T,A,A'g) : amener; 
amindr (8Bf) ; aminir (7Jr). Pour ame- 
ner a soi : avnyi (4*I\R) ; avindri (4A*g); 
adniri (4R ; 8B.BQ; adWire ( 1 A). Dans 
le frl amewers'emploie pour appliquer, 
assiner : « A ces mots Tautre lui amena 
un grand coup de poing » (G ; 4A). 

f Amener (s'), vpr. : arriver. On par- 
lait de lui quand il s'est tout a coup 
ameni (4T,A). c'est-a-dire quand il est 
arrive*. Les voila qui s'amenent (4T,A), 
c'est-a-dire les voila qui arrivent, voila 
qu'ils arrivent. 
Am6nd&,sf. (4T,A'g): amende ; ami- 



dd (4Ab) ; imidd (8B $ ) ; inminddWr) ; 
inmind'yi (8Bf). 

Amer, va. (7Jr) : aimer. 
Amdudyeu, sm. (4R) : agility force, 
6nergie, vigueur. Yona cd vwidd la pa- 
niri, | Vdtrd va gharghi la borir& | 4 
q' si chi V me' d'amiudyiu, | /' batyiu 
(4R) [1'une court vider le grand panier, 
l'autre va chercher la baratte, et celle 
qui se sent le plus d'lnergie, le battoir]. 
Ce dernier mot dlsigne ici le piston des 
anciennes barattes ou beurrieres, qui 
transformait la creme en beurre. Le 
travail fort long finissait par £tre p£ni- 
ble; il fallait ne pas manquer de vi- 
gueur ; avoir de Yamiudyiu correspond 
done assez bien a la locution populaire 
avoir de lapoigne. 

Ameujer, va. (7Jr) : amuser; ameu- 
sir ( 7 Jr). 

Amezna, sf. (4T) : prune d'un rose 
tend re et de moyenne grosseur. 

Ami sm. (4T,A ; 8 A) : ami ; auflmi- 
nin amid (4T); bonamia (4T,A) : bon- 
ne-amie; bounamia (3S*). DU limaladi 
on conXd s6 vr4-\ ami (6 Am) [dans les 
maladies on connattses vrais amis]. Slo 
ki n' pinson k'a liu ne son pd sld ki s' 
fon d'ami [ceux qui ne pensent qu'a 
eux ne sont pas ceux qui se font des 
amis]. 

Amidon, sm. (4T,A,A'g ; 7-Jr) : ami- 
don. Syn. : ipisa (4AI). Dans le frl. on 
le fait le plus souvent du flm.L'amidon 
est devenu la midon. 

f Amioti, adj. (G) : fatigue*, 6reint6; 
rapetisse\ rabougn, racorni. 

Amit&bld, adj. (4 A) ramical ; cares- 
sant ; qui sait se faire aimer. Cmi ntra 
min4te it amitdbld [comme notre petite 
chatte est caressante] 1 

Amitia, sf. (4T,A,A'g;7Jr): amitie\ 

Amd, sm. (4T) :amont; 4n f amd [eD 
amont]. Va amd (4T) [va en amont, ou 
bien va a la maison] ; se dit en ce der- 
nier sens quand la maison se trouve en 
amont des personnes qui parlent. — /- 
po viu la Mori^dsu I'marghi^ We*, mi 
Vijha amd (4T) [avez-vous vu la femme 
de Maurice sur le marche"? Oui, miis 



Digitized by LjOOQIC 



AMOH-ANBL 



«7 



die est d£ja parti e], Dans cette derniere 
phrase, si on mettait damb au lieu de 
amd, on ferait entendre non settlement 
qu'elle est partie, mais qu'elle doit de*ja 
hre arrived a la maison. is riste en' 
^ (4*0 pi demeure plus haut, en 
tmont]. Synon. : in-namb, damb, da- 
mo tt, Udamb (4T,A,At) ; damt, da- 
melt, Udami (6A); damb, damdS 
(3S'). 

Amohi, va. (lEp ; 3S') : iouer, affer- 
mer, amodier. 

Amoler, va. (7Jr) : aiguiser. Voir 
mola, 

AmolIS, sf. (4T,Ab) : amouille. 

Amolte, vn. (6A) ; amollir (8Bf) : 
amouiller. 

Amolyi, va. (aAj) : £tirer et mouiller 
4e qq. gouttes de lait les trayons d'une 
vache r afinde faciliter la mulsion. Syn. : 
amand, manihi. 

-,vn.(2Aj;3S'; 4T,A,Ab,A*g; 8B') : 
amouiller. Vtra moutildl'i-t-ouplinna'? 

- L'amoM dijha ; dlin di u dbtfjhbr 
on-n ara son pi (4T) [Votre vache qui a 
une tooile sur Ie front est-elle pleine ? 

— Elle amouille d£ja et dans dix ou 
douze jours on aura son veau]. 

f Amomon, sm. (G ; 7-Jr) : tomate 
(pomme d'amour) de la petite espece. 

Amor, sm. (4T) : amour; amour 
(7^r; 8Bf). 

Amorci, va. (4T, A) : amorcer ; amor- 
cir (7Jr) ; amorgdr (8Bf) 

Amorta, va. (4T,A,Ag,R) ; amortdr 
(8Bf) ; amortir (jh) : e*teindre. Le frl. 
amortir, signifie attildir : eau amortie, 
eau tiede. 

f Amouille, sf. : amolU (4T,Ab) . 
premier lah d'une vache qui vient de 
viler. 

f Amouiller, vn. : presenter les si- 
gnes avant-coureurs d'une prochainede"- 
livrance. Se dit des vaches, juments, 
brebis. jimo/yt (4T,A,Ab,A'g; 2AJ ; 3S'; 
8B'); amdtli (6 A) ; amolUr (8Bf). 

Amoujer, va. (8Bf) : amuser. 

Amdye, sf. (3S*) : fermage. 

Ampr6, sm. (G) : formulette pour 
certains jeux d'enfants. 



Ampr6ger, vn. (G) : jouer a Vamprd. 
Voir ce mot dans J. Humbert : Noupeau 
Giossaire genevois. 

Amuje, va. (5C): amuser, et 

Amusa, va. (4T,A) : amuser ; am'\d 
(4Al,A f g; 8B'); amoujir (8Bf) ; ameu- 
sir (yJr) ; ameujir (7Jr). 

Amusamen, sm. (4T,A) : amuse- 
ment ; am \i (4AI). 

AmweMa, va. (4T,A,A'g) ; amwilir 
(7Jr) ; amwildr (8Bt) : entasser, faire 
une meule de Die* ou de foin ; s'amwild 
(4Ag) : se blottir. 

AmwArtu, Bus*, adj. (4T,A,A*g; 
7Jr) : amoureux; il signifie souvent : de 
complexion amoureuse. Pris comme 
sbst. : galant; amouriu (8Bf). 

Am'sA, va. (4Al,A'g ; 8B') : amuser. 

Am'se, sm. (4AI) : amusement. 

An, sm. (4T,A,Ag ; iT) : anne*e, an ; 
in (7Jr). Syn. : sison (4T,A). D' vb 
switd 1* bon an, li-\ itrini su la man 
(4T,A)maniereface"tieuse desenfants et 
des paysans de souhaiter la bonne an- 
ne"e. f/i q'a trint' an ni sd, a carintd 
nifd, a cincantd n'a t jami rin ni sara, 
rin ri j ara, rin riara (4T) [celui qui a 
trente ans ne sait, a qua ran te ne fait, a 
cinquante n'a, jamais rien ne saura, rien 
ne fera, rien n'aura]. A Thones, on dit : 
Sison d' fin, sison d* rin, pour[anne*e 
de foin, anne*e de rien] ; c-a-d. les an- 
ne*es pluvieusesne sontfavorables qu'au 
foin = An de fi, an de ri (6A). L'an- 
dart (4R) signifie Tautomne, Farriere- 
saison, et non : l'anne*e passed, qui se 
dit Van passd. Van qui pin : l'ann£e 
prochaine. 

— , adv. (3S*) : avant ; Xon tire en-n 
an, Vdtre ari [Pun tire en avant, l'autre 
en arriere]. 

— (i, al) : 3* p. dupl. indie. pre*a. du 
verbe avoir (4T ; 3S') : ils ont. 

f Anaille, sf. (G) : noisette ; dnalXe 
(lEp). 

Anbicheu, 8u8&. adj. (4T,A,A*g) : 
ambitieux, se. 

Anbichon (4T), voir dnbichon. 

Anblift, vn. UAg) : retenir la char- 
rue, de : 



Digitized by LjOOQIC 



i8 



ANBL-ANGL 



Anblid, sf. (4Ag) : anneau qui serta 
retcnir la charrue. 

AnborSe, sm. (4T,A'g,R) : nomtftil ; 
iborie (4R). 

AnborxalA,sf (4T);anbor^ale (3Sd f 
Sm) : fruit de Yanbor^ali : airelle-myr- 
tille. 

Anbr&, sf. (patois du Bourget) : om- 
bre-chevalier. 

Anbr£e,sm. (4Ag,AI) ; anbril ('jit) : 
nombril. 

Anbregale, sf. (3S') ; anbril* (6Aa) : 
ai relle -my rti lie (fruit). Ce mot serai t-i lie 
mime que le mot am brogue I Us (au vers 
7*3 du Mystere de Saint-Bernard de 
Merit Hon), terme dont le sens est note* 
comme inconnu, dans le lexique 6tabli 
par Lecoy de la Marche ? 

Anbren6Ir, sm. (7Jr) : airelle-myr- 
lille (arbuste). 

Anbr$sal&, sf. (4T); anbre\bl&( 1 Ep): 
airelle-myrtille (fruit). 

AnbroulyA, adj. (6A) : dl i bin — 
[il a recu tous les soins necessaires]. Se 
dit d'un enfant nouveau-ne* ; litt. : il est 
bien nombrilli. 

Anbrun&, sf. (7JO ; anbronnd (jJr) : 
airelle-myrtille (fruit) ; frl. ambrune. 

Anbrwi, sm. (6A) : nombril. 

Anbw6rz81e, sf. ( 1 Dm) : airelle-myr- 
tille (fruit). 

Ancdchoun, sf. (8Bf) : ascension. 

f Ancelle, sf. (4T,A ; 7Jr) : aisseau 
(sorte de bardeaux) ; — (G) : Pelisse 
(plaque de bois pour maintenir un os 
fracture). 

Anche, sf. (4Ab,Ac) : hanche. 

Anchin, inn&, adj. (4Al,Ag; 7Jr) : 
ancien. 

f Anchois. II a les yeux bordls d'an- 
chois (G), il a les yeux £rail!6s, c-a-d. il a 
des filets rouges dans les yeux, ou bien 
il a les paupieres renversles. 

Anchwi, sm. (6Gv) : essieu. 

Ancin, ou Ansin, sm. (7Jr) : absin- 
the (plante) ; anchin (8A). 

Ancin, sm. (4AI) : essieu. 

Ancrd, vn. ancrire. V. encr6. 

Ancrd, sf. (4T,A) : encre. 

Anda, sf. (4T,Ag; 2 A) : e*lan. 



A I'anda, ad v. ( 2 A) : vivement. Prinyi 
rtron-n anda (4T) [prenez votre £lan]. 

Andft, vn. (4T,A,Ag) : marcher vi- 
vement. Ne s'emploie qu'a l'infinitif et a 
PimpeVatif. Inconnu a 7Jr; 8B',8Bf. 

Amda, mom ptiou (4T,Al,Ag) [jouc 
des jambes]. D' to fori bin andd (4T) 
[je le forcerai bien a marcher, a s'exeV 
cuter]. 

Andin, sm. (4T,A,Ag ; 7Jr); an- 
dain f ce qu'un faucheur peut couper en 
une seule fois, ou une ligne de foin 
fauche; andan (2 A) ; ondin (3T) \in- 
dan'yi (8Bf); andi (8B'). Syn. ifdgknd 
(4T.AI). 

Andlio$hi, va. (3T) : agacer les 
dents (se dit des fruits acides). 

Andrilie, sf. (4T,A; f andrille (G); 
landrilU (4T). Ne s'emploie que dans 
cette expression : tirer V andrille ou la 
landrilU [6tre dans la gfcne, dans le 
dlnuement; vulg. tirer le diable par la 
queue]. 

Andzft, sm. (8B*) : ange. 

And, sm. (6A ; 8B') : anneau, bague ; 
fer rond servant a fixer le jougau timon 
d'une charrue; anil (7Jr). Les diffe- 
rents mots correspondant au fr. anneau 
sont: bag* (4T,A,Ag; 7Jr; 8B*);jtf- 
ghta ( 1 A) ; — nuptial : alyanci (4T,A, 
Ab) ; — (cercle en mltal) ; ani (6A ; 
8B'); anil (8Bf); garie (4Ag) ; gard 
(6 A) ; anblii (4Ag); body* (4AD). 

An6kchon, sf. (4T) : annexion. 

Anfel&, sf. (4T) : Pelisse, ais. 

Ang&r, sm. (4T) : hangar. 

Angft, sm. (4T,A,Ag) : ange ; anjhi 
(4T; 7Jr);art*e>(8Bf);a»rf**(8B*). Dans 
le frl. (4T,A) on le fait a tort du fern, 
lorsqu'on parle au fig. d'une personne 
du sexefeminin. 

t Anglaise, sf. (4T,A,Ag; G) : re- 
dingote. 

Angl6, dsfi, adj. (4T,A,Ag ; 7Jr; 
8Bf) : anglais, e ; anglii (4R). Est de- 
venu synon. popul. de menstrues : Ui 
d'almanya q' son d' vri sourciri \ Can 
e di pliuvre e po-i{ u dron \ Et tot' le 
fine Ku poron lire 1 \ Lojhoq'lo^AnglU 
dibarqu'ron (4R) [J*ai des almanachs 



Digitized by LjOOQIC 



ANGL-ANVI 



qui sont de vraics sorcieres, | Quand il 
doit pleuvoir, ils vous le diront, | Et 
toutes les femmes y pourront lire | Le 
jour ou les Anglais d£barqueront]. 

Angli*, sf. (3S*) : ongtee. Avi Van- 
glid u peufhe (3S f ) [avoir 1'ongtee au 
pouce, c-a-d. e^re paresseux]. 

AngH8, sf. (4T) : ongle, (remarquer 
fa difference des genres). 

Axiglld, sm. (4T; ylr) : angle." 

Angllon, sm. (4T) : onglon. Se dit 
des ongles des brebis, chevres et cochons; 
en parlant des boeufs, vaches, on dit 
gtiapon. 

Angoni, sf. (yJr) : agonie. 

Angor, adj. et n. (3T; 3S*) : gour- 
mand, glouton. Le fe*m. est angossd. 

Augrelo, sm. (8Bf) : le houx. 

Anguili* , sf. : anguille (patois du 
Bourget); anguild (8B % ). 

Angnrine, sf. (G) : melon d'eau. 

Ani, sm. (4A,Ag) : anis (fruit de Ta- 
nis et espece de petite dragde) ; inni 
(4T). 

f Anichon, sm. (4T,A,Ag; G):petit 
ane ; sot, imbecile (fe"m : anichonnd). 

Anicroche\ sf. (4A'g): anicroche ; 
arnicroghS (4T) ; nicroghS (4AI ; yJr) ; 
Dans le frl. s'emploie le plus souvent au 
pi uriel, et dans le sens de : prltexte, 
excuse mensongere. A chirghe' tojhbr 
mile anicroght pe s'in-n 6g\4ntd (4A'g) 
[il cherchetou jours millepr£textes pour 
s'en exempter]. 

AnI6, sm. (1 Ab,B,B\Bm,E; aJj,Sm; 
3Ca,Gp,Jt,Rp,S ; 4A,Ab,Al,At,A'g,F, 
R,T,Tj,T ; 5M1; 6Am,U,Un ; 7M; 
8A1) : agneau ; anii (6B,Bq,Bv) ; anUi 
(3SV) ; anUl (7Lb ; 8Bf,Bs) ; anUl (7L, 
h);anW(iEm; 4A*c; 5Ce,Bd,M,Mf ; 
6Ac,As; 7Ag,C;8Ma,Mc); <tord(8B'a; 
inUi (8B'm) ; SnX6 (5M'v) ; inU (8B'). 
AnlSce, sf. (4T) : agnelet. 
Anlel, sm. frLJr) ; a/ite/( 7 Lb ; 8Bf, 
Bs) : agneau. A 8Bf, le pluriel est anUs. 
Voirani6. 

Aniett, sf. (4T); anUld (4R;7Jr): 
agneau femelle, agnelle. 

AniSU, vn. (4T) ; anWdr (8Bf); 
anUler (yJr) : agneler. 



"9 



t Anioti, aniati, adj. (G) : 6re\nt6 ; 
Cf. : amioti. 

Anistt, va. (4A) : exciter des chiens 
a se battre. 

AnlwAtt (s*), vpr. (6A); s'aniwittr, 
ijh) : s'anuiter. 
A^jM, sf. ( 4 T,A ; 7 Jr) : ange. 
Ann'mi, sm. (iDb) : ennemi. 
An6, sm. (4T,R): ane. Syn.: boricd 
4T) et au fern. : sdmd (4T,A,Ag; 7Jr ; 
8B*,Bt). Diminutif:<f/i/cAoii (4T,A,Ag; 
G) Fd mdferS bSriJou^dnd, s'in'anpd 
si (4T)[il est difficile de faire boire les 
anes, s'ils n'ont pas soif]. On n' fd 
pd hire on-n dnd p'feurcS (4Ag). 
Anon, 6non, sm. pi. (a A) : nuages. 
Anonchalir (a'), vpr. (G) : devenir 
nonchalant. 

Anoulie, sf. ; anoullon, sm. (3T) : 
agneau ou brebis donne* a l^glise pour 
une ceuvre pie. 

Anpanld, adj. (4Aa) : penche\ in- 
cline. 

Anpi, sm. (3Sd); anpii (6B) ; an- 
pwin (6Ac); aw/>y/( 4 T,AI):framboisier. 
AnpIS, sf. (4T,Aa,Al,Av,A*g;3Sd, 
S' ; 5At ; 6B) : framboise ; anpi {jU) ; 
anpwd (7Cm) ; anpwt (6Ac) ; 3C ; 7Ja, 
Jr ; 8A,B\B'm). Anpwir, f8Bf) et 
anpld (7J) sont masculin. 

Anplfiy*, pp. (2C) ; anpUtha (2T) ; 
anpliha (2Jv) : m£rite\ Ua sa par du 
doma\ou ; n'etet ai pas bon amplia ? 
[elle (Eve) a sa partdu dommage (du 
mal cause*); n^tait-ce pasbien m£rit£?] 
(No€ldei63o). 
Ansin sm. (4AI) : essieu. 
— , sf. (7Jr) : absinthe; anchin (8 A). 
Voir apsintS. 

Ant&, sf. (iA; 8M):unte. Cf. le 

vxfr. ante, d'ou le mot tame = taante. 

Antittnd, npr. (4T) : Antoine ; Tte- 

nd, (4T,A,R) ; diminut. affectueux : 

Nind, (4R). 

Antu6nSta\ npr. (4T) : Antoinette. 
Se dit aussi Tutnon, Tdinon (4T, 
A,R). 
Anve, sm. (iA) : oncle. 
Anve, adj. num. (4TV) : onze. 
Anviu, sm. (8M) : orvet. 



Digitized by LjOOQIC 



20 



ANZE-APOI 



Ana6, adj. num. (4T) : onze. 
Anz6, sf. (8B0 : ange. 
Apaijar, vt. (8Bf) : apaiser, soupe- 
ser. Voir aptaa. Apaijtr (jJr) : apaiser, 
calmer. 
Apala, va. (4Al,A'g) : appeler. 
Apama, pp. (4AS) : dlgoute* (de 
manger). 

Aparch6vr8, va. (4T,Ag) : aperce- 
voir. 

Apar6nc8, sf. (4T,A, A'g ; 7.JY) : ap- 
parency; aparinci (8Bf). Dans le frl., 
apparence s'emploiepour « petite quan- 
tity » : Votre eau-de-vie est trop forte, ne 
lui en donnez qu'une apparence (4T, 
A;G), 

Apareyi, va. (4Ag); aparlyi (4T); 
apar&yir (8Bf) ; aparilyir (jh) : appa- 
reiller, apparier. 

Apartnyi, vn. (4T,A) : appartenir; 
apartenir ( 7-Jr). Ce verbe est peu em- 
ploye* a 4T,A,AI,A'g,A"m. On dit de 
presence : dire a, etre mien, tien, sien. 
CinkB 4 minnd, c4nhi 4-t a min (4T) 
[cela m'appartient] ; c4n minnd 4 tinnd 
(4T) [ce qui nVappartient, t'appartient] ; 
cin noutrd 4 voutrd (4T) [ce qui nous 
appartient vous appartient]. 

Ap6, adv. (2 A) : peut-£tre. 

ApSla, va. (4T,A ; 8B') : appeler ; 
apald (4Ai,A"g); apSler (yh) ; apSlar 
(8B0- Cmtn 7-ou kS t'apatt ? (18 sujet, 
estici sous-entendu) (4T) [comment est- 
ce que tu t'appelles ?]. Conjug. : £>'a- 
pald, n's apBlin (4T). 

Apftl6, sm. (4T) : se dit de toute 
matiere gluante ou collante. 

Ap£ly6, va. (6A) ; apilyir (yh) : en- 
gluer, empoisser. 

Ap6rc6ivr8, va. (7-Jr. ; 8Bf) : aper- 
cevoir ; aparchivrS (4T,Ag). 

Ap6r6r, va. (7Jr) : appuyer. 

Ap&sa, va. (4T,Am\Av* ; 8B') : apai- 
ser; (4T,A'g; 8B\A) : soupeser, sou- 
lever. 

Apift, va. (4T,A*g,R) : marcher aussi 
vite qu'un autre, tenir pied (deYive' de 
pi, pied), D* pwi pd Vapid <4T,A"g) [je 
ne puis le suivre ; je ne puis faire route 
aveclui, il va trop vite]. 



Apidanoi (•') vpr. (4AI) ; 7 s'api dan- 
cer (G) : manger son pain avec du fruit, 
du fromage ou de la confiture, de ma- 
niere a finir le pain et Yabdanci en 
mime temps. T sd pd Vapidanci, mon 
fiu ; la tomd ifornitd, 6 t pan a mai- 
tia [tu ne sais pas manger com me il 
convient, mon fils, tu as fini le fromage 
et ton pain n'est qu'a moitie* mange*]. 
Appedanfi est cite* dans la Revue sap., 
anne*e 1900, p. 12a, comme apparte- 
nant au patois des environs de Dou- 
vaine. 

Apijhona, va. (4T) : amadouer. De 
pinjhon, pigeon; apinjhnd (4A'g). 

Apitit, sm. (4Bf ) : app&it. 

Apia, sm. (6B) : palonnier. 

Apia, adv. (4T,A) : a plat ; aplya 

(4A f 8). 

Aplachra, vn. (8M) : rester oisit a 
la maison. 

Apian, adv. (4T,A ; 2 A ; jit) : ho- 
rizontalement ; aplyan faA'g). 

Aplanna, va. (4T,A; 8B') : aplanir; 
aplandr (8Bf) ; aplanir (7Jr) ; aplyand 
( 4 A*g;8Al). 

— (4T; 8M.) : planer (e*galiserle bois 
avec une plane). 

Aplati, va. (4T) : aplatir ; au figure* : 
d£monter, ahurir. 

Apl6, sm. (4Aa) : Pensemble des v£- 
tements d'une personne ; Poutillage ara- 
toire d'une ferme ; aplyi (4A'g) : atte- 
lage etoutillage de labour. Qti an on-n 
a on bon-n aplyi, (4A"g) [cette an nee 
nous avons un bon attelage, c'est-a- 
dire quatre vaches pour tirer la char- 
rue]. 

Aplica, va. (4T,A,A*g; 8B) : appli- 
quer ; aplicdr (8Bf) ; apliqer (7Jr). 

Aplicachon, sf. (4T) : application. 

Aplon, sm. (4T,A ; 8B') : aplomb; 
d'aplon, adv. : verticalement; solide- 
ment; en regie. P4rdr4 t aplon (4T; 
8B') : perdre Tequilibre ; perdre la rai- 
son ; aplyon (4A'g,R). 

Ap]y6, va. (8B*) : engluer. 

Aply6, sm. (4A*g). Voir apl6. 

Apdi, va. (4T,A,Ag): appuyer; apo- 
y4r($Bf);ap4rer (;Jr). 



Digitized by LjOOQIC 



APON-APRI 



ai 



Apondill* , sf. (4T,A ; G) : ajou- 
tage ; f apondillon (G) ; apondtton 
(4T,A) ; apongtton (4R). £ fd /' didbC 
u V bon Diu p y u rfire on-n apon- 
gtion (4R) [il faut le diable ou le bon 
Dieu pour y refaire un a j outage, une 
soudure]. Du v. apondrB. 

Apondrg, va. (4T,A,R ; G) : ajouter, 
attacher, al longer ; mot tres usite* ainsi 
quesesdeTivdsapon*?, apondilM, apon- 
dtton et rapondri; apandre (3S'). (De 
ad ponere). Ki ripon apon (4T,A,R) 
[f qui rtpond apond]. Se dit a pro- 
pos d'une discussion ou d'une dispute 
ou le plus sage est de ne pas rtpliquer. 
Apondri na sdc&, on bollon [ajouter 
de l'eau a une sauce, a un potage ; l'al- 
longer]. On obtient ainsi du bouillon 
apondu. 

AponsS, sf. (4T,A,R; G) : ajoutage ; 
aponsd (8Bf) ; (ancien part, passe* tern. 
4e apondrf, devenu subst.). 

Aponydnttr, va. (8Bf). V. apwdntt. 

Aportft, va. (4T,A) : apporter. Syn : 
aduiri (voir ce mot). Con jug. : dCa- 
powrfd (4T); d'apeurtd (4A). 

Apossour&, sf. (8Bf) : rallonge, ou 
allonge d'une table. 

Apostiche, adj. (4T,A,A'g) : mal 
flit; provisoire. MoralU — , muraille 
mat construite qui ne tiendra pas long- 
temps. L' cordani nia arinja mou 
soldr a T — (4T)j[le cordon nier a rac- 
commode" mes souliers d'une maniere 
grossiere et sans solid it6]. Dans le frl. 
on dit bar be apostiche, papillote apos- 
tiche, pour barbe, frison postiche. 

ApostoliB, sf. (4T) : ajoutage fait 
sans gout; apoustoulH ou apostoutii 
(5C) ; apoutouM (4A ; G). 

Apostolyi, va. (4T) : mettre a quel- 
que chose un ajoutage sans gout ou 
mal fait. 

Aponran, ann&, n. et adj. (3S*) : 
tres avare, harpagon. 

Apousti, sm. (G) : rebord extSrieur 
d'une barque sur lequel marchent les 
bateliers qui la font avancer au moyen 
d'une longue perche. 

Apoyon, sm. (4T ; 6 A) : appui, £tai. 



Apre, adv. etpr£p.(4T,A,etc.).Dans 
le frl . apres s'emploie tres frlquemment 
dans des locutions qui ont vieilli etdans 
d'autres qui ne sont •pas franchises. 
Ainsi on dit : « 6tre apres 6crire » pour 
« 6tre occupy a » ; « &tre apres s'habil- 
ler » pour * etreen train de s'habiller ». 
Quoiqu'on dise « 6tre apres sa toilette, 
apres une affaire », on devrait ajouter 
a devant le verbe lorsque le comple- 
ment est exprime* par un infinitif : etre 
apres a 6crire, Gtre apres a s'habiller. 
(Voir LiTTRi). 

Aulieu de : * Allez chercher, envoyez 
chercher un tel », le frl. dit: « allez, en- 
voyez apres untti*. « Demander apres 
quelqu'un », « la clef est apres la 
serrure », sont des tournures admises 
par Littre\ 

« Aller apres » s'emploie dans le 
sens de soigner, prendre soin : e'est la 
Jeanne qui va apres les vaches [qui est 
charged du soin de Citable]. Avoir de 
l'argent apres soi [sur soi]. Se facher 
apres quelqu'un [contre quelqu'un]. 
Courir a/?r£s quelqu'un [le poursuivre]. 

Apr^lS, sf.(4Ad,A) : prele, ou queue 
de rat (plante) ; dprild (4AI ; 6B)., 

Apr6ndr8, va. (4T,A,A*g) : appren- 
dre ; apridrl (4A, Ab , Al , R ; 8B') ; 
aprendre (3S'). La vilU aprin in mo- 
rin (4T) [la vieillesse apprend en mou- 
rant, e'est-a-dire : on apprend a tout age]. 

Aprftnti, tsk, sm. (4T; >Jr) : ap- 
prenti, tie ; aprintB (des deux genres) 
(4A*g) ; apritt (4R; ; aprintichi (8Bf) ; 
f apprentif, tisse (G). 

Aprdntissajhd. sm. (4T) : appren- 
tissage ; apritsajhd (4AI). 

AprGstA, va. (4T,A,Aa,Ab,Ag,Al, 
Am. Av' ; 6A ; 8B') : apprlter ; aprSstdr 
{&Bf) ;apr8ster(7h). 

8*— , s'apprfiter. De maprestd p* 
aid la mBessd (4AI) [je m'apprfite a aller 
a la messe]. Voir &. 

AprfitA, sf.(4T,Ag,Am'): Aprete\ 

AprinmA, va. (4T,A ; 8B') : appoin- 
ted appointir ; aprinmdr (8B1) ; aprin- 
mer(jJr). 

Apr6, adj. (4T,A,Ag) : apre. 



Digitized by LjOOQIC 



22 



APRO-ARA 



Aprochi, vn. etva. (4T,A,Ab,Al,Ag): 
approcher; aprotchi (8B*); aproghiir 
(7Jr) ; aprotchiir (8Bf). 

Aprovfi, vat (4A,T ; 8B') : approu- 
ver ; aproper (d'aprouvd) ( 7 Jr) ; apro- 
vdr(SB{). 

Aprovdai, va. (4T,A,Ag) : apprivoi- 
ser ; aprovaiji (8M) ; aprivaijir (8Bf) ; 
aprovijer^h). Syn. : fadomicher{G). 

AprovijnA, va. (4AI) : approvision- 
ner; aprovi\nd (4T,A). 

ApalntA (g f ), vpr.(4T) : absenter(s'). 

Apsintfi, sf. (4T,A; 5 A' et frl.) : 
absinthe; apsintd (6B) ; ansin ( 7 Jr) ; 
anchin (8A). Syn. : fdrt ( 7 Jr; 8 A) ; 
forbltan faA'g); gros-fort (G); erbd de 
le pu*di (6B). Prinfort (G) est la petite 
absinthe. L'absinthe est tres r^pandue 
le long de la route d'Alex a Thdnes. 
(Cf. Rev. Sap., 1864, P- 32). 

Apaoluchon, sf. (4T,A,Ag) : absolu- 
tion ; apsolucion (iEp; Db) ; apsolu- 
cioun (8Bf); balyi rapsoiuchon (4T, 
A,Ag); balyir rapsolucioun (8Bf) : ab- 
soudre. 

Apsolumdn, adv. (4T) : absolument. 

Apti, sf. (4T,A,Al,Ab; 8B'):app6tit; 
apitit ( 7 Jr) ; apitit (8Bf); aptd (8B'm). 
Uaptb pin in md^in (8B'm) [l'appem 
vient en mangeant]. Dans le frl. a 4T, 
A, comme en patois, on lefait du genre 
tern. : Uapti n 1 est pas mauvise. 

f Apure, sf. (G ; iT) : le moment, 
le bon moment des cerises, des frai- 
ses, etc. Ne se dit que du moment de 
la plus grande abondance d'un fruit. 
U apure des fraises va venir. 
Apw6, adv. (4T, A,R) : puis, ensuite. 
ApwtatA, va. (4T,A,A'g) ; apwinter 
(7Jr) ; apwitd (4A ; 6A ; 8B') ; f apoin- 
ter (4T,A; G) : r appointer, appointir, 
tailleren pointe; 2' (au jeu de boules) 
lancer sa boule en relevant en Fair; 
c'est Toppose* de bdghi, f bdcher. 
A Lyon on emploie plutdt le simple 
pointer. S'apwitd (6 A) : se dresser sur 
la pointe des pieds. 

Aqeucheumfcr, va. ( 7 Jr) : accou tu- 
rner. (Nous £crivons q, au lieu de la 
graphie qu.) 



Aqeuchi, vn. (iEp) : accoucher. 
Aqeuler, va. ( 7 Jr) : £culer (ses sou- 
liers). 

Aqeullir, va ( 7 Jr) : pours uivre vio- 
lemment ; pousser devant soi ; — Id bu 
(4R) [pousser les boeufs]. 
Aqeusd, va. ( 7 ) : accuser. 
Aqitft, va. : acquitter; aqitir (jh); 
aqitdr (8Bf). 

At, sm. pi. (4T) : portiques (galerie 
couverte soutenue par des colonnes ou 
des arcades) ; arcades. V. d. 

At, Ar, pr. pers. (4AI) : \\;dr uvrt 
[il ouvre] ; dr ara [il aura] ; ar dm* [il 
aime]; ar aldvi [il allait]. On emploie 
d devant une consonne et ar ou dr de- 
vant une voyelle ; ar quand le verbe 
contient un d, et dr quand il n'en con- 
tient pas. 

Ar, arS, 3* pers. du sing, du condi- 
tional present du verbe avoir (3B). 

Ar, prtfixe qui remplace re... dans 
beaucoup de cas. Tres usite* a 4T,R. 

ArA, sm. (4T) : nom d'un jeu qui 
rappelle celui du batonnet. Comme ce 
jeu a presque disparu, je vais en don- 
ner une id6e. On d&rit un cercle sur le 
sol ; c'est le camp. On y Itablit une 
planche d'un metre de longueur et de 
1 5 a 20 cm. de largeur; on la fixe avec 
des pierres, en ayant soin de lui don- 
ner une inclinaison de 5o a 60*, et Ton 
pose Vara (c'est le nom du batonnet a 
ce jeu) sur le bord suplrieur de la plan- 
che. Ce batonnet n'a que 6 a 8 cm. de 
long et 3 de diametre ; il est llgerement 
appoint^ a la tfite et a partir de 2 cm. 
commence une cncoche en biseau (o"o 1 
de profondeur pres de la tele et o a la 
queue). Grace a cette entaille, Vara se 
tient a cheval sur le haut de la planche. 
Lorsque le joueur s'apprtte a le faire 
voler en l'air en le frappant a sa partie 
inf^rieure avec un gros baton, il est 
tenu d'avertir ses camarades en criant : 
Ara, ma pou bara [ma planche don- 
nera]. Si les camarades peuvent attra- 
per Vara qui s'eleve geneYalement a 20 
ou 3o'avant qu'il ait touch£ la terre, ils 
Pannoncent en criant ara, ara, et celui 



Digitized by LjOOQIC 



ARA-ARBO 



23 



qui Fa attrapl au vol rem pi ace le pre- 
mier joueur. Si Yard tombe a terre, ce- 
lui pres duquel Yard est tombe* doit le 
lancer de cette place meme vers le but ; 
s'il tombe dans le camp, le premier 
joueur cede sa place a celui qui Pa lance' 
dans le camp. A Annecy; on dit jouer 
a baculd. 

Ard,va. (3S*;6A,Ac,B; 8M,B') : la- 
bourer. Nd mddln drd (6Bv) [nous al- 
lons labourer]; drd (iE); drd (8B*m). 
Arab&, (4T) (nom de peuple deve- 
nu nom commun et adjectif) : personne 
rapace. 

Arachi, va. (4T, A, Ab, A'g) : arracher; 
ara$hir, araghiir (7-lr); arastU (6A, 
Am) ; aratchi (8B*) ; aratcMr (8 Bf). 
£/ araghrS V nd don sin (4T) [il ar- 
racherait le nez d'un saint]. Se dit 
d'une personne sans scrupule qui fou- 
lerait tout aux pieds pour arriver a ses 
fins. 

Arala, sf. (4T,An) : pinalvier ; drald 
(iDm); arold (3C; 8A,M,B*) ; aold 
(8A);aro/e(G). 

Aral* (d*), adv. (4T,A,R) ; daral 
(G) : de travers, a rebours. / va tb da- 
rald (4T) [ca va tout de travers]. Pour' 
dnd, f n'dpMtf Id-* b; tai fd mariid 
fU dtf ma bdld, tore avwi IU V vd tb 
darald (4R) [pauvre ane, tu n'as plus 
quelesos; toi qui as marchlfier sous 
ma balle (hotte), maintenant avec elle 
tu vas tout de travers]. 

Aran, sm. (4Aa) : £cart que les boeufs 
font fa ire a un sillon, en sortant de la 
raie ; sillon non parallele aux autres ; 
— ,(3T) : endroit ou le sillon est mal 
trace ; — , (6A) : premiere eau-de-vie 
qui sort tors du repassage. 

— , adv. (8Bf) : tout proche, tout a 
cote*. 
Aranbin, sm. (yJr) : alambic. 
ArandaU, vn. (4Aa) ; arand'tldr 
(8Bf) : marcher en zigzag. Se dit d'un 
homme ivre (derive* du mot suivant). 
Arandel&, sf. (7JV) : hirondelle. 
Aranie, sf. (4T,A) : araignee; vxfr. : 
aragne; arania (4Ag); arinU (8M); 
aranld (4BO ; baronU (SB*). 



Aranyi, sm. (3S') : toile d'araign^e. 

Arapa, va. (6A) ; arapdr (8Bf) ; ara~ 
pdr (yJr) : s'emparer de quelque chose 
par surprise ou par astuce. 

ArArd, sm. (7M"a) : charrue sans 
avant- train et sans coutre. (aratrum). 

f Araaee, sf. (4A ; G) : assise, arase- 
ment. 

ArW, sf. ( 4 T,R,A'g,.Al ; 8B\Bf ; 3*S; 
7Jr) : aube. Se dit aussi du oepuscule 
dans cette locution: D' onri drb* a 
fdtrd (4T,A) [du matin au soir]. A la 
prinm* drbd (4T) ; a la prim 1 drbd 
(3S*); a la Jin' drbd (4R) [a la pointe 
du jour]. 

Arba, va. (4 A'g) : conduire pour la 
premiere fois le betail dans lepaturage. 

Arbalyi (8*), vpr. (4R) : se courber, 
s'arc-bouter ; se faire petit. Se dit des 
personnes. 

Arbata, va. (4T,A,Ag). Voir rebata. 

Arbft, sm. (4T,AI,Ag) : furoncle; 
— (iDb) : orgelet ; — (3Sm) : sapin ra- 
bougri. 

Arte, sm. (6A) : chalet ; arbitsir 
(8B'). 

Arbecre, sm. (4Ab) : qui replique 
sans cesse. Au fern, arbecrald. 

Arbta&, sf. (6 Ac) : perdrix blanche; 
arbinnd (j\x ; 8Bf). Frl. : arbine, ar- 
benne. 

ArMnA, va. (4Ag). Voir arbuohi. 

Arbepin, sm. (5C) : aubepin. 

ArbloU, vn. (4Ag,R) : bourgeonner, 
pousser des rejetons. 

Arblolon, sm. (4Ag,R) ; rejeton, 
surgeon. 

ArblaneM, va. (4T,A,Aa,Ag) : re- 
blanchir. On pu bin M jhortyie $'— 
sen md firt (4Aa) [on peut bien se 
parer ce jour-la sans commettre un p£- 
che*]. 

Arble, sm. (6A,B) : houx. 

Arblyd, sm. (4R) : grand filet monte* 
sur deux arcs de bois pour porter le 
fourrage a dos d'homme. 

Arbolannfi, sf.pl.(iDm) : herbes of- 
ficinales; arbolinn'i (ih). 

t Arboriser, vn. (G ; 4A; 7Jr) : her- 
boriser. Cf. vxfr. arboristc. 



Digitized by LjOOQIC 



34 



ARBO-ARfiT 



Arbotin,sm.(4A) : arbal<krier(terme 
de chapenterie, de : arc-boutant). 

ArbrAtA, va. et vn. Voir brAtA. Le 
prtfixe ar a ici un sens intensif et non 
rtduplicatif. 

Arbu^hl, va. ( 4 T) : biner de nou- 
veau. Hi pied mi tartifli, n'y a pd on 
mi;ifadrie mi li- K arbuchi ( 4 T) [j'ai 
bine* mes pommes de terre, il n'y a pas 
un mois; il faudrait encore les biner 
pour la troisieme fois]. 

Arcadft, sf. ( 4 T, A) : arcade, portique. 

ArcafA, va. ( 4 A). Voir rtcafA. 

ArcannA, sf. ( 4 T,A,Ag; 6A) : craie 
rouge. 

ArcannA, sf. ( 4 A'g) : reponse ou- 
trageante. 

Ar-cA ! ( 4 Am') : exclamation pour 
exciter les bceufs a marcher. 

Arohfi, sf. ( 4 T,A ; 7 J r ) : grand cof- 
fre, speaalement pour avoine, farine, etc. 
Dans un document de 1 6i 4 , arche de- 
signe un grand coffre a compartiments 
(1 A). Dans un autre, il d&igne un pe- 
tit coffre : « une arche garnie de petits 
joyaux de femmes » (iA, 1637). 

Ar$hfie, sm. ( 4 T, A'g) : archet (de vio- 
lon) ; archet (de berceau) ; archet ( 7 Jr). 
L* pyi * r archie ( 4 T) [le rideau du ber- 
ceau]. 

ArchAvrA, va. ( 4 T) : recevoir ; ar- 
chhivri ( 4 R). Va est une lettre d'ap- 
pui amende souvent par confusion avec 
a du prtfixe ad. 

Ar$h6 (ft d'), ( 4 T) : archal (fil d') ; 
fi<Tachd(4k);fi artyot (8Bf); archot 
(7'r). V. a$h6. 

— (3 Re) : mauvaise eau-de-vie 

Ar$i, sf. (8Bf) : coffre. 

ArclA, vn. ( 4 A'g) : reculer. Voir ar- 
culd. Va initial s'explique comme pour 
archipri. 

ArclyannA, vn. ( 4 T,Aa) : rtsonner 
avec force ; rfveillerles&hos. De riclan 
( 4 Aa): e*cho. 

ArcocA, va. ( 4 A,A'g) ; arcoqer ( 7 Jr): 
saisir au vol (en parlant d'un objet 
lance en Fair). A 6A, on dit acocd, 
atocd ; frl. racoquer ( 4 R). 

ArconsolA, va. ( 4 T,A'g) : consoler. 



ArcontrA, va. ( 4 T,A'g) ; arcontrtr 
(7 It) : rencontrer. 

ArcossA, sm. ( 4 Tc;8B*); argossi 
( 4 Ad) : aune vert. 

ArcnlA, vn. ( 4 T,R) ; arculir ( 7 Jr) : 
reculer; arcoVd ( 4 T). 

ArculamAn, sm. ( 4 T,A) ; arcuiami 
(4AI) : reculement ; piece du harnais 
qui soutient le cheval quand il recule. 
ArcuriAr, va. et vn. ( 7 Jr) : accourcir. 
ArdA et ardald, v. ardlA. 
ArdAn, AntA,adj. ( 4 T,A ; 7 Jr) ; ardi 
( 4 A,Al,R,A'g) ; ardart (8Bf). 

ArdlA, vn. ( 4 T A) : fuir avec epou- 
vante, la queue lev£e. Se dit surtout 
des vaches. 

Ardlion, sm. ( 4 T,A) : ardillon 
(pointe de m£tal au milieu d'une bou- 
cle pour arrtter la courroie) ; + ar/ruil- 
ion (G). 

ArdwAsA, sf. ( 4 T) : ardoise ; ard- 
wisi ( 4 A,A'g; 6Bv). 

ArdzAn, sf. (8M) : argent, m. (noter 
la difference des genres, en patois 
comme souvent en frl.). 

Ap6, sm. (6Ac,B) : charrue sanscou- 
treniavant-train ; aril, aritu pi. (8B1). 
— , sf. pi. (8B*) : arrhes. 
ArAdIA, pp. ( 4 A,A1) : arrange. 
ArAnjhi, va. ( 4 T,A) : arranger; 
arijhi ( 4 A,Ab,Al). 

ArAqjiunAn, sm. ( 4 T,A) : arrange- 
ment ; arijhmi ( 4 A,Ab,Alj. V. admi- 
rablid. 

ArAitf A ( 4 T) : arrange" ; artdla ( 4 A, 
Al). 
ArAr, adv. et int. (8Bf) : arriere. 
ArArajhd, sm. pi. ( 4 T ; 7 Jr) : axrt- 
rages ; arira\6 (8Bf); f arriirages (G ; 
4T,A). 
ArAssAr, va. (8Bf) : arrtter. 
ArAstachon, sf. ( 4 T,A): arresution. 
ArAtA, va. ( 4 T,A,A'g,R) : arreler; 
arissdr (8Bf); aritir ( 7 Jr); frl. arriter 
= cesser : il a arriti de pleuvoir [il a 
cesse* de]. 

ArAtA. sf. ( 4 A,A*g) : artte (de pois- 
son) ; dritd ( 4 T) ; arissd (8Bf). 

ArAtA-bu, sm. ( 4 A1 ;5At,A'); ariti- 
bweu (6B) : bugrane ou arrtte-boeuf. 



Digitized by LjOOQIC 



ARET-ARI 



25 



t Ar6te, adj. (4T,A,R) : arr£te\ 
Voy. aritd ; — pris subst. (G ; 4T,A, 
R) : arrtt, repos. Cct enfant « n'a pas 
d'arite » (4T, A ; G) : c'est-a-dire ne dis- 
continue pas (de pleurer, crier, sauter). 
— , (G; 2 A) : station d'omnibus ou 
de tramway. Je vous attends a Varite. 
Le train n'est pas encore a Varite, 
c'est-a-dire a la station. 

Aritd. adj. (4T,A,A*g,Av*) et aritd, 
pp. : arr6te\ Ma montrd i-t aritd 
dipwi yar (4T) [ma montre ne va plus 
depuis hier]. U s'i-t aritd a dav'-\ iuri 
(4T) [elle s'est arr£t£e a deux heuresj. 
La gran ctloche i-t aritd (4T) [la 
grande cloche a cesse* de sonner]. Lou 
chvd san aritd, i san aritd pi-r on ta 
di gravi (4T) [les chevaux sont au re- 
pos, ils sont arrets par un us de gra- 
tier]. 

Artalft, va. (4Ab) : rire pour un rien 
et d'une voix Iclatante et saccadic 
V. garifala. 
ArfaU, sf. (4T). V. rfala. 
ArgalA, va. (4T) : regaler. 
ArgaUd&, sf. (4T,A,R) : rfgal, r£- 
galade. 

Argalis, sm. (4T; 5 At) : reglisse; 

argalichd (4A,Al,Ag,Ab); farguelisse. 

Argalis di bwS (4T) : reglisse sau- 

vage; argalichd di bwi (4A'g) : faux 

baguenaudier. 

Argard&, va. (4T ; 8B*m) : regarder ; 
frl. arregarder : cela ne Harregarde 
pas. 

t Argent. Dans le frl. on le fait g£< 
n&alement du i€m., et dans le sens de 
« numeraire » on dit souvent * les 
argents ». Les argents sont rares aujour- 
d'hui. J'ai perdu toute l'argent que 
j'avais dans ma poche. V. arjhdn. 

Argentine, sf. (6B; 4A) : pied de 
lion des Alpes ou the* de montagne. 

Argllanchi, sm. (4A'g): arc-en-ciel. 
Prov. : L'argftanqhi d' la ni iss&i 16 
piti, I'argUanchi du matin pti d'igd 
su 16 mlin (4A'g) [Farc-en-ciel du soir 
fait s6cher la boue, celui du matin met 
de I'eausur les moulins]; argalanchi 
(4T) \galanfir (\ki). Syn. : la rwa a* 



san Martin (aJs) : arc-enchil (7-Jr; 
6Am) ; arc-en-wil (7U) ; arc-en-yil 
(7Jr). 

ArgllanchS, sm. (4AD) : gratte-cul 
(fruit de Teglantier) ; argliinchi (4A'g) ; 
arglUnfi ( 4 Tg). 

ArgUftnehi, UA'g) : eglantier. 

ArgUd, sm. (4A,A'g,Al): le houx. 

Argly*, p.p. (4T,A) : Arise* (de ar- 

Arglyi (a*) vpr., faA'g) : sauter de 
contentement en faisant plier leur corps 
(se dit des bestiaux). Arguilyi ($') (4R): 
lever la tfcte, faire le fier (en parlant des 
personnes). Cwi t-ou q'ifti, q' s'argui- 
lUtd cmiT pyusu V ronii /> (4R) [qui 
est-ce qui est fier, qui leve la t£te comme 
le pou sur une croute de teigne ?]i 

Argo, sm. (4T) : ergot (d'un coq). 
Dans le frl. argot, cTou le verbe argoter. 

Argolyi (•*). V. regolyi. 

Argoti, sf. (4Ap). V. bftgd. 

Argotfthi, va. (4T) : remanier les 
tuiles, les ardoises, les ancelles d'un 
toit. Dans le frl. : repasser le toit. 

Argotin, adj. (4T) : frisant naturel- 
lement. 

Argoton, sm. (4T) : meche de poils 
ou de cheveux planted autrement que 
les autres. 

Argotu, adj. (4A'g) : qui a les che- 
veux tres frisks. 

ArgrwSnta, va. (4Ag) : reproduire 
les gestes ou les paroles de quelqu'un 
en le parodiant. Cf. agrwintd (rac. 
groin). 

t Arguelisse, (G) : reglisse. De : 
reglisse sans accent, avec Va de l'article 
fe*minin : la reglisse, Varglisse. 

ArguMyA, pp. (4A). V. arglya, 

Argudnyi, va. (4Ab) : froncer (le 
front, les sourcils). 

Argu6t&, va. (4T,A) : regarder. 

Ari, adv. (4T,A,A*g) : arriere ; — , 
(4A'g; 3B) : en ce cas, alors ; — , (3T) : 
aussi, en v6rite\ T'i ari bin prissd de 
modd (3T) [en varite* tu es bien presse" 
de parti r]. 

Ari-botqa, sf. (4T,A) : arriere-bouti- 
que; ari~gran, sm. (4T.A), f£m. : ari- 



Digitized by LjOOQIC 



1 



26 



ARIA-ARPA 



groussd, (4T) : bisaleul , e ; f arriere- 
grand'pere, arriere-grand'mere ; ari- 
sSson, sf. (4T,A) : arriere-saison. Syn. : 
en dari. 

lin-n ari (4T,A,A*g) : en arriere ; 
d-n ari (4AI). 

AriA, va. (iTm; iEP; 6Ac,B) : 
traire ; ariir (7Jr). 

Ariandi, va. (4T) : arrondir ; ariondi 
(4Al,A*g) ; ariondir (jh). 

Aribn, sm. (4T) : arr£te-boeuf, bu- 
grane. 

Arie, interj. (4T,A,A'g) : arriere ; 
artr(8Bf); ariiri (jSr). 

Ariotet, sm. (G). V. jeux. 

Arit, (8Bf): (il) aurait. 

Arit8, adv. (a A) : en ce cas, alors. 

Aijhdn, sm. (4T,A,A*g ; jh) : ar- 
gent ; arjM (4 A, Ab, A1,R) ; ard\4n (8M) ; 
ar\di (6B) ; ar\£ (6 A) ; artfn (8Bf) ; 
arj'hen (3T). On vd sovi l*ar\£ void re- 
pridre soli sa void (6A) [on voit sou- 
vent Fargent vole* reprendre tout seul 
sa voile]. 

Arjho. sm. (4T) : enfant tres vif. 

Arid, sm. (3S*) : enfant £veill£; gar- 
con sans souci ; — (3T) : enfant qui 
n'a pas encore Cage de raison. 

ArlotA, vn. (3S',T) : batifoler. 

ArlucA. Aye, adj. (3T) : vif, slmil- 
lant. 

Armft, sf. (4T,A,A , g,Am , ,Av; 7Jr): 
arme. 

— , sf. (4T,Aa, A1,R ; jh) : ame. 

ArmA, va. (4T,A,R) : armer. 

Armafl, va. (4T,A*g) : balayer. Du 
lat. ramus, branche ; Va initial est ici 
une lettre Ipenthltique, ou commedans 
nombre d'autres mots le pr&ixe a de ad . 

Armajhe, sm. (yh) : cerisierA grappe. 

Armaldnchft, sf. (4T) : fruit de l'a- 
m£lanchier; armSlanghi (7Jr); arma- 
ringhi (4Ad). 

Armaldncbi, sm. (4T); armarinchi 
(4Ad); armtlanghiir (7Jr) : amelan- 
chier. 

ArmaliS, sf. (7-Jr) : troupeau. Du lat. 
animal ia f animaux. Vxfr., almaille , 
aumaille. 

Armalyi, sm. (8M) : berger. 



Armamdn, sm. (4T) : armement; ar- 
mami (4AI). 

Armanat, sm. (8Bf) ' almanach ; ar- 
monat (jit) ; armanya, f. (5C,A*g) ; 
Cf. : almana. 

Armanolyi, va. (4A) : tourner quel- 
que chose de tous les cotes. Ala tojhb 
p* Id dd kdk rin k'al armanotti [il a 
toujours par les doigts (dans les mains) 
quelque chose A remuer]. 

Arm6, sf. (4T,A,A'g,As ; 7Jr,etc.) : 
armle. 

ArmdndA, va. (4T,A,A'g) : raccom- 
moder ; arm£nder(yJr) ; armidd (4AI) ; 
armidd (4A,Ab); rmendd (4R). 

Armere, sf. (3S') : armoire. Syn. : 
placdr f bofi f cridence (4T) ; armMo 
{yJr) ; dans le frl. armoire est des 
deux genres. 

Arm6trft, va. (4T) : remettre ; p.p. : 
arm&tu. 

Armi, prfp. (4T) : hormis, except*. 

ArmolA, sm. (4AI) : rtmouleur, ai- 
guiseur. 

ArmonnA, sf. (4T, AI,A'g) : aumone ; 
armdnd (3T ; 8M) ; armound frJr). 

ArmwA, va. (4T,A,Aa,A*g) : remuer 
dlplacer. Con jug. d'armwd, farmwt 
(les diphtongues wd, ufB sont atones). 

Ami, sm. (3T) : vent violent qui 
entasse la neige. 

ArnicrochS, sf. (4T): anicroche; ex- 
cuse mensongere. 

ArnolyA, part. p. (4T) : agenouilte. 

Ar6, sm. (4R) : arrtt, halte. Y a d' 
fai q' la tdghe i-ton pu lordd | Qtr bovi 
chirghe on pu d£ rpd | 2? V bon mome 
d* vwidd sa gordd | £ d' fir' f la 
baire on ptyou ard (4R) f.11 y a des fois 
que la tAche est un peu lourde, que le 
bouvier cherche un peu de repos ; c'est 
le bon moment de vider sa gourde et 
de faire une petite halte pour la boire]. 

ArojSu, sm. (4T) : arrosoir; aroju 
( 4 A1 ; 5C). 

ArosA, va. (4T,A,A*g) :turoser; aro- 
sdr (8Bf); aroser (jh). 

ArouvA, sf. (8Bf) : arrived. 

ArouvAr, vn. (8Bt) : arriver. 

Arpar* , sf. pi. (4T,A,A1) : bettc 



Digitized by LjOOQIC 



ARPI-ARVO 



27 



poirfe. f Dans le frl. reparies : bct- 
tes. 

Arpi, sro. (6 A) : grappin, gaffe. 

ArpiA, va. (4A) : atteindre. 

Arpiantrft (s*), vp. (4 A) : se repenur. 

Arpion, sm. (G) : harpon. 

ArposA (a*), vpr. (4T) : se reposer. 
Arposh-te on pu [repose-toi un peu]. 

Arprtadrt, va. (4T,A) : repreiidre. 

Arprochi, va. (4T) : reprocher. 

Arpyi, va. (4 A) : mesurer; arpenter. 

AxqttrA, vn. (4T) : rejaillir. 

fArrieragea, sm. pi. (G; 4T,A): 
arrerages. 

ArsoulIS, sm. et f. (4T,A ; 7Jr) : 
ivrogne fieflfe ; horn me ou femme de 
rien (mot d'argot) ; arsouyS ; arsouitt 
<8Bf). 

Ante, sf. (6U) : coffre. 

ArtAa, sm. (6B) : orteil ; arti (6Ac) ; 
artbl (7Jr) ; arfei'/(8Bf); aupl. artyeu, 
artyou (jSr) ; f arteuil (4T,A ; G) ; 
artd (3Sd); artid {i&);artiu>d (6A); 
artwi (4T,Ag). 

Articlid, sm. (4R) : article. 

Artiflchd, sm. (4T,A): artifice ; fwA 
d'— : feu d'artifice. 

Artinb&lft, sf. pi. (4T,A): efiFets, pa- 
cotiHe d'objets sans valeur ; attiraii ; 
artinbichi (7Jr). 

ArtianA, p.p. (4R) : artisonnl, pique 
paries vers, paries artison6 (en parlant 
du bois). 

ArtnA, vn. (4A'g) : rtsonner avec 
force ; (de tnd, tonner, avec le profile ar). 

Arts*, sf. (8M,B*) : coffire. 

ArvA, vn. (4T,A,A*g,R) : arriver ; 
arpd (4A,Ab); arourdr (8Bf); arvir 
(7lr). 

ArvA, sf. (4T,A,A'g,R) : arrived; 
orvd (4A,Ab) ; arouvd (8Bf). 

Arve$hon, adv. (4T,A,A'g) : au re- 
bours, a rebrousse-poil. 

Arvecion, sm. (4Ab,A) : envie 
(petit filet qui se dltache de la peau au- 
tourdes ongles). Dans ce mot, qui vient 
de « revecne », Va initial est une lettre 
6pemheuque, mais dans Tadverbe ar- 
figkon Va initial est la prep. a. 

ArvAn, smp. (1 Ep) : avent. 



Arvot, sm. (7Jr) : orvale (plante). 

ArvSnyi, vn. (4T,A*g,A) : revenir; 
revenir a la vie, reprendre ses sens. Mon 
frdre avi pri md, on povi pd f ar- 
vinyi ; la Joson ra balla £ si kin, i 
al 'r arvtnlu UA'g) [mon frere ettit 
tombe en syncope et Ton ne pouvait le 
ranimer; la Josephine lui a donn£ je ne 
sais qubi et il a repris ses sens]. 

Arv6njhi (a 1 ), vp. (4A'£) : repondre 
a plus fort que soi par une sortie ou 
une agression immediate. Une mere 
donne un coup sur les doigts de son 
enfant , celui-ci la pince ou la mord : 
i s'arvinjhl [il prend sa revanche]. Frl. : 
se rcvancher. 

Arvniu, sm. (4T) : revenu. 

Aram, at&, pp. (4T*g) : revenu ; 
arvnlo, dtd (3Rr). 

Arvri, va. (4T,A'g,Ab) :tournerdans 
un autre sens (en parlant d*une voi- 
ture). IX kin coutiqu'ifd arvri? (4A'g) 
[de quel c6\t (a droite ou a gauche) 
faut-il tourner ?]. Un homme qui ne sait 
comment faire face a ses affaires n' sd d* 
kin couti s'arvri (4T,A'g) [ne sait de 
quel c6t6 se retourner], — (4Ab) : ra- 
mener au mime endroit que les autres 
les animaux qui s'en sont eloigned. 

ArwA, va. (4T) : lancer loin de soi ; 
vn. : ruer; — (s*), vpr. : se ruer, se 
jeter sur. 

Andd. sf. (6B) : argent. 

Arz6, sm. (4A) : peigne (extr£mit£ 
des douves a partir du jable, c'est-a- 
dire de la rainure qui sert a arrGter les 
fondsd'un tonneau). On dit aussi /06/e. 

Arid, sf. (6A) : argent ; artfn (8Bf). 

As, sf. (4T,A,A'g) : carte; (est masc. 
en francais). & n' *6 pd I'as dl pik'i 
(4T) [il est ruse\ fourbe et mechant]. 

As. V. asaft. 

Asbin, adv. (4T,A,A1): aussi, egale- 
ment. To /' mand* y $ti, i min asbin 
(4T) [tout le monde y £tait, et moi 
aussi]. (Ce mot compose* de as (asse) et 
bin prend parfois une n due a Tanalo- 
gie : nasbin. (L'exemple cite plus haut 
nous en explique Forigine.) 

AscorS, va. (4A'g) : secouer ; — ii 



Digitized by LjOOQIC 



1 



28 



ASEL-ASTO 



nwi [abattre les noix]; — la bord a 
cdcon [donner une voile a quelqu'un]. 

As61Ar, vn. (8Bf) : fuir avec e>ou- 
vante, la queue lev£e (se dit des vaches); 
asilyer (7LD). 

Asm6, conj. (aJ) : aussi, c'est pour- 
quoi; asmi (aRm); asmiti (4T,Ag). 
Asmiquan levu enfanta | Lafena que 
Va enchanta | Le pieure, elle divre 
chanta (xvii' s.) [aussi quand elle veut 
(= va) enfariter, la femme qu'il (le dia- 
ble)a enchanted, elle pieure; elle de- 
vrait chanter]. 

Asmd, sm. (4T,A) : asthme. 

AsnA, vn. (8B*) : flairer. 

AspArge, sf. (4T,Ap,Ab) : asperge ; 
aspirge (4A). 

ArpArgAs, sm. (4T,A,Ag; -jfr\ 8M) : 
goupillon. 

Assad*, va. (4A*g ; 3T; a A) : goater 
(d'un mets), savourer; assaddr (8Bf) ; 
assader (7Jr). 

AssalA, va. (8M) : donner du sel a 
une vache au moment de la traire. 

Assart*, va. (5C) : assurer. 

f Assatir, achatir, va. (G) : aplatir, 
Usser, ^eraser ; abasourdir. Terrain as- 
sati, pain—, pom me — e : terrain tasse*; 
pain trop serre\ ou mal cuitet malleve* ; 
pomme Icrasee. J*ai tant marche* que je 
suis tout achati : tout harasse* de fa- 
tigue. V. sati. 

Assd, adv. (4T,A,A'g; 7Jr); aussi, 
si;aisi(8Bf); achi (iB') ;ac'he (3S') : 
£/ B as titu cm* on boricd (4T) [il 
est aussi tfitu qu'un ane]. Synon. : 
avwi ; itd ; to-pari; asbin. 

AssAe, sm. (4A) : essieu. 

Assdgri, adj. (3S') : assidu, tran- 
quille. 

AssAnblA, va. (4T,A,A'g) : assem- 
bler; assibld (4AI) ; assenbld (iT). 

— , sf. (4T,A,A'g) : assemble ; assi- 
bld (4AI) ; assenbld (iT); assenbld 
dfamilU (4R) [conseil de famille]. 

AssAnAr, va. (8Bf) :ass£ner. 

f AssAyer (s'), ainsi que s'assoyer, 
frl. : s'asseoir. On les conjugue dans 
les temps simples comme des verbes 
de la premiere conj. Parfois on em- 



ploie encore les formes du verbe assis- 
ter, jadis d'un usage tres frequent : 
assiste-toi, ils s'assisterent. 

AssAsnA, va. (4T,A,Al,A'g) : assai- 
sonner; assijoundr (8Bf) ; assisoner 
(7-Jr). Syn. : condir (jte). 

Assi, sm. (4T,A*g) : Atre ; ac'hi (3S'). 

AssistA, va. (4T,A,A*g) : assister. 
Dans le frl. on dit : assist e\-vous, pour 
asseyez-vous. 

AssltA, sf. (4A) : assiettle. 

AssltA, sf. (4T,A,Ab,Al,A , g; iBm) : 
assiette; ac h i Id foTc); assiitd (4Fm); 
achitd (6A,Am; 7Jr; 8Bf); achyitd 
(7M; 4Tm); achlitd foTm). Qhi luit 
to p* U-i assiti i ri\n) dii(n) Id pto 
(4A)[chez lui e'est tout sur les assiettes 
et rien dans les plats]. Se dit d'une 
personne qui aime a parattre et doot la 
glnlrositl est toute en paroles. Cho 
q'avise V achitd di-\ dtre, la sinnd vine 
(6 Am) [celui qui regarde l'assiette des 
autres, laisse verser la sienne]. 

Ass6, sm. (4T,A,A'g) : verte re>ri- 
mande. Rcivri, balyi 9 fire on-n asso 
(4A) [recevoir, donner, faire une verte 
reprimand e]. 

AssociA, sm. (4T,A) : assocte. 

AsaomA, va.(4T,A,A'g): assommer; 
assomdr (8Bf) ; assomer (7Jr). 

Assonbi, va. (4Ab) : assouvir, rassi- 
sier. Dipwipd — sa fan (ou f assonbi) 
[je ne puis le rassasier]. 

Assonpchon, sf. (4T,A,A'g; 7k); 
assom'pehon (4AI) ; assom'psloun (8Bf): 
Assomption. 

AsaotA, va. (6A) : soupeser. 

AsswAryi, va. (4AI) : louer un do- 
mestique pour un temps dlfini. 

s' — , se Jouer, s'engager pour un ser- 
vice, entreren condition. 

AstA (s*), vpr. (lEp) : s'asseoir. V. 
aohtA et achetA ; achdtri (8B',B'm,M) 

AstA, va. (8B') : acheter. V. a$hti. 

AsticA, va. (4T) : astiquer, nettoyer. 
Au fig. : dire son fait A quelqu'un. 

— (8*), vpr. : mettre de beaux habits. 

Aston, sm. (6A) : hachette, cogne*e. 

Astou, adv. (4T,A,A'g,Al) : aussit6t. 
Astou diS, astou fi, astou fi ki dee 



Digitized by LjOOQIC 



ASTR-AVA 



ag 



uT^A'g^AlJfaussitatditjaussitdtfait]; 
dchtou (8Bf) ; s\tou (7 Jr). 

f Astragon, sm. (G ; 4T,A) : estra- 
gon. 

AstrfcA, va. (3S*) : frapper a grands 
coups de trique. 

Att, p. pass* (6A) : *te\ Z* i atd 
jai ftc]. 

AtablA (a*), vpr. (4T) : s'attabier. 

Atapa, va. (4T) : attaquer. . 

Atacha, pp. (4T) : attach* ; atatKa 
(4A,AI,A'g) ; a/«f AM (4Ab). 

AtaciiS, sf. (4T,A,AI,A'g) : attache ; 
itaeki (4Ab). 

AtacM, va. (4T,A,Ab,AI,A*g) : atta- 
cher. 

Atachmdn, sm. (4T,A) : attache- 
merit; ata$hmi (4A,A1). 

Atan, adv. (4AI) :autant; utan (4T); 
6tan (8Bi) ; dtin ^lv). 

Atanta, V. atata, 

Atarda (s*), vpr. (4T) : s'attarder. 

f Atarti, adj. (G) : *puis* de fatigue. 

Atata, vn. (4AD) : c here her quelque 
chose dans I'obscurit* en tat ant. De* n' 
truw6 pd la cliwi dsu la trdbttd, d£ n' 
v&6 pd bid. — Atdtd [Je netrouve pas 
la cuiilere sur la table, je ne vois pas 
clair. — Chercheen tatonnant]. Le m*me 
que le suivant. 

Atata, va. (4A*g) : tater; gouter 
(d'un meis), d'ou le compos* burlesque: 
Atanta-cu-d* polalU ( 1 Ep) [homme la- 
dreetcurieux], 

Atatla, pp. d'ataghi (4A,Al,A'g) : 
attach*. 

Attnchon, sf. (4T,A,A'g ; *jfr) : at- 
tention ; atichon (4A) ; atinsioun 
(SBf). 

AttodrS, va. (4T,A,A'g; 7Jr;8Bf): 
tttendre; atidri (4A,A!,R); atendre 
(3T). 

— ,vn. : tarder, se faire attendre. El 
atin bin (4T), dl at in bin (8Bf) [il tarde 
bien a venir]. 

Atdndri, va. (4T,A,A*g) : attendrir; 
atendri (3T). 

Atirer, va. (8Bf) : attirer ; atriyi 
(5Q; atiriir (7J1) ; ateri, atri (4T,A, 
Ab,AI,A*g,R) ; pp. : attria ( 4 T,A,Ab, 



AI,A'g v R). Se conjugue aThdnes : d'a- 
tird, d'atrivd, (Tatriri. 

Atlft, va. (4T,A,A f g ; aT) : atteler; 
atildr (8Bf); ateler (7Jr). Se dit prin- 
cipalement des chevaux. V. acoblA, 
acJiapa, acapa, agll&ta. 

Atlyi, sm. (4T,A,A*g) : atelier; ate- 
ty4r ( 7 h ; 8Bf). 

Atd, sm. (4T,A,Al,A'g ;yJr) : atout ; 
atot (8Bf). Dans le frl. atout s'emploie 
pour taloche, mauvais coup. Batre atd 
(4T,A,Ag ; 7Jr) [jouer atout]. 

Atoca, V. acoca. 

At ram 6, adv. (4AI) : autrement ; 
dtramin (4T,A,A'g); dtramen ; dtrami 
(4A,Ab). 

Atrapa, va. (4T,A,Al,A'g): attraper; 
atrapdr (8Bf) ; atraper (jJr) ; atrapd 
(4A,Ab). 

At rid, smp. (iB*) : boulettes de foie 
de cochon hach* fin et pli* dans le p*- 
ritoine. Ce mot nous rappelle le terme 
hasteriaul^, hateriaulx, qu'on lit dans 
le Mystere de St-Bernard de Menthon 
(v. 1458 et 967). 

Atrista, va. (4T) : attrister. 

Atrfl, adj. (4T,A,Al,A'g,R; 8Bf) : 
autre; a/r<5 (4 A, Ab); dtre (3SV, dtrd 
(3T; 7Jr). Lou-k dtrd cou (4T,A1) [au- 
trefois]. Dans le frl. on dit les autres 
fois = autrefois : ce n'est plus I e temps 
des autrefois. 

Atropa, va. (4T,Ag) : attrouper. 

Atsfcta, va. (8M) : acheter. 

Atson, sm. (8B*m) : hachea man- 
che court; — botsire* hache pour abat- 
tre les arbres. 

Atuj*r, va. (7Lb) : allumer (le feu 
du foyer). Pour tout autre cas av'iscd. 

f Auparavant, adv. S'emploie sou- 
vent dans le frl. pour la pre"p. avant. 
Au lieude : avant ton d*part, avant de 
parti r ou avant que tu partes : aupara- 
vant ton depart, auparavant de partir. 

fAutour, adv. : frl., nousseronsau- 
tour de douze (environ douze) ; il est 
autour d'une heure (pres d'une heure). 

AvA, sm. (4T,A) : aval. £n-n ava(4T) 
[en aval]; €-n ava (4A,Ab,Al) ; dava 
(4T,A; 3S') ; davali (4T) ; U dava (4T). 



Digitized by LjOOQIC 



3o 



AVA-AVEN 



Avft, va. (aC; 6A) ; avai (4R; 8M) : 
avoir, poss^der. V. av$. 

AvalA, va. (4T,A,AI,A'g,Am,Av',R): 
avaler; au fig. : tancer d 'importance, 
malmener. E m'ari avald to cru si a" 
lui avbu dSS la viritd (4T) [il m'aurait 
a vale* tout cru, si je lui avais dit la v£- 
rit£]. D'i avald V chi p' la cavd, ou D'i 
avald la cavd du chi (4T) [j*ai mal a 
la gorge]. 

Aval6nche, sf. (4T) : avalanche ; 
avalanchi (4Ab); avalichi ($k\) valen- 
chi (4A) ; lavenchi (iEp); lavinchi 
4A'g; 7Jr); lavinci (8Bf). Y apwi a" 
valenchi si renbli (4A) [il n'y a point 
d'avalanche sans entassement]. 

Avail , adv. et pre>. (4T,A, etc.) : 
avant. Enn avan (4T,A) [en avant]; 
i-n — (4R) ; en-n an (3S'). Syn. : pre- 
van (3T). Avan yar (4T,A) [avant 
hier]. Syn. : divant yi (4AI). 

— ,sm.(iD;*A; 3S'; 4T,A,Ab,A*g, 
R;5A',At; 6B; 7J,Jr) : osier. 

— , sm. pi. (4A'g ; 7Jr) : FAvent. 

AvancS, st. (4T,A,Al,A'g ; 7Jr) : 
avance. Prindril'avanc'i (4T) [partiren 
avant]. Prindri d'avanci su kdkon (4T) 
[prendre, gagner de Pavance; fitre plus 
avance* dans ses Etudes, dans sa mar- 
che]. Dans le frl. : « Avoir de Pavance, 
des avances », ou « £tre avance* », 
s'emploient pour « avoir des Econo- 
mies » : « Si j'avais plus d'avances, je 
m'&ablirais immgdiatement ». « La 
Joson attend, pour se marier, d^tre 
plus avanc^e ». * L'avance ne demande 
rien au retard » (4T,A), c'est-a-dire ce- 
lui qui commence t6t sestravauxn'aura 
pas besoin de demander un coup de 
main aux autres. 

Avanchg, sf. (2 A) : souche d'osier ; 
oseraie. 

Avanci, vn. et va. (4T,A,AI) : avan- 
cer ; avancer (7ir). 

AvandA, vn. (6A) : prendre son Elan. 

Avann&, sf. ( 1 Dm) : avoine. 

Avanqeu, sm. (4 Ab): nauseV, f avant- 
cceur (4Ab). Ci mi balii d'avanqeu 
(4Ab)[cela me donne des nausEes]. 

f Avant er, va. : dEcrocher, dEnicher, 



attirer a soi un objet place* hors de It 
portee de la main. Avante-moi les pom- 
mes qui sont sur le buffet (G). 

Avanyi (a*), vpr. (8M) : s'eventer. 

Av&rd, adj. et sbst. (4T,A) : avare; 
avdrd (4Ab). Uavdrd, dl i mi 16 colon; 
d fd <f bin q'apri sa mdr (6 Am) £Fa- 
vare, il est comme les cochons ; il ne 
fait de bien qu'apres sa mort]. 

Avaxqft, v. imp. (4AI) : pleuvoira 
verse. Er avirsi [il pleut a verse]? 

Avarti, va. (4T,A,A'g) : avertir; 
avirti f7.fr). On omd avarti (a Varti) 
in vd dou a Favarjhi (4F) [un homme 
averti (a Verthier, hameau de Faverges) 
en vaut deux a Faverges]. Calembour 
sur le mot avarti. 

Avd, va. (4T,A,A*g) : avoir, possE- 
der; avai (4R ; 8M) ;avd (2C ; 6A); avin 
(iEf). S'avi (4T) : se degager; repren- 
dresa respiration. Y avi tan d'ni k'on 
povi pd s'avi (4T) [il y avait tant de 
neige qu'on ne pouvait avancer, ou re- 
tirer ses pieds]. 

— , sm. (4T,A,A'g) : bien, fortune. 

— , sm. pl.(4T) : PAvent. 

f Avec. Dans le frl . s'emploiesouvent 
pour « aussi, Egalement » : « Si tu y 
vas, j'irai avec ». « Tout le monde se 
mit a crier et moi avec ». Prov. : 
« Quand ca va bien, il faut aller avec » 
(4,T,A,R ; G), c*est-a-dire quand une 
chose va d'une maniere satisfaisante, 
il ne faut pas chercher mieux. 

Avechi, va. (3S*) : soutenir sansde- 
mordre ce qu'on a avance\ 

AvSja, v. avdsi*. 

Avdjhi, v. avtojhi. 

Avfilie, sf. (3S') : abeille. V. avlie. 

Av6n, sm. (4T) : Avent; avi (4T); 
avan (4 A* g; 7Jr) ; arvin (lEp). Dans 
beaucoup de localitEs on Pemploie au 
pluriel : « Les Avents commencent la 
semaine prochaine » (4T). 

Avftnerd , sm. (2 A) : Stranger ; 
f avenire (G) : personne grincheuse, 
qui critique et blame tout. 

AvtairB , sf. (4T,A'g) : avoinerie 
(terre semEe en avoine) ; avenyiri (4T) ; 
aveniire (4T,A,A'g,R; 6A). 



Digitized by LjOOQIC 



AVEN-AVOC 



3i 



Av6njM, vn. (lEp; 4Ag) : suflire, 
aboutir ; a pen; hi (2 A ; 3S* ; 4Aa) ; 
art j hi (4AI). Vin nCidd a pwisi, d r ni 
pupd avijhi, (4AI) [viens m'aider a 
puiscr, je ne puis (y) parvenir]. A siyi 
5' vitd qi la sarvitd n' pu pd avijhi a 
clyUi V bid apri Mi (4AI) [il fauche si 
rite que la domestique ne peut parvenir 
a cueillir le ble" apres lui]. 

Avftnnft, sf. (4T,A'g ; 7Jr;8A,Bf): 
ivoine; avennd (iDm; 4Aa); avind 
(4A, Al,Ab,R ; 5 A* ; 6B) ; avinnd (5At). 
L'boricd iti in trin d' firi son cdr 
a" avinnd (4T) [Kane £tait en train de 
sevautrer], M6me proverbe&4R. 

Av6nn&, va. (4T) : donner une ra- 
tion d'avoine; avind (4R). P % cdri 
rnldU q lui, f ni montiti qi r'n dnd, 
q f n'li pd biswi mimd ditre avind 
(4R) [pour courir mieux que lui, tu ne 
montas qu'un ane qui n'eut pas mfime 
besoin d'avoir sa ration davoine]. 

AventA, va. (lEp): dlcrocher, d£ni- 
cher, attirer a soi un objet qui est place" 
hors de la portee de la main, f avanter 
(G). 

Avftntajhd, sm. (4T,A,A'g ; 7Jr) : 
avantage ; avantaifl (8Bf). 

Avfinyftu,adj.(8M) :en pentedouce. 

Avenyirg, sf. (4T,A'g): avoinerie; 
apbiiri; f aveniire (4T,A,A*g ; 6A). 

Av£r, va. (8Bf) : avoir. 

Av&riolA, va. (4AJ) : enlever leur 
bogue ou hirisson aux chataignes. 

AvSsA, va. (2 A) : regarder, aviser. 

AvftscA, va. (7 Lb) : allumer. 

AvdtdA, adj. (6A ; 7Jr) : bien repu ; 
satisfait. 

Av6t&, va. (8B*) : regarder ; aviiter 
(7ir). 

AveHrg, va.(4T,Al) :atteindre. D' pu 
pd — cli cliou (4AI) [je ne puis pas at- 
teindre ce clou]; avita (6A). 

Avi&, va. (4As,A'g;{aA) : donner la 
vie, produire. — (4A*g) : saillir(en par- 
lantdes animaux). Avid T fwa (2A); 
avid (3S') [allumer le feu]. Jhamicorbi 
ria dvid canari (4AS) [jamais cor beau 
n'a engendre* canari]. 

Avi6r, va. (7-Jr) : conserver vivant. 



Aviji, adj. (4T) : avise\ ruse*, adroit, 
effronte\ 

Arilyi, sf. (8Bf) : abeille. V. avltt. 
jAvin, forme du v. avoir : nfavin 
(4T,A)[nous avons]. 

Avindrg, va. faA'g) : tirer a soi, ame- 
ner a soi. 

Avinnft, sf.(5 At) :avoine. V. avdnnft. 

AvlIa,sf.(4A*g,Ac,AI,R): aiguillade; 
gaulemunie d'un aiguillon pourpiquer 
les boeufs ; avlian (4T) ; avM (4Ab) ; 
avollon (4A) ; avouiion (G) ; vlia (4AI). 
A Gruffy on a deux mots pour distin- 
guer Taiguillon de I'aiguillade : avlKon 
et avlta ; mais g£n£ralement on ne fait 
pas de distinction entre les deux mots, 
etdans le frl. on se sert d'« aiguillon » 
au lieu d'« aiguillade », comme le fait 
P. Dupont dans sa chanson Les Boeufs : 
« L'aiguillon en branche de houx. » 
Li milU vly'i son cli (tali (4AI) [les 
meilleures aiguillades sont celles d'ali- 
sier]. U bovi mnafi V boviron di s'n 
avlla (4A*g) [le bouvier menace le pi- 
que-boeuf de son aiguillade]. T-ou q'i 
mdyu di vXandd totd la smannd, i la 
dmijhi dari la pourtd ^(4Ac) [qu'est-ce 
qui mange de la viande toute la se- 
maine, et qui le dimanche est derriere 
la porte ?] : V avlia du bovi. 

AvlIS, sf. (4Ab) : abeille; avlid 
(4T,A'g); avwWi(4\3i) ; av2l1ti(4A,K); 
avilie (lEp; 2A,Aj ; 3S' ; 8M,B'j ; avo- 
Ue(6Gw); avoulie (6Ac); avilyi (8B1). 
LH avlU chtan (4T) ; U-k avwilU is- 
sin&n (4Aa) [les abeilles essaiment]. 

Avllon, sm.(4A*g)J: aiguillon, pointe 
de fer au bout de I'aiguillade. V. avlia, 

Avnyi, va. (4T,R) ; avniir, (jit) : 
tirer a soi, amener a soi, atteindre. S' 
Varcul, di facrogh' i<avnyb, \ S % te 
vin, ti cttoutr' a la moralii (4R)[si tu 
recules, je t'accroche et te tire a moi, 
si tu avances,je te clouecontre lemur] 

Avo, sm. (8M,B',Bf) : oncle. 

Avoi, sm. (4T) : aliments tels que 
pain, fruits, fromage que le paysan 
mange apres la soupe. 

Avoca, sm. (4T,A,A'g) : avocat ; 
avouch ( 1 Ep) ; avocat, plur. avocd (yir). 



Digitized by LjOOQIC 



3a 



AVOC-AVWI 



mauvais 



f Avocasson, (4T,A) 
avocat ; avocaton (G). 

Avftdle, adj. et s. (iEp) : aveugle. 

Avo6, pr£p. (4T) : avec; adv. : 
aussi, Igalement. 

AvdHa, sf. (4T) : aiguille; avlla 
(4A);ew/rA (8Bf). Syn. : courla, c'oti- 
rla, cortetta. Onnd damd q'a td 16 pd 
qi V fd pi on bocon de sa cavd (4 A) ? 
[une dame quia tous les pas quelle 
fait perd un morceau de sa queue, 
qu'est-ce ?] R6p. : V avlla. 

Avollanchi, sm. (4TC) : eglantier. 
Du mot : avllan, avollon [aiguillon]. 

Avolifi, sf. (4T,A; 6Gv) : aiguille; 
aWr?(4Ab,AI,Ac,A , g,R);awu/^(6Ac; 
8M) ; eulW, ulXi et oulXi {jh) ; alii 
(8B')/, eulyi (SBf);ahouM (3S');aotW2 
(8M) ; avwilU (1 Ep; 5C) ; igulUUA). 
T-ou q'i pd pi grou qe n-ipingd i q' 
fd drdld td I' mondd ? (4AC) [qu'est-ce 
qui n'est pas plus gros qu'une dpingle 
et qui rend joli tout le monde ?] (Re"p. : 
L'avltiqi cdu). C q'on peussi du cu 9 i 
tiri du bi? (4 A) [ce qu'on pousse par 
derriere et qu'on tire par le bout?] 
(Re> Vigulli.) 

Avollon, V. avlU. 

Avolyi, sm. (5 At) : alisier. 

AvorAw, dws&, adj. et n. (4AI) : vo- 
race, glouton. 

f Avorgnau, sm. (G) : homme in- 
commode, ennuyeux. 

Avorta, vn. (4T,A) : avorter. 

Avorton, (4T,A) : avorton. Syn. : 
crivantin (41% A); crivdrd (4AI) ; ere- 
vdrd (6A) ; crevurd (4A). 

f Avouh6, sm. (G) : Lorsque les 
toasts se succedent au festin, on re- 
clame un nouvel applaudissement pour 
Porateur en criant : « Encore un avou- 
hi I » La g^ndration actuelle a remplace" 
cette expression par : « Encore un ban ! 
Ban redoubled Ban de chasseur ! » (Bla- 
vignac.) 

f Avougnon, sm. (G) : coup. 

AvouiY va. (3S') : appointer. 

Avoullfi, sf. (35*) : aigle. 
% AvrSlyi, vn. (4T) : ne s'emploie que 
dans le proverbe agricole suivant : Kan 



fivri ghivroti pd, mdr avrilyi. Le 
sens est que si flvrier ne donne pas de 
neige, mars en donnera. 

Avri, sm. (4Ag) : Si ptd a Vavri[st 
mettre au soleil contre un mur, surtout 
quand la bise souffle]. De apricum. 

— , sm. (4T.A,AI,A'g,R) : avri I ; 
avrin (7-Ir). V. proverbe : Plojhe in-n 
avri rinpli iou grini (4T) [pluie en 
avril remplit les greniers]. Avri molyh 
fd me folyd (4T,A ; 5C ; 6A) [avnl 
mouille" fait mai feuille*]. Pd di bise 
d'avri, pd di jhinti (ou Pd de gre 
nati), la rchissi sari u pil (4 A) [s'il 
n'y avait pas de bise en avril, pas d'ac- 
capareur de ble\ la richesse serait au 
pays]. Li bisi d'avri mjhan mi dipt 
qitoti li dami du pit (4T) = La bise 
d'avri m'iji mi d'ipi qi tdti li fyl 
di payi (6A) [les bises d'avril mangent 
plus d'lpis que toutes les dames du 
pays]. Pindin le mi d'avri n* ti dicu- 
vri pd d'on fi (4T) [pendant le mois 
d'avril ne te d^couvre pas d'un fil]. 

Avu, p. pass^du v. avoir, (4T,A,Ab, 
Al). 

AvugUa, va. (4T,A,A'g) : aveugler ; 
avuglla (4A,Ab). 

AvugHd, adj. et s. (4T,A,Ab,A'g) : 
aveugle ; aveugld (jh) ; avwigld (8M); 
avwiglW (8B'm,Bf ; jh)\av6dle (iEp). 
U rdidme di-\ avwigltd lou boum\6 
son rd (8B'm) [dans le royaume des 
aveugles les borgnes sont rois]. 

Avntrl, adj. (2 A) : atrophia, des- 
s6che\ 

A w£, interj. (4T,A) : et oui, mais 
oui, certainement. A bin ivi, com me le 
frl. « Ah 1 bien oui » s'emploie le plus 
sou vent dans le sens de : Ahl bah! 
Allons done ! 

Avw6, pre> (4T,A,Ab,Al,R,A'g; 
3S') : avec ; avwM (jh ; 8Bf). £ modrh 
avwi dju u dvindre (4T) [il partira 
jeudi ou vendredi]. 

— , adv. (4T,A,Ab,Al) : aussi, egale- 
ment. 

AvwSai, va. ( 1 Ep) : aiguiser. 

Avwirft, va. (4A'g,R) : entendre; 
avwi (3S') ; impe*r. : avwi si (4A'g) 



Digitized by LjOOQIC 



AVWI-AZOR 



33 



[fcoutez]. Attn, de vi f fire avwirS 
(4A*g) [attends, je vais te faire obelr]. 

Avwiri correspond au fr. ou'ir, de au- 
dire. A Annecy, on ne connatt guere de 
ce verbe qu'une forme de participe : 
avwi, signifiant entendu, dans le sens de 
convenu, conclu, et presque synonyme 
de oui; ah oui se confond d'ailleurs 
avec ce mot. 

. Avwixi, va. (4Al,A*g) : appointer; 
avoui (3S') ; avwi j 6 (6 A) ; avwlsi ( i Ep) ; 
agujir (7-Jr). Syn. : apwintd (v. ce mot). 
Apwintd (derive* de punctum) a sup- 
plant^ le derive* de acutum dans un 
assez grand nombre de localites. A An- 
necy, on connatt la forme avwija, part, 
p. etadj. qui signifie : avis£, fin, malin, 
ruse. Le sens propre a disparu et le mot 
ne s'emploie qu'au figured Malgre" la res- 
semblance des formes et du sens, avwija 
n't pas la meme origine que avija (4T). 
Ce dernier, comme le fr. avisi, est un 
d£riv£ de vis (visum), tandis que avwija 
provient de acutiare. Quant a la deriva- 
tion semantique, elle rappelle celle du 
\ztinacutus [aigu, fin, penetrant (a u pro- 
pre et au fig.)]. R. ac d'ou acus [pointe, 
aiguille], et celle du fr. pointu (dans un 
sens pejoratif)- 

Aw$, adv. (3S') ou. Awe* *t-i [ou 
est-ce]? 

Awil'nA, va. (3S') : aiguillonner ; 
agacer, tourmenter. 
Aye, sm. (iBm) : oiseau. 
Ayer, sm. (jSt) : acier. V. aci6. 
Aztnolytr (a'), vpr. (8Bf) : s'age- 
nouiller. V. ajhnolyi. 



AeI, sm. (4T) : prSsure faite avec du 
petit lait et du vinaigre, pour faire une 
sorte de fromage bleu nomm£ se>ac ; 
i\i (4AI) ; ai\i (7Jr). Synonyme : irbe 
(3S'). 

F. Brachkt (Diet, du Patois d'Al- 
bertvilie) dlfinit a%i : « Liquide com- 
post avecdu vinaigre, poivre, etc., pour 
faire cailler le petit lait (latd) et en fabri- 
quer un fromage maigre qu'on appelle 
c4rai ». 

Ce mot est inconnu au patois lyon- 
nais. II n'est donne" ni par Onofrio, ni 
par Puitspelu. Les parlers bressans, 
bugistes et dauphinois paraissent aussi 
Tignorer. Gilli6ron ne l'indique pas 
(Patois de Vionna\). A%i ne figure pas 
non plus dans les Glossaires Ginevois 
de Gaudy-Le Fort et de Humbert. On 
pourrait done croire ce mot special a 
quelques cantons Savoyards. Cependant 
nous le trouvons dans le Glossaire du 
Patois deia Suisse romande(dt Bridel 
et Favrat), avec cette explication : A%i . 
aisiy i^i « pr£sure, Pacide dont on se 
sert pour faire cailler le lait dans la 
chaudiere. L. acidus ». A\i ne peut 
venirde dcidum (ou VI est bref), mais 
de acitum (vinaigre). Pour letraitement 
de e long, tonique, fibre et precldl 
d'une gutturale, cf. placire = plaisir. 

Aso, sm. (8Bf) : auget. V. 6jh«. 

Az6, sm. (8Bf) : age. 

Azoc&r (•*), vpr. (8Bf) : jucher, se 
percher. V. ajhocbi. 

Asornftr, va. (8Bf) : ajourner. Voir 
ajhornft. 




Digitized by LjOOQIC 




Ba, bassa,adj.( 4 T,A,A'g; iT;6Av'): 
bas. Pris subst. : le bas, la partie inf&- 
ricure. 

B&, sm. (4T,A ; 3S') ; bas, chausson. 

B*,sm. (6Av') : bit. Syn. : said (4T) ; 
sSU (4A ; 5C). C4 ft tor& bd, can 
mtme 4 sarH i son\on a" na montanle? 
[ce qui est toujours bas quand m£me il 
serait au sommet d'une montagne] ? — 
Mp. : Le bd d'on mol2 (6Av*) [le bat 
d'un mulct]. 

BabA, va. (4A) : boire (t. enfantin). 

Bababd, sm. (4T,A,Ae; 5A'): salsifis 
sauvagc; bababd (4 A'g,Al,Fm).V.babd. 

Baban, sm. ; f. : — ann& (4T,A,A*g; 
3T; 6A; G) : nigaud, paresseux, fla- 
neur. 

Babannfi, vn. et vpr. se babannd (4T, 
A,A'g) : muser, flAner; frl. : se bam- 
banner. 

f Babe* (faire),(G) (terme d'ecolier): 
s'associer dans un jeu pour en suppor- 
ter les chances en commun. 

Babi, sm. (6A) : petit chien har- 
gneux. 

Babin&, sf. (4T) : babine ou ba- 
bouine. 

BabI6la\ sf. (4T,A'g) : bagatelle, un 
rien ; conte d'enfant. £ sd bin dire 
onnd babWld (4T,A*g) [il sait bien ra- 
conter m£me la plus petite chose] ; frl. : 
babiole. (V. dans la Revue de Philolo- 
gie franqaise et provencale, t. X, p. 
104, une nouvelle Itym. de ce mot, 
ainsi que de babiller). 



B4bl*e, *t&, adj. (4T,A) : bonasse, 
enfantin. 

— , sm. : enfant naif, encore peu d£- 
veloppe* ; homme sans jugement. 

Bablyi, vn. (4T, A, A'g) : babil- 
ler. 

Babd, sm. (4T) : salsifis sauvage, 
salsifis des prls ; babddian (4A). Bien 
que les diffeYentes appellations de cette 
plante doivent etre 6nume>e*es dans la 
Flore, nous indiquons ici les formes 
qui, pour I'ltude du vocabulaire, offrent 
leplus d'intfreX Babd, nom dont se ser- 
vent surtout les enfants, est sansdoute 
une alteration de barbabd, qui est usitl 
dans la valine de Th6nes (en particular 
a Dingy) et a 5 At; 6B. Barbabd, cor- 
respond a barbe a bouc, barbe de bouc. 
nom populaire de cette plante dans 
diverses provinces. Bdrbadlan (4T,Te) 
n'est autre que bdrba a Dlan, barbe a 
Jean, dont babddian est une alteration. 
On dit encore : barbidtan (4Ab) ; bar- 
babeu (yJr); barbaboc (8A); barbetin 
(3S*) ; barnabou (lEp; 2 A); barnaban 
et baraban (2 A) ; barabeubi (4Aq) ; 
barboch't (iBm) ; bdrbd d£ bd (3C). 
Syn. : bdrbd de capchin (3R). 

Bab6, sm. (4T,A ; G) : teger mal. 

t Baboler, vn. (G) : bredouiller. 

f Baboli, sm. (G) : babillard, sot. 

Babu. sm. (3S') : fantdme, spectre. 
e*pou van tail. 

Babul&, sf. (4T,A) : sauce manque*e, 
sauce trop £paisse, sans gout ; au fig. : 



Digitized by LjOOQIC 



BABU-BADA 



35 



personne indolente et insouciante, qui 
manque d f esprit. 

Bafcntt, va. (4T,A). V. tababaU. 

Bacan, sm. (8B'm) : petit cuvier. 
On — pifdri n& blancarid [un petit 
cuvier poor faire une lessive]. 

BAcU, sf. (4T) : bache, couverture 
de toile. 

f Bachal, ( 4 T) ; f backat (G ; 6A) ; 
f backet (G). V. bache. 

Bftche, sf. (G) : lafche (plante de ma- 
r&age). 

Bache, adj. (6A) : jumeau. 

Bache, sm. (4T,R, A,A'g ; 3S') : grand 
bassin de pierre ou de bois servant a 
comenir Teau ; abreuvoir, fonlaine. Pres 
des habitations, ce bassin est ge'ne'rale- 
ment surmonte" d'une chevre d'ou Feau 
tombe. — , (iEp) : auget (d'une cage). 
Bachot, nom qui s'applique actuelle- 
ment a un petit bateau, s'employait 
anciennement pour designer une auge. 
II est fait mention du bache* act u el, 
sous ta forme bachex, dans un docu- 
ment de 1 62 1 (Annecy) : « une pierre 
de rouche (roche) servant pour ung ba- 
chex pour ladicte forge. * On a propose 
Tall, bach, ruisseau, pour 1'origine dece 
mot. Littre rattache les mots fr. bac, 
baquet, bassin, bassinoire, etc., a un 
radical celtique : bac, creux, cavite. On 
pent admettre que les mots bache", bo- 
ckeu (profondeur), baste*, etc., ontplut6t 
une origine germanique. Darmestbtbr 
et Hatzfeld de'rivent bac, baquet, etc., 
du need, bah, auge. II en est de meme 
de Schelbr (Diet. d'Etymol. fr.). Cf., 
pour la signification et la forme primi- 
tives des mots serapportant a la meme 
fcmille , P. Regnaud : Elements de 
Gramm. compare* e du grec et du latin, 
!,§§ 186-187. 

Dans le frl. : bachal, bachat, backet. 

BAche, sf. pi. (6B) : instrument en 
fer servant a suspendre une marmite a 
la crimaillere, ou a retirer avec cette 
sorte de crochet la marmite qui est sur 
tefeu. 

Bacheu, sf. (2 A) : profondeur. 
f BAoheux, adj. (G) : marecageux. 



BAchon, sm. (8B*) : bAton. 

Bachoulft, sf. (3S') : long madrier 
employe* dans la construction des cha- 
lets. Syn. : tulyon. 

BAchu, ouhft, adj. (aAj) : qui con- 
tient de la lafche. Prd— [pre* humide, 
marecageux]. 

BAclIA, va. (4T) : bacler (fermer une 
porte, une fenfitre, avec une barre); 
bAclA (6A). Au fig. : expldier un tra- 
vail a la hate. Dans le frl. on dit : Cest 
une affaire bdelie, e'est-a-dire faite ou 
convenue. 

Bacon, sm. (2 A ; 3S' et frl. 4R,A) : 
lard. C'est un vrai dit ache-bacon (4R) : 
se dit en plaisantant d'un garcon long 
et mince (assez grand pour detacher le 
bacon suspendu aux solives). 

Baconni, sm. (G) : batelier. Se ratta- 
che sans doute a bache*, bassin en bois, 
coupe de fontaine, billot d'arbre creus^ 
recevant Peau d'une fontaine. Ce billot 
rappelle la forme des bateaux primitifs 
etdans leChablais on Y&ppeUendd ( 1 B). 
Ndd se rapporte au latin navis et ba- 
couni a bah, auge, ou a bac cavite*. 
Sur les bords du lac d'A^inecy, ce mot 
est inusite\ Cependant, si Ton peut se 
fier a la tradition, autrefois il y Itait 
connu, car a Duingt il y a une famille 
surnomm£e Bacouni dont les ancltres 
Itaient des bateliers. 

Baculd, sm. (4T,A; G) : batonnet. 
jeu du batonnet. Jho'i a baculd (4T) 
[jouer au batonnet] ; maculd (4AI). Du 
latin baculus, baton. Cest le meme jeu 
qui est decrit au mot arA. On peut le 
rapprocher du jeu que Littre* d^finit au 
mot guillet. 

Bad&(de — ), loc.adv. (4T,A ; 3T,S') : 
en vain, inutilement ; librement, ais£- 
ment ; f de bade (G). Fire* na cdrsd 
cT badd (4T,A) [faire une course inu- 
tile]. D'i si aid d* badd (4T) [j*y suis 
allien vain]. D' n't vri pd cCbadd (3T) 
[je n'y irai pas ais6ment]. Ci cri d* 
badd (4A) [cela croft tout seul]. Y in-n 
ara d* badd (4A) [il y en aura de reste]. 
Ne me faites pas venir de bade, (G) 
e'est-a-dire inutilement. Le vent (du 



Digitized by LjOOQIC 



36 



BADI-BALE 



Midi) ne court jamais de bade (G), c'est- 
a-dire amene toujours la piuie. 

Ce mot, ainsi que badaud, provient 
sans doute de la m£me ratine que l'ital. 
badare, attend re, derive" de bada, at- 
tente. CI. Rev. de Phil.fr., X,p. io5. 
V. abada. 

Badlan, anna, adj. (4T) : badaud, e. 

Badlanna, vn. (4T) : badiner, plai- 
santer niaisement ; faire 1'enfant. 

Badi6re, sf. (6A) : ardoise large et 
Ipaisse, mais non taillle. 

f Badinage, sm. (G) : joujou, jouet: 
une bolte de badinages. 

Badna, vn. (4T,A) : badiner. 

Badnajhd, sm. (4T,A) : badinage. 

Badd, 61ft, s. (4T) : badaud. 

Badochd, sf. (4AI) : charivari. On-n 
it 6 la badoche* dipwi id (4AI) [on en- 
tend le charivari depuis ici]. 

f Baffo, sf. (G) : forte tape, giffle. 

Bafra, sf. (4T,A) : bafre, ou bafrte. 

Bafra, va. et vn. (4T, A), bafrer. Syn. : 
bofd( 4 T). 

Bafradft, sf. (6B): aid a la — , courir 
les brelans (maisons de jeux) ; courir le 
guilledou. 

Bafrdre, sm. (4T ; 6A) : bafreur. 
Syn. : avordw (4AI) ; angdr (3S\T) ; 
borivan (6 A) ; dissalu (4Ab); bdfreu 
(4T). 

Bagft. V. an6. 

Baga, va. (4T, A ; 6A) : vanter. Passd 
la fitdy bagd P sin* prov. [passe* la 
f£te, loue* le saint], c'est-a-dire, passe* le 
danger, adieu le saint. Dans un texte de 
1816: Chdcon bague son pat, chdcon 
bague son prince [chacun vante son 
pays, chacun vante son prince]. 

Bag'ndda, vn. (4T) : baguenauder. 

Bag66, sm. (4T,A) : bagou (bavar- 
dage hardi et efFronte*) ; — (6 A) : ha- 
bleur, bavard parlant a tort et a t ravers. 

Bagolu, sm. (4Ag) : homme quiparle 
a tort et a travers, croyant en im poser 
par son bavardage. 

Bagta, sf. (4T) : baguette, tringle. 

f Baigner, va. et vn. A Geneve on 
dit : la lune baigne, pour indiquer 
quelle estentourSe de nuages ; (4T,A : 



la lune boit). Remarquez i'emploi du 
v. neutre au lieu du rSflechi : allons 
baigner (G) [nous baigner] et la substit. 
du pronom de la 3* person ne a celui de 
la 1" : allons se baigner (4T,A,R, etc.), 
substitution fort usuelle en patois. 

f Baigneu8e, sf. (4T,A) : troussis 
(terme de couturiere). 

Balrd, va. (4A1,R ; 1 A) : boire. 

f Baiter, sm. (G) : baisure (endroit 
ou un pain en a touche* un autre au 
four). 

Bal, adj. (4AI) (devant une voyelle). 
V.bel. 

Balft. V.bto. 

Bali, sf. (4T,A,R) : balle a jouer 
(gaume) ; balle de fusil. 

— , (4T) : enveloppe du grain dans 
Te* pi. Syn. : pufd ou pdfd et baloufe 
(4T; 6 A). 

Balada (s8), vpr. (4A) : flaner; frl. : 
se ballader, faire une ballade. 

f Baladeuse, sf. (4A) : charrette a 
bras, a deux roues, spe*ciale aux mar- 
chands des quatre-saisons. 

Balafrft, sf. (4T) : balafre. Syn. : cou- 
turd (4T). 

fBalalame ou balalarme, sm.(G): 
tout gros meuble embarrassant. Otez- 
moi ce — de fauteuil. 

Balamdn, adv. (4T,A) : d'une ma- 
niere douce, agre*able ; en grande quan- 
tity. Ald't-i to — (4T) [allez-y tout dou- 
cement, ou sans crainte]; 1 £n-n avi— 
(4T) [il y en avait beaucoup], 

f Balan, sm. (G) : balancoire, escar- 
polette. £tre en balan, ou sur le balan 
(G) [fitre inde*cis dans un choix a faire] : 
je suis en balan si je parti rai demain. A 
Rumilly on dit itre sur le berlan ou 
sur le brelan. 

Balance, sf. (4T,A) : balance (pour 
peser). Dans le frl. s'emploie au pi. 
comme les mots pantalon, calecon, cu- 
lotte, m£me lorsqu'il ne s'agit que 
d'une seule balance. A 4T, se dit aussi 
pour balancoire. 

Balandri, sm. (4T) : garde-fou, bar- 
riere ; balandrier (G). 

Bate, sm. (4T, A) : balai (fait de joncs). 



Digitized by LjOOQIC 



BALE-BANB 



37 



Le balai fait de rameaux d'arbre se dit 
rmaftfaT), rmassS (4A). 
Bal6nn&, sf. (4T) : baleine ; balend 

(4A). 

Baldyi, va. (4T) : balayer. En frl., la 
prononciation ordinaire est baiter. Syn. : 
amafi. 

Bali, sm. (4Ab) : canonniere (jouet 
denfant semblable aux clifoires); (de 
Mid, baJle) ; *a/iu (8B'm). 

BAM, sm. (4A) : baillement, soupir 
Ld rfari — (4A) [les derniers moments 
de la vie]. 

BA1I6, sm.(4Al) : baillement ; bdlion 
(4T). 

B&llou, sm. (4T). Ne s'emploie plus 
que dans cette expression : Gdr' u ba- 
liou, qui est synonjme de : gare le 
ioup garou. 

t Balme, sf. (4T,A,R; G) : grotte 
naturelle dans un rocher. Nom de lieux 
dits tres frequent : La Balme de Thuy, 
La Bdrmd de Tui (4T) ; La Balme de 
Sillingy, La Bdrmd de Flyijhi (4Ab). 
Balme s'est transform^ en Baume dans 
ie Chablais : La Baume, commune du 
Biot. V. b&rmft. 

Ce mot balme est usite* dans de nom- 
breuses regions, mais il n'a pas tou- 
jours la meme signification. Ainsi la 
plaine qui s^tend a l'ouest de Lyon 
pone sou vent le nom de Balmes vien- 
noises. « Le mot balme, dans le lan- 
gage du pays, a un sens tres net, c'est 
un talus, un rebord de plateau. » (L. 
Gallois : Giographie de la Rigion 
lyonnaise.) 

Rappelons les fameuses grottes de la 
Balme, qui s'ouvrent dans la falaise 
dominant le Rhdne. Ici balme a la mime 
tcception qu'en Savoie, et tel est bien, 
semble-t-il, le sens primitif du mot. Cf. 
borma, dans Puitspelu. 

Bald, sm. (4T,A.R) : balle de mar- 
chandises. 
t Baton, sm. (4A,Ab) : groseille. 
Baloufe, sf. (4T; 6 A) : bale (du grain 
dans l'lpi). 

Baloniift, sf. (4T,A) : representation 
burlesque ; theatre forain. 



fBalourien, sm. (4T,A) : saltim- 
banque, jongleur, charlatan. 

Balouryi, vn. (4AD) : verbe derive* 
de barourid qui ne s'emploie guereque 
dans Texpression: Leti balourU (4AD) 
[le temps est douteux]. V. margalyi. 

Balyi, va. (4T,A,R,Ab,Al; 3S') : 
donner; balU (6A ; 5C) ; balUr (8Bf) ; 
(de bajulare). V. bailli, dans Onofrio. 

— , vn. (4T,A,Ab) : corner, cosser 
(en parlant des bites a comes). 

— , (4T) : aboutir, arriver a suppura- 
tion. Sonn arbe* baliera $ta ni u dman 
[son abces suppurera cesoir oudemain]. 
On dit de mime dans le frl. donnera. 

Outre les formes riguiieres des ver- 
bes en te, on dit a Chambiry : bd-mii 
[donne-moi]. Quant a la forme dt bari, 
pour de balUri, elle se rencontre dans 
beaucoup de localite's. Le v\u lu di 
bd mi ta bdssi, 4 mi, U bari tri-\ icu 
[le vieux lui dit : donne-moi ta bosse, 
et moi je te donnerai trois 6cus]. 

B&lyi, vn. (aT,A) : bailler ; bdlyi 
(6A). Sa vestd bdlU (4T,A) [sa veste 
est trop large]. Cf. : Rev. de Philol. fr. , 
X, p. 108 et 117. 

f Bamban,sm. (G) : nigaud, flaneur. 

f Bambiner, vn. (4T,A,G) (de barn- 
bin) : muser, lambiner. 

f Banastre, adj. (G) : importun, en- 
nuyeux. 

Banban, (4T) : onomatople d£si- 
gnant le son d'une grosse cloche en 
branle (t. enfantin). La gran cttoqhe 
fd ban ban £ U ptlouti fan bin bald 
bin ban [la grand e cloche fait ban ban 
et les petites font bin bala bin ban]. 

BanbanA, vn. ou se banbanA, vpr. 
(4T,A) : muser, flaner; f bambaner(G). 

Banbeltache, sf. (aAj) : lambeau 
pendant. 

BanblyS, sf. (4T): quenouiltee, pou- 
p£e;— , (3Be): fuseau, bobinedu rouet. 
Fid na banblyt (4T; [filer une poupeY). 

Banblyi, vn. (4T,A): pendiller,bran- 
diller; ganglyi (4R ; 5 A') ; f bambiller 
( 4 T,A ; G). 

Banblyon, sm. (4T) : fanon (d'une 
vache, d'un boeut) ; ganglyon (4R; 5 



Digitized by LjOOQIC 



38 



BANB-BARB 



A') ; chiffon qui pend ; — , ( 4 Aj) : asp£- 
rit£s du palais des boeufs et des vaches. 
Btaboche, sf. ( 4 T, Al, A'g, A,Ab) : ba- 
bouche (pantoufle sans quartier ni ta- 
lon) ; f bamboche (G ; 4A,T). Banbochi 
de sinte VUrge ( 4 Ab) : aconit. 

— , ( 4 T,A,Af) : bamboche. Dans le 
frl. on dit : faire bamboche ou une bam- 
boche. 

Banbochi, (4T,A,A1) : bambocher 
(faire des bamboches). Syn. : Firi ban- 
bochi, firina banbochi ( 4 T,A,A1). 

Bancald, al&, s. et adj. ( 4 T) : boi- 
teux, bancroche, bancal. La tdbld i 
bancald ( 4 T) [It ttble est boiteuse]. Na 
said bancald [une chaise boiteuse, ou 
chaise qui a un pied cassl]. 

BangM, sf. ( 4 T,A) : banque; comp- 
toir. 
Banchul*, sf. (aAj). V. coblftUL 
Bancroft, sf. ( 4 T,A) : btnqueroute. 
f Bande, (G) : maillot. Enfant a la 
bande. V. b6nd&. 

f Bandit, sm. (6k) : soldat rffrac- 
taire. Ailleurs mime sens qu'en fr. 

t Baudoulitre, sf. (G) : menton- 
niere, bandage passant sous le men- 
ton. 

BAnteson, sf. ( 4 T,A) : action de se 
baigner ; e>oque ou Ton prend des 
bains de riviere, f Dans le .frl. : le 
temps des baignaisons ( 4 T,A); des 
baignes (G) [la saison des bains]. 

BanlolSe, sm. ( 4 T,A,R) : jale, ba- 

quet peu profond et tres £vase\ plus 

grand qu'une jatte. Tote n-i-n on mi 

q % i n't vrie \ DU i'djhi, \ £ mi q'on 

Idrjhd baniolie | N' tindr'ie ( 4 R) [tou- 

tes (les vaches) enont (ont du lait)plus 

qu'ii n'en irait dans une petite auge, et 

plus qu'une large jale ne contiendrait]. 

Banste, sf. (6A) : comptoir. 

BAnyi, va. ( 4 T,A,AI) : baigner (voir 

cemot) ; bdnyi (6 A). Alin s* bdnyi in 

F ™ (4T) [allons nous baigner dans le 

Fier];** banyi ( 4 R). 

BAd, sm. (iA; lEp) : eteble. 

Bar, sm. ( 4 T,A) : train (de chariot) ; 

V. b$r. — ( 4 A): eTourceau, v^hicule 

compose* de deux roues hautes, d'un 



essieu et d'un limon pour transporter 
des troncs d'trbre. 

BArf, sf. ( 4 T,A) : barre. / plu com 
dibdrefoT) [il pleut a verse], —a mind: 
barre de fer avec laquelle on mine. 
Bart, va. ( 4 T) : rayer, barrer. 
— , sm. (5A') : frelon (plus souvent 
cu-bard ( 4 R), a cause des rayures de 
rtrriere-train). 
— , sm.( 4 T,A ; 5 A'): baril. 
— , sf. ( 4 T,A) : toile ray£e, moide* fil 
moitie* coton. 

— , sf. (G) : petite boite en forme de 
baril destined a recevoir de Targent ou 
des pieces d'horlogerie. 

— (barai , bari, bara, etc.), futur du 
verbe balyi, donner. 
Bard, ( 4 A,Ab; iT,A,Ep) : baril. 
Baraban, sm. (a A) et barabenbe, sf. 
( 4 Aq) : salsifis sauvage. V. babd. 
BaracA, sf. ( 4 T,A) : baraque. 
Baraclia, sf. ( 4 T,A) : gros meuble 
embarrassant. 

Baranle, sf. (4T,A) : toile d'arai- 
gne> ; — (2A; 6 A) : garde-fou; barriere 
pour empecher le public de passer ; — 
(^g) • perche d^tendage. 

Baranyi, vn. (3T) : en lever les toiles 
d'araignge. 

t Baraqin, sm. (G; 4 T,A) : petit bi- 
don en fer-blanc; petite gamelle des 
soldats; — ( 4 Ab) : espece de havresac 
d'4colier. 
f Baraquettet, sf. pi. (G) : escarpins. 
Barati, sf. (4T) : baratte. 
Barba, adj. f£m. (4A,A1). Nui bdrbd 
(4A) [noix v^reuse]. V. b&rbd. 

-, sf. (4T,A,Rj : barbe ; bdrbd (4A, 
Ab,Fm); — di bd (3C) ; — de cap- 
chin (3R) : salsifis sauvage ; — de cha- 
md (4pm) : anemone des Alpes. 
Barb*, va. (6A) : tailler (une haie). 
Barbabd et b&rbadlan. V. babd. 
Barbal&, sf. (4T) : noix veYeuse. De 
barbi, fruit ve>eux. 

Barb6, adj., fern, barbald (4T,A) : 
veVeux ; — (6A) : arbre dont Pinteneur 
est pourri. 

BArbele, sm. (4Ab) : pou qui s'attt- 
che aux moutons. 



Digitized by LjOOQIC 



BARB-BARM 



3 9 



Barbelyo, sm. pi. (6 A) : tumeur qui 
vient aux gencives des b£tes de somme 
et qui les emp£che de manger ; gros 
rerquise trouve dans les cerises douces. 

Barbie sm. (4T) : barbier. 

Barbld, sm. (patois du Bourget) : 
barbot. 

Barbla, sf. (4Ab) : noix vlreuse. 

Barbilon, sm. (4T,A) : barbillon 
(replis de la membrane muqueuse de la 
bouche du cheval, situls sous la langue). 

B&rbS, adj. (4T,A) : veYeux. On pri 
barbd (4T) [une poire v^reuse] : na ndi 
bdrbd (4T) [une noix ve>euse]. 

BarboU, sf. (6A) : touffe de bl£, 
d'avoine dans un champ. 

Barbolyi, va. (4T,A) : barbouiller. 

t Barbot, sm. (4T,A ; G) : t. de cui- 
sine. La soupe cuit au gros barbot (4T, 
A), c'est-a-dire a gros bouillons. Des 
poromes de terre, des raves au barbot, 
cest-a-dire cuites en tie res a Teau. 

Barbota., vn. (4T f A) : barboter (fouil- 
ler avec le bee dans Teau) ; — , marmot- 
ter. 

t Barboter, vn. (4T,A ; G) : cuire a 
gros bouillons. La soupe barbote. 

Barbou, onl&, adj. (aAj) : ve*reux. 

t Barbouiilon, sm. (4T,A;G) : bar- 
bouilleur. Se dit en outre d'un homme 
sans parole. Barbotton (4T,A ; G). 

t Barbu, sm. (4A) : jeunc cep d'un 
ou de deux ans. 

t Barbae, sf. (G) : provin avec ses 
racines. 

Barbwt, (4T,A) adj. fe*m. de barbu. 

Barbw6r&, sf. (4A) : hanneton ; bar* 
*»to*(4Aa % ). 

Bare*, sf. tyA) : barque. V. batld. 

B4r$h5, adj. (4T.AI), fern, barcht : 

*brech6, 6dent£, breche-dent. S'emploie 

aussi substantivement. V. torohe. 

Barola, va. (4T) : moudre une seule 
. fois. 

BardolA, vn. (6A) : commencer a 
changer de couleur. (Se dit du raisin.) 

BtoS, va. (6B) : boire. 

Bare, all, adj. et s. (4T,A) : nigaud, 
ttfeftlet. 

Bare, sm. (6A) : billot, baton qu'on 



attache au cou d'un cheval, d'une va- 
che, etqui pendjusqu'auxgenoux, pour 
emp^cher la tete de courir. 

BarSti, sf. (4T) : serre-tele ; f ba- 
rette (G). 

Bareuste, adj. (6A): faineant; di- 
guenille*. 

Barfoe, dimin. barfolet, sm. (G) : 
sorte d'engin de peche. 

t Bargainer, vn. (G), pour bargui- 
gner (h^siter a prendre un parti). Le 
temps bargagne ou barguigne (G) [le 
temps est douteux]. V. margalyi. 

Bargd, sm. (4TJ) : rouet. 

Baricada, sf. (4T) : barricade. 

BaricadA, va. (4T,A,Al) : fermer 
avec une barre ; consolider une porte, 
une fenfitre au moyen de planches ou 
de barres placets a Tint^rieur. 

Baricola, adj. (4T) : bariole*. 

t Barlooler (se), vpr. (G) : s'attifer. 

Barin, baraca (4T) ; bar in, bardta 
( 4 Ag). V.jeux. 

BariolA,adj. (4T,A) : bariole*; bari- 
cold (4T). 

Barird, sf. (4T,A) : barqere. 

Barjaca, sf. et adj. (4T,A) ; f barja- 
que(4Y,k ; G) : babillard, causeur in- 
tarissable et sans suite dans les id&s. 
Se dit des hommes et des femmes. 

Barjhi, ir«, sm. (4T, A,R) : berger,ere. 

Barlati, sm. (4R) : roulier. Se disait 
autrefois des muletiers qui transpor- 
taient le vin de Chautagne a Rumilly a 
dos d'ane ou de mulet. 

Sur Fexpression on a barlato, cf. 
Vuarnet : (M4m. de {'Acad. ChabL, 
XII, p. 187). 

Barlee, sm. (7J), au pi. barli : t * es- 
pece de grosse noix ; a* barillet. 

Barlotitr, sm. (8A) : aube*pine. 

Barmft, f. (4T,A,R) : grotte. Dans le 
frl. 'balme. Norn de lieux dits tres fre- 
quent. Voir dans M&moires et Docu- 
ments publics par la Sociitisavoisienne, 
1'article de M. Mugnier, sur une ^pi- 
gramme de Marot a Madame de La 
Barme (t. XXXIX, anne*e 1900, p. lxiv.) 

BarmotA, vn. (4T) : murmurer, bal- 
buties marmotter. 



Digitized by LjOOQIC 



40 



BARN-BASC 



Barnft, n. pr. (4T,A,A1 ; 6A) : Ber- 
nard. Se dit aussi a (4T) pour sot, lour- 
daud. Bernard est le nom de Tane 
dans le Roman de Renard. 

— , (4T,A1 ; 6A) : sorte de soufflet 
long de 1 "20 a i"5o, semblable a un 
canon de fusil, termini au bout inte- 
rieur par deux branches fourchues entre 
lesquelles il y a un trou par ou passe le 
souffle. — , (4T) : tringle de fer pour 
remuerles tisons. S£ de* prSnid T barnd, 
gdrd (4T) [si je prends la tringle, gare]. 
BarnicliS, sf. pi. (4T,R) : besides. 
Bard, sm. (4 A) : charrette basse. 
Bard, sm. (4T,A1 ; 6Ac) : charrette; 
— , sm. (4T,A) : barreau. 

— rose, (6B) : raifort sauvage ; — 
\ddne : fausse roquette. 
Baronid, sf. (8B') : araign£e. 
Barotft, sf. (4T) ; bardtd (4A ; 6Ac) : 
brouette; bardtd (6Gv) : charrette. Frl.: 
barote. 
Barott, sf. (4T,A) : brouette. 
— , va. (4T,A) ; bardtd (6 Ac) : brouet- 
ter. L' vitre mi bardti (6Ac) [le ventre 
me grouille]. 

Baroti6re, sf. (6A) : chemin charre- 
tier. 

Baroul&, sf. (5C) : meunier, poisson 
bariole" de noir, qui sert d'amorce. 

t Barrasser (se), vpr. (4T,A) : se 
moquer, faire fi de quelqu'un, ou de 
quelque chose. Je me barrasse bien de 
lui [je me moque de lui]. On dit aussi 
•J- s'embarrasser de, au lieu de + se 
barrasser de. 

f Barricade, (G) : fete, collation 
offerte aux jeunes mari^s a la sortie de 
I'eglise. L' usage est, en Semine et aux 
environs de Geneve, de barrer le che- 
min des nouveaux maries, en tendant 
un ruban en travers, pour annoncer 
qu'un de leurs amis veut leur oflrir des 
rafraichissements. 
BArste, adj. (6 A) : 4bre\:he\ £dente. 
Bartaval&, sf. (6A) : bluteau. 
— , s. et adj. (4T,A,A'g) : babillard ; 
homme ou femme qui parte sans penser 
ou qui ressasse toujours la meme chose. 
Syn. : barjacd. 



Bartavala, vn. (4T,A,Al,A , g) : ba- 
biller, jaser, bavarder. 

Bartart, sm. (4T). V. bartavali. 

Bartavdlft, sf. (6A) : bordee de bons 
mots, de re parties facltieuses. 

Bartelft, sf. (6A) : grande quantity. 

— , : premieres gouttes que donne le 
repassage de la blanquette. 

Barteli6re, sf. (6A) : ustensile ser- 
vant a ta miser la farine. 

Bartlyird, sf. (4A) : coffre, bahut. 

Bartlomi, npr. (4T) : Barthelemy ; 
Bartolomii (5C). Au tern. : BartlotnU 
( 4 R). 

Barton, sm. (5C) : punaise. 

— (3T) : morceau de fromage r6ti au 
feu. 

BartyosaU, sf. (6 A) : espece de ban- 
neton en paille tresse*e servant a serrer 
des grains, des noix, de la farine, etc. 

Baru$M, sf. (4T). V. £ant6m&. 

BarnsteM, adj. (6 A) : d£grade\ d£- 
te>iore\ 

Barzdtt, 6re, s. (4F; 6B) : berger,ere. 

Barzenfi, va. (6A) : nourrir les bes- 
tiaux dans ratable. 

Barzird, sf. (6Ac) : bergeronnette 
(oiseau) ; bar^iirB (6Gv). Syn. : bovirt 
(4AI) ; damttd (4AI) ; f bergere (4T) ; 
f oiseau du bon Dieu (4AD). Bailly 
donne les noms suivants a la bergeron- 
nette grise ou lavandiere (Motacilla 
alba) : baticwa, branlacwa, cwannd, la 
religieuse, la sceur grise ; a la berge- 
ronnette jaune (Motacilla boarula) : 
couss&td, cwatd, cwannd, branla-cwatd; 
a la bergeronnette de printemps (Mota- 
cilla flava) : bergere jaune, bergere des 
pr£s, bergere des marais, bouviere. II 
n'indique pas les localit&ou ces termes 
sont employes. 

Basani, sm. (4AI) : boh^mien, vaga- 
bond. Se dit surtout des bohSmiens 
vanniers qui vivent en famille ; basanii 
(6A). 
Basanni, sf. (4T) : basane. 
Basc&, sf. (4AI) : troussis. 
— , sf. (4T) : basque (pan d'un habit). 
A Geneve on fait basque du genre 
masculin. 



Digitized by LjOOQIC 



BASC-BATI 



4i 



Biaci, adj. f. (4 A I, A) : batarde. 

Basc6, adj. et s. UA,A1) : batard. 

BaacnU, sf. (4T,A) : bascule. 

Basott, vn. (4T) : balbutier; W- 
gayer ; dire des sottises ; f basoter (G) 
(expression tirle du jeu de tarots). 

Basoton, ous&, s. et adj. (4T) : 
homme, femme qui balbutie, qui b£- 
gaic, ou qui parle sans se rend re compte 
de ses paroles. 

f BAsque (un — , une — ) (G) : ba- 
tard, e. 

Basse, sm. (4T) : petit tabouret. 

t Bassin, (4R) : sorte de casserole en 
cuivre a long manche, pour puiser de 
l'eau dans le seau, ou le bassin est or- 
dinairement plonge\ Boire au bassin. 
Tel qui boit volon tiers au bassin refu- 
serait de boire de l'eau dans un verre 
(4R). Syn. patois : cafi. 

t — , pris adj. (G) : homme en- 
nuyeux, fatigant. Ce bassin de Jean 
m'aborda et m'ennuya toute une heure 

(G). 

t Bassinant, e, adj. (4T,A ; G) : 
ires ennuyeux, tres dlsagrlable. Se dit 
des personnes et des choses. 

f Bassine, sf. (G,A) : espece de bas- 
sin de m£tal ou Ton met de la braise 
pour chauffer une chambre. 

t Bassiner, va. (4T,A; G) : en- 
nuyer, fatiguer. Va-t*en, tu me bassines. 
<Ja me bassine bien d'avoir a refaire 
mon devoir. 

t Bassinet. La locut. cracker au 
bassinet, signifie faire une offrande a 
coDtre-coeur. (De bassin, plat ou Ton 
recoit les offrandes a la messe). 

Baste, sm. (6A) : bassin recevant 
l'eau d'une source, d'une fontaine. 

Bdstlan, n. pr. (4T,A ; 6A) : S<5bas- 
ticn. 

— , n. commun (4T,A ; 6A) : badaud, 
dadais; (ftm. : bdstlannd). 

BastolyA, adj. (6 A) : machure\ sali. 
Se dit particufterement d'un enfant qui 
a les levres machure*es, et des moutons 
qui ont une tache noire sur le museau. 

Bastringft, sf. (4T) : guinguette, ca- 
baret mal farai, bouge. 



Bat&, sf. (4T) : batte (pour aplanir 
la terre). 

— (4T,A,R) : battoir (palette de bois 
pour battre le linge lessive"). V. battoir. 

BAtA, sf. (4T,A,A1): troussis ; fbdte 
(4T,A ; G) ; — (6 A) : couture, reprise 
grossierement faite. 

Batacllan, sm. (4T,A) : bataclan 
(attirail embarrassant). 

Batalle, sf. (4T, A,R) : bataille ; sorte 
de jeu de cartes ; rixe; — melange d'orge 
et de gesses ; t soupe a la bataille (4T, 
A ; G) = potage a la julienne. 

Batalyi, vn. (4T,A) : batailler ; con- 
tester, discuter avec opiniatrete* ; f ba- 
tailler (4T,A ; G) : travaiiler sans vt- 
sultat notable; faire de grands efforts 
pour obtenir un petit rSsultat. On-n a 
bin batalya dav\ burt p' avt cla pird 
[on a bien eu du mal pendant deux 
heures pour arracher cette pierre]. Tu 
ne sais pas ce que tu batailles (ce que 
tu dis). f Se batailler (4T,A ; G) : 
se quereller, se chamailler. 

BAtAr, ArdA, adj. et s. (4T,A) : ba- 
tard, e. Syn.: bdscd (4A,Al);f bds- 
que (G). 

f BAtard, sm. (G) : longue et grosse 
scie a r usage des scieurs de long. 

Batardd, sm. (4T) : % batardeau. 

Batch6, sm. (5C'e; 8B'a) : bateau. 

f Bate, sf. (4T,A; G) : troussis. 
Cette robe est trop longue, on y fera 
une bdte. 

Bate, sm. (5M1) : bateau. 

BatAX, va. (4T) : baptiser; batisifoT) 

BAtemd, sm. (4 T * A ) : bapteme. 

BAti, va. (4T) : batir. 

BatijA, part. p. de batisi (4T). 

Batlo, sm. (4T,A,R,Ab,Al,At,A'c, 
F; 5Mf,M\M'v; 6As,Am,U) : bateau; 
batchd (5Ce ; 8B'a) ; bati (5M1) ; bato 
( 1 Bm ; 6Bq,Bv ; 8B'm). Suivant la forme 
et la grandeur, on emploie les termes : 
bight (4A); liqStd(4A); pdiiri (4A); 
nd(iEV); navld (1E). 

Batlole, sm. (4TC) : gouet (plante) ; 
— (6A) : petit cuvier. 

Batiolin,sm. (6U) : douce-noire(c£- 
page). 



Digitized by LjOOQIC 



4* 



BAT1-BAVA 



Batlorg, sm. (3S') : broie, maque; 
battioret (G). 

Batistin, n. propre (4T,A; 6A) : 
Baptiste ; abrtv. : Tistin (4T,A) ; Titd 
(6A). 

BAtire, adj. (4Aq) : qui a un pieddu 
train de derriere plus court que 1'autre, 
(se dit des vaches) ; bdtirZ (4Ab). 

Batisi, va. (4T) : baptiser. 

BatissS, sf. (4T,A) : grande cons- 
truction. 

BatinlA, sf. (4T,A,R) : sac qu'un 
semeur pone en bandouliere lorsqu'il 
ensemence. £la IS brt 4nbaauld(^T,k) 
[il a le bras en e*charpe]. 

Batlyi, sm. (A) : batelier. 

Batm6, sm. (4AI) : batiment ; — : bat- 
tement. 

Batm6n, sm. (4T) : battement. 

BAton, sm. (4T, A,R) : bAton ; bdchon 
(8B'). Un gros baton s'appelle: palgb 
(4As);jt?<5 (4AI) ; swdton (4Ag; iDb); 
soton (4G0). Bdton de 4 sin Jos't (6B) : 
bois gen til. 

Batran, sm. (4T) : battrant (gros 
marteau pour battre le fer). 

BatrB, va. (4T,A,R,Ab) : battre; ba- 
tre (3S' ; 6A). Batri r beurd (4T,A, 
Ab) [battre la crfime pour faire du 
beurre]. Syn.: bossi /' beurd (4T; aA); 
bourd r bourd (3B«); bourd le bur 
(3S') ; bourtatd le bourd (8M) ; f battre 
le beurre (4T,A,R; 3S' ; G). (Battre le 
beurre, c'est le battre avec une palette 
ou batte a beurre pour en faire sortir le 
babeurre). Prov. : Qtf ba sa find ba 
fdssdmonya (4A) [qui bat sa femme bat 
de la fausse monnaie]. Batre a dou 
chutS (6A) [ battre sur deux aires (le 
ble"), c'est-a-dire, din%er d'opinion]. 
Locutions frl. : Battre en grange [a la 
grange] ; battre la viande [mortifier 
la viande] ; battre quetqu'un a froid 
[battre froid a quelqu'un] ; it ne bat 
pas le coup (G) [il ne fait rien] ; bat- 
tre le beurre [battre la crtme]. 

BatsoulA, sf. (8B'm) : cone de pin. 

t Batte, sf. (4T,A,R) : battoir. V. 
battoir. 

t — , st. (G) : £toffegrossiere de laine. 



f Battiorer, va. (3S' ; G) : briseravec 
la broie (batlori) les tiges de chanvre 
ou de lin pour detacher la filasse de la 
chenevotte. 

t Battoir. Dans le frl., ce mot s'em- 
ploie pour moulin a broyer le chanvre 
ou les e*corces. Au lieu de battoir, pour 
signifier la palette de Jaois avec laquelle 
les blanchisseuses battent le linge, on 
se sen du terme batte (en patois batd, 
batySu). Le mot batte, suivant Lrrr*6, 
entre autres acceptions, a celle de banc 
de lessiveuse, et celle de plateau de 
bois pour battre et aplanir la terre. 

BatwA, sf. (4T, A) : battue (action de 
battre les bois pour faire la chasse aux 
renards, aux loups). — , (4T) : ceruine 
quantity de b\€, de seigle, ou d'avoine 
qu'on bat avec le fteau en une seule 
fois. 

— , sf. (4T,A,Al,A'g) : babeurre, lait 
de beurre; dans le frl. : lait baitu; 
battue. Baftwd (6 A) ; batouhd (*Aj). 

Baty&u, sm. (4A,R) et batUu : bat- 
toir de lessiveuse, batte (a battre le 
linge, le beurre). 

— , sm. (4 A ; 3S*) : moulin a broyer 
le chanvre, le lin, les 6corces de sapin. 
Dans le frl. : battoir. 

Batyon, sm. (4AI) : babeurre. 

— , au fig. (3S') : bavard, rabacheur. 

Batyu et nation, V. batyta. 

Baume. La locution f « pas plus que 
de baume » est tres usit£e a Geneve, 
ainsi qu'en Savoie, particuiierement 
dans FAlbanais. Elle signifie « pas du 
tout ». Je m'en soucie pas plus que de 
baume. Pensestu qu'il pleuve ce soir? 
— Ce soir? pas plus que de baume. 
N*as-tu plus foi en lui ? — Pas plus 
que de baume. On dit en francais : 
je n'ai pas foi dans son baume, pour 
exprimer qu'on n'ajoute aucune cr&nce 
aux paroles de quelqu'un. Cette ma- 
niere de dire est sans doute l'originedes 
locutions prlcldenies. • 

BAvA, sf. (4T,A,Al ; 6B) : bave. 

— d'ipronti, (6B) : amarante, ou 
queue de renard (plante). 

BavA, vn. (4T,A ; 3S') : bavar. 



Digitized by LjOOQIC 



BAVA-BEgH 



43 



Bavir, adj. (4T) : bavard ; tern. : ba- 
vardd. A donne" les deYiv£s bavardd 
[bavarder], bapardajhd [bavardage]. Les 
mots fr. correspondarits ont a Geneve, 
outre le sens (ordinaire, celui de rail- 
leur, railler, raillerie. 

Bav6ron, sm. (4T,A) : bavette ; ba- 
veron (G). 

Bavdn, duaa, adj. (4T) : baveux, se; 
bam, Hsd (6A). 

Baw, sm. (4Tj,Aa,Al,R ; 6B) : Stable. 

Bawsa et baaa, sf. (4 Al) : bouse. 

Bayar, sm. (4T,A) : bayart. — , (4R) : 
civiere. 

Bayard*, f. (8B'm) : se dit des va- 
cbes mouchetles. 

Bayoneta, sf. (4T,A) : baton nette. 

f Bayu, sm. (G) : bahut. 

fBaxarder, va. (4A,R) : vend re par 
voie de justice ; vendre a n'importequel 
prix, et plus g£n£ralement vendre : j'ai 
ba^ardi tous mes bouquins. 

Bdala, sf. (4 A) : diarrh^e. 

Bdala, vn. (4AI) : galoper; se dit de 
lane. N'a pas de delve's a Leschaux, 
maison trouve bdald a Annecy, mdald 
a Rumilly, avec le sens de diarrhle. 
Dans ces deux villes, le verbe est in- 
con nu. A Th6nes, on ne connaft ni 
bdald ni bdald; on emploie cor£nt&(\$ 
courante) dansle sensde diarrhle. 

Bdancft, sf. (4R) : pitance. 

Bdin, sm. (8M) : boudin. 

Bdya, sf. (3Tr) : pitie\ Alen~n u — 
[il en eut pitte]. 

Be, sm. (4T,A) : bee. 

— , sm. (4T,A,R) : bout. L' bon Diu 
n\ idise a vnyi a bi di td (4R) [que 
Dieu nous aide a venir a bout de tout]. 
Tan q' a bi (4T,A) [jusqu'au bout] ; 
tan q'a bd, jusq'a bd (4R). Syn. : tan 
qen ghavon (3T). D % si u bi (4T,A)[je 
suis au bout]. Syn. :desi istavon (6A). 

— ,sm. (6A) : Wton ; bi (3S). 

— (A — ), interj.(4R) : eh bien I... A 
bit I Jusq'oreonn'a nlonci pwivi \ On 
pd cT bufi cmi ci (4R) [on n'a nulle 
ptrt pu voir jusqu'a present une paire 
de boeufs faits comme ca (comme ceux- 

m 



Ba, sm. (4AI) : bee. 

— , adv. (3S*,T) : bien ; clair. Vi bi 
(3S\T) [voir clair]; 1 fi bi [il fait 
clair] ; i vi bi [il voit clair]. 

Be, sm. (6A) : bain ; — (4T) : cri 
pour appeler les moutons. 

f Be-a-ba (4T) : alphabet. II est en- 
core au — (4T) (en parlant d'un ou- 
vrier) signifie qu'il ne connaft que les 
premiers elements de son metier. A 
Geneve Etre au bi~a-bd signifie « fitre a 
bout de force », si Ton parle d'un ma- 
lade, « 6tre a bout de ressources, 6tre 
r£duitauxderniers expedients », si Ton 
parle d'un hommedont les affaires vont 
mal. 

Bob©, sm. (3Sd) : fleur du tussilage. 
A 4T : bireudon. 

f Bebe, f. (G) : personne niaise, ni" 
gaude, qui a toujours la bouche beante. 

Beca, sf. (4T) : pointe de rocher. 

Beca, va. (4T,A) : becqueter, donner 
un coup de bee. 

— , sf. (4T,A,A1) : b4qu6e. 

Bftoi-bwe, sm. (4T) : pic, pivert, 
(de bicd, donner un coup de bee). A 
Annecy, picd-bwi(de pied, piquer). 

Bec&-m6r, sm. (4T) : fossoyeur. 

Became, sf. (4T,A,R) : Wcasse. Au 
fig. femme sans esprit. 

B&cassine, sf. (4T,A) : becassine. 

B&cata, va. (4T) : becqueter. V. 
Wca. 

Becha, sm. (4A) : noyau ; bighd 
(4Ab) ; bighdr ( 4 As) ; f bichard(^T t A). 

B6cha (4T), part. p. de bissi et de 
bighi. 

Been©, sf. (4A) : bateau court et 
£troit avec la proue point ue, qu'on ap- 
pelle biche a Lyon. Ce mot appartient 
a la famille de bac, bachat, bachot, ba- 
chut, etc. — (7Jr) : b£te, animal. 

B6che, adj. et n. (6A) : jumeau. 

Bechafe, sf. (2 Aj) : besace, bissac. 

Bechafon, sm. (aAj) : petit bissac. 

t Bechee, sf. (G) : b*qu£e. 

Be^bdi, vn. (4T; 3S*) : bteser, z£zayer ; 
bifhilfaA); f bicker^ A). Syn. : parld 
fibus (4T, A). £ bighi, ou bichiyi (4A) 
[il z6zaie]; impf. : ibighivi. 



Digitized by LjOOQIC 



44 



BECH-BELE 



B$ch6i'(4T) : biner, travailler la terre 
avec le hoyau ou la binette. 

t BAcher, va. (4A) au fig. : decrier, 
rabaisser la consideration d'une per- 
sonne. II n'a cesse* de me bicker. 

t B6chet, sm., prendre ticket ou 
le ticket (G) : s'enfoncer dans l'eau. Se 
dit d'un patineur sous les pieds duquel 
la glace cede. 

Btchevft (A), loc. adv. (aA,Aj) : a 
tSte-be'che. 

BSchi, va. (4AI) : effleurer; du mot 
ti [bee, bout]. 

— , va. (3S') : recouvrir de terre avec 
le rateau les graines seniles. 

Be$hi,va.(aAj): renverser, culbuter. 

Btchon, sm. (6A) : touffe de poil 
qui croft parfois sur le front des brebis. 

Bdc'hon, sm. (3S f ) : jumeau. 

Becu, becwA, adj. (4T,A,A'g) : aigu, 
pointu. 

Been, sm. (5A'b) : c£page dont les 
raisins sont rouges. 

Bedi, sf. ( 4 Tc; 3S) ; tidd (6 A ; 
4Aa) ; f tide (G) : fissure, ouverture a 
travers laquelle passe le vent, entrebail- 
lement ; i a na tidd diin gta pari, on 
vi /' jhbr a travi (4T) [il y a une fissure 
dans cette paroi, on voit le jour a tra- 
vers]. La cheminle fumait beaucoup, 
on fit une tide a la porte (G), e'est-a- 
dire on l'entr'ouvrit un peu. La pluie 
est encore bien forte, attendez une tide 
pour partir (G) [attendez une e"claircie]. 

B6d&, sf. (4A,Ab,R ; 6 A) : bande ; 
— (6Gv) : cercie d'une roue ; — (6A ; 
Aa). V. b6d&. 

B6d&, va. (4A,Ab,R) : bander; — 
(6A) : emmailloter. 

BSdirt, M*irS, sf. (4T) : bief ; frl. 
bi\iire (4R). 

B6d6, sm. (8B'm) : petit seau servant 
a abreuver le betail. 

BSgAr. V. bigAr. 

Begati, sm. (4T) : coquetier. 

Beg'nA, sf. (4T,A) ; beguine (4T,A "■ 
G) : coiffe de paysanne a fond large et 
plat. 

fBAgne, sf. (G) : giffle. 

Begnule, sf. (G) : femme ou fille 



sotte, maladroite, sans capacite* ni £ner- 

B&gd, sm. (4A) : grappin a manche 
court avec deux ou trois fourchons re- 
courWs, servant a retirer le marc de la 
cuve. Syn. : ngotin (6U) ; bigot d, f. 
(4Aa') ; argotd (4Ap). 

— , sm. (4Ab) : hoyau. 

B£g6, s. et adj. (4T) : tigue. 

BgguAhi, vn. (4T) : Delayer; t M- 
guer (4A ; G). 

B6h£, sf. (7Jr) ; bete, animal. 

BejA, part. p. de tisi (4T). 

B6j6, sm. (5C) : baiser. 

— , va. (6A) : baiser. A pou tiji itre 
li courni d'on pari (6 A) [il peut de* po- 
ser un baiser entre les comes d'un 
bouc]. Se dit en parlant d'un homme a 
figure allonge>, pour exprimer qu'il est 
tres maigre. 

B&jh&ler, vn. (7Jr) : fuir avec £pou- 
vante, la queue leve"e. (Sedit des va- 
ches.) 

Bejhend, vn. (aAj) : e*paissircomme 
de la r£sine fraiche. (Se dit des liqui- 
des.) De tijkon, r£sine. 

Bejhenu, adj. (2 Aj) : £pais et gluant. 

B&jhon, sm. (4T,A) : substance r£- 
sineuse renferm£e dans de petites ex- 
croissances sur l'£corce du sapin blanc 
(pdrn'io) ; tijon (3T). 

B61, forme de Mo, devantune voyelle 
(au masculin et au neutre). On til omd 
(4T,Ab), on tal omd (4AI) [un bei 
homme] \\ i til i tin com cin (4T), 
r i tal i tin mi ci (\k\) [e'est bel et 
bien comme ca]. 

BSlA,tem. de 6?d(4A'b,R; 6Ac,B). 

BS1A, vn. (4T,A,R ; 3J ; 6A) : beler 
Syn. : rild (4T,A); gild (4R) ; tiiald 
(3S'). La fid tili i la chivrd rili 
(4T,A) [la brebis et la chevre belent]. 
Au fig. : A ne savXive plu qi tild (6A) 
[il ne savait plus que respond re]. 

BelamA, adv. (4AS*) : bellement, jo- 
liment. V. Texemple citi ktini. 

Bel*, sm. (4T,A) : bflier. Syn. : ti- 
row (2 A); tirou (3S') ; tilou (6A) ; 
tild (3Rr) ; tild (4AJ) ; meuton (4A*g); 
pari (4T,A1). Bili, d&igne aussi par 



Digitized by LjOOQIC 



BELI-BENI 



ro&aphore (4A) un homme gourmand, 
qui goote de tout ce qui est a sa ported : 
Nli pd on golu, mi on bHB. 

Bell*, va. (88*111) : donner. V. ba- 
lyi. 

Belitri, i, adj. et n. (4T,A) : traftrc. 
Se dit surtout des enfants qui ont Fair 
doux et qui jouent de mauvais tours 
aux autres. Bilitre, en francais, n'a pas 
le mime sens ; il signific : homme de 
rien, homme sans valeur, ou grossier. 
B6I0, sm. : au jeu du baton net, le 
petit baton qu'on frappe avtc le grand. 
B616, sm. (3Rr; 6A) : Mlier ; bild 
(4Aj). 

— , sm. (4A) : jeune mouton au-des- 
sous d'un an. 

BelochS, sf. (8A ; 8M) : prunelle, 
prune sauvage ; biloc'he (3S*). 

Belofa, sf. (4A'g) : prunelle ; bildfd 
(4AD) ; bildfi (4AI). A Lyon, pelosse. 
Belofi, sm. i4Ab) : prunelier. 
f Belosae, sf. (G ; 4A,R ; 6A) : pru- 
nelle; bilossi (5 A'). 
Belou. V. berou. 
Belouche, sf. pi. (aAj) : copeaux. 
BSlt*, sf. (4T,A) : belette. 
Beltiise, f. pi. (4T) : copeaux. Se dit 
principalement des rubans de bois que 
fait le rabot ; bilyourni (6A) ; f be- 
luise (4R) ; belues, belures (G). 

Belye, va. (6A) : biller, serrer en 
tordant. 
B&lyon, sm. (8M) : bille (de sapin). 
B6m&, sf. (4T) : chevre de deux ans 
qui n'a pas encore porte\ V. binml. 
— (6 A) : chevre qui n'a pas £te* en rut 
a Plpoque ordinaire. 
BemotA. V. marmotft. 
Bta&, sf. (4 A) : banne (pour trans- 
porter du sable, gravier, charbon) ; — 
(iD) : manne a deux poign£es pour 
porter des objets lagers ; — (4AI) : es- 
pece de banneton en paille tressle, qui 
a la forme d'une urne, ou Ton conserve 
les oeufs; — (4Ab,Am) : V. jh6v*. 

B6n&, va. (4Aq) : combuger. Ui- 
chifd dimS, ifd lefiri bind [le cuvier 
rdpand, il faut le combuger], Syn. : 
tripd;binnd(4R). 



B6n&, va. et vn. (4Aq) : abonnir, de- 
venir bon ou rend re bon. 

Benaiton, sm. (G) : banneton. 

BenAton. V. beneton. 

B6nd&, sf. (4T,A: 8B f m) : bande 
(troupe) ; — bande (d^toffe). — (6Ac) : 
cercle d'une roue. 

BendA, va. (4T,A) : bander : bidd 
( 4 A,Ab,R). 

B6ne, 61&, adj. et n. (4T,A) : niais, 
ben£t ; bini, binald (4Ag). 

B£n6, 6ti, adj. et p. p. (4R) : Wni et 
b£nit. Di ntron Sdveur can la binitd 
Mdri I Ufi s'n ifan dU la rudd sison 
I Diu p* 'n avai swi lo pta dii ta mi- 
son (4R) [de notre Sauveur quand la 
Mere b£nie eut fait son enfant dans la 
rude saison, Dieu, pour en avoir soin, 
le mit dans ta maison]. (Chant a saint 
Joseph). On dit a (4T,Ab) : pan bBni, 
mais igd binitd. — S'emploie dans 
certains cas pour dlsagrlable, contra- 
riant. Qintd binitd flyi I qin bini-\ 
infan ! qintd binitd sison I 

— , n. pr. (4R) : Benoit. 

B6nediqcho% sf. (4T, A) : benedic- 
tion. 

Benegi(se), vpr. (6Um) : se rassasier. 
Sti, al ari %in volu se benegi de cen 
qe lou pwi me\divdn [la il aurait bien 
voulu manger son soul de ce que les 
cochons mangeaient]. 

BenGti, sm. (4T,A) : b^nitier. 

Beneton, sm. (6U) : hotte. A Th6- 
nes et a Talloires benitd y benaton a 
Albertville, d£signentune sortede benne 
pour transporter sur le cou la ven- 
dange, la terre ou le fumier. Au nord 
d'une ligne qui irait a peu pres de 
Seyssel au Mont-Blanc , on se sen a 
cet effet d'une hotte ge*ne"ralement ap- 
petee brande. 

BenetrS, va.(4T) : be*nir. Tombeen 
desuetude a 1'inf., mais la conjugaison 
actuelle de bini est celle des verbes en 
itre. Binissd, bin' sin, binitri; igd 
binitd (4T) [eau be*nite]. 

Beni, va. (4T,A,Ab,AI) : be"nir. Qi 
/' bon Diu vou bin'sissi ou binissi 
(4T); qi r bon Did vd bini (4AI) [que 



Digitized by LjOOQIC 



46 



BENI-BERZ 



Dieu vous Wnisse]. Conj. : di binissd, 
binsivd, binitri , bint foT.Ab). Di 
bindissd, binipd, part. p. bini (bini) 
(4AI). Le futur se rend de preference 
par 4c j'irai, tu iras Wnir » : A vra bini 
14 ticks [il b6nira les gerbes reunies 
dans la grange]. Au participe bini. U 
s'e-t ablya bilami on pan bini pi-r i 
ali dire a si cmdri (4AS') [elle s'est fait 
un m£chant plaisir d'aller le raconter a 
ses commeres. Litter. : elle s'est habil- 
le*e joliment un pain b£nit]. Dans cette 
phrase on a do dire a l'origine : bild 
cm 8, « belle com me », et non bilami. 
La Fanchon n'l a pdfi (n % i fara pd) 
V pan bini (4T,A) [Francoise n*y a pas 
fait (n'y fera pas) le pain be*nit, c'est-fc- 
dire,elle n'est pas rested (ne restera pas) 
longtemps com me domestique dans 
cette maison]. La crwi a itd binya 
(4AI) [la croix a £te* b£nite]. 

Beniflchd, sm. (4T,A) : benefice. 

Beniulft, sf. (2 A) : fern me ou fille 
maladroite, sotte et sans Anergic 

Bdnnft, sf. (7Lb) : chalet. 

Benon, sm. (4T; ^D ; 3S) : banne- 
ton. Syn. : paiKa (4A ; 5C); en frl. : 
paillasson (4 A ; 3S') ; copie (4R). A 
Geneve : benaiton (pour td 6* signer la 
manne en paille tress£e ou les boulan- 
gers font lever la pate). 

Beq&, sm. (4A) : espece de clou pour 
souliers. 

Beq6tran, sm. (4A,A1) : pinson. 

BeqillS, sf. (4T) : b<5quille. Syn. : 
crossi (4T,A) ; crogki (4AI). — (4T,A, 
R), f biquille (G) : £chasse. 

fBdque, sf. (G) : bout, pointe de 
quelque corps, principalement d'un 
mouchoir, d'un drap de lit ou d'un 
chale. V. Weft. 

B$r, sm. (4Al,Aa; 2 A) : train (de 
chariot). U bir-divan (4AI), Favant- 
train. 

B$r&, sf. (8M,B'm) : coiffe. 

Bert, sm. (4AI): partie du fenit. 
Montd le jhirbi su /' bird [monte les 
gerbes dans le fenil]. 

Bereft, berqd, berqin. Voir brftcft, 
br£q&, breqin. 



f B6rehe, adj. (G) : breche-dent (qui 
a perdu une ou plusieurs dents de de> 
vant). Qli infan i bdrghd, cla fly* i 
bdrchi (4T) [cet enfant, cette fille est 
breche-dent] ; cet enfant est birche (G). 

Btrdft, sf. (4AI) : bride. 

BArfc, va. (4T,A ; 6Ac ; 3S') : boire. 
Can-t on~n a fi la fdtd, i fd biri la 
s6c& (4T) [quand on a fait la faute, U 
faut boire la sauce] = Cko (celui) q'a 
fi la fdtd dd bire la s6c& (6 A). 

— , sm. (4T,A) : boire, breuvage. 

B6rgd, sm. (4T,Aa) : rouet; birgd 
(4Ab,Al). On trouve ce mot sous la 
forme borgo, en 1 6 1 4 ( 1 A) et, en 1 6 1 9, 
sous la forme burgo*. 

Bdrli, n. et adj. (3S's) : idiot, niais ; 
birlou, (4AJ). V. b&rou. 

f Berne, n. de ville. A Geneve on 
dit: Nous somnies de Berne, e'est-a- 
dire nous sommes sauv£s. M. X. est 
tend re comme la justice de Berne (G ; 
iA; 8 A), e'est-a-dire est impitoyable. 

B&rolft, sf. (4A) : crotte de mouton, 
de chevre. 

BGrot, sm. (8Bf) : brouette ; berotd, 
fern. (aA ; 3Be). V. barotft. 

B&rotA, vn. (8Bf) : rouler comme un 
billot de bois. Se dit des person nes qui 
roulent ainsi, soit a la suite d'une chute, 
soit pour amusement. Dans ce dernier 
cas on dit a Thdnes : firi V cubilie ; 
&4AI : arbatd; a 4A : si mietre a la 
gardtd ; a 4R ; 5 A' : segarotd. 

Berou, sm. (iB' ; 2 A) : be*liera lon- 
gues comes ; au fig. niais, lourdaud ; 
birou 3S',T). 

Berret. Dans un document de 1686 
(iA) : «c un berret a main avec ses 
deux roues » . Ce mot semble designer 
une sorte de brouette ; il est sans dome, 
ainsi que birdt et birotd, un de*riv^ de 
bir (voir cemot). De m£me bdr& pour 
d£riv6s bard et barotd. 

Bdrtali, sf. (4AI) : bretelle. 

B6ryft, sf. (3S') : misere. La — lou 
reujhe (3S') [la misere les ronge]. 

Bery6, sm. (3T) : lieu humide, ma- 
r£cageux. 

BdrzoU, sf. (4AI ; 3BeJ.V. britoUL 



Digitized by LjOOQIC 



BESA-BEUD 



47 



f Beamier, vn. (G ; 4A) : fuir avec 
epouvante la queue levee. (Se dtt des 
vaches.) 

Besewi, sm. (4T,A) : biscuit; bis- 
cmn (6A) ; f biscoin (G). Dans le frt. 
biscuit sapplique a des galettes, a de 
perns pains ronds faitsavec la raclure 
de la pate, a des brioches au safran, de 
formes tres variees. 

M, Ta. (4T,A) : baiser. V. beje. 

Besiclle, sf. pi. (4A) : besides ; bar- 
nicfti (4T). 

Been*, va. (4T) : effleurer, toucher 
legerement une bille avec une autre et 
la faire bouger. V. fanA. 

f Besolet, sm. (G) : hirondelte de 
mer. 

Besonle, sf. (4T,A) : besogne. 

Beswfo. sm. (4T,A) : besoin. 

Besoula, sf. (5C) : bise. 

Bessd, (4T) Sim. de 6&son, jumeau. 
Cti davi srdu san bissi (4T) [ces deux 
soeurs sont jumelles]. 

— , sf. (4T) : baisse. 

Bessi, va. et vn. (4T,A) : baisser. 

B6ssl, sf. (8Bf) : bete, animal. 

Beaso, sm. (4AI) : jumeau ; besson 
(4T). 

Bestace, sf. (6A) : besace. 

Beats, sm. (6A ; 8A) : bout, pointe, 
extr£mite\ sommet. 

Beatevaohe, adv. (6Ac) : tete-beche. 

B&tevacht, va. (6 Ac) : poseratele- 
beche. U fin i td bistivachh [le foin est 
emm*l£]. 

Beste^se, sf. (6A) : pioche. 

f Bestiasserie, sf. (G) : betise stu- 
p^fiante ; (de'rive' de f bestiasse, per- 
sonne stupide). 

Besti61&, sf. (5C> : petite Wte, bes- 
tiole. 

Btetou, adv. (4Ab) : bient6t. 

f Beta, sm. ; besule> sf. (G) : nom 
de difftrentes mouettes. 

— (G) : petite bille de marbre ou de 
gres. 

— (G) : personne peu intelligente. Se 
dit des hommes et des femmes. 

Bfttl, va. (6A ; 8M> : mettre. 
Btt, sm. (8BQ. V. beton. 



Bttaadi, sm. (3S\T) : piece de char- 
pente, 6tage suplrieur d'une maison, 
d'une grange. A G. : bitandier, com* 
ble, ou Ton serre la moisson. 

BMar, sm. (4T; G) : niais. 

t Be4e : Ce bite d'homme, de voi- 
turier, de roman, de conte ; cette bite 
de femme, de servante, d 'affaire. S'em- 
ploie pour exprimer fortement le d£pit, 
le mecontentement. 

f B6tes noires, (G ; 4A,T) : pores, 
cochons. Nous elevons des bites noires. 

Bet6, sm. (4A,Al,Ab,R) : tournis 
(maladie du mouton). 

Beton, sm. (4T,A,A'g) : Wton (mor- 
tier fait de chaux, sable et gravier). 

Baton, (4T, A,A'g) : lait trouble et 
6pais contenu dans les mamelles au 
moment de I'accouchement ; premier 
lait des vaches apres le velage. Syn. : 
bit (8Bf) ; bi (6A); be (3S') ; amotXi 
(4T,Ab). A Leschaux, Albertville, Al- 
bens, on appelle beton un mets prepare" 
avec le beton de vache, du sucre et des 
oeufs. 

Bets*, sm. (8M) : cime; — mesure de 
capacity qu'on appelle bichet dans le frl. 

Betw&nd, sm. (7J1-) : arnica. 

Betlan, adj. (4T, A) : nigaud ; tern. ; 
bitlannd. 

BetiannA, vn. (4T) : faire la bele ; 
s'occuper a des riens ; faire des sorties 
ineptes. 

Betle\ sf. (4T,A,R ; jh) : bete. 

Prononc. du fr. loc. : bite. Li bitU 
(4T,A) [le Detail]. Mend li bitU in 
ckan (4T) [mener le b&ail au paturage]. 
Le gros b&ail se dit : bovd (4T, A ; 6 A). 
Bortd bitii (transcription plus exacte 
que bttyi, indiqu^e a abruti) (4T,A t 
Ag) [Wte brute, abruti]. 

— ,adj. (4T,A) tote, sot; bissi (&&f). 

BM, sm. (4A,Ab ; 3S*) : etable ; — 
(4Ab; 3S') : £curie. 

Beublle, sf. (3 Be) : bobine d'un 
rouet. 

Beudanna, sf. (4A ; 3S') : espece de 
fromage maigre; dans le frl. boudane. 
— (3S f ) : personne d'une mollesse ex- 
treme. 



Digitized by LjOOQ IC 



4 8 



BEUF-BICH 



Beuf, fit, adj. (3S*) : asthmatique. 

f Beufer, vn. (G) : gonfler. Le coeur 
me beufe (G) [mon coeur bat a coups 
redouble's, j'ai des palpitations]. 

f Beuferie, sf. (G) : lourde Wtise ; 
chose ennuyeuse a l'ezces. Mieux vau- 
drait se taire que de raconter pareilles 
beuferies. 

D'apres Panalogie de dne t dnerie, on 
est porte* a rapprocher naturellement 
beuferie de bosuf ; mais peut-fitre cette 
6tymologie est-elle plus vraisemblable 
que vraie. II convient en effet de rap- 
peler que nous trouvons en vieux fran- 
cais befe, bufe ou buffe, avec le sens de 
raillerie, tromperie, d'ou bufeor, mo- 
queur. Ces mots, ainsi que beffler [tour- 
ner en ridicule], et Tital. beffa [niche, 
farce, plaisanterie], apparent£s a ba- 
fouer, sont a rapprocher, suivant 
M. P. Regnaud (Rep. de Phil.fr., t.X, 
p. 1 06 et 1 19), du moy. haut allem. 
beffen (criailler, se disputer). La signifi- 
cation primitive serait babiller, bavar- 
der; d'ou, d'une part, dire des riens, 
plaisanter, se moquer, d'autre part, dis- 
puter. Le sens de beuferie a £te* sans 
doute influence" postlrieurement par 
1'analogie de bosuf. 

t Beugnet, sm. (G) : beignet. 

Beujhi, vn. (iDb; 3 Be) : bouger; 
bfi^jhi ( 4 R). 

Beujhnire, sf. (4Ab) : abee (ouver- 
ture par laquelle coule I'eau qui fait 
aller un moulin). 

Beujhon, sm. (4Ab) : haussoir. 

Beutt, vn. (3S\T) : Clever unebutte. 
Se dit de la taupe qui pousse la terre a 
la surface du sol. (Se rattache sans 
doute a bul6 9 tertre.) 

— (aA) : sourdre, jaillir. 
Benld, sm. (a A) : source d'eau. 
Beux&, sm. (3S') : sot, nigaud.(S'em- 

ploie aussi comme adjectif). 
Beurn&, sf. (4R) : borne. 

— (4A,R) : creux dans un arbre ; 
excavation naturelle dans un rocher, 
grotte. Dans ce dernier sens, on dit 
aussi beurnald. 

Beurd, sm. (4T,A,Ab,R) : beurre ; 



bourd (4AI ; 8M ; 3Be) ; bur (3S') ; 
bour'r6 (8B'm). Bossi t beurd (4T) 
[battre la creme pour faire le beurre]. 
D' beurd cw6 (4T) [du beurre fondu]. 
Dans le frl. battre le beurre, c'est bat- 
tre la crtme. 

t Beurre : avoir des beurres, palper 
des beurres (G) [avoir des £cus, de Far- 
gent monnayl]. Au sing. : a 4A. 

Beurs&, sf. (4A) : bourse. L6 grou 
mdXeu son cmi la beursd di-^ avoca, 
tojhd prB a mtd dtdUn (4A) [les gros 
mangeurs sont comme la bourse des 
avocats, to u jours pr£ts a mettre de- 
dans]. 

Beusi, sf. (4A) : bouse. 

BevSlyon, sm. (6A) : petit fat de 
quelques litres. 

Bevire, sf. (3S f ) : abreuvoir (sur les 
rives d'un cours d'eau). 

Bdrotfi, vn. (2 A ; 6A) : buvoter; 
bevotd (4AD). 

B&yi, sf. (6A) : ribotte entre amis. 

Beyatt, vn. (3S*) : beler. 

Bezire, sf. (4T) : bief. 

B'fee, sm. (4T) : buffet. 

Bi, sm. (4AI ; G) : bief. 

— , sm. (yJr) : bouleau. 

— , adv. (3S) : bien. 

Bli, sf. (4A,Ag) : chevre ; btt (4AI). 
Ne s'emploie guere que lorsqu'on parle 
a une chevre ou qu'on l'appelle ; c'est 
un terme afFectueux. A Gruffy on dit 
bid quand on appelle une chevre et 
bii quand on appelle un chevreau. 
Vin ch&, ma bid (7L) [viens ici, ma 
petite chevre], 

BU, sf. (4AI, A'g) : lessive. 

Blali, sf. (6A) : bras de riviere. 

Biasse, sf. (5C) : besace. 

Blaste, sf. (6A) : provision de bou- 
che. Sedit d'un hommequi vatravailler 
toute la journee loin de chez lui. 

Bibi, sm. (G; 5C) : joujou (terme 
enfantin). 

— , va. (4A'g) : boire. 

Bicft, sf. (4T) : chevre; membre viril. 

f Bichet, sm. (8 A) : mesure de ca- 
pacity* pour le bl£ et autres grains (a a 
litres environ). V. Gloss, de Ducangk. 



Digitized by LjOOQIC 



BICL-BINN 



49 



BicU, vn. (4A) : loucher ; biclU 
(4T). 

Bicld, adj. (4A) : louche, borgne ; bi- 
clid (4T,R) ; bictie et biclXan (6 A). 

Bidet, sm. (4T, A,R). En patois et dans 
le frl. ne s'emploie que pour ane ou 
mulet de petite taille. 

f Bidodi, bidognol, bidot, sm. (G) : 
homme d*un esprit faible et born£; 
homme qui s'abrutit par les exces. 

Bidolet, sm. (6Gv) : sender. 

Bidolyon, sm. (4T ; G) : baril pou- 
vant contenir de 2 a 5 litres. 

— , (G ; iE,Tm,Dm; aFc,Fe,Jb ; 
3yj,S' ; 4T,A,Rm,Tg ; 5 A*) : cidre. 

— , (G) : vin apre. 

Bidon, (4T,A; 6Am,Bq»U) : bidon. 
Syn. : baraqin (4T,A ; G). A Marthod 
et a Queige (6Am,Bq), bidon se dit de 
toutvaisseau portatif en bois; a Ugi- 
nes (6U), des seaux en fer-blanc non 
evas£s. 

Bid, adv. (4R) : bien ; bUn (4T,A). 

BI6dr6, bladrd, adv. (3S') : beau- 
coup, en grand nombre. Cdcon pan 
dian VAme'riqe pensan d'& gdnyi — 
[quelques-uns vont en Am6rique, pen- 
sant 7 gagner beaucoup]. 

BterS, sf. (4T,A) : biere (boisson). 

Blfi, sf. (aAj) : lait qui a caille" sans 
pr&ure. 

Bila, vn. (aAj) : caiilersans pr£sure. 

Bigi, sm. (4 A) : ver a soie. Va ra- 
massd d& folX& d€ meuri p' lo biga [va 
ramasser des feu i lies de murier pour les 
vers a soie]. 

Big&r, sm. (5C) : hoyau ; btgar (4R). 

Bigd, dt&, adj. et subst. (4T,A) : bi- 
got, e. 

Bigoornft, sf. (4A) : petit goulot 
d'une cruche. 

Bigrd, (4T,A) : bigre (jurement 
adouci). Ci bigrd d'infan m'Sn-n a~t~4 
dijkafi I (4T) [ce diable d'enfant m'en 

a-t-il dlja fait !] 
Bigueurn&, sf. (4A) : bigorne (en- 

clume a deux comes). 
Bili, sf. (4T,A) : bile. 
BiU (sft), vpr. (4T,A) : se chagriner. 

f frl. : se biier (se faire de la bile). 



BItt(sft)(3S*,T): s'enfuir, s'esquiver. 
£ s'4 bild [il s'est esquive" lestement]. 
A Geneve, biler. 
fBileux,adj. (4T,A,R; G) : bilieux. 
f Billard, sm. (G) : toupie. 
f Bill6te, sf. (4T,A) : Se dit d'un 
carre* de papier imprime* a r usage d'une 
administration. Ex. : Montrez-moi, cons- 
ent, votre bilUte de logement [votre 
billet]. En passant devant l'octroi, pr£- 
sentez votre bilUte aux agents [votre 
passavant]. As-tu regu la bilUtedu per- 
cepteur ? [le r6le des contributions di- 
rectes]. 

f Billon, sm. (4T,A) : bille de sapin 
de 2 a 5 metres. 

Bilyi, va. (4A) : biller, serrer les cor- 
des maintenant le chargement d'une 
voiture, au moyen du treuil fixe 4 a Tar- 
riere. — (t. d'argot) : ramoner. 
Bin, sm. (4T,A) : bain. 
— , sm. (4T,A,R) : bien, richesse, 
propri£te\ 

— , adv. (4T,A,R) : bien, beaucoup. 
Rarement : bXin, byin (4T,A). Bi (3S). 
£ bin (4T,A) ; d bi (4R) [eh bien !]. Bin 
fara, bin trovera($T) [qui bien fera, bien 
trouvera, e'est-a-dire, qui agira bien s'en 
trouvera bien]. Se t'B bin, ristd-^i (4T) 
[si tu es bien, restes-y (reste a cette 
place)]. U trd bin mdlU r cou (4T,A) 
[le trop bien tord le cou, le mieux est 
Tennemi du bien] = can X e* bon, X e 1 
prdu (4R). A we", X arive sov£n qt bin 
onfd, md n-in vin (4T)[il arrive sou- 
vent que bien on fait, et que mal en 
r£sulte]. Fache" de bin a on piU, d ri£ 
sard jami conti (6A) [faites du bien a 
un vilain, il n'en sera jamais content]. 
Bin61& (de), locut. adv. (4A) : de 
travers ; frl. : de binale. 

Bin6t&, sf. (4 A) : t£te mal confor- 
ms; frl. binette ; visage laid, ou sim- 
plement tfite, figure. 

Binm&, sf. (4AS' ; 3S\T ; 2Fs) : che- 
vre de deux ans qui n'a pas encore 
porte\ V. b8mi. 

Binnft, va. (4R) : baigner, faire trem- 
per, combuger ; binnd U dXarU [bai- 
gner les baquets] (avant la vendange, 



Digitized by LjOOQIC 



5o 



BINT-BISC 



pour gonfler lcs douves et les rendre 
Punches). Ne s'emploie pas dans le 
sens rtfle'chi ; on dit alors : $8 banyi. 
V. bdnft. 

Bintou, adv. (4T,A) : bient6t ; bins- 
tou (4R,Ab ; 3S') ; bistou (4Ab). 

Bid, sm. (4AI,A'g) : osier; rameau d'o- 
sier ; Moil (4A). BXb d* mdrtsajhtfaAl): 
viorne ; (4A'g) : buis. 

Bid, bldasft, part, passed (4AI; 5C; 
7J) : bu, bue. 

BI6, balft, adj. (4T,A ; 3S*) : beau, 
beile; bid, told (6Ac,B); bX6, told 
(6Bv). 

Bal&-flyt (4T); told-flyi (4Ab,R) 
[belle-fille]. 

Bald-mdre* (4T), syn. : mdri-dond; 
bild-mdri (4Ab); bild-mdre (6A) [belle- 
mere]. 

Bald-srou (4T) ; bild-sereu (4Ab) ; 
beld-chwird (6Ac) [belle- soeur]. 

BXd-fXu (4T,A; 3S*); bd-fXu (4Ab,R); 
bo-flXu (4R) ; bd-fib (4AI) [beau-fils]. 

BX6-frdrt (4T,A) ; bd-frdri (4AD) 
[beau-frere]. 

BXd-pdri (4T,A); bd-pdrt (4Ab) 
[beau-pere]. 

— , adv. IfdbXd (4T)[il fait clair]. 
D' viXd pd bX6 (4T) [je ne vois pas clair]. 
— (6B) : done, s'il te plait. VXn bid 
m'idd (6B) [viens done nVaider]. Ri^dd 
M6 Id-K uti (6B) [rangez, s'il vous plaft, 
les outils]. 
Biochon, sm. (4Tc,Fm) : viorne. 
f Bi6der, vn. (G) : sauter, jouer. 
Biol, sm.,aupl. bXu (8Bf) : bouleau. 
BIdlft,sf. (4T,A; iBm; 3S' ; 6U ; 
8B'm) : bouleau; bidld (5At; 6A,Am, 
B,Bv,Bq). — , (iDm) : branehe flexible 
propre a servir de lien. 

Au fig. : Al mi dXin li bXbli (4A) [il 
est de nouveau ivre]. £/ 2 tojhbr dXin 
li b\6tt (4T) [il est toque"]. 

BIolft,sm. (4T; ^p; 2 A) : brindille 
d'un arbre a fruit. — , (iEp ; 3S') : 
trochet de cerises ou d'autres fruits. 
Blolird, sf. (4A*g) : bouleau. 
BI6U& (alft *la — ), (4 A) : faire Y6- 
cole buissonniere ; vagabonder; alter 
passer la soiree dans une joyeuse com- 



pagnie ; chercher a venture. Ne s'em- 
ploie que dans cette expression. 

Bloston, sm. (4FO : viorne. — , (4FU 
6A) : le bout d'une branehe d'osier; 
verge. 

BI6tA, sf. (4T) : beauts ; bdtd (4AI, 
R) ; X i-t 'na bXdtd (4T) [e'est une 
beaute\ une femme tres belle]. 

Biou, sm. (4A) : rameau d'osier 
(peuplier, saule, bouleau), servant a 
attacher; bXbu (5 A'). 

BlournS, sf. pi. (6U) : copeaux pro- 
duits par le rabot. 

Bird, sf. (4T) : biere (cercueil). 
Syn. : vdr (3S's), qiss$ (4T.A.A1 ; 6A). 

Bire, sf. (3S') : petite Stable pour les 
chevres, quand elles sont en alpage. 

Biron, sm. (3S T ) : dimin. de bire. 

— , (G) : espece de chaufferette. 

Bis, sm. (4Ae,AI) : cidre. 

Biscft, va. (4T,A1; 3S') : bouder. 
£ rri bisqi dipwe ran passd (4T) [il me 
boude depuis Fannie passeV). 

Se — : se bouder, Stre en disaccord. 
/ s' biscdn [ils sont en bisbille]. 

— , vn. : fitre vexe\ dlpitl; frl. : bis- 
quer. Firi -— edeon (4T) [causerdu d£- 
pit a quelqu'un] ; frl. : faire bisquer 
quelqu'un (mftme sens). Com £ pa biscd 
(4T) [comme il en sera vexl 1] Syn. de 
biscd : firi V moli (4T) ; mlatd (4AI) ; 
firi la pbtd (4T,A); motsiXi (8B*); bo- 
rotd (2k)). 

Biscan, adj. (4T) : vexant, dlsagrea- 
ble ; frl. : e'est bisquant pour moi [cela 
me vexe]. 

— , sm. (4Ae,AI; 3S\3S's) : cidre; 
biscantin (4T,T\F,Aa,AI). 

Biscavft, adv., ou k — , loc. adv. 
(4R) : t£te-beche, en sens inverse. £ 
dromsivdn biscavd [ilscouchaient Ute- 
blche]. 

Biscava-, va. (4T) : mettre des objets 
(fagots, gerbes) en sens inverse les uns 
des autres. 

fBiscoin, sm. (G) : brioche au sa- 
fran ; biscuit. 

fBiscOrae, sm. (G) : pain d'lpice. 

f Biscomier, sm. (G) : fabricant de 
pains d*6pice. 



Digitized by LjOOQIC 



r 



BISE-BLAG 



5i 



Bia6,sf. (4T,A,R) : bise ; biye (3S'). 
Dans le frl. on dit : la bise noire, lors- 
qu'elle souffle par un temps couvert. 
A Geneve, on l'appelle la Dame, Notre- 
Dime de Lausanne. 

Elle n'ouvre pas sop sac de farine 
quand il fait la bise (G) [elle est tres 
&onome]. A Samo€ns, on dit dans le 
meme sens : elle voit courir la bise. 

Le mot bise s'emploie dans le sens 
de nord, comme vent se dit a la place 
de sud. Dans nos anciens actes, bise et 
vent remplacent frequemment les mots 
nord et sud : du c6ti de bise, vers 
bise. 

Je voudrais que tu fusses ou la bise 
commence (4 A) [je voudrais que tu 
fusses au diable] = Xdu la bisi cminci. 
Prov. : La bisi d la matin n* v6 pd 
on pi d' ghin (4A) [la bise du matin ne 
vaut pas un pet de chien, c'est-a-dire 
elle souffiera toute la journee, si elle 
commence dans la matinee]. = La 
bise di matin vd pd on pi de stin (6A). 
V.avri. 

t Bis*, adj. (G) ; bisoli (4T,A) : ex- 
pose a une forte bise. Nous sommes 
transis de froid, nous avons M bisis 
(bisoUs) deux heures de temps. 

Biatgle, sf. (4 A) : besaigue*, as tic ; 
(gros osdont les cordon niers se servent 
pourlisser). 

Qisingue (de), loc. adv. (G) : de tra- 
cers. On dit aussi de bisingle. Cet ha- 
bit va tout de bisingue (G). Avoir les 
yeux-(G). 

Bisol&, sf. (4 A) : membre viril (terme 
enfantin). 

Bisoli, vn. (4T,A) : se dit d'un vent 
coulis, d'un courant d'air froid. Com i 
bisoli dXin sf alyiu I (4T) [quel cou- 
rant d'air il fait dans cette allee 1] DXin 
sta mison i bisoldvi di to lou couti 
(4T) [dans cette maison, le vent souf- 
flait de tous les c6tes (il y avait partout 
des vents coulis)]. 

— , adj. : expose a une forte bise. 
V.biae, 

Bisol*, sf. (4T ; 6A) : vent coulis, 
courant d'air froid. 



Bistancw**** (de), loc. adv. (6 A) : en 
sens inverse, tete-beche. 

fBiatot, bistaud, sm. (G) : le der- 
nier apprenti dans un atelier; Pemploy£ 
d'un bureau, d'un magasin, qui y est 
entr£ le dernier. Dans notre frl., — a le 
sens de jeune homme qui fait V impor- 
tant, qui veut sedonner de grands airs, 
ou qui affecte une mise recherchee. 

Bin, bluss&, part. p. (4T,A,Ab,R) : 
bu, bue; bX6 y bXossd (4AI ; 5C ; 7J). 

Bin, sm. (8A) : bouleau ; pi. de bXol 
(8Bf). 

Blye, sf. (3S') : bise. Le vi cori la 
biye (3S') [elle voit courir la bise, c'est- 
a-dire elle est tres econome]. 

Bix&r6, adj. (4T,A) : bizarre. 

Bjhon, sf. (4T,AI) : bijon (resine qui 
coule d'elle-memedu pin, du sapin, du 
cerisier) ; beson (6 A). 

BU, sm. (4T,A,AI ; 5 At; 7J; 8 A) : 
ble; blXd ( 4 Ab);Mf<* (4R) ; bid (lEp, 
Dm) ; bldd (8B*m). Can lou bid san in 
JIdr, Ufadri a la gueuld donfbr (4T) 
[quand les bles sont en fleur, il les fau- 
drait a la bouche d'un four]. (La gram- 
maire semblerait exiger loufadri). = 
Can 16 bid son i fleur > i 16 f6dri la 
gourde d'onfeur (6 A). 

Bl&chft, sf. (4T,A) : lafche (plante) : 
bldghi (7Jr) ; — (8B*m) : prunelle 
(fruit). 

Blagi, sf. (4T,A) : blague (pour ta- 
bac) ; blXagd (4R,Ab) ; — : mensonge. 
Rmilyi, Vd d\o 16 rai lonti fomd si 
pipd ; I Mi daipwi q' timpereur tin 
d*o lui laSavwi, \ TdcT qi rlivdton 
fron pifli qi ma tulipd : | Td la 
pipd, V taba, la blXag* i V risf avmi 
(4R) [Rumilly, tu as sous les rois long- 
temps fume sans pipe; maisdepuis que 
l'empereur tient sous (lui) sa puissance 
la Savoie, tu (as de quoi) peux re lever 
ton front plus ner qu'une tulipe ; tu as 
la pipe, le tabac, la blague et le reste 
aussi]. 

Dans le frl., blague est employe po- 
pulairement pour designer un vantard, 
un hableur (4T,A ; G). V. Ch. Nisabd : 
Curiositis de fEtymologiefr., p. 194. 



Digitized by LjOOQIC 



52 



BLAG-BLIAN 



BlagA, vn. (4TA) : blaguer (dire des 
mensonges, faire des contes). 

— , va. : se moquer de, persifler. £-1 
a d$ cin p' lou — (4T) [il a dit cela 
pour se moquer d'eux]. 

Dans le frl., f blaguer, se blaguer 
(4T,A) = se vanter : il ne fait que (se) 
blaguer (4T,A). 

Blajhon, sm. (4A) : petit poisson ; 
goujon. 

Blan, blanche\ adj. (4T,A) : blanc, 
bttan (4A'g,R). 

f Faire une course blanche (G) [inu- 
tile]. V. blanche. 

Blan, pris subst. (T,A) : blancheur ; 
bltan (4A'g,R). U linjh' M d'on bU 
blan (4T) [le linge Itait tres blanc]. 

Blancarlft, sf. (8B'm) : lessive, blan- 
chissage. 

Blanche, sm. (3S') : habit de gros 
drap blanc en laine. V. blanstS. 

— , sm. (4T) : chemise ou robe de 
dessous, ordinairement de laine, que 
Ton met aux enfants ; f blanchet (G). 

f Blanche, sf. (4A) : eau-de-vie de 
marc. 

Blanjhela, sf. (4T,A,R) : getee 
blanche ; givre ; blantfld (6A). 

Dans le frl., la blanc-gette (4T,A,R ; 
G); le blanc-gel (4T ; 5C); la blanche 
(4T,A;G). 

BlanstS, sm. (6A) : habit de vieille 
forme, a pans longs «t larges. 

Slants*., sm. (8M) : camisole de gros 
drap. 

Bttd, sm. (8B'm) : ble\ 

Blav8el&, sf. (7Jr) : bluet, barbeau. 

Blfi, blftU, adj. (4T,A; 3S' ; 6A) : 
blet; mou, humide, mouille\ Pri blB 
(4T) [poire blette] ; tird blitd (4T; 
6A) [terrain dltrempe* par la pluie]; 
d'st blBtd chddd (4T) [je suis tremp^e 
de sueur]. 

Bleche, va. (8M) : blesser ; offenser. 

Blefya, sf. et blofya (4T) : pinc^e ; 
une petite quantity. 

Bler6, sm. (8B*m) : canule du bi- 
beron. 

Bldsni, sm. (4T,R; iDm) : poirier 
sauvage ; blisnli (5 At) ; bltssenai ( 1 Ep). 



Ce mot dlsigne aussi le poirier a cidre 
( 4 R). 

Blftssi, va. (4T,A) : blesser, offenser. 

fBlessir (se), vpr. (G) : blettir. 

Bl&sson, sm. (4T; 5 At) : poire sau- 
vage ; poire a cidre (4R). 

f Blesson, sm. (G) : marque qui 
reste sur la peau quand on a M pince* ; 
pincon, bleu. 

Bldssuxft, sf. (4T,A) : blessure. 

Bldtaflu, adj. (4 Am) : mouilte, hu- 
mide. U tarin i oncd trwi blitaflu 
(4A1T1) [le terrain est encore trop hu- 
mide]. 

Bl*t3, sf. pi. (4T,A) : bette poir&. 
Dans le trl. reparies, blettes ; bttetd. 
au sing. (5A). 

— , sf. pi. (5At) : fines herbes. 

Bl&ti, vn. (4T,A) : blettir (devenir 
blet ; st bliti, vpr. (4T,A) ; f se bles- 
sir (G). Lou pri st bUtissdn tote* sty 
an (4T) [les poires deviennent toutes 
blettes cette anneY]. 

f Bleu, adj. (G;4A). Dans le lang. 
vulg. = surpris, stupe'fte. On m'a dit 
que votre soeur a Spouse* ce vaurien, j'en 
suis toute bleue. Sens dlrive* du sui- 
vant. 

— , : livide (4T,A). Quand j'ai appris 
cela, je suis devenu tout bleu, c'est-a- 
dire, j'ai pali. II £tait bleu de colere. 

N*y voir que du bleu (4T,A) [ne 
pas se rend re compte de ce qu'on nous 
montre ou de ce qu'on nous dit: se lais- 
serduper sans s'en apercevoir]. V. bin. 

Bltt, sm. (4R,A'g; 5 A') : ble*; bttd 
(4Ab). Grou-blld : ble* barbu, nonnette. 
Mdla, ou pdla-blla (4A'g) : gremil. 
Grou-bftd (5 A') : mais en grain. V. blA. 

Bliadrd, adv. (3S') : beaucoup. De 
c'hla c'hourtd de brdve fine, U mdre 
n'en fan pa me' bttadri [de cette sorte 
de braves femmes, les meres n'en font 
plus beaucoup]. 

Blian, anchS, adj. (4A'g,R) : blanc. 

BUanchS. V. blanche. 

Blianchnalu, adj. (4R) : blanc et 
chenu ; qui a le teint pale et les cheveux 
gris. PUrd, U blianchnalu, \ E Sacal, 
1' potarlu, I F qeuchi rid traX golu, 



Digitized by LjOOQIC 



BLIA-BLU 



53 



I On 16 bri tb molu (4R) [Pierre, au 
teint pile et aux cheveux gris, et Fran- 
cois, aux grosses levres, pour coucher 
(mettre au lit) ces trois goulus, ont eu 
les bras tout moulus]. 

BHan$hn£, 8t&, adj. (4R) : qui a le 
teint blanc et frais. 

BUS, fitft, adj. (4Ab) : blet (enparlant 
des fruits) ; mouille* (en parlant d'unc 
personne, du linge, du terrain). 

Blifte, sm. (4T) : billet. 

Blinn&, sf. (4A,Ag) : membre viril. 

B116d&, sf. (4R) : blouse. V. blous&. 

Bli6s&, sf. (4Ag) : fern me paresseuse, 
qui aime a se dorloter. 

Bliosni, sm. (4AV, Ag,R) : poirier sau- 
vage. Se dit aussi de poiriers a cidre 
qui ressemblent au poirier sauvage. 

Bliu, bllwa, adj. (4R) : bleu. 

Bloche, va. (6A ; 8M) : pincer. 

Blo$h&j sm. (3S') : petit coupon, pe- 
tite rognure d'eToffe. 

Bloch&t, sm. (8AI) : ciseaux de tail- 
leur ; bloghiti (8Bs). V. blotsBtS. 

Bloc'hi, va. (3S') : pincer. 

BlochtS, sf. pi. (4T) : fera tuyauler, 
a friser. 

Bl6d&, sf. (8M; 8B'm) : blouse; 
blaude (blouse de voiturier) ; longue 
redingote. 

— , sf. (4T) '.vagabondage, £-/ mi a la 
bl6d& (4T) [il fait de nouveau P£coIe 
buissonniere ; il est de nouveau par 
monts et par vaux]. Can forniri-td 
iald la nia la — (4T) [quand finiras- 
tu de vagabonder la nuit ?]. 

Blodi,ir&, sm. et f. (4T) : coureur, 
euse. 

Blofe, sf. (4T ; 5 At) : prunelle (prune 
sauvage) ;&/d/<J( 4 A). 

Blofe, sf. pi. (4AJ) : partie de 1'avant- 
train d'un chariot dans laquelle on 
file le timon. 

BlofiB, sm. (4T; a A) : petite pince*e; 
pincement; bleu, pi neon. 

Blofl, va. (4T) : pincer. 

Blofni, sm. (4AI) : poirier sauvage. 

Blofon, sm. U A • P oire sauvage. 

Blofya, sf. (4T) : pinc^e. 

Biol, va. (4AI) : teiller. 



Blolu, sm. (5C) : homme qui tille le 
chanvre. 

BlondA, vn. (5M) : coqueter, cour- 
tiser les blondes. 

Blondd, dft, adj. (5Mr) : blond, 
blonde, et pris comme subst. : bon ami, 
bonne amie. Can le f&lie on de blonds, 
lefon martU leu tarib'i [quand les fil- 
les ont des amoureux, elles font mar- 
cher leurs nigauds]. 

Blonyi, va. (3S*) : pincer. 

Blosni, sm. (4 A, Ad) ; poirier sau- 
vage ; blosnti (5 At) ; — , (4A,T) : prune- 
lier (prunier sauvage). 

Bloss&, sf. (7Jr) : prunelle. 

— , sm.(4T) : pinion, bleu ; — (7 A) : 
pinc£e. 

Blossi, va. (2 A) : pincer. 

Blosaon, sm. (4A,Ad) : poire sau- 
vage. 

Blostete, sf. pi. (6A): pince en bois, 
servant a cueillir les chataignes recou- 
vertes de leur bogue. 

BlotsStS, sf. pi. (SB'a.B'm) : ciseaux 
(de tailleur d'habits) ; blitsili (8Mc). 

— , sf. pi. (8M) : pincettes. 

Blousft, va. (4T) : tromper ; frl. 
blouser quelqu'un, et se blouser : se 
tromper. 

Blous&, sf. (4T,A,A1) : blouse ; 
bllousd (4Ab) ; bldd&(%h\&m) ; blldda 
(4R). Syn. : rdliire (4AD); f rouliire 
(4T). 

Bloyt, va. (6A) : teiller. 

Bloydson, sf. (4AI) : action de teiller 
le chanvre ; veill£e oul'on teilje le chan- 
vre. On dit aussi dans ce sens bloyerie 
( 4 R). 

Blu, adj. (4T,A) : bleu ; bliu (4R) ; 
au fe'm. : blda, blwa (4T,A). Pris 
subst. : pincon, bleu ; couleur bieue. 
Ublu du 16. Allin s' banyi su rblu 
(4A)[allons nous baigner sur le bleu du 
lac, c'est-a-dire a un endroit ou le lac 
est profond]. 

Prin gdra" a t&i, J £-/ on filou mi- 
mtrdlon ; 4 fingueusera, 6 t' n'i var& 
qe* du blu (4T) [prends garde a lui, c'est 
un filou nume*ro un (de premier ordre) ; 
il te flouera et tu n'y verras que du bleu]. 



Digitized by LjOOQIC 



54 



BLYE-BOQH 



Lou Blu (4T) [les bleusj : sous ce 
nom, on entend des soldats habiltes de 
drap bleu ou un parti politique. A la fin 
du siecle passe*, dans les guerres de la 
Vendue, le mot Bleus d^signait les parti- 
sans de la Revolution, tandis qu'a la 
mfime 6poque il dlsignait chez nous 
les partisans du roi de Piemont. A lin, 
compdr, convin-\-Sn % \ Lou blu ne fan 
pd com cin. | Lou bon blu san lou 
Tounin (4T; [Allons compere , con- 
viens-en, les royalistes ne font pas (n'a- 
gissent pas) comme 9a. Les bons roya- 
listes sont les habitants deTh6nes]. Au- 
jourd'hui ce sont les gendarmes qui 
sont ainsi surnomm£s , a 4T,A. A 
Scionzier, on donne ce nom aux habi- 
tants du Reposoir. 

BlyS, sm. ( 4 T) : billet. 

— , sf. (4T,A) : bille (pour sener en 
tordant). 

— (4A'g) : trait fait avec la scie sur 
une piece de bois. 

— (4T) : rondelle de sapin haute de 
3o a 5o centimetres environ, que Ton 
fend en ais minces pour faire des ancel- 
les ou des bardeaux. 

Bly«, 6t&, adj. (4A'g,R ; 3S') : blet, 
mou. Se dit des fruits. 

Blyi, vn. (4T) : biller (serrer en tor- 
dant lacorde avec une bille); be'lye' 
(6A) ; bilyi ( 4 A). 

Blyon, sm. (4T,A ; 8B'm) : bille 
(piece de bois de toute la grosseur de 
l'arbre, destined a 6tre mise en planches); 
bllyon (8M). Syn. : trb (4AI) ; cdri 
(3S'). Dans le frl. : billon. Sta pice 
bara tri blyon de fin pi (4T) [cette 
piece de bois donnera trois billes de 
cinq pieds]. 

Bn6sd, adj. (4Tg,A) : content. D" st 
blin bne"sd a" vou rvi (4Tg)[je suis bien 
content devousrevoir]. Dans bUn bnisd 
il y a deux fois le mot « bien » ; blin 
isd [bien aise] est moins expressif. 

Bny£t&, sf. (4AI) : beignet. 

B6, sm. (4T,Al,Aa; 3S) : grenouille 
verte; crapaud sonnant (Bufo igneus 
Laurenti); bd (4R; iB'; 6A). Lou bd 
catSldn 14 rnolU (iB') [les crapauds 



m^prisent les grenouilles], e'est-k-dire 
les gens de basse extraction font sou- 
vent fi des personnes qui sont de meme 
condition. 
— , sm. (4AI; 6Bv) : bouc. 
— , sm. (4A,R) : bourg. 
— , sm. (4R): bout. Jusqa bd ou tan 
q'a bd (4R) [jusqu'au bout]. Pi-r a bd 
(4R) [tout a fait]. 

— , sm. (8B'm) : sac en cuir dans le- 
quel on transporte la vendange. 
B6, sm. (7L,Lb) : taureau. 
— . V. bd. 

Bd, b8l&, adj. (4Ab,R) : beau, belle 
V. bI6. 

B6&td, sm. (3S) : petite Stable pour 
cochons. 

Bobft, vn. (3T,S) : rester dans Tin- 
action. — (3S') : avoir Tair de r6fl£chir. 
Boban. V. baban. 
B6bd, sf. (4R) : petits copeaux de 
bois produits par la hache ou le rabot. 
Frl. : beluise. 

BoMlie, sf. (5C) et bobly* (4T; : 
bobine d'un rouet. 
Bobna, sf. (4T) : bobine. 
Bdbo. sm. (4T,A) : petit mal, bobo, 
(terme enfantin). 
Boc&, sf. (4T,A) : bouch^e. 
Bocan, sm. (4AI) : bouc ; au fig. : 
fitre m^prisdble. N'y a d* bocan pi a ti 
(4AI) [il n'y a pas un fitre pire que toi 
(plus me>risable que toi)]. 

Bocha, sf. (4T) : bouch^e ; bouchya 
(3Be) ; boustya (6A) ; bostya (6A) ; bou- 
tla (4 A) ; bocd (4T,A) ; boend (4T) ; 
bochla (4Ab). 

Bochafl, vn. (4T,Ab) : fitre en cha- 
leur (se dit des chiens). Du mot bochl, 
bouc. A Rumilly bochalyi signifie cou- 
vrir (en parlant des animaux). 

Bo$hftr, Ard&, adj. (4T) : mouchetf 
de taches noires sur le museau (en 
parlant des boeufs, vaches, moutons) ; 
sali, machure* autour de la bouche (en 
parlant d'une personne). Se dit aussi 
des boeufs et des vaches a robe brune. 
Bo$hftrd&, sf. (4T,A.Al) : vache qui 
a des taches noires sur le museau; 
vache a robe brune, brunon. 



Digitized by LjOOQIC 



BOgH-BOEL 



55 



Bo$hard&, va. (4T,A,AI) : salir, ma- 
churer !e contour de la bouche, les 
joues, en mangeant. 

Boc'he, sf. (3S') : bosse. 

B6che, sf. (8B'm) : tonneau; — (4R, 
Al) : boule (au jeu de ce nom). 

Bo$he, sf. (4T f A,Aa,Ab,R) : bouche; 
bossi (JCn) ; boss! (8Bf); boste (6Ac) ; 
botsi{8B\M). 

— , sf. (2A; 4A'g; 5At,A') : laiche 
(plante) ; — (4A'g) : foin de marais ; 
— (5C) : javelle de bl£ noir. 

Bo$h& , sm. (4T,A,Aa,Ab,Al,R) : 
bouc; boghou (3S') ; bostS (6 A) ; botsB 
<8M); bd (4AI ; 6Bv) ; bocan (4AI). Al 
marXd i boghS (4Ab) [il est marie* en 
bouc]. Se dit d'un homme qui va de- 
meurer chez ses beaux parents, apres la 
calibration du manage. A 3S*, on dit 
marid a jhindre. A Th6nes, marfd in 
bochi signifie vivre en concubinage. 

t B6che, sf. (G; 4A,R) : cochonnet ; 
pierre faisant l'oflfice de cochonnet; 
boule (au jeu de boules). 

f Bdcher, va. (4T,A; G; 6 A) : d6- 
buter (une boule). Bdche^moi cette 
boule, c'est-a-dire, chassez cette boule 
avec la v6tre. Bdche^-la en place, 
c'est-a-dire, frappez-la de maniere que 
lavotreprenne sa place ; bdghi (4T,A); 
Mchi (6k). 

— quelqu f un (4T,A) : frapper quel- 
qu'un en lancant contre lui une pierre, 
un baton. 

BocMre, sf. (4T,A) : babouin. V. 
boshwirS. 

Boc'hne, sm. (3S') : petit morceau. 

Boc'hon, sm. (3S') : buisson. 

t Bochot, sm. (G) ; petit tonneau. 
Diminut. de f bosse, grand tonneau. 

BocJiou, sm. (3S') : bouc. 

Bocliwire, sf. (4AI) : babouin, bar- 
buquet. Td di — , 8 bU ft, mon gri- 
wl; Vd polu mdmd UJly'i (4AI) [tu as 
des babouins, c'est bien fait, mon gail- 
lardjtu as voulu donner des baisers 
*ux filles]. Fri. : bouchire. 

Boclia, sf. (4T,A) : boucle ; bocld 
(8M). 

BoclIA, va. (4T,A) : boucler ; bocld 



(8M). Dans le frl. on dit : boucler une 
affaire (4T,A;G) = terminer, conclure 
une affaire. BoclXd on-n afird (4T,A). 
Ajoutez-y cinq francs et Vaffaire est 
boucUe. 
— , vn. : boucler, friser. 
BoonA, vn. (6 A) : manger par petits 
morceaux. 

— , sf. (4T ; 6A) : petite bouchee. 
BocnB, sm. (3S* ; 6A ; 8M) : petit 
morceau. 

Bocnd, sm. (3S) : petit morceau ; 
(3Ss) : morceau friand. 

Bocon, sm. (4T,A,A1,R; 3S' ; 6A) : 
morceau (de pain), bouchee. On bocon, 
adv. [un peu]. On bocon cTomd, d'&n- 
fan (4T) [un bout d'homme , un 
bout d'enfant]. Mon bocon (en parlant 
aun enfant) = mon ch6ri, mon chou. 
Tres usit£ dans le frl. : prends-en un 
bocon = un peu, ou un morceau. II ne 
nous exrit que des bocons de lettre = 
des bouts de lettre. —A Geneve, tenirle 
bocon haut a quelquun est Equivalent 
de tenir la drag&e haute a quelqu'un, 
c'est-a-dire lui faire payer cher ce qu'il 
desire, ou le lui faire attendre long- 
temps. Bocon signifie aussi poison : 
balyi le bocon (4T,A,R) = empoison- 
ner. Frl. : donner le bocon. De la le 
compost emboconer. 
Bdda, sf. (4R) : ventre, panse. 
Bodin, sm. (4T,A) : boudin ; bdin 
(8M). D' n't mja q'on bodin [j'ai mang6 
un seul boudin (une portion de boudin 
longue de 12 a 20 centimetres et fer- 
m6e aux deux bouts par un noeud)]. S'il 
s'agit de plusieurs, on dit : manger 
des boudins, plutdt que manger du 
boudin. f Faire des boudins, saigner 
des boudins (4T,A; G) (t. d^colier) : 
saigner du nez. JosSfd lou bodin, in* 
pu pd y aid (4T) [Joseph saigne du 
nez, il ne peut pas y aller]. 

f Boebe ou bouebe, m. ou f. (G) : 

fils ou fille d'un tel. Cest la boebe a 

Joset. De Tall. Bube, garcon. 

Bdela, vn. (3T,S') : crier, beugler. 

B6el&, sf. (3S') : ventre, panse, in- 

testins. Dimin. de bddd (4R). En vxfr. 



Digitized by LjOOQIC 



56 



BOEL-BOLON 



bodele. Bodele, puis bouelle ou boyelle 
est une forme flmin. de bodel, boel, 
boyau, qui vient du latin botellum. 
Cerveau et cervelle, tonneau et ton- 
nelle (cf. le doublet tunnel), vaisseau et 
vaisselle, etc., sont des exemples de 
double formation du meme genre. (L6on 
Cl£dat : Glossaire de la Chanson de 
Roland.) 

f Bodle, sm. (G). V. le mot pru- 
dent. 

Boft, sf. (4T; 6A) : eoime du lait 
qui vient d'etre trait. 

BotPi, sf. (4T) : bounce. 

— , vn. (4T) : manger en glouton, 
bafrer ; f boufer (4T,A). 

B6f&, sf. (3T) : fe'tuque (plante) ; — , 
(4A) : tonneau. 

Bofce, sm. (4T) : buffet; — , (4T) : 
second estomac des ruminants, autre- 
ment dit le bonnet. 

Bofu, fui, adj. (2A) : bossu, e. 

Bd-frare, bd-pdre, sm. (4Ab) : beau- 
frere, beau-pere. V. b6. 

Bogralyi, vn. (4T) : s'occuper de 
bagatelles, tripoter. Frl. : bougrailler. 

Bdla, sf. (4T,A; 6Gv) : lessive. 

Boi&ca, sf. (4T,A) : salmigondis ; 
sauce trop claire et mal prepared. 

Bolandire, sf. (4T,A) : buandiere, 
lessiveuse. On tapS a" boXandiri [un 
battoir (au figure"), c'est-a-dire une mi- 
chante langue]. 

Le lyonnais a buyandiri. {La Ber- 
narda-Buyandiri, tragi-comldie en pa- 
tois lyonnais du xvn' s. V. F£dit. de E. 
Philipon.) 

— , sf. (4T,A) : buanderie ; (a Ge- 
neve : chambre a lessive) ; bwSyandXusd 
(6A). 

Boienft, sf. (3Be) : petite lessive. 

B6I6, sm. (4 A) : homme de petite 
taille. V. bolIS. 

Boion, sm. (4T,A,Ab) : petite les- 
sive ; savonnage. 

f Boire. Dans le frl. se boire le 
sang (4T, A) [se morfondre, se chagri- 
ner]. Tu me bois le sang avec tes de- 
mandes sans fin (4T,A) [tu m'6nerves 
avec tes demandes]. Je bois sur le til- 



leul, sur la melisse (G) [je prends des 
infusions de tilleul, de mllisse]. La 
lune boit (4T, A) ; baigne (G) ; Parc-en- 
ciel boit (4T,A), c'est-a-dire la lune est 
entourte d'un cercle de vapeur ; l'arc- 
en-ciel semble plonger une de ses ex- 
trlmitgs 'dans un cours d'eau, ce qui 
prlsage aux yeux du vulgaire, la conti- 
nuation de la pluie. 

t Boiton, sm. (G) : Stable a cochons. 

Bojh6, sm. (4At) : taureau. 

Bojhu, adj. et sbst. (4T,A,A1) : na- 
tif des Bauges, canton du ChAtelard, 
arr. de ChamWry ; tern. : bojhda (4T). 

Bola, sf. (4T,A) : boule. 

Bol&, sm. (4A'g) : agaric. 

— , sm. (6A) : amadouvier. 

Bolachu, adj. (6A). Se dit : 1* des 
vieux arbres sur lesquels croissent des 
amadou viers; 2" des raves et des carot- 
tes dont la pulpe est devenue ligneuse 
au printemps. 

Bolal, sm. (5A') : agaric. 

Bolanjhi, ire, (4T). V. bolondje. 

f Bolant, boulant, adj. (G) : du pain 
bolant [du pain bien boulange" (bien 
p&ri, bien leve\ bien cuit)]. 

Bolatie, sm. (6A) : chercheur d*a- 
madouviers. 

B0I6, sm. (4T,A) : boulet. 

B0I6, sm. (4T; 5 At; 6Uf):bolet; 
agaric comestible; — , (4A'g) : amadou- 
vier; 6/^(4Al). 

BoleI,sm.(8A) : amadouvier (cham- 
pignon) ; bois de noyer qui pourrit. 

Bolttca, sf. (4T). V. boIAca. 

Bolle, sf. (4T; 3 Be) : espece deseau 
en bois, ventru d'un c6te* et aplatide 
Fautre, servant au transport des liqui- 
des ou des fruits; il est en general 
muni dedeux anses en forme decorne, 
d'ou le nom de cornu, corniua, qu'on 
lui donne dans quelques locality. 

Bolion, sm. (4T,A) : bouillon. 

Boliu, adj. (4T ; 3S') : ventru ; gros 
et trapu. 

Boloma, sf. (aAj) : excroissance ou 
irritation de la peau en forme de boule. 

Bolondje, erfc, sm. {8M) : boulan- 
ger, ere ; bolondU (5C) ; bolondyi (4A). 



Digitized by LjOOQIC 



BOLV-BONN 



57 



BolvarsA, va. (4T,A) : bouleverser. 

Bolyi, vn. (4T) : bouillir ; bdudri 
(4T) ; bhwdrS (4R). Boudre derive r&- 
gulierement de bullire ; bouillir et 
bolyi de bull ire. Dans le frl. on conju- 
guc bouillir com me finir. 

Ce verbe cede la place a cuire. Ainsi 
on dit ordinairement la spa cu (4T,A) 
[la soupe bout]. Au lieu de /aire bouil- 
lir de la viand e, des chataignes, des 
pommes de terre : firi cdiri, ou mtd 
ctiri, d' vlandd, d* chdtanU, di tarti- 

Commencer a bouillir se dit friend 
(4T,A); fir$nd (3Be). Syn. : botnd 
et brotnd (4T). 

Boly4, sm. (6A) : jeune mouton ou 
cochon gras et rond. 

Bolyd, f. : bolyd, adj.(4T,A) : bou- 
lot, otte (t. popul.) ; homme (ou femme) 
gros et trapu ; bolyd, 6t& (6 A) ; bolyu 
(4T; 3S') ; f bolyot, otte (G). 

Boma, sf. (4AI) :chevre. 
. B6m6,sm. (4T,A ; iDm ; 8 A ; 5 At): 
menthe commune, ou baume des jar- 
dins; — , (4T,A) : baume (medicament). 

Bon, bon&, adj. (4T,A,A1,R; 6Ac): 
bon; bon, bound (3S'; 8B'mj. Prov. : 
Y ipd bon ceq'i bon, mi ce qipli (4T) 
[n'est pas bon ce qui est bon, mais ce 
qui plait] -= N'ipd bon ce q'i bon, mi 
ceqe'co&te' (5A') [mais ce qui coute]. 
Can y 8 bon, y & prdu (4R) [quand 
c'estbien, c'est assez, c'est-a-dire inutile 
decherchermieux]. 

Bond-man, mot compost (4T,A) : 
bonne-main, pourboire. 

Bond-ni (4T, A,R) (bonne-nuit) ; mnd- 
ni (4T) ; nani (4A). Syn. : bon viprd 
(passim). 

V. bonjhdr (bonjour). 

t Bon-a-droit (G) : bonne mesure. 
U marchande du coin fait toujours 
bon-a-droit. Bonadri (4R) : beaucoup. 

Bonba, va. (4T) : bomber, rend re 
convexe; bossuer, bosseler. 

Bonb&, sf. (4T,A) : bombe. 

Bonbance, sf. (4^ A) : bombance. 

Bonboni, sf. (4T,A) : bonbonne 
(grosse bouteille). 



f Bonbonnailles, sf. pi. (G) : bon- 
bons, assortiment de friandises. 

Boned, adv. (4Ab) : bien encore : ? 
i-n ara-t-ou oncord ? — if i-n ara 
boned (4Ab) [y en aura-t-il encore ? — 
il y en aura bien encore]. 

f Bon-conrant (G ; 4A) : tout ce 
qui est d'assez bonne quality. Ce roman 
nouveau est du — (G). Les plaidoyers 
de notre jeune avocat sont du — (G). 
Nous ne tenons dans notre magasin que 
du — , (c'est-a-dire des marchandises 
dont la vente est assurle). 

Bond&, sf. (4T,A) : bonde (d'un 
tonneau ou d'un lung). Le bouchon 
de la bonde d'un tonneau s'appelle bon- 
don (4T,A). 

BondancS, sf. (4AI) : betterave. On 
constate ici le m£me fait que pour 
boutique , primitiv. I' about i que ; la 
voyelle initiale a Ite* conside>£e comme 
appartenant a Particle feminin. De m£me 
Vabondance est devenu la bondance. 

Bondzor, sm. (8M) : bonjour. 

Bonde, sm. (4T, A ; 6B) : bonnet ; 
— dipritre, (6B) : oseille. 

Bonet&, sf. (4T) : petit bonnet ; — , 
(4A) : bonnet de couleur. 

f Bon-fond, sm. (G) : bon vivant ; un 
tkourdi. 

BonXS, sf. (4A,Ab; 5A'b) : fille 
molle et indolente. Le sens propre est 
beignet, frl. bugne. 

Bonlon, sm. (4A,Ab; 5A'b) : garcon 
mou et indolent. 

— , sm. (6A) : enflure produite par une 
foulure ou par la deviation d'un nerf. 

Bonjhdr, sm. (iEp) : bonjour. V. 
bonjhdr. 

Bonjhftr, sm.(4T,Ab,Al ; 3S') : bon- 
jour ; bonjhd (4A) ; bon^ddr (6B) ; bon- 
der (8M); bontfr ; bonjhir (iEp). 
T-ou qi cb pi toti li chambri si diri 
bonjhd a sa mitrd ? (4 A) [qu'est-ce qui 
court par toutes les chambres sans dire 
bonjour a la maftresse de la maison ?] 
(le balai). 

Bonn&,sf.(3T):trolIed'Europe,vulg. 
boule d'or, renoncule de montagne. 

— , sf. (4 Ac'; 5Ab) : borne. 



Digitized by LjOOQIC 



58 



BONN-BORB 



Bonnft, va. (4T; iD) : combuger. 
L' bard (richir/6, lasilii) dimi f mtd- 
16 dtin I'igd p* lo bonnd, ou firibonnd 
(4T) [le baril (le cuvier, le seau) coule, 
mettez-le dans Teau pour Ic combuger]. 

— , vn. (4T) : se bonifier; abonnir. 
Li pomi bonn&n dUn la patii (4T) 
[les pommes se bonifient dans la paille]. 
V. abonnft. 

f Bonne (de) (G) : de bonne hu- 
meur, gai. II £tait de bonne, tout le 
monde trouvait du plaisir a 1'entendre. 
On dit aussi dans le mgrne sens : il 
£tait dans ses bonnes. 

f Bonner (bon conserve un son na- 
sal), va. (4T,A ; G). V. bonna. 

t — f (G) se dit d'une soupe ou d'un 
mets qui contracte un mauvais gout, 
en restant trop longtemps pres d'un 
feu presque £teint. Si Madame tarde 
encore, sa soupe bonnera, ou aura le 
gout de bonne". A 4T,A, on dit goiit de 
gonvi. 

Bonomd, sm. (4TCAI ; 5A') : bouil- 
lon-blanc. 

Bononbxft, sf. (8 A) : orvale(plante). 

Bon6r, sm. (4T,AI) : bonheur ; bond 
( 4 A). 

Bontft, sf. (4T,A) : bonte\ / v6 mldu 
s' firi rispictd pi sa bontd qi pi sa 
malici (4T) [il vaut mieux se faire res- 
pecter par sa bonte* que par sa mi- 
chancete*]. 

Bon'tt, sf. (4T) : beignet. La dmin- 
jhi di bon'Vi (4T) [le dimanche des 
Brandons]. Syn. : bunU (4A) ; f bugne 
(4A) ; bnVetd ( 4 Alj; f bugnet (G) ; f bu- 
gnon (G) ; f beugnet (G). 

Bont&bld, (4T ; 3A): plein de bont£, 
serviable. 

Bonzddr, sm. (6B) : bonjour. 

B60, sm. (4 A) : bord. 

Boqfie, sm. (4T,A,Ab,A'g,Fm): fleur 
des champs, toute plante portant des 
fleurs ; bouquet. — d' mi ou dpintcuti 
(4A*g) : auWpine ; — biu (4A'g) ; bttu 
(4Ab) : bluet; — rossi (4FU1): toute 
plante a fleurs jaunes. Q'X a-t-ou d' pi 
bid qi ntri montariii i ntrou parjhi, 
can lou boqie san Jleuri ? (4T) [qu'y 



a-t-il de plus beau que nos montagnes 
et nos vergers, quand les arbres et les 
plantes sont en fleurs ?] 

Boqdtft, va. (4T,A,Ab) : couvrir de 
fleurs. Dans le frl. bouquet er. Elleavait 
tout bouqueti son chapeau. 

Bor, sm. (4T ; 3S) : bourg. 

— , borti, adj. (4T,A,R; 6Ac,B,Gv): 
vilain, degoutant. Bortd bitU (4T,A, 
R) [vilaine bfite ; se dit surtout d'une 
personne brutale, capable de tout]. Iva 
fdre bdr sta ni (6Ac) [il va faire un 
temps affreux ce soir]. O bon vejin, it 
mon secbr ; ma find %dure ifd bdr 
(6B) [6 bons voisins, a mon secours; 
ma femme jure et tempfite]. 

B6r, sm. (4T) : bord ; bdo (4A). 

B6r&, sf. (4T,A,A'g) : bourre. 

BorA, sm. (6A,Am,Bq,U,Un) : tau- 
reau. 

Bor£, sm. (4AI ; 6A): taureau. L'bu 
brdmi, mi I' bord borali (4AI) [le 
boeuf beugle, mais le taureau mugit]. 

— , (6A) : billot de chfine ou de cha- 
taigner destine a fitre converti en dou- 
ves. 

— , va. (6A) : bourrer. 

— , sf . (6 A) : votee de coups ; averse. 
Dans le frl. : bourrie. 

Bor&C/he, sf. (4T) : bourrache. 

Bor&d&, sf. (6 A) : sorte de jeu de 
bille. V. onift. 

Boradon, sm. (6 A) : vtn bourru. 

BoralA, vn. (4AI) : se dit du beugle- 
ment d'un taureau en rut : U bord bo- 
rali. Borald se dit en plaisantant des 
person nes qui orient ou font beaucoup 
de bruit (4R). 

Borali, sm. (4 A) : bourrelier. 

Boraste, sf. (6B) : bourrache; — 
sdva^de : vi purine. 

BordwdA, va. (4AI) : tourmenter; 
infliger de trop frdquentes ou de trop 
fortes corrections. Frl. : bourreauder. 

Borb&, sf. (4T) : bourbe; ecume; 
— , (8M) : boue. 

BorbadA, sm. (8B'm) : salsifis des 
pre*s. 

Borb6, sm. (4T) : bourbier. 

Bdrbd, sf. (4AD) : e*pi de mais. 



Digitized by LjOOQIC 



BORB-BORN 



5 9 



BorbeU, sf. (6 A) : touffc d'herbe ou 
de ble" qui s'eMeve au-dessus des autres 
liges. 

Borcalyi, vn. (4T) : carcailler. La 
cdtti borcalU, ou brocalU. 

Borch6, sm. (aAj) : poche placle 
en-dedans d'un gilet pour contenir une 
boilrse, un porte-monnaie. 

Bordiafe, sf. faR) : e'cureuil. 

Bordin, sm. (4T; 6Ac,Gv) : brin de 
bois, de foin , de paille, ou grain de 
poussiere, qui est tombe" dans I'ceil. 

Bordon, sm. (6A) : aftrontaille ; bil- 
lon (ados) que la charrue a mal trace" ; 
bord inf£rieur d'un champ en pente 
dont il faut de temps en temps repor- 
ter la terre au sommet. 

— , sm. (4T,Aa) : bourdon (abeille). 

Bordw6re, sf. (4AV') : hanneton ; 
bordiiri (4 Am; 2F), 

Bordz6, daft, adj. (8M) : bourgeois ; 
bordtf (8B'm). 

Bor6, sm. (4T,A,Ab) : collier (partie 
du harnais des chevaux de trait). Ce 
mot se trouve sous !a forme borrei 
(iA, 1684) et borre (iA, 1614) : ung 
bos (bat) et un borre, 

Bordclld, sm. (4AD) et borinclW 
(4A'g) : abat-foin. Syn. : trap* (4T ; 
iDm ; 7Jr ; 8B\Bf) ; trapon (4T; 1 Dm); 
donm (4T; 1 A); dinXou (4Ab) ; di- 
rilu [6A ; 8B'). Ces mots deYignent une 
sorte de guichet qui s'ouvre dans une 
fcurie a la hauteur du ratelier et par le- 
quel on fait passer le foin. 

Borelyi, sm. (4T) : bourrelier. 

Borere, sf. (6A) : baratte. V. borir*. 

Borg^A, va. (4T,Aa; 3 Be) : attiser 
(le feu); — , (3Be) : remuer constam- 
raent les pieds. 

Borgd, sm. (8B'm) : rouet. V. bdr- 

Borgonie, sf. (4T,A) : Bourgogne. 
E-l a itd in — p'i cachi sa pargonU 
(4T) [il a £te" en Bourgogne, pour y ca- 
cher sa honte] ; c'est-a-dire il a du 
quitter le pays. 

Boricd, sm. (4T,A) : ane, bourri- 
que. Le f£m. boricd ne s'emploie a 4T 
quelorsqu'on veut designer que c'est 



d'une anesse qu'il s'agit. Ailleurs pour 
anesseon d it sdmd. 

Borir*, sf. (4T,A,A1,R) : baratte. 
Iond cd vwidd la panirB, \ L'dtrd pa 
charqhi la borirS \ E q si chi r mi 
d'amiudyiu. \ L baty'iu (4R). V. ameu- 
dy£u. Borriere ( 1 A, 1 6 1 5). 

— , (4Ab): femme de petite taille et 
fluette. 

Borivan, sm. (6A) : glouton, ba- 
freur. 

BorjArft, sf. (6 A) : hanneton. 

Borjhai, alsi, sbst. et adj. (4R) : 
bourgeois; borjhi, isd (4T,A); bor~ 
d\i (8M) ; bordtf (8B'm). 

Borjhon, sm. (4T,A) : bourgeon. 

BorU, vn. (4T,A) : crier, beugler; 
pousser des cris d£sesp6r6s. 

— , (iBm;6B) : brCtler. Can on-n 
engrissi lou sold d'on pilin, i diq'on 
lou borli ( 1 Bm) [quand on graisse les 
souliers d'un ingrat, il dit qu'on les lui 
brule]. A fource di \daqetd t 12 filU di 
la Zditd lichdn borld la pild (6B) [a 
force de bavarder, les filles de La Giet- 
taz laissent bruler la soupe de farine]. 

Borl6rd, sm. (4T) :enfantqui pleure 
sans cesse en poussant des cris ; bor- 
leri (4 Ab). % 

Borld, sm. (4A) : jeu de hasard, 
sorte de baccara, autrefois totere" a An- 
necy, a l'£poque des foires de la Saint- 
Andre". 

BornalS, sf. (4T,A; 2 A) : creux 
dans un arbre; petite grotte. Diminutif 
de bournd, frl. : bornale. Le quatrieme 
pont de Brogny, pres d'Annecy, en re- 
montant le Fier, s'appelle pont de la 
Bornald. 

Bornalu, adj. (4T,A) : rempli de 
trous ou d'excavations. (Se dit des ar- 
bres et des rochers.) Au fig. s'applique 
aux person nes dont la figure est greM6e, 
marquee de la petite ve"role (4 A). 

Bornatse, sf. (Mont-Saxonnex) : pe- 
tit placard pratique" dans le mur pres 
du foyer ; c'est la qu'on place la petite 
lampe nomme"e crwisi ou crwisu. 

Bornatsfe, sm. pi. (6A) : issues late"- 
rales par lesquelles la fume"e s'echappe 



Digitized by LjOOQIC 



6o 



d'une chemin^e dont le haut est cou- 
vert par une pierre plate ou par de la 
maconnerie. 

Born6, sm. (4T,Ab,R; a A ; 6Bv) : 
piece de bois de i o a 12 centimetres de 
diametre, perforce et servant a conduire 
l'eau a une fontaine. Se dit aussi des 
tuyaux en terre cuite servant au mime 
usage; bornii (8B'm) ; bornXd (4A) ; 
t bourneau. 

— , bassin de pierre ou de bois, dans 
lequel tombe l'eau d'une fontaine. Se 
dit aussi de la fontaine elle-m6me (4T). 

— , (6A) : trou fait sous terre par les 
rats ou par les mulots. 

Born6t&, sf. (6A) : abeille des bois 
qui fait son nid dans la terre ; sorte 
d'entonnoir pour fa ire des saucisses. 

Bornicant, e, adj. et sbst. (G) : 
myope ; se dit aussi des personnes qui 
clignent des yeux ou qui ont souvent 
mal aux yeux. 

BornI6, sm. (6A) : boyaux de toile 
ou de caoutchouc servant a Parrosage ; 
-, (4A). V. born*. 

B6rnI6, adj. (4T) : borgne. On chu 
bdrnXd (4T) [un chou borgne]. 

Bornlon (a-), loc. adv. (6A) : a taton 
dans Tobscuriie*. A la bornlon (4 A), 
mime sens (forme* sur borgne). 

Bornu, adj. (G ; 8M) : rempli de 
trous, de cavitis. Se dit des troncs 
d'arbre, des raves, des pommes de 
terre. V. bornalu. 

Bdr6, sm. (4AI). V. bd. 

Bord, sm. (4Abj : enfant gros et 
gras, mais de petite taille ; borotd se dit 
d'une femme. 

Boroche, sf. (iDm ; 4A'g ; 5 A', At) : 
bourrache. 

Boron, sm. (4A): l'oeil qui est le plus 
rapproche* de Tempatement d'un sar- 
ment de vigne ; — , (6A) : personne cor- 
pulente qui mange beaucoup. 

Borotd, vn. (aAj) : bouder. 

Borot&, boriri, sf. (4Ab) : femme 
fluette et de petite taille. 

Bordudft, va. (6A) : fouler le raisin 
dans la cuve. 

— , tourmenter ; infliger de trop M- 



BORN-BOSQ 

quentes ou de trop fortes corrections. 

Bon&, sf. (4T,R,Ab; 5At) : bourse. 
Can ma borsd fd tin-tin, td f mandd £ 
mon cosin ; mi can U fd ta-tb, td V 
mandd s'in va (4T) [quand ma bourse 
fait tin-tin (est pleine), tout le monde 
est mon cousin ; mais quand elle fait 
tata (quand elle est vide), tout le monde 
s'en va]. Can ta borsdfd trintrin, td le 
monde £ ton vesin [voisin], can € X apt 
re* dedU [plus rien dedans], 16 jalou £ 
son conti [les jaloux (ils) son t contents]. 
Chd qd chu£ de si bitU a chui de sa 
bdrsd (6Am) [celui qui a soin de ses 
animaux domestiques a soin de sa 
bourse]. — d'incord (4T) > — dicord 
(5 At) : bourse a pasteur (plante). 

Borson, sm. (6A) : petite poche a la 
ceinture du pantaion. 

Bort6s&, sf. (4R) : animal de^oO- 
tant, repoussant. Se dit aussi des per- 
sonnes. 

BortifaUe, sf. (iDb) : mangeaille; 
frl. pop. : boustifaille. 

Bora, adj. (4T,A) : bourru. 

— , sm. (4T,A) : un bourru; vin 
bourru. Se dit igalement du vin blanc 
nouveau, qu'on appelle vin ford, 

Boryan, sm. (4R) : traitre, homtne 
diloyal. On cou d' boryan [un coup de 
traftre]. 

Bory6, sm. (4T,A) : bourreau. Par 
extension de sens, boryd, ddd, (4T,A) : 
homme ou femme qui commet des ac- 
tes de cruaute\ 

Bory6da, va. (4T,A). V. f bour- 
reauder. 

Bosar*, sm. (6 A) : anus. 

f Bosculer, busculer, va. (G ; 4T, 
A): bousculer. 

Boaire, sf., ou coed bosiri, (4Am) : 
ver blanc. 

Boson, sm. (yh) : bouillon-blanc 
(plante). 

— , (4T» A ) : a ufs que certaines mou- 
ches diposent dans la viande ; poson 

(4R). 

Bosq^ sm. (8 A) : bouquet, trochet; 
— de cirigi [bouquet de cerises] ; — di 
nui [trochet de noix]. 



Digitized by LjOOQIC 



BOSS-BOU 



61 



Bdssi, sf. (6U) : tonneau. 

Boss*, sf. (4T,A,R; 3S) : bosse; 
bdssi (4A,AI) ; boc'he (3S'). Syn. : cdcd 
(4A,AI). 5* fire onnd bossi (4T,A) [i # 
se faire une bosse au front par suite 
d'une chute, d'une contusion ; a* rire, 
se faire du bon sang]. £>' mi sift onnd 
bossi | A cla chancrd di nod ; \ 
Jami cT n'i tan risu ! | Mdre, amortd 
f crvisu (4A) [Je me suis fait du bon 
sang a cette maudite noce; jamais je 
n'ai tant ri ! Mere, Iteignez la lampe]. 

— , sf. (4T) : gros tonneau ; bosse 
(6Ac,Am,Bq ; G) ; bdssi (4R). 

Boese, sf. (3Cn) : bouche. 

B6ss&, f frl. bdsse, sm. (4A) : maftre, 
patron. Syn. : singe, en argot d'atelier. 

Boss£t&, sf. (6A) : petit tonneau 
(dimin. de bosse). 

f Bossette, sf. (G) : grand tonneau 
d'environ mille litres, qui sert a rentrer 
la vendange. 

Bossi, va. (4T ; 2 A) : battre, frapper. 
Y e tin di bossi V beurd (4T) [il est 
temps de battre la crtme pour faire du 
beurre]. Qi tri, q'i bossi, q'i crivi 
<4Tj) Lqu'il tire, qu'il donne des coups, 
qu'il creve] (il s'agit de I'esprit follet). 

— , vn. (6Gv) : 6treen chaleur. 

Bossi, sf. (8Bf) : tonneau; bouche. 

Bossoa, sm. (4T,A) : buisson ; bo- 
c'hon (3S'); bwisson (5At). 

Bossu, swa, adj. (4T,A) : bossu ; 
bofu, bof&d(2A). 

Boetar, sm. (6A) :boeufa robe b rune; 
en parlant d'une vache on dit bostdrdd. 

BostardA. V.bochardA. 

Boste, sf. (6 Ac) : bouche. 

B6ste, sf. (6 A) : tas de bois de chauf- 
fage ; groupe de grappes sur le meme 
cep. 

Bostfi, sm. (6A) : bouc; verge du 
fleau a battre !e ble\ 

— ,sm. (6A) : javelle de bl6 noir ; — 
(6B): raiponce en Epi. 

Bostyi, boustya, sf. (6A) : bou- 
chee. 

Boti, sf. (4T,A) : botte (chaussure 
de cuir). 
— , : quantity d&erminEe d'objets de 



mfime nature lie's ensemble. Au lieu de 
botd, on dit aussi, quand il s'agit d'as- 
perges, de carottes, de cardes poises : 
paq'i (4T,A), quand il s'agit de poi- 
reaux : iJasse (4T,A ; G), et quand il 
s'agit de poires pingtton (4R). 

B6t&, sf. (4AI) : onglon (d'un boeuf 
ou d'une vache), sabot (d'un cheval) ; 
— , (6A) : socque. 

Botarwa, sf. (4Ab) : borne placed le 
long des chemins (bouteroue), et appe- 
l£e ailleurs chasse-roue. 

Botes, sf. (4T,A) : boutique ; botictf 
(5C). 

Botelion, sm. (8B'm) : primevere 
officinale. 

Boter6, sm. et adj. (6A) : hommede 
petite taille, gros et ventru. 

Boti, sm. (4T,A) : bonier. 

Botna, va. (4T,A) : boutonner. 

— , vn. (4T) : produire des bulles 
d'air (en parlant d'un liquide) ; entrer 
en Ebullition, commencer a bouillir. 
T-ou q' la spa botoni ? (4T) [est-ceque 
la soupe commencea bouillir ?]— ,(4T) : 
bourgeon ner. 

Botnye, sm. (6Ac,Gv) : bouvreuil. 
Du mot boton ; litt. qui mange les bou- 
tons des arbres. 

BotolIS, sf. (4T,A,Ab) : bouteille ; 
botilti (8Bf). 

Botolion, sm. (4T,A,R) : barillet de 
trois a six litres ; au fig. : petit homme. 

— , (4AI) : gourde. 

Boton, sm. (4T,A) : bouton; — 
(6Gv) : moyeu (d'une roue) ; — , (yh) : 
gratte-cul (fruit de I'Eglantier). Boton 
d'dr (4T,A ; jSr ; 5 At) : bouton d'or 
(nom vulg. de la renoncule acre) ; — , 
(5At) : trolle d'Europe. 

Botonehir, sm. (7Jr) : Sglantier. 

Bots&r, Ard&, arda, (8M). V. bo- 
char. 

BotsS, sf. (8B',M) : bouche. 

Botsft, sm. (8M) : bouc. 

B6u, sm. (4T,A; 6Ac) : Stable; — , 
(6Ac) : £curie. 

Boa, sm. (3Ca ; 5M ; 8Bs,Mc) : tau- 
reau ; — (5A ; 6A ; 8M) : boeuf. On vd 
sovi on stari verii, can 16 bou tirdn 



Digitized by LjOOQIC 



6a 



BOUB-BOUR 



pdpari (6A) [on voit souvent un cha- 
riot verser, quand les boeufs ne tirent 
pas Egalement]. 

— , sm. (4Ab) : grenouille verte. 

f Boube, sm. (G) : enfant; jeune 
bouvier ; jeune p&tre. 

Bouch6, sm. (4AI) : sauvageon , 
jeune arbre non greffe* ; enfant sombre, 
petit pour son age. 

f Bouch6re, sf. (4T,A ; G) : ba- 
bouin, barbuquet. 

Bouchevan, sm. (6B) : scabieuse. 
* Bouchi, lrfc, sm., sf. (4T,A) : bou- 
cher, ere. 

— , va. (4T,A) : boucher. 

Bouchi, vn. (6Ac) : e"tre en chaleur. 
(Ne se dit que des chevres.) 

Bouc'hi. va. (3S') : battre, frapper. 

Bouchon, sm. (4T,A) : bouchon. 

BouchyA, sf. (3 Be) : bouchle. 

Boudann&, sf. (4T,A) : espece de 
fromage maigre, fait de lait de vache. 
Dans le frl. boudane. 

Boufa, vn. (8M) : bafrer ; frl. bouffer 
= manger avidement. 

Boufle, sm. pi. (3S') : balles les plus 
grossieres du ble\ 

f Bougiller, bougillonner, vn. 
(4T,A ; G) : bouger sans cesse. 

f Bougillon, sm., onne, f. : enfant 
qui ne peut se tenir en repos. 

Bougralyi, vn. (4T,A ; 3S) : s'occu- 
per de petits riens, de petit s travaux 
manuels; tripoter. Frl. : bougrailler 
(4R). Derive* : bougrallon, polisson. 

Boutt,sf. (6Ac; 8B'm,M ; 3S') : les- 
sive ; f bouye (G). 

— , sf. (6A) : g^nisse de trois a 
douze mois ; au-dessus de cet age, on 
dit mo^e, mojht. 

t Bouillon, sm. (4T,A ; G) pris 
au fig. signifie 1 * averse : nous aurons 
cesoirdu bouillon; 2' comme en fr., 
boire un bouillon signifie e"prouver une 
perte considerable. 

Boulon, sm. (iT) : blanchissage au 
savon ; savonnage; — (G et 8M) : pe- 
tite lessive. 

BouHft, sf. A. Constantin n'a pas 
releve* ce mot, et je nesais a quelle locar | 



lit^ rattribuer. Onofrio (au mot boilla) 
mention ne bouille comme Savoyard ; il 
cite deux vers de la Joyeuse Farce d'un 
Curia (curial) qui trompa par finesse 
la fern me d'un laboureur (1596), ou 
bouille a le sens de jeune fille : Y \ia de 
bouille en ceta vella, \ Mai de trey [il y 
a des jeunes filles encette ville, plus de 
trois]. 

Les formes similaires des patois lyon- 
nais, bressan, maconnais, ont la m£me 
signification. Onofrio dit en terminant: 
« Je ne trouve dans les autres patois 
aucun analogue a ce mot, dont le radi- 
cal ne m'est pas connu et dont Fusage 
paralt limits aux provinces qui avoisi- 
nent le Lyonnais. » 

Puitspelu cite (au mot bollf) le lyon- 
nais et le forez. bdye (bd-ye), le br. bo- 
lia f Tori, boile et le sav. bouille. II dis- 
cute trois Etymologies, dont aucune ne 
le satisfait entierement. L'£tym. bocula 
semble la plus vraisemblable. Boulte 
ne serai t autre alors que bouXd pris au 
fig., mot qui a 6A signifie jeune g£- 
nisse. Boulte n'a pas d*£quivalent dans 
les Glossaires de Bridel, de Gaudy, 
de Humbert, de Brachet et de Gil- 
lieron. Faut-il voir dans ce mot une 
variante de bolyi ou bolU ? 

Bouly6, sm. (3S) : croute seche qui 
se forme sur une plaie ; escarre. 

Boun&, sf. (4T, A ; 6A ; 8B'm) : bor- 
ne, limite. 

— (6A) : enfant qui est petit pour son 
age. 

— (3S' ; 8B'm) : tern. deTadj. bon. 
Bounft, vn. (5A'b) : se bonifier; 

abonnir; bound (4Ab). 

— , va. (4T,A) : borner un champ. 

Bound, vn. (4 Ab) : refuser de manger. 

f Bouquet. Dans le frl., peut signi- 
fie r une fleur des champs Ipanouie : 
J'ai vu un beau bouquet rouge dans un 
champ de ble\ On l'emploie aussi dans 
le sens de « pot ou vase a fleurs » : 
Rentre les bouquets. 

Bourft, va. (4T,A) : bourrer; presser 
quelqu'un contre quelque chose ; pous- 
ser avec fracas une porte. — f bour6> 



Digitized by LjOOQIC 



BOUR-BOUR 



63 



(3Be); — le bur (3S') [battre la cre"me 
pour faired ubeurre]. (Dans le frl. : bat- 
tre It beurre. 

Ni me* bourd dan pd (4T) [ne me 
pressez done pas]. La diligince iti 
plennd com on-n wa ; on-n M td bourd 
lou-% on contri lou%- dtrd (4T) [la dili- 
gence e'tait pleine com me un oeuf ; nous 
etions tous presses les uns contre les 
autres], Cwi % t-ou qi bouri U pourte* 
com cin ? [qui est-ce qui pousse les 
pones com me ca ? (avec tant de fracas)]. 

— , vn. (4T) : souffler avec force (en 
parlant du vent). 

— , sf. (4T,A) : bourse (votee de 
coups) ; averse. V. f bourr6e. 

BouratA, riatft, va. (8M) : battre la 
creme pour faire du beurre. 

Bourdi, va. (3S') : pousser fort par 
derriere un v^hicule trop charge. 

Bourdla, sf. (3S) : gros travail fait 
en peu de temps. 

Boure, sm. (3C) : raiponce en 6pi. 

f Bourguindte, f. (G) : Paysanne 
(Bourguignonne) du Jura. Voire femme 
est aussi marchandeuse qu'une Bour- 
guindte. 

t Bouri f bouri f (G, comme dans 
la Bresse) : cri pour appeler les canards. 
A Rumiliy et a Albens : court I court ! 
Dans le patois vaudois, la femelle du 
canard s'appelle bouritd. 

tBouriUon, sm. (G) : nombril. 

Bourire, sf. (3S') : baratte. 

Bourna, sf. (4T; 6B) : creux dans un 
arbre ; grotie, excavation naturelle dans 
un rocher. 4 

Cheminee particuliere aux chalets. 
(Cette sorte de chemin^e prend nais- 
sance au milieu du plafond de la grand e 
chambre; elle est carrie et formed de 
quatre parois en planches; a sa base 
elle mesure de a a 3 metres ; au som- 
met elle a environ 0*70.) On y accroche 
les jambons pour les fumer. 

La bournd du rndr (4T) [la taniere 
du renard]. La —fonme* (4T; 6A) [la 
cheminee fume]. 

Parmi les drive's et les composes de 
bournd, citons borne" t bornld, bornald, 



bornu, bornalu, bornatsi, borne* td, ca- 
bornlon, cabournd, f bourneau, f ca- 
bourne, f s'encabourner. 
— , sf. (6A) : borne, limite. 

— (6A) : petite hutte. 

t Bourneau, sm.(4T,A;G). V.born6. 

Bournld, adj. (4As,Ab) : borgne, 
aveugle ; bdrnld (4R). Syn. : biclid (4 
T) ; bicld (4A). Dans le frl. le pleo- 
nasme borgne d'un cei/esttres frequent 
et s'explique aise'ment par le besoin de 
clarte\ (Borgne en effet s'emploie sou- 
vent comme synonyme d'aveugle, pour 
designer une personne privet comple- 
tement de la vue). 

Bourd, sm. (4AI ; 3Be ; 8M) : beurre ; 
bourrd (8 B'm). Bourd V — (3Be) [bat- 
tre la crime pour faire du beurre]. 

Bouron, sm. (3S') et bouru (lafi) 
(3 Be) : babeurre. 

f Bourreaude, sf. (4T,A ; G) : 
femme qui commetdes actes de cruaute*. 

f Bourreauder, va. (4T,A ; G) : 
tourmenter, maltraiter. 

t Bounce, sf. (4T,A,R ; G) : rebuf- 
fade, riprimande faite avec e*clat; — , 
(4T,A,R) : votee de coups ; — , (4T,A, 
R ; G ; 6A ) : presse, travail acharne\ 
mais de courte durie ; — , (4T,A,R ; 
6 A) : averse accompagnde d'un grand 
vent et de coups de tonnerre ; bourras- 
que. Nous avons une bourrie a la 
fin de Tanne*e [une grande presse, ou 
une quantite* decommandes]. Par bour- 
ses [par moment et avec force] : tra- 
vailler par bourries. 

t Bourrer, va. (4T,A) : presser con- 
tre ; — , (4T,A ; G) : pousser avec fra- 
cas une porte. 

— (se), (G) : se battre. V. bourft. 
Au jeu de billes, les enfants disent 

s'y bourrer, en parlant de celui qui lance 
trop \ivement une bille : tu t'y bour- 
ns. 

f Bourrin, sm. (G) : brisures de 
menu bois qui se d&achent des fagots 
entassls. Se rapporte au francais bour- 
rie (fagot de menues branches qui 
n'ont pas plus de a centimetres de dia- 
mctre ; le fagot proprement dit contient 



Digitized by LjOOQIC 



64 



BOUR-BRAG 



des branches dc a a 8 centimetres d'£- 
paisseur). 

t Bourrique (cheval, ane, anesse, 
maigres et ch£tifs). Dans le frl. ce mot 
est g£n£ralement du genre masc. 

f Bourron, sm. (4 A) : baguette de 
fusil ; instrument servant a bourrer les 
petits canons de bois de sureau (petards), 
les bottes, clifoires, etc. 

Bouryg, sf. (8A) : rhododendron. 

Bdusa, sf. (4T) : bouse ; beusfi (4A); 
bdsd, bdwsd (4AI). Q dmerd p6 mldu : 
birS U san d'on pindu u bin mjhi rii- 
poriti cwitd u solwi ? (4T) [qu'aime- 
riez-vous mieux : boire le sang d'un 
pendu ou bien manger un gateau cuit 
au soleil] ? R£p. : 16 pin, na bdusd. 

Boust6, sm. (6A). V. bouch6. 

BoustifallS , sf. (4T,A,R) : provi- 
sions de bouche ; f boutifaille (G) ; 
boustifaille (4A). 

Bouta, sf. (6A) : poign£e (de ble\ de 
foin). 

Boutla, sf. (4A) : bouch£e. 

— , pp. (4A) : Douche* ; pin boutla [vin 
bouch£, vin fin]. 

Bouva, sf. (7Jr) : c6ne de pin, de 
sapin. 

Bova, sf. (4T,A,R; 5C) : troupeau 
debceufs; legros b£tail d'une Stable; 
— y (4AI) : Stable d'un chalet ou il n'y a 
quedesvaches; (ratable des habitations 
d'hiver s'appelle a Leschaux bdw, bd) ; 
— , (6A) : le gros bewail d'un chalet ; on 
l'appelleaussi bopdson ; — , (5C) : £curie. 
Cwi 7-ou qe pa tote le ni diin la bovd 
breudd le fin parmi la patle ? (5C) 
[qui est-ce qui va toutes les nuits dans 
F^curie meManger le foin avec la paille ?] 

Bovache, sf. (8A) : c6ne de pin, de 
sapin. 

Bovarte, vn. (6 A) : £tre en chaleur 
(se dit des vaches). 

Bovason, sf. (6A) : gros bewail d'un 
chalet. 

Bovata, sf. (6Am; 7J ; 8A) : c6ne 
de pin, de sapin. 

Bovata, vn. (6Gv,Ac) : £tre en cha- 
leur (se dit des vaches). 

BdvatsS, sf. (8B'm) : c6ne de sapin. 



Bov6, sm. (aSm) : taureau. 

Bor&e, sm. (4T f A) : jeune taureau, 
bouvillon ; — , (1 Ab,Db,E; aJj ; 3Rp): 
taureau ; — , (4T,AI ; 7 J ; 8 A) : colchi- 
qued'automne; — , (4T,A) : bouvet 
(sorte de rabot). 

Bov6ron, sm. (4T,A,A'g) : jeune 
bouvier, pique-bceuf. 

Bov&ta, sf. (6Ac) : colchique d'au- 
tomne ; cone de pin, de sapin. 

Bovi, sm. (4T,A,R) : bouvier. 

Bovire, sf. (4T,A,R) : fern me d'un 
bouvier. 

— , sf. (4T,A,Ab) : ver luisant. 

— (4T) : courge vide>, dans Tinteneur 
de laquelle on peut mettre une chan- 
delle aliunde. Dans les environs d'An- 
necy, on placait autrefois ces courges 
sur le bord des chemins, apres y avoir 
fait des trous figurant le nez, les yeux, 
la bouche, pour effrayer les poltrons. 
On appelait ces courges titd de md 
[t£te de mort]. 

— (4AI) : bergeronnettes. 
Bovna, sf. (4T) : gros bewail d'une 

Stable. 

Braca, sf. (4T) : femme braque, ^tour- 
die; — (3T) : bavarde. V. bracd, msc. 

Bracalyon, sm. (4T) : petit e*tourdi. 

Bracha, sf. (4A) : brassee de foin, 
de bois. 

Bracd, adj. (4T), au f6m. bract : 
braque, e*tourdi. 

Brac6, sm. (6A) : clou a deux t£tes 
pour gros souliers. 

Brafa, sf. (4T) : brassed de bois, de 

^foin ; brafla (4Ab,AI) ; bracha (4A). 

Syn. : fdchnd (4T,AI) ; inboutd (4T, 

A'g); inboutd (iEp); iboutd (4A,A1). 

— , va. (4T) : brasser. 

Brafa, sf. (4T,A) : f brafe (G), fem- 
me vive, qui parle beaucoup, s'agite de 
mtme et fait tout de travers, faute de 
reflexion. 

Brafaljon, sm. (4T) : se dit d'un 
homme qui a les deTauts d'une brafl ; 
se dit aussi d'un homme qui aime a fu- 
reter. 

Braila, sf. (4Ab,Al). V. brafa. 

Brag6, sm. (8M; 5C) : brasier. 



Digitized by LjOOQIC 



BRAI-BRAQ 



65 



f Brailtee, sf. (4T,A ; G) : cris, pa- 
roles prononcles en brail lant ; gronde- 
rie. Tu m'essourdilles avec tes brail- 
lies (G) [tu m'assourdis a force de 
brailler]. Peu a peu il se facha et nous 
blunt brailUe(4.T,\ ; G). (Humbert.) 
f brailler ie(^Y, A) : finissez-vous bient6t 
voire brail lerie? (4T). 
Bralyi, vn. (4T,A) : brailler. 
Bram&-fan (4R); branmd-fan (4T): 
enfant qui demande toujours a manger. 
Nom de lieu assez r^pandu en Savoie 
(comme dans le Lyonnais, dans le 
Dauphine* et g6n£ralementdans leMidi), 
soitqu'il rappelle une ancienne famine, 
soit piutdt quil d^signe un terrain 
sterile. 

fBr&me-e, sf. (4T,A ; G) : cri, hur- 
lement. Faire, pousser des brdmies. 

f Bramer (d long), vn. (4T,A ; G) : 

seditdespersonnes pour crier, vocife*rer; 

se dit en outre des veaux, vaches et 

boeufs pour mugir, beugler. En patois 

bramd (4T,A,R) (en parlant des per- 

i sonnes) ; branmd (4T) ; bramd (3S') 

(en parlant des veaux, vaches et boeufs). 

Dans son Glossaire, Onofbio fait un 

i certain nombre de citations empruntles 

I au patois Savoyard. Entre autres, il rap- 

1 porte (au mot brama) les trots vers sui- 

vants, tir£s de La Joyousa Farsa de 

Toannou du Tr eu (iSg^): Y sefecha 

en grand colere \ Ebrammave com' on 

pati I En appelant to sou archi. [II se 

mit en grande colere et criait comme 

un marchand de chiffons, en appelant 

tous ses archers]. 

Remarquons que bramer (d bref) ne 
se dit plus en francais que du cri du 
cerfet du daim. Pour cetle restriction 
du sens, cf. braire, dont le sens primi- 
tif est crier (en general), puis spe'ciale- 
ment en parlant de Pane. 

Bran, sm. (4T) : cri lugubre, hurle- 
ment. 

BrancA, va. (4T,A) : braquer ; f bran- 
quer(G;4T,A). 

Brancar, sm. (4T) : brancard (ci- 
viefe a bras) ; brancdr (4AD) ; brancd 
(4A). 



Branche, sf. (4T,A) : branche. Syn. : 
biold(\ Dm). 

Dict. Anal. : Branche de sapin se dit 
did d sapin (4T,A; SA');senyon (3S*); 
gald ( 4 A'g). 

Forgald ( 4 T, A, A'g,AI) ;frugald(6V); 
frinald ( 1 Ep) signifient une grosse bran- 
che avec ou sans bifurcations. 

t Brand, sm. (G) : meche soufr^e 
qu'on brule dans les tonneaux. Ce vin 
est bon, mais il a le goat de brand, 
c.-a-d. un gout de soufre. (Humbert.) 

Brande, sf. (3S*): fane (tiges de 
pommes deterre). 

f Brandenailles, sfp. (G) : blan- 
chaille, menu fretin. 

t Brander, va. (G) : meaner un ton- 
neau. 

Brandevnii, sm. (iTs) : celui qui 
fait feau-de-vie. A Sciez (iTs) Peau-de- 
viese dit ddevi et non brandvin. Comme 
on le voit, si le simple a disparu, le 
derive* existe ; ddevi, plus recent ou 
plus fr£quemment employe* que brand- 
vin, a fini par supplanter ce dernier 
mot. 

Brandon, sm. (3S*) : petit seau en 
sapjn de forme ovale ; on le porte a la 
main par une des douves qui d^ passe 
les autres. 

Brandvin, sm. (4T,Tg,Aa ; 6A ; 8M, 
B'm) : eau-de-vie. De Tall, brandwein, 
eau-de-vie. 

BranU, va. et vn. (4Aa ; 3S\T) : 
branler, secouer. 

Branl&-fat&, sm. (6A) : faineant. 
De Jatd (poche) : le branld-fatd va se- 
couer ses poches, semer son argent de 
cabaret en cabaret. 

Branm&, sf. : brgme, poisson (patois 
du Bourget). 

Branma, vn. (4T). V. f br&mer. 

£ Branquer, va. (4T,A ; G) : bra- 
quer. 

Branzin, sm. (4T) : marmite; bron- 
V" (4A). 

BranznA, sf. (4T) : le contenu d'une 
marmite ; bron%nd( 4 k). 

f Braque, adj. (G) : vantard, ha- 
bleur. 



Digitized by VjOOQ IC 



66 



BRAS-BREC 



Brfts&, sf. (4T,A) : braise. Dans lefrl. 
le mot braise ne s'emploie au sing, que 
lorsqu'on parle d'un seul charbon ar- 
dent : j'ai pris une braise. Dans tout 
autre cas nous employons le pluriel: 
acheter des braises ; £touffer les brai- 
ses ; tomber dans les braises [acheter 
de la braise, £touffer la braise, etc.]. 
Argot : il n'a pas de braise [il n'a pas 
d'argent]. 

f Brasaille, braisaille, sf. (G) : me- 
nu charbon de bois, poussier de char- 
bon. V. brSsallS. 

Brftsi, sm. (4T) : brasier; bragi 
(8M). 

BrasoU. V. br&oM. 

Brassft, va. (8M) : brasser. 

— , sf. (4A) : ccrtaine quantity de mor- 
tier fait en une seule fois. Dans le frl. 
brassie. 

Brass&-coq£, sm. (6 A) : c6libataire 
qui prepare lui-m6me ses repas. Litto- 
ral. : brasse-ceufs. 

Brasse, sf. (4T) : brassed, espace 
qu'un nageur peut envelopper en e"ten- 
dant les bras; brasse (G). Brachia a 
produit un sf., comme tant d'autres 
pluriels neutres. Le sens primitif est : 
les deux bras, puis ce que peuvent con- 
ten ir les deux bras. Brace ou brasse a 
donne" embrasser. La forme masc. bras 
vient du sing, bracckium. 

t Brass^e. Se battre a la brassie (ou 
a brasse-corps) (G) : lutter a bras-le- 
corps. 

f Brassie de mortier (4T,A) : melan- 
ge de chaux et de sable brasses en une 
seule fois. 

Brassire, sf. (4T,A,R) : brassiere. 

Bravamftn, adv. (4T) : bravement, 
courageusement ; en grande quantite* ; 
bravamen (3S* ; 4Aa) ; bravami (4A/ 
Ab,Al). 

f Brave. V. br&vd. 

BravSe, 3t&, adj. (8M) : joli, gra- 
cieux, mignon ; f bravet, ette (G) : que 
notre Elisa Otait bravette avec son cha- 
peau rose ! (Humbert.) 

Br&vd, adj. (4T,A,R) : brave. Syn. : 
crdnd. 



Ce mot a tres sou vent, surtout au f£m. r 
(comme le frl. brave) le sens de joli, ele- 
gant, bien mis, coquet. Brdve* fttii t 
ablVissin-no (4A'm) [belles filles, habil- 
lons-nous]. Lourdd ghatd, brdv6 mnon 
(4T) [vilaine chatte, joiis chatons ; se 
dit d'une personne disgracile de la na- 
ture qui a de beaux enfants]. 

On brap* omd [un brave homme, un 
honn£te homme]. 

BrayS, sfp. (8M) : braies (sorte de 
pan talon large). Du celtique, par le la- 
tin braca. 

Br$, sm. (4Ab,Al,R; 5C): bran, son 
grossier. Le deuxieme son, plus fin, 
s'appelle rcold, f reculies. V. bren, 
dans Onofrio. ' 

Br6, sm. (4T,A,Ab,R; 6A) : bras ; 
6r#(8B'm) : bras. Ifassi talamin cho 
q& 16 V mandd iti in bri di chmisi 
(4T) [il faisait si chaud que tout le mon- 
de £tait en manches de chemise]. Aux 
Echelles,ondit tire en bras de manches. 

— , sm. (6A,Am) : berceau. V. bri. 

Brgbannft, vn. (4T) : vagabonded se 
promener sans but ; bribander (G). Le vx. 
fr. a brimber, mendier. (V. Godefroy.) 

Brebloz (brebld) , sm . (1682, iA): 
palonnier, piece du train d'une voiture 
a laquellcsont attache's les traits. 

Br£c&, va. (4T ; 6A ; 8M) : broyer, 
maquer le petit chanvre ; bricatd (4A). 

— , (4T) : frotter. Ui bd bricd li-\ 
alm'iti, V vuldn pdfiri (4T) [j'ai beau 
frotter les allumettes, elles ne veulent 
pas s'enflammer]. 

— , sm. (6A) : petit chanvre; brScd 
(6Gv). 

f Brecaillon, brocaillon, sm. (G) : 
soldat mal Iquipl. 

Breci, va. (4T,A,R) : bercer; brici 
(4A); brichi(6A) ; brie' hi (3S') ; bre- 
c'hi(SS'). 

Brecire(4Al): planche mobile qu'on 
fixe par des crochets au bord du lit pour 
y poser le berceau. De cette maniere la 
mere a son enfant a c6te* d'elle, pen- 
dant la nuit. 

BrecolS, sm. (4T,A) : roulette d'en- 
fant ; f bregolet (G). 



Digitized by LjOOQIC 



Brtda, sf. (4T, A) : bride ; bBrdd (4 Al). 

Br6d&, va. (4T,A) : brider. 

Bredon, sm. (4T) : petite bride, bri- 
don ; bredet ( 1 680, 1 A). 

f Bredouillon, sm., (6m. bredouille 
(4T,A,R ; G) : i* bredouilleur, euse ; 
2' personne qui agit avec precipitation, 
a I'ltourdie et sans soin. Pas une chose 
n'est remise a sa place, tu es un vrai 
bredouillon (4T). En patois bredoulU 
(4T,A) pour les deux genres et bredou- 
lion, 

Bredoulyi, vn. (4T,A) : bredouiller 
(parler d'une maniere peu disuncte) ; 
bridolyi (4A!). 

Br*dz*c6, sm. (8M). V. brbtfigo. 

Brte, 8U, adj. (6A) : Na fid brStd 
[une brebis sans comes]. V. mot&. 

BrefaU, vn. (3S') : tourner (se dit 
du Iait qui en cuisant se trouble). — , 
(4A) : monter (se dit des choux-fleurs). 

Brdg'nA, va. (4T) : attiser le feu ; 
borg'nd (4T,Aa; 3Be); frtg'nd (6A); 
frigoner (jh) ; forgoundr (8Bf) ; for- 
^ , «d( 4 T,A t g;3Be). 

Brftgd, sm. (4A,Aa,R ; 6B) : rouet ; 
— , (6B): jouet d'enfant. V. rd£. 

f Bregftcer ou bregocher, vn. (G) : 

?aquer a de petites occupations ; net- 

toyer une chambre en s'agitant plus 

qu*il ne convient ; faire l'empresse\ 

Bregolft, adj. (3T) : bigarrl, bariole\ 

BregolS, sm. (2 Aj) : petite charret£e 

de foin. 
f Bregon, sm. (G) : domestique 

alerte, mais bruyant. Probablement de 

brigd. 
Brggonft, va. (4T,A) : attiser le feu. 
t Bregonner, bregouner, vn. (G) : 

faire du bruit en se tr£moussant dans 

ses occupations. Probab. de brigd , 

rouet. 
Brtt, sm. (8B'm) : bras. 
Brdion, sm. (4T) : rouleau en bois 

servant a 6 tend re la pate, 
f Brelaire, sf. (G) : personne 6va- 

por£e. lloublietout, il embrouille tout ; 

c'est une brelaire, ou c'est une tite de 

brelaire [c'est un 6tourneau, ou c'est 

une t£te de linotte]. 



BRED-BREN 

Br&lan, sm. (4T) 



v 67 
balancoire. Etri 
su r brilan [h^siter, 6tre indecis], A 
Geneve on dit : itre en balan, ou sur 
le balan. V. balan. 

BrSlanchi, vn. (4T,A) : vaciller, 
n'Stre pas bien ferme ; f brelancher (G) ; 
— (sS), (4A) : marcher en chancelant. 

Brelandft, vn. (3S). V. brekU. 

Brelin, sm. (6B) : nielle (maladie 
des grains). 

Br£ling&, sf. (4T) : voiture en mau- 
vais £tat ; brelingue (G). 

Brelingft (ad), vp. (4T) : se prome- 
neren voiture. 

Br81oc&, sf. (4T) : personne sans ju- 
gement qui ne sait que bavarder ; bre- 
loque (G). Cest un sens fig. Lesens pri- 
mitif se retrouve dans breidcd (6A).: 
mauvaise montre. En fr. breloque si- 
gnifie : petit bijou qu'on attache aux 
chafnes de montre. 

BrSloda, adj. (4T) : d£chir£, use*. 

Br£l6d£, sfp. (4T) : lambeaux, lo- 
ques ; f brelddes (G). 

f Brelurin, brelnron, sm. (G) : 
Itourdi, tapageur. 

Brftlye, adj. (6 A) : cassant. Se dit 
du bois qui se casse facilement quand 
on le courbe ; brild (4R). 

Br6n, sm. (4T) : bran, son grossier 
qu'on obtient a la premiere mouture ; 
bren (3R,S'; 4Aa) ; bri (4Ab,Al,R ; 
5C). 

Brenda, sf. (iT; 2A ; 3B,T; 4A, 
Ab) : espece de hotte faite en douves 
de sapin ; brindd (4Aa*) ; f brende 
(G; iT; 2A; 4A). 

Outre la hotte ordinaire (lotd), faite 
en osier et qu'on porte sur le dos au 
moyen de bretelles, on emploie en Sa- 
voie deux especes de hottes d'une for- 
me diff£rente. L'une est en douves de 
sapin et non en osier; elle se porte sur 
le dos et sert surtout au transport des 
liquides. Cette hotte n'est guere connue 
au sud de la valine de l'Arve. Elle s'ap- 
pelle brendd. 

L'autre a une forme tres particuliere. 
Elle se pose sur le cou et les Ipaules. 
Le panier est en osier ; deux bras de 



Digitized by LjOOQIC 



68 



BREN-BREY 



bois d'un metre environ, entre lesquels 
Thorn me passe la t£te, servent a la 
maintenir sur les Ipaules. On 1'utilise 
surtout pour transporter la terre, la ven- 
dange ou le fumier, la ou Pacces des 
v£hicules est impossible. Elle n'est em- 
ployee que dans le midi,a partir de la 
vallee de FArve. On Fappelle : beniton 
(6U) ; v. ce mot ; bSnitd (4T,A) ; be- 
ndton (6A) ; cassd-cou (4Ab) ; paradi 
(4A,Ab). 

— , sf. (4 Ad) : grand seau en bois. 

Brendd, sf. (4A,Ad) : hott£e (en par- 
lant de la hotte en douves) ; f brendie 
(G; 4A). 

t Brenique, interj. (G) : bernique. 
Je comptais sur sa visite, mais breni- 
que I il n'a pas paru. BarnicU (4R). 

BrdnlA, va. et vn. (4T,A) : branler, 
secouer (un arbre). 

Brenla, sf. (iT,D) : hotted (en par- 
lant de la "hotte en douves); brenld 
(3T); br£nld{SBe). 

Brdnld, sm. (4T,A) : branle ; ronde 
(danse en rond). 

BrdnltA, sf. (4T,Ag) : ciboule; bren- 
lietd (4AI; 8A); f brenlette (G). 

BreqS, sm. (6Ac,Gv ; 8M) : broie, 
maque ; b^rquS (4AI). 

Brdqin, sm. (4T) : petit chanvre ; 
btrqin (4AI). 

BresalI6, sf. (4T,A) : menu charbon 
de bois, .poussiere de charbon de bois. 

Bre86g6, sm. (5C) : feu de joie. 

Brdsilie, sf. (4A) : brindille qui est 
rested incompletement bruise autour 
de 1'atre. SS cmS <T brSsilU (4A) [tres 
sec]. 

Br&solft, va. (4T,A) : rissoler, r6tir, 
griller. Se dit principalement des cha- 
taignes r6ties dans leur peau ou qui 
ont Itl simplement rissoles pour en 
detacher la pelure inte*rieure ; b8r%old 
(4AI ; 3Be) ; brasoid, brisold (6A). 

Dans le frl. bresoler, brisoler : tr6- 
pigner, bruler du d6sir de faire quel- 
que chose. II brisole d'etre marie" (G). 

— , sf. (4T,A) : lecontenu d'une po£Ie 
a frire. Na brSsold d' chdtanU [des 
chataignes r6ties]. Na bSr^old d$ tar- 



tiflt (3 Be) [pommes de terre sauteesau 
beurre, fricassee de pommes de terre]. 

f Bresoleuse, sf. (G) : femme qui 
r6titet vend des chataignes au coin des 
rues. 

Brtaolon, adj. (3T) : impatient. 

Brtaolyird, sf. (4T,A) : poele garaie 
de petits trous servant a rissoler les 
chataignes ; brdsoliire, brisolUre (6A). 

Br&8ul&, sf. (4T) : plat de chataignes 
r6ties sur le gril. 

Br8t&, sf. (3Be) : femme ou fille qui 
parte sans penser. 

Br6t&, va. (4T,A,Aa,A'g,R) : faire 
avancer ou reculer un chariot en tour- 
nant les brancards a droite ou a gau- 
che; britd, (4Ab; 2 A) ; arbritd (4R). 

— , (2 A) : chanceler, marcher en fai- 
santdes zigzags (enparlantd'un homme 
ivre). — , (4T) : rentrer dans le sillon (en 
parlant d'une charrue). 

Br5tali,sf. (4T,A,R) : bretelle; Wr- 
tald (4AI). 

Brittt, va. (6A). V. brttft. 

f Bretifaille (a la — ), loc. adv. 
(G) : ensemble, pfile-mele, jeunes gar- 
90ns et jeunes filles m£16s. Dans plu- 
sieurs £coles les enfants sont instruits 
a la bretifaille. (Humbert.) 

f Bretillant, ante, adj. (G) : crous- 
tillant. Du pain bretillant, de la patis- 
serie bretillante. 

Breu, sm. (4A) : pluie qui a suffi- 
samment d&rempe' le sol pour qu'on, 
puisse ensemencer. 

Breu-ttv% (4A) : pluie 16gere qui n'a 
p£n£tr£ le sol qu'a 2 ou 3 centimetres. 

Breu$hon, sm. (4Tm) : coffin. 

BreudA, va. (5C) : meler. — le fin 
parmi la pdlie (5C) [meler le foin et la 
paille]. 

BrSvan, adj. (3C) : rapide (pente). 
La cutd £ gut lid br&vannd [la cdte est 
tres raide]. 

Brezd£g6, sm. (6B) : espece de fro- 
mage blanc dont Beaufort a la sp&ia- 
lit£ ; br^gd, br^egou (6A) ; bridged 
(8M). 

Br8y6, sfp. (4T) : braies (pan talon 
large). 



Digitized by LjOOQIC 



f 



BREY-BRIS 



69 



Brejon. sm. (4 A) : rouleau servant 
a Itendre la pate. 

Bri, sm. (4T,A,R; iBm; aRa; 3S* ; 
6Bq,Bv,U ; 8B*m) : berceau; bri (6A, 
Am). Le vieux fr. a bers, dont berceau 
est un d£rive\ E n'a pd td pttord u bri 
(aRa) [il n'a pas tout pleure* au berceau, 
cest-aniirc il n'est pas encore au bout 
desespeines, il aura encore bien des 
d^boires]. 

Dict. anal. : piannd (6A) ; drchSe 
(4T) ; pyi ou pU (4T) ; bricire (4AI) ; 
brichfre (6A). 

Brtt, briha, adj. (3T) : ruine\ 

t Bribander, vn. (G). V. br6bann&. 

Bric&lion, sm. (4T,A) : blocaille, 
blocage. 

Brici, va. (4A) : bercer ; briche (6A ; 
5C) ; bric'hi (3S f ). 

Bricire (4A) et brichire (6A). V. 
brScirS. 

Brif, adj. (a Aj), fe*m. brifd : brusque. 

Brift, sf. (4T,A) : fringale. El a la 
brifd (4T; [il a la fringale]. 

Briia, vn. (4T,A,R) : manger glou- 
tonnement. 

t Brife, sf. (G) : espece de petit-Iait 
blanc et e*paissi qui se forme sur le s£- 
rac dans la chaudiere. 

t BrifTe-tout, sm. (G) : qui gate, 
casse, brise tout. 

BrlM, sf. (3T) : misere. 

Briion (aA). V. breMon. 

Br^jA, pp. de brisi (4T,A) : brise*. 

BriUounS, briyounS, sf. (4Ff ) : li- 
tiere formed de mousse et de fines bran- 
ches d'6pic£a. 

Brilyi, vn. (4T,A) : briller (conj.: di 
brittti). 

BrinbalA (sS), vp. (4T,A) : se trim- 
baler, muser, rlaner. Dans le frl. se 
brinbaler. 

Dans le Poitou, on appelle brimballe 
« 1'amusement que se procurent les 
enfants des campagnes, en se pendant 
par les mains, a une branche d'arbre » 
et en se balancant. Se brimbaler signi- 
fie : se balancer, suspend u par les mains 
a une branche d'arbre. (Beauchet-Fil- 
leau : Glossaire poitepin.) 



BrinchSu, sm. (4T) : brin. — d' 
betird [petite motte de beurre]. 

Brindzingug, (4T,A) : ivre (terme 
d*argot). 

Bring&, sf. (4T,A1 ; 6B) : personne 
sans caractere, sans initiative, sur la- 
quelle on ne peut compter; vieille 
femme ; animal domestique vieux et 
cheYif. 

Frl. : bringue. Va done, grande brin- 
gue. 

— . (6A) : instrument de musique. 

f Bringe, adj. (G) : use*, 

Brinlolin, sm. (4A) : vin clairet, ou 
il entre autant de raisins blancs que de 
rouges. 

Brinna, vn. (4T,A,R), f brinner 
(G*,4A) : re*sonner ; rendre un son clair 
ettegercomme celui que produisent des 
objets en verre ou en mental en s'entre- 
choquant. Se dit aussi du cre*pitement 
de Teau qui commence a bouillir. — , 
(3R) : tonner. 

f Brinn6e, sf. (G) : votee de coups, 
rosse*e. 

Brinzn sf., pi. brintf (8Bf) : m<*- 
leze. 

Briol6, sm. (6A) : vin clairet qu'on 
obtient par le pressurage de pommes 
£cras£es et du marc de raisin avec ad- 
dition d'eau. 

f Brionner, va. (G) : e*mietter, re*- 
duire en petits morceaux. Brionner 
son pain. 

f Brique, dans le frl. s'emploie pour 
designer un morceau d'un objet casse 
ou brise*, quelquefois pour de-signer des 
objets entiers mais de peu de valeur. 
Le patois bre'qe' (4A) a le mfime sens. 
L'assiette est toute en briques. II a vendu 
tout son manage brique par brique 
[piece par piece]. II ne lui reste plus 
rien, ni fiche ni brique [absolument 
rien]. 

f Briquet, sm. : s'emploie a Ge- 
neve pour designer un petit cheval. 

BrirS, sf. (4Al,A'g ; 5 A' ; 6B) : bruye- 
re; bruire (4TC, Ad). 

— , (6B) : rhododendron. 

Brls&, sf. (4A) : brise. 



Digitized by LjOOQIC 



70 

f Brise, sf. (G) : miette ; fragment d'un 
objet casse 4 . Des brises de pain ; des 
brises de sucre. Dimin. : brisette (G) 
[une petite quantity] ; brisotton (4A). 

Biise~fe, sm. (4T,A) : brise-tout. 
Dans le frl. brise-fer. 

Brisi, va. (4T,A) : briser ; au p. p. 
brija. 

Brfeola, oler. V. breaola. 

Bro,sm. (4T,A): brindille; brd (4AI; 
6 A). Syn. : breSUU (4A) ; buchlia (4T); 
f buchilles (G) ; brdtd (6A,U; 4R). 

— , sm. (5C; 2 A) : bourgeon. 

— , sm. (4T) : bouquet ; brd d€ 
grifion (4T) [bouquet de cerises]. 

Broca, sf. (6 A) : membre viril. 

Brocalyi, vn. (4T). V. borcalyi. 

Browne, sf. foA.As) : bequet (piece 
de cuir ajoute*e a un Soulier use* ou 
troue") ; bright (4AI). 

— , sf. (4T,A) : broche ; brocht (4 A!). 

— , sf. (4Ad) : bourrache (plante). 

Broche, sf. (3S> : e*corce. Se dit 
commune*ment de l'^corce de Te*pi- 
cea. 

BrocliS, sm. (3S' ; 4Ab) : bused'un 
moulin. 

Br6ha, sf. (4Am) : affrontaille. V. ce 
mot. 

BrolIS, sf. (2 A) : mauvais grain. 

Bron, sm. (3Be,T; 5C; 6A,Bv) :. 
marmite; brun (7Jr) ; brontfn (4A,R; 
2 A). Dans un document de 1690, 
bronche deYigne un pot en £tain ( 1 A). 

Les termes divers qui, dans nos pa- 
tois, signifient marmite, rappellent soit 
la couleur de ce recipient, soit l'al- 
liage de cuivre et detain (bronze) qui 
servait a sa fabrication. On peut ratta- 
cher les mots bron, brontfn, a la fa- 
mille de bruno (brun). Suivant quel- 
ques £tymologistes, l'adj. fr. brun ne 
viendrait pas de l'italien, mais d'une 
racinegermanique, dontle sens primitif 
serait : brute, noirci par le feu. Quant 
au fr. bronze, il deViverait de l'italien 
bruni^o, par contraction bronco (Sty- 
mo!, de Diez, adoptee par Scheler). 
Rappelons que d'autres gramm. voient 
dans bronze un derive* de Brundusium, 



BRIS-BROS 

ancien nom de la ville de Brindisi (aes 
brundusium, dans Pline). 

II n'est pas invraisemblable d'attri- 
buer a brun et a bronze une commune 
origine. M. P. Regnaud (Rep. de Phil., 
X, i5o) mentionne l'italien abbron\are 
[r6tir, rissoler], mot de m£me famille 
que bronco, et derive ce mot, ainsi que 
bronze, (et par suite bron\in), d'une ra- 
cine germanique signifiant bruler. « Le 
bronze e*tait primitivement la soudure, 
la fonte, le me*tal chaufle* et fondu, soit 
pour souder ensemble des morceaux 
d'autre me*tal, soit pour en produire 
un nouveau par la combinaison de plu- 
sieurs autres. » 

-, fe*m. bronn&, adj. (4 A) : brun. 

Bronchi, sf. (4Ab) : aideau (piece de 
bois servant a maintenir les ridelles 
d'un chariot). Syn. : feufi (4A,Ag). 

Bronchi, vn. (4T,A1,A,R) : broncher; 
bouger, regard er en-dessous ; bronstyi 
(6A). U infan bronchi, a bronchi 
(4T) se dit d'un enfant qui, Slant gron- 
de\ baisse la t£te, tire la langue ou 
fait une grimace a celui qui le gronde. 
En parlant d'une bfite a comes qui a 
la tfite baisse*e et un regard menacant, 
on dit : La vachl bronchi (4T), /' bou 
bronstU (6Ac). Le verbe francais bron- 
chem'SL pas cette acception. P. p. : bron- 
cha(4T); brontla (4A,R). 

Bronna\ sf. (4T ; 6 A) : la brune(tom- 
be*e de la nuit). — , nom qu'on donne 
aux vaches noires a 6A. 
—,(2 A) rgros baton. 

Bronsin, sm. (4A,R; 2A) marmite. 
V. bron. 

BronznA, sf. (4A) : le contenu d'une 
marmite. 

Broqe, sf. (1 A) : rosse, haridelle. 

BrosaS, sm. : brochet (patoisdu Bour- 

get). 

Broasu, twa, adj. UT,A ; G) : qui 
a le poil ou les cheveux h£riss6s, qui 
a les cheveux en de*sordre, mal pei- 
gne*s. 

BrostS, sm. (6 A) : corTre mobile qui 
amene l'eau du biefsurla rouedu mou- 
lin ; en fr. buse, coursier. 



Digitized by LjOOQIC 



BROS-BU 



7« 



Brostelyon, sm. (6 A) : foret qu'on 
adapte a un vilbrequin. 

Broctou, sm. (iT,D; 2A) : gilet de 
flanelle, gilet en laine tricotle, gilet de 
chasseur. 

Bro8ty6, vn. (6A) : faire un seton. 

Brota, sf. (4T,A) : fane de pommes 
de terre; brdtd (4R ; 6A,U) : brindilles, 
menu bois. 

Broil, va. (4T,A) : brouter ; brouta 
(4R; Al). 

Brotna, vn. (4T). V. botna. 

— , adj. C4T) : couvert de petits bou- 
10ns sur la figure; couvert de bourgeons 
(en parlant desarbres); brotnyu (6 A). 

Brdu, adj. (4T,R). Se dit du soLsuf- 
fisamment d£trempe par la pluie pour 
etre laboure* et ensemence\ 

Brouha, sf. (4ACI) : talus d'un fossl. 

f Brouillards, sm.pl. « Nous di- 
sons proverbialement d'une affaire que 
nous regardons comme fort incertaine 
et fort chanceuse : elle . est sur les 
brouillards du Rhdne. » (Humbert.) 
Cette expression, non moins connue a 
Lyon qu'a Geneve, est aussi usit6e a 
Annecy. Pour se dlbarrasser d'un im- 
portun, on Tenvoie promener sur les 
brouillards du Rhdn'e (en patois : su lo 
broulid du Roung). 

BrouM, vn. (6A). V. bortt. 

Brouqe, sm. pi. (6Ac) : petit chan- 
vre. 

Brouta, va. (4AI) : brouter. 

— vn. (6 A) : arracher 1'herbe dans 
une vigne avant le binage. 

Broustou. V. brostou. 

Brduva, sf. (4T; : gros tronc d'arbre 
gjsant dans le lit d'une riviere. 

Brova, sf. (4Aa) : talus naturelavec 
pentetfes rapide; brdwdfakb). V. br8- 
van. 
— , ou bordon (6 A). V. morena. 
Bru, brwa, adj. (a A) : marlcageux. 
Bru, sm. (4T,A,R) : brin de bois, de 

paille, ou grain de poussiere torn be 

dans Tail. Syn. : brughon. 
— , sm. (7Jr) : gui (plante parasite). 
Bruce, sf. pi. (aAj) : miettes, debris 

d'un repas. 



Bru$he, sf. (4Tm ; 3S') : espece d'as- 
siette ou de petite corbeille en £corce 
de sapin, dont on se sert pour cueillir 
des f raises. 

Bru$hon, sm. (4T; 2 A) : grain de 
poussiere tomb£ dans Toeil ; bruchon 
(G). 

— , (2A ; 3S') : sorte de panier. Dans 
ce sens, il vient de broghe (3S'): ecorce 
d'arbre, A SamoSns — ne se dit quede 
petits paniers faits d'£corce ; les gros 
portent le nom de brughe. 

— , sm. (4Tm) : govier. 

Brula, va. et vn. (4T,A) : bruler ; 
bruld(^k,kb)\ borld (iBm); dimin. 
brutatd (4T,A,A1). 

Brulata, va. (4T,A,A1) : bruler lege- 
rement a la surface. — lou prd (4AI) 
[mettre le feu a 1'herbe seche des preY|, 
— on pott (4AI) [faire passer a la 
flamme un poulet plum£ pour brOler 
le duvet]. 

Brulin, sm. (4T,A1) : residu des her- 
oes qu'on a brOtees sur un champ; 
odeur de roussi. 2? chi V gd du — 
(4AI) [9a sent le roussi]. 

On donne parfois le surnom de bru- 
lin a un homme tres brun de visage et 
de cheveux (4A). 

Brul6,sm. (4T) : homme brutal, em- 
porte\ tou jours en ribote ; pipe de terre 
culottee dont le tuyau est court. 

Brun, sm. (7Jr) : marmite. V. bron, 

BrunSe, n8et&, adj. (4T,A) dimin. 
de brun : brunet, ette. 

Bruston, sm. (6A). V. bru, bru- 
chon. 

Brustou, sm. (2A). V. brostou. 

Brwe, sm. (7Jr) : rhododendron. 

Brwinna, vn. (4Aa) : bruire. 

Bste, sf. (6A) : vac he maigre. 

Bu, sm. (4T,A,Ab,Al,R ; iBm ; 5 A', 
At): boeuf. — , (iB,B',Em; 3Gp,Jt ; 
4T) : taureau. 

A 4AI, bu ne se dit que des boeufs 
qu'on attelle. V dimande' 16 bu (4AD) 
(se dit d'une vache en chaleur). 

D'dmd ma find cmi md ju ; \ A bS I 
tanfd qS m'n amdsdsse*, \ D'dm'ri ptou 
pirdri IU \ Q' md bu (4R) [j'aime ma 



Digitized by LjOOQIC 



7 2 



BUBL-BUJH 



femme comme mes yeux ; eh bien ! si 
fort que soit mon amour, j'aimerais plu- 
t6t la perdre que mes boeufs]. Afeurci 
dipped V bu, i sourti <f la ri (4 A) [a 
force de piquer le boeuf, il sort du sil- 
lon ; e'est-a-dire on fait sortir des gonds 
Thomme le plus calme a force de Taga- 
cer]. -= A fource de peed /* bou, d sor 
<f la rya (6A). 

— , sm. (8B'a) : boyau. 

— , adj. (3T,Be) : creux, vide, ff 
dbrd 6 bu (ou ganbu) (3 Be) [cet arbre 
est creux] ; r e bu d'diin (3 Be) [e'est 
vide a l'intlrieur]. 

— , sm. (3T) : trou, cavite*. L'isi a fi 
son ni dian on bu a" pomi (2T) [Foi- 
seau a fait son nid dans le trou d'un 
pommier]. 

Bublid, sf. (4T) : bobine de rouet ; 
bubutte (3S 1 ). 

Buch'cava (a), loc. adv. (4Ab) : Ute- 
beche. 

BuchS, sf. (4T,A,Ab) : buche (mor- 
ceau de bois fendu pour le chauffage, 
quelle que soit la longueur; btiste (6A); 
butsS (8M). Syn. : itald (4T,A1; 6A) ; 
forgald ( 4 T, A, Al, A'g) \ frugal* (6U) ; 
fregale,fregalon (G). 

Dans le frl. on dit : une btiche de 
bois, quand la buche est assez longue, 
un morceau debois, quand elle a moins 
de 5o centimetres. 

T'iri a la cortd — (4T) [tirer a la 
courte paille]. 

Au pluriel : jonchets. Jhoi 6 buck* 
(4T)[jouer aux jonchets]. 

Bucheron, sm. (4T,A) : bucheron. 

Bucbi, sm. et buchlyi (4T,A) : bu- 
cher. 

— , vn. (4T,R) : bucher, travailler 
avec ardeur. £ buch2 bin, ou Y 2 on 
fdrbuchViu (4T) [Vest un bon travail- 
leur, e'est un bucheur]. Pp. : bucha 
(4T,R) ; butHa (4A). 

f Buchillet, sf. pi. (4T,A) : co- 
peaux. — (G) : brindilles, menu bois. 

« Aujourd'hui ce mot ne s'applique 
guere qu'aux morceaux de bronze qui 
se dltachent des bouches a feu quand 
on lestravaille; mais dans Tancien fr., 



comme dans la langue popul., ce terne 
dlsigne les copeaux d&achls des pie- 
ces de bois qu'on met en ceuvre avec la 
hache. » (Blavignac : Comptes de Ex- 
penses du C loc her de Saint-Nicolas a 
Fribourg, p. 1 24.) 

f Buchillons, sm. pi. (G) : dimin. 
de buchilles. 

Buchlyi, sf. (4T) : bOchette, brin- 
dilles; fagot de menu bois sec. Aid a la 
bughlya (4T) [aller ramasser du bois 
sec dans la forfit]. Au plur. buchlyZ 
(4T) : bachettes, copeaux. 

Buchlyi,, sm. (4T,A) : bucher (oix 
Ton tient le bois de chauffage). 

Buchulle, sf. (3S') : copeau produit 
par la hache a e*quarrir. Y 2-t on pol& 
su na — [e'est un coq sur un copeau r 
e'est-a-dire e'est un fanfaron]. 

Budje (8M) et bud!e(5C). V. bujhi. 

Bueu, sm. (6Bv) : taureau. 

Bulla, va. ; f bufler (4T,A,R; G) : 
crier bufle. T m'dpd bufid (4T) [tu n'as 
pas crie* bufle lorsque tu m'as d£cou- 
vert]. 

Bufle (4T,A,R; G) : terme de jeu 
employe* par les enfants. Jhdl a bufle 
[jouer a cache-cache]. 

t Bugne, sf. (4*A,T ; 6B) : beignet. 
Au fig. : personne sotte, niaise. Cest 
unejolie bugne. 

La dmi/h^de'bunU (4A)[ledimanche 
des brandons]. Dans un certain nombre 
de locality, on aThabitude de servirce 
jour-la un plat de beignets. 

— , sm. (G ; 4A) : chapeau de feutre 
mou. 

f Bugnet,bugnon,sm. (G): beignet. 

fBuidon, sm. (G) : Stable a pores. 

Buja, p.p. (4T,A). V. bujhi. 

Bujhi, v. (4T,A) : bouger; biu/hi 
(4R) ; beujhi (3Be; 1 Db) ; bujt, bu*ye 
(6A) ; buKdyi (6B) ; bud/4 (8M). 

Ce verbe est neutre en fr., actif et 
neutre en patois et dans le frl. : bouge- 
toi; bouge-toi de la; il bouge toujours 
les pieds ; ne bouge\rien sur ma table. 

Le patois a conserve" la liberte* de 
Tancien fr. Se bouger est encore em- 
ploye" au xvii* siecle, notamment par 



Digitized by LjOOQIC 



BUJH-BWEL * 



73 



Moiiere. On pourrait citer aussi de 
nombreux exemples du xvi* et du xvn* 
siicle, ou bouger a le sens transitif de 
/aire bouger. 

Bujhillon, sm. (4T) : enfant qui ne 
peut se tenir un instant en repos ; bu- 
jhatton (4A). 

Bujhlyi, va. (4T,A) : bouger sans 
ctsse;bujhalyi (4A). 

Bftld, sm. (4T) : tertre. Beaucoup de 
locality s'appellent ainsi. Leur nom 
s'fcrit : le Bullo\ , ou les Bulles. 
(Sur 0; atone, dans les noms de locali- 
ty et de families, cf. Revue de Philo- 
logie fr. et de Literature , 1898, 
I.X11, 1.) 

f Baman, sm. (G) : engrais, fumier; 
dou bumanter, va. : fumer la terre. 

Bun&, sf. (2 A) : grotte; — (3Be ; 
4Ab) : borne. 

Bunft, vn. (4A'g) : abonnir; bound 
(5A'b) ; bound (4AD). Ptd bund 16 prd 
su la palii (4A'g) [mettez les poires sur 
la paille pour qu'elles deviennent bon- 
nes]. 

Buna, va. (aAj) : trouer, faire une 
cavit^. 

Bond, sm. (2 Aj) : cavite* ; petit trou 
(dans un mur). On — de rata [un trou 
de souris]. 

Bur, sm. (3S') : beurre. Bourdt bur 
(IS*) [battre la crtme pour faire du 
beurre]. 

t Busculer, va. (4T, A ; G) : bous- 
culer. 

Bnste, sf. (6A). V. bfich*. 

Buste-kwA(A),loc. adv. (6 A ; 6Gv) : 
tete-beche. 

Bustelya, sf. (6A) : fagot de bois 
sec. 

Bustely6, vn. (6 A) : ramasser du 
menu bois sec. 

Buzye-, va. (6 A) : bouger ; bu\dyi 
(6B). 

Bute*, sf. (8M). V. bfl$h«. 

Bw4, va. et vn. (3Be,S') : gonfler, 
gondoler, bomber. Liplanghi a bwd 
(3Be) [le plancher a gonfte]. Se dit du 
bois. 

Bwftdfi, sm. (6A). V. bw6d*. 



Bw&del£t&, sf. (6A) : sorte d'enton- 
noir servant a faire des saucisses. 

Bwe, sm. (iB.Bm,E,Em; 3Bm,Ca, 
Jt,S,S f ,T; 4A,Ai,R,T,Tj,T; 5Bd,Ce; 
6A,As,Un,Am,U,Bq,Bv; 7Ag):boyau; 
bwi(SBs); bwii (8B*m) ; bwil (7L) ; 
bwilo (2 Jj) ; bu (8B'a) ; boU (7M) ; boU 
(aSm; 4T,Ab,At). 

TrirS lou bwi a cdcon (4T) [tirer les 
boyaux a quelqu'un, c'est-a-dire le tuer]. 
S8 m'n bmd 1 avi chu, i m'ari UrXa 
lou bwi (4T) [si mon mari Tavait su, il 
m'aurait ecorche*e toute vive]. 

— , sm. (8Ma) : taureau. 

Bwebe, sm. (3S') : berger; boibt 
(iD ; 2 A) : garcon, jeune domestique. 

BwSche, vn. (6A) : bucher ; travaii- 
ler sans relache. 

BwddS, sm. (4T) : Stable a cochons ; 
compartiment d'une Stable dans lequel 
sont parquet des cochons ou des mou- 
tons ; bwidon (4T, Al). 

Le v. haut-all. avait baiton (Zeuss, 
2' Edition, p. 81), et le celtique boutig 
et beudy, Stable. 

Bw£e, sm. (4T,A,Ab, A'g,R ; iDb; 
2A; 3S f ; 5At,A\ etc.) : bois, taillis, 
fortt. Sdbrd de bw'ie, pistols de palU 
(4T) [sabre de bois, pistolet de paille], 
sorte de juron mitige* qu'on emploie 
surtout en badinant, quand on parle a 
des enfants. Tou qH q' fa r td du bw$e 
sin povi 1 intrdfi (aSc) [qu'est-ce qui 
fait le tour du bois sans pouvoir y en- 
trer ?] R. Te*corce. 

Bw8e sert a former nombre de com- 
poses : — a* livrd (4AV) : bois gentil ; 
(4 Ft) : baguenaudier; cytise desAlpes. 
- (Tin (4A1) : if ; - d'rata (1 Db) : che- 
vrefeuille; — afemd (6B) : ctematite. 
V. aban et abo. Pour plus de details 
voir la Flore. 

Dans beaucoup de localitls, bwle de 
sapin s'emploie pour designer toute 
for£t deconiferes. 

Bw6hl, sm. (8B'm) : boeuf. 

Bw£landlus&, sf. (6A) : buandiere. 

Bw£I6, sm. (2JJ) : boyau ; bwil (7L). 
V. bw6. 

BwM&. V. bortt. 



Digitized by LjOOQIC 



74 



BWEL-BZOU 



Bw*l&, bwfcle. V. b&61&. 

BwSli, vn. (6A) : bouillir. 

Bw8n&, tern, de l'adj. bon (6A). 

Bwdnyon, sm. (6 A) : pleurnicheur. 

Bw8r, adj. (6 A) : vilain, affreux, 
crasseux. A I 6 to bw2r [il est terrible], 
V. bor. 

Bwdrdin, sm. (6A). V. bordin. 

Bwtoson, sm. (5 At) : buisson. 

Bw6t&, sf. (4T,A,R) : boite, coffret 
en bois, en carton ou en me*tal ; petit 
mortier en fer; espece de robinet. 

Bw6t&, vn. (4T) : boiter. 

Bw*t*, sm. (3S'). V. bdftt*. 



Bwttdu, adj. (4T) : boiteux ; fem. : 
bwiteusd. Synon. : ganbib et bancald 
( 4 A,Ab,T); ganblintfT). 

Bweu, sm. (3Sd ; 5C) : Stable. 

— , sm. (6B) : taureau, boeuf; bwi 
(8A1). 

Bwichi,sf. (8M) : boite; bwitd(6k). 

Bwinnft, vn. (3S) : causer, bavar- 
der. 

BzA, sm. (3Rr) : buse (oiseau); bjh 
( 4 Ab). 

Bz8, sm. (3S') : biseau, outil. 

Bzoul&, sf. (patois du Bourget) : be- 
soule (poisson). 



Digitized by LjOOQIC 




QMPHIE KT PRONONCIATION. — I. En francais la lettre c sert a repr^senter des 
sons tres divers : gutturale explosive sourde c dur, chuintante ch, sifflante dare c (celui, 
fa, cil) ; parfois mfime le c ne doit pas se prononcer (lacs, clerc, /one). Par contre, le 
meme son, celui de c dur peut s^crire c, k, qu, q (cinq), cc, cq, cqu f ck t ch (chaldien), 
kh, g (second, et a la fin des mots : suer sang et eau). 

line orthographe purement phonltique devrait avoir un signe simple pour noter cha- 
que son et representer toujours le meme son par le m6me signe. La notation adoptee 
ici n est pas completement phone*tique. On a craint de deYouter le lecteur ; surtout on 
a recule* devant des difficult^ typographiques. Peu importe d'ailleurs que la chuintante 
soit figured par ch ou par un caractere nouveau, pourvu que ch n'ait jamais la valeurde 
cdur. 

La sifflante dure est representee par c devant e ou i, comme en francais : aedpi. Cette 
notation n'ofl're egalement aucun inconvenient. Quant a la gutturale explosive sourde 
(c dur), devant a, o, u, on la reprlsente par c (parfois k). Devant e, i (ou y), ce son est 
note q ou k t pour emp£cher de le confondre avec le son de la sifflante dure 5. 

II en est de m£me chaque fois que l'emploi du c pourrait amener quelque incertitude 
dans la lecture : on ecrit reflikchon (pour eviter qu'on prononce rejldchon); tnk&re* 
(pour indiquer qu'il ne faut pas prononcer insirH). 

La lettre q n'etant employee que devant e ou i, on trouvera a la lettre C tous les au- 
tres mots qui commencent par le son de c dur. 

II. 8ona inoonnus an franoais. — On a vu que oh reprtsente la chuintante, comme 
dans le mot fr. chemin. Qh est la notation dun son analogue au th dur anglais : chin, 
cka. Ch est Equivalent du ch dur allemand ou du c'h breton : gric'he. Suivi d'un i, 
il s'adoucit, comme dans les mots allemands milch, brechen : serpichld. 



CA, sm. (4T, A) : cas ; in sti ca (4T) 
[en ce cas]. Syn. : art (4A'g; 3B); 
aritl (2 A). 

t Faire du cas, ne pas /aire de cas 
de quelqu'un ou de quelque chose 
[faire cas de quelqu'un ou de quelque 
chose]. AT fassi pd a* ca d* cin (4T) 
[ne faites pas cas de cela]. 

CA, sm. (4A) : quart. 

— , (6A) : caillette de veau. 

— , (6 A) pr. conjonct. neutre : quoi. 

t Qa. Dans le frl., ca mien, ca lien, 
ca lui [$a a lui], ca ndlre, ca vdlre, ca 
des autres, signifient : ce qui appartient 
a moi, a toi, etc. 



Dans le Chablais, dans le Faucigny, 
a Annecy, a Faverges et quelquefois a 
Geneve, on prononce can mien, can 
lien, etc. 

CabA, sm. (4T,A) : cabas. 

Caban, sm. (4T,R) : sorte de pardes- 
sus a manches et a capuchon. 

Cabann&, sf. UT,A) : cabane; ca- 
bouc'he (3S'). 

Cabarft, sm. (4T,A) : cabaret. A Ge- 
neve, cabaret se dit aussi d'une sorte 
de petite table. 

Cabarti, ir$, sm. (4T,A,R) : caba- 
retier, ere. 

Cabe, sm. (4AS) : baillon, petit pa- 



Digitized by LjOOQIC 



7 6 



CABI-CACA 



nier ou museiiere qu'on met au museau 
des veaux, vaches, etc. 

— , (6A) : manne d'osier dans Iaquelle 
on met le linge lessive\ 

CabinS, sm. (4T,A) : cabinet. 

f Cabinet se dit a Geneve d'un ate- 
lier d'horlogerie : Prendre un £tat de 
cabinet, c*est-a-dire prendre une profes- 
sion dans une des branches de I'horlo- 
gerie. Cabinotier se dit d'un mauvais 
ouvrieren horlogerie. 

CabI6l&, sf. (4T,A) : r£duit, cabine, 
mansarde; cabiuld (4T) ; cabtolon (4!% 
A,Ab). 

CabochS, sf. (4T,A) : caboche, grosse 
tfite, et plus ge'ne'ralement t£te ; f ca- 
bosse (4 A ; G). 

f Caboler, va. (G) : deTormer, bos- 
suer. Caboler une montre, un arrosoir. 

Cabolion, sm. (4T,A,Ab) : auget, 
petite caisse allonge'e dans Iaquelle les 
buandieres s'agenouillent pour laver 
le linge. 

f Caborne, cabourne, sf. (G) : ba- 
raque, r6duit. « En Savoie on appelle 
cabornes les ch£tives boutiques des 
marchands de'taillants. » (Millin, ap. 
Coch., cite* par Puitspelu.) On dit plu- 
t6t cabourne. 

Cabornlon, sm. (6A) : mauvaise ca- 
hutte, r^duit. — , (4A; G) : cabinet 
borgne. 

CabossA, va. (4T,A) et f cabosser 
(G ; 4T,A,R) : bossuer, de* former : ca- 
bosser une louche. 

Godefroy cite un exemple de Geor- 
ge Sand : son chapeau cabossi (dans 
Les Maitres Sonneurs, VII* veille'e). 
Cabosser, dit-il, dans le sens de bos- 
suer, « est encore tres usite* dans le 
centre de la France ». II Test aussi a 
Lyon et, coinme on le voit, dans nos 
regions. 

« Cabosser, ajoute Godefroy, se dit 
dans l'Aunis, le Jura et la Suisse rom., 
pour signiner bossuer un vaisseau de 
me*ul en le heurtant ou en le laissant 
tomber. » II en est de m6me a Lyon et 
en Savoie. 

f Cabosse, sf. (4A; G) : te^te. 



Cabossu, swA, adj. (4T,A) : mal 
fait, d£forme\ bossue*. 

Cabouc'he, sf. (3S') : hutte. Se dit 
surtout des huttes ou Ton renferme le 
charbon de bois dans la forSt. 

f Caboul6, sm. (4A) : cafe* de bas 
6tage (mot d'argot). 

CabournA, sf. (8M) : petite bouti- 
que; f cabourne (G) : baraque, petit 
logement, cache. Cf. Caborna et ca- 
buna, dans Puitspelu. 

CAbrA, sf. ( 1 D ; 4T) : chevre. A Thd- 
nes, ne s'empioie guere que comme ter- 
me de caresse en parlant a une enfant ; 
en parlant a un garcon, on dit cabri. 

Cabri, sm. (3Tm) : vase en bois 
pour le lait. 

Cabri, sm. (4T,A) : chevreau. V. cA- 
brA. 

CabridlA, sf. (4T,A) : cabriole. 

CabriolA, vn. (4T,A) : sautiller, ca- 
brioler. 

f Cabusse, cabue, adj. tern. (G) : lai- 
tue cabusse [laitue pommeY). 

CAc ou cAq, adj. ind. (4T,A,R) : 
quelques; cdq (4Ab). Syn. : dutri 
( 4 T,A,Ab). 

Cdq s'emploieordinairement au plu- 
riel ; au f^minin edge* (4T,A,R). Cdqjhor 
apri (4T,R)[quelques jours apres]; cdqt 
ftnt (4T,A,R) [quelques femmes]; cdq- 
* ifan (4A,R) [quelques enfants]. 

CacA, vn. (4T,A,R ; 6A) : ailera la 
selle. 

Cacd chu I'temon (6 A) [faire de mau- 
vaises affaires, ne pas mener une entre- 
prise a bonne fin]. Cacd dU la vi (6A) 
[avoir quelque petit mal, par exemple 
un barbuquet aux levres, un orgelet aux 
paupieres]. Cacd a" pdvre (6A) [man- 
quer a sa parole]. 

— , sm. (4T,A) : excrement. 

Cacabon, sm. (4T,A ; 8M,B'm) : ta- 
che d'encre, pate* ; cacabd (G). 

Cacadld, sm. (G) : £tat d'enfance, 
demi-imb6cillite\ 

Cacaddnpi, sm. (4A) : homme qui 
se tient bien droit et qui a de la mor- 
gue. De cacd et de dinpi (droit). 

CacalA, vn. (4AD) : caqueter, cre*teler. 



Digitized by LjOOQIC 



CACA-CADE 



77 



Se dit du cri de ia poule avant de pon- 
dre; chantd se dit de son cri apres 
avoir pondu. 

Cacan&nS, sm. (6A) : homme sans 
initiative. Syn. : bisenSni (4 A). 

CacaniolS, sm. (4T,A,Ab) : homme 
milieu le ax, minutieux et lent, taullon. 
Jami r cacanXoli n' fini cdq-rin q'i 
cminci. | A feurci d' priedchon, i ni 
mti rin dinpi ; | £ s'arprin a di coit, 
ipimoche. al 2 pi | Q* nd rice ; on sin 
d bwi a l' vi f pardri pachenci I (4 A) 
[Jamais le cacanXoli ne finit quelque 
chose qu'il commence (quoi que ce soit 
qu'il entreprenne). A force de pr£cau- 
tions, il ne met rien sur pied ; il se re- 
prend a dix fois, il tatillonne, il est 
pire qu'une scie ; un saint de bois, a le 
voir, perdrait patience]. 

Cacaplian, sm. (4R) : synonyme de 
cacanloli. 

Cacaprin, sm. (4T,A) : avare, me*ti- 
culeux. De cacd et de Fadj. prin : 
mince, petit. 

Cacati, sm. (4T,A) : lieux d'aisance ; 
cacatire et cacari (6 A). 

CacM, p. p. (4T) (de cachi) : cache* ; 
cachla (4Ab) ; carta (4A,Al,R,As). 

t Caeh&rd, e, adj. et s. (G ; 4T,A) : 
cachottier, sournois. 

CacW, sf. (4T,A,Ab ; 3S') : cache ; 
caste (6 A); f cagne (G). Syn. : banchutd 
(2AJ) ; cachemilU (4A) ; coblStd (4T) ; 
corbatd (4A,A1) ; corblU (4AI) ; crebatd 
(6A) ; gannd (3S') ; glUni ( 4 A'g). 

En cachette se dit acaghon, dacachon 
UT,A,A'g). 

Jhoi a caghg-caght (4T) [jouer a ca- 
che-cache, ou cligne-musette (jeu d'en- 
fants)]. Syn. : jhoi b bufle (4T,A,R) ; a la 
cachi (4AI) ; a Id ptlyd (4AD) ; a cache- 
glyini (4 A'g) ; a clluri, a la cHuri 
UAa'); a la td (4A) ; a la teld (4Aa') ; 
a Hi ( 1 Dm ; G) ; a clicli mouchette(G) : 
a la dossi (2R); a ddche (4T) ; a totche 
(dans le Valais) ; i tdche (a Gex, dans 
I'Ain) ; a tronpe [4TC). 

Cache s'emploie dans le pays de 
Vaud pour designer les rimailles, au- 
trcment dit les formulettes dont se ser- 



vent les enfants au jeu de cache-cache. 
Ces rimailles s'appellent le plus souvent 
amprd a Geneve. 

f Cachemaille, sf. (G) : tirelire. V. 
cachemilI6. 

CachemilI6, sf. (4T,A) : tirelire ; 
(4A) : cachette oil Ton serre de petits 
objets. A Geneve, on dit cachemaille. 
Humbert y voit le mot maille t qui d6- 
signait en France une petite monnaie 
valant un demi-denier. On peut aussi 
rattacher a la memeorigine cachemilKi. 
Cependant, comme a Annecy cache- 
milU signifie une cachette ou Ton serre 
de petits objets, on pourrait voir dans 
milta un mot de la mfime famille que 
milton, lequel signifie « petit 6clat de 
pierre », ou « un peu, peu de chose », 
suivant le sens de la phrase. On dit en- 
core a Annecy caghenilM. 

Ca$hi, va. (4T ; 3S*) : cacher. Dans 
le frl. cacher s'emploie pour enfermer, 
serrer. 

Ca$hird, adj. et s.f. (4T,A) : dissi- 
mutee, sournoise, cachottiere. 

Cac'hd, sm. (3S*,T) : chaudron. 

Cac'hot&, (3T) : petit chaudron ; 
cac'hta (3S). 

Cachotft, vn. (4T,A) : parler a voix 
basse avec affectation de mystere. 

Cachr6, m., cachrali, f. (4Ab) : 
cachottier, sournoise. 

C&con, onn&, pr. ind. (4T,A,R) : 
quelqu'un, quelqu'une. Au pluriel : 
cdq\-on (4T,A,R) [quelques-uns] ; cd- 
qi^-ini (4T) , cdq'ne [quelques-unes] 
(4T,Aa, Ai). 

C&crd, mot compose* de ede+ri, qui 
a pris la valeur d'un pr. ind. (4A,Ab, 
Al) : quelque chose ; ederin (4T,A); ca- 
cren (3S*). 

Caddbrd, sm. (4 As) : (t. de vannerie) 
carcasse de panier. 

Cad5, tem. cadeta (4T,A,R) : cadet, 
ette. Le dernier ne* d'une famille s'ap- 
pelle cwdtrd (4T) ; cwdtron (4A). 

f Cest le cadet de mes soucis (4T, 
A ; G) [e'est le moindre de mes soucis]. 

Oadenax, sm. (4T, A ; G) : cade- 
nas ; cardind (4AI). 



Digitized by LjOOQ IC 



7« 



CADE-CAFO 



f Oadenater, va. (G) : cadenasser, 
fermer avec un cadenas. 

f Cadenati&re, sf. (G) : se dit de la 
charniere et de I'anneau auxquels s'a- 
dapte le cadenas. 

Cad£t&, sf. (4T,A) : pierre de taille 
plate, ou pierre plate £bousin£e servant 
a couvrir les murs. 

Cadn£t&, sf. (4T) : longue tresse de 
cheveux que certaines troupes portaient 
autrefois derriere la t£te. 11 n'y a pas 
plus de 40 ans , on voyait encore 
d'anciens militaires porta nt cadenette. 
Syn. : cavd (4T); kwisst (6A) ; catd 
( 4 A1). 

Cadr&, sf. (4AI) : coudrier, noisetier. 

Cadr8et£,sf. (4T,A): cadrette, sorte 
de jeu de cartes qu'on joue a quatre 
personnes. 

C&drd, sm. (4T,A) : cadre. On cddrd 
de lyi (4T) [un ciel de lit]. 

Catt, sm. (4 A) : cafard (a Th6nes 
cafdr), blatte (blatta orientalis), can- 
crelas, insecte nocturne qui ronge les 
aliments et les £toffes. A Geneve on dit : 
Un feu de cafard pour un grand feu ; 
rouge comme un cafard, pour tres 
rouge. V. le mot suivant. 

Cafard, sm. (G). Quel cafard de 
chauffe-pieds tu me donnes Ik [quel 
chauffe-pieds brulant]. Etre rouge com- 
me un cafard [£tre rouge e*carlate]. 

Apres avoir donne* ces exemples, 
Humbert ajoute : « Voyez cafard. » II 
est probable qu'il rattache ce mot et le 
verbe se cafarer [se bruler] aux expres- 
sions usitles a Geneve : un feu de ca- 
fard [un feu ardent]; rouge comme un 
cafard [rouge £carlate]. II est plus vrai- 
semblable que la racine de tous ces 
mots est le verbe patois fard [bruler, 
flamber], et qu'en outre il y a eu m6- 
prise entre des mots paronymes comme 
confaron (gonfanon), cafdr (blatte); 
d'ou : rouge comme un confaron, ou 
comme un cafard. puis comme un ca- 
fard. 

L'explicatTon donne*e par A. Constan- 
ts est ing£nieuse. Mais ces expressions 
genevoises : rouge comme un cafard, 



feu de cafard, ne feraient-elles pas plu- 
t6t allusion aux v£tements des cardi- 
naux, aux buchers de requisition ? 
Nous ignorons a quelle £poque elles 
commencerent a Stre employees. Quant 
a cafard, ce mot n'a peut-^tre pas la 
mfime origine que cafard; il pourrait 
se rattacher a calefacere. 

Dans Particle consacre* a l'gtymol. du 
mot cafard, Littre rappelle que Du 
Cange tire ce mot de caphardum ou 
chabbardum, sorte de vehement, men- 
tionne*, au xiv* s., dans des statuts d'u- 
niversite\ 

A Fhistorique, Littre cite la phrase 
suivante : « ce mot de cap hard tres 
odieux a este mis en usage par les hu- 
guenots pour denigrer l'honneur de la 
prestrise » (Garasse : Recherche des 
Recherches, p. 718.) 

Signalons une derniere hypothese : 
il se pourrait que Texpression rouge 
comme un cafard eut M tout d'abord 
une sorte d'antiphrase, car la blatte 
s'appelle dans certaines regions « b£te 
noire ». Comme cet insecte recherche 
les endroits chauds, Kexpression feu 
de cafard [feu ardent] pourrait s'expli- 
quer aussi sans qu'on eut besoin de 
recourir a quelque allusion historique. 

Sur cafard = hypocrite, bigot, cf. 
C. Nisard : Curiositis de VEtymoL, p. 
169. 

CaiB, sf. (4T,A, Ab,Al) : casse; gran- 
de cuillere decuivre servant a puiserde 
Teau ; cafe (3S f ) ; r a cafe 6 cafU, di V 
manUn (4T,A) [il y a casses et casses, 
dit le drouineur (chaudronnier ambu- 
lant) ; dicton ayant la m£me significa- 
tion que : il y a fagots et fagots]. 

Dans le frl. on dit bassin (4T,A,R). 

— : poeMe a frire (4TA). 

A Geneve, caffe s'emploie dans le 
sens de bernique : Je pensais y trouver 
tout ce qu'il fallait, caffe I 

Ca\te, sm. (4T) : cafe* ; cdfi UA,Ab). 

f Caflot, e, s. (G) : nain ; nabot. 

t Cafbrnet ou caf ournet (G) : Fcdre 
le — se dit des femmes qui se tiennent 
comme accroupies sur leur chaufferette 



Digitized by LjOOQIC 



CAFO-CALI 



79 



(Humbert), ou des femmes qui tour- 
nent le dos a Fatre, en relevant leurs 
jupes. Cest la posture des « pauvres 
vieilles sottes » que Villon, dans la 
ballade de la Belle Heaulmiere, nous 
montre « Assises bas a croppetons, | 
Tout en ung tas comme pelottes ». 

f Cafonrner (se), vpr. (G) : se ca- 
cher. A Lyon, — signifie se chauffer en 
se mettant a caforniau, c'est-a-dire en 
se tenant accroupi. 

Caflolon, sm. (4T,Ab) : petite casse 
(dimin. de caf&). 

Caiiul&, sf. (4T) : petite casse en 
mau va is Itat. 

Cafti, ir$, sm. (4T,A,Ab) : cafetier, 
iere. 

CaftirS, sf. (4T,A,Ab) : cafetiere 
(ustensile). 

i Cagne, sf. (G) : cache, cachette, 
boa coin. Jouons a ile\ je sais une ca- 
gne, une excellente cagne (G). 

— , (4T,A) : paresse, envie de ne rien 
faire. J'ai la cagne. V. canie. 

— , adj. (3S) : paresseux, qui n'est 
pas dispose au travail. Je suis cagne 
aujourd'hui. 

CaI3, sf. (4T,Ab,A'g) : truie qui n'a 
pas de petits a nourrir. 

— , sf. (4T) : caillette de veau. 

— , sf. (4A'g) : nom d'un jeu de gar- 
90ns. 

CaiSeti, sf. (4AI) : dimin. de caU, 
truie. 

CalSnft, vn. (6 A) : mettre bas; se dit 
de la truie. 

— ,: manipulerlaviandedecochonen 
vue de la conserver. 

Calenee, sm. (6A) : petit cochon. 

fCaillou. Dans le frl. s'emploie pour I 
caillot, grumeau. 

Caion, sm. (4T,A,Al,Ab; 6A,Ac,Bv): 
cochon. 

Au fig. : m a 1 pro pre, sale ; d£bauche\ 
A Geneve, on n'emploie guere ce mot 
qu'au fig. Le mot est inconnu a iBm. 

— , (4A,As) : cloporte (insecte). 

Caj*(a^), Tpr. (6 A> : setaire. 

Cajh§, sf. (4T) : cage. 

Cala, sf. (4T,A) : cale (pierre ou mor- 



ceau de bois qu'on place sous un objet 
pour qu'il soit d'aplomb). 

Calft, va. (4T, A ; 6 A) : caler, assujet- 
tir avec une cale; dl i pd cdld (6A) [il 
est perdu ; se dit d'un malade]. 

Au mot calo, Puitspelu cite ce re- 
frain : Mad am a, je me calo, « refrain 
d'une chanson composed a 1' occasion 
d'un petit Savoyard qu'on avait per- 
suade* de se glisser dans le lit de la 
dame qui l'avait engage* comme domes- 
tique ». 

— ,vn. (4T) : diminuer; perdre des 
forces, de l'embonpoint. 

— , v.imp. IcdlS [la pluie (Forage) di- 
minue]. 

f Calabre, sf. (G) : battre la calabre 
[d^raisonner, battre la campagne]. On 
dit aussi dans le m£me sens battre la 
calembourdaine. 

f Calamandre, sf. (G) : £toffe de 
laine lustrle d'un c6t6 comme le satin. 

f Calam&r, sm. (G) : plumier, £tui a 
mettre des plumes. 

Calati, sm. (4T) : tige en bois a cr£- 
maillere servant a suspend re la lampe 
nomme*e crwitf, crwiju, catte. Dans 
quelques valines, cette tige a ere* mai Here 
est maintenue en Fair par une ficelle qui 
va d'une paroi a ''autre en passant au- 
dessus de la table a manger. 

Calavrais (les). V. sur cette expres- 
sion A. Dessaix : Ligendes et Tradi- 
tions populaires de la Haute-Savoie, 
p. 2 56; Vuarnet : Mim. de rAcad. 
chablaisienne, t. XII, p. 186. 

Calcinft, va. (4T,A) : calciner, sou- 
mettre a une chaleur tres 41ev£e. £ me 
fd calcind le san (4T) [il me fait bouil- 
lir le sang ; il m'allume le sang]. 

Cal&e, sm. (4 A) : lampe de forme an- 
tique a un bee. V. calati etcrwezu. 

f Calembourdaine, sf. : calembre- 
daine; bourde; faux-fuyants. Battre la 
— (G) : de>aisonner. V. calabre. 

galende, sf. (5C) : Noel. V. $ha- 
lende. 

C*iet&, sf. (4AI) : serre-t&e. — (6A) : 
bonnet de paysanne. 

Caltt, sm. (3S') : cochon. 



Digitized by LjOOQIC 



So 



CALI-CAN 



CallA, sf. (4T,A; 3S) : caille\ caille- 
botte. Dans le frl. caillie. 

CallS, sf. (4T,A,A1; 8M) : caillette de 
veau; cayi (4T,A) ; qi (4T,A); cd (6A); 
c6(YT)\qii (6U). 

CalI6, sm. (4TC ; 6B) : gaillet jaune; 
caille-lait. 

CA1I6, sf. (4T,A,Ab,Al) : caille. La 
cdlU borcalU (4T) [la caille carcaille, 
(courcaille, margote)] ; brocalii (4T) ; 
carcalii (4A,Ab) ; chanti (4AI). 

El atin qi li cdlU V tonbiss&n toti 
roti diin la gueuld (4T) [il attend que 
les cailles lui tombent toutes r6ties 
dans la bouche]. 

Dansle frl., comme en patois, on al- 
tera ge*n^ralement le dicton francais, en 
disant caille au lieu d'alouette etenajou- 
lant a la fin « dans la bouche ». 

Calli, va. et vn. (4T,A) : figer, cail- 
ler ; se coaguier. La priura calii le lafi 
(4T) [la pr£sure caille le lait]. Synon. : 
trinchi (4T). V. ce mot. 

Au fig. : le li cmince a calU (4A)[le 
lac commence a se recouvrir d'une 1£- 
gere couche de glace]. 

Calin, innft, adj. (4T,A,R) : calin, e. 
Syn. ifliron, onnd (4T) ; goub\6 (4A). 
N' fdpd ton cdlin (4T) [ne prends pas 
ton air calin ; ne minaude pas]. 

CalI6, sm. (4R) : lait. 

Calio, sm. (4T,A) : grumeau, caillot; 
caltou (4A). 

CalitA, sf. (4A,A1,T) : quality ; calitd 
(4A,Ab). 

f CaJlot, sm. (G) : t£tard, arbre qu'on 
&6te a e*poques fixes. 

Calmd, adj. (4T,A) : calme. Syn. : 
qi (3T). 

Cal6, sm. (4AI) : caillot, grumeau. 
La spa a lou calo [la soupe de farine 
en grumeaux]. On grou calo depan [un 
gros morceau de pain]. 

Calonie, sm. (5C) : canonnier. 

Calti, sf. (4R) : serre-t^te. 

Calvin©, sf. (4T,A) : calville (sorte 
de pomme) ; f calville ', f. (G) ; canuil'i 
(8 A). Calville en fr. est msc; cependant 
quelques lexicographes font ce mot du 
genre teminin. 



Oamarin, sm. (4Ag) : groseille rouge; 
tramarin (4 A). 

f Cambuae, sf. (4 A) : maison dela- 
bre*e, mal entretenue ; baraque; canbusd 
(4A). 

fCamelote, sf. (G) : contrebande. 

f Camelotier, sm. (G) : contreban- 
dier. 

f Camiler, va. (G) : ennuyer. 

Camd, adj. (4AI) : surpris, embar- 
rass^. 

Camoche, sf. (4 A) : fern me ayant le 
nez camus, camarde. 

Camu, adj. (4T, A, R) : camus. Sib. 
parsna a on nd camu (4T) [cette per- 
sonne est camuse]. 

— , au fig. (4T,A,R) : surpris, embar- 
rass^; camd (4AI). Cf. RtGmER(Sat.X): 
Le brouet estoit maigre, et n'est Nostra- 
damus I Qui l'astrolabe en main ne de- 
meurast camus, etc. 

Mi can md trai golu \ Urion dromi 
liu su, I £ s' levi d'itVi dsu, \ Divnd 
sal 7(5 camu (4R) [mais quand mes trois 
goulus eurent dormi leur soul, en se le- 
vant de la-dessus, devinez s'ils (figurez- 
vous comme ils) £taient confus]. 

C9Xk(kan t can-t, dans qq. locutions), 
conj. (4T,A,R; 8M, etc.) : quand. Can-t 
on pu, on pu (4T, A) [quand on veut, on 
peut]. Can $ t-ou q'i vindra? (4T,A) 
[quand est-ce qu'ii viendra ?]. Can-t e 
pora (4T,A) [quand il pourra]. Can-t i 
p' s'ablyi, i n'a jamais fi (4A) [quand 
c'est pour s'habiller, il n'a jamais fait, 
jamais fini]. 

Can bin, can qi, canpwi, v. canbin, 
canqe, canpwe. 

— , adv. : comme. Biau can lemeide 
may [beau comme le mois de mai]. 
Noutron Segneu n'a paspolu \ Que Sa- 
tan, celi grou golu, | Pelu et nei can 
du pelu, I Fusse tor jo le metre \ A cosa 
de celi mafi... [Notre-Seigneur n'a pas 
voulu que Satan, ce gros goulu, poilu 
*et noir comme du velours, fut toujours 
le maitre a cause de ce mlfait]. (Noil 
de i63o, en patois d'Annemasse). Inu- 
sit^aujourd'hui dansle sens desex.citfc 
ci-dessus, comme termedecomparaison. 



Digitized by LjOOQIC 



CANA-CAPO 



81 



Cani, sf. (4AI) : tuyau (d'un po€le); 
(4R) : tuyau (d'une conduite d'eau). 

7 Canarder, vn. (G) : nager au fond 
de l'eau, plonger. 

f CanardiAre, sf. (G) : bateau des- 
tine 1 a la chasse des canards. 

Canav6, sm. (3J,S\Rr; 4T) : char- 
rier, drap de lit de toile grossiere qui 
sert a porter des feuilles seches, de 
Therbe, a envelopper la charge. 

Canapex (1 56o, Alex). 

Canba, vn. (4T) : aller, marcher. De 
chanbd, jambe. 

— , sf. (4T,A) : enjambeV, canbdU 
< 4 A). 

Canber&dd, sm. (4A ; 5C) : camarade. 

Canbin, conj. (4T,A ; 5C) : quoique, 
quand bien m£me. (Le verbe qui suit 
est a Tindicatif.) 

Canbott*, (6A). V. ganboli*. 

Canbrnr&, sf. (4 A) : dresse, terme 
de cordon nier. 

Canche, sf. (3S') : ripe (auge circu- 
late). 

CaacochS (a), loc. adv. (1 Db ; 2R) : 
a califourchon. 

Cancw6r£, sf. (4 A) : ver blanc. 

t Candi, e, adj. (G) : penaud, inter- 
mit, lis resterent candis et confondus. 

Canelon, sm. (3R,Rr) : cdne de pin. 

t Canfarer, cafarer, va. (G) : bruler, 
enflammer. Ces Apices m'ont canfari 
legosier. Du pre*fixe pe*joratif ca et du 
verbe fard, flamber, bruler. V. cafar6. 

CanEIa, va. et vn. (3S') : gonfler. 

— {se), vpr. : se gonfler; s'enorgueillir. 

Canfwln&, sf. (4A) : taudis, gargotte. 

Canie, sf. (4T,A) : envie de rester 
oisif, mollesse, paresse. Di tin-\ in 
tin la canU mi prin (4T) [de temps 
en temps la paresse me prend]. Dans le 
frl. cagne. A Geneve, cagne signifie 
cachette, bon coin. 

— ,adj.(3S): paresseux, las. 

Canin, sm. (4A) : avancon (petite al- 
longe qu'on ajoute aux lignes de peche). 

(Jand, sm. (5A) : chene. 

t Canonner (se), vpr. (G) : boire 
avecexces. 

tCanoter, cagnoter, vn. (G) : mar- 



cher en jetant son corps successive- 
ment a droite et a gauche, comme un 
homme cagneux ou comme les canards. 
Elle marche en canotant. 

Canpa (6n) (4T,A,A1): en course, en 
campagne; t en campe (4T, A ; G). E-l 
i mi in canpa (4T) [il est de nouveau 
en course ; il va de nouveau vagabon- 
ded 

Canpann&, sf. <4T,A,A1; 3S' ; 6 Ac, 
B ; 8M) : grosse sonnette qu'on attache 
au cou des vaches. (Latin : campana, 
cloche). 

Campanne ( 1 565, Alex): clochette. 
* Deux campannes et deux confarons, 
Tun rompu ». 

— , (4T) : liseron des haies. 

— , (4A'g) : ancolie, gants de Notre- 
Dame. 

— Uddnd (6B) : digitale. 

— blua di montanU (6B) : gentia- 
nette. 

Canpwe^ conj. (4A'm,Ab) : quoique. 
V. capd6. 

Canqe, conj. (iT,E) : jusqu'aceque. 

Canair&, sf. ( 1 B') : tas de neige amon- 
cele*e par le vent. 

Cantarin&, sf. (4A) : carabe dore\ 

Cantena, sf. (6A) : angle d'un mur. 

i Cantine, sf., se dit a Geneve 
comme a Lyon pour designer une grosse 
bouteille de verre. 

Cantita, sf. UT^A) : quantite*. 

Cantna, sf. (4T,A) : cantine. 

— , (4R) : coin d'une rue. 

Canton, sm. (6B) : satiron noir, 
plante. 

Canuilfi, sf. (8A) : calville, sorte de 
pom me. 

f Cannier, va. (4T,A) : ennuyer. 
Mot d'argot. 

Capchin, sm. (4A,R) : capucin. 

f Capellade, sf. (G) : salut qu'on 
fait en 6tant son chapeau. II lui fit une 
grand e capellade. 

Capita, sf. (4T,A) : tonnelle ; capite 
(G). — (6A) : cabane en bois dans les 
vignes. 

Capd, capot&, adj. (4T) : capot; se 
dit d'une personne qui n'a fait aucune 



Digitized by LjOOQIC 



8a 



CAPO-CARA 



levle au jeu de cartes; confus, interdit. 
En fr. capot est invariable au tern. : elle 
a M capot. 

Capon, sm. et adj. (4XA) : poltron, 
lache. 

Cap6na, vn. (4T,A,R) : reculer, re- 
noncer a une entreprise ; montrer de la 
lachetl. Frl. : caponner. 

CaponS, sm. (4T, A;6U) : espece 
de farce roule*e dans des feuilles de 
bette. 

Capon eri, sf. (4T) : poltronnerie. 

Capota, sf. (4T) : capote ; coiffe, bon- 
net de femme. 

Capotisi, va. (4T, A) : d^concerter, 
rendre capot. 

f Capncine, sf. (4A). Norn d'un 
branle rythme* sur le refrain suivant : 
Dansons la capucine t | N'y a pas de 
pain chez nous ; | Y en a chez la voi- 
sine, I Mais il n'est pas pour nous. 

Capw6, conj. (4A\R) : quoique ; 
exclamation : qu'importe. Capwi t'd 18 
grwi d'on vri sinfhd, \ Mitre, on va 
birtre a ta santd (4R) [quoique tu aies 
la figure d'un vrai singe, patron, on va 
boire a ta sante*]. Rmilyi, ri-ti, snion 
fipardu, \ D%iv6 rid qi vniivd p' lo 
pridri, I £n'ci, Qhanbilris* bin ridu; 
I Parqi n' vodrd-to pd ti ridri /> | Mi 
ntrd borjhaX dtfrdn : Capwi I (4R) [Ru- 
milly, rends-toi, sinon tu es perdu, di- 
saient ceux qui veaaient pour le (Ru- 
milly) prendre. Annecy, comme Cham- 
Wry, s'est bien rendu; pourquoi ne 
voudrais-tu pas te rendre ? Mais nos 
bourgeois dirent : Qu'importe !]. 

Cette derniere citation fait allusion au 
stege soutenu par Rumilly, en i63o, 
contre Farmed de Louis XIII, eta la fiere 
rlponse que les habitants firent a la 
sommation de se rendre. Le mot de 
Capwi est devenu depuis le sobri- 
quet des Ru mil liens. Cf. A. Constan- 
ts : La Muse savoisienne (Etudes sur 
le patois Savoyard). 

Caq, caqS, caq-z, adj. indlfini (4T, 
A,R) : quelque. Cdq sert a former nom- 
bre de composes. V. cac. 

C&q$, adj. et s. (4A) : idiot. 



Caqd-con, Ioc. adv. (4T,A,R) : quel- 
quefois. 

Caqd-z-£n$, pr.ind.f<6m.(4T): quel- 
ques-unes; cdqni (4T,Aa,AI). 

Caqi, sm. (4 A) : petit homme, bout 
d'homme. 

Caq-r6, pr. ind. (4A,AI,R) : quel- 
que chose; cdq-rin (4T,A). Syn. : cdq 
(ou cdqi) chusd (4T,A,R). Cdq-rfn, par 
une sorte de litote, signifie aussi : beau- 
coup, quelque bien important; le mot 
rin (en fr. Hen), qui provient du mot 
aflfirmatif rem, conserve ici toute sa 
valeur. N*tra Marti, i-f naflii q* ara 
cdq'rin (4A) [notre Marie, c'est une 
fille qui aura quelque chose, c'est-a- 
dire une bonne dot]. 

f Caque-graisse, sm. (G) : avare; 
taquin. 

f Caqueux, adj.et s. (G) : miserable, 
cheW. II a un air caqueux. 

Dans Pane. fr. caqueux a le sens de 
llpreux : « Mandement contre hommes 
et femmesnommls caqueux, auxquelsil 
est fait deffense de voyager dans le du- 
che* sans avoir une piece de drap rouge 
sur leur robbe,pour e\iterle danger que 
pourroient encourir ceux qui auroient 
communication avec eux ». (Cite* par 
Godefroy.) 

Caq-z-on, pr. ind.masc. (4T, A,Aa r 
A1,R) : quelques-uns. 

Car, sm. (4T) : quart (4* partied'une 
unit*); cd (4 A). On cdr d Surd (4T)[un 
quart d'heurej. Dav~\ iure i on cdr 
[deux heures et quart]. On cdr di blid 
(4R) [un quartaut de bl£]. 

Car, sm. (6A) : coin du feu. V. card. 

— , (3T) : Iieue\:arte\ £cart. 

Cara, sf. (4T,A; iD,R; 6 A) : aver- 
se, ond£e ; dans le frl. une cdre. A Ge- 
neve : une cdre, ou une cdre de pluie. 

f Carabaaae, sf. (G) : longs sarments 
qui serve nt a Her les haies. 

— , frasque, espteglerie ; mystere. 
Fa ire des carabasses ; il a vendu la ca- 
rabasse (G) [il s'est trahi, il a livre' le 
secret]. 

Carabi, sm. (4F) : cidre. 

— , (4T) : cidre et vin m£Iang£s, 



Digitized by LjOOQIC 



CARA-CARD 



83 



Carabi, (6Ac) : eau-de-vie. 

CarabotA, va. (4T,A) : culbuter, rou- 
ler, degringoler. 

Caram&l&, sf. (4T,A) : caramel. 
Dans le frl. caramel ie est aussi du 
genre flminin. 

f Carantin, (4A; G) : quarantaine 
(plante de jardin a fleurs blanches ayant 
une odeur assez semblable a celle de 
Poeillet). 

t Carcagnou, sm. (G) : petit coin. 

CarcallS, sf. (5A'b) : roche qui se 
desagrege facilementen petitsmorceaux. 

Carcalyi, vn. (4A,Ab) : carcailler 
(se dit du chant des cailles). Syn. : bor- 
calyi et brocalyi (4T). 

Carcan, adj. (4T) : creux, vide; au 
fern. : carcannd. £n sti tin, on n'dme' 
q' lou bid discdr q % sanndn t carcan 
(4T) [en ce temps-ci on n'aime que les 
beaux discours qui sonnent creux]. 

— , sm. (4T) : gros grelot qu'on sus- 
pendait autrefois au collier des che- 
vaux. 

— , (6A) : animal haut sur jambes, 
maigre, efflanque*. 

V nan carcan, ou rborni , nom 
d'une source tres abondante en temps 
de pluie, mais vite tarie, qui se trouve 
a 3oo" de la fontaine des Marquisats, 
pres d'Annecy. Elle sort a travers les In- 
terstices des blocs de pierre qui cachent 
son orifice et fait entendre un bruit 
sourd. De la sans doute sa denomina- 
tion. 

Carcan s'emploie a Thones et a An- 
oecy dans la formulette suivante, ou ce 
mot est peut-6tre mis pour rimer avec 
argent : Ne\ carcan , bouche d' argent, 
teint fleuri ou menton fleuri, I'enfant 
rit. On touche successivement le nez, 
la bouche, les joues ou le menton de 
I'enfant, en prononcant ces paroles, et, 
a la derniere phrase, on fait vibrer le 
doigt pour exciter le souriredu poupon. 

Carcann&, sf. (4Fg) : primevere. 

Carcaasu, adj. (4A), f£m. carcasswa : 
▼ide, creux, tel qu'un corps dont il ne 
reste que la carcasse. Abrd carcassu 
(4A) [arbre creux] ; au fig. : Uld car- 



casswa [tele vide]. f7a bdfd sonne* r 
carcassu (4A) [ce tonneau sonne creux]. 

Careavalft, sf. (4T,A'g) : rhinanthe 
velu (plante) ; carild (4A). 

GarcavalA, vn. (4A) : caqueter, cr6- 
teler. Se dit du cri de la poule avant 
de pondre ; apres la ponte on dit qu'elle 
chantB. 

Le sens de ce mot est moins special 
dans les regions voisines. En lyonnais 
et en dauphinois, il sign i fie : babiller, 
crier, faire du bruit, particulierement 
en parlant du bruit que font des objets 
contenus dans un recipient que Ton 
secoue. 

Le vx.fr. a car cape I, grelot. Godb- 
froy mentionne carquavel avec le sens 
hypothitique de castagnettes. Cf. Du- 
cange : cascavellus, cascaviellus ; cam- 
panula, nola; Gallis, grelot ; provincia- 
libus, cascavau. 

Carcave, sm. (4T) : caillot de morve 
a demi-dess&he* et obstruant les na- 
rines. 

— , (6A) : vieillard catarrheux; col- 
lier de cheval muni de sonnettes et de 
grelots. 

f Carclin, sm. (4A) : bourrelet pro- 
duit par les chairs sur le cou, les bras 
ou les jambes des enfants dodua. « Oh ! 
le bel enfant, il est tout en carclins 
par les bras. » 

— , (4A) : sorte de patisserie. « Fais 
saucette avec ce carclin dans ton cho- 
colat. » Cest le fr. craquelin, avec m£- 
tathese de r. 

Qarcld, sm. (4A) : cercle; garcttd 
(6A). V. farclld. 

t Carcnl, sm. (4T,A) : calcul. 

CarcnU, sf. (4T,A) : marmelade de 
pommes de terre, plat d'oignons ; — , 
(4AI) : pommes de terre rapees qu'on 
mele avec de la farine et qu'on fait frire 
a la pofile par petites tranches. 

CarcuU, va. et vn. (4T,A) : calcu- 
ler. 

C*rd&, sf. (4T; 5 At; 7Jr): cardon 
(plante). 

Cardinalin, sm. (4T,A,Ab,R ; aAj): 
chardonneret ; cardinolin (4AI ; 6A). 



Digitized by LjOOQ IC 



84 



CARD-CARO 



CardinAr, sm. (4AI) : cadenas. 

CAr6, sm. (3S) : bille de sapin ordi- 
nairement de 4 metres. . 

GarAnmA, sf. (4T,A) : carfime. En 
frl. on donne souvent a carime le genre 
feminin. 

QarfwA, sm. (4A) : cerfeuil ; carfwt 
(5A) ; carfolyet (8A). 

Qarfyur, sm. (8Bf) : Atre, foyer. 

Carillon, sm. (4T,A,R) : carillon. 
Syn. : tracdwdon (4Aa) ; tr&cddon (4 
Al,R) ; trScbUdon (6A) ; tricawdon 
(8B'm). 

CarilionA, vn. (4T,A,R) : carillon- 
ner. Syn. : trdcdwdnd (4Aa) ; tricddnd 
(4AI,R) ; tricdudnd (6A) ; tricawdd 
(8B'm); triqeudnd (4AD). 

Cari6l*. V. carriole. 

Carire, sf. (4A) : carriere. D' vi Ira- 
valU a la carire* [je vais travailler a la 
carriere]. 

CaristolA, sf. (3T) : mendicity. 

CarlinA, sf. (3C; 6B) : renoncule 
des glaciers. 

CarmanldlA, sf. (4T) : veste courte; 
danse. 

CarmanlulA, sf. (4T) : petit-muscat; 
sept-en-gueule (petites poires hAtives). 
Dans le frl., on dit sept-en-bouche. 

CarmAntran, sm. (4T,A) : carnaval; 
mardi gras ; carmitran (4A). S'emploie 
sans article. V. alouIA. 

Ceq'onfd a carnaval , 16 ra \u mdion 
(4Ab) = Ce q'onfd a carmintran, lou 
ra i mjhan (4T) [le travail qu'on fait 
pendant le carnaval, les rats le man- 
gent ; c*est-a-dire amusez-vous pendant 
les jours consacre*s aux rgjouissances]. 

-— , (4T) : mannequin que les jeunes 
gens brulaient sur la place publique 
dans la soiree du mardi gras; se dit 
aussi d'une personne de haute taille, 
habille> d'une facon ridicule. En ce 
sens, carmintran prend Particle. 

Cf. le vieux francais caresmentrant : 
carnaval, commencement du carfime. 
On disait aussi caresme prenant, qui a 
£t£ employe* par Moliere et est reste* 
dans le Dictionnaire de FAcade*mie. 

La coutume de promener par les 



rues un homme de paille, le mardi 
gras (ou le mercredi des Cendres), est 
fort ancienne et fut tres g^n^rale. Go 
dkfboy cite ces deux vers des Plaisants 
Depis des Supports duS.de la Coquille 
(1 589) : II faut laisser caresmeentrant | 
Et charger le sac et la corde. 

Syn. : carnaval (4Ab,Al). 

CarniflA, sf. (4T) : morve. 

CArd, sm. (4T,A,R,A'g ; 8Bf ) : an- 
gle, coin, coin du feu ; recoin ; lieu 
ecarte* ; cdr (6A), 

Cdrd est le vieux mot fr. carre, care, 
qui signifie c6te\ face, facette, coin. V. 
les exemples cue's dans Godefrot. 
« Carre se dit encore en Champagne, 
en Bourgogne et en Lorraine, dans le 
sens de coin et d'angle rentrant. » 

Ital. quadro, d'ou derive cadre. 

De card vient acard, presser contre 
un coin. 

— , sm. : pierre. Mot tombe" en de- 
suetude. 

Dans la valine de Th6nes, cdrd ne se 
rencontre avec le sens de pierre que 
dans la denomination du Grand-Car- 
ro% (mont Charvin) et dans celle d'une 
tour naturelle situle au-dessus du ha- 
meau de Charvet. Encore cette e*tymo- 
logie est-elle fort contestable. Quant 
a la place publique appeleVLe Cdro, 
son nom lui vient de son ancienne con- 
figuration qui 6tait carrle. 

Card, sm. (4T) : carreau [r coussin 
bien rembourre\ de forme carree (on 
trouve ce mot avec ce sens sous la for- 
me carreaulx (i565, Alex) : « deux 
carreaulx de sattin jaune et deux cous- 
sins de toile blanche » ; meme forme 
(Inventaire du chAteau d'Annecy, 1 6 14): 
« quattre carreaulx de velleur rouge*.) 
a* vitre; 3" fer de tailleur; 4' une des 
couleurs du jeu de cartes]. 

Card, et dans le frl. carreau (4T,A ; 
G; : carre\ ou planche de jardin. 

— , (6A) : brique. 

Caron, sm. (4T,A,R ; G ; 6U; 7I1) : 
brique, carreau. Dans Fane, fr., carron 
signifie : carre*, place carree; carreau 
de brique. Le derive* caroner « se dit 



Digitized by LjOOQIC 



CARO-CART 



85 



encore dans le patois foremen, souvent 
m4me a la ville, pour carreler : caroner 
un appartement. II est Igalement usite* 
dans la Suisse romande. Dans la Suisse 
romande. on ditaussi carronnage, pour 
carrelage. » (Godefroy.) 

— , (4T; 6A,B,U) : clochette en cui- 
vre battu qu'on pend au cou des va- 
ches. Car on si bati (6 A) [clochette 
sans battant : se dit d'un homme sans 
cervelle ou d'un homme qui ne parle 
pas beaucoup, par manque d'esprit]. 
Qaron, sm. (6A) : ciron. 
Caronie, sf. (4T) : charogne ; au 
fig. : person ne molle, sans £nergie, qui 
n'aime pas le travail. 

Carot&, sf. (4T,A,Ab ; 5 At) : bette- 
rave comestible. 

Caroti, sm. (4T,A) : carotteur, ft- 
lou ; f6m. : carotiri. Carottier (4T,A ; 
G) figure dans les Dictionn. fr., a c6te* 
de carotteur. 

Carpi, sf. (4A) : carpe; cdrpd (pa- 
tois du Bourget). 

Carptadu, sm. (8A) : capendu, 
court-pendu (pom me). 

Qarplnti, sm. (4T,A) : charpentier; 
carpiti(4R,A,A\); charpenti (3S'). V. 
cJiapweX 

fCarpiere, sf. (G) : e*tang, mare; car- 
pire (2AJ). Derive* de carpe. 

t Carquillon, sm. (G) ; courcouil- 
lon (4T,A). V. corcolion. 

t Carreau. Ce mot a (4T,A; G) les 
memes significations qu'en francais; de 
plus on Temploie encore dans le sens 
de planche ou carre* de jardin, sens 
tombe* en de"sue*tude en fr. V. car6. 

t Carrelet, carrolet, sm. (4T, A; G) : 
petit carre* de toile, de papier. 

f Carrieur, sm. (4T,A ; G) : carrier, 
ouvrier qui exploite une carriere ou qui 
ytravaille. 

f Carridle, sf. L'ode carriole se pro- 
nonce ordinairement en francais com- 
me dans homme. Ce mot en fr. signifie 
une petite charrette couverte et g£n£rale- 
ment suspendue, ou une mauvaise voi- 
ture. Caridld, suivant les locality, d£- 
s «gne diffSrentes sortes de charrette. 



f Carrioler (se), vpr. (G) : aller en 
voiture. Se dit par decision. 

C&rt&, sf. (4T,A) : carte. Les noms 
des quatre coulcurs d'un jeu de cartes 
sont les m£mes qu'en francais. 

FM U cdrti (4T,A) [brasser et dis- 
tribuer les cartes]. 

Les jeux de cartes les plus connus 
sont : i* la bataille, que Ton nomme 
jeu de hoc a Geneve, jeu des petits pa- 
quets ou des petits plots (4T, A ; G) ; 
2' le piquet; 3' l'ecartl. Ajoutons la 
manille, le polignac, le jeu defoutraille 
ou foutrd. 

On joue aussi aux jeux suivants : a 
l'as ; a la bitU a 5 cdrU ; a la bourd ; 
a la briscd-bdrnW, ou u mariajhd bdr- 
nU ; a la cadre* etd ; a la polalU ; a la 
pioghi ; 1/ rinse ; u cin ci (4A), u Jin 
cin (4T) [aux cinq cents]. 

Au fig. : 4 pir la cartd (4A) [il de- 
vient fou]. 

— , sf. (6A) : mesure de capacity va- 
lant 2 3 litres a Albertville. Na cdrtd si 
fon [une mesure sans fond ; se dit d'un 
homme prodigue, d'une personne sur 
qui Ton ne peut compter]. 

f Cartable, sm. (4 A) : petit sac en 
cuir ou en carton ou les £coliers met- 
tent leurs livres et leurs cahiers. 

fCarteron, sm. (4T,A) : mesure de 
capacity pour les solides. 

— (6A) ; cdrte (G) : mesure agraire 
valant environ 8 ares, le quart d'un 
journal de terre. 

Carti, sm. (4T,A) : quartier. L'ex- 
pression balyi carti (4A) [bailler quar- 
tier] s'emploie en parlant d'une per- 
sonne qui souleve un objet pesant d'un 
cdte* seulement, par Pun des angles. 

Carti d' miuton, carti d' pomd (4T, 
A) [quartier de mouton, quartier de 
pomme] ; on carti d' pan (4T) [un 
chanteau]. 

gartin, inn*, adj. (4T,A,A1,R) : cer- 
tain ; cirtin (3S"). 

Qartinnamdn, adv. (4T,A) : certai- 
nement. 

Carts*, sm. (6B,3Sd) : quartier; ha- 
meau, section d'une commune. 



Digitized by LjOOQ IC 



86 



CASC-CATA 



garvala, sf. (4T,A,A1,R ; 6A) : cer- 
velle ; fervild ( i Ep) ; c'hirvald (3S'). 

CascAda. sf. (4Tb) : cascade. 

f Cascagne, sf. (4A) : fruit du pla- 
tane ; petit coup donne* sur la t£te avec 
ce fruit ou avec l'index replie\ 

f Cascagnettes, sf. pi. (4A) : casta- 
gnettes ; petites planchettes que Ton pla- 
ce entre les doigts et que Ton agite vi- 
vement pour imiter le son des casta- 
gnettes. 

C&scd, sm. (4TC) : casque. 

— di Prusslin (4TC) : aconit. 

Cas6rn&, sf. (4T,A,R) : caserne. 

C&88&, sf. (7L) : lieu tres pierreux 
situe" pres des glaciers, ou des regions 
neigeuses. 

— » (4^) • grande cuillere de cuivre 
servant a puiser de l'eau. V. cafe ct 
bassin. 

Casaa, va. (4T,A) : casser. Syn. : 
ibrecd (4T; 3S). Dans le frl. casser a 
les m£mes acceptions qu'en fr. ; mais 
on I'emploie improprement dans plu- 
sieurs locutions. Ainsi on dit : II a les 
yeux cassis [cerne"s]; ces pommes 
sont cassies [coties] ; la grele a cassi 
[coti] tous les fruits ; du papier cassi 
[du .papier brouillard]. Pour signifier 
que le lait tourne lorsqu'il est remue* 
au moment ou la cr£me commence 
a se former, on dit : tu casses le lait. On 
affaiblit le vin blanc quand on le trans- 
vase ; en frl. : on casse le vin blanc. 

Casaa-cou, sm. (4AD). V. brendi. 

Cassft-cu, sm. (4A) : personne con- 
trariante, ennuyeuse. 

f C&sse, sf. (G) : alteration sensible 
de la same* d'une personne ag£e. Avoir 
une cdsse, il commence a avoir une 
cdsse [se casser, il commence a se cas- 
ser]. 

t Cane-noisette, sm. (G) : loir mus- 
cardin. 

t Cassette, sf. (G) : poSlon. 

t Cassibraille, sf. (G) : racaille, lie, 
rebut. Ne fre*quente pas ces gens-la, 
c'est de la gogne, de la cassibraille 
(Humbert). 

Casson (4T,A,A1 et dans tout Par- 



rondissement d'Annecy) : ecchymose ; 
epanchement sanguin produit dans les 
tissus par un traumatisme ; tumefaction 
slreuse ou purulente consecutive au 
traumatisme. 

— (4T,A,Al; 6A) :durillona la main 
produit par le maniement dun outil. 

f C&ssoton, sm. (G) : poelon. 

Casts, sf. (6A) : cache, cachette. 

Cast&man, sm. (6 A) : manchon, mi- 
taine (qui cache les mains). 

Caston, sm. (6 A) : veillote, petite 
meule de foin. 

t Castonade, sf. (4T,A ; G) : casso- 
nade. 

Castrd (8B'c) : quatre. 

Catft, sf. (4T,A; 3T; 6A) ; catte 
(G) : meche de cheveux, tresse, tresse 
mal faite ; touffe de cheveux en de*sor- 
dre, ou de poils colics ensemble. D' vi 
dirisa catd a sta bougrd d' find (3T) 
[je vais dire son fait a cette vilaine fem- 
me]. Dans une pareille phrase, on dit 
sa patd au lieu de sa catd, a 4Ab. 

Ce mot catd se retrouve probablement 
dans catogan ou cadogan (noeud qui 
retroussait les cheveux et les attachait 
pres de la t£te), terme dont Forigine est 
regard ^e comme inconnue par plusieurs 
lexicographes. 

CataU, sf. (4T f A) : poulie. 

Catalft, vn. (4T,A) : rouler, dggrin- 
goler. 

Catalina (* la), loc. adv. (4T, A) : Td 
tirta a la catalind, tiri a pourtd (4A) 
[tu as fait roulerta bille sur terre, lance- 
la a ported, c'est-a-dire de man i ere 
qu'elle vienne en frapper une autre tout 
droit, sans toucher terre]. 

Syn. : a la garolind (4 A) (de garotd, 
rouler a terre, avec influence analogi- 
que de la finale catalind). 

On a pu voir aussi dans ces expres- 
sions a la catalind, a la garolind, des 
noms de femme (Catherine, Caroline) ; 
cf. le syn. frl. : tirer en fille (4R). 

f Catarate, sf. UT,A ; G) : cataracte 
(dans le sens de maladie des yeux, 
opacite* du cristallin ou de sa mem- 
brane). 



Digitized by LjOOQIC 



CATC-CAVA 



87 



Catchismd, sm. (4T) : catlchisme ; 
catigime (6 A) ; cati\im6 (4AI). 

Cat*, sm. (4T,A,A1,R) : tas de petits 
objets. On cati de nUi (4T), de nui 
<8M); 7 un catet de noix (G) [un tro- 
chet de noix]. 

-, : grumeau (4T,A ; 3S* ; 6A).Se>X 
de cati (6 A) [soupe de farine en gru- 
meaux]. 

— » (4R) • gros morceau. 

Cati est aussi une abrlviation en 
usage parmi ies ecoliers, pour signifier 
catechisme. 

Catfttt, sf. ( c B' ; 8M) : poulie ; f ca- 
telle (G) ; catild (5C). 

— , (4T,A) : brique verniss^e; f ca- 
ttle (4T,A). D'apres Blavignac, queta- 
lare designe un fabricant de pofiles en 
pieces de terre cuite appeiees quatelles 
ou catelles. Bridel donne catalare dans 
le sens de potier de terre, et catalla avec 
celui de manufacture de poterie. Catelle 
est aussi employe* a Geneve que quetala 
en patois romand. 

Catalard (catolard) est un sobriquet 
donne" aux habitants de Nantua. 

Cattla, vn. (iB') : rouler, degrin- 
goler. 

Catela, va. (3S') : avoir de la repu- 
gnance; cateld (iB) : mepriser, faire fi 
de. D'i catele (3S*) [j'ai de la repu- 
gnance pour cela]. Lou bo catil&n li 
rnolJi (iB*) [les crapauds meprisent 
Ies grenouilles]. 

Catelfina, sf. (7Jr) : primevere a 
grandes feuilies. 

t Cateler, va. (G) : Clever un objet 
au moyen d'une poulie. 

Cateleu, n. et adj. (3S') : sale, d£- 
godtant, repugnant. 

Cateltt, sf. (4T) : la basse chaire 
d'une eglise. 

Cati, va. (6A) dans Fexpression sui- 
vante : Dipwi ni le chitri, ni le cati 
[je ne puis ni le sentir ni le voir]. 

Catla, p.p. (4A,Al,As,R) : cach^. 

Catie, sf. (3S') : repugnance. Si ma- 
nire me fan cdtU [ses manieres me r£- 
pugnent]. 

Catie, va. (5C) : cacher. 



CatiM, sf. (lEp) : pomme de terre. 

Catiil6,sm. (4T.A) : gros morceaux; 
catid (4Ab ; 5C). 

Catigeme, sm. (6A): catechisme. 

Catlo, sm. (5C ; 4Ab) : gros mor- 
ceau. On grou catid de said (5C) [un 
gros morceau de sale]. 

f Catiule, sf. (G) : fern me maladive 
et chetive qui se plaint sans cesse. 

Catola, sf. (4Ab). V. cratol&. 

Catolonle, sf. UT.A) : couverture de 
lit en laine ; catlonXi (4A,Ab,T) ; catol- 
logne (i63o, iA); cathelogne (1660, 
1 A). 

« Plus, troys catelognies blanches 
presque touttes neufves. — Plus, aultres 

troys rouges, aultres vertes , une 

bleue... » (Inventaire du Chdteau d'An- 
necy (1614), public par M. Max Bru- 
chet, dans la Revue sap., 1 90 1 , p. 34). 
On voit que ce terme s'applique a des 
couvertures de diverses couleurs. Ac- 
tuellement il designe le plus sou vent 
une couverture de laine blanche. 

f Catolyon et gatolyon, sf. (G) : 
grumeau, caillot. Une soupe en cato- 
lyons. V. cate. 

Catrola, sf. (4Aq). V. cratott. 

Catson, sm. (8M) : secret. 

CaudrB, va. (8M) : coudre. 

f Cause. Dans le frl., a cause s'em- 
ploie pour la conj. pourquoi. Ce n'est 
pas toi qui ferais cela. Reponse : Et a 
cause? c.-a-d. Pourquoi ? Tu n'es pas 
parti, et a cause? V. o6aa. 

f Causette, sf. (4T,A; G) : causerie 
intime. Faire la causette, faire une par- 
tie de causette. 

Cava, sf. (4T,A) : cave. Syn. : fartd 
(4T,A,A1) ; sartd (5C) ; fetor ou sitor 
(3T). 

Une petite cave s'appelle cavb (4T,A, 
Ab) ; crdtd (8B'm). 

Cavft, sf. (4T,A,Ab,R,F) : queue; 
tresse de cheveux ; cawd ( 1 Db,Bm ; 3S') ; 
cwa (4A'g; 6Ac,Gv'). La cau>& a la va~ 
che, u chin (iTm) [la queue de la va- 
che, du chien]. 

Du pi u d* la cava 4 , C poly in sinblea 
la cavald (4T,A) [par le pied ou par la 



Digitized by LjOOQIC 



88 



CAVA-CAVE 



queue, le poulain ressemble a la jument, 
c.-a-d. tel pere, tel fils] — Upila titd u 
pe la cwa, I'anXd rissible a lafXb (6 Ac) 
[ou par la tele ou par la queue, l'agneau 
ressemble a la brebis]. 

T-ou q'i to-t invartolyb C j'hdr 4 tb 
divartolyb la n4? (4T) [qu*est-ce qui 
est tout entortille* le jour et dltortille* la 
nuit?] Re*p. : la cbvd d'on pwbr [la 
queue d'un pore]. 

— , (4T,A; 5 At) : prele, queue de rat 
(plante). 

Cbvd di rndr (4T) : orchis male; a 
4T et a 6Uf : amarante ou queue de 
renard. 

Cbvd nird (3S') (t. d'argot), se dit du 
cafe chaud sans lait : na tbssd de cbvd 
nird. 

Compose* : icawd (3S) [sans queue], 

CavachS, sf. (6A) : coureuse de rue. 

f Cavaille (a), (4 A) : a cheval. En 
faisant sauter un enfant sur ses genoux, 
on chante le refrain suivant : A cavdille 
I Sur mon ane, | A patringd | Sur mon 
chevau, | A cadet | Sur mon bidet, | 
I Quand il trotte | II fait des pets. | 
Prou I... prou !... 

Cavali, sf.(4T,A) : cavale, jument; 
personne lourde et gauche. A Geneve 
cavale se dit d'une jeune fille qui danse 
bruyamment ou a l'exces; cavaler se 
dit de Taction de danser, gambader a 
l'exces. 

Cavalft, vn. (6A) : se dit du cheval 
qui couvre la jument. 

t Cavaler* vn. (G). V. cavaU. 

— (se), vpr. (4A) : s'esquiver. 

CavalGrS, (A), adv. (4T) : a califour- 
chon. Dans le frl. b cavalire, a cava- 
lin. V. cavalin (A). 

f Cavali6re, sf. (G) : petit pont (de 
pantalon). 

f Cavaliers (les), ou les chevaliers 
du froid (4T,A; G). 

On entend sous cette appellation cer- 
tains jours des mois d'a\ril et de mai 
ou, suivant les observations des agricul- 
teurs, le retour des getees blanches est 
le plus frequent. 

Dans le bas Chablais, on considere 



comme jours a redouter les trois der- 
niers jours d'avril et les trois premiers 
de mai. A Geneve et dans les environs, 
e'est le a3 avril, fele de saint Georges, 
le a5, fiftte de saint Marc, et le 1" mai, 
fete de saint Philippe. A La Roche, on* 
en compte cinq, comme l'atteste le pro- 
verbe suivant : Jorji, Marci, Crw£%e f 
Jane*, Urbi son td d'fotu mangeur de 
nwi (3R) [Georges (23 avril), Marc (2S 
avril), Invention de la sainte Croix (3 
mai), Jean (6 mai), Urbain (2 5 mai) 
sont tous de vilains mangeurs de noix]. 

Quelques-uns ajoutent : 4 14 cassdn 
sin martelS [ils les cassent sans mar- 
teau]. 

A la Balme-de-Sillingy on dit : S'a la 
Sin-Mdrc (25 avril) 4 ;h4U t on cassi 14 
nUiiS si martli, bi V vin si gobli [on 
boit le vin sans gobelet]. 

Cavalin, sm. (4A'g) : orge, avoine 
et vesces semles et re'colte'es ensemble; 
— , (4T) : froment, seigle et avoine me*- 
langls. 

f Cavalin ou Calalin (A), loc. adv. 
(4T ; 6A) : a califourchon sur les £pau- 
les ou sur le dos de quelqu'un. Syn. : 
a cavalird et a patinbdld (4T) ; a pati- 
bdld (4 A I) ; b pat in gu Id. et b patingui- 
IXd (4 A) ; h patianbdld (6 A) ; bpatacu, 
patacou (4A) ; a cocoche et h cocochi 
(G); b cancoghS (iDb; 2R) ; b sibdld 
(4Ab);atean6tf-$e7<5(8B'm)(surlecou); 
in tsotUli (8B'm) (sur le dos). 

Cavan, caven, sm. (6A) : cavity 
creux sous une pierre, dans un mur. 

— , (4Aa) : corbeille plus grande que 
la cavanXi. 

— , adj. (5C) : creux, vide. 

CavanI6,sf. (4T,A,Aa,Ab,Ac") : cor- 
beille ayant la forme d'une manne, mu- 
nie de deux anses assez solides pour 
porter des pierres, de la terre, etc. 

Cavft rojhS, sf. (4T, A) : rouge-queue; 
cbvd rossi (4Ab). 

Cavasson, sm. (4A) : se dit d'une 
femme dont le bas de la robe est tou- 
jours crotte\ 

Cavfi, 8ta\ adj. (4T,A) : terme de 
tendresse. Mon cav'4 (4A) [mon chen]. 



Digitized by LjOOQIC 



CAVE-CEN 



89 



Se dit des enfants et des animaux do- 
mestiques qui vous suivent partout. 

Cave\ sm. (6A) : meme sens que 
capanU ; car in (4T,A) ; caven (4Aa). 
Caver, adv. (6A). V. ceva. 
Cav£t&, sf. (8 A) : £pine-vinette. 
t Cavette, sf. (G) : « petite cave ou 
cavern e pratique^ au dedans d'un poele 
pour y tenir chauds les mets qu'on va 
senrir. Terrrfe connu aussi a Neucha- 
tel. » (Humbert.) 

t Caville, sf. (G) : be*vue, m^prise ; 
capitie (aAj). Dlan to ceq'ifd, 4-1 en 
fa di caville ! [dans tout ce qu'il fait, 
il en fait des be" vues !]. 

Cavity sf. (6B,Bv) : eau-de-vie. La 
capitd d' mdar e bin bond ; in pdu-td 
pda bdareon pdard (6Bv) [Peau-de-vie 
de marc est tres bonne ; ne veux-tu pas 
en prendre un verre ?] cf. Titalien aqua 
pita. 

Cavita, vn. (6B,Bv) : boire de l'eau- 
de-vie. 
Card, sm. (4T,A,Ab) : caveau. 
Cavwata (se), (4T) : salir le bas de 
ses v£temenis. 
Cawa, sf . ( 1 Db ; 3 S' ; 1 Bm) : queue. 
— , (lDb) : prele, ou queue de rat 
(plante). V. car*. 
Cawatire, sf. (aAj) : croupiere. 
Cawdra, sf, (6B) : coudrier, noise- 
tier. 
Cawte, sm. ( 1 Bm) : couteau. 
t Cayette, sf. (4A) : petit rouleau de 
veau farci en sauce. 

Ce, pronom d£monstr. <4T,A) : ce. 
U est ante* cedent de qui, ou de que: ce 
q'i pri [ce qui est vrai] ; di-m'i ce qi te 
id [dis-moi ce que tu sais]. 

Ce qi (q'i), ce qi (4T, A), ont quel- 
quefois la signification de comme, com- 
bien. Ce q'i in* a ! [combien il y en a 1] 
Nion ne pu diri ce q'on Vdmi (4T,A) 
[personne ne peut dire comme nous 
laimons]. 

Ce, adj. dlmonst. m. s. (4T) : ce, 
cet ; ci-qi^T) ; ci-intti (3S'j [celui-ci, 
celui-la]. 

-, adv. (4T ; 6B) : ici. Vin ci [viens 
ici]. 



Od, pr. d£m. (4A,Ab,Al,As,R; 5C) : 
cela (non mis en opposition avec ceci) ; 
cin (4T); can (4Tb,Aa); citU (4A) ; 
centli (4Aa). 

Lorsque ceci, cela sont mis en oppo- 
sition on dit : cinqi-cinli (4T) ; ci\i- 
chi-ci^itli (4) ; cin\iqi-cinli (4T). 
Cinqi, ou cintfqi n po pd cinli (4T) 
[ceci ne vaut pas cela]. 

— , adj. numeral (4A,Ab,As,Al,R ; 
6B) : cent. 

— , adv. (4T) : ici, c£ans. Cet adv. se 
rencontre souvent dans les polsies du 
xvi* et du xvii* siecle ; il n'est plus 
usite* aujourd'hui que dans quelques 
valines. 

On le place non pas apres le verbe, mais 
de la ma mere suivante : La damd ci 
U-lyi ici /> (4T) [la mattresse de la mai- 
son est-elle ici ?] Ci 't-i ici? [c£ans est- 
il ?] Ci % t-lyi ici ? [est-elle ici ?] Ci 7- 
ou ici ? [est-ce ici ?] £ ne ci Xi nXon 
(4Aa) [il n*y a personne ici]. 

L'adv. ci se trouve dans les poe- 
sies duxvr et du xvii* siecle sous la for- 
me se; ce qui contribue a rendre tres 
ardue la comprehension de nombreux 
vers. 

Cegala, sf. (5C) : cigale. 

C61ibaterd, adj. et subst. (4T,A) : 
c£libataire(mot recent, francais patois^). 

Celyi, sm. (4T,A) : dressoir, £tagere 
pour ustensiles de cuisine. 

C6m'tird, sm. (4T,A) : cimetiere. 

Cdn, pr. d£m. (4T) : cela ; cin minnd, 
cin sinnd, cin noutrd, cin Uu; f ca 
mien, ca tien, ca lui (au lieu de ca 
sien), ga ndtre, ca vdtre, ca leur. Cette 
tournure est r^pandue dans toute la 
Savoie et signifie : Ce qui appartient a 
moi, a toi, a lui, a elle, etc. V. $a. 

— , adv. (4A) : c6ans, ici ; nXon cin 
(4A) [nullement, nulle part]. Di bid /' 
charchi, di n' U trupi nion cin [j'ai 
beau le chercher, je ne le trouve nulle 
part] ; ieu va-ti ? — nion cin [ou vas- 
tu? nulle part ; c'est-a-dire je me pro- 
mene sans but determine*]. V. cd. 

— , adj. num. (4T ; 6Ac) : cent; cen 
(4Aa; 3B,T). V.cd. 



Digitized by LjOOQIC 



90 



CENA-CHA 



Cin Hon (4T ; 6 Ac) [cent et un, cent 
tin]; ci i Ion (6B). 

f Cenaise : sf. (G) : vase detain des- 
tine au transport du vin dans les tem- 
ples protestants pour la sainte Cene. 

C6n-16, pr. d£m. (4T) : cela. 

C*-n-6, adv. V. te-n-6. 

Cdn-qe, pr. de'm. (4T) : ceci. 

CAnsa, sf. (4T,A,Ag) : prix de loca- 
tion ; rede varices , impot ; cissd (6 A ; 
4A1). 

C6n8am6n, adv. (4T,A): censEment, 
par supposition ; cissami (4AI,R). Eli 
cinsamin V mitre (4T) [il est cense*, re- 
pute* le maitre]. Martin i modd sti ma- 
tin a la primm' drbd; y i cinsamin 
p' aid a la fird a" la Sin-Mori, mi y 
i pi livd V pi (4T) [Martin est parti 
ce matin a la pointe du jour ; il est 
cense* etre alll a la foire de la Saint- 
Maurice, mais c'est pour lever le pied, 
(pour Echapper a ses cre"anciers)]. 

C6nt6nna, sf. (4T) : centaine. 

G6ntima, sf. (4T,A) : centime ; ci- 
timd (4AI,R). Dans le frl. centime est 
souvent teminin. 

CSpft, sf. (4A) : cep. Syn. : gorlU 
(4A,Ab); pi (6A). Dans le frl. cep est 
du genre flminin. 

Cepon, sm. (6Ac,Gv) : cep d'une 
charrue (partie de la charrue qui porte 
le soc et qui est retenue par deux Etan- 
90ns); chipon (4Al,As). 

f Cerceau, sm. ; se dit a Geneve du 
filet de peche appele* trouble, ou truble. 

f C6r6moniel, adj. (G) : cErEmo- 
nieux. 

C6rfoly6t, sm. (jir) : cerfeuil. 

Cerije, sf. (6B,Bq,U) : cerise; cirisd 
(7J). 

Cerij6, sm.(6B,Bq,U) : cerisier. 

G6ron, sm. (^T,k\) : ciron. 

Cdrvfi. V. cGra, 

C&ssa, va. (4T,R) : cesser. 

CStor (ou sitor), sm. (3T) : cellier; 

fartd (4T, A,Aa) ; sartd (5C). On trouve 

ce mot sous la forme cetour (i636, 

1 A) : « restituer la clef du cetour qui 

est au-dessous du grenier ». V. fartd. 

En compulsant le Dictionnaire de 



Vancienne Langue fr. de Godefroy, 
nous remarquons Particle suivant : 
« Cetor, s. m. ? || A Johan de Vilaret a 
ses compagnion por treire les .VI. bos- 
ses de vin furs dou cetor, por chargjer 
et deschargier et misurar. (1418, Arch. 
Fribourg, Comptes des Trisoriers, 
n'3i)». 

Les expressions patoises mentionn&s 
plus haut nous permettenrde compren- 
dre le mot cetor (cellier) dont Godefroy 
ignore le sens. 

En 1 3 28- 1 329 : « pro duabus fenes- 
tris suturni ». (Extraits des Comptes 
de la Chdtellenie cTAnnecy, publics par 
M. BkucHET, in Revue Sap,, 1900, 
p. 3o3). « Suturnus ou^oturnus, en 
patois cetour, sert6 ou fartd ; piece si- 
tuee au rez-de-chausse> servant g£n£ra- 
lement de cellier. (i65i, 19 mars: 
Partage d'une maison situe> a Abon- 
dance, contenant la mention d'un « cet- 
tour, soit cave ». 

Suivant A. Constantin, les mots 
fartd, fitor, citor, sartd, etc., seraient 
formes des deux mots serre et tout (le 
sitor Etant un caveau destine a server 
fruits, vins, fromages, etc). Les formes 
indiquEes ne sem blent pas confirmer 
cette Etymologic 

Cdr*, c6var, adv. (4T) : de ce cdtE- 
ci, en 9a ; dpi (4A,A1) ; cipir (3S') ; 
cipir (4Aa). Le contraire est lipar (4T); 
lipir (4Aa) ; lipi (4A,Al,As) ; liprl 
(3T,B); lirp'i, lirpi (Go); Idpir (6A). 

Cipa liva (4T) [9a et la] par ci par la. 
Tous ces adverbes sont formed de la 
prEp. vers et des adv. ci et la y sur le 
type de cians, Hans, 

CdvrS, adv. (3T). V. cdvA. 

Qhk, sm. (4 A,R,Ab, Al ; 1 Bm) : chat ; 
chi (4T) ; sti (6A,Am) ; std (4F) ; ghat 
(7Jr) ; tsi (6Bv) ; tsi (8B $ m). Un gros 
chat s'appelle mire (6A) ; mird (4T) ; 
matou (4T) ; un petit chat (t. en fan - 
tins) : mind (4T) ; minon (4T) ; mird 
(4AI) ; mnon (4A'g). V. $M. 

Diti pi c" q'a jami ita, i /ami sara? 
(4 Ac) [dites done ce qui n'a jamais M, 
et jamais ne sera ?] R. : on ni a" ra dU 



Digitized by LjOOQIC 



CHA-CHAL 



9' 



Corlyi d'on chb [un nid de rat dans Fo- 
rcille d'un chat]. 

— , sm. (aAj) : sac. 

— , adj. num. cardinal (2 A;) : sept. 

Chi, sf. (2 Aj) : sel. De la chd prin- 
m& [du sel fin]. 

Cha, sm. (4A) : char. Se dit surtout 
du char a bancs. 

— , sm. (4A,Aj) : chas (colle). 

— , sf. (6A,AI) : averse, ond£e. Na 
chddifan (6 A) June nich£e d'enfants]. 

QhA(i), loc. adv. (4T.A,R). A ghdpu 
<4*T) ; a chd pou (5C; 4AI) [peu a peu]; 
4 chd sou [sou par sou] ; frl. a cha un, a 
cha deux [un a un, deux a deux]. 

Puitspelu re marque que ces locutions 
appartiennent a tous les dialectes d'oc 
et romano-prov. 11 cite ces deux vers de 
Mistral : « Aqueli toro mai qu'abilo | 
Sensevelisson a cha milo » [ces chenil- 
les plus qu'habiles s'ensevelissent par 
milliers]. (Voir dans le Glossaire d'O- 
nofrio un certain nombre de passages 
intiressants.) 

Cha vient, par le bas latin, de la prlp. 
grecque cata, comme Ta prouve" M. P. 
Meyer. Les textes du vx.fr. offrent les 
formes cadun, chadun, chaQn, cheun 
d6riv6es de cata+unum. Cha un a dis- 
paru du fr. propre, mais non sans avoir 
eu vraisemblablement une influence 
analogique sur la formation de chacun 
{forme dialectale : cescun), qui provient 
dequisque unus. 

Chable, sm. (3S f ); chdbld (4T) : 
couloir, passage a travers un bois. 

Chabrd, sm. (4Aa) : sabre. 

<JhAc,adj. inde*fin. ; chdqi (4T,A,R): 
chaque. 

Chache, sf. (2AJ) : grand sac. 

<JhAch8nI6r, sm. (7-Jr) : chataignier. 

fChAchd, sm. (G) : galette, gateau 
plat; enfant mou et paresseux, enfant 
choye* outre mesure ; personne indo- 
iente qui se meut difficilement, ou qui 
se soigne et se dorlote a Texces. 

t ChAcholer, va. (G) : dorloter, 
choyer a Texces. 

Qh&con, ch4conn&, pr. ind. (4T,A, 
R): chacun, e ; ghdcon, chdcna (4AI) ; 



chaqion, chacound (Go); stdcon, std- 
cond (6Ac, B); tsdcon, tsdcond (8M); 
sacoun'y sacound (8Bf). Qhdcon avwi 
sa chacound (4T), chacon avwi sa 
chdcna (4 A) [chacun avec sa chacune]. 
E n-i-n on chdcnb ion (4AI) [elles en 
ont chacune un]. 

Chacore, va. (2AJ) : secouer. 

Qhadd, sm. (4Ab) : cheptel ; fchidal 

(G) 

f Chade, adv. (t. d'exolier) (G) : vi- 
goureurement, fortement. Allons, cha- 
de, chade I donne-lui-en. 

f Chadence, sf. (G) : force, vigueur. 
Regard e cet f agoution (noeud fait au 
bout d'un mouchoir) ; tu vas voir avec 
quelle chadence je vais y aller I (Hum- 
bert.) 

Qhafcron, sm. V. chdteron. 

f Chaiouiller, vn. (G) : manger peu 
proprement et en d£goute\ 

Qhagrin, sm. (4AI): chagrin; cha- 
grin (4T,A). Syn. : pinnd (4T,A) ; 
inniii (4T). 

Chagrin* va. (4T.A) : chagriner, at- 
trister. Syn. : innol (4T,A) ; firi a" 
mdvi san (4T,A). 

Au lieu du r£fl£chi, on emploie le 
plus ordinairement s' bild (4T,A); s' 
fired' mdvi san (4T,A) ; s' firi di 
bild (4T,A) ; f se biler (4T,A). 

Chahu, sm. (iB) : sureau. 

fChahut, sm. (4T,A; G) : tapage. 
Littre enregistre ce mot qui deYigne 
une danse inde*cente. 

f Chahuter, vn., ou faire du chahut 
(4T,A ; G) : faire du tapage. 

Chal&, sf. (2AJ) : chaise; selle. 

Qhalft, sf. (4T,AI) et chdld (4Ab) : 
trace qu'a laisse'e sur un pre* ou sur la 
neige le passage d'un homme, d'un ani- 
mal ou d'un tratneau ; sillon, trainee 
d'une chose qui s'est re*pandue goutte a 
goutte, grain a grain; chemin frayc* 
dans la neige. Dans le frl. chdlie. 

Chdlie d£signe particulierement le 
passage fraye* dans la neige par le chasse- 
neige. 

— , (4AI) : tas de bois scie* et empile*. 

Ch&li, sf. (G) : seigle. 



Digitized by LjOOQIC 



ga 



CHAL-CHAN 



ghal&e, sm. (4T) : chalet; ghali 
(4AI) et chalbi (4AI). Syn. : mwandd 
(6B) ;arbi (6A) ; binnd (7Lb) ; arbit- 
sir (8B). 

f Chalende (G) : person ne travestie 
en vieillard qui adresse une allocution 
aux enfants rlunis autour de l'arbre de 
Noel. V. chalende. 

Qhalende, sf. (4T,A,Al,R,Ab) ; gha- 
lende (3S'): Noel. S'emploie sans ar- 
ticle. A Qhalendi (4T,A) [a NoeM, a la 
Noe*!]. 

ghaliandrft, sf. (3S') : escarpolette. 

ghallandrft, vn. (3S') : se balancer 
sur une escarpolette. 

ghalle, forme verbale. V. chaloir. 

Challe, sf. (4T,A) : squame, pelli- 
cule, petite lame d'6piderme qui se d£- 
tache du tissu cutane\ particulierement 
de la t£te. 

ghalin, sm. (2 Aj) : petit bouton pro- 
venant de la fievre. 

ghalna, v. imp. (4T; 3J,S') : faire 
des Eclairs non suivis de tonnerre. 

Chalne, sm. (3S') : Eclair. 

ghalftbrd, sm. (4Ad) : rhododen- 
dron. 

Chaloir, vn. Ne s'emploie en fr. que 
dans cette expression : ii ne m'en chaut, 
= i m'in ghd guird (4T). En patois ce 
verbe s'emploieau present et a Timpar- 
faitde Find, et du subj. : Cin U gha~ 
lyivi pd tan [9a ne Tinqutetait pas beau- 
coup] ; ifd pd qe cin t'i ghaiU (4T) [ii 
ne faut pas que cela t'inquiete]. 

ghamalyi, va. (4T) : taquiner. 

— (a£), v. re*ciproque (4T) : se cha- 
mailler, sequereller. 

ghamarg, sm. (4T,Ab; 7A) : pu- 
naise des bois. 

— , (4Ab) : zeste de noix. 

f Chambre a lessive (G) : buande- 
rie ; chambre a manger (G ; 4A,T) : 
saile a manger ; chambre de retirage 
ou de dibarras (4A,T) : petite piece 
gln£ralement obscure ou Ton depose le 
linge sale et les objets mis au rancart ; 
a Geneve on dit chambre a resserrer. 

Cham'bu et sandebu, sm. (jlr) : su- 
reau. 



ghamchire, adj. (4 A, As). V. 
mchird. 

f Chameau, sm. Dans le frl. (4T,A. 
Al ; G) s'emploiepour butor, lourdaud, 
sot. A 4 A I, chameau se dit des hom- 
ines et des bfites : 6 qin chamd t [quelle 
personne stupide ! ou quelle vilaine 
bdte !] A 4Ab, chameau signifie aussi 
me*chant. 

f Chameauder, va. (G) : vexer, en- 
nuyer. Ne viens pas me chameauder. 

ghamd, sm. (4T ; 3S') : chamois. 

— , (4T,A t Al,Ab, etc.) : chameau r 
surtout au fig. V. chameau. 

ghamnA, va. (4Al,Ac',R) : achever ; 
chimnd (4AC). Chavand ! Chavand / | 
Ti ri sari jami chamndl [tu ne seras 
jamais acheve* ; allusion a la construc- 
tion del^glisedeChavanod] (Cf. A. Des- 
saix : Legendes et Traditions populate 
res de la H"-Savoie, p. 1 42 .) V. chavn JL 

ghamos8&, sm. (4 A) : maladie des 
vaches. 

ChamoutA, va. (2AJ) : fouler. 

Chamoutdie, sf. (2 Aj) : temps qu*on 
met pour fouler une certaine quantity 
de raisins ; trace qui reste sur rherbe, 
ou sur le sol qui a Ite* forte men t foule*. 

Chamoutleu, sm. (2AJ) : fouloir. 

ghan, sm. (4T,A,R) : chant d'6glise; 
chan (4AI). 

— , (4T,A,Ab,Al,R) : champ. Li va- 
ch& san in chan (4T) [les vaches sont 
au paturage]. Mtd stapird d* ghan (4T) 
[mettez cette pierre de champ]; stan 
(6A). 

Dans le frl. on dit : les vaches 
sont en champ, pour dire qu'elles sont 
dans les paturages ; ma femme est en 
champ, pour dire qu'elle surveille le 
betail qui pait. De m£me on dit : les 
vaches vont en champ, ma femme va 
en champ, ou mene les betes en champ. 

ghanb*, sf. (4T,A,Ab,Al) : jambe. 
Manti rojhd, vintri d' pird i ghanbd 
di bwi (4T,A) [manteau rouge, ventre 
de pierre et jambe de bois], qu'est-ce ? 
Re*p. : la cerise. 

ghanbelfitft, sf. ( 4 A1). V. peaai 
drdtft. 



Digitized by LjOOQIC 



CHAN-CHAN 



9 3 



QhanbSlta, sf. (4A'g,Ab,R) : cul- 
bute. 

Qhanbftrd, sm. (4AI) : araigne^e mu- 
Die de longues et hautes panes. 

Ghanbftrd , sm. (4C) : £crevisse ; 
ghanbrb (5 A*). Ce mot et le pr£c£dent 
serattachent plutdt a ghanbd qu'au lat. 
cammarvs, ecrevisse. 

Qhanbota, vn. (4T,A ; 3S') : gigoter. 

Qhanbri, sf. (4T,A,Ab,Al,R) : cham- 
bre; stanbrd (3Sd;4F; 6Ac,B,U); tsan- 
*n!(8M). 

Qhanbranld, sm. (4T) : chanbranle 
{encadrement d'une porte ou d'une fe- 
netre). Se ditaussi d'une fern me de 
haute taille, maigre et mal habille'e : 
qin qhanbranld ! 

iChancard, sm. (G) : chanceux, per- 
sonne que la chance sert a souhait. 

Chancd, sf. (4T,A) : chance. Prov. : 
La chancS it na planght porta (4T) 
(la chance est une planche pourrie ; 
c'est-a-dire il ne faut pas compter sur 
(e hasard]. 

Qhancralli, vn. (aAj; 4Ab) : faire 
toute sorte de metiers, bricoler. 

Qhancrd. sm. (4T, A , Al, R) : chancre 
(ulcere canc£reux). 

— , (4T,A, A1,R) : maladie des arbres, 
Syn. : peti (4AJ). 

Chancre s'emploie dans le frl. comme 
interj., pour exprimer le de'pit ou la co- 
colere. En patois, on dit aussi par eu- 
phdmisme \hanpitr8 (4T,A) ; chanprd 
(G). Chancre (ghancrd) s'emploie £ga- 
Jement devant les noms de personne. 
Ainsi on dit : On ghancrd d'omd ("un 
diabled'homme]; sli ghancrili de fini 
[ces diablesses de femmes]. 

Chanda. sf. (4T) : son (partie la plus 
grossiere de la farine). 

Qhandavu, sm. (4T) : chenevotte ; 
chandlavu (4AI) ; standavu, standavou 
<6A); chavu (4T); tghanglyu (4R; 5 A'); 
chandebu (7Lb) ; chandebwe (3S*) ; 
tyandavu (4A.AD); ghin'w'i ( 1 Bm). T- 
ou a' on casst lou-\ 6 pavi la pid ? (4T) 
[a quoi est-ce qu'on casse les os pour 
avoir la peau ?] R. a la chenevotte. 

Qhandaift, sf. (4T,A) : chandelle. 



A-td tnyu la chandild pe* dire* cin 
(4T) [as-tu tenu la chandelle pour dire 
cela, c'est-a-dire en as-tu M t£moin ?] 

— , (4T,A) (t. de macon) : baliveau, 
longue perche fix£e en terre pour dres- 
ser des 6chafaudages. 

Qhandla, p. p. (4A,A1,R) : change*. 

Qhandlfiuaa, sf. (4T,A) : La Chan- 
deleur ; standaliusd (6A) ; la chande- 
lau (4AI). 

Qhandlyi, sm. (4T,A) : chandelier; 
chandBli (4AI). 

ghanfon, sf. (4T,A,R; 3S') : chan- 
son. Qhanfon du reujhe pan (3S') 
[chanson qui n'a pas de fin ; rabachage 
importun], 

Qhanfona, va. (4T) : rabacher ; en- 
nuyer par des redites ou par des paro- 
les de'sagre'ables ; chanfound (3S'). 

Qhanja , p. passe* (4T) : change* ; 
chanjhU (4Ab). 

Qhanjhi, va. (4T, A,Ab,Al,R) : chan- 
ger. Dans le frl. changer se dit pour 
tourner, en parlant du raisin. 

Chanjhon, sm. (aAj) : sommet. 

Qhand, sm. (jfr) : ch£ne. 

Qhanpa, va. (4T,A,AI,R) : jeter. 

Y Ion champa de dien un cruit | Que 
pe cho qu'una furge [Us Ton jete* (le 
diable) (de)dans un creux qui est plus 
chaud qu'une forge]. (Noel du xvif sie- 
cle ; mnsc. Eloi Serand). 

Qhanpanlon, sm. (8A) : morille. 

Qhan-Pchi, sf. (4A'g) : la Saint-Mi- 
chel ; arriere-automne. 

Qhanp6tr6, interj. (4T, A) : mor- 
bleu. Euphe*misme, pour ghancrd. 

Qhanta, va. (4T,A,A1,R) : chanter. 

— , vn. (id.) : cr£teler (se dit des pou- 
les qui viennent de pondre). 

t Chanter se dit a Geneve pour ex- 
primer le cr^pitement de 1'eau qui com- 
mence a bouillir. 

Qhanta-mdrld, sm. (4T,A) : chante- 
merlc ; taillis tres touffu ; nom de lieux 
dits ; Utard, pied-cormier, pelliere ; 
ghantA-mirld (4AS). 

Qhanta-pleura, sf. (4AS) : buchette 
ou brins de paille places a I'orifice du 
serpentin pour que les gouttes d'eau- 



Digitized by LjOOQIC 



94 



CHAN-CHAP 



de-vie tombent plus regulierement au 
meme endroit. Le fr. chantepleure si- 
gnifie soit une espece d'entonnoir, soit 
une fente pratiqule dans un mur pour 
recoupment des eaux. A Geneve chan- 
te-pleure (genre masculin), se ditd'une 
personne qui passe facilement de la joie 
a la tristesse et vice versa. 

Palsgrave : tappe or spygote to drawe 
drink at = chantepleure, f. Normant. 

Qhantft-polfta, sm. (4TC) : oxalide 
oseille. 

— , (4T ; 1 A ; 3T) : primevere offici- 
nale. 

Chante-poulet d&ignca Geneve roeil- 
let des Chartreux. 

f Chant olement, sm. (G) : action 
de chantoler. 

f Chantoler, vn. (G) : chantonner, 
fredonner. II avait une telle habitude 
de chantoler qu'il chantolait memeaux 
enterrements. (D'apres Humbert.) 

Qhantral&, sf. (4T,Aa,A) : chante- 
relle (corde de violon qui donne le son 
aigu). 

Tro apoyi su la chant raid [trop ap- 
puyer sur la chanterelle, c'est-a-dire 
chercher a duper quelqu'un], 

ghantr£l&, sf. (4 A, A I) : espece de 
champignon comestible. 

Qhantrd, sm. (4T) : chantre; chan- 
trd (4A,AI). 

Qhanw6nnd, sm. (4T) : chanoine; 
chanwind (4Al,R) ; chan&ind (4A) ; sa- 
nUind (5C) ; stanwind (6B) ; ts an wind 
(8M). 

Qhap&, sf. (4T,A,A1) : chape. 

— , (4A,Ab,Al,R; 5Ab) : hangar ou 
grange, formant un batiment isole ; 
chapd (4T). Syn. : fords* (4A) ; mtghe 
(3S'). 

— , (4Al,A,Ab) : escourgeon du fteau; 
chapd (6U). 

Qhapal&, sf. (4T,A) : chapelle. Lou-% 
infan san jha td diin la chapald blan- 
che* (4T)[les enfants sont d£ja tous dans 
leurs lits]; chapUd (4AI). 

A Annecy Texpression chapelle blan- 
che, pour designer un lit d'enfant, ne 
s'emploie guere qu'a V occasion de la 



messe de minuit, a No€l : la veille de 
ce jour, on promet aux petits enfants 
qu'ils iront a la messe de minuit... dans 
la chapelle blanche. 

Chapd, sm. (4T) : hangar. 

— , (4Ab) : botte de trefle ou de sar- 
rasin, que Ton maintient droite apres 
le fauchage, pour en faire secher les 
graines. 

Qhapt, sm. (iBm;4T,A,Ab,AI,R): 
chapeau ; chapi (6Bv), pi. chapi \ stapi 
(6A,Am,U); stapi (6&q); tsapfi (S&m). 

Qhapi6, sm. : chapeau. Tojheur in 
parlin du re* \ On-n ajoutdve dtrefi : 
« Q'ipivil* (trifi). I Ichion live son 
chapld, pwi on le rimi [toujours en 
parlant du roi, on ajoutait autrefois : 
« Qu'il vive ! » (trois fois). Ici on leve 
son chapeau, puis on le remet]. Cette 
phrase, ecrite suivant le systeme graphi- 
que adopts pour le Dictionnaire, est 
donnle com me etant de 1816, mais 
sans indication d'origine. 

f Chapiteau, sm. (4 A) : abat-jour. 

Qhapitolft, vn. (4T,A,A1) : marchan- 
der a chaque achat en ressassant les 
memes observations; taquiner. Dans le 
frl. chapi toler. Cf. fr. chapi trer. 

Chapitrd, sm. (4T,A) : chapi tre. 

QhapU, va. (4T,A) : couper par pe- 
tits morceaux un objet ; le gater par ma- 
lad resse ou avec malice en le coupant ; 
chaplU (4R) ; chaplU (4Ab). 

Qa, ca, coura/o, mous amis, \ E no 
lefaut chapla to vi \ On pou pe prin 
que d*herbes... [ca, 9a, courage, mes 
amis, il nous le faut chapeler (Icharper) 
tout vif (il s'agit du diable), un peu 
plus fin (menu) que des herbes]. (Noel 
du xvii* siecle, manse. Eloi Sbrand). 

En Savoie comme dans le Lyonnais, 
ce verbe d^signe aussi Taction d'affuter 
une faux en battant le tranchant sur 
une petite enclume, avant de l'aiguiser 
avec la pierre (mold). 

En vx. fr. chapter (latin capulare) si- 
gnifie frapper, donner de rudes coups, 
combattre, tailler en pieces, briser, as- 
sommer. 

La forme fr. actuelle est chapeler. On 



Digitized by LjOOQIC 



CHAP-CHAR 



9 5 



ne I'emploie guere que dans les phra- 
ses suivantes : « chapeler du pain », 
c-a-d. en dter ou en rAper la croute ; 
« il va se chapeler la main avec ce cou- 
teau » ; « vous ne de*coupez pas cette 
volaille,, vous la chapele\ ». 

Qhapl&-pan, sm. (4T) : dermeste ; 
chapft&~pan (4Ab). 

ghaplfi, sm. (4TA,R) : chapelet. 

f Chaple, sm. (G) : massacre, tuerie; 
ravage, de*gat. « lis en vinrent a la fin 
aux batons et aux cailloux, et ce fut un 
Writable chaple ». « La grele nous a 
fait cette nuit un beau chaple. » Etre a 
chaple-couteaux (G) [£trea couteaux ti- 
re^]. V. chaplaet chaple dans Godefroy. 

Qhaplerd (c6t6), (4A) : couteau en 
forme de croissant et a deux poignles 
pour hacher la chaplur$, les fines her- 
bes ou la viande, etc. 

Qhaplii, sm. (4T) : chapelier. 

Qhaplott, va. (4T,A): fr^quentatif 
de chapld ; chapliotd (4R) ; chaptiotd 
(4Ab). Dans le frl. chaploter (4T,A ; G). 

Qhaploton, sm. (4T) : personne 
maladroite qui gate une £toffe, une 
planche, etc. en la d^coupant ou en la 
coupant;rognures, mauvais restes d'ob- 
jets coupes; chaplXoton (4R,Ab). Dans 
ie frl. chaploton (4T,A ; G). 

Qhaplure, sf. pi. (4T,A) : rognures, 
mauvais restes d'objets coupes; gha- 
pFiuri (4R,Ab). Dans le frl. chaplure. 

Qhapon, sm. (4T,A) : chapon (pou- 
lct engraiss£). 

— , (4 A) : sarment qu'on de"tache du 
cep pour en faire une bouture. 

Qhapota, va. (4T,A,AI) : frapper a 
coups redoubles (f chapoter, qui se 
trouve dans Rabelais) ; stapotd (6A). 

— , (4T,A) : de*grossir le bois avec la 
plane. Cest le sens primitif ; chapoter 
serattache a la famille du sbst. chapuis. 

Qhapotin (fe'rB) (4T.A) : se mouiller 
les pieds en marchant sur la glace qui 
secasse tout-a-coup. A Geneve on dit : 
prendre le bichet, prendre bichet. 

(Jhapwe, sm. (3S') : charpentier; 
thapwi (4T,A,AI,R). Cest levx.fr. cha- 
puis. « Qa, mon hostel, ale* vous ant | 



La bas trouver de compaignions, | De 
bon chapuis et de masson. » (Mystere 
de St-Bernard de Menthon, €d. Lecoy 
de La Marche, vers 3 1 94). 

« Chapuis en Lionnois et Daulphin£ 
est celui que nous disons charpentier » 
(Nicot). — « Chapuis, charpentier ; ce- 
lui qui trafique en bois de charpente ou 
en ouvrage de charpente. Lionnois et 
Dauph. » (Cotgrave). Palsgrave ne le 
mentionne pas. 

« Des le xvi* s. le nom de charpen- 
tier apparaftconcurremment avec celui 
de chapuis : 1 5 1 3 . A Jehan de Savoye, 
charpentier, 2 1. 10 d. pour un som- 
mier de chasne » (Puitspelu). A la 
m£me date, les mfimes archives d'ou est 
tirle la phrase ci-dessus off rent aussi le 
termec^apim.Aujourd'huic^a/wiscede 
presque partout la place a charpentier. 
Qhaqlon, tern, chacound, pr. ind. 
(Go) : chacun, chacune. 
Char, sm. (4T,AI) : char; chd (4A). 
Un char a bancs s'appelle . chdr (4T) 
ou icwali (4T,A). 

Dans le frl., a Geneve surtout, on 
emploie souvent char pour chariot et 
pour voiture. Pour chariot, dans char 
de bois, char de fumier, char de foin, 
char de paille; pour voiture, dans : aller 
en char, verser de char, prendre un char 
afin d'aller faire une promenade, ache- 
ter un char d'enfant. 

Remarquez qu'on dit chariot d'en- 
fant, quand il s'agit d'un petit compar- 
timent surquatre roulettes, dans lequel 
on place les enfants qui commencent a 
marcher, et qui debout, soutenus sous 
les bras, le font rouler. 

En fr., char ne s'emploie que lors- 
qu'il s'agit d'une sorte de voiture a 
deux roues dont se servaient les anciens 
et dans le style eleve* ou poltique : 
char de triomphe, char de gloire, char 
funebre. Cependant on dira tres bien : 
un char a bancs, un char de cote\ un 
char en face, parce que, com me le fait 
judicieusement remarquer l'auteur du 
Glossaire genevois, ces sortes de voi- 
tures, propres a notre pays et aux r£- 



Digitized by LjOOQIC 



9 6 



CHAR-CHAR 



gions voisines, n'ont point en francais 
de terme correspondant. 

f Char a ichelles (G) et chariot a 
ichelles (4T,A) : chariot a ridelles. 

C'h&r, sm. (3S\T) : elevation, renfle- 
ment de terrain avec esplanade ; pointe 
rocheuse au sommet d'une montagne. 
Dans la valine du Giffre, plusieurs mon- 
tagne s portent ce nom. On l'emploie 
aussi au f£m. : le C'hdr, la C'hdr, lou 
Chdr. Dans la valine du Fier, la Cha, 
qu'on Icrit glnlralement Lachat, est le 
nom de plusieurs pointes de montagne, 
mais ce mot ne s'emploie pas comme 
nom commun. La Dent-du-Chat pres 
d'Aix-les-Bains se rattache peut-etre a 
la m£me racine. A Annecy, un petit 
monticule, situe* derriere le Chateau, 
s'appelle Sur les Chars. V. charvdron. 

fChar, sm. (G) : mesure de capacity 
pour les liquides principalement pour 
le vin, dquivalant a 649 litres 728. 

(Jharft, sf. (4A) : charge (cendre qui 
a servi a faire la lessive). Syn. : findrt 
de bbyd foT, A) : findre de bya (4AI). 

— , sf. (4T, A) : charret£e, le contenu 
d'un chariot. 

— , va. (4T) * charrier. 

<Jharanbala\ sf. (4R) : d-marche 
chancelante. Kion dnd fd la gharanbald 
(4R) [mon ane marche en chancelant]. 

Qharanbolu, adj. et sbst. (4R) : qui 
n'a pas une d-marche assume. 

(Jharanglld, sm. (4Ag) : balancoire. 

Qharavd, sm. (4TJ) : brouillard qui 
couvre le flanc d'une montagne a mi- 
c6te ; chrivd (3C) ; tsMri (8B'). 

— , (4TJ) : femme mal peignte, fem- 
me grincheuse. 

f Charavoute, ou charrite, sf. (G) : 
se dit d'une person ne sale, fainlante et 
de mceurs crapuleuses. Cette chara- 
voUte xle femme a M rapport£e chez 
elle ivre morte. (Humbert.) 

Qharbon, sm. (4T,A) : charbon de 
bois. Le menu charbon, le poussier de 
charbon de bois se dit brisalU (4T,A) ; 
braisaille, brasaille (G). 

— , (4T,A) : charbon, maladiedu De- 
tail. — , maladie du ble\ 



Qharboni, sm. (4A) : charbonnier. 
Au f£m. : gharboniri. 

t Charbouille, sf. (G) : petit gouter 
que les jeunes bergers font en commun 
dans les champs le jour de la Tous- 
saint. 

Qharchi, va. (4T,A,A1,R) : cher- 
cher; p.p. ghargha (4T); chartla (4A, 
Al). Conjug. : di ghirghd. 

Qharcuti, sm. (4T,A) : charcutier. 

Chard&, sf. (6A) : partie superieure 
d'un vignoble a pente rapid e ; la partie 
inftrieure plane ou a pente douce s'ap- 
pelle sopla. 

Qharco, sm. (4 A) : chouette ; femme 
repoussante de laideur. 

QhardU, p. p. (4A; 5 At) : charge. 

Qhardolg, sm. (4T,A,Aa) : avant- 
train d'une charrue. 

QhardossS, sf. (4TC ; jh ; 8A) : car- 
line (plante). 

Qhardwdse, sf. (4R) : lien, corde. 

gharfi, sm. (4T,A,Ab,Al) : chariot ; 
stare* (6A). 

Qhareyi, va. (4AI) : charrier ; gharii 
(4T). 

gharft, va. (4T,A,A1) : chauffer. 

Qharf6t&, sf. (4A) : tartine (de beurre 
ou de confiture). 

Qharfdd, sm. (5 At) : cerfeuil. 

Qh&ridoU, sm. (2 Aj) : chardonneret. 

Chariot, sm. : memesens. Bande de 
chariot (1679, lA) : cercle en fer. 

Tasche de chariot, clou a grosse t£te 
pour maintenir les cercles en fer du 
chariot. 

Chariot se dit aussi d'un petit lit ou 
berceau a roulettes qu'on place sous le 
grand lit pendant la journde. 

Chariot a ichelles (4T) [a ridelles]. 
V. char. 

Qharire, sf. (4T) : chemin charretier 
(ou il ne peut passer que des charret- 
tes). Syn. : barotUre (6A) ; f charriere 
(4T;G). 

CharitA, sf. (4T,A,A1) : chant*; 
charitd (4A,Ab). 

Au lieu du proverbe « charite* bien 
ordonnle commence par soi-mlme », 
on dit sou vent « premiere charite\.. ». 



Digitized by LjOOQIC 



CHAR-CHAR 



97 



gharivari, sm. (4T,A,Ab,Al) : cha- 
rivari. Syn. : badochi (4AI). 

gharja, pp. (4T) : charge ; charjhla 
<4Ab); chardla (4A; 5 At). Quand il 
sagit des arbres, on dit grabi (4T) ; 
gram'M (4 Al); crdti (6A). 

ghArjhe, sf. (4T) : charge; chdrjhe 
<4A.Ab). 

ghaijhemdn, sm. (4T) : charge- 
ment; chdrjhemi ($k,kb). 

Qhaijhi, va. (4T,A,Ab) : char- 
ger. 

gharlata, sf. (4 A, Aj) : chanlatte (che- 
vron refendu qui se pose dans le m£me 
sens que les lattes). 

gharlatan, sm. (4T, A) : charlatan. 
Syn. : fbalourien (4T,A). 

gharlote, sf. (4Ad) : Ichalotte. 

gharole, sm. (4AI) : avant- train 
d'une charrue. 

Charonleri, sf. (4T) : action vile et 
basse, vilenie. 

Ch&ronidson, sf. (4T) : chose re*pu- 
gnante. 

Qharopa, sf. (4T,A,Aa,As) : charo- 
gne; $heropd (3S'); charonW (\T,k) 
et caronU (4T) ; charonU (4A). 

Au fig. : person ne molle, sans Aner- 
gic, femme de mauvaise vie; (4Aa) : 
rosse. Ld plu mdion U charope* (4AS) 
[les poux mangent les paresseux]. 

A Annecy, frl. : charoupe et charrite. 

gharota, va. (4T) : charrier, trans- 
porter petit a petit ; — , (4AI) : prome- 
ner en voiture. 

— , sf. (4T,A,A1) : charrette. 

gharoton, sm. (4T,A) : charretier, 
roulier ; f charoton (G). 

gharponna, sf. (5Ab) : charm e (ar- 
bre); charpind (4A). 

t Charrette, sf. (4T) : nom d'un 
c hem in charretier qui en to u rait la ville 
de Thones et qui permettait aux habi- 
tants de rentrer chez eux lorsque les 
portes de la ville Itaient ferm£es, et aux 
voyageurs de -continuer leur route sans 
entrer dans la ville. Aujourd'hui il en 
existe encore une partie, connue sous le 
nom de charta ; dans les anciens actes 
et dans le frl. La Charrette. 



f Charrfere, sf. (4T) : chemin char- 
retier. 

— , adj. : une rue charriere (G) [une 
rue charretiere. 

gharta, sf. (4T) : charrette. Synon. : 
bard (4T,A1 ; 6Ac) ; bardtd (6Gv), 

Une charrette basse se dit bard (4A). 
Syn. : galird (4A) ; caridld (4A; 6Ac). 

L'acception de tous ces mots varie 
beaucoup; ainsi a Conflans bard est 
une charrette et bardtd, une brouette ; 
a quelques kilometres de la, a Verrens. 
c'est Tinverse : bard, brouette ; bardtd, 
charrette. 

— , sf. (4T) : chemin charretier. 

ghartA, sf. UT,A) : cherte\ 

Qharvdron, sm. (4T,A): caillou. Se 
dit aussi de tout aliment qui est devenu 
si sec etsi dur qu'on ne peut le manger. 

Ce mot est inconnu a 4Ab ; a 4AI, il 
est connu, mais il n'e*veille pas ride*e de 
pierre roulle ; il de*signe un fromage, ou 
un morceau de fromage qui est trop 
dur pour etre mange'. Toutefois le sens 
primitif se conserve encore dans cette 
expression : dur cm'on charviron [dur 
comme une pierre]. 

Quant a l^tymologie de ce mot, on 
la rattache au celtique : en breton car, 
caer, her, signifient pierre. 

Vidal a d£montr£ (V. le Bull, histo- 
rique et philologique du ComiU des 
travaux historiques , 1888, n* 1-2, 
p. 34) que ce mot qui se rencontre 2 5 
fois dans des actes concernant le Rous- 
sillon, tous ante*rieurs a Tan 1 000, si- 
gnifie 1 * roc, rocher, pierre ; 2' pierre 
servant de borne. La graphie est, dans 
le Roussillon, quer, quera, cher, chera. 

Le radical cdr {ghdr, c'hdr, chir. 
ghire*, cha) est tres rgpandu dans les 
deux Savoies pour designer des lieux 
dits, des rochers, des montagnes ter- 
minus par une pointe de rocher. 

La montagne appetee aTh6nes Grand 
Carroz (prononcez Gran Cdrd), ou mont 
Charvin, celle de La Chat ou Lachat, 
la Pierre (a) Charvet (Pird Qharvie), 
entre Dingy et la Balme-de-Thuy, 
Charvine, le Roc-de-Chere (ces deux 



Digitized by LjOOQIC 



9 8 



CHAR-CHAU 



derniers sur la rive droite du lac 
d'Annecy) ont peut-6tre le mfitne ra- 
dical. II en serait de m£me pour vingt- 
deux noms de lieux releve*s dans les 
cantons de Th6nes et d'Annecy, sauf 
une place publique de Th6nes appelEe 
Le Cdrdfa), dont le nom vient proba- 
blement du latin quadrus, carre\ 

Sur le bord du Chlran, pres d'Alby, 
a 5oo metres en amont du vieux pont, 
Pird Qharvd d&igne aussi une Emi- 
nence (avec mines d'un chateau). 

gharwi, sf. (4T,A,Ab,Al,R) : char- 
rue ; staru (6Ac) ; starui (6B) ; tchuyeri 
(iB*). 

Une charrue sans coutre ni avant- 
train s'appelle dri (6 Ac, B); ardrd 
(7M'a) ; aril (pi. art) (8Bf). Une petite 
charrue pour dEchaumer : lupd (4T,A, 
Al). 

Dict. anal. : cutrd, levirt, partbu, 
torniri. 

fin via pt dvan, mdr u mttin, batija 
dari ? (4T) [en vie par devant, mort au 
milieu, baptist en arriere, qu'est-ce ?] 
REp. : un boeuf, une charrue et un bou- 
vier. 

gharchi, va. (4T) : chercher. 

gharfA,va.(4T,A) : chauffer; starfd 
(6A). 

t Chasse-roue, sm. (4T,A,R ; 5C) : 
borne des chemins. 

Chassu, sm. (patois du Bourget) : 
chasseur, poisson de la Leysse, servant 
d'amorce. 

ghatft, sf. (4T,A) : chatte; stitd(6A). 
Lourdd ghatd, brdvd mnon (4T,A) 
[vilaine chatte, jolischatons] = Lourdd 
paght, brdvd pi (4T) = Lourdd vaghi, 
drdld vW (4A). Se dit d'une personne 
laide qui a de beaux enfants ; s'applique 
aussi au moral. 

ghatanIS, sf. (4A) : chataigne. 

ghfttanii. V. $hatnyi. 

ghftt6, sm. (3Bm,Ca,Gp,Rp,S,Jt; 4T, 
Tj, A f Aa,Al,Ap,At,R,T): chateau; ghdti 
( i Ab, B, B*, E, Em ; 2Sm ; 4Ab ) ; ghdti 
(3S\S'v ; 4A f c ; 6Bv) ; ghdtil (aJj) ; 
ghdtU (SM'^'^Mf; 7C,Ag); chdtW 
{$M);ghdtch6(5Ce); ghdtc'hW (5Bd); 



stdti (4F; 6Un,As) ; tsdti (5M1; 8Ma); 
tsdtel (8Mc) ; tsdtchd (8B'a) ; tsactl 
(8A1) ; sacel (8Bs). 

gh&telfi, sm. (4T) : trochet (de noix, 
de noisettes). Dans le frl. chdteleL 11 
est possible que ce mot se rattache a 
cati et non a chdteau. 
ghatfilyi, va. (4A) : chatouiller. 
Chatic&, sf. (6A) : excroissance qui 
survient aux pieds des totes de som- 
me. 
ghatirS, sf. (4T,A) : chatiere. 
ghatnIS, sf. (4Ag,Al ; 5 A') : chatai- 
gne ; chdtinU (5 At). ghdtanU (4A). 

ghAtnyi, sm. UAg) : chataignier ; 
ghdtnU (5At) ; ghdghinUret ghdhiniir 
(7Jr) ; ghdtanU (4A). 

Dapwi la Poya tan q'a Sipri \ NX a 
qi d* pire et d* ghdtanU (4 A) [depuis la 
Puya jusqu'a Sevrier, il n'y a que des 
pierres et des chataigniers]. 

Voici quelques devinettes, ayant trait 
a la chataigne et au chataignier : 

Brossu r pdri, nird la mdri, blanghe 
la fly<* (4T, A) [Ebouriffe' est le pere, 
noire la mere, blanche la fille, qu'est- 
ce ?] Re*p. : la bogue, Tenveloppe et la 
chataigne. 

Gran V pdri, malatrwd mdri ; robi 
nird i chmisi blanche* a la flyi q'i u 
mitin (4T) [grand est le pere, petite est 
la mere; robe noire et chemise blanche 
a la fille qui est au milieu, qu'est-ce ?] — 
RE p. : le chataignier, la bogue et la 
chataigne. 

' Tou q' sourte du fda pi pitd (4 A) 
[qu'est-ce qui sort du feu pour peter ?] 
— Re> : la ghdtanU. 

gh&tr&j sf. (4A) et f chdtre : dEchirure 
ou dchancrure faite dans le linge, les 
habits ou la peau. Tafi onnd ghdtrd 
a ta blodd (4A) [tu as fait une dEchi- 
rure a la blouse]. 

gh&tr&, va. (4T,A) : chatrer. Syn. : 
talyi, copd (4T,A). 
ChAtrS, va. (8B\B'm,A4) : asseoir. 
— (s6), vpr. (id.) : s'asseoir. 
ghAtrifiu, sm. (4R) : chatreur. 
f Chaud. Un chaud et froid (4T,A) : 
refroidissementqui occasionne de la fie- 



Digitized by LjOOQIC 



CHAU-CHE 



99 



vre f un rhume. On ditaussi un coupde 
froid. Ces expressions repondent au 
pitois ghd-fri, cou defri. 

II fera chaud, ou il fera plus chaud 
qu'aujourd'hui, quand j'y retournerai 
(4T,A) [je n'y retournerai plus]. V. $hd. 

f Chaudelet, sm. {G) : folle fleurde 
Forme. 

QhAus, pi. de gheu (7 Lb) : chou. 

ChAvi. Ce mot n'a cours a Th6nes 
que dans cette formulette que fredon- 
nent les enfants, en frappant en cadence 
avec le manche de leurs couteaux une 
jeune branche de sauleen seve, pour en 
detacher Pecorce et en faire des sifflets : 
Chdvd, chdvd, chdviron t Priu di por, 
prhi d'onlon ; a la cavd d % chdviron, 
on pan, on seric, onnd tomd, s'il vous 
plait! (V. A. Constantin, Literature 
oraie de la Savoie, p. 26.) 

II n'a aucun sens a Th6nes. On peut 
cependant admettre que c'est l'ancienne 
prononciation du mot sdvd, seve, parce 
que dans d'autres vallees cette formu- 
lette renferme le mot seve. 

On pourrait aussi voir dans chdvd 
l'imperatif d'un verbe tombe en desue- 
tude, chavd, correspondant au vx. fr. 
chaver, chever, creuser. Quant a cha- 
peron, il est mentionne dans Godefr6y, 
avec le signe ?. 

Qh*yach8n&, sf. (4T) : affrontaille ; 
chavassine (3T) ;ghavanghnd (4AI). 

t C ha van, sm. (4 A) : chat-huant ; 
terme injurieux, synonyme dechameau, 
applique auxfemmes. « Va done, grand 
chavan. » 

ghavanlou, sm. (3S') : chat-huant. 

t Chavasson, sm. (4A) : meunier, 
sorte de poisson du genre able. Had. ca- 
put (a cause de la grosseur de la tete). 
Ce poisson s'appelle aussi chabot. 

(JhavnA, va. (4T,A,Ag) : finir, ache- 
ver; chavond (3T) ; chavw'tnd (iEp). 
De ghavon, sommet, qui, comme le fr. 
achever, vient du lat. caput, tete. V. 
fhamnA. 

(JhavofnA, va. (4T) : defoncer avec la 
beche le bout d'un champ qui n'a pas 
ett iaboure* avec la charrue. 



ghavofnAou chavosnd, sf. (4T) : bor- 
dure d'un champ que la charrue n'a pu 
defoncer faute d'espace libre pour Tatte- 
lage. / nou riste a fe"ri la chavofnd. 

ghavon, sm. (4T,A; 3T) : tete ou 
bout d'un champ ; fin, bout. Tan q'en 
ghavon (3T)[jusqu'au sommet, jusqu'au 
bout]. Du lat. caput, tete. 

II faut rattacher a ghavon le mot cha- 
vona\ (1679, ! A) (chavond) : partiedu 
sol qui est a 1'abri de la pluie, sur la 
facade de la maison. 

Qhavu, sm. (4T) : chenevotte. 

— , (4TJ ; 5Mf) : sureau. 

ghavwdi', va. (3T) : menager, epar- 
gner; stavoyi (6 A). Qhavw€i-vo (3T) 
[menagez votre sante]. 

ChAw, sm. (iBm) : sureau. 

ghawS, sf. (3R) : corneille. 

ChAwrnA, va. (4^a) : achever. 

Ch6, conj. (6Ac,B) : si. A mi par- 
It r 8 part wi, ch'd lSsavi(6Ac) (...patufi 
...savd (6B) [il me parlerait patois s'il 
le savait].CA'on vwexi avd bintou fournd, 
1 fd s'i betd td di chwitd (6B) [si on 
veut avoir bient6t fini, il faut s'y mettre 
(au travail) tout de suite]. 

Ch6, che*, adv. (4A) : ici ; c'he* (3S'). 
Vin chB (4 A) [viens ici]. Sert a former 
les composes par-che* [par ici] ; sti-chS, 
sta-chi(4k)[ct\\i\<\ 9 celle-ci]. 

— , adv. (4T,A) : oui, si, si fait. V. 
chert. 

— , sm. (4AI) : soie (poil de cochon). 

Qhfi, sm. (4T) : chat; au fern, ghatd. 
L ghS sS Idve* (4T) [le chat fait sa toi- 
lette]. / vu nivrty f ghS se Idvk p€ d'su 
U'% orlye* (4T) [il veut (il va) neiger, 
car le chat passe sa patte par dessus les 
oreilles]. 

— , sm. (iEp): tilleul. 

Ch6, sm. (6A) : ciel. 

— , (4AI ; 6 A) : tamis. 

— , adj. numeral (5C; 6Ac) : six. 

Qhe), adj., f. ghire*, (4T,R,A) : cher. 
£ n* vd pd ghi (4T,A) [il ne vautpas 
cher, e'est-a-dire e'est un homme sans 
scrupule, un vaurien], 

Chd ! interj. (4Aa) : chut 1 

CM, sf. (3S') : ondee. 



Digitized by LjOOQ IC 



413839 



100 



CHED-CHER 



f Che-dal, sm. (G) : cheptel ; c hadd 
UAb); chadd(^\Sk % ). 

Che-drS, vn. (4T) : choir, tomber ; 
chigri, (p.p. chigu) (iB'). 

Qheminhye, sf. (3S') : chemise. 

ghSmna, sf. (4T,A) : cheminie; 
stimnd (6 A). Syn. : jhicd (4A) (terme 
d'argot) . 

— , va. (4Al,Ac). V. chavna. 

Ch6na\ sf. (4A,Ab,Al,R) : chafne; 
chinnd (4T). 

ghenalli, va. (aAj) : faire des rainu- 
res et des languettes a une planche. 

Qhenalion, sm. (2 Aj) : rabot servant 
a faire des rainures ou des languettes. 

Qhenallura, sf. (3S') : rainure. 

ghSnava, sm. (5A* ; 8A) : chenevis; 
chinevd (3S'). V. clinava. 

ghenavali, sf. (4TC) : gremil offi- 
cinal. 

ghenavlrS, sf. (4R) : cheneviere. 
On trouve ce mot dans une priere co- 
mique faite par une vieille femme de- 
vant une statue de saint Joseph que son 
fils avait sculptie dans un tronc de 
noyer coupe* dans sa cheneviere (du 
mime tronc il avait aussi tire* un pitrin, 
qualifie* pour cela de frere du saint) : 
Gran sin Josi, ifan de ntra neyiri \ 
Frdri de ntra patiri \ V- r icressu dli 
ntra chinaviri ; | £ mn' if an q' vo-\ a 
fi ; i me q % d'ifi mn" if an ; | Gran sin, 
d'si casimi vtra gran ! [grand saint Jo- 
seph, enfant de notre noyer, frere de 
notre pitrin, vous avez grandi dans no- 
tre cheneviere; c'est mon enfant qui 
vous a fait ; c'est moi qui ai fait mon 
enfant ; ainsi, grand saint, je suis qua- 
siment votre grand-mere] 1 V. $hnavi. 

ghSnavd, sf. (4Tc,Ad,Ab,Ap):chan- 
vre. 

gbSnS, sf. pi. (4A,Ab,Al) : fleursde 
vin, de vinaigre ; chinni (4T); f chine 
(4T,A,Ab); chine (4R). 

Chenfivd, sm. (8M) : chanvre; chi- 
ntvd (4AV, 5A\At) ; chinavd (4TC, 
Ad,Ab,Ap) ; chn'ivd (2A; 4T,AI) ; che- 
non (iDm; 2AJ). 

Cheneval (1620, iA) disigne des 
graines de chanvre : ung quarteron de 



cheneval. On trouve pour chanvre, 
chenevo\ : dix eschappes de chenevo^ 
crud [dix poignees de chanvre cm, 
c'est-a-dire tille\ mais non peigne\] 

Chan-ma, sm. et fim. (4T,A) (litto- 
ral. : qui sent mal). Se dit principale- 
ment d'une femme qui affecte des airs 
de grandeur au-dessus de sa condition. 

ghdnna, sf. (4T) : chalne ; chind 
(4A,Ab,Al,R). Dans le frl. on dit : une 
chaine d'oignons pour une glane d'oi- 
gnons. 

gh6n6, sm. (4A,Ab,Al,R ; 5A') : 
chine ; chind (4Ad ; 1 Dm ; 5 At) ; chin- 
nd ( 4 T). 

ghenon, sm. (iDm; 2AJ) : chanvre. 

Chdntre, va. et vn. (4T,A,R) : sentir; 
c % hentre (3S'). 

ghfcnu^ sm. (3S') : chanvre. V. cM- 
nfiv6. 

ghenV6, sm. (iBm) : chanvre. 

ghen'we, sf. ( 1 Bm) ; chenevotte. 

gh$pon, sm. (4 A I, As) : cep d'une 
charrue ; cipon (6Ac,Gv). 

t Cher. « Cher comme le feu » (4T, 
A) [tres cher]. « Cher comme la graissc 
de chat » (3S) : locution d'origine obs- 
cure ; comme la pricidente, elle signi- 
fie : excessivement cher. 

Cher, sm. (6A) : ciel. 

ghera, sf. (3S*) : moue, mauvaise 
mine. Qintd chird le ma Ji [quelle 
mine elle m'a faite, comme elle m'a mal 
recu !]. Cf. le fr. chere, du lat. cara (vi- 
sage). Faire bonne chere a quelqu'un 
sign i fie a Torigine : faire bon visage, 
bon accueil a quelqu'un. 

Chdra, sf. (4AD) : chariot charge" de 
bois, de foin ; un chariot charge" de sacs 
de ble* ou de pommes de terre se dit : 
na chard <f sa. 

Chfirfi, adv. d'affirmation (3T) : si 
fait, assuriment. Cet adv. affirme plus 
fort que chi (si, si fait) de mime que 
n'iri nie plus fort que nan, non. 

La presence de r dans chiri , nM, 
s'explique difficilement. Peut-itre le 
premier de ces mots vient-il de chor, 
sur, assuriment ; niri serait une for- 
mation analogique sur le type dechtrt. 



Digitized by LjOOQIC 



CHER-CHEV 



101 



Qh6r6tau, auza, adj. (4AI) : horn me, 
femme qui vendent cher, qui surfont. 
Ari ghiritau, I'S ghirttau\& [il (eile) 
surfait] ; gkiritleu, eusd (2 Aj). 

ghSri, sm. (4TC) et ghSroiikd : carvi 
(plante). 

gh6ropa, sf. (2 Aj) : faineant. 

— , (aAj) : terre. 

gh£rop&, sf. (3S').V. $haropa. 

Cherpinna, sf. (3S') : femme qui ne 
cesse de marchander. 

Cl^drpita, va. (3S % ) : fouler, presser 
sous les pieds ; au fig. : denigrer. 

ghdrpona, sf. (4A j) : charme (arbre). 

(TMrvala, sf. (3S') : cervelle. 

Qheta, va. (3S',T). V. $hta. 

gheti, sf. (4R) : place, siege. Q*<* 
chdcon d' nd DKu balUse onnd gh^td \ 
F aid vi tat ghantd dU /* paradi (4R) 
[qu'a chacun de nous Dieu donne une 
place, pour aller pres de toi chanter 
dans le paradis]. (Chant a saint Joseph.) 

Cheu, adj. ordinairement invariable 
(4A,Ab) : sur. 

gh&u, sm. (7J,Ja,Cm) : chou ; gheu, 
plur. : chdws (7 Lb). 

gheuchi, sm. (7Jr) : renoue*e acre, 
persicaire. 

gh&udfi, sm. (4T) : soleil. 

gh8udir£, sf. (4T,A,Ab) : chau- 
diere. 

gheudron, sm. (4T) : chaudron. 
Syn. : cac'hd (3S\T) ;piru (4A); palru 
(4R) ; pir (6A). Cac'htd (3S*) et cac'ho- 
tS. (3T) d£signent un petit chaudron. 

gheufl, sm. (4Ab) : manche d'une 
faux. 

— , va. (3S*) : tasser, presser avec 
force. 

— , va. (4A) : chausser; pp. gheufta. 

Gheulin, sm. (6B) : ivrogne. 

Cheurvan, sm. (3S*) : esprit fami- 
lies esprit follet. 

Cheuta-bosson, sm. (4Ab) : sobri- 
quet qu'on donne aux douaniers (saute- 
buisson). 

Cheutra\adv. (4AS). V. lioutra. 

t Chevaliers du froid. V. cava- 
liers. 

QhSvan, sm. (4T,A,A1) : hibou ; 



chivoldr (6Ac); ghavanlou (3S*) ; st&- 
van (6A,Gv); tsdvin (8B'm). Syn.: /w- 
cheran (6Gv) ; itould (7J). 

Ces noms se donnent, dans les loca- 
lity cities, au hibou et au petit-due de 
Buffon. Bailly, Ornithologie de la Sa- 
poie, donne les noms suivants aux hi- 
boux connus en Savoie : 

Farou, grou garvan, grand ghavant, 
au Grand-Due de Buffon (strix bubo, T)\ 

(ghavant, gavant, au Hibou de Buffon 
(strix otus T) ; 

Cloiite, fiouy loppa%, au Petit-Due de 
Buffon (strix scops T). 

Chdv6, part, passe* de ch^prS, (6 Ac): 
suivi. 

Chevi, part, passe* de chSpri (6Ac,B). 

f Chevilliere, sf. (4T,A ; G) : cor- 
don plat de fit, de laine ou de coton, 
servant a attacher les robes, les ju- 
pes, etc. 

Les charpentiers deYignent ainsi (4A) 
un decametre en ruban enferme dans 
une bofte rondeet qu'on peut de>ouIer 
ou enrouler par le moyen d'une petite 
manivelle. 

ghSvlie, sf. (4T,A,Ab,Al) : cheville. 
Le meme mot dlsigne aussi la cheville 
du pied et la cheville ouvriere d'un cha- 
riot (ghMU beujhniri) (4A). A 4A,R, 
pour les chevilles du pied, on dit plus 
ordinairement grilU. 

La cheville qu'on met a chaque bout 
d'un essieu pour maintenir les roues 
s'appelle ugh€ (4T). 

ghevlyire\ V. chevilliere. 

Ch&volar, sm. (6 Ac) : chouette, hi- 
bou. 

t Chfcvre (avoir sa) (G) : 6tre ivre ; 
se facher. 

ghevrd, sm. (6Bv) : chevreau. 

(Jhevrele, sf. (4Ad) : busserolle, rai- 
sin d'ours. 

— , (3T) : renoncule blanche a fleurs 
d'aconit. 

f Chevrelle (G) : espece de b£cas- 
sine. 

Chevrd, sm. (4T) : chevreau ; tWvrd 
(4A); ghevri (6Bv). Syn. : cabri (4T, 
A); W*(4A'g). 



Digitized by LjOOQIC 



102 



CHEV-CHIC 



QhSvron, sm. (4T,A) : chevron (pie- 
ce de la toiture); sSvroun (8Bf); — , 
(4T) : billon (ados forme par la char- 
rue). 
ghevrotS, sf. (4TC) : busserolle. 
Qhevrotin, sm. (4T,A) : fromage 
fait avec du lait de chevre. Dans le frl. 
• chevrotin. 

Qh&vti, sf. (4T) : chouette; copStd 
(8B*m); swZetd (4Al).Syn. : cAarco(4A); 
Umente(G); ndtd (5C). 

Bailly : Ornithologie de la Savoie, 
donne aux chouettes qui se trouvent en 
Savoie les appellations popuiaires sui- 
vantes : 

Cepette, civet ta\; nuiteld% (en Ta- 
rentaise;, a la Cheveche, ou petite 
chouette de Buffon (strix noctuaj; 

£ffret t chouette des galetas, chouette 
ou oiseau de la mort, a TEffraie, de 
Buflfon (strix flammea); 

Cette chouette est la plus commune 
de toutes celles de la Savoie. EUe est 
plus habituellement que les autres re- 
gards comme un oiseau de mauvais 
augure. Quand elle souffle ou crie la 
nuit sur le toit, sur la chemine*e de la 
maison d'un malade, on croit a la cam- 
pagne que c'est signe de mort. 

Son cri est chii, chii, che'i, pendant 
plusieurs minutes. Quelquefois grii^ 
gr£i, grii. 

Chawan, chapin (en Tarentaise) , 
chouette des bois, au Chat-huant, ou 
chouette hulotte, de Buffon (strix aluco). 
Qhi, pre>. (4T,A,R; 3S') : chez ; 
stU (6Ac) ; chu ( 4 R) ; tU (5C). Qhi nd, 
(4T) [chez nous, dans notre maison (vil- 
lage, pays)]. 

Chi, adj. num. (4TC ; 3Sd): six; 
c'hi (3S). 
Chi, sm. (lEm) : sureau. 
Chic&, sf.(4T,A,R; 5C ; canton de 
Geneve) : chique de tabac. 

— , (4T,A) et f chique (G) : bille de 
marbre ou d'agate. En g£n6ral c'est la 
bille a laquelle les ecoiiers present la 
vertu de bien atteindre le butet qu'ils 
emploient d'habitude lorsqu'ils lancent 
une bille en raidissant le pouce contre 



Tindex. Cf. C. Nisard : Curiositis de 
I'Etymologie fr., p. a83. 

— , : chiquenaude donn£e a une au- 
tre bille ou sur les doigts d'un joueur, 
en lancent une bille avec le pouce et 
l'index. 

— , : maniere de lancer sa bille; il y 
a deux manieres de la lancer, en la pla- 
cant entre le pouce et le bout de la 
derniere phalange de Tindex, ou bien 
entre le pouce et la seconde phalange. 
Cette derniere maniere s'appelle aTho- 
nes la chicd d8 fmalS,k Geneve la chi- 
que molle, tandis que Pautre maniere 
s'appelle la chicd d&\ dmd a Th6nes et 
la chique grasse ou forte a Geneve. 

— , : force, adresse. T'd pd la chicd 
de soubadd clisa d'farnd (4 A) [tu n'as 
pas la force de souleverce sac de farine]. 
Chicd d* polalW se dit d'une personne 
qui n'a ni la force ni l'adresse de Ian- 
cer un objeta une certain e distance ou 
d'atteindre un but d£termine\ T& n' pu 
pd champd cla pir& d' I'dtre* flan d' la 
rvir€, t'6 na chicd d' polalii [tu ne 
peux pas jeter cette pierre j usque sur 
l'autre cote* de la riviere, tu es de la 
force d'une poule]. 

Copd la chicd a... [jouerun mauvais 
tour a quelqu'un; abasourdir, rend re 
interdit]. / no cope* la chicd \ I no ba- 
lle'le tor \ Avwi sa m teamed \ Le gran 
for du fdbor (5C) [le grand four du 
faubourg, avec sa mecanique, nous aba- 
sourdit, il nous tue]. (Chanson.) 

Copd-chicd [coupe-chique] : sobri- 
quet. 

Api na bond chicd ou api sa chicd 
[6tre ivre]. En ce sens, on dit aussi 
itrt chic, ill iti tot a ft chic (4T,A) 
[il e*tait tout a fait gris]. Dans cet exem- 
ple, comme dans les suivants, on peut 
voir le fr. chic, dont lesens a 6te* con- 
fondu avec celui de chicd et de chique. 
£tri chic s'emploie encore avec d'au- 
tres acceptions. Mon fiu, s' fdfi cin, 
t*i chic (4T) [mon fils, si tu as fait cela, 
tu t'es mis dans de mauvais draps, de 
beaux d raps]. £l a on abi nupd q'6 chic 
(4T) [il a un habit neuf qui est eMe'gant]. 



Digitized by LjOOQIC 



CHIC-CHIV 



io3 



Quant a la locution : i n' pdpd onnd 
chicd (4T,A) [il nevautpasunechique], 
il convient sans doute de la fa ire deli- 
ver, a vec C. Nisabd, d'une autre source. 
« Au xiv' siecle, on appelait chique, en 
Dauphinl, une piece de monnaie de 
cette province, qui 6tait la plus petite et 
avait le moins de valeur. Or, les pieces 
de ce genre, quoique nomme'es autre- 
ment (cf. Hard, sou, picaillon), sont 
encore aujourd'hui Fobjet de compa- 
rison le plus fr^quemment employe", 
pour marquerson m^pris a 1'egard d'une 
personne ou d'une chose. » (C. Nisard, 
id., p. 18.) 

ChicA, vn. (4T,A) : essayer d'attein- 
dre le but en lancant la bille (chicd); 
frl. chiquer. 

Qhidr6, vn. (4AS) : choir, tomber; 
pleuvoir. £ pa ghidri [il va pleuvoir]. 
De cddire. Choir vient de cadire : cha- 
deir (chadir), chaeir, cheoir, choir. 

Chtt, sm. (8B) : del. 

QhI6vr&, sf. (7Jr ; 6Bv) : chevre; qhi- 
hiprd (4Fm). 

f Chiffon, sm. (4T,A) : s'emploie 
pour impertinent, mauvais drdle, lors- 
qu'on s'adresse a un enfant, garcon ou 
fille. « Petit chiffon de rien, je t'appren- 
drai a parler. » 

Chi£ril,sf.(4T) : chiffre; stifrd (6 A). 
Dans le frl. comme en patois, ce mot 
est souventfSminin, ordinairement pour 
designer non pas un chiffre, mais le 
calcul, rarithm6tique : il est fort sur la 
chiffre. 

Qatri de chifrd : piege a rat cons- 
truit avec de petites buchettes de bois, 
une planchette et un objet pesant, le 
tout ayant la forme d'un 4. 

(Jhin, sm. (4T,A,R) : chien; stin 
<4F; 6Ac,Am,B); tsin (6Bv; 8B'm). 
De7d gardd on chin di ma chinnd(^A) 
[je lui garde (je lui reserve) un chien de 
ma chienne, dicton qui correspond a 
celui-ci : it viendra bien un jour mou- 
dre a mon moulin]. 

Can on s'. cue hi apwi lou qhin, on 
*' Uvi avwi 14 pujhi (4T) [quand on se 
couche avec les chiens, on se leve avec 



les puces]. = Can on se custi avwd id 
stin, on s' 14p4 avwd li pu%i(6Am). = 
Can on si cutsi avwi lou tsin, on si 
Uvi avwi di pud\i (8B*m) 

Can on-n in vu a on chin, on di q'i 
mou (4 A) [quand on en veut a un chien, 
on dit qu'il mord]. 

On tsin aviti bin on-n iviqi (8B*m) 
[un chien regarde bien un £veque, c'est- 
a-dire je puis bien rester ici (en votre 
presence, dans votre compagniej. 

Tsi 4 tsin, mdvi ptfn (8B'm) [chat et 
chien, mauvais voisins]. 

L6 sti fon pd de stin (6A) [les chats 
ne font pas de chiens]. 

Qe ba le stin ba le mitre (6Am) [qui 
bat le chien, bat le maftre]. 

/ stin custta i pin ri sou la di (6 Am) 
[au chien couche* il ne vient rien sous 
la dent]. 

Chin, adj. num. (8B) : cinq. 

Chincanle, sf. (4T,A,A1) : chicane. 
Syn. : ronU. 

Chincanldu, sm. et adj. (4T) : chi- 
caneur ; chincaniaw (4TJ). 

ghindrd, sf. (8B'm) : cendre. 

f Chiner, va. (G) : ennuyer ; (4A) : 
tourner quelqu'un en ridicule ou lui en 
faire accroire ; emprunter sans avoir 
Tintention de rendre : il m'a chini une 
cigarette. 

f Chiquer (te), vpr. (G) : s'enivrer. 

f Chiquet, sm. (G) : gros morceau 
(de pain, de viande ou de fromage). 

ghiri, sf. (4T,A) : chaire; chiri^kb, 
Al ; 8B*m). La grande chaire (pour pre- 
dication) s'appelle la cdtd chiri (4T); la 
basse chaire (pour instructions): catiltd 
(4T) ; dUrld (4Ab); djirld (8B'm). 

Qhlrh, f. de chi\ cher, couteux. A 
3S', chire est m. et f. Cen pin bin chire 
[cela revient bien cher], 

C'hisft, sf. (3S'): haie. V. aisft. 

ChiaerS, sm. (3S') : natif, ou habi- 
tant de Sixt. 

Qhivrft, sf. (4T,Tc,Tj,Tl,Aj,AI) : 
chevre ; diminutif : chiprotd (4T) ; tli- 
prd (4A,Ab ; aJs ; 7M,M*) ; stiiprd 
(6Ac) ; stUvrd (6Am,Bq,U) ; tchiprd 
(8B'm); chiprd (iB'm); cdbrd (4T; 



Digitized by LjOOQIC 



io4 



CHMI-CHOF 



iD); ghXiprd (7Jr ; 6Bv) ; chtevrd 
(4Fm). Qhiprd motd (4T,Aj) [chevre 
sans cornes]. Syn. : b&md (4T; 6 Ac); 
bomd (4AI) ; binmd (3T,S* ; 4AS'); bicd 
( 4 T) ; bid ( 4 A,Ab,A'g); bit ( 4 A1). 

Qhfprd (4T,Aj) : se dit aussi d'une 
espece de levier, d'une £chelle a trois 
pieds et de la chevre d'ou jaillit I'eau 
d'une fontaine. 

Qhivrd motd en p&ld (4T) : formu- 
lette que les enfants emploient au jeu 
du mouchoir. 

Qhmin, sm. (4T,A) : chemin. Syn. : 
*>i( 4 T,R). 

Chmiad, sf. (4T,A,R,Al,A'g) : che- 
mise ;smis€ (4 A a); ghminhye (3S') (in 
voyelle nasale). £ son td 16 dou cme* cu 
c cmBchmis2, ci ne dorerhpd (4A) [ils 
sont tous les deux comme c. et comme 
chemise (c'est-a-dire d'une amabiiite* 
irop demonstrative Tun envers l'autre), 
9a ne durera pas longtemps]. 

On trouve le d£riv6 chemesson (1619, 
1 A) : ung chemesson de toille. 

C'hmossa, sf. (3S') : lisiere d'un 
champ, d'une Itoffe. 

Qhn&, sm. (3S',T) : chenal ou che- 
neau (en bois ou en fer blanc) ; ghnd 
(4T,A,Aa); 6st8nd (6A). Syn. : coldjht 
(4T,A,Aa) et goldjht. 

Qhnalji, vn. (4 A) : avoir des rela- 
tions avec une femme. 

Qhnallu, sm. (4A) : d£bauch£, hom- 
me qui court le guilledou. 

ghnavft, sf. (4T) : chenevis (graine 
dechanvre); ghinapd (SA; 5A');c^- 
nevd (3S') ; stenavd (6A); ghnnfb(<\kp). 

Qhnavd de montanU (4T,A1) : rho- 
dodendron ferrugineux. 

ghnavi, sf. (4 Ap) : cheneviere ; chna- 
piri (4T,Ab); st&navU (6A); chinavirt 
( 4 R). 

Qhnavi, dans le sens de cheneviere, 
est torn be" a Th6nes en dlsu&ude. Ce 
motde*signe actuellement un champ cul- 
tiv£ d'une surface de*termine*e, ayant ap- 
proximativement l'^tendue des champs 
que la ville de Th6nes louait aux par- 
ticuliers au lieu dit desSdssice', champs 
ou Ton cultivait beaucoup le chanvre. 



On dit a present on ghnavid' ravl,dou 
chnapi di tartijli. 

QhneilS, sf. (4T,A,R) : chenille. 

<Jhn§v6, sm. (4T,Al ; 2 A) : chanvre. 

Chnu, sm. (4TC) : fenouil. 

Qh6, sf. (4T,A,Ab,R) : chaux; ghd 
grassd [chaux grasse]; ghdmigrd [chaux 
maigre ou hydrauliquej. 

Qhd, $hdd&, adj. (4T,A,R) : chaud. 
J hoi b la man chddd (4T) [jouer a la 
main chaude]; jeu ou une personne 
pose une main sur son dos et doit de- 
viner qui Fa frapple. Ne pas confondre 
avec le jeu d'enfants nomme* pied de 
bosufex qui est appele* mains chaudes, 
a Annecy et a Th6nes. t 

£tr8 chddd (4AI) se dit d'une vache 
en chaleur. 

Qhd, st. (4T,A) : chaleur. £ ne crin 
ni La ghd ni lafri (4T) [il ne craint ni 
le chaud ni le froid]. Ifd na ghd a to 
gr'elyi (4T) [il fait une chaleur a tout 
ghller]. Dans quelques local it^s ghd est 
masc. : on chd qi (3T) [une chaleur 
e*touffante]. Cf. « Par le chaud qu'il fai- 
sait. nous n'avions point de glace. » 
(Boileau, Satire 3.) Syn. : chalor. 

Chd, ou chor, fern, chordd , adj. 
(4T) : sur. Bin chd ou dchd t dechd (4T} 
[assur£ment] ; pe* chd [pour sur]. 

Ch6c&, sf. (4 A) : socque. 

ChocA, va. (4A) : choquer, offenser. 
Al a itd chocd d& to reprojhi [il a£t6 
choque", offense* de tes reproches]. 

Ch6col&, sm. (4T,A) : chocolat. 

Qhdd&, sf. (4T,A) : certaine quan- 
tity de lessive versle tres chaude sur le 
linge entasse* dans un cuvier. 

Chd6, chwd, sm. (4T,A) : choix. 

Chddsi, va. (4T,A) : choisir. 

Qhdfe, sf. pi. (4T,A1) : bas, bas 
longs (chausses). 

ghdfdron, sm. (Go) : bucher qu'on 
allume sur les hauteurs le dimanche 
des brandons. 

« Le ghdiferon, francise* le chaufai- 
ron, a le mdme sens que la f alia [bran- 
don], chez nous. Au dimanche des 
brandons les campagnards promenaient 
dans les jardins et les vergers les chau- 



Digitized by LjOOQIC 



CHOF-CHU 



io5 



fairons et les pr6sentaient aux arbres 
nourriciers en les apostrophant dans ce 
sens : Regard ez, si vous ne portez pas 
de bons fruits, vous serez arrachls et 
bruits, selon le mot de l'Evangile. » 
Note de la Grammaire savoy arde de 
V. Duret, publtee par M. E. Koschwitz, 
p. i3. 

Qhd-frd, sm. (4T,A) : chaud et froid. 

Ch6f-panse, sf. (4T,R) : cheminde 
dans une chambre a coucher ou dans 
une salle a manger ; en general toute 
cheminee autre que la chemine*e de 
cuisine. Frl. (4R), chauffe-panse, (qui 
tombeen d£su£tude). 

CholA, sm. (2AJ) : Soulier. 

CholG, tern. ch£ula\adj. (2Aj):seul. 

CboU, sm. (2Aj).V. soli. 

ChonnA, va. (4A) : flairer. - 

Chor, fe" m. chord&, ad j.(4T).V.chd. 

Cho8p6nt&, sf. (4A) : soupente , 
peut rlduit. Du participe passe* f£m. de 
suspendo. 

Qhou, sm. (iBm; 5A ; jJr) : chou ; 
chdu (7J,Ja,Cm). 

Qh-ou, (8B'm) : est-ce... ? Qh-ou IXi 
ou twb? [est-ce elle ou toi ?] Cwi gh-ou ? 
[qui est-ce ?] 

Cf. £-ghe two q'aftf cin ? [est-ce toi 
qui as fait cela ?] A-ghe nontsapd? [as- 
tu un chapeau ?] 

A Montagny (8B*m) le gh ne vient 
pas du c dur, mais de st : ighdld, de 
stella, dtoile ; Ughd, de testa, t£te ; b£- 
$hU, de bestia, b£te; fight, de festa, 
fete. 

f k dans d-ghe (as-tu), 6-ghe (es-tu) 
provient de meme de s-H ; cette trans- 
formation a eu lieu a une dpoque ou 
Vs finale de tu as, tu es, se prononcait 
encore. 

Dans Cwi gh-ou ? Qh-ou IXi ? gh est 
pour igh : Cwi igh-ou, qui est-ce? 
£gh-ou IU, est-ce elle ? La voyelle ini- 
tiale e de est est tomble et le groupe st 
s'est change" regulierement en gh. 

Dans la Haute-Savoie et dans la plus 
grande partie de la Savoie, on dit : 'T- 
oupre" [est-ce vrai ?] Cwi 't-ou [qui est- 
ce?] (Dans le Chablais : "T-* vri? C6 



*t-i?) Plus rarement on dit : £-/-oti 
vri ? Cwi i-t-ou ? ou U-t-ou pri ? cwi 
U-t-ou? 

Chdtidanna, sf. (4T) : bounce de 
chaleur, vapeurs. 2? nia pri onnd chdii- 
dannd (4T) [il m'est survenu une va- 
peur]. 

Ce mot dlsigne aussi une source 
d'eau tiede qui sourd dans un pre* ou 
dans un terrain mar£cageux et qui ne 
gele pas en hiver (4R). 

Choula, sf. ; pi. choules (7Lb) : oi- 
gnon. 

Choulla, f£m. ard&, n. etadj.(2Ag): 
sou lard, ivrogne. 

Chous&. V. chusfi. 

Choutt (A la), loc. adv. (1 Ep) : a l*a- 
bri de la pluie. f a la choute (G). V. 
chut&. 

ghdvnft, va. (4Aa) : achever, finir. 

ghre-18, sf. (8M) : fraise. Du lat./m- 
g(u)la, petite fraise, avec le changement 
de/en gh. 

ghrevo, sm. (3C) : brouillard. 

QhricU, vn. (8M) : crier d'une voix 
aigue", pousser des cris percants ; ghri- 
cld (8B'm). V. cicltt. 

ghrijhe, sf. (8M) : cerise ; c'hrijhe 
(8Ag). 

QhtA, va. (3S';4T) : faire sortir le 
be'tail pour le mener paftre ; ghtd (4Ab). 
Y8 ten de ghtd le" vaghe (3S') [il est 
temps de mener pattre les vaches]. I fd 
aid ghtd U bitU (4T) [il faut mener 
paftre le bewail]. 

— , vn. (4*T,Ab) : essaimer (en par- 
lant des abeilles). 

Qhtdmd, va. (2AJ) : laisser perdre 
quelque chose par sa negligence ; faire 
mauvais usage de quelque chose ; ghtd- 
md (4A). 

Chu, part, passe* (4T,A,Ab,R) : su. 

— , sm. (4T) : chou. 

— , adj. et sm. (4AD) : soul, ivre, ras- 
sasie\ 

— , sm. (5C) : ciel. On vejive ni chu 
ni tird [on ne voyait ni ciel ni terre]. 

— , sm.(4R) : suif. D'ou le calembour 
suivant intraduisible. A, s8 d' avou 
chu ! [Ah si j'avais su !]. — Tou q' vo 



Digitized by LjOOQIC 



io6 



CHU-CITR 



fard, sS vo-n avd chu ? D* chand&M ? 
[que feriez-vous, si vous aviezsu (suif) ? 
Des chandelles ?] 

£hu, pr£p. (4R) : chez. 

Chti6, adj. num. (6B) : six. 

Chutl, sf. (7Jr) : aire (d'une grange). 

Chuivi, part, passe* (6Ac) : suivi. 

Chur&, adj., f£m. de cheu : sure. 
Cette forme est tres peu usit£e et cheu 
est ordinairement invariable. On la 
remplace par achurdye* [assume] ou 
par d* cheu [de sur, pour sur]. 

Churam6n, adv. (4T) : assurtment. 

Chu8&, sf. (3S';4T,A,Ab,Al,R) : 
chose ; stleusd (6 A) ; chousd (5C; 7J); 
tsousd (8B'm). 

Cdq' chusd (3S';4T,A,Ab,Al) [quel- 
que chose]. Syn. : cdcrin (4T,A). 

iV7 $ pd gran chusd (4T) [ce n'est pas 
grand chose]. 

Chuta (Ala), loc. adv. (4T,A,A'g) : 
a Pabri de la pluie ; a la choutd ( 1 Ep ; 
4Ab) ; a la choute, ou a la sioute (G) ; 
a la c'hutd (3S') ; a sued (8Bf) ; a la 
swichd (8B*). 

GhutA, vn. (4TJ) : criailler, chanter 
en d^tonnant. Lou cllar chutdpdn [les 
clercs ne s'accordaient pas en chantant]. 

Ghutd, adv. (6B) : surtout. 

Qhvalfi, sm. (4T,A) : chevalet sur 
lequel on scie. 

Chveu, sm. (4T,A,Ab,R) : cheveu. 

C'hvire, sf. (3S*) : civiere. 

ghv6, sm. (4T,A,R) : cheval; sttod 
(6A) ; tsM (6Bv). T-ou qt s' UssS mtd 
catri soldr, dromi avwf 9 e" sd pd s' li 
doutd ? (4T) [qu'est-ce qui se laisse met- 
tre quatre souliers, dort avec, et ne sait 
pas se les 6ter ?] R. : on chv6 fard [un 
cheval ferrt]. 

Qhvd du bon Dlu (4T) : carabe dort. 

Chwa, vn. (2AJ) : suer. 

Chwantre, va. (2AJ) : sentir. 

ChwatenA, va. (2AJ) : assommer a 
coups de baton. 

Chwatend na bosse : assuj^tir un ton- 
neau sur un chariot au moyen d'une 
bille. 

Chwaton, sm. (2 Aj) : gourdin, garot; 
chwdton (4Ab). 



ChwAvi, sf. (4Ae) : corneille. 

Chwfi, sm. (2AJ ; 3Rr; 4Ab ; 6 Ac, 
Gv) : soc ; chw£, ou swi (4T). 

Ghwd, sf. (2AJ) : soeur. 

— , sm. (4Ab) : seuil. 

— , adj. numeral (6Bv) : six. 

Chw6, sf. (4T) : aire a battre les 
cerlales. 

Chwdli, sm. (iE): sureau. 

Chw6r&, sf. (6Ac) : soeur. 

f Cibare, sm. (G) : marqueur a la 
cible (celui qui signale et marque les 
coups des tireurs). 

Cibole, sf. (8A):ciboule. 

f Cicle, sm. (4 A) : cri percant. 

CiclIA, vn. (4T,A) : pousser des cris 
aigus; ciclXd (4A,Ab). Frl. c/c/er (4 A, R). 

Cttl, sm. (4T,A) : del ; del (3S*) ; 
chir (6A) ; c'hU (8B). Na covertd totd 
tacond, Xeu tiguyi n'a jhami passd 
(4A) [une couverture faite entierement 
de petits morceaux, ou* I'aiguille n'a 
jamais passe*, qu'est-ce? R£p. : un ciel 
couvert]. 

Cigala, sf. (4A) : cigare. Cigdld dl 
damt [cigare de dame, fruit en forme 
de cigare du catalpa]. 

Cij6, sm. sing. (4AI, As ; 6 Am) : ciseau 
(de menuisier, de tailleur de pierre) ; ciso 
(iBm). Syn. : estdpre* (6U). V. ce mot. 

— , sm. plur. (4T,Al,Ab ; 6Am,Bq, 
Bv,U) : ciseaux (de tailleur d'habits). 
Syn. : blotsitt, etalyin, tejurd, dfos- 
ten. Voir ces mots. Dans le frl. on dit 
souvent des iciseaux, et Ton fait ce 
mot duftminin. 

—, (4 A) : fer a tuyauter. 

Gin, adj. numeral (3Sd; 4A ; 6Ac, 
B) : cinq ; fin (4*r,Ab) ; c'hin (8B). 

Cini, sm. (4 A) : serin. 

Cis&. V. 8i8&. 

Citrft, sf. (6B,U) : cidre ; citre (3S*s). 
Syn. : biscantin (v. ce mot) ; bis ou bis- 
can (4Al,Ae; 3Ss) ; bidolyon (v. ce mot) ; 
friton (Yvoire);i>/n d8fruit&(\k)\ga»b 
(2J,Jv,F,Fc,Fe,Jb; 3Re; 4Am) ;pomd 
(8Bh) ; tsitre (6B) ; pomddd (8A); m<J- 
da (iT,Ts,B; 3B,J,S*s,T; 4A); pit6 
(iE,Ts); pitin (3T,S f ) ; carabi (4F) ; 
garb (4AnT). 



Digitized by LjOOQIC 



CIVE-CLIO 



107 



Le petit cidre, c'est-a-dire celui qu'on 
obtient apres le rlmiage ou le tiercage 
(a* ou 3' pilage avec de Teau), s'appelle 
mdda a 3S*s, bidolyon a 4A. En glnlral, 
sous tous ces noms on entend aussi 
bien le poire* que le cidre, parce qu'on 
pile les poires et les pommes en mdme 
temps. A Taninges, ou la poire appetee 
mdda est tres r^pandue, on entend sous 
cc nom le poire\ et Ton appelle pit in le 
cidre fait avec des pommes sauvages. 
A Sixt on appelle mdda le petit cidre ; 
a Sciez, c'ebt le sue des pommes expri- 
me* par lepressoir, tandis que le sue qui 
coulede lui-mfime s'appelle pitd. A Al- 
by, mdda est tout a la fois le nom du 
cidre et celui d'une poire dont le jus 
melange* au jus des pommes fait un ci- 
dre de premiere qualite*. Ailleurs, mdda 
eveille Pid£e de cidre frais non fermen- 
le. et Ton se sert d'un autre nom pour 
designer le cidre feit. Ainsi, a Saint- 
Jeoire, on dit : Fire la mddd [faire du 
cidre] et bire on vird a* bidolyon [boire 
un verre de cidre]. A Pringy, citre et 
bidolyon sont synonymes. On appelle 
ainsi toute boisson faite avec du jus de 
fruits pressures (particulierement avec 
des bltosson). 

— , sf. (6B) : m£um (plante). 

CivA, sf. (8A ; 6B) : ciboule. 

Cfclin.V. sizlixi. 

Clad, sf. (4T) : claque (1* coup du 
plat de la main ; 2* sorte de sandale 
qui enveloppe le Soulier). PrindrS si 
cliq i si claque (4T) [prendre ses cli- 
ques et ses claques, dlguerpir sur le 
champ]. 

Clafi, yA, adj. (4T) : rempli, couvert ; 
f cldfi (G). On lyi clafi di parXanni 
ifi) [un lit rempli de punaises]. 

t Clair, sm. (4A). Pour dire « je 
suissans lumiere ou dans robcurite* », 
on dit: « je suis sans clair*. Pour 
« eclairez monsieur » : « faites clair a 
monsieur ». Pour « donnez une bou- 
gie, apportez une lumiere » : « donnez 
du clair ». 

Clanchi, va. et vn. (4A) : baisser, 
pencher ; clianchi (4AI) ; clantli (5C). 



ClavlirS, sf. (4T) : saponaire ; c/Ta- 
pliri (4 Ag). 

ClAdalft sf. (4T.A) et t clidal ou 
cliddr (G). V. cliA. 

ClAntIA, va. (5C) : pencher. 

CliA, sf. (4T,A,AI,R ; 6 A) : cle" ; tlU 
(iDb); clU (4A,Ab,As). f Jouer a la 
cli (G,Go) [jouer a la marelle]. 

CliA, sf. (4T; 6 A) : claie en osier; 
panneau a claire-voie fait avec des bar- 
reaux de bois pour parquer les chevres, 
les moutons, les cochons, etc. ; tlla 
(3S'); clidald (4T,A) ; f clidal (G) ; 
t cliddr (G); f die (G); clidd (4Ap). 

D'apres quelques 6tymologistes, ces 
mots viendraient du celtique : cf. cliath 
(anc. irlandais), clwid (kymri), cloued 
(bas-breton). Le bas latin a cleda, porte 
a claire-voie. « Cleda, crates ; Gall . claie ; 
item clathrus, Gall, grille; Massiliensi- 
bus clede... Alias clede et elide. » (Du- 

CANGE.) 

CliA, fe*m. : clUrd , adj. (4A,R) : 
clair ; end, clUrd (4A,Ab) ; clldr, c/W- 
r<J(4T,AI;6A). 

Clianchi, vn. (4AI) : pencher, bais- 
ser. 

CliAr, sm. (4T,A) : clerc (d'avoue\ de 
notaire). A Rumilly, on dit plus sou- 
vent seustitu [substitut]. 

— , (4T,A,AI ; 6A) : aida du mar- 
guillier pour Fentretien et le service 
d'une £glise. 

CliAr, sm. (4T) : fascine de menu 
bois ; fascine de bois peu serrte servant 
de fermeture a un clos. 

— , (4T) : clair. V. cliA. Pris subst. 
ce mot dlsigne un clair t Pendroit ou 
une e*toffe, un bas sont d£chir£s. A Ge- 
neve f une claire. 

t Clicli-mouchette , (G) : cligne- 
musette, cache-cache (jeu). 

CliA, sm. (4Aa) : tilleul. 

— , pi uriel de did, claie. 

CliA, sf. (4AD) : cuillcre. 

— , pluriel de clU et de c/W, clef. 

CliA, sm. ( 4 T,Ab):glui. 

CliArA. sf. (4Ab,AI) : blanc de 1'ceuf. 

Clio$hS, sf. (4T,A,Fm) : cloche; 
dldcM (4R); cltoste(6A); tlloche (3S'). 



Digitized by LjOOQIC 



io8 



CLIO-CMEN 



Pour exprimer le son des cloches, on 
dit a Thdnes et a Leschaux ban-ban ou 
bin-ban , bin-bald ; din-dan, din-dald. 
Pour exprimer le mouvement d'une 
grosse cloche en branle, dan-dald t gan- 
gald ; d'ou les verbes banband, dan- 
dald, gangald, guingald, guinguand. 

Clio^hi, sm. (4T,A) : clocher; tlio- 
chi (3S'). 

— , vn. (4T,A) : clocher. 

ClIo$htt, sf. (4T) : clochette. Syn. : 
canpannd. 

Clioqe j6ne, sf. (3C) : gentiane. 

CII0S8&, sf. (4T) : poule qui couve 
ou qui a des poussins; cliossi (4 Al) ; 
clidssd (4R). 

Clloste, sf. (6A) : cloche. 

CHostStS, sf. (6B): liseron. 

Clion, sm. (4T,A,Ab,AI,R) : clou ; 
tliou (3S'). Cliou-rdbd (4AI) [clou a 
grosse t£te]; syn.: bracd (6A); biqe 
(4 A) ; potron (4A). Le clou a t£te large 
et ronde s'appelle (ache (4T,A). On ap- 
pelle cliou a montd (4T,A) un clou ser- 
vant a monter un Soulier sur la forme. 

Dans le frl. on dit : * parer un clou », 
au lieu de « redresser un clou »;« ri- 
ver ses clous a quelqu'un » (G) au lieu 
de « river son clou » (r^pondre verte- 
ment). 

CUoutrA, va. ( 4 T,A,A1,R; 6 A) : 
clouer. 

Clin, sm. (4A) : glui, paille de scigle 
destined a couvrir les toits de chaume. 

— , (4AS) : esplanade en ressaut sur 
le flanc d'une montagne ; nom de lieu- 
dit. 

Gliurd (4Aa') : nom de jeu. Jho'i a 
cliuriou a la teld [jouer a cache-cache]. 

Cliw6, sf. (4Ab) : cuillere. 

Cliwddre, va. (4Ab,Al) : cueillir. 

Cliwi, sf. ( 1 Bm ; 4AD) : cuillere ; cli- 
wi-floriri (iBm) : cuillere a 6cr6mer. 

— , va. (4Al,Ab) : cueillir, ramasser. 
Conjug. : 1* clivb, B, $, dn, i ; 2* cli- 
wiv6\ 3' cliweri; 4* di cliwi (4AI) ; 
— i* cliwisd, cliwi , cllwisdn, cliwisi; 
2'cliwisipd; Vcliwidri; 4' d'i cliwi 
et cliwi (4Ab). 

Cloca, sf. (4T,A) : ampoule. Se dit 



principalement des suites d'une bru- 
lure. Dans le frl. cloquc et cloche. 

Cloc&, vn. (2 Aj) : suspendre momen- 
tane*ment la ponte ; se dit des poules. 

t Clopet, sm. (G) : le*ger somme. « J'ai 
fait un clopet cet apres-midi. » On dit 
aussi glopet (4R). 

Clotle-, sm.(5C): clocher. 

f Clusse, sf. (G) : poule qui a des 
poussins ; clousse ou glousse (4R). V. 

CI1O88&. 

Cm&clid, sm. (4T, A) : cr^maillere. 

Lesanciennes cr^mailleres de cuisine 
e*taient formers d'anneaux de fer et de 
crochets mobiles en forme de S (en la- 
tin macula). De la I'ltym. qu'on a pro- 
posed : cum+maculas. A la m£me ori- 
gine se rapportent coumdele, qemattie 9 
cmanld, incmanld, encmdtlid. 

On trouve les formes comaclo\ ( 1 6 1 2, 
1 A) et commaclo\ (161 5, iA). Com- 
malette (i65o, iA) dlsigne une petite 
cre*maillere. 

Cmala, sf. (4Tm,Aq,Al,A , g) : sor- 
bierdes oiseleurs. 

— , (4T,Tm) : eau-de-vie faite avec les 
baies du sorbier des oiseleurs. 

Cm&re, sf. (4T, A,A1,R) : commere. 

Cm&tlie, sm. (3S') : crtmaillere. 

CmS, conj. (4A,R,A1 ; 6A) : comme; 
cmen (iT ; 3B,T; 4Aa). Cme se r6duit 
souvent a me*, cmen a men. 

Cm$, adv. (4A,R,A1 ; 6A) : com- 
ment ; cmin (4T). Ici encore le c initial 
tombe fre*quemment : men, mi, men. 

Cm6ch6, va. (6A) : commencer ; 
cmici (4A,Ab) ; cminci (4T,A). 

Cm61&, sf. (4Ad) : sorbier des oise- 
leurs ; cmild, m. (4Aa). 

Cm816, sm. (4A). V. cmenld. 

Cm6ncem6n, sm. (4A) : commence- 
cement. 

Cmtoci, va. (4T) : commencer. 

CmdndA, va. (4A) : commander. 

Cmdndd, sf. (4A) : commande. 

Cmdndamdn, sm. (4A) : com man- 
dement. 

Cmenl6, sm. (4T) : espece de coin 
en fer muni d'un anneau de fer. On 
s'en sert pour tratner des billes de bois. 



Digitized by LjOOQIC 



CMON-COCO 



109 



Cet instrument est appele* comanlet 
{ 1 679, 1 A) ; vari antes : comanlo\, com- 
manlo\. 

— , (4AI) : anneau muni d'une chat- 
nette etcTune cheville en fer qui sert a 
fixer le joug au timon. V. lanval&. 

Cmon, adj. et sm. (4T; 6A) com- 
munal, bois communal. (S'emploie g£- 
neYalement au pluriel comme en fran- 
cais). Anciennement le devin (bois de*- 
fendu). En frl. on dit les communaux. 

— , (4T ; 4A') : lieux d'aisance. A Al- 
by. on rlpete la plaisanterie suivante : « 
Faites-vous votre priereen commun ? » 
demande le cure* a l'enfant. — « De 
cmon, n'a poi chi no, monchu ; on pa 
in Qhran ». 

Cmoud6, adj. (4R ; 6A) : commode. 

Co, fern, cortd, adj. (4A,R) : court. 

— ,adv. (3B; 6B) : encore. 

— (£), (4A,R) forme verbale : il court. 

— , sf. (4A) : cour. 

C6, pr. interr. (1 Ep) : qui. 

— , sm. (4A,Ab,Al,R) : corps. 

— , (3T) : caillette de veau, pr^sure. 

— , (3T) : patience oseille. 

-, (6A ; 8M) : cou. 

Cobla, sf. (4T,A ; 3S") : une couple 
de chevaux ou de boeufs ; attelage de 
deux animaux de trait ; troupe de che- 
vaux attaches par couples; cob II d (4 A' g, 
R). Cobld d'onlon (4T,A ; 3S') [glane 
d'oignons]. 

CoblA, va. (4Ab) : passer le ble* au 
tamis. 

-, (4T), coblU (4R) : d^router, de*- 
pister. Jusq'4-n Egipte on V batta la 
porsmtd, I E ton-n in' mi n* 18 lissa 
pwi de rfin; \ Mi /' fran bidBe chu 
tojhb dU lafmtd \ S* doutd di dvan 4 
lo cobttd p* Id chmin (4R) [jusqu'en 
Egypte on te donna la poursuite (H6- 
rode te poursuivit) et ton ennemi ne te 
laissa pas de rlpit ; mais le franc bidet 
sut toujours dans la fuite s'6ter de de- 
vant et le deYouter par les chemins]. 

CoblStt, sf. (4T,A,Ab ; 3Rr) : cr£- 
cerelle. De cobld, couple ; ces oiseaux 
vont g£ne>alement par couples. 

Nd de coblitd (4A) [nez crochu]. 



C6c&; sf. (4T,Ab) : hanneton ; ver 
blanc ; cdcd bosiri (4Ab). 

— , (4A,A1) : contusion au front prove- 
nant d'un heurt. 

— , (4AI) : bousier, insecte noir ayant 
des £1 ft res, qui se cache parfois sous 
terre ou dans des bouses. 

-, (4T,A); f cdque (G ; 4 T,A) : 
vieille femme, faiseuse de comm£rages. 

C6cA (s6), vpr. (4A) : se heurter, se 
faire une contusion au front. 

Coc&r, sm. (3C) : soucid'eau. 

— , va. (8Bf). V. arcocA. 

CocArdA, sf. (4 A) : cocarde. 

Cocati, sm. (4A,AI) : coquetier. 

CochairiA, sf. (8B') : aiguille'e. 

Cochatier, sm. (8 A) : poirier sau- 
vage. 

Coche, sf. (3S') : lieu desert ; £cart. 

Coch6, sm. (4AD) : coussin, traver- 
sin. 

Cocheete, sf. (8A) : poire sauvage. 

C6chenA, vn. (4*T,A,AI ; 6A ; 8B'm, 
M) : cautionner. 

f Coolies, sf. p. (G) : de*bris de ble* 
ou d'autres c£r£ales qui sont rejet^s par 
ie vent. 

Cdchi, va. (aAj) : courber, baisser. 

Cochon, sm. (4T,A,Ab,R) : nuque. 

C6chon, sf. (4T,A,Ab,Al; 8M,B'm): 
caution. 

Coed, sm. (4T,A) :ceuf(t. enfantin). 
V. cocotA. 

Cocoche (A), loc. adv. (Go) ; a co- 
cochi (G) : a califourchon. 

tCocoler, vn. (G) : Wgayer. 

Cocoli, sm. (G) : begue. 

Cocon, sm. (4Ag) : trolle d'Europe, 
vulg. boule d'or, renoncule de monta- 
gne. 

— , (5C) : ceuf. 

CocotA, sf. (4T,A) (t. enfantin) : co- 
cote, poule. S'emploie aussi en parlant 
aux petits enfants ; en ce cas, on dit 
coed au masc. et cocotd au fern. Pleurd 
pd mon coed, t'i mon ptiou (4T) [ne 
pleure pas mon ch^ri, tu es mon petit]. 

CocotA et cocatd, vn. (4T,A) : M- 
gayer; f cocoter (4 A). 

CocouhA, sf. (iDb): grande che'li- 



Digitized by LjOOQIC 



no COCU-COLE 

doine ; — , (2 A) : persil aux anes, cer- 
feuil sauvage. 

A Aime (8A) : se dit de la cigue\ du 
cerfeuil sauvage et en g£n£ral de toute 
espece d'ombelliferes. 

Cocu, sm. (4T,A,Ab; 5 A') : coucou 
(oiseau) ; primevere officinale. 

— , (4Ab) : oeil-de-boeuf. 

Cocuha, sf. (6B) : se dit de toutes 
les ombelli feres a tiges creuses, can- 
nelfies, telles que berce, carotte, cer- 
feuil, ang£lique, etc. ; cocuhd frddd 
(6B) : herbe aux goutteux. 

Cocwa, sf. (4AI) : cigu€ ; — , (4AV*): 
berce-brancursine. Se ditaussi a Vieugy 
de plusieurs autres ombelliferes. 

Cocware, sf. (5C) : hanneton. 

C6A, sm. (4T,A,Ab) : cuir. 

C66c*he et cwic'he, sf. (3S'): cuisse. 

C66fa, sf. (4T,A) : coiffe. Syn.: b€- 
g'nd ( 4 T, A) ; i beguine (G ; 4 T, A) ; 
bird (8M,B'm). 

C66r8, va. et vn. (4T,A,Ab ; 6A) : 
cuire, bouillir. Conjug. : c6i\6 , c66 
(4T) ; cd^d, cu (4A,Ab). La spa n' cu 
pd (4A,Ab) [lasoupe ne bout pas]. Fas- 
si-me cdirS na gotd dt lafi (4*T,Ab) 
[faites-moi bouillir une goutte de lait]. 
Lissi oncd na mitd cdirS U tartifl$ 
(4T,Ab) [Iaissez encore cuire un peu 
les pommes de terre]. 

C66UL, (4T,A ; 6A), f£m. de cdt, p.p. 
de cdirS : cuite. Pris com me subst., ce 
mot signifie cuite, fournfie. Nou~$ in f6 
tri c6ttt iwi (4T) [nous avons fait au- 
jourd'hui trois fourne*es (s'il s'agit du 
pain), trois cuites (s'il s'agit de la con- 
centration d'un liquide : sirop ou lait, 
ou du marc qu'on met chaque fois 
dans Talambic en vue de la distillation)]. 

Au figure* : £-/ avi jha sa cditd can 
i-lt-t arvd (4T) [il fitait d6ja ivre quand 
il est arrive"]. 

— , (3S',T) : hate, grande presse, em- 
pressement. La cditd mjh& I'ipli (3S) 
[la grande presse mange Tavance, c'est- 
a-dire : si Ton a de Tavance dans un 
travail, Tempressement qu'on met a le 
finir fait perdre cette avance]. 

Cddteu, ffim. eusa, adj. (3S') : em- 



press£, dfisireux ; cdetdu, dusd (4T). 
Vd-% dtrd amwirbu, d pou maryd »ou~; 
M bin cditbu (4T) [vous autres amou- 
reux, de vous marier vous files bien 
presses]. 

Cofdl, va. (4T) : salir. Syn. : con- 
9hii ( 4 R). 

Cofl, sm. (4T ; 3S") : coffin (£tui ou 
le faucheur serre sa pierre a aiguiser) ; 
cofti (6B) ; icofXi (6Ac); gofU (6 A) ; 
co»U (8M,B*m) ; govU (6A) ; gonvi 
(4AD); gofi (4TC). Syn.: breuchon faTm). 

On ne signale pas, dans nos patois 
actuels, le sens de « petite corbeille * 
ou de « panier a fruits », signification 
usuelle de cofin en vieux francais. 

Cofi6, sm. (6B) : coffin, govier. 

Cof ISra, sf. (4T) : salet* ; cofrd (4R). 

Cdfd, adj. (4T,A,R) : sale, malpro- 
pre ; cdfd (6A) ; cofe (3S'). 

— , sm. : personne crapuleuse. 

f Cogne, sm. (G) : agent de police. 

Colanna, sf. (7Jr) : iris germanique. 

Colon, sm. (4T,A) : lache ; vaurien ; 
farceur. 

Colona, va. (4T,A,R) : se moquer 
de quelqu'un, le tourner en ridicule. 

Cdjna, sf. (6Ac) : cuisine. * 

Coju, p.p. (5C) : cousu. 

Cdla , sf. (4Ab) : glissoire. Qintd 
bond cdld su le lachi (4AD) [quelle 
bonne glissoire il y a sur le petit lac 1] 

Cold (se), vpr. (4AD) : glisser (srur 
une glissoire). 

Cola, sm. (4T; 8M) : sot. AbreW. du 
mot Nicolas. 

— , va. (3^;4T,A,R) : coller; clari- 
fier du vin ; liltrer un liquide. 

— , vn. : couler, glisser. 

ColachSna, vn. (4 A) : collationner. 

Colachon, sf. (4 A) : collation. 

C61ap&, sf. (4TC) : patience (plante). 

Colar, sm. (3S') : collier de cuir 
muni d'une clochette qu'on met au cou 
des vaches. 

Colarin, sm. (4T) : collier de verro- 
terie. 

Gol£e, sm. (4T) : collet. 

ColSe-birtSe, sm. (iA) : coucou (pri- 
mevere off.). 



Digitized by LjOOQIC 



COLE-CONB 



1 1 1 



ColerS, sf. (4T,A) : colore. Syn. : iri 
(4Tj). 

f Etrc dans toutes ses coleres (4T,A) 
[tore hors de soi, sortir des gonds]. 

f Colidor, sm. (4T,A ; G) : corridor. 

C0K6, sf. (4T, A.AI, A'g,Fd ; 5 A*) : tes- 
ticule;cd7r*(4Ae*). 

— <T Idu (4A f g) : ellebore ; — (5 A*) : 
colchique. 

— d % pin foA'g) : c6ne de pin. 

— (f pBssi (4A'g,Fd,AI) : cdne dc sa- 
pin ; bourgeons de pin oude sapin (4 A). 

Colieu8&, sf. (aAj) : chlneau. 

Colli, va. (4T,R) : cueillir ; cliwi 
(4Ab,AI) ; cliwidrS (4Ab,AI) ; coliitrB 
(4T)/ 

f Colin, sm. (G) : mere-goutte (le 
premier vin tirl de la cuve; vin de 
grappe). 

Colid, colldtt, adj. (aAj) : se dit 
d'un homme (ou d'une femme)fort, vi- 
goureux, large d'lpaules. 

Cotton, sm. (4T,A) : testicule. 

Cotton d£ bu (4T) et cotton d' leu 
(4A) : ellebore. 

Colin, sm. (4AI) : couloir (passoire 
pour le lait) ; colidu (4T, R, Ab) ; colu 
(3S'). 

— , sm. (8B*m) : taureau. Dans le 
vxfr. coiliu, couillu, est adjectif et si- 
gnifie : non coupe*, non chatrl. Ce sens 
se retrouve dans colld y fort, vigoureux. 

Coliwerd, (4R) : encolure. 

Cold, sf. (4A,R) : couleur ; color 
(4T);co/*u(4R). 

Colojhe, sf. (4T,A,Aa) : chenal; go- 

idjhe (4A). 

Colojhe, sm. (3S') : lait pur qu'on 
verse dans la chaudiere pour bonifier le 
petit-lait qu'on va faire bouillir. 

Colon, sm. (4 As; 8M) : ramier, pi- 
geon sauvage. Can Id colon son su, i 
truv6n U fri\i amari (4 As) [quand les 
ramiers sont rassastes, ils trouvent que 
les cerises sont ameres]. R. lat. colum- 
bus. V. colon (ap. Godefroy). 

Colonbire, sf. (4A'g) : pigeonnier. 

Colonie, sf. (4A ; 6A) : quenouille. 

Colouvri, sf. (5C) : couleuvre ; co- 
tofora ( 4 T). 



Colye, sm. (4T) : collier. 

— , sf. (4T,A,Av ) : cuillere. 

— d* maqon (4T,A,Av') : truelle. 

Colyfttrft, va. (4T) : cueillir. 

Colyi, va. (4T,R) : cueillir. 

Com', come, conj. (4T,A) : comme. 
Nlin-n ajhincom* min (4T) [iln'yen a 
point comme moi ; il n'y a personne tel 
que moi]. 

Cdmft, sf. (3T) : criniere; touffe de 
poils. 

Com&clid, sm. (6 A) : crtmaillere; 
t comdcle (G). 

Coman (4A), subst. verbal de com- 
mander. £-/ on garcon de ton coman 
(4A) [c'est un garcon qui fait sans repli- 
quer ce qu'on lui commanded 

Com6dj&, sf. (4A) : comeiiie (le ter- 
me patois s'applique a toule sorte de 
representations) ; baraque ou se donne 
le spectacle. 

Comdnci et cminci, va. et vn. (4T) : 
commencer; cmici (4R); cmichi(6A). 

Comichnere, sm. (4A) : commis- 
sionnaire. 

Comichon, sf. (4T,A,AI) : commis- 
sion. 

ComnA, sf. (4T,A) : commune. 

Com6ditA, sf. (4A) : commodity. 

Conbft, sf. (4T,A) : combe. 

Conbft, sf. (6A) : compartiment d'un 
grand coffre. 

Conbin, adv. (4T, A) : combien. 
S'emploie pour indiquer le quantieme : , 
Lcombin du mi i-t-on ? (4T,A) [quel 
est le quantieme du mois ?]. L' conbin 
de mi i-t-i wi (Go). 

ConbinA, va. (4A) : combiner. 

Conbinejon, sf. (4 A) : combinaison. 

Conbin'rd, sm. (4A) : se dit d'une 
personne qui combine. 

Conbld, adj. (4T,A) : comble. 

— , sm. (4T,A) : comble (le plus haut 
point). Le mot conbld ne s'emploie pas 
pour designer la partie la plus llevee 
d'un batiment, l'espace entre le toit et 
le dernier plancher. On dit : galdtd 
( 4 T,A); grini (4T) ; betandi (3S',T) ; 
bitandier (G) ; metandi (3S'); sanmchi 
( 1 D) ; Mr* ( 4 AI). 



Digitized by LjOOQIC 



ii2 CONCE-CONP 

ConcSchndrd, sm. (4A) : conces- 
sionnaire. 

Concdchon, sf. (4 A) : concession. 

Concepchon, sf. (4A) : conception. 
La Concepchon (4A) [la tete de rimma- 
culee Conception]. 

Conche, sf. (4T,A) et f conche (4T, 
A; 3S) : terrine tres e*vase*e ou Ton met 
1e lait qui vient d'etre trait ; ripe (auge 
circulaire). « La cr£me n'est pas encore 
toute montle dans cette conche » (G). 

— , : bassin de fontaine. « Laver du 
linge dans la conche ». La grande con- 
che, la conche, signifie dans le langage 
des bateliers le lac de Geneve. 

Conchdi, va. (4R) : salir. Cf. vxfr. 
conchier; contyi (4A). 

Nous pouvons remarquer a propos de 
ce verbe, comme pour une foule d*au- 
tres termes, le maintien dans nos patois 
de vieux mots aujourd'hui disparus 
dans le francais pro pre (archalsmes). 
Dans la liste des mots tombls en d£su£- 
tude figurent acomparer, agripper 
(saisir), cavein (creux), conchier (salir), 
qui, sous des formes voisines, vivent 
encore dans nos patois, aussi bien que 
chapeler, chapuis, chavon, condir, coit- 
ion et une foule d'autres. 

Conchdnce, sf. (4A) : conscience. 

Conchire\ sf. (3T) : neige que le vent 
a accumutee dans un creux ; a Geneve, 
gonviere. 

t Conchon, sm. (G) : cochonnet (pe- 
tite boule servant de but au jeu de 
boules). 

Condana, va. (4A) : condamner. 

— , p.p. et sbst. (4A) : condamne\ 

Condanachon, sf. (4 A) : condamna- 
tion. 

Condichon, sf. (4A) : condition. Alld 
in condichon (entrer au service d'une 
personne en qualite* de domestique]. 

Condir, va. (yJr) : assaisonner. 

Cone, sm. (4T,A) : dosse. 

t Confaron, sm. (4A; Alex, i565) : 
lanterne a verres de di verses couleurs 
porte*e au, bout d'un baton par les con- 
freres qui escortent le Saint-Sacrement. 
Cest le fr. gonfalon ou gonfanon. A 



Thdnes, on dit plussouvent gonfaron. 
Godefroy cite piusieurs d£riv£s com- 
mencant par un c. 

Confechon, sf. (4T, A) : confession; 
confession (3S'). Devinette : ld-% omd 
s'ifon ld-% on ld-\ dtrd, 6 U fine* pu- 
v6n pd (4A) [les hommes se le font les 
uns les autres, et les fcmmes ne le peu- 
vent pas]. R. : la conf&chon. 

Confechonerd, sm. (4T; 6 A) : con- 
fession nal. 

Confekchon, sf. (4A) : confection. 

Confesaa, va. (4T,A,Ag) : avouer; 
confisser (7Jr) ; confSssdr (8Bf ). 

Conflrma, va. (4A) : confirmer. 

Conflrmachon, sf. (4 A) : confirma- 
tion. 

Conflft, sf. (8Bf) : ampoule ; gonfld 
( 4 T,A'g; 7 Jr;8B'). 

Confyi, va. (4A) : confier. 

ConlfttrS, va. (4T,A,R) : connaftre. 
Z?-/ a la moralU q'on conii /' macon 
(4A) [c'est a la muraille qu'on connaft 
le macon = a Tceuvre on connaft Tou- 
vrier]. 

Conj. : conWrB, conUssd, con'sipd 
(4T, A,R). Le part. p. est ge*ne*ralement 
coniu, et Pimp, du subj. coniusst, mais 
on trouve dans Beard 6 con'sBe et i 
corisa au lieu de 4 coniu. £ con'sa ri 
quflid I Q$rl6 q'avd ranglid, | P' fini 
d % gari I8u md, \ Navo plie* qub. ronfld 
(4R) [il reconnut rien qu'au flair que 
ceux qui avaient vomi, pour finir de 
gu^rir leur mal, nlavaient plus qu'a ron- 
fler]. 

A Leschaux, dBcon'si; imp. du subj.: 
q( d£ con'sissd. L'n est sonore, mais 
non mouille*e. 

Coniu, p. passe*(4T,A,Ab,R) rconnu. 
AV coniu, aV coniu, Dian-PiirS Bossu 
(4A) [il est connu Jean-Pierre le Bossu]. 
A carnaval, avant Hnvention des con- 
fetti, les gamins annlciens harcelaient 
les masques en r£p£tant ce refrain. 

Conpara, va. (4T, A) : comparer; 
conparer (7-Jr). 

S& conpard avwi cdcon [se comparer 
a quelqu'un]. Employe* seul, le verbe r6- 
fl^chi se 3 conpard a un sens different : 



Digitized by LjOOQIC 



CONP-CONS 



n3 



il peut sign i fie r : se donner beaucoup 
de peine ; 6tre dans la g£ne malgre* un 
travail assidu (4T,A; 3S'). Cette signi- 
fication est usuelle dans les parlers de 
la Suisse romande, ou le subst. fe"m. 
compdrd s'emploie avec le sens de : 
peine, travail, e*conomie (Bridel). Dans 
le patois de Vionnaz (Bas-Valais), le 
verbe compard signifie : se tourmenter 
a travailler. 

Dans le frl. on emploie souvent le 
compose* acomparer. Cest un archals- 
me. Cf. Regnibr (Sat. X) : « Je Vacom- 
parerois au golfe de Patrasse ». 

ConparS, sm. (4T,A,A1) : compere; 
conpdre (6 A) ; ttonpdre (7MW). 

Conpardson, sf. (4T,A) : compa- 
rison. 

Voici quelques-unes des compari- 
sons les plus usit^es : 

Adri cm' on sinjhd (4AS) [adroit 
comme un singe]. 

Btian cm' onnd patd (4A) [blanc 
comme une patte (un linge), livide]. 

Qhantd cm* onnd lird (4T,Al,As) 
[chanter comme une alouette]. 

Cofd cm'on pint (4A) [sale comme 
un peigne]. 

Coricom I'urd (4T,A) [courir comme 
1'orage, c'est-a-dire a toutes jambes]. 

Dromi com on pld (4T,A,AI) [dor- 
mir comme un billot, comme une sou- 
chel. 

E cmi d varsd d'igd dU on pant 
(4As) [c f est comme de verser de 1'eau 
dans un panier, c'est-a-dire c'est chose 
inutile] = i cmi di pchi dti on pKolon 
[comme de pisser dans un violon]. Dans 
lefrl. on dit souvent : c'est comme de 
tremper le doigt dans I'eau pour y faire 
un trou. 

£ s' fa Iwiri Id ju cm' on cha qa 
mdXa d'oulld (4AS) [ii se fait luire les 
yeux comme un chat qui a mange* de 
l'huile]. 

For cm* on bu (4T) [fort comme un 
bceuf] = cm' on cri (4R) [comme un 
eric ou cm' on troi d'oulld, comme un 
pressoird'huile]. 

Lan com on jhdr sin pan (4T) [long 



comme un jour sans pain] = Ion cm' 
onjheu si pan (4A,As). 

Listd cm'onpd cTbu su na nufri (4 A) 
[leste comme une paire de boeufs sur 
un noyer]. 

Listd cm' on parpiHon (4AS) [leste 
comme un papillon , c'est-a-dire tres 
agile] = listd cm* onnd livrd (lievre) 
( 4 T,A,As). 

Malin cmi la gdld ( 4 As) [merchant 
comme la gale]. 

Mangournd cm' on pani (4AS) [tres 
maladroit]. 

Pld cmi na plianchi (4AD) [plat 
comme une planche] = pld cm' onnd 
ponisi (4A,T) ou bardannd ( 4 R) [com- 
me une punaise]. 

Pron cmi la pudrd (4AS) [prompt 
comme la poudre, c'est-a-dire s'empor- 
tant facilement] = pi cmi lapdtrd (4AI) 
= pron cmi lafcudrd ( 4 R) [prompt 
comme la foudre]. 

Prdprd cm' on sou (4T,A1) [propre, 
luisant comme un sou (neuf)]. 

Pwireb cm' onnd ttdpd (4AS) [peu- 
reux comme une corneille] = pwird 
cmi na swdvd (4AI). 

Ridd cmi la justice di Birnd (4AS) 
[raide comme la justice de Berne], 

Ition cm'on lanvXu ( 4 A) [rond com- 
me un orvet; c'est-a-dire ivre, probable- 
ment parce que l'orvet est rond et ne 
voit pas clair]. 

Rlon cm' on tambd (4 As) [rond com- 
me un tambour, c'est-a-dire bien repu]. 

Si com on cin de cllou (4T) [sec 
comme un cent de clous] = si cm* 
onnd gorlKi (cep) ( 4 As) = si cm' on 
briq'i (briquet) (4 AI) = cm' onn' almietd 
(allumette) (4T). 

ConpenA, vn. (aAj) : voiler ou se 
voiler ; se dit des douves d'un tonneau, 
d'un cuvier, etc. 

OonpUrfi, vn. ( 4 T,A) : complaire; 
aconpliri ( 4 Aa) ; conplire ( 7 J r ). 

Conprdndr8,va.( 4 T) : comprendre; 
conpridri (4A,Ab,R). 
Consacra, va. (4A) : consacrer. 
Con'sance, sf. (4A) : connaissance. 



Digitized by LjOOQIC 



H4 



CONS-CONV 



Con'sance, (4A) : Syn. de bonamia 
ou de midsa, maitresse. 

ConsarvA, va. (4T,A.R) : conserver. 
Conj. : ind. pr. consirvd (4T). 

Conscri, sm. (2AJ). Outre le sens 
ordinaire, conscri a celui de petite 
grappe de raisin qui n'est pas mure iors 
de la vendange. 

Consecrachon, sf. (4 A) : consecra- 
tion. 

Consenti, vn. (4T,A,R) : consentir. 

Conslyi, va. (4A) : conseiller. 

— , sm. (4 A) : conseiller (membre 
d'un conseil). 

Tou <f vo-% in pinsd, vo-\ dtrS td qu* 
it-\ ifte devan mi a m' arguitd ? Mi 
trovd-vo la cornluld d*on conslyi mu- 
nicipal? (4A) [qu'en pensez-vous, vous 
autres tous qui 6tes ici devant moi a me 
regarder ? Me trouvez-vous la tele d'un 
conseiller municipal]. Voir tout le mo- 
nologue intitule « Candidat conslyi » (L. 
Terrier : Choses et Gens d' Ann ecy). 

Consolft, va. (4T) : consoler ; conso- 
Idr (8Bf); arconsold (4T,Ag); rcon- 
sold (8B') ; rconsoler (7Jr). Le prefixe 
ar, r a ici un sens intensif. 

Consolida, sm. (4 A) : consoude off. ; 
consolidd (6B) ; f consoliddr (4A). 
Pour la presence de r final dans conso- 
liddr, cf. cadendr pour cadenas. 

Consort*, va. (5C) : consulter. 

Conste, sf. (6 Ac,B) : ripe. V. conche. 

Consult*, sf. (4 A) : consultation 
d'un medecin, d'un avocat. Se dit prin- 
cipalement de la consultation de plu- 
sieurs medecins rtunis aupr&s d'un 
malade. 

Conta, va. (4T, A,R) : compter ; pen- 
ser. 

— , (4T,A,R) : conter, raconter. 

Contdn, adj. (4T,A) : content ; con- 
ten (4Aa) ; conti (4Ab,Al). Syn. : bni- 
sd (4A,Tg). 

Cont6nt&, va. (4A) : contenter. 

Cont6tIu, sm. (4AI) : celui qui est 
cense contenter tout le monde. S' d n'e 
pd conti , cC tivari u contitiu [s'il 
n'est pas content, je 1'enverrai au dia- 
ble]. 



ContIe,sm. (3S*) : conte, fable ; con- 
tX6 (4T,A,R). 

— , compte. 

Continudlamftn, adv. (4A) : conti- 
nuellement. 

ContinwA, va. (4T) : continuer; 
continuU (5C). Syn. : adurd (4Aa). 
Conjug. : contintwd, continlwi, con- 
tiniwi, continlwdn. (V accent tonique 
est sur i et les terminaisons wd, wi t ' 
vdn sont atones.) 

Contnyi, va. (4T,A,R) : contenir. 

Contort, sm. ; pi. contor (jlv) : af- 
frontaille. 

Contr&, sf. (4A) : contree. 

Contraltf, va. (4T) : contrarier ; 
contrel (4AI) ; contral (4AD) ; contraryi 
( 4 A). 

Contrarian, adj. (4A) : taquin, qui 
aime a contrarier. 

Contrav6nchon, sf. (4A) : contra- 
vention. 

Contribuchon, sf. (4T,A) : contri- 
bution. Syn. (au pi.) talU (4T,A,A1 ; 
6A). D'ipocdpila mitalli^T) [je n'ai 
pas encore pay£ mes contributions]. 

Contrichon, sf. (4 A) : contrition (ac- 
te de). 

Contrd, prep. (4T,A) : contre. 

Contrdbdnda, sf. (4T,A) : contre- 
bande. 

Contrdbdndi , sm. (4 A) : contre- 
bandier. 

Controf6, sm. (4 A) : contrefort d'un 
mur, d'une chaussure, d'une montagne. 

Contrdpd, sm. (4A) : contrepoids. 

Gontyi, va. (4A) : salir. V. conch6i. 

S* contyi, vpr. : se salir. Syn. : s'cdcd 
parmi. 

Conv6nchon, sf. (4T) : convention. 
Syn. : pachi. V. ce mot. 

Convnyi, vn. (4 A) : convenir; p.p: 
convntu. 

ConvocA, va. (4 A) : convoquer 

Convocachon, sf. (4A): convocation. 

Convulchon, sf. (4A) : convulsion. 
Cc mot ne s'emploie guere qu'au plu- 
riel, pour designer une maladie nerveu- 
se tres violente chez les enfants. Prin- 
drili convulchon. 



Digitized by LjOOQIC 



COPA-CORB 



n5 



Copi, sf. (4T,A,R ; 5C ; 6A) : coupe, 
sortc de vase. 

— , action de couper, de tailler ou 
d'abattre certain e Vendue d'une foret. 

Trovd la copd (4R)[trouverlemoyen]. 

— , (4T.A), f coupe : ancienne me- 
sure de capacity valant 77 litres. Na 
copd di bid [une coupe de bl£]; na 
copi de chd [une coupe de chaux]. 

La coupe de ble* s'est vendue en 1 847, 
annee de disette, jusqu'a 47 fr. a Ge- 
neve et 5o a Annecy. 

Dans le Dauphine*, suivant M. 1'abbe* 
Devaux, (Essai sur la Langue vulg. du 
Haut-Dauphinl), copa a deYigne* une 
mesure de ble* contenant a peu pres 20 
livres. Puitspelu d£6nit ainsi la coupe: 
€ mesure de grains Igale a la moitie* 
d'une bichette et par consequent au 
quart du bichet. » Coupe s'applique 
aussi, dans le Lyonnais, a une mesure 
agraire 6gale au quart de la bicherle. 

CopA, va. (4T,A,R; 5C; 8M): cou- 
per. Copd la chicd, le soblB [rendre in- 
lerdit ; couper le sifflet]. 

Copd, sm. (4T) : banneton en bois a 
l'usage des boulangers ; copeaux (Eclats 
de bois). Lou copi dtsin Jose* san pocd 
tonbd (4T) [lescopeaux de saint Joseph, 
c'est-a-dire les gros flocons de neige qui 
tombent g£n£ralement vers le 1 9 mars, 
ne sont pas encore tombe*s]. 

— , (4AD) : aube d'une roue de mou- 
lin. 

Cop*, sm. (4 A) : balances en filet 
servant a la p£che aux dcrevisses. 

Oopon, sm. (4T,A,Ab) : coupon. 

— , (8M ; aAj) : petite bannette en 
bois; slbille. 

Coq3, sm. (6U,A) : ceuf. 

Coq6, va. (8M) : lancer, jeter. 

— . (3S') : egrener. 

t Coqne, sf. (4T,G) : vieille femme. 

— , (4T) : hanneton. 

— , (4A,A1) : contusion au front pro- 
venant d'un heurt. 

f Coquer, va. (G) : frapper Tun con- 
tre Pautre deux oeufs cuits durs (terme 
d'ecolier). Coquer des noix, c'est enle- 
verlacoque des noix. Coca, a aAj. se 



dit des noix et des chAtaignes dont on 
a brise* la coque. 

C6r, adj. (4T): court; cd, cbrtd 
(4A,R). fore a cor farjhin [manquer 
d'argent]. Ma cortd (4R) [ma courtoise, 
gentille, fille]. 

— , sf. (4T,R) : cour; cb (4A,Ab). 
Une petite cours'appelle cortna (4 A). 

C6r, sm. (4T) : corps; cd (4A,A1, 
Ab,R). 

Cor&, va. (4T) : £curer, nettoyer. 

Corajhd, sm.(4T,A,Ab,R) : courage. 

CorilA, sf. (4A): chorale; concert. 
Cordld d'Alb'inyi [chorale d'Albigny ; 
se dit du coassement des grenouilles 
dans les marais d'Albigny, pres d'An- 
necy]. £ fara bd tin a* man, on intin la 
cordld d'Albinvi [il fera beau demain, 
on entend la chorale d'Albigny], 

Corallon, sm. (4T,A ;3S') ; f corail- 
lon t couraillon (G) : coeur d'un fruit, 
d'un le*gume; trognon. On corallon de 
chu (4T) [un trognon de chou] ; /' cora- 
llon dipome* [le trognon despommes]. 
£ntri lou Ri i la sin Franci, /' cora- 
lllon\d' la fri (4T) [le coeur du froid 
(de l'hiver) est entre les Rois et la saint 
Francois (6-29 Janvier)]. 

CoratA, vn. (4T,A) : courir 9a et la, 
vagabonder ; courater (jh) ; f couria- 
ter(G); f courater (4T,A). 

— , va. (4A,Ag) : poursuivre quel- 
qu'un en courant. 

Corati, ir8, (4T,A); f couratier, 
ere; couriatier (G), s. et adj. : garcon 
ou Mile qui aime a courir ca et la. S'em- 
ploie au fe*m. surtouten mauvaise part. 

Corat&ri, sf. (4T) : action de vaga- 
bonder, de courir les rues: 

Corba, sm. (5M'v): corbeau ; corbas 
(7LD) ; corba (5C). V. corbA. 

Corbatft, sf.(4A,As) : sorte depanier 
en forme de boule, dont le sommet of- 
fre une petite trappe permettant d'intro- 
duire le poisson qu'on vient de prendre 
et que Ton conserve vivant dans Teau 
jusqu'au retour de la peche. 

t Corbe, sf. (G) : sorbe (fruit du sor- 
bier des oiseleurs). 

Corbet, sm. (iAb,B,Bm; 3Bm,Ca, 



Digitized by LjOOQIC 



u6 



CORB-CORN 



Jt,S; 4A,Aa,Ab,Ai,F,R,T,Tj; 5Ce, 
Ml; 6Ac,Am,As,U, Un,Bv, Bq; 7Ag, 
M ; 8AI,B'a,Ma,Mc) : corbeau ; corbi 
( i B,E ; 3Gp ; 4At,A'c ; 5Mf,M' ; 6B) ; 
corbei (2JJ) ; corbel. (8B'm) ; corbd 
(5M) ; corbW (7C) ; corbd (5M'v) ; cor- 
bas(iU>)\ corbd (5C) ; corbil (8Bs); 
cribil (7L). 

Au Villard-sur-Beaufort, ce nom fait 
au sing, corbi et au pi. corbi, contrai- 
rement a I'analogie qui semble deman- 
der corbi au sing. Je note en passant 
cette exception, parce qui I est probable 
qu'avec le temps la difference signage 
actuellement au Villard entre le sing, et 
le pluriel disparaitra. 

Jhami corbi n'a dvld canari (4AS) 
[jamais corbeau n'a mis au monde de 
canari] = Lo corbi n* f on pd d' canari 
(4A). 

A Annecy, a la vue d'un corbeau, les 
enfants r£petent cette sorte de refrain : 
Corbi Vagassi \ Ton pdr' fenbrassi | 
Tt-l dU vuldn I Ti pati brutdn. 

Corb£t&, sf. (3C):polypode vulgaire. 

Corblft, sm. (iTm) : tourbillon de 
poussiere soulevde par le vent. 

CorblyA, sf. (4T) : contenu d'une 
corbeille ; croblya (4A). 

Corblyg, sf. (4T,A1) : corbeille. 

— , (4AJ) : cachette. 

Corbd , adj. (4T,A,Ab) : courbe. 
PariX corbd, marend corbd (4Ab) [se 
dit des personnes qui rempiacent le ve- 
ritable pa rrain ou la veritable marraine]. 

Ailleurs, a Annecy et a Rumilly par 
exemple, on appelle ainsi le man de la 
marraine et la femme du parrain. 

— , (8B'm) : maigre. Ci dmd i corbd 
[cet homme est maigre]. 

Corcalie, sf. (6A) : coquille (decrus- 
tac£). 

CorcolA, vn. (3S') : caqueter (en 
parlant des poules) ; Wgayer. 

Corcolion, sm. (4T,A1; 6A) : cha- 
rancon ; bruche des pois. Du lat. cur- 
culio, charancon. 

Cordft, sf. (iDm) : courge. 

Cordani, sm. (4T,A,A',Al,A'g): cor- 
donnier. 



Cordani, sm. (4T, A,A1) : hydrometre 
(insecte). 

Cord6, sm. (4T; 6Am,Bq ; 8M) : 
cordeau ; cordid (4A,Aa; 6Bv) \cordil 
(8B*m); cordd (iBm). 

Corddron, sm. (4A) : petite courge ; 
diminutif de keurdd. 

Cordire, sf. (aAj) : lieu plante* de 
courges. 

Cordj6r, va. (8B') : corriger, donner 
une correction. 

Cord, vn. (4T,A,R) : courir; cori 
(4T,A,R;8M). 

Cori&n, adj. et s., f£m. &U8&, (4T, 
A,R) : curieux. 

Coriji, va. (4T,A,R) : corriger ; cor- 
djir (8B*). 

Coridtt, si, adj. et s. (4T,R) : cu- 
rieux; corUu (4A,T,R). 

Corjhon, sm. (a la Vacherie, hameau 
de Thdnes) : escourgeon. 

Corlanchg, sf. (4Aq) : pic-vert. 

t Cormoran, sm. (G) : s'emploie au 
fig. pour designer un crocheteur, un 
portefaix. 

Cornft, sm. (4A) : cornard (homme 
dont la femme est infidele). 

— , va. (4T, A ; 3S') : corner (faire une 
corne, uneoreille);de7ormer; crier, pro- 
clamer a son de trompe. / ni fo pd cor- 
nd ton livrd (4T) [il ne faut pas faire 
une come a ton livre]. Td cornd Vdld 
d' mon chapi (4T) [tu as deforme" Paile 
de mon chapeau]. 

— , vn. : frapper avec les cornes, cor- 
ner, cosser; bourdonner. Sta vachi 
keurni (4A) [cette vache corne ou cos- 
se]. Li-\ orlyi mi courndn (4T) [les 
oreilles me cornent]. Can Vorlyi dritd 
pd keurni, cdcon di d bind pd, mi s'y 
i la gochi, on di dmd (4A) [quand 
Poreille droite vous corne, quelqu'un 
ditdu bien devous,mais si c'est la gau- 
che, on dit du mal]. Mordi-vd V be* d 
la lingd, can forty 2 gdchi vd keurni; 
t'li qi di d md d vd sard bin atrapd 
(4A) [mordez-vous le bout de la langue 
quand Poreille gauche vous corne ; ce- 
lui qui dit du mal de vous sera bien 
attrape*]. 



Digitized by LjOOQIC 



CORN-COSA 



117 



Con jug. : cornd, de cournd (4T), d$ 
keurnd (4A,Ab). 

Cornalift, sf. (5A') : cornouiller san- 
guin. 

Corned sm. (4T) : cornet. A en ou- 
tre le sens de quartier dans ces ancien- 
nes denominations des rues de Th6- 
nes : le corne" damb [le quartier d'a- 
mont, la rue des Gets, ou Clefs] ; le 
cornS d'ava [la rue Blanche et la Place, 
qui font suite a la rue des Clets en aval]. 

Ce nom a du primitivement s'appli- 
quer a une partie du quartier, a celle 
qui est a Tangle d'une place ou d'une 
rue. Dans le Mystere de Saint-Bernard 
de Menthon, cornet signifie coin d'une 
rue : « Mon enfant, a cestuy cornet \ 
De la rue, a ung hospital | Ou az de 
gens qui ont grant mal. » (vers 3746). 

f Cornet, sm. « Les sacs de petite 
dimension qui sont formls d'un carre* 
de papier route en cdne se nomment 
comets. Dans certaines contr£es, la 
Suisse francaise, par exemple, le terme 
de cornet s'applique indifTe*remment a 
tous les sacs en papier. » (Dictionnaire 
du Commerce, de I' Industrie et de la 
Banque, public sous la direction de 
MM. Yves Guyot et A. Raffalovitch, 
article sacs.) II en est de m£me en Sa- 
voie. 

CornluU, sf. (4T,A,R,A1 ; 3S') : la- 
rynx; oesophage ;gosier; frl. cornidle. 
El'vin, to cm$ I'igd a" on pch$u \ Va 
no-\ arosd la cornXuld (4R) [et le vin, 
tout comme Teau d'un puisoir, va nous 
arroser le gosier]. Par extension : t£te, 
figure. V. I'exemple cit£ a conslyi. 

Cornu, sm. (4AI) ; cornliia (6Bq). 
V.bolie. 

CoronJl, sf. (4T,A,R) : couronne. 

t Corps (alter du) f (4A) : aller a la 
selle; se dit surtoutdes malades. 

Gora&, sf. (4T,A,R; 6A) : course. 

— , (4T,A): e'pid&nie. Dans le frl. on 
dit * course ou trafne, au lieu d*£pid£- 
mie. 

CorselA, vn. (4A) : tousser beaucoup 
et par quintes. At a corseld totd la ni 
[toute la nuit]. 



CorsirS, sf. (4 A) : neige amoncelee 
par le vent dans un creux. 
Cortella, sf. (4A) : aiguille. 
Corti, sm. (4T,A,R) : jardin. Dans 
le frl. corti, courti. D'un derive* de 
cortem, qui a produit court, cour. 

Dans le vxfr., suivant Godefroy, 
cortil d£signe [une petite cour ou jar- 
din de campagne ferme" de haies, de 
fagotage, ou quelquefois aussi de murs. 
Godefroy remarque que ce mot, « en- 
core employe" par quelqueslcrivains du 
xix' s., est reste\ avec diverses pronon- 
ciations, dans presque toutes les pro- 
vinces de la France ». II cite notamment, 
avec le lyonnais et for£z. courtil, cur- 
til, le bressan curti et le savoy, courtil, 
curtil ; en Tarentaise : couerti ; dans 
la Suisse romande corti. Les drive's de 
ce mot furent nombreux; courtiliere 
est encore usite\ 

« Curtil et courtil(\\ serait plus exact 
de dire curti, courti, car on ne pro- 
nonce pas / finale) sont aussi employe's 
en Savoie. C'est ainsi qu'on appelle a 
Chamonix ce petit plan de gazon 'qui 
est situe" au milieu du glacier de Tale- 
fre, et qui est si connu des touristes 
sous le nom de Jardin. » (Onofrio, au 
mot curtil). 

CorU6, 6dft, adj. et s. (4T,A,G) : 
homme (ou femme) trapu. 
Cortivan, adj. (5C) : cultivable. 
CortnA, sf. (4A) : petite cour. 
CortrolA, sf. (4A) : courtiliere; cor- 
trdld (6A). En frl. courterole. 
CorwG, sf. (4T) : courroie. 
C6sft, sf. (4T,A) : cause. .4 cdsd 
(4T,A) pourquoi (dans une phrase in- 
terrogative). Ti pd modd t a cdsd ? (4T, 
A)[tu.n'es pas parti, a cause, c'est-a- 
dire pour quelle cause ?] Quand en pa- 
reil cas on emploie a cdsd, il arrive 
souvent que la personne a qui on s'a- 
dresse r£pond : A cdsd. Par la elle fait 
entendre qu'elle ne saurait ou qu'elle ne 
veut pas dire les motifs qui l'ont pouss£e 
a agir ainsi. Elle est rlduite a quia. A cd- 
sd correspond alors au fr. parce que (r£- 
ponsefr^quente des gens embarrasses).. 



Digitized by LjOOQIC 



u8 



COSE-COUL 



Costal sf. (5C) : cuisine. 

Coseni*, sm., tern. 6re, : (5C): cui- 
sinier, ere. 

Cosin, sm. (4T,A,Ab,Ai,R) : cousin; 
au f£m. : co\na (m£mes loc). On dit co- 
sine a Th6nes, au lieu de co^na, pour 
indiquer que ia cousine en question 
n'est pas une paysanne. 

C08S&, sf. (3S) : fort et rapide travail 
execute* en peu de temps. Syn. de 
bourdya (parfois bourdld). 

Cosadra, sf. (8Bf) : aiguille. 

Cossin, sm. (4T) : coussin ; qchi et 
cochi (4AD) ; cochin (4A) ; couch in 
(8B'm). Syn. : card (4AD). Uamitia 
vin su U qchi (4AD) [famine vient sur 
le coussin, c'est-a-dire par Fhabitude 
de vivre ensemble]. 

Coti, sf. (4T) : £tai, support ; (4AI) : 
cale. 

— > (4T) : quote-part. 

CotA, va. (3S'; 4 T, A'g) : Stayer, ac- 
coter; cotdr (8Bf); coter (7Jr). 

— , (3S*) : fermeravec une cle\ 

Sicotd; v. reap. (4A,Ab) : se heurter. 

Cot6, sm. (4T,A,As,R;6U) : cou- 
teau; coiiti (aJs; 6Am); coti (6Bq); 
cti (4Tc,Ab, Al,Tj; 6Ac); keti (4TI); 
keuti (}S');cweti (6A);cdwti (lBm); 
tldwti (i&m); ctii (8Bm); on cti, dXeu 
cti (6Bv). V. chaplerd et parieu. 

— , (4T) : cosse (des pois, feves, ha- 
ricots). 

Cot6ru, adj. (3S') : cossu, riche. 

CotGrtt, sf. (4T,A,A'g) : aiguille de 
fil ; cotdrla (6A).j 

f C6tet. V. coutt et codte. 

Coti, va. ( 4 T) : cotir, meurtrir (en 
parlant des fruits). 

— , va. (3S') : manger avidement, de*- 
vorer. 

Cotin, sm. (6A) : cotte (jupc de pay- 
sanne). 

Ootid, sm. (5C) : coteau. 

Cotlyi, sm. (4T,R) : coutelier. 

Cotlyon, sm. (4T,A,R) : cotillon. 

Cotaon,sm.(8M): nuque. V.cochon. 

Coturi, sm.(4T) : tailleur, couturier. 

Cotorirg, sf. (4T) : uilleuse, coutu- 
riere. 



Cou, sm. (4T,A,Ab,R) : cou; cd (6 A; 
8M) : N* pou montd pd I' cou (4T) [ne 
vous montez pas la t£te]. 

— , (4T,A,Ab,R) : coup, fois. Dans le 
sens de « fois », cou est glnlralement 
fe*m. a Annecy : sta cou, na cou. 

Lou-\ dtrd cou (4T) [autrefois] ; cd- 
qicou (4T)[quelquefois, quelques fois]; 
decou (4T) [parfois]; du cou (4T.A) 
[d'un seul coup, a 1'instant]. 

Cou defri (4T,A, Ab) : indisposition 
provenant du froid, telle que fluxion de 
poitrine, ne*vralgie. 

Cou pardu (4T; 6A) : coups de clo- 
che isole*s qui precedent la sonnerie 
d'une messe ou un glas. 

f Cou&tre, sf. (G ; 4A) : couette, lit 
de plumes. 

t Couble, sf. (G). V. oobli. 

Concha, sm. (6 Ac) : pinson. 

Couc'hi, vn. (3S f ) : Se dit dela neige 
qui s'entasse dans les creux, dans les 
fosse's, sous Taction du vent. 

Conclyft, sm. (4AI) : escargot, lima- 
9on. Cest le fr. coquille. 

Coucouha, sf: (3C) : berce brancur- 
sine (Heracleum spondilium). Se dit 
aussi du Silaus pratensis et du Laser- 
pitium hirsutum. 

Cdttdrg, va. (4T) : coudre ; keudri 
(4Ab); cawdr'i (4AI; 8M). 

f Couenne, sf. (G) : grande salete\ 
« Va te cacher, caton (cochon), avec ta 
couenne » ; « va laver ta couenne ». 
Avoir la couenne de (G) [oser, avoir le 
courage de] : « Lequel de vous aurait la 
couenne de traverser le Rh6ne ? » 

fGouenneux, ease, adj. (G) : tres 
sale, tres malpropre. 

Gouh6Ir, sm. (8B'm) : coeur. 

Coula, sf. (4A,Ab) : colle. 

Coulanna, vn.(3S) : altera la de- 
rive;, glisser. Se dit de Faction d'un 
trafneau dont Tarriere ne suit pas la 
ligne droite, mais va du cote* ou la 
route penche. 

Couleron, sm. (3S') : jambe de cu- 
lotte; pantalon. Tdweya ren qe di cou- 
liron, la mdr a preu fi a retoudre |Ja 



Digitized by LjOOQIC 



COUL-COVA 



119 



oft il n'y a que des gallons, une mere 
a bien de la peine pour les elever]. 

Conllan, sm. (4A) : faineant. 

Coultere, sf. (5C) : glissoire. 

CouHon, sm. (3T) : mendiant. 

— , dimin. de coUlU (tesiicule). 

— , d* vid (4A'g): colchiqued'automne 
<plante). 

t Coum&cle, comdcle, sm. (G) : crl- 
maillere. V. com&clid. Au lieu de l'l- 
tvm.indiqudea ce mot (cum+macu las), 
i! est preferable d' adopter celle qui est 
donnee par Puitspelu : cramaculum 
(au mot cremoclio). 

Coup6, sm. (4T,A,Ab; aAj ; 6Gv') : 
piece. 

t Coupeau, sm. (G) : copeau. 

Couple, sf. (5C) : assignation. 

Courda, sf. (4T; 3S') : corde; cdrdd 
(4Ab) ; ketrdd (4A). 

— , sf. (3S' ; 4A'g) : courge ; courdi 
<4T) ; courdU (4AI) ; courjhi(^T). 

Cournft, sf. (4T,A1 ; 8M) : corne ; 
keurnd (4A,Ab,R). 

f Course : Dans le frl. est synon. de 
maladie regnante, £pid£mie. Tous mes 
enfants sont malades depuis deux jours. 
— Et les miens aussi. — Alors c'est 
une course (4 A). 

Faire une course blanche (G), c'est 
faire une course inutile. 

7 Courstere, sf. (4A) : neige amon- 
cel£e par le vent dans un creux. 

Courti, sm. (3S*) : jardin. V. corti. 

Couti, sf. (4T,Ag; 6A) : cdte; cutd 
UAg; iD). Devinette : Cuti, cutiron, 
pd mi de* grisse qa r-on ciron (4A) 
[cdtes, petites cotes, pas plus de graisse 
qu'a un ciron]. R£p. : On pant [un pa- 
nier]. Al a li cute* in Ion (4A) [il a les 
cdtes en long; seditd'unhomme pares- 
seux ; a Geneve, d'un homme bizarre, 
capricieux]. 

Au pi. ce mot s'empioie pour desi- 
gner la bene poir£e beta cycla L, et 
la bette carde beta vulgaris cycla. 

Dans le frl. les cdtes, un plat de cdtes, 
ou des reparies. Un plat de cotes se dit 
surtout du plat prepare* avec la nervure 
de la bette ; quant a la partie verte, on 



l'utilise pour accommoder les plats ap- 
petes farcettes (4R) et capon'i (4 A). 

CoutA, sm. (6A) : c6te\ 

— , va. et vn. (4A) : couter. 

f Coute, sf. (G) : cout, defense, 
frais. Ce jeune homme est depuis deux 
ans sur les coxites de sa grand'mere. 
(Humbert). 

Dans le frl. £tre sur les cdtes de quel- 
qu'un signifie vivre a sa charge. Cette 
locution a £te* probablement confon- 
due avec la prece"dente. 

Cout*,sm.(iT: 4T,A'g.Ab,R):c6t*; 
could, coutire (6A); acouti (4A,Ab,T). 
Syn. flan (4T); cdtd (3S'): coutd 
(4Aa). 

H coutd p6 (4Aa) : i couti cT p6 (6 Am) 
[a c6t* de vous] ; <f couti (4R) : de cdtd 
(3S')[dec6t£]. 

— , sm. (aJs ; 6Am) : couteau. V. cote-. 

f Couteau : Dans le frl. s'empioie 
improprement dans plusieurs cas : des 
pois en couteau [en cosse] ; un couteau 
de ma'is [un e'pi] ; un couteau de miel 
[un rayon], 

Couttrl*, sf. (3S';4A1) : aiguille 
defil. 

Couti, sm. (aAj) : cout, dlpense. 

C6utr&, sf. (6Bv) : coutre de la char- 
rue ; keutrd (4T) ; keutrd (4A,R) ; keu- 
trd (4AD) ; cutrd (4AI ; 6A,Ac). 

— , sf. (5 A') : noisetier, coudrier. 

Couturft, sf. (4T) : couture; cica- 
trice. 

On dit a 4T et a 4A : couture rabat- 
tue, a Geneve couture rentree pour 
rentraiture. 

Covft, sf. (4T,A,A1; 6A; 8B') : cou- 
vee. 

— , (4T,A,A1; 6A;8B') : couver (en 
parlant des oiseaux) ; coper (jJr) ; copdr 
(8Bf) ; syn. : acopassd (2 A). 

Pour « couver une maladie », on dit 
gonpd on md (4T), et a Annecy, /' fwa 
gonpdpi signifie « le feu couvait sous 
la cendre ». 

C6v&-bu, sm. (4AD) : renoncule acre, 
vulg. bouton d*or. 

Covass* , sf. (5Ab) : fournaise ser- 
vant a l^cobuage. 



Digitized by LjOOQIC 



120 COVE-CRAT 

Covecle, sm. (5C) : couvercle ; c wi- 
de (4A,R). 

CovAr, covArta, pp. (4T) : couvert ; 
covi, covirtd (4A). 

CovArta, sf. (4T) : couverture ; cr2~ 
v'itd (4A) ; f couverte (G ; 4T, A). 

f Covet, sm. (G) : couvet, chauffe- 
pieds, chaufferette. 

CoviA, sm. (8M,B'm) : coffin, go- 
vier. V. cofl. 

CoznA, sf. (aC,Cc ; 4T, A, Ab,R ; 6U) : 
cuisine; cdjnd(6Ac). Syn. imdjon (6B); 
m£jon( 3Sd);ou/rf(3S's); dH\in (6Ac). 

— , sf. (4T,A,Ab,Al,R) : cousine. 

CoznA, vn. (4T,A) : cuisiner. 

Cozni, sm., f£m. : co^niri, (4T,A, 
Ab) : cuisinier, cuisiniere. 

CrA, sm. (4T,A,Ab,Aq; aAj): tegere 
couche de matiere grasse qui se forme 
sur la t£te des enfants ; impetigo. 

f Cra (itre b) (G) : e"tre exte*nue*;de 
fatigue ; £tre aux abois ; £tre re*duit aux 
derniers expedients. ". 

CracA, vn. (4T,A) : craquer; crossi 
<5C). 

Crach&, sf. (4AI, Ab) : rtsidu du 
beurre fondu. 

Crachi, vn. (4T,A) : cracher. Syn. : 
icpi (8B'm). 

f Crainter, vn. (G) : rester petit. Les 
raisins ont crainU cette ann£e (ilsn'ont 
pas eu leur grosseur ordinaire). 

— , : secouer. Les mots crintt, crUM, 
criante, iqtrUM, qui signifient: grains 
de c£r£ales rejete*s par le van, paraissent 
£tre de la m£me famille que ie vocable 
genevois crainter, 

CrairA, va. (4R) : croire. 

CrAiznai, sm. (lEp) : pommier sau- 
vage, sauvageon. 

CrAizon, sm. (iEp) : fruit du craiz- 
nai. 

Crama, sf. (3S'; iT) : creme. V. 
crAnma. 

Cramaria, sm. (G) : groseille rouge. 

Crami, sm. (5C) : roussi. 

Cramon, sm. (iDm) : chiendent. 

Cran, sm. (2 Aj) : odeur d'e*toflfe bru- 
ise, de cheveux, de barbe ou de crin 
roussis. 



CrAnd, sm. (4T,A,R) : crAne. 

— , adj. (4T,A,R) : crane, intrepide. 

Crapa, sf. (4T,A) : trognon d'un 
fruit a plpins. Dans les Hautes-Alpes 
crapd signifie : vieille brebis qu'on n'a 
pu vendre avec les autres, et crapar : 
mettre au rebut. 

t Crape, sf. (4T) ; crdpe (G) : per- 
sonne sans foi ni loi. 

Crapi, vn. (4AJ) : p£rir, crever. 

CrapI6, sm. (4A,R) : crapaud ; cra- 
ped (4AD); crapld volan (4 A) : engou- 
levent (oiseau). Al fit cm& on crapld 
(4Ab) [il est tres fier]. 

Quand le laboureur dirige mal sa 
charrue et que le soc vient a sortir du 
sillon, il fait un crapld (4R). 

-— , sm. (4T) : teigne (ulceration fe*- 
tide qui se produit a la fourchette du 
pied du cheval). 

Craplo, 6tA, adj. (4A,R) : .crapous- 
sin ; vilaine b£te. 

Crap6, sm. (4T) : crapaud. V. cra- 
pld. 

Dans le frl. crapaud s'emploie pour 
«crapoussin»,etpour«mauvaisdr61e». 

Crapotin, inna, n. et adj. (4T,A) : 
crapoussin. 

CrapulA, sf. (4T,A) : crapule. Syn. : 
t gogne (G) ; crape (4T) ; crdpe (G). 

Craaa, sf. (4T; 5C) : ravin. 

CrAae, sf. (4T) : terrain au-dessous 
du niveau des terres qui Tentourent. 

t Crase, sf. (G) : berge, rive escarped. 

CrasA, Atft, adj. et s. (4 A) : se dit 
d'un enfant cheW dont la croissance a 
M entrave*e ; f craset, ette (G). 

Crasse, sf. (4T,A) : re*sidu du beurre 
fondu ;»frl. crasse. En p&rissant cer&i- 
du avec la farine,on obtient le f pain de 
crasse (4R) ou f ipogne a la crasse (4A). 

CrAti, adj. (6A). V. grabi. 

Cratie, vn. (5C) : cracher. 

CratolA, sf. (4T,A) : crotte de che- 
vre, de brebis, de rat ou de souris, de 
lievre ou de lapin ; cratdld (4Al;6A). 

CrA, sm. (4T,A,Ab; 6 A ; G) : mame- 
lon ; rocher sailiant ; ressaut de mon- 
tagne ; renflement de terrain sur une 
col line. Dans le frl. cr&t. 



Digitized by LjOOQ IC 



CRE-CREV 



iai 



Crt, sm. ;(iDb;3S';4T 9 A) : crois- 
sance. 

— , forme des verbes croire, croftre, 
craindre, suivant les locality, a l'imp£- 
raiif ou au pr£s. de I'indicatif. 

Crebat&, sf. (6A) : sorte de panier, 

Crebelia, sf. (6A) : corbeilide. 

Cr6$hrS, vn. (7Jr) : croftre. 

CrdcrS, sm. (4T) : roitelet. 

Cridd, sm. (4T). S'emploie facdtieu- 
sement dans cette expression : U ch'C 
di son cridd (4T) [le chat ronronne]. 

Cr6dr3, va. (4A,Ab,Al,As,R) : crain- 
dre. V. cr6ndr8. 

CrtIA,vn. (4R) : crier; ^rW( 4 T,A); 
criU (4Ab). 

CrSIanche-, e-re (5C) : chancier, iere. 

Cr6i&ni, sm. (3S') : pommier sau- 
?age. 

Crtton, sm. (1 Bm) : pomme sauvage. 

Cr6nch6n, sf. (8B'm) : croissant (de 
It lune) ; gateau plat dont les bords 
sont d&oupe's en forme de croissant. 

CrtndrS, va. (4T,A) : craindre. £ 
crin q'on I'acosisse u mitre* (4T) [il 
craint qu'on ne le d^nonce au maftre]. 
Di crtnld q'6 pnXis't sta ni (4T) [je 
crains qu'il ne vienne ce soir]. 

Dans le frl. 1'emploi de ne apres crain- 
dre, avoir peur, etc., est inconnu. 

t Crenelle, sf. (G) : crenelle. 

f Crenel sm. (G) : courlieu (oiseau). 

Crdnma, sf. (4T) : crtme; crimd 
( 4A ) ; crenmd ( 1 Bm ; 4Aa, Al, R ; 6 A) ; 
crdmd (iT; 3S'). Syn.-.fleu (lT);flUu 

Crdntt, sf. (4T,A) : crainte ; crentd 
(iDb); critd (4A,Ab,Al,As,R; 6A). 

Dans le frl. on supprime la pre'p. de 
dans les locutions : crainte que, crainte 
de suivie d'un verbe (tomber), crainte 
de suivie d'un nom de personne (des 
gendarmes). Ce n'est que devant un nom 
de chose que la suppression de la pro- 
position de est admise en fr., par ex. : 
crainte d'un accident, crainte d'un nou- 
veau malheur. 

CrftntS, sf.pl. (4T) : grains peu four- 
nis que le van rejette. V. f crainter. 

Crepe-, sm. (6 A) : crepe (patisserie). 



Cr6pd, sm. (4T,A) : crepe. L'e'quiva- 
lent du tern, fr. cr£pe (patisserie) est 
matafan ; le masculin crtpf s'emploie 
dans ce sens a Albertville. 

Crfcpnlon (4) (4T; 6A) et a la crt- 
pnidtd (4T), locut. adv. : posture d'un 
horn me accroupi, les jambes replies ; 
s'aljhi a la crSpnldtd (4T) [giisser sur 
la glace a croupetons], 

Cr6r8, va. UT,A) : croire; crbire' 
( 4 R). 

SS d* m'in crSyipd, de° n' It pari pit 
(4T) [si je m'en croyais, je ne le verrais 
plus]. T2 Ven cri bin tan apwi ton-n 
abi nupd (4T) [tu t'en crois beaucoup 
avec ton habit neuf]. Com 6 s'en cri 
(4T) [comme il s'en croit] 1 

Les formes qui correspondent au fr. 
s'en croire signifient suivant le cas : 
r obe*ir au sentiment qu'on a ; a* avoir 
une confiance exag6re*e ou de*place*e en 
ses forces ou en son m£rite. 

CresellSta, sf. (aAj) : petit tronc por- 
tatif qu'on agite en faisant une qu£te. 

Creselii, vn. (aAj) : agiter les pieces 
de monnaie dans une s£bile ou dans un 
tronc portatif quand on fait une qu£te. 

Cresol*, sm. (3S'). V. crwds*. 

Cresolette, creuseliette t sf. (G) : pe- 
tite boite ou petit sac que Ton pre*sente 
a l'eglise en faisant la qutte. 

CrdsrS, vn. (8Bf) : croftre. 

Cr6ta, sf. (4T,A) : crete. Critd de 
pott (6B) [vuln£raire]. 

Crdtft, sf. (4A,Ab,Al,As.R; 6 A) : 
crainte. 

Crdtin, sm. (4T,A) : cretin. 

Cr*tr8, vn. (4T,A,Ag) : croltre; cri- 
srS (8Bf) ; crM (jh) ; crichr'i {-jh)\ 
Con jug. de : crissd, ti cri, d'i crSssu 
(4T). 

Creula, sf. (3S') : frisson de froid. 
V6-\ i la creuld [vous tremblez, vous 
avez peur]. 

Creula, va. (4A,Ab) : secouer un 
arbre ; crould (4T) et cruld. 

Creuta, sf. (6 A) : croute ; tartine de 
beurre. 

Cr8v&, vn. (4T, A ; 6 A) : crever. 
Nou% in mjhd ntron crBpd a" su (4T) 



Digitized by LjOOQIC 



laa CREV-CRI 

[nous avons mange* tout notre soul, a 
crever]. 

Di cripd d' si (4T,A,A1) [je meurs 
de soif]. 

Au fig. : Son marXajhd a crivd (4T, 
A) [son manage est rompu]. 

Gr6v&-b6, sm. (3S') : orniere pro- 
fonde produite par les trafneaux dans 
la neige. Voici comment on explique ce 
mot. Si une grenouille verte, 6d, tom- 
bait dans une semblable orniere, elle ne 
pourrait en sortir, elle y creverait. 

Cr6v&-fan, sm. (6A) : indigent (par 
paresse). 

Grdv&-f&t&, sm. (6A) : personne de*- 
pensiere; par suite pauvre,dlguenill£e, 
(de fatd, poche). 

Cr£vam6n, sm.(4T,A) : creve-coeur. 
A Geneve on dit : crivement de coeur. 

Crftvantin, sm. (4A) : animal ch£tif, 
mai conform^; avorton; crivdrd, cri- 
pur&fak). 

Cr8v&chu, sm. (6A) : couvreur. 

Cr8v£t&, si. (4A) : couverture. 

Crftve-t6, sm. (6A) : rideau d'un 
berceau (mot a mot : un couvre-touf). 

t Crevoter, vn. (4T, A ; G) : frtquen- 
tatif et diminutif de crever. 

Cr&znA, sf. (4T) : crenelle ; diminu- 
tif: cri^nitd. 

CrftznA, vn. (4T,A) : crisser. Se dit 
1* detout bruit aigu qui agace les dents, 
comme celui d'un fil ou d'un crin de 
cheval fortement tend us qui frottent un 
corps sonore. Cin me fd cri\nd li din 
(4T) [ca me fait crisser les dents] ; 2' du 
craquement du bois lorsqu'il commence 
a sefendre : le baton cri^ni ; 3* dufris- 
sonnement de l'eau qui commence a 
bouillir : li bran^in cri^ni (4T) [l'eau 
de la marmite frissonne]. 

• • • 

CRI, chant, attitude des animaux. 

AISLE [iglXi ( 4 T) ; dgle, ddle (1 Ep) ; 
igli, wivd (4A)]. 

Les aigles trompetent : li% iglXi so- 
blXdn (4T); It* iglisublXdn (4A); I'i- 
glU criyi (4AI); riglU sobli (4Ab ; 
6Ac,Bv) ; rigid subli (8B'm). 



ALOUETTE [lird (4T) ; laird (4R) ; dlu- 
A»tf(4A;5C)]. 

Les alouettes tirelirent (grisollent , 
turlutent) : Un dluhiti ghantXdn (4A) ; 
la luitd ghanti (4AI) ; I'alX&itd ghanti 
( 4 Ab). 

ANE [dnd (4T,A)]. 

L'ane brait : Pdnd inni (4T) \fd than 
(4T,A,Ab); iqni (4A,Ab,Al); ransni 
(8B'm). 

BCLIER [bili, pari (4T) ; bild (4AJ) ; 
bild (3Rr; 6A) ; cornu (4AD) ; mdton 
( 4 A1)]. V. bdl*. 

Le telier tele : /' mdton bili (4AI) ; 
li cornu, li c6lXu bili (4AD). On dit 
aussi bili a 6Ac,Bv,8B'm. 

B1EUF [6m (4T,A,A1, etc.)]. 

Les boeufs beuglent (meuglent, rau- 
gissent) : lou bu branmXdn (4T) ; 16 bu 
brdmXdn, borlXdn (4 A) ; /' bu brdrhi i 
r bord borali (4AI) ; le bora, bwiX co- 
IXu (taureau) burli (8B'm). 

BOUC [bochi (4T,A,Ab) ; bosti (6A) ; 
botsi (SB'mM) ; bd (4Al,As)]. 

Le bouc tele : li bochi rili (4T) ; 
bili (4A,Ab) ; t bd bili (4AI) ; le botsi 
bdXjoli (8B'm). 

BREBIS [fid (4T,A,A1) \fian (3Rr)]. 

Les brebis telent : UfXi bilXdn (4T), 
bilXdn (4AI). 

CAILLE [cdlXi (4T,A,A1)]. 

La caille carcaille (courcaille, mar- 
gotte) : la cdlii brocalXi (4T) ; carcalli 
(4A,Ab) ; chanti (4AI); criXi UAb). 

CANARD [candr (4T); cand foAb.Al); 
cand (4A)], et CANE [cand (4A)]. 

Les canards canquetent : 16 cand cwan 
(4AD) ; 16 cand criydn (4A). 

CHAT [ghi ( 4 T) ; chd (4A, AI) ; sti (6 A)]. 

Le chat miaule : le ghi mXouti (4T) ; 
mX6li^k)\ mXdlXi^M; 6Ac); mX6iXi 
(4Ab); le sti mXdri (8B'm) ; /' sti mXdu- 
ni (6Bv). 

Le chat ronronne : le ghi fd son ron- 
ron ou di son chapli (4T) ; di son crido 
(4T) ; /' gha ronni (4AI) (se dit aussi 
quand il a une souris entre les dents). 

CHEVAL [ghv6 (4T, A, Ab) ; stivd (6A) ; 
tsiv6 (8M)]. 

Le cheval hennit : li ghv6 inni (4T); 



Digitized by LjOOQIC 



CRI DES ANIMAUX 



12? 



i\ni (4A,Ab,T) ; li chvo winne ou wi~ 
tfne (i A); li tsipd ransni (8B'm) ; li 
ghvd isni (4R). 

Lc cheval s'lbroue (£ternuement ac- 
compagn6 d'une secousse de la t£te) : 
sibrife (6A) ; morfiU foAb). 

Lc cheval renacle quand ii sent ce 
qu'on lui pr£sente : Id ghpd mofnldn, 
can i chinttdnce q'ontin (4A); morsni 
(8B*m). 

CHEVRE [ghiprd, v. ce mot]. 

La chevre bele : la ghiprd rili ou kili 
(4T) ; la ttiprd bili (4A) ; la ghiprd 
bili, mi li rite can on la balXi [quand 
on la frappe] (4AI); la tXiprd rdlXi 
UAb). 

CHIEN [chin ( 4 T,A,Al,Ab) ; stin (6A); 
tsin (8M)]. 

Leschiensaboient(jappent): lou chin 
jhupXdn (4T) ; Id ghin jhapXdn (4A, Ab) ; 
djhapi (4AI) ; tsin d&pi (8B'm). 

Les chiens a la chasse clabaudent : 
16 chin minXdn (4AI) ; 16 ghin on pri la 
pUw (4Ab). 

Aboyer d'une voix aigue" : cwild (4T, 
Ab). 

Aboyer d'une voix plaintive : pXuld 
(4T,A) ; pXould (4Ab). 

CHOUEnE [ghipta ( 4 T); swietd (4AI) ; 
covitd (8B*m)]. 

La chouette tutube : criyi (4AI). 

COCHON [pwar, caXon, v. ces mots]. 

Les cochons grognent : lou pwar 
cwinnXdn (4T); Id caXongronXdn (4A); 
lou pwar cwilXdn can on lou sdnXifaT); 
16 colon cwilXdn (rilXdn) can on 16 sd- 
nli(^\) ; grwinnXdn (4AI) ; lou pwiri 
qirXdn, cwinndn (8B'm). 

COQ [poli (4T,A,A1 ; 5C ; 8B*m)]. 

Les coqs coquelinent (coqueriquent) : 
loupolighantldnfaT); tsantdn (8B'm); 
16 poll ghantldn (4A). 

COHBEAU [corbi (4T,A,A1)]. 

Les corbeaux croassent (coraillent, 
graillent) : 16 corbi cwdlXdn (4A,Ab,Al); 
lou corbel quirXdn (8B'm). 

COAHEILLE |>rd/r*(4T,A);/ro>a(4As); 
chwdvd (4 Ae) ; chdwi (3 R) ; swdpd (4AI)]. 

Les corneil les craillent (babillent) : li 
grdlXi rdlXdn (4A); li swdvi criidn 



(4AI). Proverbe : Can li tsdpXi qirXdn, 
la nd pa peni (8B'm). 

COUCOU [cocu (4T,A,A1)J. 

Les coucous coucouent (coucoulent) : 
16 cocu ghantldn (4A, Al) ; r cocu ghanti 
(4T,A). Can f coucou tsanti du md a*a- 
priy gran prdsd d' pindind\e (8B'm) 
[quand le coucou chante au mois d'a- 
vril, bonne vendange]. 

6M0UCHET [moghi (4 A) ; moughi (4AI)]. 

L'£mouchet reste immobile dans Pair 
cherchant a d^couvrir quelque proie ; 
on dit alors qu'il cobliti (4AI). 

FAISAN [fitan (4T,A1) \fdXjan (8B'm)]. 

Lefi\an criU (4A,AI). 

GEAI [jhi (4T,A) ; jhniri (4AI)]. 

Le geai cajole : le jhi rdlU (4A). 

eREN0UILLE[rno/r^f(4T,Al; 8B'm); bb, 
v. ce mot]. 

Les grenouilles et les crapauds coas- 
sent : li rnolM ghantldn (4A). A Ru- 
milly, on emploie aussi le verbe ghan- 
td : Can li rnolXi on ghantd, i n' son 
plXi bdni [quand les grenouilles ont 
chante*, elles ne sont plus bonnes a 
manger]. 

6RILL0N [grilU (4T,A1, Ab ; 8B'm) ; 
cricri (4A)]. 

Le grillon grillote (grtsillonne) : le 
cricri criXi (4A). 

6RIVE [gripd (4T, A,A1 ; 8B'm)]. 

La gripd sobli (4AI). 

HIBOU [ghipan (4T, Al) ; ghapan (4A)]. 

Le hibou bouboule (bybule) : le gha- 
pan uli (4A). 

HIRONDELLE [cublan (4T, A) ; irondile 
( 4 Al;8B'm)]. 

L'hirondelle trisse (trinsote) : Id cu- 
blan ga^UXdn (4A). 

LOUP [liu (4T, A) ; Idu ( 4 A1) ; Id (8B'm)]. 

Le loup hurle : li liu uli (urli) ( 4 T); 
le Idu Mr/*(4Al;8B'm). 

MARTINET [martni (4T,A); martini 
( 4 A1)]. 

Le martni ga^HXi (4A). 

MERLE [mirld (4T,A)]. 

Le merle siffle : li mirld sobli (4T, 
4AI); le mirld subli (4A); la mirld 
tsanti (SB* m). 

MOINEAU [pdsserd] (4T,A)]. 



Digitized by LjOOQIC 



i*4 



CRI-CRIE 



Le moineau p£pie (chuchete) : lepds- 
sera pXuli (4A,Al). 

MOUTON [m'iuton ( 4 T, A) ; mdton (4AI)]. 

Les moutons b£lent : lou m'iuton bi- 
IXdn ( 4 T). 

PIGEON [pinjhon ( 4 T,A,AI)J. 

Le pigeon roucoule (caracoule) : li 
pinjhon roucouli (4A). 

PINSON [qinson (4T) ; qinfXon (4A) ; 
biqitran (4A.AI)]. 

Le pinsonfringote : liqinfton chanti 
(4A). 

POULE [polalXi (4T,A,R); cocotd ou 
pipind (termes en fan tins)]. 

En francais on ditglousserou closser: 
1* quand la poule appelle ses petits; 
2* quand elle se dispose a couver. Dans 
le 1" cas, on dit a Annecy : la cocotd 
clossi ou clXossati p* apild so pujhin 
qepiulXdn. ClXossi (4AI) dans les "deux 
acceptions. 

On emploie caqueter : 1' quand la 
poule va pondre; 2' quand elle a pon- 
du. Dans ce dernier cas on dit aussi cre*- 
teler. Dans le patois d'Annecy, on dit 
dans le premier cas : la polalXi carca- 
pali, 41 pa fir'i I'wd ; a 4 Ab, IB cacali. 
Dans le second cas on dit : Va chantd, 
il a fi on' wa. 

RENARD [rndr ( 4 T) ; rnd (4A,AI)]. 

Les renards glapissent : 16 rnd j'ha- 
pXdn (4A,A1). 

R0SSI6N0L [ransinXol'i (4T)]. 

Les rossignols chantent (rossigno- 
lent): lou ran9inXoli chantXdn (4T); 16 
rossinXol chantXdn (4 A). 

SERPENT [sarpin (4T,A) ; sarpi ( 4 A1, 
R;5C;6A)]. 

Les serpents sifflent : li sarpin su- 
blXdn (4A) ; sobldn (4AI). 

SOURIS [ratd (4T, A) ; ramo^i (4A)]. 

La souris et le rat chicotent : la ratd 
i li rd piulXdn (4T). 

VACHE [pachi ( 4 T, A) ; pasti (6A) ; pa- 
tsi (8M)]. 

Les vaches beuglent (meuglent, mu- 
gissent) : li pachi brdmXdn (4T); lipa- 
ghi branmXdn ou beuclXdn (4A). 

VEAU[^( 4 T); *r<S( 4 A;6A)]. 

Le veau beugle : li pi borli (4T) ; le 
pX6 beucli, branmi ou borli (4A). 



Cris d'appel : 

CANARD : Gori,gori(2Bc); bouri,bou- 
ri (G) ; cori, cori (4Ab) ; court, court 
(4R;5A'). 

CHEVAL : U! [avance] (4T,A), U (4Ab), 
Xu (4Ab; 8B'm) ; M6 [a droite] (4T,A) ; 
6Xuh6 (4Ab) ; Hh6 dXd [a gauche] (4T), 
dXa (4R); ari [recule](4T,A), arti foTm, 
Ab; 8B'm) ; dXop ou duhop [a gauche] 
(4A), dihoup (4AD). 

CHtVRE : Ti d 1 sd, ti d' sd, til [tiens 
du sel] ( (4T, A), bihotd, ti (4A0), biyi 
tXd(4A\) ; sur ce, claquementde la lan- 
gue imitant le bruit du sel broy^ sous 
les dents. Td, td [tiens] (3S*), tsi, tsi, 
tXd (8B'm). 

CHIEN : Td I iks, ks, ks [pour exciter] 
(4T,A,Ab) ; tdtUd! [tiens] (3S* ; 4Ab); 
td, td, td, cs, cse (8B'm). 

COCHON : TXou-tXan, tiou-tXan t ou sim- 
plement tXan, tXan ! (4T, A) ; sur ce, gro- 
gnement ou claquement de la langue; 
tXou, tXou, tXou I (4AI) ; tXi, tXi t ( 4 Ab); 
pin tXa, pin tXa (6Ac,B); tchXou, tchXou, 
tXd <8B*m) ; chou, chou, tXd (8B'm). 

POULE : Pti t pti f pti(4T,A); piti,piti 
(4AI) ; ptXitd, ptXitd (4Ab) et ptXiti, 
ptXiti (au pluriel) ; pile, pite (6B) ; pi, 
pi, pi (6 Ac; 8B'm). 

POUSSIN : peti t peti (4AD) ; pXou, pXou 

(8B'm). 

• • • 

Cri, va. (4A1,R) : querir, chercher. 

Crta, sf. (4T,A) : crtee, enchere pu- 
blique. 

Criante, sf. pi. (3S*) ; crianti (6 A). 
V. crdnt& et f crainter. 

f Criblette, ou qiblettc, sf. (G) : cr£- 
cerelle. 

Crie, sm. (3R£) : eau-de-vie. 

t Crtee, sf. (G) : crierie, gronderie, 
« II nous faisait des criees a £pouvan- 
ter les voisins » (Humbert). 

f Crier, va. (4T,A ; G) : r£priman- 
der, gronder quelqu'un en Levant la 
voix. « Ecoutez comme il crie son do- 
mestique ». Se dit en outre a 4T,A, 
pour appeler a haute voix : Crie ton 
pire. 

Crlttft, sf. pi. (6 A). V. 6qdrI6td. 



Digitized by LjOOQIC 



CRIN-CROI 



125 



Crinqen8t&, sf. (3S*) : pointe du 
jour. 

f Griquet, sm. (G) : cre*celle. 

— , adj. (G) : £trique* ; un bonnet cri- 
quet; un enfant criquet (cheW). 

CrisaS, sf. (3T) : vache maigre. 

Crista!*, sf. (4T,A) : bille de verre 
dont les enfants se servent au jeu de 
billes. 

Criva, sf. (4T) : maladie grave. /?/ a 
mi atrapd na crivd (4T) [il a de nou- 
veau une grave maladie]. Du v. crivd, 
Frl. crepe : attraper la creve. 

Crd, crdsd, adj. (4T,A) : creux. 

— , sm. (4T,A,R) : creux, enfonce- 
ment; crwi (6 A). Le patois emploie des 
mots divers pour designer diverses sor- 
tes de creux. Ainsi un creux rempli de 
boue ou de neige se dit f gonviire 
(G); un creux rempli de neige amon- 
celee par le vent : corsiri (4 A) ; con- 
c_hiri(3T) ; un creux dans un arbre : bu 
(3T); bornald (4T,A ; 2 A) ; beurnd 
(4M). 

Croblya, sf. (4R,A) : le contenu 
d'une corbeille. 

Croboton (a), loc. adv. (4 A) : a 
croupetons; cropton (a) (4T) ou a cro- 
pton ; a cripnton {4T ; 6 A) ; a la crt- 
pnidtd (4T) ; a crfylon (6A); dgropton 
(4AI); a grtbotion (4 As) ; a griffon 
i\kb). Vxf. a croppetons, encore usite* 
a Geneve. V. caiomet. 

Croc'he, sf. (3S') : bequille; crdchi 
( 4 A1). 

—j (3S') : crosse e*piscopale. 

Croche, sf. (4AI) : vache vieille et 
maigre; crdcd (3S';4A). 

CrochS , sm. (4T, A,Ag) : agrafe; 
croqhit, pi. crochi (jlr). Syn. : in- 
cmanld (4T,Ag). 

f Crocher, crocheter, va. : agrafer. 
Croche^-lui sa robe. 

f Crochet. En frl., s'emploie dans 
cette phrase : « L'aflaire est au cro- 
chet » [est interrompue, suspendue]. 
Crochet s'emploie ggalement dans les 

expressions suivantes, pour dire que le 

confesseur a dirle're* la permission de 

communier : « Jesuis au crochet pour 



deux mois ». « Son confesseur I'amise 
au crochet ». 

Crochon, sm. (4T,A,R) : croute du 
pain ; crouton ; grignon. 

f Dans le frl. crochon ; se rattache au 
lat. crusta. 

Le mot f crochon s'emploie dans un 
certain nombre de locutions fort usuel- 
les. « Passer le crochon a quelqu'un », 
e'est Finviter a suivre son exemple, ou 
lui rappeler que son tour est venu <Je 
faire telle ou telle chose. 

Dans un diner de noces, au dessert, 
les nouveaux marils « passent le cro- 
chon » aux demoiselles et aux garcons 
d'honneur, en leur offrant le plus beau 
morceau (crochon) d'un gateau de Sa- 
voie, ou la petite poup^e en sucre de 
la piece montle : e'est leur souhaiter 
uneprochaine union. 

Le dimanche pr6c£dant le jour du 
tirage au sort, les jeunes gens de la 
classe qui doit tirer l'ann£e suivante se 
rlunissent a leurs afne*s pour « prendre 
le crochon » ; la ce>£monie se termine 
g£n£ralement par une retraite aux flam- 
beaux. 

Se dit aussi d'un morceau de pain 
b^nitqu'on envoie a une personnepour 
la prier d'offrir le pain b£nit a I'eglise. 

f Crochonner, va. (G) : couper la 
croute autour du pain. 

Croft, sf. (4Ap') : loupe. 

t Croix part Dieu, crwi pdr Di (4T, 
A); crwi a" par Dfo (4AI); crwi pdr 
Dtu (6 A) \cd pdr DXu (4AD). 

Formule par laquelle on commencait 
autrefois l^pellation de Talphabet ; al- 
phabet (manuel). Sur la couverture du 
manuel et en t£te des lettres de 1'alpha- 
bet, il y avait une croix. Dans cette ex- 
pression pdr ne signifie pas « pour >, 
mais « de la part de, au nom de ». V. 
alfabet. 

L' expression Croix de par Dieu, fut 
longtemps employee en fr. On la trouve 
dans Moliere et encore dans P.-L. Cou- 
rier. Au sens figure 1 (v. LirrRfe), cette 
locution deYigne les £le*ments. « En £tre 
encore a la croix de par Dieu », e'est 



Digitized by LjOOQIC 



126 



CROP-CROT 



6tre oblige de recommencer une affaire. 
Ce sens n'a pas £te* releve* dans nos pa- 
tois. 

Crop&j sf. (4T,A,R) : croupe. 

Croplon, sm. (4T) : croupion. 

CropirB, sf. (4T) : croupiere. 

Croud, sf. (4T,R) : crosse (d*un fu- 
sil) ; crosse Spiscopale. 

— , (4T,A,R) : b£quille. Ce mot, for- 
me feminine de croc, se retrouve avec 
le mfime sens dans le vxfr. (croce dans 
Joinville), et dans le patois lyonnais. 
Cf. : Mystbre de Saint Bernard de 
Menthon (V. 4087) : « De mes mem- 
bres je suis tout sains. | Le crosses je 
veult leissier, | Et acoler et embracier | 
Le begnoy corps qui m'a gariz. » 

— , (4A) : sarment de vigne dont le 
gros bout est muni de deux centimetres 
du bois de l'annle prlcldente. 

— , crosse ( 1 66 r , 1 A) : d^signe aussi 
de gros clous, longs de i5 a ao centi- 
metres. 

Crosse, sf. (iE,Tm) : hautain. 

Cross!, vn. (5C) : craquer. 

Crostille, sf. et crostitton, sm.foT, A), 
croustillon (G) : petite croute de pain ; 
crousMU (5C). 

Cr6stie,sm. (8B'm) : lampe de forme 
antique. V. crwdsB. 

Crdt&, sf. (4T,A,Ab) : crotin de che- 
val; crdtd (4R,A*g) : crotte, morve. 

— , sf. (8B'm) : petite cave. 

— , (4AD) : combe. 

Croton, sm. (4T,A ; G) : cachot, pri- 
son; sens usuel en vxfr. et jusqu'au 
xvir siecle; croton est employe* par 
d'URFE et figure dans le Dictionn.fr.- 
lat. de Pomey, 1 664. 

Crotu, crotda, adj. (Go ;4T,A,Ab ; 
6A) : gre1e\ 

Crould, adj. (iE; 3T) : mauvais, 
maigre. V. crwi. A iTm, ne se dit 
guereque des aliments ; a Geneve sedit 
des personnes et des choses : Je suis 
bien crouye aujourd'hui (faible. sans 
force). Quel crouye sujet! (mauvais, 
triste sujet). 

7 Croustilleux (plaisant et libre). Ne 
se dit en fr. que des paroles (contesou 



anecdotes) graveleuses. Dans le frl. 
croustilleux s'emploie dans un tout 
autre sens : Ah ! c'est croustilleux (le 
cas est embarrassant). L'affaire est crous- 
tilleuse (c'est-a-dire £pineuse). 

f Crotte (de beurre, ou croUte au 
beurre, au miel), (4T,A ; G) : tartine de 
beurre, tartine de miel. 

f Croution, sm. (G) : vieux reste de 
pain sec, qui a trafnl partout ; morceau 
en partie range* et qui est reste* sur la 
table apres le repas. S'emploie encore 
dans les expressions suivantes : Un 
croution d'homme (un chenapan) ; un 
croution de dtner (un mauvais dfner). 
(Humbert.) 

Croze\ sm. (4 A) : espece de que- 
nelle. 

Cru, fern, crwd, adj. (4T,A,R) : cm. 
Dans le frl. cru se dit d'un temps froid 
et humide. II fait cru; les matinees sont 
encore bien crues. 

« Littre* dit qu'a Namur on emploie 
le mot cru dans le sens de froid et 
humide, en parlant du temps. Nous 
disons dans le meme sens : Un appar- 
tement cru, une chambre crue. » (E. 
Ritter: Glossaires et Lexicographes 
Genepois.) On voit qu'il en est de meme 
en Savoie. 

Cruche, sf. (4T,A) : cruche. 

Cruche, sf. (3S'): son du bte moulu. 

Cruise, sf. 14AI): coquille de noix 
ou d'oeuf ; cruj& (8B'm) ; crwise (6A); 
crtiie (3T). V. crwese. 

CrujelB, sm. (6Bv). V. crwds*. 

CruU, va. (4T) : secouer les bran- 
ches d'un ar'jre pour en faire tomber 
les fruits. Cf. : « gros arbres est sovent 
crole\ par petit vent. « (Brunetto La- 
tino, Tr&sor, p. 448, Chabaille) ; et 
Rabelais, I, 26; « Croullans tous les 
fruicts des arbres. » V. croler, in Go- 

DEFROY. 

f Crulyon, sm. (G) : fourgon en fcr 
pourattiser le feu. 

Crusft, sf. (4AD). V. cr&se. 

Cruste, sf. (6A) : r^sidu du beurre 
fondu. 

Crutft, sf. (4T, A) : croute ; creutd (6A.) 



Digitized by VjOOQ IC ' 



Crwa, adj., tem. de cru (4T,A,R). 

Crwajn, sm. (6A); crwdsu, crwd- 
soli. V. crw6s£. 

Crw6, sm. (6A) : creux ; depression 
de terrain. 

Crw*, 6ti, adj. (4AI) : chetif. V vid i 
bin crwi [le veau est bien petit pour son 
Age]. 

Crwd, sf. (4T,A,Al,R) : croix; crwi 
(6A). V. Croix part Dieu. 

Crwdjn, sm. (4R ; 5C). V. crweaft. 

Crwdjnfc, sm. (6Bv) : pommier sau- 
vage. 

Crwdsd, sf. (4T,A,Aa) : coquille de 
noix, de noisette, d'oeuf. Sou ju bri- 
lUn com on chi qi caqi di crwisi (4T) 
fses yeux brillent comme un chat qui 
caque des coquilles]. En vxfr. cruise. 

Crw6sB,sm. (4T,Aa) ;crwisiu (7Ja); 
crdsHi (8B*m); crwdju (6A) ; crwiju 
(4R ; 5C); crwisu (4A,Ab) : petite lampe 
de forme antique munie d'unetige mo- 
bile qui permet de la porter ou de la 
suspend re. 

On s'y crivi la bossi \ A cli chancri 

di nod I D'i tro bXu... f tro Hsu \ 

Mare* I Ralmd V crwisu (4A) [mere, 
rallumez la lampe (Louis Terrier : 
Ckoses et Gens d'Annecy, La Noce a 
Jose"). 

Derive du lat. crusta, croute, ecaille, 
coquille, coupe, comme le mot crwici, 
coquille d'oeuf, de noix ou de noisette. 
L'6tymologie proposed par Littre au 
mot creuset n'est pas admissible. (Cf. 
Revue sap., 1 894). Crusta aurait donne 
fcnotre patois : crutd, croute; crochon, 
croute de pain, en ta mure ; crwisi, co- 
quille d'oeuf (crusta ovi, dans Pline). 

Un dimin. de crwisi est crwdsol'i ; 
crujeli (6Bv); crcsol'i (3S'); croysollet 
est cit6 parM. Max Bruchet: Chdteau 
d'Annecy, p. 1 1 5. 

En vxfr. : croisel (croissel, crosel, 
cruseau) ; croiseul (croisieu , crusoi, 
cre\ieu); craisset (crate het , cr asset, 
grasset). V. GoDEFROY. f 

Aux termes Savoyards crw'isi^ crwis'i, 
correspondent en lyonnais crusl(cruitf), 
coquille et cruset (creseur, crusid), au- 



CRWA-CTE 

jourd'hui lampe des 



127 

mineurs, jadis 
lampe en general. Ces mots, suivant 
Puitspelu, n'ont pas une commune ori- 
gine ; de plus ils ne derivent pas de 
crusta. Crusi (coquille) viendrait de 
corrosa, comme cruis (noyau) et cruH 
(berceau) viennent de corrosum, qui a 
aussi donne le fr. creux (le berceau est 
un objet creux). Quant a cruset (lampe), 
Puitspelu, apres avoir critique\r6tym. de 
Diez et celle de Littre, rattache ce mot, 
ainsi que lefr. creuset, au v.h.a. krause f 
m.h.a. kruse, burette, qui, dans les de- 
rives, a pris le sens de lampe, comme 
caliculus, de calix. « II est incontesta- 
ble toutefois, ajoute-t-il, que sur ce ra- 
dical est venu, par suite d'une confu- 
sion, se greffer I'influence de crucem, 
comme en temoignent les nombreuses 
formes a diphtongue dans la plupart des 
dialectes. » Cette etym. parait plus vrai- 
sembl. que celle de A. Constantin ; 
crusta ne peut avoir donne certaines 
formes dialectales ou usitees en vx.fr. 
On n'a pas releve , dans les par- 
lers Savoyards, de mot qui corres- 
ponde au lyonnais cruis, crues, ber- 
ceau, bressan : cruet. Mais, dans 
Texemple cite au mot chanpd : Y Ion 
champa de dien un cru'it I Que pe cho 
q'una furge, ne pourrait-on pas tra- 
duire : « ils l'ont jete dans un berceau, » 
aussi bien que « dans un creux » ? Cette 
comparison est assez vraisemblable 
dans un Noel. 

Crw6son, sm. (4T,A,Ab) : pomme 
sau vage ; crwison (4 Al) ; crwitjon (6Bv). 
A Annecy : enfant naturel d'une mere 
qui est elle-meme nee en dehorsdu ma- 
nage. 

Crw6zni, sm.(4T,A,Ab) : pommier 
sau vage ; crwiyii (4 A I). 

Crwi, adj. (4AI) : homme maigre et 
debile; objet de peu de valeur. 

— , sf. (6A) : croix; crwi-titd : jeu 
de croix-pile. 

Ct6, sm. (4Ab,Al) : cosse, gousse 
(de pois, de haricot). 

— , sm. (4Ab,AI,Tc,Tj ; 6Bv) : cou- 
teau; ctiX (8B'm). 



Digitized by VjOOQ IC 



128 



QTI-CUPE 



Qti, $t&, gtou, $td. V. sti, etc. De 
m£me pour glo, etc. V. slo. 

Cu : forme du verbe cw£r%, cuire 
( 4 T,A). 

— ,sm. (4T,etc.) : cul, derriere; fond 
d'une marmite, d'un tonneau. 

S'emploie dans une foule de cas, 
(jurons, locutions et sobriquets divers). 

Fou pd pttdpt id q'on-n a f cu, atra- 
min on s' fd on goli 6 rin (4 A) [il ne 
faut pas peter plus haut qu'on n'a le c, 
autrement on se fait un trou aux reins]. 

Cu~bruld (4A) : homme qui a fait 
faillite et qui a fait perdre aux autres 
beaucoup d'argent. 

Cu-plon (4AD) : homme qui a c£de" 
tout son avoir a sa femme pour ne pas 
payer ses dettes. 

CubelS, sm. (4T) : culbute; cubttttd 
(4AI); cubtlta (4A'g,R); cubisse (4Ab). 
V. cupSssfi. et cubrot&. 

Cubere, sm. (6A,Am). V. cupessft. 

Cu-blan, sm. (4T,A,AI; 6Ac,Gv) : 
hirondelle, cul-blanc. 

Cuble, sm. (4T,A) : sorte de pom- 
me de terre dure a cuire. 

Cubrotft, sf. (4T) culbute, chute; 
cubrdtd (4A'g,R); cuberdtd (6Bv); 
cubMtd (4A'g,R); chanbUlta (4A'g,R). 

Cubrot&, vn. (4T) : culbuter; cube- 
rotd (6Bv). 

Cucavft, adv. ou a cucavd, (4T,A) : 
t£te-bexhe, en sens inverse. 1 fd char- 
jhi loufe a cucavd (4T) [il faut charger 
les fagots sur la voiture a t£te-b£che]. 
£t€ tot a cucavd (4A) [c'e*tait tout en 
d£sordre]. 

CucavA, va. (4T,A,A1) : mettre en 
sens inverse, a tfite-beche. 

Cuch&.p.p. (4T) : couch£; keuchto 
( 4 Ab); keutKa^R). 

Cliche, sf. (4T) : couche, lit ; custe 
<6A,U). 

Cuchi. va. et vn. (4T) : coucher ; 
keuchi (4Ab) ; custU (6A,U). 

— (s'), vpr. (4T) : se coucher. Com 
on fd son IM, on s' cught (4T) [comme 
on fait son lit, on se couche]. 

Cuchon, sm. (4R ; 5 A') : tas de foin. 
Frl. cuchon. 



Cncllft, sf. (4T) : coquille (d'un 
crustac£). 

— , (4 Ac') : c6ne de pin. 

Cucllon, sm. (4A) : chataigne qui 
torn be avant la maturity. 

— , (4A,Am\As) : c6ne de pin. 

Cucmel&, sf. (7Jr) : coquemelle (es- 
pece de champignon). Se dit en glnl- 
ral de tousleschampignons comestibles. 

Cuculie et cuqBHe, sf. (3S*) : co- 
quille. 

Cudebe (4), loc. adv. (6 A) : en sens in- 
verse; te'te-be'ehe. Ce mot est inconnua 
6Ac et a 6Gv. 

Ctidd, sm. (4Ap) : coude ; cbdd (4T, 
A). £ s' mochtpd du codd (4T) [il ne 
se mouche pas du coude]. 

Cudr&, sf. (4T,Ad,Ag; 8 A) : noise- 
tier, coudrier. 

Cudre\ sm. (4T) : coudraie; nom 
frequent de lieuxdits. 

t Oueillir. Ce verbe s'emploie dans 
les phrases suivantes et autres analo- 
gues : cueillir [rassembler] les copies 
des Aleves ; cueillir [gagner] la petite 
veVole. La coqueluche se cueille [sega- 
gne]. . 

Cufld, va. (2 Aj) : gacher. Se dit d'un 
travail de culture. 

Cuflieu, s. et adj. (aAj) : gacheur. 

Cuicui, sm. (t. enfantin) (6Ac) : oi- 
seau. 

t Cuison, sf. (G ; 4A,T) : cuisson ; 
dlmangeaison. 

f Cuit : du bois cuit [pourri]; du 
beurre cuit [fondu]. 

CulA, vn. (4Ap) : couler; cold 
( 4 R). 

Culie, sf. (4Ap) : cuillere ; colU (4T, 
R); cliw6 (4Ab); clKwi (iBm; 4Ab); 
keulU (4A). 

Culd, sm. (4T): culot d'une pipe, 
d'une lampe. 

Culot&, sf. (4T,A) : culotte; mor- 
ceau de derriere du boeuf. 

f Culotte du berger, sf. (G) : croOte 
qui se forme sur. le lait qui a bouilli. 

Cupelid, sm. (5C) : culbute; 1 1 lo 
pobld loplu to qtfon lo pU gran cupe- 
lid (5C) [e'est (ce sont) les peupliers les 



Digitized by LjOOQIC 



CUPE-CWAR 



129 



plus hauts qui font les plus grandes 
culbutes]. V. le mot suivant. 

Cnpte&, sf. (4T,R) : culbute (tour 
dcgymnastique). Se dit cupic'he (3S*) ; 
cubili (4T) ; cubelitd (4AI) ; cater* (6 A, 
Am) \cuberd (6A); cupirste (6Ac,U) ; 
cupari (6Gv, Ac, Bq) ; cubissi (4AI) ; 
chanbilitd (4AI); cabridld (4A). 

A Pexpression fr. faire la culbute 
correspondent, suivant les localitls et 
aussi suivant la forme de culbute dont il 
est question, di verses locutions patoises: 

i* S*agit-il de se tenir les pieds en 
lair et la tfite contre terre en se sou te- 
nant danscette position avec les mains, 
on dit : firi la dritd (4A) ; fire la 
ptosddraltd (4Tm,Al) \fdre lacupec % he 
dritd (3S*); fdre le cuberi (6 A, Am); 
fire Vdbrd fortsu (6Bv) ; fire I'dbrd 
forstu (6Bq) ;fire I'dbrd forstXu (6 Ac, 
Gv) ; fdre rdbrd fortsu (8Bf,B'm) ; 
fdre 16 cupiri (8 B'm). 

2* Faire la culbute, soit par accident, 
soit intentionnellement, comme les pe- 
tits garcons qui mettent la t£te contre 
terre et levent les pieds en Fair pour 
faire une ouplusieurs culbutes de suite : 
flri la cabridld (4A); fire la cubilitd 
(4AI) ; fire la cupari (6Ac,Gv) ; fire 
la cupirste (6 Ac) ; fdre la cournd cou- 
Mr(8Bf) ;fdre la cupcc'he (3S');firi 
lacupissd (4T); fire la cuberotd (6Bv). 

3* Se laisser rouler comme un billot 
sur une pente rapide, mais gazonnle, 
en eunt couche a plat ventre : firi V 
cubili (4T) ;se mitre a la gardtd (4A); 
se mitre a I'arbatd (4Ab,Al) ; s'arbatd 
(4T,\\);se rbatd(3S' ; 4Ab). 

4* Faire la roue en s'avancant succes- 
sivement sur les mains et sur les pieds : 
firS la rwa (4TA) ; fire l\ ichivlou 
(de>idoir) <4A'g) ; la cubrotd (6A). 

Capessi, va. (aAj): renverser quel- 
qu'un ou quelque chose avec violence. 

— , vn. (2AJ) : tomber. 

Cupla, sm. (aAj; 4T,A ; G) : chute 
sur le derriere. Can on s'alqi, on fd so- 
tin de cupla (4T) [quand on glisse sur 
uneglissoire, on fait sou vent des chutes 
sur le derriere]. 



Cuplon {firi), (4T,A) ou balyi du 
cuplon (4A) se dit d'un n^gociant qui, 
dans le but de se soustraire aux pour- 
suites de ses crlanciers, reconnait a sa 
femme tout ce qu'il possede et tous ses 
droits. T'd balUdu cuplon, tinipeurti 
pli li culdti, ti ri i pli on-n'omd (4A) 
[tu as f donni du cuplon, tu ne portes 
plus les culottes, tu n'es plus un hom- 
me]. A 4Ab, cuplon de*signe aussi la 
personne qui a ce'de' ses droits. 

Cuploni, sm. (4 A) : eel ui qui a don- 
ni du cuplon, 

Cnra, sf. (4T,A,R) : cure (habitation 
d'un curt). 

— , sf. (3S*) : fosse situe*e tout pres 
d'un chalet, ou Ton jette le fumier en 
e*curant rouble. 

Caraflfl, sm. (aAj) : vidangeur. 

Curia, sf. (7-Jr) : aiguille*e. 

Curossg, sm. (4R) : marchand fo- 
rain, cul-blanc (t. popul). V. les Chan- 
sons de B&ard, eMit. A. Constantin. 

Cuate, sf. (6A,U) : lit. 

Cuatie, va. et vn. (6 A) : coucher. 

Cuta, sf. (1 D) : c6te. Au pluriel s'em- 
ploie pour bette. 

Cutra, sf. (4AI ; 6A,Ac) : coutre de 
la charrue. 

Cutra, sf. (5 At): noisetier, coudrier. 

CvB, sm. (4T,A) : heche. Dans le frl. 
cupet. 

Cwa, sf. (4Ag; 6 Ac) : queue ; prele, 
ou queue de rat (plante). 

CwairS, va. et vn. (4R) : cuire ; cdfr'i 
( 4 T,A,Ab). 

Cwao, vn. (4AD) : canqueter. L6 
canbo cwan, cwbovlon [les canards can- 
quetent, canquetaient]. Quoique les 3* 
pers. du pi. des verbes se terminent 
toujours par on a La Balme de Sillingy, 
ce verbe fait cwnn au pr. de l'indicatif. 

CwAr, sm. (G) : cimier, piece de 
boeuf prise sur la croupe, sur le quar- 
tier de derriere. 

— , (4AS) : dos, croupe du cheval. 

Cwdr sert a designer un certain nom- 
bre de lieux-dits, par exemple aux Clefs. 
On I'£crit Quart, Le Quart, dans les ac- 
tes notaries, mais on prononce cwdr. 



Digitized by LjOOQIC 



i3o 



CWAR-CWID 



Suivant A. Const antin, le lieu aura it 
£te ainsi d£nomm£ par suite d'une as- 
similation avec la croupe d'un cheval. 
Cette explication est peu vraisemblable. 
II convient plut6t de rapprocher quart 
(cwdr) de cdrd (V. ce mot), le coin, 
Fecart. Etymol. quartumetquadrum. 

On retrouve ce mot dans le Couard, 
hameau de Morzine, le CouSr (Lornay), 
le Cuar (ancien chateau a Abondance). 
Pour ce dernier exemple, il faut remar- 
quer que le nom de cuar s'est d'abord 
applique* a une tour (probablement si- 
tuee a un angle du chateau), puis au 
chateau tout entieretau hameau. 

Sur cwa = qua, cf. Cornant (Vaud), 
Quarnens en 1 177, puis Couarnens. 
(Note due a l'obligeancede M. C. Mar- 
teaux.) 
Cwardft, sf. (5A',C) : courge. 
Cw&tr&, sf. (4A) : couette, lit de plu- 
me ; -fcoudtre (G; 4 A). 

« Plus, une coytre avec son traversy, 
couvertede trige, avec des bendes blues » . 
(Invent, du Chdteau d'Annecy, 16 14, 
dans VEtude archiol. sur le Chdteau 
d'Annecy, par Max Bruchet, p. 1 1 2). 
Cw&trStft, sf. (4Aa) : trafneau de 
moyenne grandeur pour glisser. 

CwAtrd, sm. (4T,A,Al; iDb) : le 
dernier £clos d'une nich£e ou d'une 
couv£e ; cwdtron (4 A). 

Cw&tron, sm.(4A) : le dernier £clos; le 
dernier ne* d'une famille ; petite limace. 
Cwe, sm. (4A,A1) : cuir. 
Cw6, fern, cwitdj p.p. de cwire* (4T, 
A,H) : cuit ; perdu, ruine*. Y St on 6m6 
ewe' [e'est un horn me perdu]. Y 2 de bwt 
cwi, de linjhd curt [e'est du bois pourri, 
du linge pourri], PachSfitd, rdvd cwttd 
(4T) [vente faite (ou ^change fait) rave 
cuite, formule obligatoire qu'emploient 
les enfants pour qu'on ne puisse se d£- 
dire. Le vendeur dit pacM fitd ; I'ac- 
qulreur rdvd cwitd]. 

CwG, sm. (4R):coin (angle, lieu reti- 
re); coin (pour fend re le bois) ; cwin (4T). 



Cwfi, sm. (3Rr) : pic vert. 

CweclI6, sm. (4T,A,A'g) :couvercle; 
co^c/e(5C) ; cwiclU (6A). Qhdc bran- 
\in truv$ son cwicftd (4T) [chaque 
marmite trouve son couvercle, e'est-a- 
dire toute femme trouve un jour un 
man. Se dit surtout d'une personne qui 
ne comptait guere sur le manage] = 
stdqe bron treuv8 son cwiclH (6A). 

Dans le frl. on dit souvent le couvert 
pour le couvercle. 

Cw6dr&, sf. (8M) : coudrier. 

Cwdl, sm. (8A) : iris germanique. 

CwelA, vn. (4T,A.Ab) : crier, pous- 
ser des cris aigus. Se dit surtout des 
cochons, et aussi des chiens a 4T,Ab. 

CwSne, sm. (4AI ; 3S') : dosse (plan- 
che). 

Cw6nn&, sf. (4T) : couenne. 

Cw6r, sm. (4T ; G) : cuir. 

Cw6rd&, sf. (5 At ; 7ir ; 8 A) : courge. 

Cw6ss6, sm. (4T) : cuissot; cdtssd 
(4T,A,R) ; c66ss& (6k). 

Cwesse, sf. (4T,A.R) : cuisse ; cuis- 
se-madame, sorte de poires qu'on nom- 
me cuisse-dame a Geneve ; cw&c'he el 
cdic'he (3S'). 

Cweta\ sf. (4T,A) : cuite : i m four- 
n6e ; 2' petit-lait recuit ; 3* eau de lessive 
bouillante qu'on verse dans le cuvier. 
V. chodft et cdeU. 

Cw6t&, sf. (3S') : dernier re*sidu li- 
quidedu petit-lait apres la fabrication 
du froiriage et du se>ac ; coitd (4T.A) et 
cwitd. 

Cw6t&ws&, sf. (8Mc) : gateau. 

Cwftte, sm. (6A) : couteau. 

Cwe>&, sf. (7JJ) : balai. 

CwSzon, sf. (4T,A,Ab) : cuisson ; 
cd^on(4T,A,Ab) ;~ cuison (G ; 4T,A). 

Cwi, pron. interr. (4T,A.R) : qui. 
Cwi y t-ou (4T, A,R) [qui est-ce] ? Pi cwi 
't-ou [pour qui est-ce] ? 

Cwidre, va. (5C) : cueillir. Z6 la ni 
la Jleur reblole, | A/on galan me la 
cwidra (5C) [sous la neige la fleur re- 
pousse, mon amoureux me la cueillera]. 



Digitized by LjOOQIC 




PRONONOIATION. — Cette lettre conserve en glnlral sa prononciation propre, 
meme lorsqu'elle est suivie d'une consonne forte : d' si (4T) [je sais, je suis] ; rudson 
(4Ag) [poire ou pomrae slchee au four]. 

Quand deux d se suivent, on les fait entendre tous deux : d'dUn (4T) [dans, dedans]; 
d'diu (4A,Ab) [jeudi]. Dans ces exemples et autres semblables, on percoit faiblement une 
sorte d'e muet entre les deux d. 



D f est mis par Elision tant6t pour d&, 
pr. pers., untdt pour d€ (dS) proposi- 
tion, tant6t pour de pr^fixe ; cT signifie 
deux dans cTu tri (4T,A) [quelques- 
uns (deux ou trois)]. V. dutre. 

Dans la phrase suivante, le premier 
<f est pronom personnel, les deux autres 
sont la prep, de tenant lieu de Tarticle 
partitif : d' 6 d' pan 6 d' vXandd (4T) 
[fai du pain et de la viande]. Cf. cette 
phrase a la suivante : /' pri du pan 6 a" 
la vUndd. 

DA, sm. (aJjJbjC) : doigt ; dd (6Gv) ; 
dai (4R). 

DA (U s a) , forme verbale (6Am ; 
8B*m) : tu dois, il doit. 

Dabochon (d'aboghon), adv. (4*T\A, 
Ab) : la bouche ou la facecontre terre; 
renverse*, sens dessus dessous ; dabos- 
ton (6A) ; dabotson (8M) ; f dabouchon 
(G; 4A,T). D' si tonbd daboghon, i ma 
*rbti £ tombd dinpi (4T) [je suis tombe* 
la face contre terre et ma soeur sur ses 
pieds]. AT vou mtd pd daboghon (4T) 
[ne vous couchez pas sur le ventre, ou 
bien ne vous penchez pas ainsi (pour 
krire)]. La silU 6 daboghon, P sara bin 
vit6 tgotd (4T) [leseau est sens dessus 
dessous, il sera bient6t 6goutt6]. is/ e* 



bin vidU, i marchi td dabochon (4T) 
[il est bien age*, il est tout vout£]. Du 
pr£fixe de et de abochon, contre la bou- 
che. 
Dade, sm. (4A'g) : thuya. 

— , (8 A) : menues branches vertes de 
sapin. 

Dftde, f£m. ild, n. et adj. (3S* ; 4T, 
A) : dadais, nigaud, niais ; dddou, fe*m. 
ould (3S* ; 4T,A). 

D&evrS, va. (4AI) : devoir; dhivrd 

(4R)- 

Dag&, sf. (6 A) : tige de petit chanvre. 

Dai, sm. (aJv ; 4R ; 8A) : doigt ; dai 
d& mdr (8A) : salsifis. 

— , pr£p. (4R) : des, depuis. 

Daladon, adv. (6 A) : en pente; a 
demi couche\ 

DAlie, sf. (6Ac,Bv) : faux ; ddlU 
(4A,Al,T,Tc) ; ddlXe (aAj,S) ; ddM 
(4A,Ab) ; ddlXd (4R ; 5 A*) ; <te/r*(8B'). 
On dit ddr(iA; 3S',T); rf^Tm). 

Le vxfr. a dai I (Rabelais), d'ou le 
derive* dailier (combattre, balafrer) et 
le dauphinois daillon. L'£tymol. pro- 
posed par Diez : dag(u)la (dim. de 
daga) est fort plausible. 

Dftlie, va. (6A): faucher ; ddlU (4T, 
A,R);rf«/Ti (2Aj;4A,Ab). 



Digitized by LjOOQIC 



(32 



DAMA-DANN 



Dalle, vn. ifaucher; marcher en fau- 
chant; se dit en ce sens du cheval et de 
rhomme (du cheval qui, en avanc*nt 
un des pieds de devant, lui fait dlcrire 
un demi-cercle; de Thomme qui exe- 
cute le mfime mouvement en mar- 
chant). Comme vn., il a en outre a Al- 
bertville le sens de marcher vite. 

Dam&, sf. (4T,A) : dame; patronne. 
La damd c4 't lyi icS [Madame est-elle 
ici] ? £fd bagd 14 dame e se teni dava 
(6Am) [il faut louer les dames et se 
tenir loin]. 

— , : dame (instrument). 

— , (6 A) : vase a Tusage des malades; 
piece de bois par laquelle passent les 
vis d'un pressoir (a Annecy on Tappelle 
4crwd). 

Damajhd, sm. (4T,A) : dommage. 

Dam©, sm. (6B) : narcisse des poetes. 

Dame\ damele, adv. (6 A). V. dam6. 

Dam8t&, sf. (4AI) : bergeronnette. 
Litter, la petite dame. A Rumilly, la 
damStd est le moyen £peiche. 

Dam6 (cCamo), adv. (3S' ; 4T,A,AI) : 
enamont; dam&4(3S'). S'emploie aussi 
comme nom. Du mot amd et du pr^fixe 
de. 

Damo-le, adv. (4T) : en amont. Sous- 
entendu : pres d'ici, tandis que 14- 
damb indique une idle d'lloignement. 

Damwes£l&, sf. (6A) : demoiselle ; 
damwisld (5A'e, A'm). 

Dan, conj. (4T) : done. Vin dan na 
mild fachutd (4T) [yiens done un peu 
te mettre a 1'abri]. 

Dancann&, sf. (8A) : gentiane. 

Danche, vn. (8B'm) : danser. 

Dandft (se), vpr. (4AI) : se balancer 
sur une escarpolette. 

Dandala, dindala, (4T,AI) : ono- 
matope'eexprimant le mouvement d'une 
balancoire ou d'une cloche en branle. 
Kinkt, fd nou f4r4 dan-dala (4T) [on- 
cle, fais nous balancer en nous prenant 
sous les bras]. 

DandalA (se"), vpr. (4T) : sedandiner. 

Dandinft, sf. (4T) : ross£e, voile de 
coups. Se dit surtout de coups donnls 
alternativement a droite et a gauche. 



Danfann&, sf. ( 1 Ep) : gentiane. 

Danfe, sf. (4T,Ab) : danse ; dans* 
(4A). La panfe mBn4 la dan/4 (4T) [la 
panse mene la danse]. 

Danfl, vn. (4T,Ab) : danser; densi 
(4A) ; danchi (8B'm). 

Dantl6ii, sm., fern, dusd (4T) : dan- 
seur, danseuse. 

DaniS, sf. (4T,Ab,Al ; 6A) : tige de 
chanvre male. La danXB du cttochi 
(4R) [lafleche du clocher]. La danUdu 
cou (4T,A,R) [se dit d'un cou long et 
Hand ou simplement du cou]. Arosin- 
no la danU, la dantt, \ Arosin-no la 
danU du cou. \ Lou Savoy dr san pd si 
fou I D4 s4 qitd sin b4re on cou (4T) 
[arrosons-nous le gosier ; les Savoyards 
ne sont pas si fous de se quitter sans 
boire un coup]. 

Puitspblu cite le refrain analogue 
d'une chanson lyonnaise. D'apres lui, 
Pide*e primitive est celle de tige, specia- 
lised ensuite, en lyonn. et en dauph. 
comme en Savoyard (tige de chanvre). 

— , (4AD) : verge d'une balance ro- 
maine. 

Danjhi, sm. (4T,A) : danger. 

Dann&, sf. (4T,A1) : aum6ne faite a 
F occasion de la mort d'une personne 
ou du service funebre. 

— , ou tannd, sf. (4T,Al) : caveme, 
grotte habitle ou habitable. La danni 
du PontS, la dannd d p4qB y la bornalb 
du charbon, noms dedifflrentes grottes 
situles pres des bains de La Caille. 
Un mamelon du Semnoz s'appelle Crtt 
de la Grande Danna^. On donne aussi 
le nom de dannd (plur. daiini) aux 
crevasses profondes qui sillonnent la 
colline de Saint-Sylvestre, pres d'Alby: 
14 dann4 de San Sav4trd. 

L'br sor d! sa dannd h la Qhandlbusft 
(4T) [Fours sort de sa bauge a la Chan- 
deleur (croyance populaire)]. 

« Sur le territoire de la commune de 
Moye, pres du hameau de Bessine, on 
voit une grotte creusle dans lesflancs 
du Mont-Clergeon, du sommet duquel 
on jouit d'un panorama qui embrasse 
laChautagne tout entiere, le Colombier, 



Digitized by LjOOQIC 



DANS-D'DIA 



i 33 



Ies marais de Culoz et la parti e la plus 
pittoresque du cours du Rh6ne. Cette 
grotte porte actuellement le nom de la 
Ddnne de Coque-Rey. Les mots ddnne 
et balme ont la m£me signification ; 
tous deux s'appliquent aux grottes ; 
seulement le mot ddnne sert a designer 
les grottes verticales, et le mot balme, 
les grottes horizontales. » (A. Dessaix : 
Lig. et Trad. popuL de la Hte-Savoie.) 

Dansann&, sf. (6B ; 8A) : gentiane. 

Daotrai, pron. ind. (4Aa). V. dutr6. 

Dapla (d'apla), adv. (4T) : a plat ; 
depth (4AI). 

Daplan (d* apian), adv. (4T) : d'a- 
plomb, horizontalement. Forme" du pre- 
fixe de et de apian (a plan). 

Dar, sm. (iA; 3S',T) : faux; dard 
(i6i5; iA). 

Daradio, adj. et s. (4Tm) : nigaud, 
insouciant; ddro (4TV); ddrou (6A); 
ddri(^K\). 

Darala. V. arala (d*). 

Darandalft, vn. (4Ag) : marcher en 
zigzag. Se dit d'un homme ivre. V. 
arandala. 

Darb6, sm. (3S'r; 8M) : sapin ra- 
bougri qui croft dans les endroits ro- 
cailleux ; darbi (6B). 

Darbon, sm. (4A,A1 ; 3S\T) : taupe. 
Meme mot en lyonn. Voir dans Purrs- 
pelu une discussion des etymologies. A 
Albens et dans l'Albanais : jharbon. 

DarbonirS, sf. (4A,A1) : taupiniere; 
darbounire (3S'); drabw'inire (3T). 

Darcon, pr. ind.(6Ac,Bv) :quelques- 
uns. M£me formation que le fr. <f au- 
cuns. 

Darda, sf. (4AD) : dartre. 

Dar6, ddrou, ddro, sm. V. daradin. 

DarfivSston, adv. (6A) : a rebours ; 
darvichon (4T,A,A'g). La lettre d est 
ici le prgfixe de. 

Dari,lrS, adj. (4T,A,R) : dernier. &n 
dari (4T) [en dernier lieu, derniere- 
ment]. 

— , sm. : la partie de derriere, le der- 
riere, le train de derriere. £ risti su 
lou dari (4T) [il demeure sur le der- 
riere dc la maison]. 



Dari, adv. f4T,A,R) : derriere. Mtd- 
vo dari(^T) [placez-vous derriere]. 

— , pr£p. : Dari la sisd (4T) [derriere 
la haie]. 

Dari-Bu (Derriere -Boeuf (faubourg 
d'Annecy) est Fancien nom d'un quar- 
tier d'Annecy compris entre le pont 
couvert de Boeuf et la rue de la Visita- 
tion. Actuellement rue Vaugelas. 

Darld, sf. (4AD) : dartre. 

Darle, darnXi, pr£p. (5C) : derriere. 

t Dander, adj. (4A) : dernier ; en 
darnier : demierement. 

Dana (sS), vpr. (4AI) : se piquer avec 
des orties. D' me* si darsd [je me suis 
pique* avec des orties]. 

D&rse, sf. p!.(4A*g,Al; 5A ? ) : orties. 

Dava {d'ava), adv. et prtp.^T ; 3S'). 
£ risU dava (4T) [il demeure la-bas 
en aval]. Du mot ava et du pr^fixe de. 

Pris subst. : Taval, le bas d'une -ri- 
viere, le bas. 

Dava-le, adv. (4T) : en aval. Sous- 
entendu : pres d'ici. Quand on veut 
dire loin d'ici en aval, on met li avant 
dava : li-dava ; si Ton veut exprimer 
qu'il y a une tres grande distance, on 
prononce li-i-dava. 

Davd, (4T,Aa,AI,Av') et dave (6Ac, 
B) : f£m. de deux. Dave* fine*, dav-% 
icw'ile (4T) [deux femmes, deux £cuel- 
les] ; dawe (3S'). 

Davdntajhd, adv. (4T) : davantage ; 
davitajhd (4AD). Syn. : mi (4T,A,Ab). 
Mi n'est pas absolument sysonyme. 
Ainsi je n'en ai pas davantage se dira 
di n'in-n i pd mi (4T) et je n'en sais 
pas davantage, di n'in si pd davintajhd 
(4T). Cependant dans la plupart des 
villages mi s'emploie dans les deux cas. 

DM, adv. (4 A) : debout. 

D'ch6, d'cheu, adv. (4 A) : certaine- 
ment, assur£ment; d'chdr (4T). 

D'couta, pr£p. (4Aa) : a c6te* de, au- 
pres de. 

D'dian, adv. et pre> (iT,Ep; 3B, 
T,S ; 4Aa) : dans ; dedans ; d'dUn (4T, 
A; iA,E); d'dti (4A, Ab,Al,A'g,R ; 
5C ; 6A). 

Pris subst. : le dedans, TinteYieur. 



Digitized by LjOOQIC 



i 34 



D'DIO-DE 



D'dloo, adv. (4A) : dehors ; d'didr 
(4T). 

D'dln, sm. (4A,Ab et dans l'Alba- 
nais) : jeudi. 

De (d$) f pr£p., s'emploie abusivement 
dans beaucoup de cas. De tient la place 
de a dans : « La femme des cerises 
passe, appelez-la ». 

Remarquons aussi I'emploi de cette 
pr6p. dans les locutions suivantes : 
Rien cT autre (G). Cela ne fait de rien 
(G). Tu ne risques de rien (4T,A ; G). 
Je n'en ai plus de besoin (G). II m'en a 
fait de cadeau(G). A quoi bon de se fa- 
cher et de se tourmenter ainsi (4T,A ; 
G). II fait, bon de s'asseoir quand on est 
fatigul (4 A). 

Ce que vous faites la n'est pas de 
faire (4T, A ; G) [n'est pas chose a faire]. 
Je n'ai rien fait qui ne soit de faire (4T, 
A ; G) [qui ne puisse se faire]. Je n'ai 
rien dit qui ne soitt/e dire (4T,A ; G) 
[qui ne puisse se dire]. Agir ainsi.n'est 
pas de faire (4T,A ; G) [est une lachete\ 
ou une inconvenance]. 

Di vri [vraiment] ; dchb ou tchd (4A) 
[assure 1 ment]. 

D$,(d',di), pr. de la i ,# pers. (4T,A ; 
6 A ; 1 D, etc.) : je. Sur le pronom di (d&), 
comme sur les autres pronoms person- 
nels, voir, dans la Revue de PhiloL fr. 
et de Littirat., une se"rie d'articles tres 
documented de M. L. Vignon (Les Pa- 
tois de la Rigion lyonnaise). 

« Je est sorti de dj'e par suppression 
de Tetement dental; si c'est l'e'le'ment 
spirant qui disparaft, on a la forme de. 
Cette forme occupe un vaste domaine, 
assez bien de'limite', qui comprend le 
nord de There, les Dombes, une partie 
du Bugey, le pays de Gex, la plus 
grande partie de la Savoie et de la 
Haute-Savoie. Ce domaine confine a 
celui de Je au sud et au sud-ouest, a 
Touest et au nord, a celui de %e et de 
dqe ; a Test, il atteint presque "la fron- 
tiere italienne, ou Ton trouve \e et \e. » 
M. Vignon ajoute plus loin : « Dans 
la Haute-Savoie et dans la Savoie, de 
est la forme usuelle. On dit de a Tho- 



non, Margencel, Anthy, Sciez, Boege; 
de a Pers-Jussy (c. de Reignier), di (di) 
a Andilly (c. de Cruseilles) et a Frangy ; 
de a Desingy (c. de Seyssel), a Meythet, 
a Versonnex. Dans la Savoie, on trouve 
de a Gr£sy-sur-Isere, a Grignon, a Mer- 
cury-Ge*milly ; di (di) et d a Saint- 
Girod et a Gr^sy-sur-Aix, de a Saint- 
Offenges-Dessous, a Saint-Jean-d' Arvey, 
a Planaise, a Montgilbert et a Saint- 

Georges-d'Hurtieres Le canton d'Al- 

bertville, pour lequel Brachet donne a 
la fois de et \e, forme la limite est du 
domaine de de, » (T. XIII, p. 2 5 et 27.) 

Di et di, de, d, pre'fixe, a les mfcmes 
sensqu'en francais, seulementil est d'un 
emploi beaucoup plus frequent en pa- 
tois comme pr£fixe intensif : dabo- 
ghon, dap la, daplan, d'diin, dsu, ont la 
meme signification que aboghon, apla, 
apian, diin, su ; mais le prtfixe renforce 
ici le sens de ces mots. D'diin I'igd 
(4T) [dans Teau et completement dans 
Teau]. 

— , sm. (2Cn) : doigt. 

— , sf. (5 At) : dent. Hi md a It di 
(5 At) [j'ai mal aux dents]. Didilion 
[dent-de-lion]. 

— , art. partitif (4T,A) : du, des. 

— , V. dSe. 

D6, art. d£fini contr., masc. et tern, 
pluriel (4T,A; 3S'). Devant une voyelle 
di-%: P ghan di-\ i\i (4T) [le chant des 
oiseaux]. 

Devant un nom f£m. plur., on em- 
ploie souvent encore de ti, notamment 
dans les ecarts, ainsi a Leschaux. 

— , sm. (4T) : de* a coudre. 

— , sm. (4A) : if. 

— , (4Tb) : aiguille de sapin. 

— , (4Tm) : faux. 

— , sf. (4AI) : dent. Di di lion [dent 
de lion]. £r on md i di [ils (elles) ont 
mal aux dents]. 

Dd, sf. (4A,Ab,R; 5 A') : dent. Di 
de lion (5A') [dent-de-lion]. 

Di (i), suivant les locality, signifie : 
il doit, aux dents, aux doigts. 

— , prep. (4T,A) : des, depuis. Di t 
matin tan fa la ni (4T,A) [du matin 



Digitized by LjOOQIC 



d£an-dech 



i 35 



au soir]. Di y a cdqe tin (4T) [depuis 
quelque temps]. 

— , sm. (4As,Av*) : if. 

— , (4As) : aiguilles de sapin. 

— , sm. (iA; 4T,A; 5At; 6Ac,As ; 
7Jr) : doigt. Di di mdr (4T; 5 At ; 7Jr): 
safsifis blanc. Di de Diu ( 1 A) : prime- 
vere officinale. 

D6antf&, adj. (4 A) : dlhanchl, per- 
son ne qui a une hanche plus courte que 
1'autre. 

D6barsti6, va. (6A). V. d6grw*t&. 

D6bAtr6nA, adj. (6 A) : d*braiile\ 

Deblftssa, sf. (1 Ep). V. 6b6$h3. 

Dtblotft, va. (4T,AI ; 6A) : couper 
par morceaux, de*pecer ; d^pouiller un 
arbre de ses branches, ou une branche 
de ses feuilles ; vendre par peuts mor- 
ceaux; de* biter, reciter. Diblotd d* fdlii 
di frind p> U ghivri (4AI) [effeuiller 
un frene pour en donner les feuilles 
aux chevres]. A dibldti sa Igon <f it on 
plisi de litter* (6A) [il recite sa lecon 
(si bien) que c'est un plaisir de l'en- 
tendre]. 

— , vn. : d£blat£rer. A-to bintou for- 
ni di diblotd contre ti siriu ? (4T) 
[As-tu bient6t fini de d£blat£rer contre 
tes soeurs ?] 

D6boly&, adj. (6A) : se dit d'une 
personne qui a une hernie. Le lyonnais 
a debotli, le dauph. dibouilli (deTaire, 
abtmer, d^ranger). 

D6bora, va. (4T) : d^bourrer (une 
pipe, un fusil). 

-, (6A) : enlever les feuilles qui en- 
tourent T£pi de mats. 

— , vn. (4T) : rejeter l^cume. Se dit 
du vin bourru qui rejette Te'cume par 
la bonde lorsqu'il est en fermentation. 

— (si), vpr. (4T) : se de*gonfler. 

DeboulA, vn. (6A) : d^camper, d6- 
loger. 

D6boydnn&, vn. (4T) : reurer du cu- 
vierle linge lessive*, deoiver; diboyind 
(6A). 

D6braiiA, adj. (4T,A) : dtf>railte; 
ibrdlla ( 4 Ab). Syn. : dibdtrind (6A) ; 
ipantrend (4R). 

D6bw&&, va. (4T) : enlever les on- 



glons des pieds de certains animaux ; 
dibwitd etdibwatd (6A). 

DdcA, diga~ci, adv. (6 A) : ici pres; 
de ce cdtd-ci. 

Decanbri, va. et vn. (8B'm) : dres- 
ser un bouvillon, un cheval pour Tat- 
telage. 

DecallotA, va. (4T,A) : ^eraser, d£- 
faire les caillots de sang, les grumeaux 
de farine. 

DecaiotA, va. (4AI) : deTaire les mot- 
tes d$ fumier trop senses. 

D6csnp&, sf. (4T ; 5C) : fuite. Prin- 
dr'i la dicanpd [de'taler, de'eamper]. 

DecanpA, vn. (4T) : d^camper. 

D6cap&, va. (4T ; 6 A) : detacher, de-. 
crocher. De la le compost : dicapd-dio 
(6 A) : homme maigre et de haute taille; 
mot a mot : d^tache-saucisse, com me 
on dit ditache-bacon. V. bacon. 

D6capit&, va. (4T) : d^capiter ; exas- 
pSrer. 

— (si), vpr. (4T,A) : se tourmenter, 
s'e>ertuer, se faire du mauvais sang. 

Decat&lft, va. (6A) : descendre au 
moyen d'une corde. De catild, poulie. 

Dtcati, adj. (4A) : vieilli, use\ Qli 
pourdJoson, al to dicati (4A) [ce pau- 
vre Joseph, il est tout use*]. 

D6catl&, va. (4T ; 6A) : dealer du 
fil, d^meler les cheveux. 

D&ce, adv. (4T, Al) : en deca, au deck. 

f Decesser, vn. : cesser. 

D6cevabl6, adj. (5C) : d*sagr£able, 
ennuyeux. Pe-r amuji la nid q'i to- 
tadi dicevdbld, i vo fd no contd nafd- 
bld (5C) [pour amuser (la nichle) les 
enfants qui sont bien de'sagreables, il 
vous faut nous conter une histoire]. 

En vxfr. decevable a le sens de : 
trompeur, menteur, faux. II est reste* 
dans la langue moderne avec une signi- 
fication passive : qui peut 6tre de^u. 
(Godefroy.) 

D6c6yr&, va. (4T) : d£cevoir, trom- 
per. 

D6chA, va. (2 Aj ; 4AD) : d£salt£rer ; 
dichd (6A). 

D6$hardl&, pp. (4A) : d£charge\ 

— , sf. (4A) : sperme. 



Digitized by LjOOQIC 



i36 



DECH-DEFI 



B6charjhi, ta. (4A) : d^charger. 

D6charjhire, sf. (2 Aj) : grande cuve 
ou Ton entasse provisoirement la ven- 
dange qui vient d'etre cueillie. A Ge- 
neve : un d4chargeoir. 

D6che, sf. (4 A) : g£ne, indigence. 
£son dti la d4ch£ (4A) [ils sont dans 
la gene]. Argot rdcemment patoise 1 . 

D$che, sf. (3S') : tache faite a la re- 
putation. 

D6ch6dr£, vn. eta. (4A,R,Tj) : des- 
cendre ; d4chindr'4 (4T,A). 

Dechenlu, part. p. invar. (4TJ) : des- 
cend u. 

D6chdnt&, sf. (4T,A) :descente. 
♦ DechGri, va. (4A) : d^chirer; pp. 
dighMa. 

D6$heufl, va. (4A) : d£chausser ; pp. 
dicheufia. 

D6ch6, adj. m. et f. (4T, A) : d£chaus- 
se\ sans chaussure. L4 chvd 4 d4chd 
(4T) [il manque un fer au cheval]. La 
ptXoutd Lis'4 4 tojhb diqhd (4T) [la pe- 
tite Lise est toujours sans chaussure]. 
A pid4ghd (4A) [nu-pieds]. 

Dans le fr. actuel, dichaux ne s'em- 
ploie plus qu'en parlant des religieux 
qui portent des sandales sans bas :car- 
mes d£chaux. 

Dech6 (d'chd), adv. (4T,A) : assurd- 
ment. De chb, sur, etdu pre"fixe de. 

Declarachon, sf. (4A) : declaration. 
S'emploie surtout au pi., comme le frl. 
declarations, avec le sens de propos 
galants. Can d' tou jw'4n& fly4 t to lo 
garcon du vlajhS me* fassivdn a" dicla- 
rachon [quand j'dtais jeune fille, tous 
les garcons du village me faisaient des 
declarations]. 

D6cliontr&, va. (4A) : d£clouer. 

D6contor, sm. (4T) : detour, lacet 
d'un cheminj; ddcontd (4A) ; frl. dicon- 
tour. 

Decot&, adv. (3S') : a c6te*, proche, 
tout pres. 

DecotA, va. (3S') : enlever l'£tai, le 
support. 

— , : ouvrir la porte avec la cle\ 

Decotchu, sm. (6A) : d£m£loir. 

D6coti, va. (3S' ; 4AD ; 6A) : d£me- 



ler(les cheveux); de*brouiller (une af- 
faire e*pineuse). 

D6cov6, 4rtd, pp. de d4covri (4T) : 
de"couvert. 

D6covri, va. (4T,A,R) : decouvrir. 

D6cr6, sm. (2AJ) : atrophic Mafi- 
lie avi le d&criu br'4 drd [le bras droit 
de ma fille 6tait atrophia]. 

D6cr6tr&, vn. (4A) : de"croftre. Lo 
jhd d4cress6n [les jours baissent]. U 14 
a d4cressu sta n4 (4 A) [le lac a baiss£ 
cette nuit]. 

D^crochA, p. passe* (4T) : d£croch£; 
d4crogh1a (4AD); d4crol?a (4A). En 
parlant d'unevache qui ne portera plus, 
on dit : r e d4crogh\a (4AD). 

D6cro$hi, va. (4T,Ab) : d^crocher. 

D6crot&, va. (4 A) : d^terrer; frf. di~ 
crotter; deYaciner. 

Decuchi, vn. (4A) : d£coucher. 

DedarbounA, vn. (3S') : deTaire les 
taupinieres. V. darbon. 

D6dion, sm. ( 1 Db ; 4A,R) : dejeuner. 

DMIonnft, vn. (iDb; 4A,R) : de- 
jeuner. 

Dddd, sm. (4Ab) : dette. 

Dedz6n, sm. (6Ac) : cuisine. 

D3e(<#), f6m. ^^(4T,A), p.p. de 
dire : dit, dite. 

D6f6ndr8, va. (4T,A) : deTendre ; 
d4fidr'4 (4A,Ab). Au part. passe* : di- 
ftndu (4T,A) ; d4fen1u (4Aa). 

f D4fendre (4T, A) en frl., comme^- 
f4ndr'4 en patois, s'emploie pour difier. 
Je le d4fends ou je lui d if ends d'en faire 
autant[je le d£fie...]. Vou n' fari jhami 
na parir4, d vou-% 4n def4ndd (4T) 
[vous ne ferez jamais pareille chose, je 
vous en d^fie]. 

D6fcrS, va. (4T,A) : deTaire, gater. 
Jham4 grou nd ria d4f4figur& [jamais 
gros nez n'a d£figur£]. 

D6f8ufl&, va. (4T,A) : enlever lafau- 
filure (deTaufiler) ; d4foufld (4AI). 

Defeur, adv. (4T) : dehors ; defour 
(6A). 

D*ftt, va. (4T,A,R) : d£fier. 

DeiLni, va. (4 A) : d£finir, expliquer 
clairement; defnyi (4T). Ce mot s'em- 
ploie aussi a Thones dans le sens du 



Digitized by LjOOQIC 



DEFI-DEGR 



i3 7 



simple finir, trepasser, mourir ; frl. di- 
finir. 

D6fini&, sf. (2 Aj ; 4Ab) : glas annon- 
9am la mort de quelqu'un ; difnid (4T). 
T-ou qon sanned sti-\ dur€P — P'chd, 
J e-f na difriid, icutd : ion, dou, tri ; 
\ i-t na find q' pin d8 difnyi (4T) 
[qu*est-ce qu'on sonne a ces heures-ci ? 
— Pour stir, c'est un glas; eeoute : un, 
deux, trois. Cest une femme qui vient 
d'expirer]. 

D6flnichon, sf. (4T, A) : definition ; 
fin, conclusion, terminaison d'une af- 
faire. 

tD6finie, sf. (4T; 6A). V. d6fl- 
ni*. 

fDtfinir, vn. (G ; 4T,A) : expirer, 
rendre Paine. « J'ai cru qu'il allait difi- 
nir entre mes bras. » 

En vxfr. defin (definaille, definement) 
a entre autres sens celui de « fin de la 
vie, mort ». Les verbes definer, defenir 
ou definir signifient aussi de*cliner , 
mourir. 

f Definition, sf. (G ; 4T,A) : fin, 
conclusion. « II faut faire une defini- 
tion » [il faut en finir]. En definition 
[enun mot, enfin]. 

Deinli, pp. devenu subst. (4T) : un 
deTunt. On dra dman na m&ssd p' td 
lou difnU di stl an (4T) [on dira de- 
main une messe pour tous les deTunts 
de cette ann£e]. 

D6£olyi, va. (4T,A) : depouiller de 
ses feuiiles, deTeuiller. 

— , vn. : perdre ses feuilles, se de- 
feuiller. Can Id bu>8 difottdn, on truve 
16 ni (4 A) [quand les bois se dlfeuil- 
lent, on trouve les nids]. 

D6fonch6, va. (5C) : ddfoncer. 

D6forfil&, va. (6A) : enlever les fils 
des pois, des haricots verts, e*plucher. 

D6form&, va. (4T, A) : deformer. 
£hapi, soldr diformd (4T) [chapeau, 
souliers deTormeY). 

— , vn. (termedecordonnier) (4T,A): 
retirer les formes d'un Soulier monte\ 
Croghi a diformd (4 A) [crochet servant 
a retirer le coin qui est entre les deux 
autres parties d'une forme de Soulier ; 



le coin retire', les deux autres parties 
s'enlevent facilement]. 

— , : lisser. Fid diformd (4T,A) (fers 
servant a lisser la semelle, le talon). 

f Diformer, en terme de cordonnerie, 
a le sens de retirer les formes d'un Sou- 
lier montl et celui de lisser. 

D6foufl£, va (4Ab) : enlever la fau- 
filure; difoufld (4R; 5 A') signifie en 
outre 6plucher, enlever les fils des pois. 

DefrU, va. (6A) : chauffer le four. 
On ne 1'emploiequ'en parlant d'un four 
qui n'a pas M chauffe* depuis plusieurs 
jours. 

Defur, adv. (3S') : dehors. 

Degleti, va. (aAj) : droller, degluer. 

D6gUapon&, va. (4T) : 6ter les on- 
glons du pied d'une vache, d'un co- 
chon. 

D6gU8t&, va. (4T ; 6A) : detacher, 
droller. DiglWd lou bu (4T) [d£bar- 
rasser les boeufs du joug]. 

Deg6chi, va. (4T,A) : degauchir - r 
digdst1i(6A). 

DegonflA, va. (4A,T) : degonfler;: 
digonfld (aAj ;4A,Ab). 

D6gordi, adj. (4T,A,Ag; 8B') : d£- 
gourdi ; digueurdi (7k). Syn. : dipli 
( 4 As). 

D6gOt&, vn. (4A,Aq) : degoutter, 
tomber goutte a goutte. 

D6got6n, adj. (4A) : degoutant; d£- 
plaisant, ennuyeux. 

D6grai8n&, va. (6A) : 6ter le tartre 
d'un tonneau. 

Degredelaie, sf. (2 Aj) : bruit que 
fait un corps qui roule du haut en bas 
d'un escalier. 

t D6grefleler, vn. (G; aAj) : d6- 
gringoler , descendre les degrees plus 
vite qu'on ne le voudrait ; rouler en 
tombant dans un escalier. Ex. : on n'y 
voyait goutte, j'ai digredeli dans l'es- 
calier. 

D6gringol&, vn. (4A) : d^gringoler. 

D6gringol&d&, sf. (4A) : d^gringo- 
lade. 

Degrw6tA, va. (4AI) : contrefaire, en 
l'exag£rant, la maniere de parler d'une 
personne ; digrwintd (4R). Rac. groin. 



Digitized by LjOOQIC 



i38 



DEGU-DEMA 



Deguelli, (aAj). V. dtguiller. 

Degu6nn&, sf. (4T) : degaine ; di- 
guind (4A,Ab,R) ; diguinnd (aAj). 

f Deguiller, va. (G ; aAj) : abattrc, 
faire tomber un objet un peu 61evl. 
Diguiller des noix,desnids. Diguille^ 
moi mon volant. 

— , vn. (G) : tomber de haut. « Ne va 
pas sur ce tas dc pierres, tu diguille- 
ras. » 

A Lyon diguiller est employe* par 
1es enfants et signifie tirer au sort celui 
-qui sera dlsigne* pour un jeu. 

Deguinn&, sf. (aAj) : d-marche, d£- 
gaine. On reqenii ton visin de Man 
ren qa sa diguinnd [on reconnaft ton 
voisin de loin rien qu'a sa d-mar- 
che]. 

Degwannft (si), vpr. (6A) : marcher 
nonchalamment en se dandinant. 

D8I6r, adv. (6A) : dehors. 

Dejeu, sm. (6A) : jeudi. 

Dejhi, adv. (4T,A,R) : de*ja ; jha 
<4A,R). 

Dejharn&, va. (4Ab) : 6ter le germe. 
£fd on ti a dijhamd de palU (4AD) 
se dit d'un temps pluvieux ou le cam- 
pagnard ne peut travailler dehors. 

DejhonnA, vn. (4T) ; dejeuner ; di- 
dlonnd (iDb; 4A,R); di\onnd (6A). 

— , sm. (4T) : dejeuner; didion (1 Db; 
4A,R) ; di^on (6A). 

Dejhn, sm. (3S') : jeudi. 

DelA, va. ( 4 Aa) ; dild (4Ab) : laisser 
tomber, laisser r£pandre, eparpiller. 
Vou dild vtroufajou, vtron sa i crivd 
(4Aa) [vous perdez vos haricots en rou- 
te, votre sac est trou£]. A Annecy on 
emploie le compose* in dild. 

DelavA, pp. (4A) : d^lave*; se dit 
d'un objet qui a perdu ses qualite*s par 
suite d'un trop grand lavage ou d£t£- 
riore* par I'eau. La pXandd i totd dila- 
vdii (4A) [la viande est sans saveur]. 

Au figure*, perdu de reputation : tori, 
ma flyi fi totd dilavdii [maintenant, 
ma fille, tu es perdue de reputation]. 

Dels, pre>. et adv. (4T) : au dela. 

DSlele, adv. (4T) : la-bas. 

Delta, sf. ( 1 Db) : douleur, d^plaisir, 



contrariety ; diliu (3T). / m'a bin/i 
diliu [cela m'a vivement vex£]. 

Deli, sm. (4 A) : fissure, fente, veine. 
Se dit des pierres. 

DeUS, sf. (8B') : faux. V. dalle. 

f Deligence, sf. (4T,A) : diligence 
(voiture). 

Dellon, sm. (3S*): lundi. 

Deld, (4Aa) : ^parpille, diss£mine\ 

Delol (si), vpr. (4T,A1) : se d£met- 
tre un membre ; diloyi (si) (6A). D' mi 
si dilolb on bri, 4 m' fddra aid u ra~ 
billd (4AI) [je me suis dlmis un bras, 
il me faudra aller chez le rebouteur]. 

Ce verbe vient de dislocare; il est le 
doublet de disloquer. En vx. fr. des- 
lieure (desloeure) est synon. de desboi- 
ture ou dislocation f et le verbe desloer 
(deloer, delouer) signifie disloquer, 
de*crocher, luxer. Aux exemples cite*s 
par Godefroy, on peut aj outer le sui- 
vant, tire* du Second Livre de la Sa~ 
poye, de Jacques Peletier du Mans 
(Annecy, 1572) : « Ceus du Vilage, 
entre autres maladies, | En font breu- 
uage aux bestes refroidies. | Si leurs 
Beuz ont au flanc quelque os rompu, 
I Ou deloyi, apres qu'ilz en ont bu | 
Par quelques fois, la fracture se serre. » 
(P. 41.) (II s'agit de l'eau d'une grotte 
situ^e au-dessus de Veyrier, eau qui, 
s'il faut en croire Peletier, « sou vent 
porte au malade salut ». Cette grotte 
s'appelle actuellement la Grotte du Ca- 
rabinier ou du Chapeau de l'Empereur. 

Delujhi , va. (aAj) : de* placer, en- 
trafner de la terre, des pierres. Se dit 
d'une pluie torrentielle. 

Demalyi, va. (4A) : d^tordre, re- 
dresser une planche, un chevron. 

Demand*, va. (4 A I) : demander; 
dimandd (4Ab) ; dmandd (4T,A,R). 

Demanstle (si), vpr. (6A) : se dd- 
mener. 

Dem&rehS, sf. (4T,A) : d-marche. 

Demarchi (si), vpr. (4T,A) : faire 
des d-marches sans perdre de temps; 
se tremousser. Dans le frl.se dimarcher. 
I 71* fd pd s'indromi, ifdsi dimarchi 
(4T) [il ne faut pas s'endormir, il faut 



itiz*l by C 



DEMD-DERO 



i3 9 



tout de suite faire ies d-marches neces- 
saires]. 

Demdidson, sf. (4A,Ab) : deman- 
geaison ; dim j 6 son (4T). 

Demdli, vn. (4A,Ab) : dlmanger ; 
dbnjhi (4T). U pi mi dimjhi (4T), 
dimdlu (4 A) [le pied me dlmange]. 

Demecre, sm. (3S) : mercredi. 

DemeM, va. (4T) : demfiler. 

Demtoajhi, vn. (4T,A,A1) : d£m6- 
nager; dimenadii (5C). 

Demenjhe, sf. (3S') : dimanche. 

f Demettre, vn. (4T,A ; 3S ; 6A ; 
G) : couler. Le tonneau dimet [coule, 
rtpand]; dimitri (4T, A, Al). 

t Demi-pot, sm. (4T,A,R; G) : cho- 
pine. Boire demi-pot (ou un demi-pot) ; 
bfre dmi-pd (4T) ; hire mti-pb (4Tm). 
A Geneve, demipoter signifie siroter. 

Y a d' omi q' vo-% acrochXdn \ Pivo 
pahi demi-pd, | Z? apri, q* vo-\ u rpro- 
chi6n I U q' vofon pahi Ned (4R) [il y 
a des hommes qui vous accrochent 
pour vous payer une chopine et qui 
tous le reprochent ensuite ou qui vous 
font payer votre £cot]. 

Demjteon, sf. (4T) : d^mangeaison ; 
dimdiison (4A,Ab) ; syn. ifrimlUson 
(4T). 

Demjhi, vn. (4T) : d£manger; dim- 
<ftj( 4 A,Ab). 

Den, sf. (4T,A ; 6U) : dent ; di (4A, 
Ab,R) ; di (4AI) ; di (5At) ; den (3S'). 

— , pr£p. (6B): dans. 

Den&, vn. ( 1 D) : diner. 

D8n&, sf. (4A) : donne. Y a fdssd 
dent [il y a maldonne]. 

DenU, vn. et sm. (5C) : dfner. 

Denlft, va. et vn. (4AI) : d£truire un 
nid, enlever d'un nid, d£nicher. 

DSnld, sf. (8B'm) : tige de chanvre. 

Denleu, sm. (4Ab) : abat-foin ; diniu 
(6A ; 8B*). 

Denonci, va. (4T,A) : d£noncer. 
Syn. : acosd (4T,A). 

Denpi, adv. (4A) : droit, debout ; 
dipi (4A,Al,As). De de, in, pi (pieds). 

Ddntor, adv. (7Jr) : alentour. 

Depa$hi (s>), vpr. (3S ; 4T,A,Ab,R). 
Syn. : s'ispedii (4T,A,Ab). 



Depitft, vn. (4T,AI) : abandonner son 
nid. Lou-% isi an dipitd (4T) [Ies oi- 
seaux ont abandonne" leur nid]. 

Deplaci, va. (4T,A) : d£placer. 

Depl6, sm. (4 As) : hate, adresse. 

Depld, itd, adj. (4 As) : dlgourdi, 
leste, adroit. 

Depleato, adj. (4T) : d£plaisant. 

Depldsi, sm. (4T) : d£plaisir. 

Depl&yi, va. (4A,R) : dSplier; di- 

pltyi(4T). 

Depondre, va. (5C) : detacher, d£- 
crocher. C'est le contraire de apondre. 

Deport* (se), vpr. (3S;4T): se d£- 
sister, renoncer a. 

— , (3S) : se d^barrasser d'une maf- 
tresse, d'un cautionnement. Dans ce 
dernier sens, il est employe* dans toute 
la Savoie : se diportd de edehon. 

Depotentft, adj. (4Ag) : trop d&- 
gourdi. 

Ddpwe, adv. et pre>. (4T,A) : des, 
depuis ; daipwi (4R) ; dapwi (4A). 

Ddr, sm. (3T) : aiguilles de sapin ; 
di (4Tb) ; di (4AS) ; dison (4A) ; di- 
son (3Rr ; 4Tm) ; di\nd (3Sd). 

D£rac>6, sf. (3Tm) : porte a claire 
voie. 

Derantre, va. (aAj) : frapper avec 
un marteau pour la premiere fois sur 
le taillant d'une faux afin de le rend re 
effite ; abandonner momentan£ment un 
travail de longue haleine pour en faire 
un autre plus court qui presse davan- 
tage. 

Ddrasae, sf. et dorassi (3 S',Tm) : che- 
naie. 

Deri, adv. et prep. (3S') : derriere. 

Derii, adj. (3S) : surexcite\ decide 1 . 
Se dit d'un amoureux impatient. 

Dero$hi, vn. (3S ; 4T,A) : tomber 
d'un rocher, degringoler ; p.p. dirotia 
( 4 A). 

— , va. : abattre, d^molir. 

C'est le sens qu'a desrochier dans 
Texemple suivant : « Celle colompne et 
ses viertus | Soient destruite mainte- 
nant. | En nondu Pere tout puissant | 
Je te veul oure desrochier. \ (Etdesro- 
che la colompne.) » (Mystere de Saint- 



Digitized by LjOOQIC 



140 



DERO-DEVE 



Bernard, vers 3084, £d. Lecot de La 
Marche.) 

Le verbe desrocher (transitif, neutre, 
r£ftechi) £tait tres employe" en vx. fr. 
Au xvi* s., il commencait a tomber en 
d£su£tude, puisque Fauchet dlsirait 
qu'on le rajeunft : « Si nous disons 
descrocher, pour oster d'un croc, pour- 
quoy ne dirons-nous desrocher, pour 
tomber et precipiter d'un roc ? » (Orig. 
de la Langue etde la Po6siefr. t II, 5.) 
Ce mot expressif continue a vivre dans 
bon nombre de patois ; mais, dans le 
fr. propre, il ne se dit plus qu'en lan- 
gage de fauconnerie. 

— (si) f vpr. : tomber en de'gringo- 
lant. 

Dans le frl. de'rocher, se dirocher 
(4T,A ; G). 

DerostI6, vn. (6A) : tomber en d£- 
gringolant; au fig. vendre a vil prix. 

D6rostiu, sm. (6A) : sentier, couloir 
escarpe" ; precipice ; diroche (2 Aj). 

Desaveure, sm. (4 A) : glouton, af- 
fame* ; se dit d'une personne qui avale 
n'importe quoi. A 4AI, le simple avo- 
rdw signifie aussi glouton. 

Desavor&, vn. (4Aa") : d£manger. 
Le" chante* mZ disaveurdn [les jambes 
me d^mangent]. 

DisavordyVh. (4Ab) : manger glouton- 
nement. Al on td disavord\\\s ont tout 
d£vor£]. 

Des6rp&, va. (7LD) : ramener dans 
son habitation le bltail qui a passe* l'gtg 
sur les hautes montagnes. Ce mot cor- 
respond au frl. disalper, dont le con- 
traire est inalper (derive* : inalpage). 

Desieu, sm. (6A) : jeudi. 

D6sonrd6, <?/<$, adj. (4AI) : d£sagr£a- 
ble; taquin. 

Dtasaln, Iwa, adj. et n. (4Ab) : 
glouton. 

Dessande, sm. (3S) : samedi. 

D6ssanjhi, va. (3S') : rtveiller. 

Dessezn&, vn. (4T) : deg£ne>er ; se 
dit des pommes de terre cultiv£es dans 
le m£me terrain et qui perdent de leur 
quality. 

Dfitft, sf. (4T,A) : dette. 



Detachi, va. (4T,A) : detacher; p. p. 
dttarta (4A). 

Detai, sm. (4AI) : avant-toit. 

D6tater, sm. pi. (3S) : egout du 
toil ; ditld (4T). 

Detata, va. (aAj) : difricher. 

D6t6r, sm. (6B) : tocsin. 

— , (4T,A) : detour. 

D6tr&, sf. (3S,T) : hache pour abat- 
tre les arbres. 

— , (4T,A,Aa,R; 6A; 7J) : hache 
d'lquarrisseur ; hache pour fendre le 
bois. 

Deu, deufd, adj. (3S): doux, douce; 
deu t deucd (4A). 

Deuc&m6, adv. (4A) : doucement; 
deucemi (4Ab) ; doucamin et deuca- 
min (4T). 

Deui-n6re, sf. (4Ab) : douce-noire 
(c^page) ; deus-nairi (5 A"). 

Deur&, adv. (aAj) : t6t. T'ibin venu 
deurd [tu es bien venu tot, de bonne 
heure]. 

Denv&, sf. (aAj ; 3S'; 4AD) : douve. 

Deva, va. (8B'm) : devoir. V. dev$. 

t Devant (boisdu). V. devin. 

Dev6, va. (4T,A) : devoir ; daiwi 
(4AI); daKprS (4R); dtod (8B'm). Qtfd 
ce q'on n % di, pin ce q'i n8 cri (4T) [a 
qui fait ce qu'on ne doit pas faire, il ar- 
rive ce a quoi il ne pense pas] = Chd qe 
fa ce q'd ne dd t d vd (il voit) ce q'd ne 
crd (6 Am). 

— , sm. (4A) : devoir; exercices don- 
nas aux Aleves. Lo dtoi ? q'4 se fi di 
gla pilU guitdrd I \ iorB qt a" si dUn 
lafanfdrd I [Les devoirs ? qu'il en soit 
fait de (adieu) cette vieille guitare, 
maintenant que je suis dans la fanfare !] 
(L. Terrier : Jeune Homme ; chanson 
attribute par erreur, dans le Bulletin de 
la Soc. des Anciens Elepes de rEcole 
normale de la Haute-Sapoie, 1897, a 
Tancien ministre L. Terrier.) 

D6veU6, va. (5C) : r^veiller. U qiqe- 
riqi du polalU, le mitre de se dipelU 
(5C) [au chant du coq du poulailler, 
le maftre doit se reveiller]. 

Devdn, adv. et depwin (7Jr) : aupa- 
ravant. 



Digitized by LjOOQIC 



DEVE-DIEU 



141 



Derendre, sm. (3S') : vendredi. 

f Devin (bois du), (4T,A) ou boisdu 
devant : nom de beau coup de local it^s 
boisees ou mdme dlboisles aujour- 
d'hui. Dans les anciens actes, Bois de- 
»ens signifie bois communaux. 

Les actes notaries offrent Bois de- 
van dans le nord, et Bois devin dans le 
sud de la Haute-Savoie. Plus tard on a 
dit Bois du Devin, bois du Devant. 

Nous trouvons ce mime mot dans un 
texte cite* par Godbfroy, qui en ignore 
le sens : « Devens, s. m. ? | Li seignors 
et li frans ne poent ne doivent prendre, 
vendre ne donner dou devens, se n'est 
par l'acort des fores tiers et des sei- 
gneurs. » (1272, Moreau 196, f 244, 
r*, Richel.) 

Quant a Fltymol. proposed par A. 
Comstantin : defensum, elle souleve 
certaines objections phone*tiques. 

Actuellement le bois en difens est 
celui qui est interdit aux bestiaux a 
cause de sa jeunesse. 

D6vn&, va. (4A) : deviner ; d'ivnd 
(4R). 

DSvnyi, vn. (4T,A,R) : devenir ; de- 
penin (3S) ; p. p. divnUu (4A). 

f Dans le frl. on dit devenir mort 
pour mourir. En patois : al & divnXu 
md (4A) [il est mort], 

Devochon, sf. (4 A) : demotion. S'em- 
ploie surtout au pluriel : firl si divo- 
chon. 

D6zdalot&, vn. (6B) : detacher de sa 
chaussure la neige adhlrente. 

D6zon, sm. (4A) : aiguilles de sapin ; 
di^on (3Rr; ^Tm) ;d^nd t t. (3Sd). 

D6zourd6, adj. itd (4 A) : contra- 
riant. 

Di, art. d£fini contract^ (6Ac) : du. 

Di (di-*), adj. n.card.(3Sd ;4T,A) : 
dix; dii (3C ; 4TC) ; dU foTm) \d\i, 
dyi-tf d\i-j (5Ca ; 6Ac,B). 

Dis'sa (4T,A) : dix-sept ; dis'sBe (6Ac, 
B); di-\-ui (4*T,A) dix-huit ; di-j-wBe 
<6Ac,B); di-t-nou (4T,A ; 6Ac,B) : dix- 
neuf. 

Dttbtt, (4T, A) : forme fern. dedlabtd. 

V. ce mot. 



DI&M6, sm. (4T,A,R) : diable. On 
dtdbtd d'omd [un diable d'homme]. Na 
dtdbld d'fin&[une diablessedefemme]. 
£fd io diable a catri (4A) ; frl. : il fait 
les diablesk quatre. Dans le frl. com me 
dans le patois, le mot diable est au plu- 
riel ; le fr. usuel est : faire le diable a 
quatre (faire du vacarme, tempiter). 

t Diable soil mort I (4A) se dit pour 
manifester son impatience ou son dlpit. 

f Faire les diables apres quelqu'un 
(4T,A,Al)c*est e*nume>er les griefs qu'on 
a contre une personne avec force gestes 
et recriminations. 

— , (4A) : £chelette, petite ridelle qui 
ferme le devant du chariot. 

DI&on&, interj. (4T,A1 ; 6 A) : diantre. 

DIacnou, sm. (4TJ) : diable (euphl- 
misme). 

DIAdft, vn. (4AI) : ptetiner avec achar- 
nement. 

Dian, n. pr. (4A1,R) : Jean. 

— , pre>. (iT; 2A; 3B,T ; 4Aa) : 
dans. 

— , (4, i) forme du verbe dire : ils 
disent. 

DI&n&, npr. (5C) : Jeanne. 

DIarl&, sf. (4AD) : grand seau en 
bois ; didrld (4A); frl. : gerle. 

— f (4AD) : chaire dont le rebord est 
peu £leve\ 

DI8, pp. de dire, (iB') : 1 m'on dU 
[ils m'ontdit]. 

DI6, sm. (4A) : de* a coudre; di 

(4T). 

— , adj. num. card. (4T111) : dix, Tri 
dU sou [trente sousj. 

DI6n, pr6p. (iA,E; 4T,A) : tfans ; 
dian (iT; 2 A ; 3B,T; 4Aa) ; dU (4A, 
Ab,Al,A'g,R ; 5C ; 6A). Lorsqu'on veut 
appuyer sur « dans » on dit d'dUn, 
d'dXan, d'dM. 

Dldngft, vn. (4 A) : bouger, ressauter. 

DI6rl6, sm. (4AD) : baquet forme* 
par un tonneau partage" en deux. 

Dieu, adj. num. card. (7M"): deux 
(au fern.). 

DIeudft, vn. (4A'g,Aa):sautiller,gam- 
bader; jouer; f dieuder(G); dteugdfak). 
Dieugd, Josi, avwi la Marlinnd [gam- 



Digitized by LjOOQIC 



142 



DIEU-DIWA 



bade, Joseph (Pierre ou Paul) avec la 
fillede Merlin (d'Avrillon ou de Du- 
pont)]. Cest par une formulette de ce 
genre que les jeunes gens d'Alex, de 
La Balme et de Dingy annon9aient le 
prochain mariaged'un tel avec une telle, 
en la rlpltant a qui mieux mieux dans 
les champs. 

DIeudrt, sm. (4A'g) : sauteur. £-t 
on dXeudri [c'esl un enfant qui ne fait 
que sautiller]. 

Dli, adj. num. card. (3C; 4Tc,Aj ; 
6A) : dix. 

Dligeme, adj. num. ord. (6 A) : 
dixieme. 

Dinc'he, adv. (3S*) : ainsi, de cette 
maniere. 

Dind6, sm. (4T,A,R) : se dit de la 
dinde et du dindon. Dans le frl., en 
parlant sp£cialement de la femelle, on 
dit une dinde, mais quand on parlc en 
ge'ne'ral, on dit un dinde. 

Dinnfr, vn. etsm.(4T;6A,U): diner; 
dinndr (8B1) ; dind (4A,R) ; dtnd (iD); 
dnd (4R ; 8B') ; dnd (8B'm). 

Dans l'Albanais et dans les environs 
d'Annecy, on dit en g£n£ral goutd, 
pour signifier prendre le repas de midi. 
Faire une l£gere collation entre le dfner 
et le sou per, vers 4 heures, se rend 
par le dimin. goutald. 

Dinqe, adv. (aAj) :de cette maniere, 
ainsi. Dinqe 4 dinqe [comme cela est 
arrive\ comme je vais vous le raconter]. 
En lyonnais dinqi ; dauph. denqi. 

Dinse, adv. (4T,Tm,Tg,A, Aa,Ab, 
A1,R) : ainsi, de cette facon ; X 2 bon 
dime 4 (4T) [c'est bon comme ca]. 

Le d initial est un pr£fixe intensif ; 
inse 4 inusite" est de mfime formation 
que ainsi. 

Did, sm. (3S' ; 4A,Ab) : argile, terre 
marneuse, terre glaise. 

-— , (3T) : mortier fait avec de Par- 
gile. 

— , n. pr. (5C) : Dieu. 

Did, sm. (6 A) : espece de petites 
saucisses. 

— , (4AI) : saucisse grosse et courte, 
cervelas. 



Dloft, va. (4A) : ^eraser un objet 
mou ; diofd (4Ab) ; frl. diofer ou idio- 
fer (4A) ; diotd (4R). 

Dion, sm. ( 1 Ep,Dm ; 4Ag; 5A'): jonc. 

DI60, adv. (4A,Ab) : dehors ; dldr 

(4T). 

DIop, interj. (4A) : dia, a gauche; 
cri des charretiers. 

DI6u, adj. num. card. ; ftm. dapi 
(6B) : deux. 

DioulA, va. (aAj) : presser fortement 
des fruits mors. 

DIouta (dlf), loc. adv. (4AI) : defront. 

Discrechon, sf. (4T,A,Ab) : discre- 
tion ; discretion (aJs). 

Dispute, sf. (4T,A,R) : dispute. 

DissipA, va. (4T,A) : dissiper, de- 
penser. 

Distribuchon, sf. (4 A) : distribution ; 
correction. D'6 manqd Pe'culd, mi d'i 
rchu na bonnd distribution (4A)[jene 
suis pas alle* a l'^cole, mais j'ai recu 
une bonne correction]. 

t Diton, sm. (4T,A) : dkton, sen- 
tence, maxime ; s'emploie aussi pour 
signifier propos teger, le qu'en dira-t-on. 

DIu, npr. (3S* ; 4T,A,R) : Dieu. Ala 
trd prSya DXu (aR'a) [il a trop prte 
Dieu ; se dit ironiquement d*un homme 
qui a e*te* condamne* pour un grand m£- 
fait]. Gran DXu d* Un6, | PrSnmafeni, 
Usse* mon chvd (4A) [grand Dieu delt- 
haut, prends ma femme , laisse-moi 
mon cheval]. 

Se renconue sous la forme de Di, 
dans Texpression crvti-pdr-Di, a 4T,A 
et ailleurs, ou la forme usuelle est DIu. 

—, pp. de d&vr%, devoir ; et pris subst. 
(4T,A,R) : ce qui est du. 

Ditli, sm. (3 Be) : seau en bois. 

DIurA, adj. (3S,T) : mouilU, trempe 
jusqu'aux os par la pluie. 

— , vn. (4Aa) : exprimer le sue. £ fo 
fire 1 dXurd la calXa (4Aa) [il fant faire 
Igoutter lecaille*]. 

— , (4AI) : suppurer. Son md dXure 
oncbr (4AI) [sa plaie suppure encore]. 

DIwdn&, sf. (4Ab,Ac"') idouane. 

Dlwdne, sm. (4Ab) : douanier. 

Dlwannd, adj. (*D) : jeune. 



Digitized by LjOOQIC 



DIWA-DOLI 



i 4 3* 



Diwaasd. sf. (2A) : gesse (llgumi- 
neuse). 

Diwftnti, sf. (4T) : bonne journ^e ; 
aubaine ; trouvaille. 

Djftrli, sf. (8B'm) : chaire dont le 
rcbord est peu *leve\ V. dlarl&. 

Djha, sm. (4TC) : jeudi ; djhou (5A); 
dju (4T) ; djou (7J) ; d\ou (8B*m). 

En sav. comme dans les dialectes 
meYidionaux, le mot dies precede le de- 
terminant, a Tinverse du fr. Djhou est 
une contract, de dijhou, dejhou. Cf. 
dvendre, dme'cre', etc. 

Dlftta, va. ( 1 Ep) : coller, attacher. 

DHac'he, sf. (3S') : glace. 

— , poignee de chanvre. 

Dtiala, va. (3S') : laper, boire comme 
lechien. 

Dion, sm. (4T,A,Ab, R ; 7J,Cm ; 
8B'm): lundi. 

Dlyon, sm. (4Ag) : legume farineux. 

Dmft, sm. (4A,R) : mardi ; dmd (4A, 
Ab ; 8B'm) ; dmdr ( 4 T). 

Dman, adv. (4 A) : demain. £ wir 
dlon, f travail* r& bin dman (4 A) [c'est 
aujourd'hui lundi, tu travailieras bien 
demain]. 

Dm&nda, va. (4T,A,R) : demander. 
La vache dmandt lou bu (4T) [la vache 
est en chaleur] = /' dimandi Id bu 
ti\b):dmandt V j*d (4R). 

Dm6crd, sm. (4T,A,R ; 8B*m) : mer- 
credi; demicre (3S*). 

Dmdnjhe, sf. (4T,A) : dimanche ; 
dmenjhe (iDb); dmenjhi (4Aa) ; de- 
menjhe (3S') ; dmijh8 (4A,Ab,R) ; dmi- 
w(6A,U) ; dmindtf (8B'm). 

Dans le frl. dimanche est du genre 
fem. : La dimanche des brandons = la 
dmtnjhidi bon'ti (4T) ; la dmijhe di 
bunU (4A), di-$ alouli UA,Ab), di fd- 
fl*(6A), de la vUlie (6U), f des iscar- 
nav&s (G), di-^ iscarlavi (1 Db). 

Dmi, sf. etadj. (4T,A,R) : demi. Na 
dmi-jhornd [une demi-journeY|; mais 
na jhornd 4 demie [une journ£e et de- 
mie]. 

Dmwela, sf. (4T, A) : demoiselle; 
dmwi\la (4AI); damwis'ild (6A). 

— , (4A) : espece de limac,on dont la 



coquille est contournee d'un filet bleu 
fance". 

Dna, vn. et sm. (8B\B'm) : diner. 

Dobla, va. (4T): doubler; droblld 
(4Ab);dobad(4R). 

D6bl6, adj. et n. (4T,A,R) : double^ 

D6che, sf. (4T,Tm). Cemot nes'em- 
ploie qu'au jeu de cache-cache ; il d^si- 
gne le lieu (le camp, di rait-on, au jeu 
de barres) d'ou part celui qui doit d£- 
couvrir lesautres. T n'dpd tocha la dd- 
che [tu n'as pas touche* le but] ; /' n'd 
pd di ddche [tu n'as pas dit ddche, 
c'est-a-dire tu n'as pas dit.« touched 
barres »]. 

On Temploie en outre pour designer 
le jeu mdme : jhoi a ddche. A Gex 
(Ain) on dit jouer aux tdches ; dans le 
Valais, a la totche (Blavignac, Emprd* 
genepois). 

Tout porte a croire que ce mot vient 
de tochi, toucher, ainsi que la td usite" 
a Annecy. 

Aux Clefs, le mot ddche est aujour- 
d'hui remplace' par tronpe. V. ce mot. 

D6d& (la), npr. (4T,R) : Claudine ; 
(la) Dddind (4T,A,R); (la) Llddd (4T, 
A,R) ; (la) Llodind (4R) ; (la) Dddon 
( 4 A). 

D6d6, n. pr. masc. (4T,A,Ab,R) : 
Claude; /. idrfd (4T, A, A b,R); Ldld(SC) ; 
Dddon (4T,R). 

S'emploie aussi comme nom commun 
pour designer un homme lourd de 
corps et d'esprit. 

On peut remarquer a ce sujet qu'un 
certain nombre de pr£noms d'un usage 
fort re*pandu ont fini par prendre un 
sens p£joratif. II suffirait de citer avec 
Claude, Bernard, Jean, Benoit, Jacques, 
Nicolas. 

Doi\ va. et vn. (4 A) : jouer. 

Dojeme, adj. num. (6Ac,B) : dou- 
zieme. 

Dote, adv. (3S') : voila. 

Doli (4Tg). V. jhouli. 

DolI6e,adj. (8B') : douillet, frileux. 

D0II6, sm. (4T) : deuil ; dui (7 A) ;. 
deul' (7M'a). 

Dolisse, sfp. (1 El) : copeaux. . 



Digitized by LjOOQIC 



*44 



DOLO-DRE 



Dolor, sf. (4T, Al) : douleur ; dolb 
{4A). Ce mot, comme le frl. douleur, 
Vemploie ordinairement pour signifier 
rhumatisme. 

Dolyi, va. (3S') : m^priser. 

Don, conj. (4A,Ab) : done. 

— , sm. : pere nourricier (d'apres V. 
Duret). 

Don*, sf. (iD; 4T,A,A1) : belle-mere 
(par rapport aux enfants du premier 
lit) ; maratre. 

D'apres Duret : nourrice. 

Donleu, sm. (iA ; 4T,Ab) : abat- 
foin. 

Don'n$, sf. (5 A') : farine de mais. 

Donn&, sf. (4Ab) : don, donation ; 
dannd (4T,A1). En vx. fr. done (donne, 
4oune) a le mime sens. « Le testament 
d'Am^e III, comte de Genevois, dat£ 
de 1 37 1 , present de fairechaque annle, 
le jour de TAssomption, dans la cha- 
pelle de Notre-Dame-de-Liesse d'An- 
necy, une done de quatre deniers a 
chaque pauvre de la ville. La done 
existe encore dans plusieurs paroisses 
des environs d'Annecy. » (Godefroy, 
V done 2). Cette coutume se restreint 
aujourd'hui a une distribution de se- 
cours faite aux indigents, lors de ia 
sepulture d'une person ne richc ; elle 
disparait de plus en plus. 

DorA, va. (4T,A,R) : dorer. 

— , vn. (4T,A,R) : durer. Mdri, ma- 
rld-mi dan ; | U tin m' dUri, m' dure 
tan I (4T) [m^re, mariez-moi done ; le 
temps me dure tellement]. Daipwi /' 
ti qi rli trin duri \ Mon Dlu q' dCi-n 
i jha pIu d' dure* I \ Rli trin dor- 
ra-t-ou tojhb ? (4R) [depuis le temps 
que ce train dure, mon Dieu, que j'en 
ai d£ja vu de dures ! ce train durera-t-il 
toujours ?] 

DorassS, sf. (3S\Tm) : chenaie. 

D6ss$, sf. (2R) : cligne-musette, ca- 
che-cache. 

Dota\ sf. (4T,A,R) : dot. 

Dou, (dou-%), adj. num., devant un 
nom masc. (4T,A,Aa,Al,Av\R ; 3S\ 
Sd ; 7M') : deux ; dibu (6B) ; d\bik 
(6Ac). 



Devant un nom fe"m. : davi, dav-\, 
(4T, Aa, Al, Av' ; 3Sd) ; dave (6Ac,B) ; 
dawe (3S') ; dUi, dtiB-* (4A,R) ; d»e, 
dwe-ifaM); dieu (7M). 

La liaison avec dou, davi, d&i, n'est 
pas partout usit£e, mais a Thones elle 
est de rigueur. 

Dans le frl. deux-ou-trois est sou- 
vent employe* pour dire quelques-uns. 
« Avez-vous encore beaucoup de pom- 
mes de terre ? Donnez-m'en deux-ou- 
trois » (en patois dutri (4T,A,A1). Voyez 
ce mot. 

Ddtt, dbUgd, adj. (4T,A,R) : doux. 

Doutfr, va. (4T,A,A1,R ; 3S*) : 6ter, 
enlever. 

D6ve, adj. num. card. (iB') : douze. 

D6z&, adj. num. card. (4T,A,R): 
douze ; db^e (6B, Ac) ; dbve ( 1 B*). 

Db\e mtli, trS^e misiri (6Am) [douze 
metiers, treize miseres ; e'est-a-dire qui 
exerce tantdt un metier tant6t un autre 
est voisin de la misere]. 

Doz6n&, sf. (4A,AI,R): douzaine; 
dotfnnd (4T,A). 

DozI6m6, adj. num. ord. (4T,A) : 
douzieme ; dojimd (4R). 

Drabon, sm. (6Ac,Bv) : uupe, 

DrabounirS, sf. (6Ac,Bv) : taupi- 
niere. 

t Dr&chGe, sf. (G) : r£sidu du beur- 
re fondu. 

Drai, forme du verbe dire (4R):je 
dirai. 

Drajhon, sm. (4A) : rejeton. 

Dr&lyi, sm. (3Bs) : alisier. 

Drasa$, sf. (4Ab,Al) : petite portea 
claire voie pour jardin ; drwassd (4 Am). 

Drd, dritd, adj. (4T,A) : droit; drai 
(4Aa,Al,R) ; dra (6A,R). Tnli-vo driti 
[tenez-vous droites]. Firi la dritd (4k) 
[se tenir sur les mains, les jambes en 
Pair]. 

— , sm. (4T,A,R) : droit. 

— , adv. : droit-, en ligne directe; 
juste, exactement ; pr£cis£ment ; seule- 
ment. Dri X6 [tout droit en haut]. Aid 
dri dvan vb [allez droit devant vous]. 
Mi fly & san arvd dri a anje euri (4T) 
[mes filles sont arrivees juste a onze 



Digitized by LjOOQIC 



DRE-DRUJ 



145 



heures]. £ dri dinsi (4R) [c'est pr£- 
cis^ment ainsi]. D'i-n i dri dou (4R) 
[fen ai seulement deux]. 

Dri qi, loc. conj. (4T) : juste au mo- 
ment ou, aussitot que. Dri q' d'i vnUvd 
(T id parciprS (4T) [juste au moment 
ou je venais de Fapercevoir]. 

Drt, sm. (4Ag) : cspece durable-pla- 
ne, dont le bois est jaune. Ses feuilles 
sont plus aigu€s et plus vertes que cel- 
les del'e'rablc-plane ; son bois est aussi 
plus dur. A Leschaux c'est avec ce bois 
qu'on fait les patins des trafneaux. 
Drwe (4 Al); dri (4T). 

Drdf8, sm.(4Ab) : hommequisetient 
droit, affectant des airs d'importance. 

DrSssi, va. (4T): dresser ; drifi (4T, 
Ab). £ drissi son ndfoT) [il leve le nez, 
i! fait 1'important]. 

Dr6bli6, adj. et n. (4Ab) : double. 

f Droit. S'emploie dans le frl. pour 
cdte* droit, main droite : La maison est 
au droit de celle de l'e*picier [a droite]. 
Voici ie droit et voila ie travers (G ; 
4T,A) [voici Fendroit et voila Ten vers 
de l'ltoffe]. On dit aussi : venez droit 
[exactement] a midi. Ce sont !a des ar- 
chaismes. 

Drole, sf. pi. (4T,A1) : salsifis blanc. 

Droleri, sf. (4R) : gratification faite 
a la suite d'un marche\ e'pingles don- 
ndes a la femme ou aux enfants du 
vendeur. 

Dr616, adj. (4T,A,R) : dr61e, comi- 
quejjoli, gentil. A 6B, bizarre, origi- 
nal. Pris subst. a 4T,A,R et f drdle 
(G) : gar^on ; farceur. 

Dromi, vn. (4T,A,Ab,Al,R) : dormir. 
Divnd pi leu di dromissd \ Can d* si 
diin ma mison? \ Di dromissd dlin la 
right, I La titd dsu on binon. \ Y(l) 
a bon lyi diin ma mison t \ Mi n' pd 
par mi,\Al'ipi ma dUbld di find \ 
£p' son vali (4A) [devinez voir (done) 
oil je dors quand je suis dans ma mai- 
son ? Je dors dans la crdche, la t£te sur 
une manne. II y a bien un bon lit dans 
ma maison, mais il n'estpas pour moi, 
ilestpour ma diablesse de femme et 
pour son valet]. (LeMari Malheureux, 



V. Ritz : Chansons populaires de la 
Haute-Sapoie, 2' Edition, p. 65.) 

DromlyS, sf. (4T,A,R) : petit pois- 
son du genre lotte, en frl. dromille ; 
ainsi nom me* probablement parce que 
ce poisson reste assez longtemps immo- 
bile au fond de l'eau, paraissant en- 
dormi. 

De pesson, de peiron , de bliajon , 
famaret, de sachot, de dremetie, de 
mille canton, et la resta [du pois- 
son, des vairons, des goujons, des la- 
varets (?), des chabots, des dormilles. 
des mille-cantons et le reste]. (Perrin : 
Harangues en patois sapoyard impri- 
mies en i685, in Repue sapois., 1897, 
p. 3o.) 

Dromlyeta, sf.(4AI): brunelle (plan- 
te). 
Dromlyi, vn. (4T) : sommeiller. 
Dronn&, sf. (4A*) : crue subite du 
Ch6ran, sans qu'il ait plu a Alby. 
Drou, sm. (5C): trombe d'eau. 
Dr6u, sm. (4T) : e*boulis, e*boule- 
ment; drou (5C'a). 
fcroftMSS') : Um.de dm. 
Drouli, sm. (5A): pourboire, bon- 
ne-main. Dans les actesdu moyen age: 
drunlia (Histoire d'Aix-les Bains, par 
M. le comte de Loche, p. 1 7). 
Drouz&, sf. (7Jr; 8Bf): aune vert. 
Dru, drwa, adj. (iD; 3S;4T,A,R) : 
dru ; gai, e*veille*. Ntra cavald i drwa 
(4T) [notre jument est en chaleurj. Pris 
adv. : Uirbd cri dru (4T) [Pherbe pous- 
se dru]. Le ftm. est droM a Samoens. 
— , (3S) : bien fume*, nourri d'engrais. 
Drujhe, sf. (4A,Aa,Ab,R) : engrais 
(fumier, purin) ; drujhe (3S'); drud^i 
et drutf (8B'm). 

— , (3S'): la premiere herbe qui pous- 
se apres la fumure d'un champ. Li pa- 
che n'dmdn pd bliadri (beaucoup) la 
drujhe (3S'). 

Druge ( 1 679, 1 A) : pre* en montagne, 
situe* en contrebas d'un chalet. Ce pre* 
donne de bon foin ; il est ainsi appele* 
probablement parce qu'il recoit la dru- 
jhe (fumier, purin) de ratable. 

Dans la Suisse romande, drudje si- 



Digitized by LjOOQIC 



146 



DRUM-DVAN 



gnifie £galement engrais, fumier, et par 
extension abondance, bien-£tre. 

Puitspelu donne a drugi, druge s le 
sens d'engrais, de fumier et aussi celui 
de pousse excessive, surabondante. 

Le vxfr. a druge que GodeVroy men- 
tionne avec le sens hypothe*tique de 
provision, et avec celui de multitude 
(sens non moins hypothec que). 

Un autre mot druge (derive* drugier, 
tromper) signifie : jeu, ris£e, moquerie ; 
il semble different du prudent et des 
mots patois que nous citons. 

Drum6 (de), forme du verbe dormir 
(4Ab) : je dors. 

Drwa (4T,A,R) : f£m. de dm. 

Drwassft, sf. (4Am). V. drasse. 

Drw6, sm. (4AI) : espece durable. 

Dsandd, sm. (4T,A,Ab,R; 8B'm): 
samedi. 

On trouve en vxfr. des formes analo- 
gues : dicendre (dissandre), dissade. 
Lo dissandre, dans un acte bressan du 
xiv siecle cite* par Godefroy, et lo dis- 
sando, dans les Archives de Fribourg, 
1418. 

Dissande existe dans le centre (Creu- 
se), disembre dans le Jura, dissambre 
en Lyonnais, tandis que, dans la Bresse 
louhannaise, on a une forme analogue a 
la forme fr. : sambadi, sombadi, ou le 
d£term. precede le mot issu de diem 
(sabbatidiem). 

Dsu, adv. et pr£p. (4T,A,R) : dessus, 
sur. En parlant vite, on prononce tsu 
dans quelques localitls. 

D' n& rin dsu min (4T) [je n'ai rien 
sur moi]. Mtd d$d ia tabid c' q'e" dsu 
(4T,A) [mettez sous la table ce qui est 
dessus]. Si dsu d\6 (4R) [sens dessus 
dessous]. £ riste in dsu d' me' (4R) [il 
demeure a l'£tage supeYieur]. 

*{• En frl. comme en patois, on em- 
ploie dessus improprement dans certai- 
nes phrases. II m'a marche* dessus le 
pied; il a crache* dessus son habit; il 
est dessus (dessur) moi. 

Dessus employe* comme pr£pos. est 
un archaisme reste* dans la langue vul- 
gaire. Vaugelas a impose* la regie en- 



core observed actuellement. D'apres lu't 
on doit dire pour parler purement : il 
est sur la table, sous la table, dans la 
maison, hors la ville (et non dessus. 
dessous, etc.). Vaugelas permettait aux 
poetes I'emploi des composes ; mais 
l'Acadlmie observait d6ja que cette fa- 
9on de parler « dedans la ville > n*e*tait 
plus permise aux poetes. 

— , pris subst. : ledessus, la partiesup*- 
rieure d"un objet ; avantage, superiority: 
avi IS dsu (4A,Ab) [avoir le dessus]. 

Du, durd, adj. (4T,A,R) : dur. 

Duandre, va. (aAj) : joindre. A plih 
duan [a pieds joints]. 

Doann6, adj. (aAj) : jeune. Diminu- 
tif : dUannB, Btd. 

t Dubelloir, sm. (4 A) : cafetiere en 
fer-blanc ou en terre. On donne aussi a 
ce mot le genre f&ninin. 

DM (z) (4 A) : teminin de dou, deux. 

Du6nt&, sf. (4T) : journ^e de labourou 
Ton a travaille* du matin au soir sans 
de*semparer ; aubaine. 

— , : mesure agraire £quivalanta un 
tiers de journal (St-Paul). 

Duhop! interj. (4 A) : dia, a gaucbe 
(t. de roulier). 

Dili, sm. (7M*a) : deuil. 

Durdl, sm. (7J) : Arable. 

Dutr6, pr. ind. (4T,A) : quelques- 
uns, quelques-unes ; dutrdi (4AI) ; dao- 
trdi (4Aa). BaiXZ-m'in dutri (4T) [don- 
ne-m*en quelque-uns]. PrSnU^-en dao- 
trdi (4Aa) [prenez-en un peu]. Ne se 
ditque des choses qui secomptent. Lit- 
toral. : « deux ou trois ». La contrac- 
tion de dou, dave, due et de ou n'a ja- 
mais lieu quand ces mots conservent 
leur signification premiere. 

Duv&, sf. (4T) : douve; deuvd[2ky, 
3S';4Ab). 

Dvan, adv. et pre*p. (iT; 4T,A,R) : 
devant, en avant. Mtd-vo dvan (4T,A) 
[mettez-vous devant (s'il s'agit d'occu- 
per une place) ; allez en avant (s'il s'a- 
git de se mettre en route)]. Modd dvan 
jhor, dvan la ni (4T) [partir avant le 
jour, avant la nuit]. £ n'in povi mi, i 
s' critvi jhd dvan (4T) [il n"en pouvait 



fc 



Digitized by LjOOQIC 



DVAN-DZO 



*47 



plus et se croyait dlja sur le bord de la 
fosse]. 

Li dvan, pris subst. : le devant, la 
face. 

f Comme en patois, dans le frl. </e- 
wm/s'emploie sou vent pour avant. C'est 
un archatsme. Exemple : je ne veux pas 
partir devant toi [avant toi]. 

Dvan qi, loc. conj. : avant que. Cf. : 
La Fontaine : «c Et devant qvCWs fus- 
sent Iclos | Les annoncait aux mate- 
lots. » 

Dvanti, srn. (4AJ) : tablier. Ce mot 
ties employe* dans plusieurs regions li- 
mitrophes de la Savoie est remplace* 
ordinairement par feudd. A Saint-Jo- 
rioz, il commence a tomber en d£su£- 
tude. Semble inconnu a4T,A,R,Aq,Ab. 

On trouve dans Amyot : « Y avoit de 
jeunes hommes ceincts a travers le 
fond du corps de beaux devante^ ou- 
vrez a Taiguille » (Vie de Paul-Emile). 
En 1 684 , on a la forme devantier 
(iA). 

Dv6, pr£p. (4T,A,R) : vers. Dans le 
frl. devers. Ex. : on se verra devers le 
tantdt (4 A ; G), c'est-a-dire dans l'apres- 
midi, dans la soiree. £ dvi la ni, can 
on 5* riteurni, I D"i mon ptlou Dian 
q y UstvSnU u bdu (4R) [et vers le soir, 
quand on s'en retourne, j'ai mon petit 
Jean qui les (les boeufs) soigne a rata- 
ble]. 

Dvdndrd, sm. (4T,A) : vendredi ; 
dvindri (8B'm); dvidrd (4A,Ab,R); 
dvidre (6A) ; devendre (3S*) ; dvendre 
(iT,D ; a A ; 3B,R ; 4Aa,Tb) ; dvundri 
(4Ad,Tg). U gran dvindrd (4T) [le 
yendredi-saint] ; 12 dvindrd sin (4T,A). 
En vx. fr., bon divenres, grant diven- 
res, long divenres, d^signent aussi le 
vend red i-saint : « Lou jor dou grant 
dipanre » (cite) par Godefroy). 

M£me£tym. que le fr. vendredi, Ve- 
neris diem ; mais, comme pour les 
noms des autres jours, dans les parlers 
Savoyards di precede le d^terminatif. 

Dw&n&, sf. (4T,A) : douane ; dlwdnd 
(4Ab,Ac'"). 
Dwani, sm. (4T,A) : douanier ; dlwd- 



ne-(4Ab,Ac m ). Syn. igdplan (4 Ab, Ac") 
cheutd-bosson (4Ab). 

Dw6, sm. (4R,A) : deuil. 

Dwel, va. et vn. ( 1 B*) : jouer. 

Dz* (i) , (4T,R; 5 A') : forme du 
passe* d£fini du verbc dire, 3' pers. du 
singulier. On trouve la forme pleineen 
1 8 1 6 : Napatsannd in regardin le ri 
i la rinnd (le roi et la reine de Sardai- 
gne) s 'icria : 6 I com y on bdndgrdce I 
La rinnd Uintindl, i lui de^a in prou 
bon savoy dr: £ ti aussi f fd bdndgrdce I 
(5Q [Une paysanne en regardant le roi 
et la reine s'^cria : «c 6 comme ils ont 
bonne grace 1 » La reine 1'entendit et 
lui dit en fort bon Savoyard : « Et toi 
aussi, tu as bonne grace 1 »] 

Dzapa, vn. (8B") : japper, aboyer. 

Dz8, (d^i), pr. pers. (8B'm) : je, moi, 
employe* comme sujet. Cwi ch-ou q'a 
fiicinPDtf. (8B'm)[qui est-ce qui a 
fait cela? Moi]. — Si-dtf d%<t [est-ce 
moi ? (suis-je moi)]. — Si d\l [c'est 
moi]. Sur cette forme, cf. L. Vionon : 
Les Patois de la Rigion lyonnaise, in 
Rev. de Philol.fr. et de Littir., t. XIII, 
p. 28. 

— , n. pr. (8B'm) : Dieu. 

— , passe* de*fini du verbe dire (4*[\A, 
R). £^*[iidit]. 

Dzecl6, sm. (8B'm) : clifoire. 

Dzdl, sm. (8B'm) : geai. 

Dzdn, d\in t d\in's. V. jhdn. 

Dzerba, sf. (8B"m) : gerbe. 

Dzern&, sf. (8B'm) : poule. 

Dzi, adj. n. card. (5Ca ; 6Ac,B) : 
dix. 

Dzijeme, adj. num. ord. (6B) : 
dixieme; d^ijiime (6 Ac). 

Dzin, d%i, d^an, formes du verbedire 
(4T) : nous disons, vous dites, ils di- 
sent. 

Dzd, pre>. etadv. (4T,A,Ab,Al,R) : 
sous; dessous. D^d lo-\ i (4A) [sous 
les portiques]. 2? m'n instrumin d$d /' 
bri, d' m' in vi dri cm* onnd bdrd (4A) 
[et mon instrument sous le bras, je m'en 
vais droit comme une barre.L. Terrier]; 
^d(4Al) ;*o(5C). 

— , pris subst. : le dessous, la partie 



Digitized by LjOOQIC 



DZOL-DZWE 



m objet \ inferiority, dOsa- 
? U d\b (4A,Ab) [avoir ie 

tionOtique, on peut remar- 
\ dessus correspond une 

tandis que dessous est 
ar d\b : dans un cas la 
e, dans l'autre la sifflante 
flante dure (ds) reprOsente 
? susum (sursum) ; la sif- 
(d%) correspond aussi a Ys 

subtus ; mais, dans le se- 
a M influence* soit par * 
su du groupe de conson- 
)lut6t par la dentale douce 
ot compose*. On a le ph£- 
se dans les localitls ou dsu 
tsu ; c'est alors la dentale 
ruse a l'accommodation : 



elle est devenue forte sous 1'influence 
de la spirante forte qui suit. 

Ainsi que dessus (v. dsu), dessous 
s'employait jadis comme proposition, 
avec tous les sens du mot sous. Les pa- 
tois ont conserve I'ancienne libertl. En 
Savoyard par- exemple, d%6 s'emploie 
ind internment comme adv. ou comme 
proposition. 

Dzolbre, sm. (4T): gousset(creuxde 
Taisselie) ; mot formO de d%6 V bre 
(dessous ie bras). 

Dzou, sm.(8B'm) : jeudi. 

— , interj. (4A) : courage, en avant! 

Dz6ti, adj. num. card. (6 Ac) : deux. 

DzdujI6me, adj. num. ord. (6 Ac) : 
deuxieme. 

Dzw6dr£, va. (8B*) : joindre ; accou- 
pler (en parlant des bceufs). 



Digitized by LjOOQIC 




QRAPHIE ET PRONONCIATION. — L'e muet, IV ferine* et l'e ouvert sont represen- 
ted par e sans accent, par 4 avec Paccent aigu, et par e avec l'accent grave, exactement 
comme en francais. L'e sans accent est toujours muet, mfime s'il est suivi de deux con- 
sonnes (st, sp, rl, ss, etc.). Ainsi restd (rester) se prononce re-std et non res-td. 

Outre ces trois sortes d'e, nous en avons deux qui n'ont pas d'analogues en francais ; 
nous les repre*sentons le premier par e" ou e\ le second par 4. 

I. Nous repre*sentons par 8 ou par 4 une sorte d'e que nous appelons demi-sourd, et 
qui est interned iaire entre IV muet et IV ouvert. (Pour plus de details, voir 1'Intro- 
duction.) 

Quand cet e est atone et tres bref, on lVcrit 4 : la mari (la mere). La graphie 4 in- 
dique une forme plus accentueV ou plus longue ; par exemple, quand cet e est sous l'ac- 
cent tonique : pistole (pistolet), find (femme). ou dans certaines finales de mots place's 
tres souvent a la pause (ex. : les terminaisons des infinitifs en re : 4nt4ndr8 (entendre). 
Quand la prononciation de cet e est tres longue et trafnante, on eVrit Se : bu>€e (bois)- 

Ajoutons que la prononciation d'une finale atone oft rant cet e demi-sourd varie sensi- 
blement pour un mfime mot d'une commune a l'autre, d'un e"cart a un autre e'cart et 
parfois dans la meme locality. Elle varie aussi suivant la place du mot dans la phrase 
et les articulations qui le suivent. 

II. La voyelle 4 (surmonte"e de l'accent circonflexe) est la notation d'un son beaucoup 
plus ouvert qu'en francais : dri (droit). 

Nous repre*sentons par in une voyelle nasale qui est interme*diaire entre an et in, 
plus proche cependant de in que de an (intindri). 

En resume* le patois Savoyard, outre les voyelles nasales, a cinq sortes d'e : l'e muet, 
riferme', l'e ouvert, Y4 (4) demi-ouvert et IV tres ouvert. 



&, conj. (4T,A; 5C; 8M, etc.) : et. 

— , pr^fixe, a la mfime origine et la 
meme valeur que le preT. fr. 4 : 4cliard > 
4clairer. Mais le preT. 4 (in) correspond 
au preT. fr. en. 

£ est aussi une lettre prosth^tique. 
On la trouve comme en fr. devant les 
anciens groupes initiaux sc, st, sp, de- 
venus ic, it, 4p. Le patois, comme le 
fr. vulg., ajoute encore cet i prosth. a 
certains mots d'originc savante com- 
mencant par les mfimes groupes : esta- 
tue, esquelette. 

En fin on trouve, mime dans le frl., 
cet 4 prosth. au commencement de plu- 



sieurs noms, ordinairement employes 
au pluriel : les Hies, 4ciseaux, 4tenail- 
les, 4reins, 4bretelles, ipinces, etc. 

— , forme du verbe avoir (4T,A,R, 
etc.) : d' 4 ou jK 4 [j'ai]. 

— , forme du verbe subst. (4T,A,R ; 
5C, etc) : f 4 [tu es] ; D6d 4 mdr (4T) 
[Claude est mortj. Devant voyelle : 4-t. 
Avec ellipse du sujet : 4 vr4 (4A) [c'est 
vrai]. £ na bon % uvrd (4Aa) [c'est une 
bonne oeuvre, un bon travail]. 2? dhve 
jhwanni flU (4Aa) [ce sont deux jeunes 
filles]. 

— , forme de l'article pi. contract^ 
(4T,A, etc.): aux. Devant voyelle 4-%, 



Digitized by LjOOQIC 



i5o 



e-*. D4 n'arteurriri pl4-t 4 ni [je ne 
retournerai plus aux nids]. 

Nous avons cit^ (v* alouU) la rimail- 
le : E~i (i-t) alouUl la fin* igroussd I 
L'emploi de Tarticle et du nom au plu- 
riel suffirait a infirmer Phypothese de 
V. Duret (Gramm. Savoyarde, p. i3): 
il voit la « un criqui correspond proba- 
blement au latin ad oleum, a l'huile, et 
qui s'adresse aux jeunes et aux vieux 
mari£s sans enfants, com me pour leur 
dire : Soyez fertiles a I'instar de l'oli- 
vier qui renaft de la souche. » Le sens 
nous parait beaucoup plus simple : aux 
noisettes, puis aux friandises 1 frian- 
dises ! 

— , pronom de la 3" personne, msc. 
ou f6m., singul. ou pluriel, suivant les 
locality. En ge*ne*ral on a 4 devant con- 
sonne, al ou 61 devant voyelle. La dis- 
parition complete de / devant voyelle 
(pour le pron. sujet, sing, masc.) semble 
trfcs rare. 

D'apres M. L. Vignon (Les Patois de 
la Region lyonn. : Les pronoms sujets, 
in Rep. de Ph. de M. Cledat, t. XIV, 
p. 7), le nord et Test de la Haute-Sa- 
voie appartiennent au domaine de 4, il 
devant voyelle (comme pron. sujet 
masc. sing, de la 3* personne). On em- 
ploie 4 (41) dans Parrond. de Thonon 
presque entier (a iT,Ta,Ts,Tm',B,D, 
Ac'; 2 A* ; 3T,S',C\ et au sud jusqu'a 
Veyrier). Au sud-est du d£partement, 
on emploie a (al) ; a l'ouest 4 (al). 

Plus loin (p. 1 7), M. Vignon deMimite 
le domaine de a (al) et celui de 4 (al). 

Dans les Savoies, dit-il, a (al) occupe 
au nord du domaine de i (il) une large 
bande de terrain qui va du Rhdne au 
Mont-Blanc et au Petit-Saint-Bernard; 
elle comprend le nord de Tarrondisse- 
ment de Chambe*ry avec 5Ad,Ag,Ao, 
C, CI. Un peu plus au nord, on dit 4 
devant cons., al devant voy. ; la limite 
semble fitre a Saint-Girod (canton d' Al- 
bens), ou Ton trouve a la fois 6 eta de- 
vant consonne. 

On emploie 4 (al) entre le domaine 
Savoyard dea(a/) d'une part, le pays de 



Gex et le nord de la Haute-Savoie, oil 
Ton ne connaft que 4 (el ou 61) d'autre 
part. Cest a Saint-Girod et dans les 
Beauges qu'on commence a con stater 
le phlnomene : 4 et a coexistent devant 
voyelle ; devant consonne, on n'emploie 
que al. A 5 A* commence le domaine de 
4 (al) ; il comprend 4A\Fd,Aj,Am m \ 
Rv'; 3B; iB'; 2Rp,J,C,Ca,F,S,Sb,Sd 
(p. i8,sq.). 

£ est aussi le pluriel masc. du pro- 
nom sujet de la 3" personne. Ainsi a 
4Fd,Am"" > Rv t ; aSd,F. A Desingy(f6irf, 
p. l 2 8) le pluriel est quelque fois i, plus 
souvent 4 devant consonne, toujours 
al devant voyelle. On signale encore i 
devant consonne et y (?) devant voyelle 
a Grignon (p. i32); 4 (el) a Valloires 
et a Saint-Offenge-Dessous. 

Comme pronom sujet ffcm. sing, de 
la 3' personne, 6 (41) est isole* dans la 
Savoie, a Grignon (ib. XIV, p. 190). 

La forme 6 est aussi employee au 
fe*m. plur. dans un certain nombre de 
locality de la Savoie et de la Haute- 
Savoie (cf. id., p. 278, sqq.)- 

— , pronom sujet neutre (4A, etc.) : 
il, ce. 2? sar4 bon de f4r6 dinst (4 A) 
[il serait bon d'agir ainsi]. Lo dtvi ? q 
4 sef4 dtgla vilU guitdr&l (4A) [les de- 
voirs? qu7/ (en) soit fait de cette vieille 
guitare]. £ plu (4A) [il pleut] (mais 
avec interrog. iplu-t-ou ?) 

Dans son article sur le pronom neu- 
tre sujet (Revue de Phil.fr., t. XV, 
p. 1 5, sqq.), L. Vignon releve les faits 
suivants concernant nos regions : « Le 
domaine Savoyard de 4 (4y, y) fait suite 
a celui de l'Ain. II s'ltend audela du 
Rh6ne, a travers le domaine de 1 (y)i 
qui comprend le nord de la Haute- 
Savoie et l'ouest de la Savoie, et s'a- 
vance a Test et au sud jusqu'a 6 A et 
8M ; aSd (ou Ton emploie aussi bien 
1 (y) que 4 (y) est sur la limite. Mais 
on ne connatt que 4 (y) a 4Fd, Am"", 
Rv*; 2F ; 6Ag\Am' ; 4(ey)k6G ; 5A'£. 
A 7Ah', le neutre tend a s'assimiler au 
masc. j(i7), mais on dit encore 4plou. 
(Voir aussi id., p. 21 et 22J. 



Digitized by LjOOQIC 



' E-EBOI 



i5r 



B (2-r), forme du verbe substant. : 
est. Se sous-entend souvent dans cer- 
taines locality, surtout dans celles ou 
le pronom //est repre*sente* par al. Al 
maladd (4 A) pour at 8 maladd; ainou- 
tr& (4 A) [il est notre (a nous)]. 

Se sous-entend souvent aussi lors- 
que le pr. est accompagne' de : ne pas. 
£ n'pd ict (4T) [il n'est pas ici]. 

Voyez 4 (forme plus accentu^e du 
meme verbe subst.). 

ft, pron. de*m. neutre (iT,Ep) : cela". 
Co t-4 ? ( 1 Ep) [qui est-ce]. 

— , prlfixe (autre forme 4n), corres- 
pond au preT. fr. en. 

— , pronom et adv. (4A,A1,R; 5C ; 
6A) : en. D'4 vnlo (4A) [j'en viens], 

Devant voyelle 4-n. Remarquons, a 
propos de ce mot, que dans le nord la 
voyelle nasale correspondant a en fr. se 
prononce glnlralement an, dans le midi 
en ; dans le centre on a 4. A Annecy et 
a Chamblry, les uns disent 4, les au- 
tres in. 

— , pr6p. : en. L6 bid son 4 Jleur 
(6A)[les ble*s sont en fleurs]. 

— , sm. (4F) : if. V. ft. 

— , sm.(4A) : air. 

— , sm. (4A,A*g) : portique, arcade. 

D\6 lo-\ 4 (4A) [sous les portiques]. 
Cest le titre d'une chanson de L. Ter- 
rier. 

La chute de 1> finale dans le patois 
d'Annecy est normale. Bien que le chan- 
gement de a tonique entrave* en 4 soit 
a^sez rare, il n'y a pas de. doute que 
lo-\ 4 (4r) ne vienne de la mfcme source 
que lou-\ ar. 
. fibaUd, va. UAb) : emballer. 

— ($'), vpr. (4Ab) : s'emballer (en par- 
lam du cheval) ; se f&cher (corresp. au 
fr. vulg. s'emballer). 

£b£l&, vn. (4AI) : s'enfoncer dans 
un terrain boueux ; s'embourber; 4b4u- 
id ( 4 R). 

I&bal6i', va. (3S) : amuser, e'gayer. 
Ifd bi tou-% 4balbi onna wir'4 [il faut 
bien les amuser un peu]. 

£bar&, 4barassi. V. dnbarft. 

ibarbft, va. (4AI) : trier la paille de 



seigle. Les tiges dont on ne peut tirer 
parti pour empaillerles chaises ou pour 
faire des bottes de glui et qui sont lais- 
se*es pour litiere s'appellent ibarbari, 
sf. pi. 

ftbarbolyi, va. (4AI): salir, barbouil- 
ler (le visage). 

£barchi, pp. 4bartia , va. (4AI) : 
£br£cher. Se dit surtout d'un outil tran- 
chant. 

l£barcllft, va. (4A,A1) : e*blouir. is 
m'4barclU [cela m'6blouit, cela me 
trouble la vuej. 

£bar£hi, vn. (4AI) : faire de violents 
efforts pour soulever ou de*placer un 
objet. 

ftb&rid, sm. (4AI) : barre ou planche 
servant a se*parer les Mtes dans une 
e* table. 

ftbarjhi, va. (4Ab) : he"berger. 

]£barm6tft, va. (4AI) : de*mantibuler, 
mettre en pieces; 4barm4td UAb) ; 
4barm4ntld (4T,Tj) ; 4barmentld(^k^)\ 
ibarmintd (3S'). 

ftbarwatft, va. (3S') :e*blouir. 

ftb&ulft, vn. (4AI) : enfoncer dans un 
terrain boueux, mouvant. 

]£bftze, sf. (4T) : vanne. 

£b6i', va. (4T) : contrarier, ennuyer. 
/ ni 4b4'iv4 d'ald ghi lui (4T) [cela me 
contrariait fort d'aller chez lui]. 

Dans le Noel de 1 63o, en patois des 
environs d'Annemasse, publie* dans la 
Revue savoisienne f 1 885) , on lit : 
« Adam se ve ben ebay \ Quan e* se ve 
dinse banni. » 

A. Constantin a lu 4-ba-i, qu'il tra- 
duit par e*bahi. II proposait plus tard 
une autre lecture, d'apres la note ma- 
nuscrite qui suit : « J'ai cru devoir 
lire 4-ba-i et le traduire par e*bahi, mal- 
greT accent qui surmontel'a. II est plus 
probable qu'il faut lire 4b4'i. » 

£b6td, va. (4Ab) : ennuyer, emb6- 
ter. 

ftbiannft, adj. (4T,A1) : de*guenille*, 
d£chire\ 

l£M6, sm. (5C) : coque d'une cha- 
taigne. 

ftboiold, vai (aAj) : e*brancher. 



Digitized by LjOOQIC 



152 



EBLI-ECAR 



^bllochtS, sf. pi. (4Ab) : ciseaux. 
V. blotsfitS. 

fiblousa, va. (4AI) : tromper, duper. 
En fr. populaire : blouser. 

Ebd, sm. (4A,A1) : grand feu, feu de 
joie. 

]£bdche, sf. pi. (4Ab) : parol en plan- 
ches qui va des murs au pignon. L\ 
iboche son pbrU (4Ab) [les planches de 
la paroi sont pourries du c6te* du pi- 
gnon]. 

fibochu, sm. (6A) : entonnoir ; 4bo- 
fUu (4Ab) ; ibofXu (4AI) ; ibotUu 
(4A.R). 

Le vx. fr. a embossoir. 

Dansle Bas-Valais (Vionnaz) : e'boxo; 
Fribourg : enbosson (petit entonnoir); 
lyonn. imbossu. 

De bosst tonneau, avec le pre*f. €(n). 

£bocn&, va. (3S*) : morceler.. re'duire 
en petits morceaux. R. bocon. 

fibofa, va. (4AD) : avaler glou tonne- 
men t, bafrer. 

£bol!ata,adj. (3S'): a plis bouffants, 
mais laches (en parlant des vfctements); 
disgracieux dans sa maniere de s'habil- 
ler (en parlant des hommes replets). AI 
to-t dbolKatd (3S*) [ses vfitements sont 
trop larges]. 

itbonba, va. (4AI) : bossuer, bosse- 
ler. 

]£bornyi, va. (4T,A,A1) : 6borgner; 
abornU (8M). 

£borzal&, sf. (4Ab) : airelle-myrtille 
(fruit). Dans le frl. ambresaile (voir ce 
mot). On peut ajouter la citation sui- 
vante : « L'ours se preMasse au temps 
chaud sur un lit cTambresailles. » 
(J. Replat : Voyage au long cours sur 
le lac d'Annecy.) 

fiboutft, va. (4A,A1) : prendre, ser- 
rer avec les deux mains. 

— , sf. : poign£e a deux mains. £boutd 
d'fi^Pib) [poigne*e defoin]; iboutd 
d nwi{^k\)\\^s deux mains pleines de 
noix ou des noix plein les deux mains]. 

En lyonn. emboto et embouUe : « ce 
que Ton peut saisir avec la main ; une 
grosse poigne*e » (Puitspelu). 

fibraMU, adj. ( 4 Ab) : d6braille\ 



£brecA, va. (4T,A; 3S) : casser, 
briser. 

fibrechi, va. (4T,A): 6brtchtr;ibar- 
c/»( 4 Al). 

— , part. p. : fbHchh (4T) ; ibrttth 
( 4 A) ; ibartXa (4AI). 

f fibretelles, sf.pl. (4A) : bretelles. 

£brdyi, vn. (aAj) : gesticuler. 

fibrgyi, va. (4AI) : chercher a obte- 
nir quelque chose par tons les moyens. 

fibriclla, va. (4R) : £blouir. 

f fibriquer, va. (G) : dSchirer. 

£brot&, va. (4T,A,A1) : 6ter les bran- 
ches d'un arbre trop touffu ; £laguer, 
£monder ; £pamprer la vigne. R. brb : 
brindille, bourgeon. 

tbruchi, va. (4T) : 6parpiller, £ten- 
dre; ibrutU (8B'm). Ebruchi l' fen 
(4T) [cparpiller le foin pour le faire se- 
cher]. 

februchon, sm. (4AI) : especede po- 
chette faite avec Te*corce de sapin pour 
la cueillette des baies des bois. 

£bwa, va. (4AI) : faire rentrer le De- 
tail a Te" table ; ibwd (4AD). 

]£bwatt, adj. (4T) : embroui!le\ em- 
me1e\ Sedit d'un 6cheveau. 

£bw6c'hal&, vn. (3S') : bouffer. 

£cacatire, sf. pi. (4Ab) : lieux d'ai- 
sance. Vi initial est une Iettre prosthe- 
tique ; e'cacati (4A, R) et f tcacatiers 
( 4 A). 

£cafanyi, va. (4AI) : ^eraser, broyer. 

On trouve le part, ecaphagnia, en 
1564: ecaphagnia comet lo [14] nue 
[£cras6 comme des noix]. 

Istedfe, sf. (4Ab) : 6chasse. 

£c&lyi, va. (4T,A,R) : 6cailler ; eatr- 
quiller(les jambes). T'dpwivid'chanbt 
q* s'icdlldn, \ D'dtrd q y ddlWn ; | T-n 
dpwi pKu cmS V CurossS (4R) [tu as pu 
voir des jambes quis'^carquillent, d'au- 
tres qui fauchent; tu n'en as point vu 
comme celles du « Curosset ».] 

^canbdie, sf. (6A) : enjambee. 

itcanpi, va. (3S') : disperses faire 
partir. 

6car, sm. (4T) : e*cart. 

]£cdr8,va.(4Ai):battreIe bl£; icourl, 
4kSurS (6A). 



Digitized by LjOOQIC 



ECAR-ECHE 
^eraser, bro- 



i53 



gcarfalyi, va. (3T,S' 
yer. 

£carmiotA, va. faA'g) : ^eraser, pul- 
veriser. 

&c*xp&, sf. (3S') : en jam We. 

£carp&, va. (3S*) : enjamber. 

ficarqevelA, va. (aAj) : disjoindre. 
Li deuve de ci bochb san tote icarqe- 
veldte [les douves de ce tonneau sont 
toutes disjointes]. 

£cartA, va. (4T,A) : ^carter; icartd 
(4Ab). 

ficatmSlionA, va. (4 A') : briser, met- 
tre en pieces. 

£caw&, adj. (3S*) : sans queue. 

6$hAl&, sf. (8B'm) : etoile. 

£cJiA1A, va. (4AI) : empiler du bois 
scie\ De ghdld [tas de bois scte et em- 

E$hanbal&, ou inghanbald, va. (4 A) : 
mettre une jambe entre ceiles d'une au- 
tre personne; ighanbd faAty.D'i manqd 
cTarbatd, e\m*avi ighanbald [j'ai failli 
rouler par terre, il m'avait donne* un 
croc en jambe]. 

— (s') f vpr. (4A) : sefatiguer en se te- 
nant debout. 

— , v. re*ciproque (4A) : s'embarrasser, 
s'entortiller r^ciproquement les jambes. 
I-vdd'agacin ? on s' tripe, on s'ighanba- 
tf(4A)[avez-vous des cors ? on se mar- 
che sur les pieds, on se donne des crocs- 
en-jambe]. (L. Terrier : Le Ronnri.) 

Echandavu, sm. (4A,Ab,R) : chene- 
votte; ig hang lyu (4R ; 5 A') : V. chan- 
davu. 

£$hapA, va. (4AI) : mettre un escour- 
geon, e'est-a-dire des lanieres decuira 
unfteau; ighapd 12 Jli [mets l'escour- 
geon]. En lyonn. ichappe. 

&$hap£, vn. (4Ab) : s'esquiver, se 
soustraire ; ighapd (4A). 

£$hapli, va. (4AD). V. SnchaplA. 

6chApre, sm. (6Bv) : ciseau (de me- 
nuisier). 

Eschapre (1679, *A) d£signe un ci- 
seau de charpentier gros et plat. On 
irouve aussi : Un eschappre affqrmieux 
un autre doiia\ (?) ; Un eschappre^ 
dolliard (1690, iA). 



En vx.fr. eschalpre dlsigne un cou- 
teau a racier ou a gratter, racloir, grat- 
toir, poincon, etc. 

I&charbotA, va. (4T,A,AI) : £bourif- 
fer; emmeler. 

£charboton, sm. (4AI) : echeveau 
embrouilte; igharbolion (4T). 

fichargotA, va. (3S') : gAcher quel- 
que chose. 

6$hArl&, sf. (4AI) : echarde. 

ficharni, vn. (8B'm) : etendre de la 
litiere. 

EcharpA, va. (4T) : Sharper. 

fichAwdiu, sm. (4AI) : bassinoire. 

fichecan (en), loc. adv. (aAi) : en 
pente douce ; en biseau. 

6ch£f6, sm. (4A): cuvier; ighi/6 
(4AD); ighirfd (4T). Syn. : tnS (4AI ; 
5 Ab) ; batKoli (6 A) ; jirld el \irld (6 A) ; 
bacan (8B*m);r«^ (4T). 

Escheffo^ ( 1 6 1 8, 1 A) : cuvier. 

I«"ch6lle, sf. (2AJ) : echarde. 

tic'hemi, adj. (3S) : dess£che\ 

fic'hen, sm. (3S) : souci. A I e san-% 
ic'hen [elle est ne*gligente, eile se sou- 
cie peu de ses propres affaires]. 

fic'h6r, sm. (3S) : essart, terrain d£- 
friche\ 

£$h6rf6, sm. (4T) : cuvier pour les- 
sive. De ghdrfd [chauffer]. 

£$hdrl&, sf. (4 A ) : ^pine; e*charde, 
petit 6clat de bois entre* dans la chair; 
au figure : personne e*tourdie, Stour- 
neau. 

£$h&tre, sm. (3S') : clifoire (espece 
de seringue que font les enfants avec du 
sureau). Sedit : ighitr6(^T ,A);istriclHd 
(4Ab) ; itriqi(4A\) ; f icliffe (G) ; d\Zcli 
(8B'm) ; qetri (6Bv); ictr'i (6A); a 4R 
et dans l'AIbanais, ikifli. 

"fi$h8udfc, va. (4T,A) : 6chauder ; 
echauffer; ighddd (4AI). Qha ighadd cri' 
Vigd ghddd (4AI) [chat echaud6 craint 
l'eau chaude]. 

— , sf. (4T) : e*chauffement ; igh'iu. 
ddU (4Ab). D'i pri na bon* ighiu- 
dd U 2 dighardXin V gharie a" fi (4Ab) 
[j'ai pris un bon £chauffement (j'^tais 
tout en nage) en d^chargeant le chariot 
de foin]. 



Digitized by LjOOQIC 



1 54 ECHE 

£c'heur&, vn. (3S) : espionner, s' in- 
former sournoisement. 

£$heutre, sf. (3S') : £teule. V. 6tro- 
bl&. 

£$h$v6, sm. pi. (4T, Ab) : fanes 
des raves, des carottes, des betteraves. 
Lou-% 6qh&v6 di rdv$ 4 di pasnalU [les 
fanes des raves et des carottes]. 

IsJchSviSu, sm. (4T,Ag) : de*vidoir; 
tchtviu (4AI). F£r8 /* 6ch8i>iBu (4Ag) 
[faire la roue (terme de gymnastique)]. 

fi$hil&, sf. (4T,A1): e*chelle; itUld 
(4A,R) ; istUl* (6A). Dans le frl. ichelle 
s'emploie pour ridelle. 

fichind (s f ), vpr. (4Ab) : s'^chiner. 

l£$hdfd, va. (4Ab) : ^chauffer; tgheu- 
Jd ( 4 A). 

Echdudldu, sm. (4T) : bassinoire. 

fi9hr61&, sf. (8B'm) : fraise. 

£$hr8US, sf. (8B'm) : Grille. 

t Aciseaux, sm. pi. (4T,A,R) : ci- 
seaux. 

£clial&, va. (4T) : ^eraser un objet 
mou. 

En vx. fr. esclafer, £clater. Eclafer, 
dans la Suisse romande(Vaud, Neucha- 
tel) signifie ^eraser, particulierement en 
parlant des fruits. Actuellement le r6- 
fle'chi s'esclafer (s'iclafer) est employ^ 
dans beaucoup de regions avec le sens 
de : £clater de rire. 

£cli*p&, sf. (4T,A,A1) : Pelisse, £clat 
4e bois. Dimin. tcliapon (4T,A,Ab, 
Al,As) : copeaux produits par la hache 
de charpentier ; buchette. Lou-% ictta- 
pon de sin JosS (4T,AU [gros flocons 
de neige qui tombent au printemps vers 
le 19 mars. Dans le frl. Ics copeaux dc 
saint Joseph]. 

On a en vx. fr. esc lap e : £clat. « Et 
venant au choeur ou estoient les pau- 
vres soeurs, vont deschapeler les belles 
images devant leurs yeux, faisant voler 
les esclapes par dessus elles, qui leur 
donnoient de mauvais coups. » (Le 
Levain du Calpinisme, p. 1 44, 6d . 161 1 .) 

Le lyonn. a le simple cliapes, a cdte* 
de icliapes (a Lyon iclapes), le dimin. 
cliapons, morceaux enleve's aux £chalas 
pour les dresser, et le verbe dcliapd. 



i-ECON 

ficllapft, va. (4T, A,A1) : fendre, bri- 
ser, faire voler en 6clats ; d^chirer (en 
parlant du linge). 

£clIapon. V. 6cll&p&. 

£cllar&, va. (4T) : £clairer ; MUrd 
(4A,R). Dans le frl. 6clairer s'emploie 
pour allumer. Eclaire\ le feu, le four- 
neau, la lampe. Inversement on dira 
pour£clairez-moi, almd-me* (4T,A), al- 
na-me* (4Aa). 

ticllati, sf. (4A ; 3T) : fronde. 

ficlIatA, vn. (4T,R) : Plater. 

f&cliffe, sf. (G) : clifoire. 

£cl6p&, die, adj. (2AJ) : qui n'a pas 
les jambes droites ; qui est penche* de 
tous cdt6s (se dit des c£re*ales sur 
pied). 

A 4A, iclopd estle nom qu'on donne 
aux hommes de l'arm£e auxiliaire. 

icmafl, va. (4AI) : burner. 

ficni, sm. (3C) : £pine-vinette. 

6c6, sm. (4T,A,R) : e*cot (quote-part 
d'une defense faite en commun). 

— , cotret, £cot ; mais a 4^ et a 4A, 
ted n'a pas le sens que donne LittrA a 
6cot, il signifie menue branche d'arbre 
courte et cassee. £/ 'ti s2e cm % onn icd 
(4T) [il e*tait sec comme un cotret, 
comme uneallumette], 

— , (4T,A,R) : ergot (petit ongle poin- 
tu derricre le pied du coq, du chien). 

— , pp. : d'tcdurB, vanner. 

&c6c&, va. (4AD) : taquiner. V. $n- 
c6c4. 

ficochdu, sm. (4T,Ab,A*c; 5Mf) : 
fteau a battre le b\6; tcochtu (4R,Aq). 

£cofI6, sm. (6Ac) : coffin, govier. 

£coju, sm. (6A) : batteur de ble* en 
grange. 

ficold (s') t vpr. (4Ab) : s^couler. 

£col£ur&, sf. (4R) : encolure. 

£colin, sm. (aAj) : goutte-mere. 

ficolni, colnij sm. (4AS) : grosse 
branche fourchue de chataigner ou de 
noyer qu'on plante en terre pour y faire 
grimper des ceps de vigne. De meme 
origine que eolonU. A 4R, colni. 

£conm&, sf. (4T,A,Al) : £cume (dc 
Teau qui bout). 

]£conmfr, va. (4T,A) : £cumer. 



t 



Digitized by LjOOQIC 



ECOR-ECRA 



i55 



&cor&, sm. (5 At) : cure* ; icord (4R). 
V. 6ncor&. 

Borsd cT icord : bourse a paste ur 
(plante). 

£coradj6, va. (8B*) : encourager. 

&corfi, sf. (4T) : £corce; igourfd 
(IS). Syn. : broche (3S'). 

f Ecorce noire, (4T, A) : scorsonere ; 
au pi. tann6e (tan £puis£). 

ficorchi, va. (4T,A) : Scorcher; pp. 
icorcha (4T) ; icortta (4 A). / n* fd pd 
icorqhi td ce q'i grit (4T) [il ne faut 
pas ecorcher tout ce qui est gras ; se dit 
en reponse a ceux qui surfont le prix 
d'un objet]. 

&corQhuir£, icorsuiri, sf. (4AI) :tas 
de neige amoncetee par le vent ; creux 
rempli de neige. 

£corchur&j sf. (6A) : dlvidoir. 

&c6r6, va. (4T,Aa) : battre le ble* ; 
ScdrB (4A]). 

£cori, va. (4A,Ab) : aiguayer du 
linge, essanger, tremperdans l'eau. 

&corn&, va. (4T,A,R) : ^corner. 
Conj. : (Ticournd (4T) ; d'ikeurnd 
(4A,R). 

EcoraifU, va. (3S) : espionner. 

ficorstire, sf. (6B) : d^vidoir hori- 
zontal. 

ficosseu, sm. (5M\M'v,Bd) : fleau a 
battre le ble*. 

ficossire, sf. pi. (3S') : d^vidoir. 

*£co8tu, sm. (6B) : de\idoir vertical. 

£cot&, va. (4T,A,R) : Pouter (<f 4- 
cutd); icoutd (6B). 

— , va. (3S*) : elaguer, couper des 
branches. En lyonn. 6cot6, m6me sens. 

4coti, va. (6A). V. tooatU. 

fecoure, va. (3S* ; 5C; 6A) : battre 
(le bid). M6me mot en lyonn. De excu- 
tere; vx. fr. escorre (escourrej. V. es- 
coudre, in Godefroy. 

ftc6ur$, va. (4T) : vanner. 

4cov6, sm. (4T,A,Ab,Aq ; 2 Aj ; 3S* ; 
6A,Gv') : dcouvillon ; icopi (6Am). 

Proverbe et devinette : 1(1) S V rdbid 
qt truvea rdire a t'icopi (4T) = L'rd- 
ble treuve a dUre a Vicopi (6A) = £ 
tor\b ticopi qi treuve a redUre i ra- 
bid (6Am) [c'est le rable qui trouve a 



red ire a Fe'couvillon ; proverbe analo- 
gue aux suivants : c'est Gros-Jean qui 
en remontre a son cure* ; c'est la pelle 
qui se,moquedu fourgon]. 

Plin on-n icwiri di pachl rbjht, 
onnd niri U fd sourti tote* ? Re*p. : 
Picopi (4A) = On trope" di paste* rbtf 
d\i on beu, na ndrd pin, li fd tote 
soupd ? (6Gv*) [Plein une e*curie de va- 
ches rouges, une noire les fait toutes 
sortir. — Un troupeau de vaches rouges 
dans une Stable, une noire vient, les 
fait toutes sauver (s'enfuir). Re* p. : l'£- 
couvillon]. 

Le vx. fr. a escouve (balai), d'ou les 
derives escouper (balayer), escoupette 
(petit balai) , escouuoir (balai) , esco- 
pi lie ou esqueville (balayure). 

ficovlyS, sf. pi. (4T,A; : balayures. 
Correspond au lyonnais iquepilles. 

ficovlyon, sm. (4T,A) : petit £cou- 
villon de boulanger. 

ficpi, vn. (8B'm) : cracher. Can on-n 
icpd drd ro\ Pd tchii chu U nd (8B'm) 
[quand on crache (vous crachez) droit 
en l'air, (cela) vous tombe sur le nez]. 

Conjug. :di£ dcpdchd, ficpd; impf. 
dficpchou, ficpchd ; fut. icperd ; subj. 
qi dficpissi. 

Le vx. fr. a escopir (esquepir), cra- 
cher. « La langue moderne a garde* es- 
cupir, saliver, cracher du bout des le- 
vres et quelquefois fig. cracher au nez 
de quelqu'un, l'insulter. 11 est donne* 
par Bescherelle et Poitevin, mais Lit- 
tre et Dochez Tomettent comme trop 
peu usite\ II s'est pourtant conserve* 
dans un grand nombre de patois. » Go- 
defroy, v* escopir. 

Les formes cities les plus voisines de 
la forme savoyarde sont eel les de la 
Franche-Comte* : icupi, 6quepi\en Nor- 
mandie : copir et icopir. 

IilcrachU, sf. (4Ab) : crachat; icra- 
che (aAj). 

£cram&, va. (4A,R) : £cr£mer. 

ficramlota, va. (4T,A,A'g,R,J : e*cra- 
ser, pulveriser. 

£crasd, va. (4AD) : ^eraser ; icrasi 
(4 A) et pp. icraja. 



Digitized by LjOOQIC 



i56 



ECRA-EDIA 



6crawe, vn. etadj. (aAj) : avare. 

£cr6, sm. (3Rr) : angoisse. 

£cr6re, icri. V. encrd. 

Acrevichd, sm. (5 A') : £crevisse; 
icrivis (4T,A); iscrevichd UAb). V. 
ch&nbrd. 

Dans le frl. icrevisse est en ge*ne*ral 
masculin. 

£crir£, va. (4T,A) : e*crire. 

Devinette : Qhan blan, simincenerd, 
na polalU qi biqi, tri qi travalXdn £ 
dou q€ fon rin ? (4A) [champ blanc, 
semence noire, une poule qui Wquete, 
trois qui travaillentet deux qui nc font 
rien, qu'est-ce ? R6p. : Un homme qui 
e*crit]. 

ficroutlA, va. (4T,A) : d^chaumer 
avec une houe. 

£cruchi(s'), vpr. (3S') : chasseravec 
effort les mucosites du gdsier. 

Ecrwft, sm. (4A) : piece de bois 
dans laquelle s'engage la vis d'un pres- 
soir (a 6A, on Tappelle damd). 

£crw&, sm. (4AI ; 6A,Am) : cure*. 
Tbtt U filU vbUldn se marXd, td 16\ 
dbi vbuldn deveni icrwd (6Am) [toutes 
les filles veulent se marier, tous les ab- 
be's veulent cfevenir cure's]. V. 6ncor&. 

£ctr&, sm. (6A) : clifoire. 

t Acuire ($'), vpr. (4T,A,Ab;G) : se 
couper. 

ficuli, sf. (4T,A) : e'cole. Lou^ en- 
fan an manqd Viculd p' aid s'aljhi p' 
la grant* d&chintd (4T) [les enfants ne 
sontpas venus a l'^cole pour aller glis- 
ser en traineau a la grande descente], 

£cw&li, sm. (4T; : char a bancs. 

£cwan£, va. (2AJ) : e'crouter, enle- 
ver le gazon avec la houe. 

&cw6ch6r, va. (7Jr) : d£chirer. 

£cw6c'hi (s') f vpr. (3S') : ^carter les 
jambes outre mesure. 

— , sf. : grande fatigue, lassitude. 

&CW&1&, sf. (4T,A) : e'cuelie; icwald 
(4R) ; d^signe aussi le contenu d'une 
Quelle. £>' m* argaldve*, dUn P tin, 
d: onn' icw'ild d* la/6 (4A) [je me r6- 
galais autrefois d'une Icuelle de lait]. 

— , (4A) : ricochets que fait une 
pierre sur Feau. 



&cw6n, sm. (4T,A) : dosse. Dans le 
frl. icoin. 

&cw6nu, sm. (4AI) : houe a fer large 
servant a de'chaumer. 

lScwar6($'), vpr. (4T,A,Ab) : se cou- 
per (en parlant des enfants et des per- 
sonnes grasses, a qui viennent des ex- 
coriations, des rougeurs aux plis que 
forme la peau a Paine, au cou ou sous 
les bras) ; pp. : &cu>4, icwitd ; frl. sV- 
cuire. 

Ecweri, sf. (4T,A,R):£curie. Syn. : 
itrd et itrdbie (3Sd) ; itdbld (6B) ; 
bdu (6Ac) et bed (4A,Ab ; 3S*). 

Commeen patois, icurie dans le frl. 
est sou vent masculin. Dans le frl. on 
emploie aussi icurie a la place datable 
(habitation des boeufs, 'vaches, chfc- 
vres, etc.). 

Proverbe : 1 B pd l' tb de frimd l'i- 
cwiri can U vachi san didr (4T) [ce 
n'est pas le tout (la principale chose) de 
fermer Testable, quand les vaches sont 
dehors, c'est-a-dire, il faut faire ce qui 
est ne'cessaire avant que le mal se de- 
clare]. 

Ecw6ssi, va. (4Ab) : d£chirer. tim*a 
icwicha ma robd i m£ tri (4AD) [il 
m'a d6chir£ ma robe en me tiraillant]. 
M6me mot en lyonnais. 

fcdfi, sf. (4T,A,Ab,A t g,R; 7Jr) : aide, 
secours ; didd (4AI ; 8Bf). VnU d mn 
idd (4T) [venez a mon secours]. 

£dd d^signe aussi la personne qui 
porte secours, qui pr£te assistance, s'il 
s'agit d'une femme. En parlant d'un 
homme : idd (4T,A,R). 

fidft, va.(4T,A,A'g) : aider; <tfrf (4R); 
idda (6B) ; idd (4Ab; 8B'm). V. aida 

fcdari. V. Sndari. 

l&dSntA, adj. (4 A) : £dente\ 

6deuvalA, va. (3S') : deToncer un 
recipient (tonneau, cuvier, seauj fait de 
douves. 

6di, va. (3S) : aider. 

fidli, sf. (aSc; 4T0) : eau ; idXi 
( 4 Ac"\As',T ; aA,Aj). V. *g&. 

Devinette : Barbd d' chi, visaje d' 
keurnS, riv'elU r cd mMd md; I' co 
mttW md revilU Vc6 md, 6 l*cd mo 



Digitized by LjOOQIC 



EDIA- 

pass? tidtd sin-\ ombrd (2 Sc) [barbe de 
chair, visage de come (le coq) reveille 
le corps a moiti^ mort (le sac ri stain en- 
dormi); le corps a moitie mort reveille 
te corps mort (le son de la cloche) et le 
corps mort traverse Peau sans ombre]. 

Adlajhe, sm. (aA,Aj) : inondation. 

£dIo&, va. ^.A) : ecraser (pommes, 
poires, raisins). Est plus Inergique que 
diofd. 

td6, sm. (4T,A,R) : aide, personne 
qui prete assistance. S'il s'agit d'une 
fern me idd. 

£doslI6, vn. (8Bf) : agacer les dents 
(en parlant des fruits acides). 

£drai,sm. ( 4 R) : endroit ; 4drd(SBf). 

fidrcyhi, va. (4R,Ab) : fumer un 
champ. V. drujhe. 

£duir£, va. (4R) : apporter, amener. 
Dc in ducere. 

Ee : notation de 2 prononc£ d'une 
facon plus trafnante. 

&£achi, va. (4AD) : effacer, pp. ifa- 
cha ; ifaci (4A), pp. ifacha. 

£ian, sm. (4AD; 6A): enfant; ifan 
(4A,Ab,As,R,Tj). V. Gnfen. 

Efanft, va. (6B) : surprendre, £ton- 
ner. Zdi n bin if and [je Pai bien sur- 
pris].— , v. afanft. 

giandltt, adj. (3S<) : effile, &ance\ 
mince. 

&faro$hi, va. (4T) : effaroucher. 

£farochii, adj. (4AD) : echevete, de- 
coiffS ou mal peigne\ 

tifartalyi, .va. (4T) : de*chirer ses v£- 
tements. Mon Diu, qi d'uvrd £61 \ De 
ntsipd can dari fi. \ Va, I 2 cdc-rin 
a" ably i \ D* croqi qi ri fan q' ifartalyi 
(4T) [mon Dieu, combien j'ai d'ou- 
vragel je ne sais pas quand j'aurai fini. 
Va, c'est quelque chose d'habiller des 
marmots qui ne font que die-hirer]. 
Agnellet : Berceuse. 

&5, sm. (4TJ) : enfant (au vocatif 
sing.). 

£fc, sm. (4T,A) : effet. £n-n ifi 
(4T,A) [en effet]. 

— , sm. pi. (4T,A) : effets, meubles, 
v&ements. Syn. : artinbali (4T,A); 
artinbichi <7Jr). . 



EFOR 1 57 

fete, sm. (4A,Ab) : enfer. 

£f£nl&, sf. (4T,A) : aisseau (espece 
de bardeau long de 0*70 environ) ; ifild 
(4A,As) ; ifild (4Ab) ; ifenld (IS). 
Dans le frl. ancelle, aisselle. 

iSfenlft, va. (3S') : fairedes aisseaux. 
A ce verbe se rattache probablement 
Pexpression un fert effenlieux (1679, 
1 A) : gros couteau servant a faire des 
bardeaux. 

On trouve les formes essenlo\ ( 1 6 1 a) ; 
essengle (1679, l A) ; exsengle (1684, 
(iA); enstngle (1686, iA), pour de- 
signer un aisseau, sorte de bardeau 
long de 0*70 environ. 

Le vx. fr. a esfeler, fend re, briser. 

fiferU, va. (4AD) : dechirer, fendre. 
A un sens pljoratif. Ma robd i ifir- 
IdU, mi robi son tot ifirliU (4AD) 
[ma ou mes robes sont toutes pleines 
d'accrocs, sont toutes usees]. 

f Effeuille, sf. (G) : effeuillage de la 
vigne. 

f Effort, sm. : dans le frl. s'emploie 
pour hernie. II s'est fait un effort en 
soulevant une pierre. II a un effort. V. 
6f6r. 

6fin, sm. (jffl) : enfant. 

£fltltt,vn.(3S): hucher. ASamoens 
on fait entendre ce cri : lou, Xou, ou 
bienc'A*, c'hou, c'hi. 

Aflfttt, sm. (5Ce): fle*au ; ifliU(6As; 
7 Ag) ; ifliU (5C) ; ifloKi ( 4 Ff ; 6A). 

£flor&, va. (3S') : ecrlmer (prendre 
l&fleur du lait). 

fefdfltt, va. (3S) : eTaufiler (deTaire 
une trame en tirant le Ml pour faire de 
la charpie) ; ifoufld (4Aq). 

Efolyi, va. (4T) : effeuiller. 

lSf6r, sm. (4 T » AI ) : effort, hernie; 
ifdo (4A) ; ifour (3S'). 

fiforajhi (5'), vpr. (4AI) : trop man- 
ger de fourrage. La vachi s'2 ifora- 
dta. 

feforci (*'), vpr. ( 4 T,A,A1; 3S') : 
s'efforcer ; se faire une hemic. Dans le 
frl. se faire un effort. D4 rri si iforcha 
(4T) [je me suis efforc^ de ..., ou je me 
suis fait une hernie], Al 7 iforcKa (3S 9 ) 
[il a une hernie]. 



Digitized by LjOOQIC 



i 58 



EFOS-EGLI 



fifosten, sm. pi. (3S'v) : ciseaux de 
tailleur d'habits. 

£frant&, adj. (4T) : effronte\ 

l£fre\ sm. (3S*) : effroi ; tocsin. 

&g&, sf. (iE,Ep ; 4 As* ; 3S'): jument; 
a Samo€ns, torn be en dlsultude. Latin 
equa, fern, de equus, cheval. Vxfr. eve. 

— , sf. (4T,Tc,A,Ab,Aj,Al,A , g,Ap, 
Aq,R; 5A' ; 6Ac,Am; 7-Jr; 8B'): eau ; 
idid (aSc;4T'o); idU (4Ac"',As\T ; 
aA,Aj); ivd (ih\ 8Bf); ivi, <te>*(iA); 
Mctf (8B'm). 

Nous groupons ici diff^ rents ter- 
mes employes pour designer l'eau-de- 
vie: igd d' vt& (4AJ), mais plus souvent 
ddepfe ; igardin (yh) ; igarjhi (\ks) ; 
iguir\in ( 1 Ep) ; ivd de v'itd (jit) ; 6de- 
vi (4A ; iTs); odevii (4Ab,Al) ; 6de~ 
vti(iBm);brandvin (4T,Tg,Aa; 3S's; 
6 A ; 8M,B'm); cavitd (6B,Bv) ; cric,fi 
cCarchd (3 Re) ; carabi (6 Ac). 

Le mot gdtd (la goutte) s'applique a 
toute espece d'eau-de-vie. 

L'eauKle-vie de cerise s'appelle qirch 
(passim) ; celle de baies de sorbier : 
cmbld (4T,Tm) ; celle de cidre : pijoii 
(4T); celle de gentiane : lanflanna (4A, 
Ab,R) ; celle de raisin : mi, marc. 

La premiere distillation donnela blan- 
quette, en patois : la prinmd (4T,A, 
Al); Vodivii foul* (4AD) ; tigd /did 
(6A ; 8B'). 

Les premieres gouttes obtenues dans 
le repassage de la blanquette s'appel- 
lent aran (6A). 

Le latin aqua, eau, a donne* suivant 
les regions difFe*rents radicaux : ig, eg, 
iv, xv (eau). Eve est la forme qu'on 
trouve dans la Chanson de Roland (de- 
rive* ivier, doublet du mot aquarium, 
de formation savante). Les formes m£- 
ridionales, employees jusque dans la 
Bourgogne, se reconnaissent au main- 
tien delagutturale. Cf.aiguade, aiguie- 
re, etc. Aiguese retro uve dans nombre 
de noms de lieux (Aiguebelle, Aigue- 
blanche, etc,). 

A Lyon, les bateliers disaient jadis : 
« Beau rousseau, voulez-vous passer 
Yaigue ». 



£g&, va. (6A ; 8B') : irriguer. 

— , va. (5C) : arranger. 

Ces deux verbes n'ont pas me 1 me ety- 
mologic Le premier derive de aqua, eau, 
le second de cequus, 6gal. Mais, dans les 
deux cas, ie maintien de la gutturale g 
semble indiquer une origine provencale. 

£gd, arranger, rlporiti a une ancienne 
forme esgd, de exoequare ; un des deri- 
ves est esgance ( 1 6 1 9, 1 647, 1 A) : egale 
part, quote-part. « Lesdits communiers 
lui accordent 97 florins pour (a) exiger 
par esgance desdits communiers. » — 
« Quittance des prudhommes de Char- 
mit, en faveur de C. Gilliand, du paye- 
ment de 1' esgance par lui exigee desdits 
prudhommes de Charmit. » 

£galam£n, adv. (4T) : Igalement. 

&gann&, sf. (4T,A; 6 A) : inonda- 
tion ; grande crue d ' eau ; igantf 
(6A). 

Egarft, va. (4T, A) : £garer ; igard 
( 4 Ab). 

EgardA, va. (3S f ) : regarder. 

l&garde'ii, sf. (7Jr) : eau-de-vie ; igar- 
jhi ( 4 As). 

l£garguelie (s % ) 9 vpr. (5C) : s'egayer. 
On va s'igarguelU na vwire (5C) [on 
va s'egayer (se r^jouir) un peu]. / sdvdn 
pd qe le keur s'igarguitte \ U bon so- 
ldi qe rojhi noutrd trSlle (5C) [ils ne 
savent pas que le coeur s^panouit au 
bon soleil qui rough notre treille]. 

figledon, iglyedon, sm. (G) : £dre- 
don. 

]£glehe, sf. (6B) : oseille. 

£gliannA, adj. (4T) : se dit des va- 
ches et des boeufs qui ont £te* soumis 
dans leur jeune age a un trop fort tra- 
vail et qui ont par suite une depression 
pres de la queue. 

EgllavandA, va. (4T) : dechirer, fri- 
per des vGtements ; igliavandrd (4AI); 
iglavandd (4A). 

figliS, sf. ( 4 T,Ab,Al,A'g,R; 6Ac, 
Bv ; 7 Jr) : aigle ; igli (4 A) ; igld (8B*m). 
V. Agle et f aigle. 

iSgllon, sm. (4T,A'g) : aiglon. 

tglise, sf. (4T,A) : 6glise ; iglyisi 
(4Tj). 



Digitized by LjOOQIC 



EGLO-EJA 

£gloni, sm. (4T) : 6pine-vinette ; 
icttoni (4R) ; iclWni ( 1 Db). 

Ag6, sm. (4T) : 4gout, conduit par ou 
s'ecoulent Ies eaux meres ou la pluie. 

£gorsalIe, sf. (4AS) : groscille. LV 
initial est prosth^tique. 

Agott, va. (4T ; 8B') : egoutter. 

ggourffi, sf. (3S f ) : 6corce. 

&gourf&, va. (3S') : en lever l'lcorce, 
ecorcer. 

£gr&, sm. (4T,A) : marche d'esca- 
lier ; igrd (4Ab). Au pi. : escalier. 

Le vx. fr. a esgri, degre*. Le lyonn. 
igris, escalier. 

— , vn. (8B') : faire une pesle, c*est-a- 
dire forcer une porte, un volet avec 
une pince; soulever avec un levier. 
Dans It fr\. faire aigre. V. f aigre. 

-, adj. (6B) : d£chire\ 

£grabot&, va. (4A,AI) : gratter; re- 
muer avec les ongles, avec le sabot (en 
parlant de certains animaux). 

&grafn&, va. (4T,A) : egratigner ; 
igrafend, igrafound (3S') ; igrafnd 
(4Ab); frl. igrafgner, tfou le de>iv£ 
igrqfignure. Ce mot qu'on trouve en 
vx. fr. (Rabelais) est reste* dans nombre 
de patois. Ducange : Sgrafignare, un- 
guibus discerpere ; gall. Egratigner. 

igrAltt, adj. (4T,A) : braille". 

— , (4AI) : entrouvert. 

igr&lyi, va. (4A,Ab) : entrouvrir ; 
pp. igrdlia (d). L6 grifon s'igrdttdn 
dijha (4AD) [les bogues des chataignes 
s'entrouvrent dEja]. 

En vx. fr. esgrailler : 6carquiller. 

£gr&wt&, va. (3S) : gratter avec les 
panes, comme font les poules ; igraftd 
(4Ab). 

£gr8, 3rd, adj. (4AD) : avare. 

£gredon, igredeu, sm. (6 A) : gros 
garot;bille (servanta soulever un corps). 

fcgreddtk (fire), (4T, A) : faire une 
pesee. V. f aigre. 

£gr&fa% va. (4A) : dgpouiller les cha- 
taignes de leur bogue. 

jfcgrSnA, va. (4T,A) : Sgrener, Ecos- 
ser, fyarpiller ; igrind (4Ab). £grind 
on $hapl8 [Egrener un chapelet]. £gr#- 
ni on-n ipi d f blid, di pit, di fajou 



159. 



(4Ab) [Egrener un £pi de blE; Ecosser 
des pois, des haricots]. V sa s'i dita- 
chXa i td T blU s"i-t igrtnd (4Kb) [le 
sac s'est d£tach£ et tout le bl6 est tombe* 
grain par grain]. N'igrtnd pd vtrou 
livrd dinsi, mtd-lou td insinbld (4T) 
[n^parpillez pas vos iivres de cette ma- 
niere, serrez-les tous ensemble]. 

t^grener, va. (4T,A,G) : Eparpiller. 
« Nigrenen pas vos Iivres sur tous les 
meubles. » « Quelques soldats igrenis 
(isoles) furent faits prisonniers. » « II n y 
avait que quelques volumes igrene's »- 
(de'pareille's). 

£grilyi, va. (4T,A,A1) : 6barouir, 
disjoindre les douves (se dit des vais- 
seaux dont les douves ou les planches 
se sont contractus sous Taction de Pair 
sec ou chaud). Le solwi a igrilXa la 
silte* (4T) [le soieil a Ebaroui le seauj. 
La bdssi i tof igrilia (4A) [les douves- 
du tonneau sont disjointes]. 

£gr6, adj. (4T,A,Ab,Ag; jit) : ai- 
gre, acide. 

— , sm. (4T,A^Ab,Aj) : pes£e. V. f ai- 
gre. 

£gromseld ($'), vpr. (4Ab) : se ca- 
cher dans un coin obscur. 

Agrufe, sf. (4Aq) : Icorce. 

l£gu6i, va. (4T) : e^ayer. 

— , va. (4T) : aiguayer, baigner, la- 
ver. Se dit icon (^k t kh) t igwafd (4AD). 

]£gu6r, va. (7Jr) : irriguer. 

iSgueri, va.(4Aa) : dEchirer. 

— (s') t vpr. : d£chirer ses habits, faire 
un accroc. A s'8-t iguerla (4AI) [il a 
fait un accroc a ses vStements]. Ar & 
to-t iguerla (4AI) [ses habits sont tout 
dEchirEs]. A 4AI, ne s'emploie plus 
qu'au participe passe\ 

]£gTi6rz6n, sf. ( 1 Ep) : eau-de-vie. 

£gull&, iguyi, sf. (4A) : aiguille. V. 
avolig. 

£gwaf£, va. (4Ab) : aiguayer. 

£gwann&, adj. (5C) : deguenilll. 

l£li, sm. (3S') : vase qui contient 
Ya$i (les irbe). II est ge'n^ralement fait 
de douves. 

^izrabld, sm. (7Jr) : Arable. 

fitjft, adj. (4T,A,Ag) : ais^, facile. 



Digitized by LjOOQIC 



EJE-ELOC 



sf. pi. (8B') : vaisselle, ustensiles 
ne. 

ratA, vn. (4T,Aa) : faire des 
nents f6briles ou convulsifs avec 
Is. 

t. (4T,Aa) : gratter, remueravec 
les, avec le sabot, en parlant de 
animaux. 

rdyi, va. (4A!) : 6bahir. Qui d' 
! i m'ijhardi [que de monde ! 
ibahit (j'en suis ebahi) ! 
ulft, va. (4AI) : enjoler. 
adj.etn. (8B') : aise. V. 4ij6. 
sm. (5C) : oiseau. 
L$i\ va. (3T) : blamer. 
irce, sf. (4A) : £corce. 
*s Ekeurci, lieu dit a Annecy, 
bords du Thiou. 
orme du pron. masc. sing, su- 
la 3' personne. D'apres L. Vi- 
n la trouve devant voyelle, dans 
telfort, le Doubs, l'lsere, le Jura, 
j. II ne Tindique pas pour la Sa- 
our la Haute-Savoie, il donne 
ne qu'on trouve aussi en Sadne- 
; et dans les Vosges; dans le 
il. La forme voisine 0/ est tres 
tie, ainsi que il. V. 6. 
lament, a 3T, / de liaison fait 
n, emprunte'e sans doute a d'au- 
rmes pronominales, comme on 
ous, mon, ton, son, netron (no- 
e la la forme 6 devant consonne, 
devant voyelle. » (L. Vignon : 
dePhil.fr. f t. XIV, p. 3). 
brme du pronom sujet teminin 
it ou pluriel de la 3' personne 
voyelle (i devant consonne), in- 
pour la Savoie seulement par 

NON. 

brme du pronom sujet f^minin 
e la 3* personne (dans les deux 
ments). Au pluriel hi (£/-$) n'est 
ntionn^e pour la Haute-Savoie. 
ichA, adj. (4Ab) : 41ance\ 
i$hi (s 1 ), vpr. (4Ab,Ac,Ac") : se 
her. La presence de / provient 
ue Ton dit tanchi, la hanche. 
l$1iIA, adj. et pp. (4Ab,Ac") : d£- 



felarjhi, va. (4A,Ab) : elargir; pp. 
ilarjhia. 

&l£jhi (5'), vpr. (4Aa,Ab) : se sentir 
l£ger; se r^jouir d'avance. De m'ili- 
jhivou cTald avwi dmijhi a la vogd di 
Flinjhi i di ni pwi pd i aid (4AD) [je 
me r£jouissais d'aller aussi dimanche a 
la vogue (la fete patronale) de Sillingy 
et je ne puis pas y aller]. 2? s'ilijhivi 
d'ald a nod (4 Aa) [il se repuissait 
d'aller a la noce]. 

Le vx.fr. a eslegier : alteger, soulager. 

£lekchon, sf. (4T, A ;6A,Am) : elec- 
tion. DU li-\ ilikchon on conXd li-\ 
opinion (6 Am) [dans les elections on 
connait les opinions]. 

£l6ta, sf. (4A) :* ailette. 

£]ev£, va. (4AD) : Clever; ilevdfoA). 
T i-t on mdl ilevd (4A) [tu es mal ele- 
v£, grossier, impertinent]. 

&li, sf. pi. (4T,A) : lie du vin, du ci- 
dre. Dans le frl. les Hies. Vi est une 
lettre prosthdtique. 

£lib6r&, sm. (4Ag) : varaire (plante). 
Cf. ellibore. 

tUeudft, v. imp. (3S'; 4A) : faire des 
Eclairs ; ilibudd (4R) ; ilibudd faAb). 
£r iliudi (4AI), 1 ilibudi ou i fd d'e- 
libudd (4Ab) [il fait des Eclairs]. Syn. : 
1 qhalne (3S') ; ighalni (4T). 

filieude, sm. (3S'): Eclair; itteudt 
(4A) ; ilibudd (4Ab,R) ; iluidd (4AI, 
As ; 5C). V'i-f Hi Bigori q y gharan- 
bait p" 16 chmin, \ V nd bruld di-\ 
ilieude i Id ju d'dlo a" la fad ? (4A) 
[vois-tu la-bas B. zigzaguant par les 
chemins, le nez brule* des Eclairs (la tro- 
gne rougie par Hvrognerie) et les yeux 
hors de leur orbiie ?] (L. Terrier). 

Le vx. fr. a esloide (eslide, elude, 
eloise) : Eclair, clarte\ On le trouve dans 
Montaigne (iloise) et dans saint Fran- 
cois de Sales : « Ce ne sont que des 
esloyses et esc lairs passagers. » Ce mot 
est reste dans une foule de patois, ainsi 
que le verbe derive' (en vx. fr. esloider, 
ilider, enloyder). 

iSloca (s'), vpr. (4AD) : se d^mettre 
un membre. Di m' si Hoed on bri\\t 
me suis de*mis un bras]. V. d61of. 



Digitized by LjOOQIC 



ELOR-EMO 



161 



Lc vx. fr. a eslochier (e toucher), dis- 
loquer, £branler. Cf. « Et vous, mes 
deniz, chacune si s'esloche. » (Villon : 
Codic.j Requeste de Villon, p. 1 36, 
Jouaust.) « Quand les os s'eslochent, 
s'entrouvrent et entrebaaillent, sans 
toutes fois estre luxez. » (A. Pare : 
XVI, i , Malgaigne.) Ce verbe est reste* 
dans nombre de patois. 

&lordi, va. (4A) : 4tourdir, abasour- 
dir , troubler ; pp. ilordi , HordXa ; 
t ilourdi. 

En vx. fr. eslourdir : £tourdir, ap- 
pesantir. Le verbe et le part, sont encore 
employes dans beaucoup de regions. 

ftordchon, sm. (4Ab,Al) : vertige, 
toourdissement. 
— , (4AS) : tournis des moutons. 
£lourn&, vn. (4Ag) : aller regarder a 
droite et a gauche ce qui se passe chez 
les autres, en affectant un air niais. La 
Marion n' fd q'elournd p 1 U fnitrS 
d&-\ dtrd [Marie ne fait que regarder 
sournoisement par les fen£tres des voi- 
sins]. Elournyi (4A). 

filournere, sm. (4Ag) : homme qui 
a Phabitude tf&lournd. 

EluidA, v. imp. (4Al,As) : faire des 
eclairs. £r tliiidt (4AI) [il fait des 
eclairs]. V. 6Ueud&. 

&ttidd, sm. (4Al,As ; 5C) : Eclair. 
Cf. « Le 1 3 de novembre i5a6 fist a 
Geneve grans esluydes et tonnerres, 
gros vent et pluyes. » {Journal du syn- 
dic Ballart.) V. *Ueude. 

fclyi, va. (4A,Al,As) : agacer (les 
dents). Se dit des aliments acides. 

femabld, adj. (4T) : aimable ; imd- 
WM(4R). 

&mac&, vn. (4T) : 6chapper des 
mains; 6macd (4Ab). Ma gobilU m'a 
\ tmacd (4T) [ma bille m'a e*chappe*]. 
ifrnaje, sf. (4A) : image. 
£mand&. V. 6nmand&. 
EmandrolU, adj. (5C) : d£guenille\ 
fcmanleld, va. (4Ab) : envelopper un 
enfant de langes ; inmanlBldfoA). Rac. 
'manioli. 
£med&, sf. (8B') : amende, 
fimfini, sf. (aAj) : mouture. 



fimend, va. (aAj). V. f 6miner. 

f £mine, sf. (G ; 4T) : mouture. 

Esmine est le nom d'une ancienne 
mesure de grains et de liquides. On a 
beaucoup disserte* sur la valeurde cette 
mesure qui variait fort d'une region a 
une autre, comme le constatait Du- 
cange. Suivant lui Thymine de vin aux 
environs de Beaujeu valait une demi- 
an£e (K ane*e valait 8 quartes). En Dau- 
phine\ Thymine de vin Igalait un setier. 

f £miner, va. (G) : prtlever une 
certaine quantite* de ble* ou de farine 
due au meunier pour son salaire, nous 
dirions pour ses Emoluments, si le terme 
n'avait fini par prendre un sens un peu 
different. Ge*ne*ralement on pr^leve le 
10 •/. ; aussi dit-on dfmer, dans la Se- 
mine. 

ftmlolA, va. (4T) : e*craser complete- 
ment. 

£m'n&, sf. (4T,Ab) : mouture. 

&m'nd, va. (4Ab). V. f 6miner. 

D'i im'ndfin kilo su cincantd (4AD) 
[j'ai pris cinq kilos sur cinquante pour 
ma mouture], 

£m6, sm. (4T,A,R) : intelligence, 
bon sens, jugement, coeur. 2? n'a pwi 
d'imd (4R) [il n'a point de coeur]. S'em- 
ploie aussi en frl. : il n'a point d'aime; 
il y faudrait mettre un peu daime. 

Onofrio (v* aime) cite un vers d'une 
chanson lyonnaise du xvin' s., qui se- 
rait aussi bien du Savoyard actuel : « II 
a mais d'aime que n'est grand » [a-l a 
mf d'imd q y 6 ri grari\. 

II rapporte aussi un curieux passage 
du P. Menestrier : « On dit en pro- 
verbe, a Lyon : Tu n'as gin d f emo, pas 
en cherchi a Trivoux, pour dire tu 
n'as point d'esprit : parce qu'on y vend 
en deux manieres les denies, au poids, 
ou a Pestime, ce que Ton dit a Paris, a 
la main, et a Lyon, a I'emo, en vulgaire 
et langage du peuple. Or la monnaie 
de Trivoux se marquait autrefois a I'M, 
a cause de la maison de Bourbon-Mont- 
pensiera qui e*tait cette souverainete, et 
comme on y faisait quantite' de Hards 
marque's de cette sorte qui avaient cours 



Digitized by LjOOQIC 



1 6a 



EMOC-EMPR 



a Lyon, dc la vint le proverbe qui est 
une vraie £nigme, parce qu'il est enten- 
du de peu de gens ». (La Philos. des 
Images inigmat., p. 45.) 

Cest la un simple calembour. Comme 
Tavait d£ja remarque* Roquefort, il est 
probable que aime y imd (vx. fr. esme) 
est un subst. verbal derive* de cestimd, 
j'estime; ce mot a pu subir Tinfluence 
des derives de animum,anima, an(e)me, 
ame. 

fimochi, va. (4T) : mettre en mou- 
vement, soulever, donner une premiere 
impulsion a un objet qui est enfonce* 
dans la terre ou dans la boue ; imou- 
cAi ( 4 Al). 

fimorft (**), vpr. (8B*) : heurter du 
pied. 

tmoraniiA, va. (aAj) : deTaire un ta- 
lus. 

EmossalA, va. (3S) : require en mor- 
ceaux ; briser. 

ftmotd, va. (4Ab) : de'pouiller un ar- 
bre de ses branches (partic. chfine, saule, 
peuplier) ; imotd (4Aq) ; imitd (4Fd). 

£mouc'he, sf. (3S*) : se ditde Te^cart 
que fait une bele a cornes pour aller 
brouter 1'herbe dans le pre" d*un voisin. 

]£mouc'hi, vn. (3S*) :• smarter subi- 
tement du troupeau pour aller brouter. 

fimourjhi, va. (3T) : exciter ; mettre 
en mouvement. 

f Emp6tr6, sm. : homme qui se ren- 
gorge, qui fait l'important. 

Empr6, (G) : term© servant a desi- 
gner certaines formulettes enfantines. 

Par formulette, on entend une seYie 
de mots , souvent d^pourvus de sens 
mais non de rime ou d'assonance, que 
debitent les enfants a certains jeux. 

Les formulettes employees au jeu de 
cache-cache s'appellent a Geneve un 
emprd, ou une cache, selon Blavignac 
qui en a recueilli une quantity dans son 
Emprd gcnevois. Celles qui sont usi- 
t£es dans la Haute-Savoie ne different 
pas beaucoup des formulettes de Ge- 
neve. 

A Geneve, au jeu de cache-cache : 
Emprd, gird, carin, card, dupui, si- 



mon , carcaille, brifon,piron , labor don, 
tan , ti, feuille, meuille, tan, ti, clu. 

II serait inutile de chercher a recons- 
tituer cette formulette, comme Ta fait 
Blavignac ; les elements d'une discus- 
sion r^guliere font deTaut. Chaque vil- 
lage a une ou deux variantes ; mais 
quelle est la plus proche de la forme 
primitive ? 

Parmi ces variantes, plusieurs £taient 
usitees, il y a cinquante ans, qui au- 
jourd'hui ne le sont plus. Ainsi, aThG- 
nes, on disait/an ti cliu ou tin ti dUr. 
Cette derni&re version a un sens dans 
le patois de cette ville et tan ti cliu n'en 
a pas ; elle signifie « toi, tu es dehors ». 
On peut pr^sumer qu'elle est la tra- 
duction de tan ti cliu, qui appartien- 
drait a un autre patois : « toi, tu es 
exclu ». 

Ailleurs on dit : tin ti cliu [tiens-toi 
clos, ferme*], parce que le joueur qui est 
pris (ou comme on dit aussi : celui qui 
cogne, celui qui I' a) doit se tenir coi 
jusqu'a ce que les autres joueurs se 
soient caches et aient crie* : c'est fait 1 
(Renseignement du, ainsi que beaucoup 
d'autres, a M. Ch. Buttin.) 

Le mot cliu n'a pas M releve* avec le 
sens de « ferme* », dans le patois sav. 
act u el. 

A Thones : Ponpon, simon, la colli, 
bordalii, ma tante-Catrine-qi file-de 
fin-coton, i mon-compdr-bisson-i mdr, 
tin ti didr. 

Dans les environs de Th6nes et d'An- 
necy, la plus grandepartiedes variantes 
de cette formulette sont termin£es par 
<c tu es dehors ». 

Autre formulette : A, b, c, d. La 
vache a fi 18 pi; livi s'2-t insdvd; la 
vache a plord ; livi i rSvniu, la vache a 
risu. — Sdv&'ti [sauve-toi]. 

Paltd, maltd, viri, vissd (4T) [autre 
formulette enfantine employee au jeu 
de cache-cache]. 

A 4Ab, on ajoute ces mots : d piclW, 
fi d'dido. Dans cette formulette, il n'y 
a que Ti d'dido qui ait un sens [tu 
es dehors]. 



L 



Digitized by LjOOQIC 



EMPRO 



1 63 



[Echange]. Pourdonnera un ^change 
la valeur d'un acte notaril, les enfants 
ontsoin de l'accompagner de ces mots: 
Pachifitd, rdvd cwitd,finsou p* ladi- 
Jitd (4T) [^change fait, rave cuite, cinq 
sous pour lc de\iit]. Pachi fitd, rdvd 
cwitd, cin sou p* la difitd (4A,A1) ; 
fid q p la difon on Vcu bruld (4AD). 

[Mouchoir]. Au jeu du mouchoir : 
f hivrd motd, cu pild (4T). 

[Cheveux]. Tandu, taravalu, cara- 
batu (4T). Se dit en guise de taquinerie 
aux jeunes gens dont les cheveux ont 
&£ coupes court. 

[Sifflets]. Chdvd, chdvd, chdviron ! 
PrBu dipor, priu donXon ; a la chvd 
d' chdviron, oh pan, on seric, onnd 
torn* ( 4 T). V. chAvft. 

Ara, mapou bard, V. ar&. 

Barin ^ baraca f la qintd vu-to ? (4T) 
[barin, baraca, laquelle veux-lu ?] For- 
mulette employee a un jeu d'enfants 
qui consiste a mettre des haricots, des 
pois, une e*pingle ou tout autre petit 
objet dans une main et a faire deviner 
dans quelle main se trouve l'enjeu. Ba- 
rin, baraca, n'ont aucun sens. En pro- 
noncant ces mots, le joueur fait d^crire 
un mouvement rotatoire a ses poings 
ferm6s et s*arr£te a la derniere syllabe 
de la formulette. Si le partenaire de- 
vine, l'enjeu lui appartient; s'il ne de- 
vine pas, il doit donner autant de pie- 
ces qu'en comprenait l'enjeu. 

A Gruffy (4A'g), on dit : Barin ba- 
rdtd, dXi qintd man i a la crdtd ? [ba- 
rin, bardtd, dans quelle main il y a la 
crotte ?] 

A Annecy, on dit : Borld, borld, con- 
bin X i-n a-t-ou ? \B0rl6, combien y en 
a-t-il ?] et si Ton devine combien il y 
a d'objets dans la main, on a gagne*. 

On dit aussi : Viron, virili, la qintd 
vu-to ? [laquelle veux-tu ?] 

A Albens : Pinpin, rivardin, su la 
pird du molin, DXan abird Id bu % scan- 
pti. s' ti pu [Jean, mene les boeufs a l'a- 
breuvoir, d£taje si tu peux]. 

A LaBalmede Sillisgy : Ban Xon, ban 
dou, ban tri, ban catrd, ban cin, ban 



si, bansa, banwi, ban nou, ban di. — 
Ti V bandi (tu es le bandit, c'est-a- 
dire c'est toi qui dois courir apres les 
autres). 

Autre formulette : Am',sam\ gram', 
— pit i pit — cologram" ; bourd, bourd, 
racach; boustram'. Nous avons en- 
tendu a Lyon cette formulette avec de 
16geres variantes : Am' sam' gram\ pik 
& pik & coligram\ bour 6 bour i ra- 
tastram', moustram* ! 

Passd cawitd, passd livritd; V-li Va 
vXu, Vli Va praX, Vli Pa fi cwiri ; Vli 
Va mdXh, i cli a fi : win, win, win, 
d'i-n ipwiavu (4AD). Variante : Passd 
catald, passd virald ; Ion Va vXu, Vdtrd 
Va pri (4T). En d^bitant cette formu- 
lette aux petits enfants, on leur serre 
le*gerement Pextrdmite* de chaque doigt 
et Ton conclutenchatouillantla paume 
de la main. 

Ti m' li di (4AD) [tu me le dois], 
Formulette et nom d'un jeu d'enfants. 
J hoi b tim* li di (a Annecy, on dit : 
Dot a la td corintd). Le joueur pro- 
nonce la formulette, en touchant celui 
qu'il poursuit ; puis il ajoute : S* ti 
m' li ripda, V mori avwi dmda (4AD) 
[si tu ne me le rends pas (le coup don- 
n€), tu mourras « avec mardi », c'est- 
a-dire un mardi]. 

A Annecy. — Pour amuser les petits 
enfants : En suivant les lignes dans la 
paume de la main du petit, on dit : TXi 
a passd la levr'itd, tX'i Va lichh sa cav'itd 
[ici a passe* la Ievrette, ici elle a laisse* sa 
queue] ; en touchant le pouce : Vli Va 
vXu [celui-ci Ta vue] ; l'index : Vli Va 
pri [celui-ci Ta prise] ; le m&iius : Vli 
Va icortXb [celui-ci Ta 6corch^e]; I'an- 
nulaire : Vli Va mdXb [celui-ci l'a man- 
gle] ; en secouant l'auriculaire (en pa- 
tois guinglin) : V ptXou derlinguinglin 
q' y ti dari on bosson n'a rin, rin u [le 
petit auriculaire qui £tait derriere un 
buisson n'a rien, rien eu]. Cf. carcan. 
Pour taquiner les jeunes gens dont les 
cheveux ont M coupe's : Tondu, cara- 
batu, lo-$ ijo Von cacd dsu [tondu, (?), 
les oiseaux t'ont c... dessus (sur la t£te). 



Digitized by LjOOQIC 



164 



f Pour designer cclui qui commencera 
le jeu : Unique, binique, trente pains, 
trifle, trifle, cornemain, pdste, pdste, 
sentinelle, fine, fin, tous. 

Ou plus simplement : Palte, malte, 
vire, vesse. 

A la veiltee, avant de commencer une 
fable : Fdbld su fdbld, lapolalXe a cacd 
dsu la tdbld, la tdbld a vlr\a, DKan 1 a 
mdla [fable sur fable, la pouie ac... sur 
la table, la table a vire* (tourn£), Jean 
(ou tout autre nom) Ta mang6]. 

Peurtd bdld n'i chin pd, rid q'iviydn 
n y i dHon pd (4A) [celui qui porte la balle 
ne le sent pas, ceux qui le voient ne le 
disent pas]. Formuiette que les enfants 
prononcent en passant devant celui sur 
lequel on a pose* un morceau de papier, 
d*4toffe,de fil,sansqu"ils*en soitapercu. 

Au jeu de Colin-Maillard, jeu qu'on 
appelle aussi Bdrd d'fi [barre de fer], 
on pose les questions suivantes a celui 
qui est pris, apres lui avoir bande* les 
yeux : Bdrd d y fi leu vd-to ? [Barre de 
fer, ou vas-tu ?] — D' chirchi ma find 
[je cherche ma femme]. —L'd-to pardu 
d' jhdr u d* ni ? [L'as-tu perdue de jour 
ou de nuit ?] S*il r£pond cT jhdr, on lui 
dit : £bin, chirchi-la a* ni; s'il rS- 
pond : cT ni.— £ bin, chirchi-la a" jhdr; 
puis on lui fait fa ire deux ou trois pi- 
rouettes pour le deYouter. 

fimw^lA, va. (8B*). V. amwela. 

"6mw6r, va. (7Jr) : conduire les va- 
ches dans les alpages. Le contraire est 
rimwer. 

' fi-n, forme du pron. masc. sing, su- 
jet de la 3' personne. V. 6-1 et 6. 

fin, sm. (7Jr) : an, ann6e. 

— , pr^fixe tres frequent, correspon- 
dant a en fr., in latin. 

fi-n, pron., adv. et pr£p. (devant 
voyelle) : en ; i devant consonne. Ui-n 
i [j'en ai]. Dans certaines regions, on 
dit in devant consonne comme devant 
voyelle. V. 6. 

£nb&, sm. (4T) : la partie inferieure, 
le bas. 

finb&buU, va. (4T,A) : enduire, ma- 
culer d'une matiere collante ou gluante ; 



EMWE-ENBO 

ibdbold (4AI). £ s'i td inbdbuld V nd 



avwi d* meuri (4A) [il s' est tout macule 
le nez avec des mures]. 

£nbar&, sm. (4T,A) : embarras; 
ibara (4H). S'emploie surtout au plu- 
riel avec le sens de pretention, manieres 
affectSes : firi sou-% inbara. Prenli 
dan sin fir 8 tan d in bard (4T) [prenez 
done sans faire tant de ce're'monies]. On 
facheu d'inbara (4T) [un faiseur d'em- 
barras]. 

finbarassi, va. (4T,A) : embarrasser; 
i bar ass i (4A,R). 

finblournft, va. (4A) : importuner. 

finbiournd, sm. (4 A) : importun. 

finbocft, va. (4A) : gaver, gorger de 
nourriture; frl. embocquer. 

finbdche, sm. (4A) : travail, possi- 
bility d'embaucher. Patron, avi-vo d'in~ 
boghi ? [ pouvez-vous m'embaucher ?] 

"6nb6chi, va. (4A) : embaucher; pp. 
inbdtla, enbdghla. 

"6nboch6ti, sm. (4T) : entonnoir; 
inbofm (4T); ibofUu (4Ab); ibo- 
tUu (4A,R) ; iboflu (4AI) ; enbossleu 
(3S'); ibochu (6A) ; inbocMu (8B'm); 
inbofiu (4Fd). 

finborbA ($'), vpr .(4T) : s'embourber. 

EnbosalA, dte, adj. (3S') : couvert 
de boue. 

finboti, va. (5C) : engraisser. 

£nb6tia, pp. (4A) : embauche' ; ibo- 
tla (4R). 

finbdtia, pp. (4A) : embouche'; ebd- 
tla (4R) ; mal inbdtta : grossier, mal 
embouche\ 

finbotido, sm. (4A) : entonnoir; 
ibotUu (4A,R) ; enbossKeu (3S'). V. $n- 
bochdu. 

finbouta, va. (4T) : prendre a deux 
mains , serrer avec les deux mains ; 
inboutd (lEp). 

— , sf. (4T) ; inboutd (iEp) : ce que 
peuvent contenir les deux mains, in- 
boutd d f fin, di bid (4T) [du foin, du 
ble" plein les deux mains]. Si une seule 
main agit, on dit : na ponla d' fin, di 
bid, di niii. V. Sbouta. . 

£nboy6nna, vn. (4T) : encuver le 
linge. 



Digitized by LjOOQIC 



ENBR-ENCR 



i65 



Enbrelificota, va. (3S) : embrouil- 
ler, emmfiler. Mot qui correspond au 
fr. populaire ember lificoter. 

finbromi, sf. (5C) : brume. A Vin- 
bromi [a la brume, a la tombed de la 
nuit]. 

finbroncM, vn. (4 A) : se renfrogner; 
pp. inbronrta, qui pris commeadj. d6- 
signe une personne au visage assombri. 

finbuta, va. (4A'g) et enbutd (3S'). 
V. tabouta. 

-, sf. UA'g) ; enbutdle (3S*). V. dn- 
bouta, subst. 

Enbwa, va. (3S') : faire rentrer le 
Wtail dans Fetable. 

f Encabonrner ($'), vpr. (G) : se te- 
nir enferme* ou cache* chez soi ; enca- 
bwinnd (s") (2A). II reste tout le jour 
encabourni. V. bourna. 

Encalyi, va. (3S*) : mettre de la pres- 
sure dans le lait pour le faire cailler. 

fincan, sm. (4T,A) : encan ; incan 

(G). . 

A Cincan : en comparaison, en pro- 
portion. On-n i piXd a f incan di c* 
q'onfd (4R) [on est pay£, recompense*, 
selon son travail]. 

£ncanba, va. (4T) : enjamber; icanbd 
[4k)\canbd (4R). Syn. : icarpd (3S') ; 
encobld (3S*). 

— , sf. (4T) : enjamb£e ; icanbdU (4A). 

fincaserna, va. (4T) : emprisonner ; 
f encaserner. 

fincatla, va. (4T) : emmeler, em- 
brouiller. Se dit des cheveux, du poil, 
des loupes, etc. Du mot catd. Syn. : 
icoti (6A)., 

£n$hapla, va. (4T, A ; iEp): teacher, 
affuter une faux par le martelage; igha- 
pldUAb);ighapld (4A,A1); inghaplidr 
(4Ag) ; ingapldr (8Bf ) ; inghapler {7]*). 
tLghapld na meuld d* molin (4Ab)[rha- 
biller, repiquer une meule de moulin]. 

A ce verbe se rattachent les expres- 
sions sui van tes: Enchapplo\(\ 679, 1 A); 
en chapplet (1614, iA): enclume ser- 
vant a affuter la faux. Une paire d'en- 
chapplo\ ; des en chapplet de moyenne 
valeur. 

fencharmSlyi, va. (4T) : charmer, 



ensorceler ; ingharmlyi, pp. encharmfta 

(4A). 

finclioaen, sm. (6B) : chiendent. 

fincmanld, sm. (4T) : agrafe. V. 
cmaclld. 

EncmatUa, adj. (3S') : tres emm61e\ 
tres embrouille\ 

Encobla, va. (3S'): enjamber. 

Encobla, va. (aAj) : embarrasser les 
jambes; gdner. 

Encobld, sm. (aAj) : embarras, em- 
pfichement. 

fincoca, va. (4T) : donner, mettre de 
la coque. fcneoed la rviri [jeter de la 
coque dans une riviere pour e*tourdir 
les poissons]. 

£nc6ca, va. (4T,A) : amadouer, en- 
joler. £ s'i licha incded [il s'est Iaisse* 
tromper]. 

— , (4A) : abasoudir. Ci m'icdqi [j'en 
ai la tfte lourde] ; 6 m'icdqi (4AD) [il 
me taquine]. Dans le frl. enedquer. 

EncochS, sf. (4T,A) : entaille, en- 
coche; encoghe (3S f ). 

fincora, sm. (4T,A) : cure*; icrwd 
(4AI; 6A,Am); icord (4A,R); incrwd 
(4TJ) ; icord (5 At). Du latin incuratum, 
qu'ontrouve dans les chartes du xin' s. 

En vx. fr. encuri, encurat. Dans la 
Suisse romande, einkoura (Bridel); en- 
curt : « item, a moss. Vencuri pour 
pain et chandele, VS. » (Blavignac : 
Clocher de St-Mcolas, p. 1 34.) « Ce 
mot est encore employe* dans le Ran$ 
des Vaches des Ormonts: Pourrofrare 
qui Jin no id ? \ No fo alia t\i rin- 
coura ! » (Blavignac.) 

-fcncorajhi, (4T,A,Ag) : encourager; 
f acourager (G) ; incorajMir (7Jr) ; 
icoradji (8B*) ; incoradUr\ 8 Bf). 

feicorda, adj. (4T,A,Ag) : fatigue*, 
engourdi a la suite de ladescente d'une 
montagne (en parte nt des jambes) ; in- 
cordd ( 1 Ep) ; acordd (6 A). 

fincou, adv. (7JO : aujourd'hui. 

EncrS, sm. (3S") : angoisse, ennui 
qui revient souvent et avec plus d'in- 
tensite\ nostalgie ; icri (3Rr). Tui san 
pri pe rencri (3S') [tous sont pris par 
le mal du pays]. 



Digitized by LjOOQIC 



ENCR-ENFA 



Are (s')> vpr. (3S*): s'ennuyer, 
u noir ; icrire ($*) (3Rr). 
Arft (Jire) t va. (4T,A,Ag; 8Bf) ; 
* (7Jr) : faire accroire quelque 
quelqu'un. [Fire incrire onnd 
i cdcon (4Ag) [faire croire une 
ui n'est pas]. 

le frl . fa ire en cro ire (4T, A ; G) . 
:riri. V. cr6r£ et acr6r8. 
et6rd, sm. (4T) : encrier, £cri- 
\cr iters (4A). Lwin d' md ju 16 
li plonmi, l'-\ incritiri ! (4 A) 
mes yeux les crayons, les plu- 
5 encriers !] 
6, sm. (4T) : encre. 
ochler, va. (7Jr) : accrocher; 

croire (faire), (4T,A ; G) : faire 

otft, va. (4A) : enfouir, enter- 

m otd (4R) ; f encrotter. 

•wA, sm. (4TJ) : cure\ 

myi, sm. (8Bf) : andain. 

iri, sm. (4T,A,A t g) : automne ; 

(3T) ; A/ari (4A,Ab,Al,R). Diin 

i ou su Vindari (4T,A,A*g) [en 

«e]. 

;6n6ral indari se dit plut6t des 

s jours de l'automne. 

i quelques synon. : dtwan (1 Ep), 

(3S'), dton' (8Bf) ; ariri-sison 
el Sin MighUl(jir) } devenu San- 
lT,A,As,Al) tlQhan-Pghi (4A'g). 
liAri, va. (3S') : couvrir de gra- 
onvertir en f gliire (lit pierreux 
iviere); empierrer. 
lioc'hi et engltoc'hi, va. (3T, 
;acer les dents. 

marA (5'), vpr. ( 1 Ep) : s'associer 
tbourer ses champs ; s'endmard, 
smard (3Tg). V. labeu. 
rA, sm. (4T,A) : endroit ; idrai 
$drd($&);adri( 7 h). 
\'n indri (4T,A) [a mon £gard, 

moi]. Voufaripd cinamri in- 
ous ne ferez pas cela a mon 

4T, A) : versant expose au soleil ; 

6te* d'une £toffe. 

s le frl. f endroit se dit aussi 



d'un versant regardant !e sud, et ren- 
vers, de celui qui est tourne* vers le 
nord : II a un pre" a V endroit et un au- 
tre a Venvers, ou aux envers. A Tho- 
nes on dit aussi I'adroit. 
findromA, it&, pp. (4T) : endormi. 
findromi, va. (4T,A) : endormir 

EndronmA, adj. et pp. (4Aa) : en- 
rhume\ Du pr^fixe en et de ron m&, 
rhume, avec intercalation de d. 

— (s') t v. pr. (4Aa) : s'enrhumer. 

fenfan, sm. (4T,Tc,Ts,Tv,A) : en- 
fant (et plus sp^cialement : un gar- 
con); anfi (3B) ; enfan (4Tb,Aa) ; infi 
( 1 B) ; */*(4Tj) ; if an (4A,Ab,As,R,Tj) ; 
ifan (4AI; 6\);ifin {-jW)\ ifan (5At); 
unfan (4Tg,Ad). 

A Saint-Jean de Sixt (4TJ), on em- 
ploie ifi au lieu d'ifan lorsqu'on adres- 
se la parole a un enfant (vocatif sing.). 
Drome* f irin ifi [dors mon enfant]; cf. 
lou-% ifan dromissdn [les enfants dor- 
ment]. 

Les mots ifi, infi, anfi viennent du 
nominatif-voc. sing, infans, tandis que 
les autres viennent de Paccusatif infan- 
tem. 

Dict. anal. : arjhd, irjho [enfant vif 
et turbulent]; pilid [enfant gros et a 
chairs molles] ; arid [enfant qui n'a pas 
encore Tage de raison et a 3S* : enfant 
dveilte]. 

EnfandllA, vn. (3S') : prendre entre 
deux bancs de rocher. 

Enfantid, did, n. et adj. (aAj) : qui 
fait des enfantillages. 

finfarA, ad j . (4T) : enflamme" ; entoure* 
de flammes ; brulant. 

finferoulIA, adj. (4T,A) : enrouilte. 

finfatA, va. (4T,A) : introduire un 
objet dans un autre ; cacher. RacfhtS, 
poche. Mou pi san gonfld, d' pwi pd 
lou-\ infatd dXin mi boti (4T) [mes 
pieds sont enftes, je ne puis les intro- 
duire dans mes bottes (je ne puis met- 
tre mes bottes]. Mi ghdfi san trd itritl t 
d'pwipd li-K infatd (4T) [mes bas sont 
trop petits, je ne puis les mettre]. La 
larmwi\i s'i infatd dUn on goli (T la 
moralKi [le lizard gris s'est introduit 



Digitized by LjOOQIC 



ENFE-ENJH 



167 



dans un trou du mur]. £nfat&-M dWn 
ton lye* (4A) [entre dans ton lit]. 

finft(iB). V. dnkn. 

£nf&, sm. (4T) : enfer; enfir (4Aa); 
ifi (4A,Ab). 

Enf&l&, sf. (2 A) : Pelisse, plaque de 
bois servanta maintenir un os fracture ; 
^ancete (G). 

£nf§l&, sf. (4A'g) : Pelisse d'un seau 
en bois; ais (eng4n£ral). 

Quand le cuvierest trop plein de lin- 
ge, on a l'habitude d'entourer le bord 
sup£rieur de petitsais. Parcomparaison, 
on dit ironiquement a celui qui a trop 
rempli son assiette : £ falU Xu ptd 
dinflU (4A'g) [il fallait y mettre des 
eclisses tout autour]. 

Enfian&, sf. (3T) : gentiane ; enflan- 
n& (3T ; 4Ag) ; infiannd (4T). 

finflft, vn. (4T^ A) : enfler ; syn. : gon- 
/7d( 4 T,A). 

f Enfle, adj. : boursoufle*, enfle\ Cf. 
gonfle pour gonfle\ 

£nforn&, va. (4T,A) : enfourner. 

finforni, sm. (4T) : enfourneur. 

Eng6inn&, sf. (aAj): coin obscur 
qui n'est pas encore occupe" dans un 
appartement. 

EngdinnA, va. (aAj) : mettre quel- 
que chose dans un coin obscur. 

fingon, sm. (4T) : gond. 

fingordi, adj. (4T) : engourdi. 

fingoulyi, va. (4T,A) : r^pugner. Se 
dit des mets qui sont trop gras Signi- 
fieaussi se rassasier jusqu'au dugout. 
P.p. ingoulih. 

£ngr6, sm. (4T) : engrais; syn. : 
drujh&. 

Engrebounft, va. (3S') : r&iuire en 
une masse in forme semblable a des ere- 
tons (greubon). 

£ngr6ch£j va. (5G) : engraisser. 

£ngr616, sm. (4R ; 5 A') : houx. Cest 
le nom du houx dans une partie de la 
Bresse : angratt (a Saint-Germain-du- 
Bois). 

EngremesseU, va. (aAj) : engour- 
dir. 

— ($'), vpr. : s'engourdir. 

&nguen6, sm. (lEp) : huguenot. 



Dans nos regions, le plus ancien texte 
patois ou Ton rencontre une forme 
correspondant a huguenot est la Priere 
dun catholique (1 564). Cellau qui\ ton 
piria% le do, | Dits luteriens augui- 
naux, I Ey son bornio\ qman de dar- 
bons I Et vol Ion mal a tous lo bons 
[ceux qui t'ont tourne* le dos, appetes 
luthe'riens huguenots , ils sont borgnes 
comme des taupes et veulent du mal a 
tous les bons]. 

Dans le Disco urs sur I'entreprinse 
de Genepe(i6o3), on dit : Inguend. 

Dans les Merits genevois contempo- 
rains, on trouve, de 1 5 1 8 a 1 53a, ey- 
guenot ou ayguenot ; a partir de 1 535, 
on rencontre toujoursa/i^uewof . Cf. A. 
Constantin : Etymologie des mots hu- 
guenot et gavot. 

fingueuU, va. (4T, A ; 1 Ep) : faire 
des reproches grossiers, injurierj^ueu- 
Id (4A,R). 

— (s') f v. r£cipr. : se disputer grossie- 
rement. 

£ngueus&, va. (4T, A) ; igueusd (4A, 
R) : tromperd'une maniere ignoble. 

EnguiU, pp. (3S') : bloqu£ par la 
neige ; pris, engage* dans un lieu dan- 
gereux. / a fin pi d ni, n6 san enguild 
(3S')[il ya cinq pieds de neige, nous 
sommes bloqueYj. 

£nguill&, sf. (6Bv) : escourgeon 
(partie flexible qui rattache le manche 
du fl£au a la verge). V. 6ntrel&. 

finle, sm. (8B'): agneau ; ^wrd(5M*v); 
in\6 (8B'a) \4nW (8B*m) et inML 9 N 
4ritil, d&i-K iniii [un agneau, deux 
agneaux]. V. anle. 

&nluld (s') t vpr. (aAj) : s'efforcer de. 

£njhoc&, va. (4T,A,A*g,Aa) : en- 
gouer, obstruer le gosier ; 4 j hoed (4A, 
Ab); injhoker (7Jr). £tre injhocd 
(4Aa) [avoir le hoquet]. QU tartijl&san 
bin tan farnoUnte* q'i m'&njhoKt&n 
(4T) [ces pommes de terre sont si fari- 
neuses qu'elles m'engouent]. Mdiu pd 
as vitd, f vd fijhocd (4Ab) [ne mange 
pas si vite, tu vas t'&rangler]. 

finjh61A, va. (4T,A): enjoler; Sjhou- 
Id (4AI). 



Digitized by LjOOQIC 



1 68 



ENJH-ENPI 



finjhoublA, va. (4A) : enjoler, trom- 
per. 

finjhovri, adj. (5C) : couvertde gi- 
vre. 

£nk£r6 (fire), va. (iEp) : faire ac- 
croire. 

£nl8v&, va. (4T) : enlever. Syn. : 
doutd. 

£nly£l&, sf. (4A'g) : gen£t a tige ai- 
l£e. Du v. Snlyi, agacer les dents; le 
genfit, du moins a GrufFy, a la reputa- 
tion d'agir sur la faux comme le font 
les fruits aigres sur les dents. 

fenlyi, va. (4T, A'g) : agacer les dents. 

£nmand&, sf. (8Bf) : 6lan. 

finmandft, va. (4T) : envoyer, ren- 
voyer ; imandd (4R). D\o sd dllon, can 
on pouvr' a ta peurtd, \ P' avai dS scd, 
vniivS tiJrS la man, \ T' savd I'archai- 
vree" tojhbfire 4 seurtd \ D% n' l'e*man- 
dd qavwi son bocon d? pan (4R) [sous 
ses haillons quand un pauvre a ta por- 
te, pour avoir du secours, venait tendre 
la main, tu savais le recevoir et tou- 
jours faire en sorte de ne le renvoyer 
qu'avec son morceau de pain]. 

EnmanlSU, va. (4A) : emmailloter. 
V. 6mani£ld. 

Le vx. fr. a enmailloler (forme* sur 
maille). En patois n mouiltee remplace 
ici / mouiltee, probablement par suite 
de l'analogie avec le mot manU, enfant. 

£nmdnd&, sf. (7Jr) : amende; 4n- 
mindyi (8Bf). 

finmw6U,va. (4T,A) : entasser, met- 
tre en tas ; enmwhld (3S') ; imwild 
(8B') ; amj^/rf(4T,A,A'g). Syn. \amon- 
cheler (^h). 

£n-n, pron., adv. et pr6p. (devant 
voyelle) (4T) : en. £n-n tcrisin [en 
6crivant]. V. 6 et 6-n. 

Ennefld, va.(2Ag): causer un rhume 
de cerveau. 

finnemi, adj. (4T,A) : ennemi ; in'- 
mi (4R) ; ann'mi (iDb). 

£nni, sm. (4T) : anis (fruit aromati- 
que de l'anis; petite dragee); ani (4A). 

Enniold, adj. (2AJ). Se dit d'un 
champ ou croit beaucoup de ble\ 

£nnitter,va.(8Bf): exciter unchien, 



un enfant contre un autre ; innistd 
(4Ag) ; anistd (4A). 

Ennofan, sm. (3S*) : cretin; grossier 
et arrogant. 

£nnoi', va. <4T,A) : ennuyer. 

— ($'), vpr. (4T, A) : s'ennuyer. 
EnnorvA, va. (aAj) :d£gouter. 

f Ennosseiv, va. (G) : engouer, obs- 
truer le gosier. 

— (s') : s'engouer, perdre la respira- 
tion en mangeant trop vite ou en man- 
geant des aliments tres sees. 

Ennossi, (2AJ). V. ennosser. 
&nnouli&, pp. (4A) : huile\ 
Ennui, sm. (4T,A) : ennui. 
£nofl&, pp. (4A1,R) : enrhume. 

— ($'), vpr. (4R) : s'enrhumer du cer- 
veau. 

finoulyi, va. (4R) : remplir jusqu'a 
la bonde le tonneau dans lequel le vin 
nouveau a purge* son £cume. 

Enp&r&, sf. (3S') : aide, appui. 

finparft, va. (4T) : donner un coup 
de main , aider ; d£fendre, prot^ger ; 
Spard (4AD) ; enpard (3S T ). Se dit a 
4T,Ab, en parlant d'une lutte. 

finpAtA,va.(4T): p^trir; tpdtd (4R); 
Spdtd (4Ab). 

« Au cri d'Empatd^ I qui £tait le si- 
gnal accoutume* pour les habitants de 
porter de grand matin au four public la 
pate pr£par£e la veille, chaque citoyen 
£gorgea l'hote qu'il 6tait tenu de loger. 
Cet 6venement a pris le nom de Vipres 
Anniciennes. » (A. Dessaix : L6g. et 
Trad. pop. de la Hte-Savoie, p. 143.) 

£np£, sm. (4T) : empois ; ipistt 
( 4 A1). 

£np8s&, va. (4T,A,A'g) : empeser; 
ipBsd (4A\ ;8B') ; inptser (-jh) ; inpts&r 

(8Bf). 

£np6st&,.va. (4T) : empester, infec- 
ter de mauvaise odeur ; empoisonner 
(l'eau d'une riviere) ; ipUtd (4AI). 

— , vn. : puer. 

£np£tr& (5'), vpr. (4A) : faire l'im- 
portant, se pavaner. En frl. empitri^i- 
signe un homme qui se rengorge. De 
p'itrd, jabot. 

£npi£, sf. (4R) : framboise. V. anple 



k 



Digitized by LjOOQIC 



ENPI-ENTR 



169 



€ Defruita, defre, <Tampie,de gre- 
fion, de paigourman, cTamboursale... 
[du fruit, des fraises, des framboises, 
des bigarreaux, des pois gourmands, 
des myriiHes...] » (Harangues en pa- 
tois sav. t in. Rev. sap, 1897, p. 3o). 

£npiourna, adj. (5C) : g£ne\ 

finpldi, va. (4T) : employer ; enplM'i 
(3S'). Le ten t-t enplUih san pirdre 
onnd menutd (3S*) [le temps est em- 
ploye* sans perdre une minute]. 

Snpldta, sf. (4T,A) : emplette. 

&npldtona, va. (4A) : mettre en pe- 
loton ; fri. emplotonner. Le contraire 
est d&pl&tond. 

finpotoulld, adj. (4A'g) : se dit d'une 
construction qui s'effondrera au moin- 
dre effort. 

finprSssa, adj. (4T) : empress^. 

ftnputa, va. (4T,A) : amputer ; iputd 
(6A). 

Enputachon, sf. (4T,A) : amputa- 
tion. 

finpw&xiyi, va. (4Aa) : empoigner ; 
inponyi (4T). 

— (s*), v. re*cipr. : s'empoigner, en ve- 
nir aux mains, se colleter. Syn. : s'a- 
capd ; sagripd. 

£npw£zna, vn. (4 A) : em poison ner, 
(sentir mauvais). 

ftnradla, adj. et part. p. (4A) : en- 
rage* ; inraja (4T) ; iradia (4AI) ; ira- 
dta ( 4 A) ; enrajhi (3S'). La Marlon iti 
la pi iradia a" nb tote (4AI) [Marie 
Itait la plus enragde de nous toutes]. 

f Enrayer, va. et vn. : commencer 
un travail. V. dxtria. 

finrazna {s"), vpr. (4T) : se couvrir 
de petits nuages de forme allong£e ; 
s'ira^nd (4AI). £ s'ira^n'd su fcneci 
(4AI) [le ciel se couvre de stratus du 
c6te* d* Annecy]. Rac. ra\on. 

EnreC/hieu, sm. (3S') : moulea fro- 
mages fait avec un cercle de bois. 

£nr6hi, va. (4T) : enrayer (une voi- 
ture); trthi (4A). Syn. : mtd la bilU 
(4Ab) ; sard le micanic6 (4Ab) ; sard 
la mdcanicd (4A,T); mtd /* sabd (4R). 

ftnria, va. et vn. (6B) : enrayer (tra- 
cer le premier sillon avec la charrue, 



t. d'agriculture) ; commencer un travail 
dans les champs ; inrU (4At) ; 6nr6U 
(8B'm) ; Mi (4Ab). Se dit a Beaufort du 
transport de la terre qui est au bas 
d*un champ en pente, au sommet de ce 
champ. D& wi dnrld i pwdf&min (6B) 
[je veux transporter au sommeila terre 
qui est au bas du champ et puis £pan- 
dre le fumier]. £rii-pd b£stou ptrS pd- 
nU? ptron prd ? (4Ab) [commencez- 
vous bientot vos labours ? commencez- 
vous bientdt a faucher votre pre* ?] 

£nronma, pp. (4T,A) : enrhume*. 

h — (0» vpr. : s'enrhumer. 

Enrossa, va. (3S') : tromper en fai- 
sant un march.6, flouer. S'est dit primi- 
tivement du maquignon qui vend une 
rosse pour un bon cheval. 

f Enroucher, va. (G) : enrouer. A 
4A, on connatt le pp. enroupla, enroul. 

£nsen, adv. (5C) : ensemble. 

Ensmara (s), ou s'endmard, vpr. 
(3Tg) : s'associer pour labourer. 

fintalid, sf. (4T) : entaille. Syn. : in- 
cog hi (4T). 

fintama, va. (4T) : entamer ; entond 
(3S'). 

fintara, va. (4T,A) : enterrer ; itard 
(4A,R). Conj. : d'inttrd (4T) ; ditir6 
( 4 R). 

fintarla, sm. (4TC) : escourgeon. 

£nt6ndrd, va. (4T) : entendre. Syn. : 
avwir'f (4R,A'gJ ; ouiir, pouir (y}r) ; 
parcivre' (4T,A,Aa). 

Ent6rola, pp. (2AJ) : couvert, sali 
de terre humide. Celt tufele san tote 
entiroldie [ces pommes de terre sont 
couvertes de boue]. 

"fenti, adj. (4T,A,R):entier;^(4R). 

£ntd, sm. (8A) : jeune arbre greffe. 

Entona, va. (3S*) : entamer. 

fintra, vn. (4A) : entrer. 

— , sf. (4A) : entre*e. 

fintrama, va. (4T) : renfermer, ser- 
rer;re*unir; itramd (4A); f ttramer. 
Up2 jhwinnd intramd to c* q'6-l api 
(4T) [le plus jeune rassembla tout ce 
qu'il avait]. Patois dauphin., entremd : 
rentrer la re*colte ; lyonn., s'entremd : 
rentrer chez soi. 



Digitized by LjOOQIC 



170 ENTR 

fintreU, sm. (6A) : escourgeon (la- 
niere de cuir qui relie le manche d'un 
fleau a la verge) ; itril'i (4 Ab, As) ; intre- 
lin (iEp); itrelin (4A); intarld (4TC). 

Entremolie, sf. (3S') :tre*mie. 

£ntr£pr6, isd, pp. et adj. (4T,A): 
entrepris, embarrass^, perplexe. 

£ntr6pr6ndr£, va. (4T,A) : entre- 
prendre. 

£ntr8prds&, sf. (4T,A) : entreprise. 

f Entrepris, adj. (4T,A). En fr. 
s'emploie dans le sens d'embarrasse* 
dans sa contenance, mais non dans le 
sens de perplexe, embarrasse* dans un 
choix : « Arrives devant le juge, nos 
jeunes gensfurentbiene/i/rtfprw, » c'est- 
a-dire d£contenanc£s. « Faut-il y aller 
ou non ? je suis bien f entreprise, » 
c*est-a-dire perplexe. 

EntrevaU, vn. (4A) : s'exprimer 
d'une maniere embarrassed. 

fintron, sm. (4T,A) : jante (d'une 
roue) ; entron (4Aa). V. 6tron. 

EntsAprd, sm. (8B'm) : ciseau de 
menuisier. 

£nvartn&, adj. (4T) : posseMe* d'un 
d£sir irresistible. Si flVid'itou ristd, \ 
De\ri saripd tan tormintd; \ Mi, com' 
noutra Maion, \ £nvartnd a" iiou <T 
n'avi ton [si fille j^tais rested, je ne serais 
pas tanttourmente*e; mais, comme notre 
Marie, j^tais posse*d£e du de*sir d'en 
avoir un (mari)]. (Agnellet : Berceuse.) 

finvartolyi, va. (4T,A) : entortiller, 
envelopper ; ivortolU (6A). 

£nv£, sm. (4T) : furoncle; envir 
(3S') ; f envers ; invirset (yh). 

— , : envers d'une £toffe. 

— , : coteau regardant le nord. 

— , pre*p. (4T) : envers. A mn' invi 
(4T) [a mon e*gard"|. 

£nverond&, part, passe* (5C) : envi- 
ron^, entoure\ 

f Envers, sm. (4T,A;G) :clou, fu- 
roncle. 

Env6ss&, va. (3S') : tourner a I'en- 
vers. Comme dans angdr, angossd, 
Mr, itissd, envir, envessd, chute de 
1> devant s. 

finvU, sf. (4T,A,AI) : envie (d£plai- 



EPAR 

sir qu'on rcssent du succes, du bonheur 
d'autrui); envtanjhe (aAj). / vd rriiou 
fire invla qi pitta (4T) [il vaut mieux 
faire envie que piti£] = £ vd tritu fire 
Ma qi petta (6A).L'inv1a i-t na m6- 
visd conslyiri (4T.) [l'envie est une 
mauvaise conseillere]. 

— , (4T,A) : envie (d£sir, besoin); 
invijhd (4T,A). 

Envianjhe, sf. (2AJ) : envie. 

finvijhd, sm. (4T,A) : envie, grand 
de*sir ; convoitise. £-/ in-n a on-n in- 
vijhd q'i 2 pd d'i diri (4T) [il en a en- 
vie plus qu'on ne saurait dire]. 

— , (4A) : tache sur la peau, envie. 
« Comme on sa chi no M. que le fene 
grousse son soujette e ^enuigiou , et 
que marcon souuent V au menia pe 
eueta on pari malau i vo mandon de 
touta sourta de tiuse [comme on sait 
chez nous, Madame, que les femmes 
grosses sont sujettes a des envies qui 
marquent (laisse trace) souvent leurs 
enfants ; pour £viter un pareil malheur, 
ils vous envoient de toute sorte de 
choses] ». (A. Perrin : Harangues en 
patois Savoyard, imprimies en i685, 
in. Rev. sav. 1897, p. 29.) 

Envohi, va. (4T,A) : envoyer ; ivohi 
(4A,R). Syn. .inmandd (4T). 

tpanchi, va. (4T,Ab) : £pancher; 
£parpiller le foin fauche* qui est en 
meules. 

fipalft, sf. (5C) : e>aule. 

fipaltft(e)(/<M), sf.pl. (4T,A,Ab,As): 
alphabet. Du mot palette ; i initial est 
6penth£tique et peut-elre amene* par 
Tanalogie du verbe 6peler. V. alfabdt. 

fipandi, sf. (6U) : cote* longitudinal 
d'un chalit. 

— , sf. (3T) : appui, secours. V. 
6pond&. 

£pantren&, adj. (4R) : d^braille*; 
ipan trend (4AD). 

£p&r&, sf. (4T,A,A1) : barre defer ou 
de bois ; penture. 

Espare ( 1 66 1 , 1667, 4A) alememe 
sens. « Faire une porte bois de noyer 
bris£e avec ses espares et serrures con- 
venables avec crosses et crochet. » 



Digitized by LjOOQIC 



EPAR- 

Apart, va. (4AI) : consolider avec 
une penture ou avec une barre de bois. 

6parde, sf. (4TC) : gen£t k tige aitee. 

Ispardhi, vn. (4AI) : tirer de toutes 
ses forces un v^hicule, unebille de bois, 
sans grand succes. 

£parg$, sf. (6B) : herbe k Robert. 

f fipargnaiaons ( faire des), (4A) : 
faire des preferences, favoriser une per- 
sonneau detriment d'une autre ; en pa- 
tois : iparnUson. 

£parv6di, va. (4R, Al) : effrayer. 
L'iglle a iparvddi ntri polalU (4AI) 
[I'aigle a £pouvante" nos poules]. 

lspaslyi, va. (4AI) : disperser; £pan- 
cher. 

&patur£ (s') t vpr. (2 Aj) : dechirer ses 
habits, les mettre en lambeaux. 

— , tem. die, p. pass£ (aAj) : d6gue- 
nille. 

fcpedzenft, va, (8B') : empoisser. 

fcp«, ipissd, adj. (4T,A) : e>ais. 

£p6clU, va. (4AI) : mettre en mor- 
ceaux. 

Epel/adv. (8Bf et dans PAlbanais) : 
peut-etre. 

ipelttl, sf. (5C) : *tincelle. 

fip61yi, va. (4T,A) : dealer, Ater le 
brou des noix ; iplyi (4AI). De pWd, 
brou. Li nui bin mSurS s'ipSll&n [les 
noix tres mures s*6calent]. 

£p8na, sf. (4A,R) : e>ine ; ipinS 
\dont (6B) : dglantier ; 4p8n€ blanstt 
(6B) : dpine-vinette. 

fcpeni, sf. (5C) : herse. 

6pena$he, sf. pi. (iEp): e*pinard ; 
<pnd f A«(4A,R; 5A*). 

ftpenAUe, adj. (3S') : *bouriffe\ 

Bpen6, sm. (3S*) : peigne pour le 
chanvre. 

Espenex (1679, iA) a le mfimesens. 

^pSnfotfhd, sm. (4Ae) : action de 
peigncr le chanvre. 

*pentft, sf. (5C) : eMan. To come on 
cdttou chu na pint*, \ L'amour siii to- 
jhbson-n ipintd (5C) [tout comme un 
caillou sur une pente, Pamour suit tou- 
jours son elan]. 

EpGsi, s f. (4AI) : amidon, empois. 
^PtoA, va. (4AI) : empeser. 



EPLE 171 

£pd8s6r, sf. (4T,A) : 6paisseur. 

£pet&re, sm. (5Ce) : sureau. Dep£- 
tdr, espece de petard en sureau. 

£p£u, sm., fern, ipiusd , (4T,R) 1 
6poux. 

"Gpeufd, va. (4Ab) : faire sortir la 
mobile d'unmorceau de sureau. D' vwi 
fire on bdli avwi I'li savu, ipeufd-m'-lb 
(4AD) [je veux faire une canonniere avec 
ce sureau, 6vide-le-moi]. 

l&pi, sm. (2 Aj) : ecusson de la vache 
(se dit de la surface de forme variable 
qui a sa base sur les mamelles de la 
vache et qui s'eleve plus ou moins haut 
dans la region peYin&Ie, distincte par 
la direction particuliere des poils et si- 
gnaler comme pouvant faire appr£cier 
les facultls lactiferes de la vache). 

£pl&, sf. (4T,A ; 6A,Am) : e>i (de 
ble\ de seigle , etc.) ; 4pU (7 Jr) ; 4pi 
(4Ab,Aj). 

tiplannft, va. (4AS) : effeuiller (la 
vigne). 

tiptoed, sf. (5C) : 6pice. 

tipince, sf. pi. (4T,A,Ab) : pincettes. 

£ping&, sf. (4AC) : Ipingle ; ipinglU 
( 4 T,R,Fd,Ae'); ipinglt UTg). 

f tipingle, sf. (4T,Tg,Fd,Am , ,An r 
Ae') : aiguille de pin, de sapin. 

tipingolon, sm. (4AnV) : aiguille de 
sapin. 

£pI6t5, sf. (4T) : Ipeautre (cer^ale). 

fiplournft, adj. (4AS) : enrhuml. 

tiplulft, va. (3S') : egrener, faire sor- 
tir les grains de bl£ de P6pi en le frois- 
sant. 

fipl*, sm. (4A,As,Ad ; 3S,T) : hate ; 
prestesse; avancement dans le travail 
commence* ; iplXi (4AD). La prissd mdlu 
rtpli (4A) [trop de hAte mange Pa- 
vance]. Cf. c66t&. 

£pl£ r£pond au vx. fr. espleit (puis 
esploit, exploit), dont Pun des sens est : 
empressement, ardeur, particulierement 
dans la locution a esploit, a grant es- 
ploit [avec empressement, avec Inergie].. 
Du lat. explicitum ; doublet : explicite. 

On n'a pas relev£ en Savoie de verbe 
d£riv£; mais, dans nombre de patois, 
tpUter, ipleter, ipieter, qui correspon- 



Digitized by LjOOQIC 



17* 



EPLI-EQIF 



dent a Fane. fr. espleitier, au fr. actuel 
exploiter, signifient allervite, avancer, 
tout en faisant bien son ouvrage. 

£plI6t&, sf. (4R) : emplette. 

£plodi&, adj. (4AI) : pluvieux. L' ti 
%~t iplodtd [le temps est a la pluie]. 

£plyi, va. ( 4 A1). V. 6pelyi. 

6pnA, sf. ( 1 Db ; 4T, A'g,AI,Ab ; 3C) : 
e>ine ; ipind (4A,R) ; ipeni (6B) ; ipnb 
(5At). 

£pnb neVe^prunellier, oupruniersau- 
vage; ipnb blanghi : auWpine. 

— , (3C) : 6pine-vinette. Se dit du 
fruit et de I'arbuste. 

itpnail, va. (4Am,Ab) : peigner le 
chanvre. 

£pnafieu, sm. (4AD) : celui qui pei- 
.gne le chanvre. 

£pnaste, sf. (6A,B) '• epinard. 

£pnavd, sm. (4A'g) : e*pine-vinette. 

fipnlS, sf. (3Bm) : gateau. V. 6ponI6. 

£pnI6, sf. (4AI) : empeigne. 

£pnocli§, sf. pi. (4T,A1) : 6pinard ; 
ipndghe- (4 A,R; 5 A'). 

t £pogne. V. 6ponIe. 

£polalyi, va. (2 Aj ; 4A) : Spouvanter. 

£pond&, sf. (4Ab,Rv) : c6te" longitu- 
dinal d'un chalit. 

— , (2F6) : partie d'un mur qui d£- 
passe le toitdeo'io a 0*40, et qui est 
recouverte de pierres plates poshes en 
guise de degr£s. Cette disposition se 
trouve dans les lieux exposes a de 
grands vents. 

— . (4AD) : toit de forme triangulaire 
n'ayant qu'un, deux ou trois metres de 
long et remplacant la partie supeYieure 
du pignon. 

— , (5A') : planche pos£e entre les 
ridelles d'un chariot. 

Ce mot et ses variantes : ipandd (6U), 
iponld (4AI) viennent du lat. sponda : 
chalit ; bord du lit ; flanc d'un navire. 

En vx.fr. esponde, eponde : bord du 
lit ou de la table et bord en g£n£ral. 

tponle, sf. (4T,A,Ab) : sorte de ga- 
teau ; petit pain ; iponte (6Am,B<l>U) ; 
ipwonU (3Jt; 5M,M'); frl. ipogne. 
A Thdnes, ponton d£signe le pain fait 
avec la raclure du p6trin, pain qui, dans 



les petits manages, nest guere plus gros 
que le poing ; de la probablement le mot 
ponton. Ce petit pain est generalement 
au sortir du four distribue' aux en- 
fan ts. Pour eviter les disputes, on fait 
plusieurs ponton, en ajoutant parfois 
un peu de f crasse a la pate. Cet usage 
tombe en d£su£tude dans les villes, mais 
dans les campagnes la plupart des ma- 
nages font encore cuire leur pain au 
four banal, et les enfants attendent les 
ponton avec impatience : pour eux, 
e'est un regal de manger du pain frais. 

Aujourd'hui le sens d' iponti est* gros 
ponton », auquel on a ajoute* du beurre 
ou du safran ; par extension, dans beau- 
coup d'endroits, simplement gateau. 

£ponl&, sf. (4AI) : cdte* longitudinal 
d'un chalit. 

itpontilld, sf. (6A) : support, 6tai. 

£po8&, va. (4T,A) : epouser; syn. : 
martd (3S' ; 4T,A,R). 

£pul&, sf. (3S') : bobine qui se met 
dans la navette du tisserand. 

fiputt. V. dnputft. 

£pw6, sm. (4T) : d^signe deux cham- 
bres (ou com parti m en ts) d'une habita- 
tion rurale, dont Tune donne sur le 
devant et l'autre sur le derriere de la 
maison. Les deux chambres d'un ipwi 
communiquent par une porte. 

« Un espuer de grange et bouz pres- 
que desbatti * (i65o,iA). 

£q6d6i', va. (3T) : blamer, bafouer. 

— , (3S') : marquer son m£pris en 
e*vitant la rencontre de quelqu'un, ou 
en s'£cartant de lui. 

£q6r&, sf. (4R) : £querre ; iqiri 
( 4 T,A). 

£q6rl*te, sf. pi. (4AI). V. crtate. 

IsJqStra, vn. (4Al,As) : rejaillir. 

£qeurg, va. (4 A) : battre le ble" avec 
le fleau. 

fiqifl^ sm. (4R, et dans l'Albanais) : 
clifoire. V. 6chStre. 

A Geneve, on dit id iff e. Le terme 
usite* dans l'Albanais a ete employe* par 
J. -J. Rousseau : « A Bossey... nous fai- 
sions des cages, des flutes, des volants, 
des tambours, des maisons, des iquif- 



Digitized by LjOOQIC 



ER- 

fles, des arbaletes. » (Confessions, li- 
vrc I.) 

fi-r, forme du pron. sujet plur. de la 
3'personne (lavec lalettre rde liaison). 

M. L. Vignon (Les Patois de la Re- 
gion lyonnaise) ne mentionne pas la 
forme er pour le singulier. Au pluriel, 
il l'indique pour l'Ain seulement (a Su- 
trieu et a Cormaranche) et non pour la 
Savoie et la Haute-Savoie. (Revue de 
Philoi.fr., t. XIV, p. 1 3 1). Nous la 
trouvons a Leschaux, ou Us est repre- 
sent^ par 4 devant consonne, par i-r de- 
vant voyelle; 4-ron [ils ont], 4~r arvd- 
pton [ils avaient]. 

Meme forme au fern. : 4 son mode', 
arve [elles sont parties, arrivees] ; mais 
i-r on md 4 di [elles ont mal aux doigts]. 
Quand la phrase est interrog. : on. V. e. 

fa, sm. (4T,A,A1,R) : air; mine, fa- 
ton. 

— , sm. pi. (4A,A1) : portiques. A 
Annecy, r final est a peine perceptible. 
V.e. 

firt, va. (4Aa) : aeier, renouveler 
I'air ; on dit aussi 4r4. 

firadl*, adj. (4AI) : iradXh (4 A) : en- 
ragg; poss^de" d'un vif d£sir; acharne\ 

Eran, sm. (3S') : vent violent qui 
entasse la neige. 

£ranch6, sf. (4Ad) : £glantier. 

Erandeler, vn.(yJr): marcheren zig- 
zag. Se dit d'un homme ivre. V. aran- 
dalft. 

&rb&,sf.(4T,A; 6B; 8B'm,etc.):her- 
be ; irbd (5 At). Mdvis* irbd cri toj'hd 
preu (4A) [mauvaise herbe croft tou- 
jours assez]. 

£rbd du bweti (6B) : orobanche. 

£rbd d? ghie (4T) ; irbd cT gha (4A, 
Ag); irbd d gha (5 At) ; irbd a" ghatt 
(7-Ur) : cataire, ou herbe aux chats. 

£rb& de frind ou irbd a" sarpin 
(4Tc) : silene enfle\ 

trbdd' colouvrd (yJr) : fougere. 

£rbd d* pwi (4Ag) ; irbd a" pwir 
(7J) ; irbd d' pwar (4T) ; irbd d" caion 
(7Jr) : renoue*e acre, persicaire. 

£rb& de 1 16 coliqi (6B) : tanaisie. 

£rbddif4lin(6B) : doradille; thesie. 



ERE 17* 

trbd diflU (8B'm) : primevere offi- 
cinale. 

irbd di'% iji (6B) : mouron des oi- 
seaux. 

irbd d* liu (yJr) : dent de lion. 

irbd di minri (6B) : tanaisie. 

£rbd niri (4AS) : anserine bon- 
Henri. 

irbd rojhi (4TC); irbd rojhi (5 At) : 
geranion brun. S'emploie aux Clefs, 
contre le pissement de sang des ani- 
maux domestiques. A Sevrier se dit de 
la fumeterre. 

irbd a Robi (4A,Ag) ; irbd a Robir 
(5A',Al) : geranion brun. 

irbd di Notre-Damd (4TC) : orpin 
reprise. 

irbd di nou stemigi (6B); irb' a 
nou smin^i (3C) : ail plantagin£. 

irbd di panari (6B) : scrofulaire. 

irbdapol'i (3C) : rhinanthe velu. 

irbd di lipu^di(6B) : absinthe. 

irbd di Sin-Fili (6B) : scrofulaire. 

irbd di Sin-Jos'i (6B) : jourbarbe. 

irbd de Sin-Zddqe (6*B) : s6nec,on. 

irbd di sti (6B) : vale*riane. 

irbd de li varwi (6B) ; di varwi (4T ; 
5 A') ; irbd de li varwi (5 At) : grande 
cheiidoine. 

irbd di varwi (4Tc,Al,Ff) ; irbd di 
la bonnd VUr^di (6B) : orpin brulant. 

Suivant une croyance populaire que 
nous signale M. Ch. Buttin, pour gue- 
rir une blessure (a Annecy, pour gue7ir 
une piqured'abeille ou d'ortie), il suffit 
de tamponner la partie inte*ress£e avec 
trois sortes d' heroes prises au hasard. 

firbe, sf. pi. (3S'). V. azi. 

firbSte, sf. pi. (5 At) : fines heroes; 
f herbettes (G). 

£rche,sf.(4Al): herse; irchi(8&m). 

firdla, sm. (4AI) : enfant tres vif. 

fire, sf. pi. (4T,A,Ag ; 7Jr): arrhes ; 
Mi (8Bf). 

fire, adj. (aAj) : irrite ; ird (4A,Ab, 
Aq,Al). Al 7 ird com* on gha bornid- 
(4A,Ab,Aq) [il est grincheux comme 
un chat borgne]. 

fire, 2' pers. sing, du futur du verbe- 
aller, a Alex : D'irai, feri. 



Digitized by LjOQQIC 



«74 



EREH-ESCL 



£r&hi, va. (4A) : enrayer.V. dnrdhi. 

£r6hi, va. (4AI) : irriter. 

£r6n, sm. (4 A) : Ipine dorsale, reins. 
S'emploie surtout au pi. : ld~% irin, 
parfois mfime en fri. : i'ai mal aux 
ireins. £ s % i cassd V fi de I'irin (4A) 
[il s'est casse* lupine dorsale]. 

Au pi. ce mot peut avoir un sens dif- 
ferent. Ntra Fwise a d' brapg-% irin 
(4A) [notre Francoise a de belles £pau- 
les]. 

£r6nt&, adj. (4T,A) : 6reinte\ Syn. : 
irnald (4A,A1) ;-famioti,anioti, aniati 
(G) ; f atarti (G). 

i)r6u, f. ir'iusd t adj. (4 A) : heureux. 

firftudrd, vn. (4T) : puer ; irfudrS 
( 4 AI). 

£rgal6, sf. (7JO : r£glisse. 

6ri6, va. (5C) : facher. 

£rjh6, sm. (4T) : enfant vif et tur- 
bulent ; irjhb (aRa ; 4A,Ab,A'g). 

£rliqe, sf. (4A) : relique ; £crouelles. 

firnala, va. (4A,A1) : £reinter. 

firnire, sf. (4T): hernie. £s'ifi onn* 
4rniri (4T) [if s'est fait une hernie]. 

— , sf. pi. (4T) : lumbago ; irnire (3S*). 

6r6, adj. (4A,Ab,Al,Aq,As) : fach£; 
grincheux. £rd com' on cha bournld 
{4AS) [grincheux comme un chat £bor- 
gn£] ; M6 ( 4 R). 

fironve, sf.pl. (2A; 4Ag) : ronce 
(arbuste) ; iron\i (iD ; 5 A'). 

£rou (<f ), ird, ir'i (5A) : formes du 
verbe subst. : j'£tais, tu 6tais, il 6tait. 

Remarquons la persistance de Pimpf. 
du verbe sum, eram, qui en fr. a 616 
remplace* par les formes issues de stare. 

£rpar6, sf.pl. (4A,Ag) : bette poir£e. 

£rsna, va. (4Ab) : 6ter les bogues 
(ou he*rissons) des chataignes. 

firson, sm. (4T,A) : he>isson (ani- 
mal) ; irson (4Ab). 

Iilrson, sm. (4Ab) : h£risson (animal 
etenveloppe e'pineuse de la chataigne). 
La bogue se dit a 4A : grofon ; a 4AI 
grSfon. 

£rsu, adj. (2SC) : h£risse\ £rsu r 
pdr8, neri la mdri, blanche* la JIVi ? 
[heYisse* le pere, noire la mere, blanche 
la fille, qu'est-ce ?]. Re*p. : la chataigne. 



ftrtA, vn. (4T,A) : Writer. 

ftrtajh.6, sm. (4T,A) : heritage. 

ftrti, sm., f. iri (4T,A,R) : hentier, 
ere. 

£rw6jhd, sf. (4AI) : i* £glantier; le 
fruit s'appelle pidi; a' ronce, le fruit 
s'appelle mdri. 

l£ rw6nch.fi, sf. (4AJ) : aideau. 

ibrwdzd, sf. pi. (4A,Ab) : ronce (ar- 
buste). j 

£scargul&, sf. (4 A) : escargot ; is- \ 
cargd (4T,A,R). Syn. : couclyi (4AI). j 
Pour engager I'escargot a montrer ses j 
comes, les enfants disent : £scargb, 
moutra-mi ti keurni ; ti moutriri ton 
pdri, ta mdri q'i a d\b V pon de Ndvi 
(Naves). 

— , sf. (4A) : espece de limacon dont 
la coquille est omle de raies noires en 
spirale. Syn. : dmwila. 

t liscariole, sf. (4T,A; G) : escarole 
(chicor£e a larges feuilles) ; iscariole 
(G). 

fiscarlave- ( 1 Db) ; iscarnapi (G). Ne 
s'emploie que dans les expressions sui- 
vantes : La dmenjhi di-\ iscarlavi, le 
premier dimanchede car£me, lediman- 
che des brandons'; £scarlapi, escar- 
paid I La Marline i mi^ald, etc., re- 
frain que les gamins vont chanter de- 
vant les maisons des person nes qui 
sont marines depuis une ann£e et qui 
n'ont pas encore d'enfant. Dans d'au- 
tres locality's des environs de Geneve, 
on dit iscarnapi. V. alou!a\ 

Blavignac, dans son Emprd genevois, 
rattache ce mot a carnapaltx. Tinterprete 
ainsi : Hors du temps ou Ton mange 
de la chair. 

fiscarta, va. (4A,T) : dcarter ; iscartd 
( 4 A,Ab). 

Escld, sm. (4 A) : sabot. Ce mot est 
tres rSpandu. On le trouvedans la plu- 
part des patois me*ridionaux (avec ou 
sans chute de 5) et en vx. fr. 

Ducange : € Esc lava y esc lav us, cal- 
ceus lignarius, quod esclavorum seu 
servorumcalceamentum esset, vel quod 
confectus est ex esclichio (Pelisse), seu 
ligno sectili ; sic dictus Gal lice, sabot, 



Digitized by LjOOQIC 



ESCO- 

alias esc lop... Litt. remiss. 1457. Gi- 
raut Germer sc party du village de Fa- 
giole et s'en tira avec ses esclops ou 
solliers de bois chauss£s. » 

— , (4A): neige qui adhere a la chaus- 
sure. 

Bacoffier. Ce mot qui est restecom- 
me nom de famille, signifiait ancien- 
nement tanneur, mlgissier. Ducange : 
Escofferius, qui vendit coria; gallice, 
Tanneur; apud Sabaudos, Escofficr. 

£scorsn6rd, sf. pi. (4T) : scorso- 
nere, salsifis noir; iscosnairi (5 A'). 

ftacosA, va. (4T,A) : excuser. 

Escort, sf. (4T): excuse. 

fisoourti, sf. (aAj) : clifoire. 

£scr&mIota, va. (4Ab) : ^eraser. 

]£scrdvichd, sm. (4Ab) : £crevisse. 

fiai,^d, isi. V. 6zi, 6z6, 6z6. 

l&sonde, adj. (4AD) : maigre comme 
un centde clous. Se dit des personnes 
etdesanimaux. Al't isonde [il est ex- 
tremement maigre]. A I & pnlu isonde 
[ilestdevenu maigre comme un cent 
de clous]. Ce mot paraft £tre seul de sa 
famille. 

EsparniA, va. (5C) : £pargner. 

£spanalyi, va. (4T): disperser, met- 
tre en fuite ; isparslyi (4 A) ; ipaslyi 
( 4 A1). 

Espedyi, va. (4T,A,Ab) : exp&iier. 

— > (*')» v P r - : se hater ; se hater 
de finir, de partir. T'ispedUri (sous- 
en tend u ti, sujet) (4AD) [tu te hateras, 
tu seras exp£ditif]. £spedyi-vd di di- 
chidri (4 Ab) [hatez-vousde descendre]. 

&pri, sm. (4T,A) : esprit, intelli- 
gence. 

f Esquilancier, sm. (4A) : esqui- 
nancie. 

f Esquilette, sf. (4A) : squelette. 
Meme prononc. en patois. 

I Esqointer, va. (4A) : abfmer, d£- 
tenorer ; rouer de coups ; isqintd (4A). 

— (5'), vpr. : se fatiguer. 

£fisad&, sf. (5C) : houe. 

fosalte, sm. (5C) : escalier. 

EsaartA, va. (4T) : essarter. Dans le 
frl. esserter. 

£s8&rv&, sf. (4Aa,Ad) : viorne. 



ESTO i 7 5 

fissdnyi, va. (4 A I) : renseigner, indi- 
quer. Sd on ni, issinXi-rri' lb (4T) [tu 
connais un nid, indique-le-moi]. 

tisslr, sm. (4T) : essart (terrain d£- 
frich£) ; ic'hir (3S). Dans le frl. essert. 

tissorglift, va. (4T) : assourdir ; is- 
sordiid (4 Al) ; issorgld (4 A). Li bwiU 
m'on issorgld (4A) [les detonations des 
boites m'ont assourdi]. 

fissouchi, va. (2AJ) : venir a la 
sourdine entendre ce qui se dit ou voir 
ce qui se fait. 

fosftird, va. (4T,A,R) : essuyer ; s£- 
cher. On dit pand <3S'; 4T,A,R; 6A) ; 
pand (4AD), s'il s'agit d'essuyer avec un 
linge. 

Au part, passe" : issui, issuitd (4T, 
A,R). L % solwi n'a pocd issui lou piti 
(4T) [le soleil n'a pas encore sdche* la 
boue, ou les chemins]. Rojhd d' la ni 
issui lo p'iti (4A) [le rouge du soir es- 
suie la boue, e'est-a-dire annonce le 
beau temps pour le lendemain]. 

£stacot&, va. (6B) : d£plumer. Na 
polatte istacotd [une poule d£plum£e]. 

iStetaprg, sm. (6U) : ciseau de me- 
nu isier ; istdrpri (6Bq). V. 6ch&pre. 

fist end, sm. (6A) : chenal, cheneau. 

fist eve, sf. (6A) : fane des raves et 
des betteraves. 

fistevlu, sm. (6A) : d£vidoir. 

fistlel&, sf. (6A) : *chelle. 

fistofAdi, sf. (4A) : mets de pom- 
mes de terres couples en petites tran- 
ches ; chaque lit est couvert d'une l^gere 
couche de farine, de beurre, de sel et 
de quelques tranches d'oignon. 

fist6ma, sf. (4T,A,R) : estomac. L'ac- 
cent toni'que est sur tb et la syllabe m& 
est atone. U i Vistbmd dirinja (4T) 
[j'ai I'estomac derange^). D' i na movis' 
istbmd (4T) [je digere mal]. D* i md a 
I'istbmd [j'ai mal au cceur, j'ai des nau- 
seas]. 

Se dit aussi de la poitrine, de la gor- 
ge : La Clinon a na brav* istbmd (4A) 
[la Jacqueline a une belle gorge]. 

Remarquer la difference des genres. 

fist6md, sm. (4A) : homme pale et 
maigre; nonchalant. Tou q* ti fa tU 



Digitized by LjOOQIC 



176 



ESTO-ETAR 




sin bufhi, cm 1 on istdmd? [que fais-tu 
la sans bouger, comme un istdmd ?] 

Faut-il voir dans cette expression une 
deformation des mots latins ecce homo, 
vulgarises par 1'imagerie populaire ? 

fistordinerd, adj. (4T,Aa) : extraor- 
dinaire. 

£stracl&, sf. (4A,R ; 5 A'): fronde.Ce 
mot tend a disparaltre, a Rumilly, avec 
Pobjet m£me. 

A Annecy, les enfants , dans leurs 
jeux, se servent de trois sortes de 
frondes. La premiere est formed de 
deux ficelles r^unies par un morceau 
de cuir destine* a contenir un galet. 
On fait tournoyer la fronde autour de 
sa t£te, puis on lache brusquement une 
des extr£mite*s et la pierre est lance*e a 
une distance pouvant dlpasser une cen- 
taine de metres. 

La deuxieme istracld se compose 
d'un morceau debois fourchu en forme 
d'Y et de deux caoutchoucs fix£s aux 
extr£mit6s de Tappareil et relics par un 
morceau de cuir. Pendant que de la 
main gauche on tient la base de la 
fronde, de la main droite on saisit la 
pierre, toute petite et ronde, avec le 
morceau de cuir. Apres avoir tendu 
fortement les caoutchoucs, on lache 
vivement. Cette fronde est employee 
principalement pour la chasse aux pe- 
tits oiseaux que Ton peut atteindre ainsi 
jusqu'au sommet des plus grands ar- 
bres. (A Rumilly, cette sorte de fronde 
est Sippe\6ejldche.) 

La troisieme istracld est simplement 
formed d'un baton fendu a Tune des 
extr£mit£s. On introduit une pierre pla- 
te et pointue dans la fente. D'un vi- 
goureux coup dans le vide, on peut at- 
teindre un objet a une cinquantaine de 
metres. (Note due, ainsi que beaucoup 
d'autres renseignements inte*ressants, a 
Fobligeance de M. J. Terrier.) 

l&stranbina, va. (4A) : briser, de*- 
mantibuler; frl. estrambiner. 

fistricM, sf. (4Ab) : clifoire. 

Estromi, mla, adj. (4AI) : mesquin, 
e"troit d'esprit ; rabougri. 



£t&, sm. (4T,A) : £tat, situation. 

fita, pp. (4T, A ; Go) : M ; di itd 
[j'ai 616]. 

fitache, sf. (4AD) : attache. 

En vx. fr. estache : attache, lien. 

— , (7Jr) : licou. 

£tal&, sf. (3S'; 4T,A1; 6 A) : buche 
de bois fendu longue d'un metre a un 
metre et demi. En frl. itelle, s'applique 
aussi au bois de rebut, au dechet qui 
resulte de la fabrication des sabots, ga- 
loches, etc. 

fitalidn, sm. pi. (1 Ab) : ciseaux de 
tailleur d'habits. En lyonn. it ai Hants : 
grands ciseaux pour tailler les buis. 

£tam&, va. (4T,A) : burner ; itamd 
(4Ab) ; tamd (4T); f tamer (4T ; G). 

£tann& (s'), vpr. (4T) : se plaindre, 
crier misere. 

£tanp&, sf. (4 A) : bras de forces 
£tai, contre-boutant. 

fitanpft, va. (4A) : Stayer, contre- 
bouter. 

— (5'), vpr. (6B,Ac) : s^tendre; pren- 
dre beaucoup de place; faire l'impor- 
tant. / aron bid s'itanpd, i ni poron si 
difidre (6B) [ils auront beau faire les 
importants, ilsne pourront se deTendre]. 

£tar&, va. (4R) : enterrer, enfouir. 

fitarni, vn. (4T,A,Ab,Al ; 5A'b) : 
e"ternuer ; itarntchi (8B'm). Conjug. : 
itarn-i, 1 ; itarnissd, sin,4tri (4T,Ab). 
Si quelqu'un e^ernue, on a 1' habitude 
de lui dire : Dlu vou bSnissil (4T) ou 
Dlu vou conserve I Dlu vo tui I Conten- 
temen! (3C). Dans rAlbanais,ondisait 
et Ton dit eicore parfois crSiss^i B2- 
niss€!(4T,A). 

— , va. (4AI ; 5A'b) : etendre de la 
litiere. D'i itarni to ghpd (4AI) [j'ai mis 
de la litiere sous les chevaux]. Dans ce 
sens, a Leschaux, on a recours pour 
certains temps au verbe itirdrl. V. 
MdrdrS. 

fit amid, sm. : etourneau ou san- 
sonnet. (Bailly.) 

fitarnirB, sf. (4T) : millefeuille. 

fitartt, sf. (4AD) : houe. 

fitarti, va. (2AJ) : jeter, pousservio- 
lemment quelqu'un par terre et le lais- 



Digitized by LjOOQIC 



ETAR-ETNA 



177 



ser Itendu sans connaissance. V. Mar- 
to (O- 

Etartir (5*), vpr. (G) : s'dtendre par 
lerre, tomber tout de son long. II resta 
itarti et sans connaissance. 
• fit*, f. itiiri, adj. (4R) : entier. 

fct*$hi, va. (4AI) : Stayer. £tighi li 
jhirbi [superposer en ordre les ger- 
bes]. 

titfdrt, (4AI). V. 6tdrdr«. 

frftdrg, va. (4A1,R) : dtendre ; itin- 
<fr*< 4 T,A). 

— , va. (4A1,R) : entendre. 

St$l&, sf. (4T, A, Ab) : dtoile ; ichdld 
(8B'm) ; itaUd (4R). 

Atfilft, sf. (5C) : bnche de bois fendu 
d'une longueur d'un metre au moins. 
V.etaliL 

£t«r, f. itirsd, pp. (4T; 6 A) : dtendu 
sur le sol *(comme on dtend de la li- 
tiere) ; iti, itirsd (4 A) ; itir, itirsd (4 Aa, 
Al) ; itir, itissd($S'). Du verbe itirdri, 
itidri. 

&6r, sm. (4Aa) : litiere ; itir (6 A). 

£t6rdre, va. UT,A) : dtendre de la 
litiere sous le bltail; itidri (4AI). Se 
conjugue comme pirdr'i, sauf le pp. qui 
est itir, f. itirsd, a 4T. £ti tot iti ct 
pomi dqb Id-i dbrd (4A) [c'dtait tout 
£tendu ( co u vert) de pommes sous les 
arbres]. La patie iti tof itirsd (4A) [la 
paille dtait toute 6parpill6e]. 

A Leschaux, il se conjugue comme 
suit : 

Inf. pr. : itidrB ou itarni (indiffd- 
remment). 

Part. p. : itir, f. itirsd ou itarni (in- 
diflferemment). 

Ind. pr. : d'itirtf, fitir, ar itir, 
n6-% itir\in, v6-\ itirtf, i-% itir\6n 
(itarni ne s'emploie pas a ce temps 
dans ce sens). 

Ind. imp. : d'itarnivd (itidr'i n'est 
pas usite* a ce temps). 

P. ddfini : d* itarni (la 1 n pers. du 
sing, est seule usitde, et d'itir^i n'est 
pas employe*). 

Futur : d'itarniri (d'itirdri, inu- 
sitd). 

Au subj. le verbe itidr'i est dgalement 



inusite\ il est remplace* par itarni : qi 
d'itarnissd, qi ditarnissd. 

En vx. fr. esternir : dtendre, renver- 
ser, joncher, tapisser. Godbfrot cite 
l'exemple suivant : « De tables et de 
bancs garnie (la salle) | Selon la saison 
esternie | Estoit de jonc, d'erbes ou de 
fueilles. » II remarque qu' esternir dtait 
encore employe" dans la premiere moiti6 
du xvn' siecle. En Normandie iternir, 
comme itarni ou itirdrB en Savoyard, 
itarni en lyonnais , signifie spdciale- 
nient ^ tend re de la paille sous les bes- 
tiaux. 

Etarni vient de sternire, itirdre de 
stern ire. 

La chute de r, dans itidrB (4AI), a 
pu fitre amende par l'analogie de itidrB, 
dtendre. 

£ternle, sf.(3S'): litiere. 

£t6rp&, sf. (4A) : pioche. 

C'est probablement le mime mot que 
nous trouvons sous la forme esterpe 
(161 5, 1 A) : « Trois fassoux, une es- 
terpe ». 

titeurnle, adj.(3S'). V. 6turnie. 

£tI6l*, sf. (4A,R) : dchelle. / i-t i 
montd sin-n Mild, Monchu ? [y est-i! 
montd sans dchelle, Monsieur?] telle 
dtait la question posde, dit-on, par un 
brave paysan des environs d'Annecy, a 
son curd qui faisait un sermon sur 
I'Ascension. 

L6-\ infan du cartivi I'pon s'fassivdn 
l' it Hid (4A) [les enfants du quartier 
vers le pont se faisaient Pdchelle; mon- 
taient les uns sur les dpaules des autres, 
en se servant comme d'dchelons des 
mains croisdes de leurs camarades]. 

£tieval&, vn. (3S) : hucher en fai- 
sant entendre un sifflement aigu qu'on 
produit en mettant les doigts entre les 
levres. 

fitllafA, va. (3S') : dcraser brusque- 
ment en dclaboussant. 

Etliapon, sm. (3S') : buchette. 

fitlioni, sm. (3T) : dpine-vinette. 

lfctnAlIe, sf. pi. (4T,A) : tenailles; 
itndlU (^kb). Remarquer Yi prosthdti- 
que, qu'on trouvedgalementdans lefrl.: 



Digitized by LjOOQIC 



1 7 8 



ETO-ETRO 



pes e'tenaiiles, des ibretelles, des 4ci- 
seaux, parfois des ireins (reins), etc. 
Ces mots d&ignent des objets qui of- 
frent deux parties constitutives et sont 
ordinal rement employes au pluriel ; 
aussi la prothese de V4 seinble un fait 
different de celui que Ton constate dans 
le fr. vulgaire pour les mots tels que 
estatue, esquelette, etc. 

£to, adv. (4AD) : aussi, e'galement. 

ttolyi (s') f vpr. (4T) : s'&irer ; *V- 
toulyi (4A) ; s'ttoulU (6A), frl. s'itouil- 
ler. Lo v\6 s'itouttdn, V av6 va dim % - 
nud (4A) [les veaux s'£tirent, le cuir va 
diminuer; se dit quand on voit une 
personne s'£tirer]. 

itor, sm. (4T; 6A) : tournis des 
moutons. 

£tordi, did, adj. et nom (4T,A) : 
£tourdi, ie. 

£tr&, sf. (6Ac) : lieu ou Ton serre les 
feuilles seches, le foin et la paille qui 
ne peuvent servir que de litiere. 

— , (3Sd) :e*curie. 

Cest probablement le mfime mot que 
nous trouvons sous la forme estro% 
(1684, 1 A) : € II veut que I'estro^ et la 
porte de la grange soient entre ses fits 
indivis. » A 3S', tire signifie : aire a 
battre le ble\ 

En vx.fr. estre, estra : emplacement 
dans un lieu ouvert, chambre, jardin, 
fosse\ lieu, place en ge*ne"ral. (Godefroy, 
v* estre 2.) 

« Les itros sont ce qui est a l'exte"- 
rieur de la maison : le balcon ou Ton 
met s£cher les fruits, le perron, l'en- 
droit sous 1'auvent, si ces objets exis- 
tent ; le porche exte*rieur d'une e*glise, 
etc. Cest le sens du vx.fr. « Fors en las 
cstras estet Petre. » (Pass, du Christ.) 
Ces sens, joints a cette circonstance 
que, dans le vx.fr., 1'orthog. itre estre 
est infiniment plus fre*quenteque aitre 
(Vex. ci-dessus estras est le plus ancien 
connu), doivent faire accepter l'£ty- 
mologie ext(e)ras donn£e par M. Neu- 
, mann. » (Puitspelu, v' Stros.) 

fitrable, sf. (3Sd): 6curie; Stable 
se dit bweu. 



£tram&, ttramwd, itramd, f Stea- 
mer. V. dntramA. 

£tran, sm. (4T) : Itron. 

£trangl&, va. (4 A) : Wrangler ; itran- 
gld ( 4 A). 

£tranglIon, sm. (4T,A,R) : noeud 
coulant. A 4 A, e'tranglid gha (£tran- 
gloir). 

L6-\ itrangtion (4A) : mal de gorge 
accompagne* d'une difficult^ d'avaler; 
oreillons. 

£tranjhi, ir$, nom et adj. (4T,A,R): 
Stranger, ere. 

£tre, sm. (3S') : aire a battre le ble\ 

fitrS, v. aux. (4T,A,Ab,Al,R, etc.) : 
£tre. 

£tr$, sf. (6Gv) : jante d'une roue. 

£trd, <?M,adj. (4T,A,Ab); £troit. 

£trec&, vn. (4AI) : rejaillir. 

fitremalA, entremald, va. (3S') : 
heurter. i? m'a e'tremald [il m'a heurte\ 
il s'est heurte* contre moi]. 

fitremwd, sm. (4Ab) : trlmie. 

£treqd, sm. (4AI) : clifoire. 

£treqd8d, sf. pi. (4Ab) : sorte de 
pince en bois servant a cueillir les chi- 
taignes encore munies de leur bogue ; 
itrechisi (4R). 

£tr6t&, adj.f. (4T,A,A'g) : angleux; 
nui ttr&td [noix angleuse]. Se dit des 
noix dont la substance est enfenn6e 
dans des sortes d'angles. 

fitreubUft, sf. (3C) : e'teule. 

I&trevu, sm. (3S'), GtrevXbu (4AS) : 
petite baguette de 10 a 12 centimetres, 
perce*e aux deux bouts, servant a tenir 
le fil que Ton pelotonne. 

£tria, sf. ( 1 Ep) : airte. 

£trobla\ sf. (4T) : e'teule, herbe qui 
croit dans un champ de bl£ apres qu'on 
a fauche\ F6 mtd U paghe d dtrobld 
[il faut envoyer les vaches paitre Y6- 
teule (c'est-a-dire 1* herbe)]. 

£troblie, sf. pi. (4T) : e'teule, chau- 
me qui reste sur place apres qu'on a fau- 
ch£ un champ de ble\ Fd md alddighd 
cTsu le% itroblU [il ne fait pas bon 
aller pieds nus sur I'£teule (c'est-a-dire 
sur le champ de bl£ fraichement fau- 
CM)]. 



Digitized by LjOOQIC 



f A Vionnaz : etrdble. V. esteule, dans 

GODEFROY. 

fitron, sm. (4A T Aj,AI,As) : jante 
d'une roue. 

fitudyi, va. (lEp; 4T,A) : £tudier. 

fturnle, iteurnXe, adj. et nom (3S') : 
gauche, maladroit ; qui a la vue basse. 

fitvA, va. (4Aa) : Ituver. £tvd lou 
titinde na vachi [£tuver la tetine d'une 
viche]. 

Euli, sf. (5C) : grande marmite ; iuld 
i WU'g). 

Eultt, sf. (8Bf) : aiguille. V. avolia. 
i Bulls, sf. (7J1-) : aiguille ; eulU (8Bf ). 
! V. avolIS. 
; — , sm.(5At) : oeillet; eulXi (4A\). 

Eonalie, sf. (iE; 3S) : noisette. 
\ Eupi, sf. (4A) : heure ; iurd (4T,R). 

Eurftu, iuriusd, adj. (4T) : heu- 
reux. 

Euti, sm. (5C) : outil. 

Eutramftn, adv. (7J1-) : autrement. 

But wan, sm. (3S') : automne. 

f Euves, sf. pi. (G) : laitance. Du 
latin ova, pi. de ovum, oeuf. 

Eusot, sm. (8Bf) : auget. 

Ari, sf. (7Jr ;8 Bf) : eau ; toe et ivwi 
(iA). 

£vda" vitd (jh) : eau-de-vie. V. 6g&. 

— , adj. f£m. ct tod (4Aa) : Sparse. 

tvi, va. (4Aa). V. 6wA. 

£vand6f (4TJ) : verbe qui s'emploie 
dansl'expression suivante ipifireivan- 
dit r tin [pour dissiper les nuages]. 

AraranglU, UU, adj. (4Ab) : mal 
habille* ; se dit aussi des animaux dont 
l'aspect montre qu'ils ont £te mal nour- 
ris. Quand on dit : <T si to-t toaran- 
glid, on exprime qu'on a faim et qu'on 
n'a point d'app&it. 

£yaijhi&, sf. UAb) : verge d'un 
fleau. 

Evarna, va. (4T,A1) : nourrir pen- 
dant Thiver. Nou-% in ivarnd fin colon 
(4T) [nous avons eu a nourrir cet hiver 
cinq petits cochons]. 

— , vn. : hiverner, passer Thiver. 

Avarnon, sm. (4T,As) : cochon de 
lait qu'on achete en automne pour le 
vendre au printemps suivant. 



ETRO-EWE 

tvSYLk, pp. (4T,A) : e>eille\ 



179 



gyftlion, sm. (4T,A,Al) : giffle, souf- 
flet. A 3C, fess^e. 

ifcvfilyi (s') t vpr. (4A) : 6tre mis en 
£veil,se tenir sur ses gardes ; surveiller. 
Fadra t'ivilyi, si t'ni vu pd itre in- 
jhoubld [il faudra 6tre sur tes gardes, 
si tu ne veux pas £tre enjole\ tromp£]. 
TaflU i-t on pu gar if aid, fadra f Vi- 
vilyi [ta fille aime a se pavaner darts 
les rues, il faudra que tu la surveilles]. 
EvilXi-ti ton ptXou frdri q' i n' ton- 
bisi pd dXin Vigd [surveille ton petit 
frere pour qu'il ne tombe pas dans 
Peau]. £vilXi-ti c' q % i va firi [regarde 
ce qu'il va faire"|. £vilii-vd c' q*i va diri 
[e*coutez ce qu'il va dire]. Frl. toeiller. 

ftvijhd, sm. (4AI) : envie (tache sur 
la peau). 

£▼5, adj. (4Aa) : £pars, disperse, 
e"tendu sur une trop grande surface. Du 
verbe ivd, evwd. 

fivortolI6, va. (6A) : entortiller. 

Evouhette, sf. (G). A Her aux ivou- 
hettes ou ivouhetter (toouhatter) si- 
gnifie : grappiller apres la vendange ; 
ivouhetteur : grappilleur (Blavignac). 

l£vw6, adj. (4A) : £gal ; sensiblement 
de mfime grosseur d'un bout a l'autre. 
Li bone lati son ivwi (4 A) [les bonnes 
gaules (pourabattre les noix)sont d'une 
grosseur £gale dans touteleur longueur]. 
Via pissd i bXin evwd (4A) [ce sapin 
est bien eMance" (sa tige va insensible- 
ment en diminuant)]. 

£w&, ivwd, va. (lEp ; 3S') : r£pan- 
dre de l'eau ; ivd (4Aa) ; ivwd (4A). 

--, : e"tendre d'une maniereuniforme, 
par exemple un tas de b\i, de foin, de 
pommes. £fou ivwd W mwi pi biin 
I'apland^X) [il faut£tendre ce tas d'une 
maniere 6gale pour qu'il pr^sente une 
surface plane]. 

Dans le premier sens, ce mot est un 
derive de aqua, eau; dans le second de 
ozquum £gal (d'ou osquare). Dans les pa- 
tois lyonn., for6z.,bugiste,^jtf,enprov. 
igar, signifient £galiser, arranger. 

£w$, ou wi, adv. (4T,A'g) : aujour- 
d'hui ; iwi ijlt). 



Digitized by LjOOQIC 



i8o 



EXAR-EZO 



£xarcic£, sm. (4T) : exercice ; 4xar- 
cichi (4A). 

f Excuse. Dans le frl. , demander 
, excuse signifie demander pardon. 

A-z, forme de Tarticle de^ni con- 
tract^ au pi uriel (devant voyelle) : aux. 

fire, sf. pi. (4A,Ab,A'g,R,T; 7Jr) : 
vaisselle, ustensiles de cuisine ; marmi- 
tes; baquets, cuves pour entreposer la 
vendange; Are (aAj). 

Patdd4-\4\i (4T,A) [lavette, morceau 
de linge servant a laver la vaisselle] ; 
f patte des aises (G). 

feie, sm. (4T,Tc,A,Aa,Ab t Al,At) : 
oiseau ; 4\t4, 4\6. V. ixe. 

£ la plonmd (f arfd r£%4 (4A) [c'est 
la plume qui refait Toiseau, c'est-a-dire, 
belle plume fait bel oiseau]. 

Monchu, vo-% 4t4 r ri d4-\ 4\4, d\ive 
on pisan a on peussti-cu. — M4 q4, mon 
brdvi? di I'dtrd ingharmlla. — L6-\ 
4^4 puldn avw4 tote* leu plonm4, 4 vo 
r4n <{avw4 Xon4 (4 A) [Monsieur, vous 
6tes le roi des oiseaux, disait un paysan 
a un agent d'affaires. — Comment cela, 
mon brave ? dit l'autre rlatte\ — Les oi- 



seaux volent avec toutes leurs plumes, 
et vous avec une]. 

£%4 du bon DXu (4 Ab) : bergeronnette. 

£xi, sm. (4AI) : prlsure ; 4%i (aAj). 
V. axi. 

Nous relevons dans J. Pellktier (du 
Mans) le curieux passage qui suit : 

« Ilz font tramper la racine d'Ortie | 
En la liqueur du fourmage sortie, | 
Qu'on dit lait clair, dont leur Aisi se 
fait, I Nom du Latin, acide, contrefait | . 
Puis au chaudron, ou boult d'autre lait 
maigre | Auec lait franc, ilz getent de 
cet aigre | Ce qu'il en faut. Ces trois 
mistionnez, | Font le Serat, bien pro- 
portionnez, | Second fourmage, et de 
grosse sustance, | Des poures gens or- 
dinaire pitance. » (Second Livre de la 
Sapoye, p. 36. Annecy, 157a.) 

Godefpoy indique les formes suivan- 
tes, avec le sens de vinaigre : aisil, ei- 
sil, esil, escil, asil, assil, aisi, aisu. 
Acetum que nous avons donne* comme 
e*tym. a a\i ne rend pas compte des for- 
mes termin£es par /. 

£zd, adj. et n. (4A,Ab,A'g,T; 7Jr) : 
aise. V. 4ij6. 



^a^^^S. 




(s^ " c^T 



Digitized by LjOOQIC 



Pi, forme du verbe faire (4T, A). 
PA, sm. (iEp;4Al) : hfitre, ffayard ; 
ft [SAD; feu (G; iA ; 5 A') ;fao (1 A) ; 
flu (M);fb* (3B ; 4 T,A'g); /oii( 7 Jr). 
Latin fagum. 

On trouve /o* et /o/e/, a Fribourg 
(Blavignac : Clocher de Saint-Nicolas, 
p. 3a). « Les nomsde fo,fau (Fiddlier), 
fou,fouteau (conserve" par TAcad^mie), 
sont donnas au hfctre par les anciens 
romanciers fr. et ils ont persist^ dans 
plusieurs patois. A Geneve, on se sert 
du mot foyard ou fayard, mais on 
trouve fou* sur les anciens comptes ; 
dans les Alpes, le fruit du hfitre porte 
le nom de fouainna ou fouainette. > 

Ajoutons quelques anciens noms du 
hetre : faie, fanne, fayan (employe* 
par Brant6me et B. Palissy),/*s/6,/rati, 
etc. V. dans Godefroy, les mots indi- 
que*s et particulierement le mot fou. 

PabI61&, sf. (4T) : petite fable ; conte 
amusant, historiette. 

Piblft, sf. (4T,A) : fable; fwdbld 
(4AI). Syn. : contU (3S*) ; contid (4T, 
A,R);dim. ifabWld (4T). 

t Fabricane, sf. (4A,F) : ouvriere qui 
travaille dans une fabrique. 

« Voila les fabricanes qui reviennent 
deCran » (bourg pres d'Annecy). Cest 
une forme fern, de fabrican(t), cr6£e 
d'apres Y*n*\og\to\z paysan, paysanne. 

Outre le f$m. fdbricannf, le patois a 
le masc. fdbr ican : ouvrier qui travaille 
dans une fabrique. 



FAchA, pp. (4T) : fache\ irrite* ; fdtla 
(4A,A1). Syn. : 4r6 (4Al,As). 

FachSu, sm., f6m. iusd (4T,A) : fai- 
seur ;/acAu (6B). On fachtu dC&nbara 
[un fanfaron ; un faiseur de c^mo- 
nies, faiseur d'embarras] ; na fachSusd 
d' mariajhd [une faiseuse de mana- 
ges]. 

Facheu pl&, sm. (aAj) : houe. 

Facheu a keurne : hoyau. V. fasaeu. 

F&9M, va. (4T,A): facher; aflbhi 
(lEp). 

— (s£), vpr. : se facher. SS fdchi apri 
cdcon (4T, A) [se facher contre quel- 
qu'un]. 

FAdA, sm. (4AI) : tablier. 

Fafwft, n. pr. (4T,A,A1); Fafwi 
(4T) : dim. de Francois. V. FanfwA. 

Fagotft, adj. (3S* ; 4T,A) : habile 
sans gout. 

Fal, sf. (4R) : fois. Syn. : vlajhd 
(4T,A) et cou. 

Fai&, sf. (3S') : fe*e; ft (4T). Latin 
fata, pi. defatum. 

Falasse, sf. (2 Aj) : femme qui se fait 
remarquer par une mise Strange, par 
des manieres ridicules. 

FaI6, sf. (4A) : fee ; au fig. : jeune 
fille eveill^e. 

Sur les « fayes » et les monuments 
appetes Pierres aux Fies, sur le Val 
des Fayes, la Table aux Fies, la Go- 
lettd di Fayd, cf. Gaudy Le Fort : Pro- 
menades historiques dans le canton de 
Geneve, p. 56, sqq. 



Digitized by LjOOQIC 



1 8a 



FAIE-FANT 



FaX6, sm. (4T) : lieu plants de h£- 
tres. Nom de lieux dits. 

Le suffixe & (du suffixe lat. etum) sen 
a former des noms qui d£signent un 
terrain plante* de tels ou tels arbres : cu- 
dri, coudraie ; frSni, frfinaie ; sapi, 
sapiniere ; sossissi, saulaie ; varni, ver- 
naie (4T). Les mots qui precedent sont 
f6m. en fr. et masc. en patois. 

Faion, sm. (4AI) : fafne (fruit du h£- 
tre). 
FAir&, sf. (4R) : foire. 
FAisan. V. ttjan. 

Fajh61&, sf. (7JO : haricot ; fajoU et 
fajule (G); fajould (iDb) ; fajou, m. 
( 4 T,A,Ab,A*g,Al; 5 A') ; pi fajou (5 At). 
Fajolon, sm. (4T,A) : haricot nain ; 
fajould, sf. (4AI). 
Fajou. V. fajhdl&. 
Fal6, adj. (2 Aj) : qui a le poil blanc, 
gris et bai. Se dit du cheval. 

F&1I&, sf. (6A): flambe*e;feu clair, 
feu de bounce. La dmise difdlU (6 A) 
[le dimanche des brandons]. 

Faliest6ure, sf. pi. (6A) : flamme- 
ches, brandons qui s^levent d'un in- 
cendie. 

— , neige fine qui couvre a peine le 
sol ; flocons de neige. 

Falleuste, sf. (6A) : fille grande et 
maigre. 
F&lion, sm. (6A) : brandon. 
Faliouchon, sm. (4Ab) : flamme- 
che ; falXughi (4 Al). 
Faliu, pp. (5C) : fallu. 
Fal6, sm. (4T,A) : falot. 
Fan, sf. (3S' ; 4T,A ; 6A) : faim. La 
fan 'i-t on bon co*ni (4T,A) [la faim 
est un bon cuisinier, c'est-a-dire le meil- 
leur assaisonnement]. 
— , ou fen, sm. (3S') : foin. 
— , sm. (4T) : fond. U fin fan [tout- 
a-fait au fond]. 

— , forme du verbe faire;(3S'; 4T): 
ils font. 

Fana, vn. (4T) : toucher, effleurer. 
Se dit au jeu de billes. Ma gobilU a 
bisnd la tinnd [ma bille a touche* la 
tienne et Ta fait bouger]. Nan, f Vd 
pit-itrS fand, mi ti n' I'd pd bSsnd 



(4T) [non, tu Fas peut-£tre effleurte, 
mais tu ne l'as pas fait bouger]. 

Fanchet& (4T,A) : dim. de Francoise ; 
Fanchite (4R) ; Fanchon (4T, A,R). 

Le nom de Fanchon a eu son heure 
de c61£brite\ Fanchon la Vielleuse, tel 
est le titre d'une « com£die en trois ac- 
tes, m61e*e de vaudevilles », representee 
pour la premiere fois sur le theatre du 
Vaudeville, le 28 niv6se an XI. Cest 
I'oeuvre de J.-N. Bouilly et J. Pain. (Ed. 
a Paris, chez Barba,an XI, 1 80 3). « Au- 
cun genre de bienfaits n'dtait Stranger i 
Fanchon la Vielleuse, que tout Paris 
avait sumommle la Ninon du Boule- 
vard. » Ainsi debute la preface de cette 
piece, ou parait, avec Fanchon, son 
frere Andre*, qualifie* d* « excellent gar- 
con, vrai montagnard ». Celui-ci parle 
un jargon donne* comme chamblrien et 
danse « le petit pas Savoyard ». 

Le souvenir de Fanchon n'est pas 
completement disparu.L'auteurde YAi- 
glon s'est permis un calembour sur 
Fanchon la Mielleuse. 

Fand&, sf. (4Aa) : tronc. 

Fandlft, sf. (3S*) : sangle d'un che- 
val portant un bat. 

FandliA, va. (3S') : sangler, ceindre; 
Her par le milieu. 

Fandlie, sm. (3S') : espace entre 
deux bancs de rochers. 

FandrS, vn. (4T) : fondre ; fondri 
(4A,R). 

Fanfarfc, sf. (4A) : fanfare. 

Fanfwft, n. pr. (4T,A, Al) : Francois; 
Fanfwi ( 4 T,A). 

Fanfwi est le nom que donnent aux 
soldats les gamins ann£ciens. Sans dou- 
te par corruption du mot Francais qui, 
apres Pannexion, s'appliquait a tous les 
fonctionnaires venus en Savoie. « Fan- 
fwi d! la galet&l » [Francais, du bis- 
cuit I], criaient les enfants sous les fen£- 
tres de la caserne ; et les soldats de lan- 
cer aussit6t quelques morceaux de bis- 
cuit. 

Fanni, sf. (iD ; 3S'). V. fenna. 

Fantani, sm. (4T) : petite source 
d'eau qui tarit sou vent. 



Digitized by LjOOQIC 



FANT-FARE 



i83 



Fantann*, sf. (4T) : fontaine ; fon- 
tannd (4A). 

Fantdmft, sf. faT.Ab) : 6pouvantail 
pour chasser les oiseaux. A Vionnaz, 
fatumd. 

— , (4T) : vieille femme maigre et de 
grande taille. 

En fri. fantome est souvent du genre 
fe*m., com me fan tdm d. 

Cf. : « Apres une Jantosme porte'e par 
quaire dans un linceul, jett£e par tous 
les quarres (carrefours), lieux et places 
de ladicte ville. » (Recueil de la Che- 
vauchie faicte en la ville de Lyon, le 1 7 
novembre 1578.) 

Syn. : barughB (4T) ; babu (3S') ; 
marmnlan (4T). 

FAo, sm. (1 A) : helre; fau (8M). V. 
fa. 

Faxa, sf. (4T,A,Aa,R) : lumiere vive; 
au fig. chaleurdu combat, de la discus- 
sion. 

— , sf. (6 A, Am) : foire. £ fd aid matin 
tfdrd, tdr 4 guird (6 Am) [il faut aller 
t6t a la foire, tard a la guerre]. 

Far&, sf. (4T,A ; 6A) (t. de bouche- 
rie) : fressure (le coeur, la rate, le foie 
et les poumons d'un animal pris en- 
semble) ; fird (3S'). Fard cT vld (4T, 
A) [fressure de veau]. Al a acrosfta la 
fard (6A) [il a mis au croc sa fressure, 
c'est-a-dire c'est un homme sans honte, 
sans coeur, sans foi]. 

Dans le frl. on dit ferrie (4T,A); 
frissure (4T, A) ; f retire et froissure 
(G). 

— , sf. (4T,A) : petit tratneau muni 
de patins en fer ; ferron (G). 

— , va. (4T,A) : ferrer. 

— , vn. (4T,A,R) : flamboyer, bruler 
avec une vive clarte\ 

Farajhin, sm. (4T,A,Aa) : ble* noir, 
sarrasin. 

— , (4R) : bo he* mien ; vagabond. Le 
fern, est farajhna. 

FarallS, sf. (4T,A) : ferraille. 

Faralyi, vn. (4T,A) : essayer d'ou- 
vrir une serrure; fureter, fourgonner. 
iytfaralla on bon cdr d'durd sin povi 
uvri la pourtd (4T) fj'ai essaye* d'ouvrir 



la porte pendant un bon quart d'heure 
sans y parvenir]. T-ou q' tefaralte par 
q8 (4T) [qu'est-ce que tu fourgonnes 
par la] ? Dans le frl. ferrouiller. 

Farandft, sf. (3S* ; 4T) : dimin./a- 
randdld ( 4 A1). V. forat&. 

Farat&, sf. (3S') : femme ou filie qui 
rode et qui est mal habill£e. Fire* si 
far ate* (4T) [faire des siennes ; se go- 
berger]. 

A Geneve, f farate se dit d'une fem- 
me indiscrete, bavarde. « N'ayez rien a 
faire avec la Michaude ; c'est une fa- 
rate. » D'ou f farater (G) , faire la 
farate. (Humbert.) 

Farati, sm. (4A,T) : marchand de 
fer; \ ferret ier, ferronnier. 

Farca, sf. (4T,A,Ab) : farce. En ter- 
me de cuisine, syn. caponS (4T,A;£U). 

Farclia, va. (4*T,A1) : cercler ; far- 
did (aAj; 4Ab). 

Farclld, sm. (4T,Ab, Aj,Al; 6Ac, 
Gv) : cercle;cerceau. 

Farcon, sm. (5C) : mets compose* de 
pommes de terre perries avec de l'huile 
et du lard. 

Fardan, sm. (5C) : menu chanvre. 

FAre, va. (3S') : faire ;fdri ( 4 A1). 

Fard, sm. (4T,A) : dans l'expression 
lingd de fare* (4T, A) [m*chante langue, 
ou langue bien pendue]. II est possible 
que cette expression vienne du nom d'un 
celebre pr^dicateur protestant, nomme* 
Farel f qui v£cut de 1489 a 1569. 

— , sm. (4T,A) : meche d'une lampe 
ou d'une chandelle; f faret (G). 

En lyonn. faron. Cf. Paradin : //. de 
Lyon, p. 225, 6d. 1 5y3. 

« Au sens figure*, faret se dit d'une 
personne maigre, malade et dont la vie 
semble pres de s'6teindre. On le dit aussi 
d'une dtoffe qui n'a que I'apparence. » 
(Humbert.) 

« Cette £toffe n'a que le faret », c'est- 
a-dire elle ade Tapparence, mais ne vaut 
rien. « Cette personne n'a plus que le 
faret*, c'est-a-dire n'aqu'une apparen- 
ce de vie. Du v. fard, briller, flamber. 

— , (4T,Aj) : lampe de forme antique. 

— , (4AD) : zeste de noix. 



Digitized by LjOOQIC 



1 84 



FARE-FAUF 



Far&, 8t&, adj. (4R) : brillant, ver- 
meil. 

Fareuse, adj. (6 A) : vorace, sauvage, 
brutal. Syn. : aborsd (8B'). 

Farfit&, sf. (4AI) : tartine de beurre, 
de miel, etc. ; farfitd (4AS) ; charfitd 
<4A). 

Farfollon, sm. (4T,A) : fureteur. 

Farfolyi, vn. (4T,A,R) : fureter, far- 
fouiller;/ar/o/te(6A). 

f Farfouiner, vn. (G) : farfouiller, 
fureter. 

Farfwe-, sm. (4T,Ag) : cerfeuil ;/ar- 
fm ( 4 AI). 

Farm&, sf. (4T,A,R) : ferme, m£tai- 
rie. 

— , : ferme (assemblage de poutrelles 
pour soutenir le faitage et les pannes). 

Farmature, sf. (4A) : devantured'un 
magasin; ffermeture. 

Farmt, sm., tern. ire* (4T,A,R) : fer- 
mier. Syn. : granjhi (4T). 

Farmd, adj. (4T) : ferme. 

Farn&,sf.(iBm;4T,A,Ab,R;6Am): 
farine. 

Farnire, sf. (4AI) : grand colfre ou 
Ton serre la farine. Dans [efr\.farniere. 

En vx. fr.fariniere d£signe un coffre 
ou tombe la farine en sortant de la 
meule. 

Fard, ddd, s. et adj. (4T,R) : fier. 

Farojhd, adj. (4T) : laid, vilain ; fe- 
roce. 

— , (4Aa,A'g) : sauvage, brutal. 

Faron, sm. (4T, Aj,Al) : tache de 
rouille que prend le linge au contact de 
la cendre de lessive. Li linj'hd € to ro~ 
jhd di faron [le linge est tout tache* de 
rouille]. 

— , (4AI) : rouille. La rmald i totd 
crovitd dS faron (4AI) [la lame est 
toute couvertede rouille]. 

t Farselle, sf. (G) : faisselle. 

Farsm$,sm.(4Ab,Aj):gratindechoux 
avec des chataignes ; farsmin (4T,A) ; 
farsmen (aRm). VnU dan a ntra san 
Lor en p2 mijhi ntron ri 6 ntron fars- 
men (2Rm) [venez done a notre ftte 
patronale (saint Laurent) pour manger 
notre riz et notre gratin de choux]. 



Fart6, sm. (4T,A, Aa,Aj) : cellier; ca- 
veau destine* a serrer les fruits, le vin, 
le fromage, etc. Prin-n-i tb, la c&vd € 
V fartb (4T,A) [prends tout, la cave et 
le cellier]. Sartd (4R; 5C) ; citor, fetor 
(3T). V. cfitor. 
Farvwfi, sm. (4AI) : verrou. 
Faseul, sm. ; pi. fasu (yJt) : haricot; 
fasou (8 A). 

Fasolin, sm. (8A) : haricot nain. 

Fassen, sm. (3S*) : houe; fasso 
(3T). V. fosseu. 

Fassou ( 1 6 1 2, 1 A) ; fosceau ( 1 64 3 , 
iA);fossou (1 6 1 3, iA) ;fasseu (1614, 
1 A) : houe. « Trois fassous, une es- 
terpe » ( 1 6 1 5, 1 A). « Quatre fosceaulx, 
une esterpe » (1643, iA). 

Fassorft, va. (3S') : remuer la terre 
avec la houe. 

Ftta,sf.(3S";4T,A,Ab,Aj,Al,R;6Ac): 
poche d'habit. De Tall. Fait, fente ? 

Ma fatd i Untd, mi sovin rii a rin 
q* brinnissi; \ Rlondd Id primi jhd, V 
platd vi li fin d' mi (4A) [ma poche 
est profonde, mais souvent il n'y a rien 
qui re*sonne ; ronde le premier jour elle 
est plate vers les fins de mois]. (L. Ter- 
rier : D\6 I6~t /?.) 

Le vx. fr. a facque (faque, fasque) : 
poche, sac, qu'on retrouvedans le lyonn. 
facd; le lyonn. aaussi/a//Hf, poche. 

FAtIA,pp. de/4cA/(4A,Al,R): fache. 

Fatigft, sf. (4T,A) : fatigue. Syn. : 
icwic'hi (3S'). 

t Fatigu6. Dans le frl. s'emploie im- 
proprement pour indispose. « Com- 
ment allez-vous ? — Je suis un peu/a- 
tigui depuis quelques jours. » 

Faton, sm.(en Semine) : mollet. 

Fatrac'he, sf. (3S') : femme qui vend 
des denies en cachette. Dans FAlba- 
nais, forbd. 

Fatrac'hi, vn. (3S*) : soustraire des 
objets de la communaute* pour les ven- 
dre a 1'insu du pere ou du mari. A Se- 
vrier (4AS) on dit : ratd,firt on ra\ a 
Thones : fire on Idu, ou na niche. Dans 
PAlbanais, forbatd. 

FAu. V. ft. 

F&flifl, sm.(4Al) : manche d'une faux. 



Digitized by LjOOQIC 



FAUT-FELI 



i85 



t Faute. Dans le frl., avoir faute, riy 
avoir pas faute s'emploient Tun pour : 
avoir besoin, et Fautre pour : n'£tre pas 
nlcessaire. « J'ai grand faute d'une ro- 
be » (4T,A ; G). « II n'y a pas faute de 
faire ca», c'est-a-dire ce n'estpas n£ces- 
saire. V. fdtiL 

Fivi, sf. (4T,A,A'g,Al,R ; 5A\At ; 
6B; 7Jr; 8Aj : feve;/d*d (4Ab). 

f Faviole, sf. (G) : haricot ;fap1ould 
(iE). 

Faviolon, sm. ( 1 Dm) : haricot rouge 
et blanc. 
Fav6ta\ sf. (6B) : terre-noix. 
Fav6te, sf. (6B) : safran de prin- 
teraps. 

Fart*, sf. (4T) : fauvette. Syn. : 
picd-rdpd (4AI,A'g) ; pca-rdvd (4AD); 
tarachd (6Ac). 

Bailly {Ornithologie de la Savoie) 
rec^nnait en Savoie cinq especes de 
fauvettes, savoir : 

1* la Fauvette de Buffon (Sylvia Or- 
phea). Noms vulgaires : groussd Utd 
n£r&, grou caponigro ; carapasse (a 
Bordeau sur le lac du Bourget); 

a* la petite Fauvette de Buffon (Syl- 
via hortensis). Nom vulg. : picardpd; 

3* la Fauvette a t£te noire de Buffon 
(Sylvia atricapilla). Noms vulg. : Utd 
n&rd, caponigro; 

4' la Fauvette grisede Buffon (Sylvia 
cinerea). Noms vulg. ifopitd d li site, 
boghdrdd, gorjh'itd ; 

5* la Fauvette babillarde (Sylvia poly- 
glotta). Noms vulg. : la babillarde, la 
jardiniere. 
-, sf. (4AD) : feve. 
— , : lampas (enflure au palais du 
cheval). 
Fiwd&r, sm. (4Aa) : tablier. 
FawjhnA, sf. (4Aa) : le contenu d'un 
tablier. 

fFayard, sm. : nom usuel du hfitre. 
LiTTRfe donne aussi f foyard comme 
nom vulgaire du hetre, dont le vieux 
nom est fou. V. fa, 
Fazoul&, sf. (6B) : haricot. 
Fe, sm. (4T,A) : fer;/e*r (4Aa). Plon- 
mi <f fi (4T, A) [plume d'acier]. Fi d 



diformd (t. de cordonnier). V. d6- 
forma. 

— , sm. (4T,A) : faix, fagot. Pritd- 
mi on fi de palU p* acori mi bitU tan 
q'd la smannd q' pin (4T) [prttez-moi 
un fagot de paille jusqu'a la semaine 
prochaine pour que mes b&tes ne soient 
pas a court de litiere]. 

— , pi. irre*g. de fid, brebis (3Sd ; 
4Aa ; 6Ac,B,Bv). On tropi de fi (6Bv) 
se dit d'un troupeau ou il y a des mou- 
tons et des brebis. 

— , ftm.fitd, pp. (4T,A) : fait. 

Fd, sm. (5 At) : t fayard, h£tre. V. tt. 

— , sf. (4T,A,Ab) : foi, croyance. La 
loc. affirmative* ma foi » se dit mafi 
( 4 T,A,Ab); ma figd (4A); ma f Ion 
(4T). 

— , sf. (4T,A) : fois. 

— , sm. (4A,A1,R; 6 Am) : foin; fe 
( 4 Ab). 

F6bus (parld), (3S' ;4T,A) : z&ayer. 

F$dr6, sf. (4A,A1,R) : cendre. V. fln- 
dre. 

F$dr§, va. (4A,A1,R) : fendre. 

F6dri, sm. (4A,A1,R) : cendrier. V. 
flndri. 

FS18, npr. (4A) : Joseph. 

Fdgfr, sf. (4 A) : figue ; aufig. chique- 
naude. 

— (ma), loc. affirmative (4 A) : ma foi. 

Feg&ce, sf. (aAg): gateau fait avec 
des fruits. 

Fejan, sm. (6Ac) : petit te*tras ou 
coq de bruyere a queue fourchue. Les 
noms vulg. cite*s par Bailly (Ornithol.) 
sont \fijan,jallabre, grianot. 

Pour le grand coq de bruyere ou te"- 
tras : fbisan (4AI). Noms vulg. : gros 
faisan, grosse jallabre, faisan des Alpes. 

Ffijhd, sm. (4T,A,Aa,R) : fo\e;fejhe 
(3S'). 

FBjhd s'emploie aussi avec le sens de 
coeur : RiqicT la pi, i m' fd bdwfi U 
fijhd (4R) [rien que de la voir, mon 
coeur bat]. 

Fejours, sm. (7 Lb) : haricot. 

F6l6u, sm.(4T,Tj) : soleil. 

Feliandra, sf. (3S') : homme ou 
femme sans mceurs. 



Digitized by LjOOQIC 



1 86 



FELI-FENA 



FfilI6, sf. ( iD ; 4 A'm) : fi!!e ; filXe 
(3S' ; 6Ac,B). V. fll*. 

Ffilonie, sf. (i Dm) ; ffelogne (G) : 
grand e chelidoine. 

Femd, va. (4Ab) : fumer un champ ; 
femin (6B). Syn. : idrujhi (4Ab,R). 

Fema, vn. (6B) : fumer. 

— , sf. (6A,B) : fum^e. 

FSmala, sf. (4Ab) : femelle ; fmald 
(4T,A). 

Fdmali, sm. (4AI) : coureur de fem- 
mes. 

FSmani, sm. (4AI) : emplacement 
od Ton entasse le fumier ; gros tas de 
fumier ; fimari (4R). 

Femft, sm. (6B) : lycoperdon. 

Fdm6, sm. (4AD) : fumier. 

FSm&la, sf. (7M) : fern me. 

Fem6n, va. (6B) : fumer, mettredu 
fumier. Di wifimin mon start (6B) [je 
veux fumer mon champ]. 

Femi, ' sm. (4AI) : fumier ; fimXi 
(6k). 

FemI6re, sf. (6A) : fum6e. 

Femu, sm. (6B) : fumeur. 

Fdn, sm. (4T,A,A'g; 5A'; 6B; 7Jr; 
8A):foin;/en(3S , );/^( 4 A,Al,R;6Am). 

Ftaa, sf. (4T,A,Ab,R; 6A,Am) : 
femme ;/d/i<J(3S'). 

On emploie aussi fmald (4T,A) ; fi- 
mald (4Ab) \femild (7M), mais ces der- 
niers mots ne se disent guere qu'en 
parlant en glnlral. 

Dict. Analog. : Une fern me maigre 
et grande s'&ppeUe fan tdmd ou barughi 
(4T) , chanbranlb (4T,Ab) ; lanbruchi 
(4Ab,T). 

Une femme petite etcorpulente : bo- 
rn* ( 4 T). 

Une femme de moeurs peu recom- 
mandables : gharapb, chirpd, gharcb ; 
voyez aussi chavan. 

EpbUsd joXbUsd , find plburb&sd; \ 
ipbUsd plburbusd,find joXbusd (6Am) 
[Spouse joyeuse, femme pleureuse ; 
Spouse pleureuse, femme joyeuse; c'est- 
a-dire la joie qu'une nouvelle marine 
montre lors des noces se change sou- 
vent plus tard en pleurs, et vice versa], 

Li fini, avan de se marXd, If araste- 



rXan on stine ; on cou q'i san marii, 
i~t a pind si X arasterXan na rdvd (6Am) 
[les femmes, avant de se marier, arra- 
cheraient un chene ; une fois qu'elles 
sontmariees, c'esta peine si ellesarra- 
cheraient une rave]. 

Ubme i ditopd, i la find de ritd 
(6 A) [Phomme est fait d^toupe et li 
femme de filasse ; la fin du prov. est: le 
diable a bien vite fait d'y mettre le feu]. 

Mwi 4 X a d' fini, plu na paroste i 
rsli(6k) [moins il y a de femmes, plus 
une paroisse est riche]. 

Can na find pora plu parld, sa tonbd 
& fd apristd (6Am) [quand une femme 
ne pourra plus parler, il faut preparer 
sa torn be]. 

La find qe di tb a son mari, leplburi 
mi que le ne ri (6Am) [la femme qui 
dit tout a son man, (elle) pleure plus 
qu'elle ne rit]. 

Find pilXi 4 gran pin n' cbrdn pd 
pi rin (4T) [vieille femme et grand 
vent ne courent pas pour rien, c'est-a- 
dire si vous voyez une vieille personne 
courir, c'est signe de grave •e'vSnemenl, 
com me un grand vent est Pavant-cou- 
reur d'un orage]. 

Li Jini san cmi 16-* djd, i pissdn 
q'dfirelbU tdlitd (6km) [les femmes 
sont comme les oiseaux, elles ne pen- 
sent qu'a faire leur toilette]. 

Na moiitrdi na find i c' qi dimandi 
miditretXin (6 Am) [une montre et une 
femme, c'est ce qui demande le plus de 
frais d'entretien]. 

Qi tapi son qhin tapi sa find; qi 
tapi sa find bd fdssd monXb (4T,A) 
[qui bat son chien bat sa femme, qui bat 
sa femme bat fausse monnaie] = Chd 
qe bd na find d bd on sb de farnd 
(6Am) [celui qui bat une femme (il) bat 
un sac de farine]. 

£ fd pd plu d* fini h sepd q'i X a de 
cmdclXe d la stimend (6k) [il ne faut 
pas plus de femmes a un souper qu'il 
n'y a de crlmaillieres a une chemi- 
neY|. 

F6na, sf. (5 A') : Mnt;finnd (4T) ; 
fennd (iD; 3S') ;faXon (4AI). 



Digitized by LjOOQIC 



FENA-FETO 



.87 



FfcnA, va. et vn. et//i4(4T,Al) : faner 
(faucher le foin); find (3S*) ; f fener. 

— , (3S*) : descend re au village le 
foin qu'on a retire* en Itl dans les cha- 
lets de montagne. 

Fenamen. adv. (aAj), dans la loc. 
pdfinamen : pas tout-a-fait. 

F6ndr8, va. (4T) : fendre ; fidri 
(4A,A1,R). 

f Fener, va. et vn. (4T,A ;G) : faner. 
S v emploie le plus souvent absolument. 

Fener est unarchaisme. Ce verbe £tait 
encore usite* au xvn* s. « Fener, au 
demeurant ne s'entend que pour re- 
cueiilir le foin. » (Oudin : Gramm.fr., 
p. 214, 6d. 1 656). 

Fenttrft, sf. (3S*) : fen^tre; fnitrd 
(4T,A). 

FSni, sm. (4T) : fenil (lieu ou Ton 
serre le foin). Syn. : itrd (6 Ac) ; soli 
(3S* ; 4T,Aa); dans TAlbanais, rutna. 

En vx. fr.f enter, feniere: grenier a 
serrer le foin. 

Fenian, antd, adj. et s. (4T,A) : 
faineant. Syn. : gogan (3T; 6A); ba- 
reuste (6A). 

F6nlI6u, sm. (4Tm) : laiche (plante). 

Fenn&, sf. ( 1 D ; 3S') : faine ; finnd 
(4T). 

— ,(iD; 3S') :fouine. 

F6n61e, sf. (G) : jeune femme. 

Fendu, sm. (iDm) : fenouil \finX6H 
{2k);f(nw4 (5 At ; SM);finoulU, tem. 
(4A). 

Ffipon, sm. (4T) : charbon, nielle 
(maladie atteignant le ble\ le seigle). 

FfiponA, vn. (4T) : 6tre attaque* par 
la nielle. Lou bid fiponXdn stX an [les 
bl£s sont attaquls par, la nielle cette 
anneYJ. 

F6r, sm. (4Aa) : fer. 

— , sm. : le Fier (riviere de la valine 
de Thdnes). D' vi en Fir [je vais vers 
le Fier]. Sti tantou, Fir itai bin grou 
[cette apres-midi le Fier £tait tres gros]. 
S'emploie sans article. 11 en est de 
meme pour les autres noms de riviere, 
meme en frl. 

F6rd, va. (aAj) : faire un marche" a 
la foire. 



F6r&, sf. (3S*) : fressure. 

— , va. (3S*) : ferrer. 

Fdrft, sf. (4T,A,Ab) : foire; fa\ri 
(4R) ; fdrd (6A,Am). N7 a pwin d 
fird sin rtdr (4T,A) [il n*y a point de 
foire sans retour] =2? 1 a pdd'fdrd si 
reteur (6A) = / a pd d' fdrd si retbr 
(6Am). 

F6rfi, va. (4T,A,Aa,R/etc.) ; faire; 
fair* ( 4 R); fdri (4AI) ;fdre (3S' ; 6A, 
Am; 8Bf,B'm);/<Jr*(6Ac,Bq,Gv).F<*-f- 
ou (4T,A) [comment va la sant£? ou 
bien : Touvrage avance-t-il, ne pr^sente- 
t-il pas trop de difficult^ ?] Fd bon 
dirt, mifd md fir'i^T^k) [c'est facile 
a dire, mais pas facile a faire]. 

Chd qa triii pdu d' fdrepi /<5-* dtre, 
dfd ri par ttu (6Am) [ celui qui a trop 
peur de faire pour les autres, (il) ne fait 
rien pour lui]. 

Onfd c' q'on pu, on ril pd d' bu (4A) 
[on fait ce qu'on peut, on n'est pas des 
boeufs]. 

Fdr6ra\ sf.(iE): roue. 

FSrgalft, sf. (4AV'). V. forgaUL. 

Fdrieu, eusd, n. et adj. (aAj) : celui, 
celle qui vend ou achete a la foire. 

fFerrie, sf. (4T.A) : fressure. 

— , : trafneau sur patins en fer. 

f Ferretier, sm. : ferronnier ; fa- 
rati (4T,A). 

f Ferron, sm. (G) : petit trafneau 
muni de patins en fer. 

F6rul6, sf. ( 1 Dm) : haricot. 

Fdrvaift, sf. (lEp) : cervelle. 

FSrznft, vn. (3Be). V. frftzna. 

F3ssa\ sf. (4T,A,R) : fesse. 

F688al&, sf. (4T,A,R) : faisselle (vase 
en bois, en poterie ou en fer blanc, per- 
ce* de petits trous pour l^coulement 
du petit-Iait) ; f farselle (G) ; fitire 
(3S') ; fitiri (4TJ). Cf. Godefroy, v'fts- 
sele. 

F6tft, sf. (4A,As) : fete. On dit la Fit' 
a Dht, par fausse interpretation deFitd- 
Diu [FGte-Dieu], d'apres Panalogie de 
la fit' a papa. 

FeHire, sf. (3S*) : faisselle; Pelisse; 
fitiri ( 4 Tj). 

Fetor, sm. (3T) : cellier. V. cttor. 



Digitized by LjOOQIC 



*88 



FEU-FIA 



Feu, sm. (G; i A; 5A'): h£tre, ffayard. 

Nom de plusieurs iieux dits. V. fd. 

F3u, sm. (4R) : four. 

Feuda, sm. (4A,Ab,Aj,Aq,R) : ta- 
blier ;feuddr (3S') ;fudd(2A\ ; 4Aa"). 

Feudenft, sf. (3S') : le contenu d'un 
tablier. 

FeudI6r§, sf. (5 At) : fougere. 

Feufl, sm'. (4A) : manche d'une 
faux. 

— , sm. (4AJ) : aideau ; garrot qu'on 
engage entre les ridel les et la fleche 
pour soutenir les ridelles. 

— -, (4A,Aj) : piece de bois servant a 
maintenir les ridelles dans la meme po- 
sition, comme le font les aideaux; mais 
elle se place en t£te et a la partie sup6- 
rieure des ridelles. 

FSufla, va. (4T) : faufiler; foufld 
(4Ab) ; foujld (4AI). Fiufld onn- abi, na 
robd [batir un vehement, construire le 
bati d'un vehement, d'une robe, d'une 
manche, etc.]. 

Feufllajhd, sm. (3B) : action de lier 
Ja lame d'une faux avec le manche, a la 
fin des moissons. 

— , : repas donne* aux faucheurs a la 
fin des moissons. 

— , (3Ba) : repas donne* aux vigne- 
rons apres la vendange. 

Du mot/eu/?, manche d'une faux. 

fFeuillard, sm. (3R) : branches 
d'arbre disposes le long des maisons 
au moment des processions. 

Feulata, vn. (3S') : folatrer. 

Feuie, sm. (4T) ;ffeulet (G) : coup 
de vent qui souleve la poussiere des 
routes en tourbillons; tourbillon dc 
poussiere soulev£e par le vent. I fd P 
feuli (4T) fie vent souleve la poussiere 
en tourbillons]. 

Feura, sf. (3S') : vessie. 

Au fig. en parlant de quelqu'un : la- 
che, poltron. 

FeurcS, sf. (4A,A'g) : force. 

Feur$h*, sf. (4AD) : fourche. 

Feurjhe, sf. (4A) : forge. 

Feurnir eifournir, va. (7Jr) : finir. 

Ffcustie, sm. (6Ac) : manche d'une 
faux. 



F6vr6, sm. (6A) : fevrier; fipri 
(5C);/^ri( 4 T,A,Ab,R). 

57 griledu s'i tanne in fipri t ifard 
bon dUn I'indari (4T) [s'il grele ou s*il 
tonne en fevrier, il fera beau en au- 
tomne]. 

Ni in fiprX vd d* fomi (4T) [neigc en 
fevrier vaut du fumier] = La pl6\e 
(p\u\e)de fipri vd de bon fimXi (6 A) = 
Frd (froid) de fipri ipli le grenU (6A). 

52 fipri ni fiproti, mdr marmoti 
(4T,A). Variantes : Can fipri ni$hl- 
proti, mdr apritti (4T). Can fipri ni 
fiprdte, pin mdr qi margdte (5C) [Si 
fevrier ne donne pas de neige, mars 
prendra sa revanche. Tel est le sens de 
ces dictons dont on nepeutdonnerune 
traduction litt£rale]. 

FevrotA, vn. (41*) : trembler, fris- 
sonner, avoir la fievre. V. fevre-. 

Fi, sm. (4T,A,Ab,R): fil. NacotirU 
defi (4T) [une aiguille de fil]. 

'T-ou q dichi n'itUld i n' pu pd la 
rmontd? (4RV) [qu'est-ce qui descend 
par une Schelle et ne peut pas (la) re- 
monter ?] R£p. : On gromfi d' fi [un 
peloton de fil]. 

L fi di rin (4*T,A) [colonne vert£- 
brale]. 

Copd V fi d f la lingd (4T,A) [couper 
le filet de la langue]. 

Doutd lou fi difajou (4T) [£piucher 
des haricots]. 

Fi d'aranli (4A) : toile d'araignte. 

Fi d'arghd (4T) [fil d'archal, et a 
3 Re, eau-de-vie de mauvaise quality]. Fi 
d'aghd (4A,R). Le patois ignore fil de 
fer; Ik ou cette expression existe, elle 
est r£cente. 

Fi d sarpin (4*T,A) : sorte de long 
ver filiforme qu'on trouve dans les sour- 
ces ou dans les marlcages. 

— , pi. irr£g. de fib, brebis ( 1 Bm;3S'). 

FIA, sf. (iBm ; 3S\Sd ; 4T,A,Aa, 
Ab,AI,A'g,R; 6Ac,B,Bv) : brebis; flan 
(3Rr) ; find (iD). Na fid britd (6Ac) 
[une brebis sans comes]. 

Le pi. est fli, mais a 3Sd, 4Aa, 6B, 
Bv, Aeon dhfi; a iBm eta 3S'/;a 
ArTfU etfi. (V. Rep. sap., 1882.) 



Digitized by LjOOQIC 



FIA-FIN 



180/ 



Faye (1643, 1 A) d£signe une brebis. 
On irouve le pluriel fies : des brebis 
(1612, iA). « Une faye (pron. ifdle) 
avecq son agnel. » « Une vache et qua- 
tie fies. » 

Godbf^oy cite Pexemple sui vant (1 3 5 2 , 
Ord. f VI, 62), ou fe\ signifie troupeau : 
€ Se un/e* de brebiz ou de mouton est 
prinz en temps deu, Ten ne paiera que 
deu solz tournois pour une foiz. » 

On trouve le meme mot dans les pa- 
tois voisins, particulierement dans les 
patois lyonn. , dauphinois (et provencal), 
bugiste et bressan, en pie*m. et dans la 
Suisse romande. L^tym. probable est 
feta f femelle pleine. Cf. Virgilb, Egl. t \, 
49 : « Non insueta graves tentabunt pa- 
bu\& f etas. » 

II est possible qu'il y ait eu parfois 
confusion entre les mots issus de fata, 
et les mots issus defeta. Par suite, un 
certain nombre de grottes des fies pour- 
raient bien etre simplement des grottes 
ou les brebis trouvaient un refuge. 
Ftt (si), vpr. (4T,A,R) : se fier. 
Flan, sm. (4Aa) : ceinture, £charpe. 
— , sf. (3Rr): brebis. 
Fiance, sf. (4 A) : confiance. U n* i 
pwin a" fiance in ntron mini (4A)[je 
n'ai pas confiance en notre meunier]. 
Cest un archaisme. 
Flancha, sm. (4T,A) : fiance\ 
Flanfiourna, sf. (5C) : f red on ; chan- 
son nette. 

Flarda, sf.(4T,Aa; 6Ac,B) : toupie; 
fiargd elfldrgd (4A,A1). Fldrgd d'ali 
(4A,A1) [toupie en bois d'alisier]. Avwi 
ta fldrgd, Vdfi on billd a la minnd^A) 
[avec ta toupie, tu as e*rafle* la mienne]. 
Balli mon baculo, ma fiargd a mon 
ptlou frdri [donnez a mon petit frere 
mon baculd et ma toupie]. (L.Terrier.) 
Fiarga, vn. (4A) : tournoyer, trem- 
bler. La fin' a Colin a mi cdq chusd, 
r minton Hi fldrgui [la femme de Ni- 
colas a de nouveau quelque chose sur 
le cceur ; son menton tremblote]. 

Fi$ala, sf. (4T) : ficelle ; ficield 
(4A,R). 
Fide, sm. (4A,Aj) : vermicelle. 



Fideld, adj. (4T) : fidele ; ftdMt 

(4R)- 

FM. V. fla. 

FI*, flird, adj. (4T,A,R) : fier. 

— , n. pr. (4T) : le Fier. S'emploie 
sans article a Thdnes. Uigd d Fit 
[Feau du Fier]. D' vi in Fli [je vais au 
Fier]. Tonbd in Fli [tomber dans le 
Fier]. II en est de m£me ailleurs pour 
les noms de riviere. 

Flen, sm. (4T) : ceinture de la ma- 
rine ; e*charpe du maire ; flan (4Aa) ; 
fli ( 4 A1). 

Flentire, sf. ( 1 B') : m£me sens que 
flin. V mire a mi sa flintiri ( 1 B') [le 
maire a ceint son £charpe]. 

F?6r6, 6dd t adj. et s. (4T,A) : or- 
gueilleuz. 

FI6t&, sf. (4A1) : ceinture d'une ro- 
be, d'un tablier, d'un jupon. 

Fleusa, sf. (3S* ; 4Ab) : fougere; 
fleu;hd(3C). 

Figura, sf. (4T,A,R) : figure. Navri 
figurd ct sinjkd (4T) [une vraie figure 
de singe]. 

Fihft, sf. (iD) : brebis. V fla. 

t Fil, sm. (4A ; G) : vrille de la vi- 
gne. 

Le fil des reins : lupine dorsale ; en 
patois r fi di rin (4T,A), ou /' fi dr 
Virin (4A). 

Filatin, adj. (4T). V. folatin. 

Fiin, (8Bf). V. flifi. 

f Filou. Pris adjectivement ce mot a 
le sens de malin : ce n'est pas filou. Le 
patois afilou comme le fr. 

Filouta, va. (4T,A,R) : filouter. 

Fin, (fin-i), adj. num. card. (3S' ; 
4T,Ab): cinq; c'hin (8B); cin (3Sd; 
4A; 6Ac,B). Fin-K bmd i fin fmalt 
(4T) [cinq hommes et cinq femmes]. 
Fin omd (4AD). 

— , sm. (5At) : foin. 

— , sm. (4T,A) : fin, but. 

Entre autres sens, en vx. fr., finr 
signifie : frontiere, territoire, ou « limi- 
tes de terroir » (Monet). SuivantGoDE- 
froy, dans la Suisse rom., Vaud, Neu- 
chatel et Fribourg, fin sert encore 
actuellement a designer une Vendue de 



Digitized by LjOOQIC 



f9 o FIND 

terre arable. On reirouve l*une de ces 
significations (ou toutes deux confon- 
dues), dans les expressions suivantes : 
la plaine des Fins, les Fins d'Annecy. 
— , sm. (4A) : poche formed par la 
chemise serine a la ceinture. Les d£ni- 
cheurs de nids y cachent la couve*e dont 
ils viennent de s'emparer et les marau- 
deurs le produit de leur maraude. 

— , i.finnd, adj. (4T,A,R) : fin. U fin 
sonjhon, u fin fan (4T) [au sommet, au 
fond]. A lafinn' drbd (4R) [a la pointe 
du jour]. 

En frl. on dit aussi : le fin sommet, 
aufin fond. 

« Sou vent le superl. s'exprime par 
Padj. fin (fin), fenna ffinndj, pr£c£- 
dantun autre adj. : se bu 4fin#rd[ce 
boeuf est fin gras]; la tyevrd (tWvrd) 
reven du prdfinnd rydndd [la chevre 
revient du pre* fine ronde, c'est-a-dire 
tout a fait ronde]. Cet adj. fin precede 
aussi soit un subst., soit un adv. pour 
exprimer le point extreme d'une quality 
ou d'une chose : le pakan se lev' b la 
finnd pwentd de rarbd [le paysan se 
leve a la fine pointe de TaubeJ. 

On trouve maints exemples de cetle 
locution dans les Merits de saint Fran- 
cois de Sales... On lit dans un billet de 
son Venture a une dame veuve : « II 
est impossible de se treuver demain a 
9 heures, car ni M" Vulliaz ne sauroit 
^strepreste, ni je ne scai comment nos- 
tra fille le pourroit estre aussi, attendu 
qu'il faudroit partir au fin moins a 3 
heures du matin... ». L'expression au 
fin moins est translate du patois u fin 
men, dont roppose" est : u fin me [au 
fin plus].* (Dupet-Koschwitz: Gramm. 
savoy arde, p. 2 3.) 

Cet emploi de fin n'est pas special a 
la Savoie. Cest un archaisme qui est res- 
tedans nombrede provinces. Godefroy 
cite beaucoup d'exemples analogues ou 
fin est plac£ devant un subst., un adj., 
un pp. ou un adv., pour exprimer une 
id£e de superlatif ; il peuts'accorder avec 
un adj. teminin : fine belle, fine noire. 
Ainsi Commynes dit : au fin com- 



FION 

mencement de la saison ; sur le fin 
bort ; sur la fine poincte du jour. On 
trouve encore relev£s : fin bout J? n froid, 
fin coeur, fin fol, fin nu, fin vrai, \efin 
premier,^/! seul, au grand fin jamais, 
etc. Godefroy donne aussi treys passa- 
ges tirls de saint Francois de Sales, oh 
on lit : tout au fin pis ; les enfants tout 
fin nuds ;... et au fin moins leur refu- 
sant fortement son consentement. 

Findre, sf. (3S' ; 4T) : cendre ; /?«- 
dre (3S* ; 6Ac) ; /Sdre* (4A,AI,R) ; cin- 
dre*(6k); chindre* (8B'm). Lifindrtde 
bbXd (4T), de la Ha (4AI) [la change]. 

Findri, sm. (4T) : cendrier; fidri 
( 4 A,AI,R). 

Le cendrier est la partie interieure 
du potager. 

On appelle ainsi une plaque de mo- 
lasse perc£e de trous au fond desquels 
est une petite grille. Chaque trou est 
destine* a contenir de la braise. On y 
fait cuire les mets dont la preparation 
exige une chaleur douce. 

Fine, n. pr. f£m. (4A) : Josephine. 
Avec le redoublement : Fifing. 

Fini, va. (4A,R) : finir ; fornitre 
(4T) ; forni (8B*) ; feurnir et fournir 
(7Jr). 

FiniolA, vn. (3S' ; 4T,A,R) et s'ji- 
nXoldy verbe r£fl. : s'habiller d'une ma- 
niere pr^tentieuse, ou simplement plus 
distingule que ne le comporte son rang. 
Can d' marUri ma fiU Mddlinnd, \ 
D' vwi q£ s* finlole'tf cm'6 fou, \ Qasa 
crwidor Vdsse onn&chinnd \ Q fassi 
to plii dH tb p& son cou (4R) [quand je 
marierai ma fille Madeleine, je veux 
qu'elle se pare comme il faut, qu'a sa 
croix d'or elle ait une chatne qui fasse 
tout plein de tours (nombre de tours) 
sur son cou]. 

Fioc&, vn. (8B*m) : neiger. Se dit 
de la neige qui fond a mesure qu'elle 
tombe. 

FI0I8, sm. (6B) : batonnet. A \doU- 
vdn ouftolB [ils jouaient au batonnet]. 
f Fion, sm. (G) : ruisseau. 
Fion, sm. (3S') : son d'un ou de 
plusieurs instruments de musique. 



Digitized by LjOOQIC 



FION-FLE 



191 



Plon (ma), (4T) : ma foi, certes. 

«c Ma fion, ma fiouta sont des eu- 
ph£m. dim. de fantaisie, parce que dire 
ffia foil (ma ft) ixzSx un p6ch6 ; c'^tait 
« un serment prfite* en vain » ; cf. : cor- 
bteu pour corps Dieu, etc. » (Puistpelu.) 

FIona\ sf. (6B) : m£um (plante). 

Floulft, adj. f. (4T) : distraite. Ti 
ftould [tu est distraite]. Ce mot, dont 
le sens primitif est soule, n'a rien d'of- 
fensant. 

— , sf. (5C) : fiole. 

Fitlli, sf. (4T) : fissure par laquelle 
souffle le vent. 

Flu, sm. ( 4 Ab) : filleul ; J7rti (4R). 

-, ( 4 T) : fils. 

FlqjhS, sf. (4T,A»g,Al) : fougere. 

Fiuli, sf. (4Ab) : filleule ; JHuld 

(4R)- 

— , sf. (4Ab) : vrille de vigne. 

— , (4A,Ab,R) : entrefeuille (en par- 
lant d'un plant de tabac ou des sar- 
ments d'une vigne). 

FIus6t&, sf. (8A) : fougere. 

Fivrft, sf (iD ; 4T,A) : fievre. 

F14, sm. (2AJ) : herbe qui a s£che" 
surpied et que Ton cueilie au printemps 
pour servir de litiere. 

F1A, sm. (3T) : flair, souffle, odeur. 
m a plS MJld n8fmir£ (3T) [il n'y a 
plus trace de rien]. 

— , va. (4T,A) : filer (cfjild). 

— , sm. (4A) : filet pour la pe'che. 

Flacft, vn. (5C) : fle*chir, flageoler. 
M£ cwissi Jlacdvdn dXin md pantalon 
(5C)[mes cuisses flageolaient dans mon 
pantalon]. Le genevois a flaque : mou. 

FlacheV, sm. (4T,A) : partiecreuse ou 
rentrante d'une poutre, d'une pierre 
taiitee. Pusd Utrd suT JlachS(^T) [pose 
la poutre sur le c6te* rentrant]. 

— , adj. et subst. (4A) : se dit du bois 
mal e*quarri, que la hache ou la scie 
n'ont point atteint et qui est reste* en 
dessous du plan ou de l'arete d'£quar- 
rissage : bwS flach&, ou simplement 
flacht. 

Flale, sm. (6Ac) : fle'au a battre le 
bl£; JlaU (6Bv) ; flaUl (8Bs) ; JlaU 
(8Mc);^rr^(8B'a). 



Flam&, sf. (4T,A) : flamme ; Jttamd 

(4W. 

Flamft, vn. (4T,A) : flamber; dans 
le frl. flammer. L' bw$ sBJlamS vitd [le 
bois sec flambe vite]. 

Flammer est un arch., conserve* aussi 
dans la Bourgogne. 

Flamacon, sm. (4A ; 5C) : franc- 
ma9on. 

f Flamboise, sf. (G) : framboise. 

Fl&n&, sf. (iB*) : ross^e. 

— , (3S') : verge pour fouetter ; fessle. 

Fl&nft, vn. (T,A) : flaner. 

— , va. (iB* ; 3S') : fouetter. 

— , sf. (iB* ; 3S') : fess^e, rossSe. 

Flanbft, va. (4T) : dissiper rapide- 
ment, dans le sens du fr. : il a flambe* 
son patrimoine. N'a pas le sens ordi- 
naire du vtrbejlamber, qui se dit bru- 
latd (flamber un chapon) oxxflamd. 

Flanb6t&, sf. (4Aa) : flammette (es- 
pece de lancette pour saignerun cheval, 
un boeuf). 

t Flan6e, sf. (G ; 1 B* ; 3S') : rosse'e, 
fessle. 

t FlAner, va. (G; iB'; 3S') : don- 
ner, appliquQr. Fldner une votee. Elle 
lui fldna un soufflet. II se Jldna un 
verre de vin sur la conscience. 

Fttd, sf. (3T) : creme. 

Flapi, adj. (4A1) : ftetri ; JHapi (4R) ; 
Jltapi(4k). 

Le vx. fr. a flapir : ftetrir, friper. 
Voyezftapi etflapo, dans Puitspblu. 

Flax, sm. (4T) : flair ; JlUr (4R) ; fid 
(3T). 

FlatA, va. (4T) : flatter. 

Flatin,(6A). V.folatin. 

Flavel, sm. (7L,Lb) : fteau a battre 
le ble. V. £16. 

F16, sm. ( 1 Ab,B,Bm,B\E,Em . 35m, 
Jt,Rp,S'v; 4 A,Al,At,T,Tc,Tj,T ; 7C) : 
fle'au a battre le ble' ; Jim (6Un); Jim 
(3Ca ; 6U) ; JIM (6 Am) ; J16X4 (6Bq) ; 
Jl4U(4Tv);Jim(SA\Ma);Jlim(SWm); 
JlaU (6Ac) ; JlaU, pi. JlaU (6Bv) \JlaXel 
(8Bs); flaW (8Mc) ; Jtairwi (8B'a) ; fla- 
vil (7l,Lb);iflo1i (4Ff ; 6A) ; iflild 
(5Ce); iftBU (6As; 7 Ag) ; JIU (3Gp) ; 
fd (4F). Syn. : icochbu (4T,A'c,Ab ; 



Digitized by LjOOQIC 



19a 



FLEC-FLOQ 



5Mf) ; icosseu (5Bd,M*,M'v) ; icochiu 
( 4 R,Aq). 

On a Icpluriel/7es(i6i4, iA):«Ung 
vam (van) et deux fles. » 

— , sm. (4AI) : fiel. 

fFlfcche, sf. (4A,R) : arc (et non pas 
seulement le projectile). 

— , (4R) : sorte defronde. V. 6stracl&. 

t Flfcchon, sm. (4 A) : fleche, trait 
qu'on lance avec la f fl&che. 

F16em&, sf. (4A,A1) : paresse (patois 
recent). 

F16rI6, vn. (5C) : puer. Si fd totld 
on bartou, t8 plin pd s'i flirXe on pou 
(5C) [si tu as touche* une punaise, ne te 
plains pas si ca pue un peu]. 

FlSron, sm. (6B): calament a petites 
feuilles. 

F16ron, f. onnd, adj. et n. (G; 4T, 
A) : calin ; fliron (3S). On dit d'un en- 
fant gat£: / #-/ on ptXou fliron (4T). 
Qinfliron t€ m* fd (4T) [quel calin tu 
me fais, c'est-a-dire com me tu es calin I] 
Fd pd tan ton fliron (4T) [ne prends 
pas ton air calin, cesse tes calineries]. 

Flairon (fleron) en lyonn. signifie 
flatteur, flagomeur. A Vioonaz,//eiron : 
« homme tout a ses petits soins ». Sui- 
vant Puitspelu, « Pide*e est celle d'un 
homme qui flaire comme le chien, pour 
savoir s'il pourra tirer quelque chose de 
Tindividu dont il s'approche ». 

t F16ronner , va. (G) : dorloter : 
« Julie aime a se fa.xrefle'ronner. » 

Fleu, sf. (iT) : fleur* 

FUu de Pdqe (iT) : primevere offici- 
nale. 

— , et flad, sf. (3T) : creme (la fleur 
du lait) ; JlXeu (3S') ; flXda (4Tg). 

Flfturi, vn. (4T) : fleurir ; fltori 
( 4 R). 

Fliam&, sf. (4Ab,R) : flamme. 

Flian, sm. (4AD) : flanc, cdte* \jian 
( 4 T,A). 

Fllapi, f. pXa f adj. (4R) : ftetri. 

Fllfi, sf. (4T,A,Ab,R) : fille ; ///<? 
( 4 A) ; fMt (iD ; 4 A'm) ; fUXe (3S'; 
6Ac,B); filXX (8Bf). Dimin. : flUtd 
( 4 T,A). 

Ma filXX cominchet a s'abandounar 



(8Bf) [ma fille commence a marcher 
seule"). Ma flXi s* ipocd abadd (4T)[mi 
fille ne marche pas encore seule]. 

Brdvi ftlM, priparin-nd, ablXissin- 
nd, argue" tin-no u merXeu (4A'm)[jolies 
filles, pre*parons-nous, habi lions-nous, 
regardons-nous au miroir. 

Na mdvtsd flit 4 la pistd du pil (4T) 
[une fille qui se conduit mal est la peste 
du pays'). 

Drin drin, ran tan plan, pip* U flit 
q* n* an pwin a" galan; drin drin, ran 
tan plan, maUreusS rlo q'Sn-n an (4A) 
[vivent les filles qui n'ont point de ga- 
lants ; malheureuses eel les qui en ont]. 

— , (4T,A) : doigt malade enveloppe 
de chiffon. Enfrl. on dit une poupie. 

FU6, sm. (3Gp). V. 116. 

Fllfitft, sf. (4T,A,R) : fillette. 

Flleu, (3S') et flXbu (4Tg). V. fleiu 

Flin, sm. (3S';4T,A) : vessie qui con- 
tient le fiel ; fiel ; bile ; fie (4AI). 

— , (4Tg,A,Al) : maladie des vaches. 
(On la traite en couvrant les oreilles de 
Tanimal d'herbes fratches.) 

Fllonnd, sf. (4Ab) : rosse*e. 

Flldu, sf. UR;5A') : fleur. 

FIXdu de mi (5 A') : narcisse blanc. 

— , (4Tg) : creme. 

Flip*, sf. (iDb) : primevere a gran- 
des feuilles. 

FUu, sm. (4R) : filleul. 

Fllula\ sf. (4R) : filleule. 

F16, sm. (4F) : fteau. V. 116. 

Floca, va. (3S) : de*rober. 

Flocatft, sf. (3C) : dent-de-lion. 

Flomfi, sm. (4AI). V. plomfi. 

F16n&, sf. (2A) : grande chelidoine; 
//on^(4A'g);//o«re(3S). 

Flop&, sf. (4T) : grand nombre, 
grande quantity. 

Flopa, sf. (4T) : rossle. 

Floqft, sm. (a A) : silene enfle\ 

— , (8 A) : bouquet, trochet ; floqt d 
ciriji [bouquet de cerises]; floqi dt 
niii [trochet de noix]. 

— , : bouquet, touffe de rubans. 

« CoqXon pourte* rt alebdrdd | AT ipt 
d€ ben a son flan | Lo cap 4 a la cou- 
cardd \ £ Ion floql dS riban \ Vartu- 



Digitized by LjOOQIC 



FLOR-FOLA 



19J 



bleu, gard, gdrd f etc. [chacun porte 
une hatlebarde, une 4p6e de bois a son 
flanc, le chapeau a la cocardc et une 
touffe de rubans] ». (Ritz : Ch. pop. de 
la Hte-Savoie, 2* edit., p. 82.) 

Le vx. fr. a flochet etfloquet (dim. de 
floe). 

Fldr, sf. (4T) : fleur; JUbr (4AD) ; 
flour ( 7 J) ; Jim ( 4 R ; 5A') ; fleu(iT); 
fleur (6B). 

t Fleur de mai (4T ; 5 A') : narcisse 
blanc. 
Fleur de sin JosB (6B) : bois gentil. 
Flori, sm. (3S* ; 4T,A) : charrier 
(drap de toile). Se dit aussi d'une ser- 
pilliere ou d'un drap de toile grossiere 
servant a contenir de Therbe, des feuil- 
Ics seches. A 4 R, on emploie plutdt 
pour cet usage des 'arblyi. 
— , vn. (4R) : fleurir. 
Florire (cllwi), (iBm) : cuillere a 
ecr^mer. Aujourd'hui, a Morzine, cr£- 
me se dit crenmd ; dans la vallee voi- 
sine, a Samo€ns et a Taninges, on con- 
sidere la crfime comme la fleur du lait 
et on Fappelle flieu,fleu. II est proba- 
ble qu'autrefois la crfime s'appelait de 
meme a Morzine, comme Tatteste le 
mot floriri = pour la cr£me. 

PloU, sf. (3S;4T) : £cheveau de fil; 
flwtd (3S*; 4Ab);fl6td(^A\); M.flotte. 
Floupe, sf. (4Fg,Fd) : primevere a 
grandes feuilles. 
Flour, sf. (7J) : fleur. 
Flour donnt : narcisse blanc. 
Flye. V. flia. 

Fma\ sf. (4AD) : le contenu d'une 
pipe de tabac. BalM-m2 na fmd (4Ab) 
donnez-moi une pipe de tabac]. 

— , va. (4AD) : fumer (du tabac) ;/o- 
md (4R). Syn. : pipd (4T,A). 

— , vn. (4 A, Ab) : fumer ; fomd (4R) ; 
/md(4A f T);/Mik!(6B). 

Fmala, sf. (4T,A,R; 5 A*) : femelle ; 
femme (en parlant en g£n£ral). N't avi 
qede'fmale' (4T,A) [il n'y avait que des 
femmes]. 

Fmalion, sm. (4T) : fumeur. Se dit 
surtout des jeunes gens. 
Fm8, sm. (4T) : fumeron. 



FmirS, sf. (3T; 4T,A,Ab) : fumee. 

— , (4Ab) : poussiere. Fd pd tan di 
fmiri 4 rmassi (4AD) [ne fais pas tant 
de poussiere en balayant]. 

FnA, va. (4T) : faner. 

Fnttri, sf. (4T,A) : fenetre. 

F6, (4T) : forme du verbe fotrB. 

F6, sm. (4A,Ab) : four. V. f four. 

F6, fdssd, adj. (4T,A,R) : faux. 

— t (foo), fdrtd, adj. (4A,R) : fort; 
fdr ( 4 T). 

-, (e, i) ( 4 T,R) : il faut. 

F6A, sm. (4AD) : feu ; fda du ci [feu 
du del, foudre] ; en Semine :f&a. 

F6b6, sm. (4A) : faubourg; fdbor 
(5C). A Annecy,/<56o (sans autre quali- 
ficatif) d^signe le faubourg de Boeuf 
ffdbb d'BuJ. Voici un refrain tres connu 
qu'on chante sur Pair d'une sonnerie de 
clairons : T' a cassd la pW du tanbd, 
I Gard U fenSdufdbd I [lu as casse" la 
peau du tambour, gare les femmes du 
faubourg 1] 

Fd$hn&, sf. (4T,Al) randain (I'herbe 
qu'un faucheur abat d'un seul coup de 
faux) ; poign^e, brassed de foin. 

Fddft, sf. (3S\T) : longue corde. 
Au pi. fdd€ d^signe deux longues cor- 
des servant a serrer et a attacher sur 
un traineau une charge de foin. On les 
appelle aussi vlon. 

L'all. a Fade, corde. 

F66r, sm.(4Fd). F66rbdtar d^signe 
une sorte de scie a deux poign£es dont 
on se sert pour couper en travers les 
troncs d'arbre ou les billots. A Geneve: 
bdtard ; a 4A : trossi. 

FoI&, sf. (4 A) : flambee de brindilles 
ou de feuilles seches ; frl. foyie. 

f Foiner, va. et vn. (4T,A) : faner. 

F6inn&, sf. (aAj) : nielle, carie, ma- 
ladie des bl£s. 

Fdinnd, va. (2AJ) : se dit de la nielle 
qui attaque les Die's. 

Folanjhi, sm. (4T) : foulon ; moulin 
a foulon. 

FolanjhiA, sf. (4TC) : fouloir, battoir. 

Folatin, innd, adj. (4T) : folatre ; pe 
folUtin (4AI) ; filatin (4A) ; fulatin 
(4R); pdflatin (6A) : poil follet, duvet. 

i3 



Digitized by LjOOQIC 



194 



FOLE-FORC 



D' fomri la cigar ltd 4 a* doKeri 4 
tard ; | D* lissri peussd 16 pi filatin 
a" mi mostdchi (4A) [je fumerai la ci- 
garette et je jouerai au tarot ; je laisse- 
rai pousser les poils follets de mes 
moustaches]. (L. Terrier : Jeune Hom- 
me.) 

Pole, sm. ( 4 Aa). V. feul«. 

Folerft, adv. (3T) : peu, un peu. 

— , sf. (4T,A,R) : folie, sottise, impru- 
dence ; folird (4AI). Au plur. foler4 
(4A,R). 

Foleyi, vn. (4AI) : folatrer. 

Folii, sf. (4T) : feuiltee; feuilles ver- 
tes ou seches servant de fourrage ou de 
litiere ; fotii (5A'b). 

Aid a la folia ou 4 folU (4T) [aller 
chercher de la feuillle ou de la fane]. 

Follati, sm. (4 A) : jeune vagabond 
qui, pour £viter une r£primande, a quil- 
ts le domicile de ses parents, ou que 
ceux-ci ont mis a la porte. Sans doute 
parce que le follati va se coucher sur 
les feuilles ou sous la feuill£e. 

FolI$, sf. ( 4 T) : feuille; fdlU (4R) ; 
folU( 1 Db). 

Une feuille de vigne se dit : piannd 
(4AS ; 6A) ; ipXannd (5 At). 

Can-t on-n a peur d4 folW, i n' fdpd 
intrd diin V bwie (4T) [quand on a 
peur des feuilles,, il ne faut pas entrer 
dans le bois]. 

F0II8, sm. (4T,A) : feuiltee (tonnelle 
ou petite construction temporaire faite 
avec des branches garnies de leurs feuil- 
les). 

— , (5A'b) : branche d'arbre garnie de 
ses feuilles qu'on emploie comme orne- 
ment ou pour nourrir le be*tail. 

FolinguS, adj. (4T,A,A1) : folatre, 
folichon. En frl. frelinguet ; probable- 
ment m£me origine que freluquet. 

f Folyebou, sm. (G) : vent chaud 
qui hate la feuillaison. 

Fomft, vn. (4R) : fumer. Rm'ilyi, t'd 
d\o 16 rai lonti fomd si /?//?# [Rumilly, 
tu as sous les rois longtemps fume" sans 
pipe]. 

Fomalion, sm. (4T) tlfmalXon : fu- 
meur. 



Fom6, sm. (4 A) : fumier ; fomi (4T): 
fomU(5C);fim4 (^Ab,R);f4mI4(6A). 
Syn. : 'dm; he. 

Fomire, sf. (4R) : fumte ; fmiri (3T; 
4T,A,Ab) \femd (6 A,B) \ femiire (6A); 
fon (IS). 

Fon, sm. (3S*) : fume>. Lat. fumum. 

— , sf. (5C) : faux. La lingd cope pe 
prof on I Q onnd goidrdd ou q'onn&fon 
[la langue coupe plus profonde*mem 
qu'une serpe ou qu'une faux]. 

Peut-£tre faut-il voir dans ce mot une 
alteration de afon : qu'on-n afon ; afort 
serait une variante de achon % petite ha- 
che. Quant aux termes employes pour 
designer une faux, v. d&lle. 

Fontanr&, sf. (6Ae) : fontaine ; fan- 
tannd (4T) \fontannd (4 A, Ab, R) ;fon- 
tanhd ffontan-hdj (8Ag,Ap). Ces mots 
ne s'appliquent qu'a une source. 

Fontaine, dans le sens d^dicule mu- 
ni d'une canule ou d'un chenal d'ou 
1'eau tombe, se dit : born4 (4T) ; f bour- 
neau (4T,A;G); bachi (3S';4T,A'g). 

For, sm. (4T; 5C) : four ;/d (4A,Ab) ; 
fiu (4R) ;for a chd (4AD) [four a chaux]. 

Fdr, sm. (7Jr; 8 A) : absinthe. 

— ,fdrtd, adj. (4T) : fort; fd (fdo) 

(4A,R). 

F6r&, sf. (3R) : bogue des chatai- 
gnes. 
• For&, va. (4A) : fourrer. 

Forajh6, sm. (4T,A) : fourrage. 

For&s&, sf. (4A) : hangar. 

F6rb&, sf. (4R) : femme qui vend 
des denies en cachette. Cest le mot 
correspondant au fr. fourbe pris subst. 

Forbata, vn. (4R). V. fatrac'hi. 

F6rblian, sm. (4Ag) : absinthe (plan- 
te). 

For$h$, sf. (4T) : fourche ; feurqkt 
(4A,Ab). 

Forchecu (a), loc. adv. (4A) : sans 
mesure, sans moderation (en parlant du 
boire^et du manger). Qhi sli jhin, 4fi- 
tdn tot a forchecu [(chez) ces gens (,ils) 
se jettent tout dans le ventre]. Ujhordui 
X 4 tot a forghecuy 4 dman i crivdn [au- 
jourd'hui on fait ripaille et demain on 
creve de faim]. 



Digitized by LjOOQIC 



FORC-FOSS 



195 



For$ht&. sf. (4T,A) : fourchette. 

— , : forficule auriculaire, ou perce- 
oreille (insecte). 

Forchu, adj. (4T,A) : fourchu ; for- 
cAu (6Bv) \forstu (6Bq) ; forstXu (6Ac, 
Gv); fortsu (6Bv ; 8Bf,B'm). V. cu- 
p£s8&. 

FopS, sm. (4T) : foret ; fwSrS (4Aa). 
Syn. : taravalon. 

Forg&, sf. (4Ab) : horn me (ou fem- 
me) maigre et de grande taille. 

Forgalft, sf. (4T,A,Al,Ag) : bille ; 
grosse branche fourchue de 10 a 20 c. 
de diametre; fSrgald (4Av f ). Q Id for- 
gald m' barb, bin wi-% itaU (4T) [cette 
bille me fournira bien huit baches J. 

Forg'nA, va. (3 Be ; 4T,A,A'g) : four- 
gonner, attiser le feu \forgoundr (8Bf); 
frfynd (6A) ;fri!goner( 7 h). 

— , vn. : remuer sans cesse les pieds. 

Fori, sm. (3S',T) : Tespace de temps 
compris entre la fin des semailles et la 
fenaison, ou entre la fenaison et la 
moisson ; printemps. Leforifd sourti 
U ratoulive di vld tliochi [le printemps 
fait sortir les chauves-souris des vieux 
clochers]. N6-\ aran on bon fori [nous 
aurons beau temps entre les semailles 
et la fenaison, ou entre la fenaison et 
la moisson]. 

Forjhi, va. (4A) : forger. 

Forma\ sf. (4T f A ; 8A) : forme. 

— , (3S') : personne vaniteuse, aux 
manieres affiles. 

Au pi. fdrmt (4T) : stalles au choeur 
de l'^glise, banc de Pceuvre (sieges r6- 
serv£s dans une e"glise aux membres de 
la fabrique). 

Formi, sf. (4 A) : fourmi. 

Fornd, sf. (4T,A) : fourne*e. 

Fornfi, sm. (4T,A) : fournil (cham- 
bre attenante au four et ou Ton pe'trit la 
pate). 

— , (4T,A) : placard chauffe" par le 
feu de la grande cheminge de la cuisine, 
dont il n'est slparl que par une molasse 
ou une cioison en briques reTractaires. 
^fournet. 

— , (4T,R) : endroit ou Ton pratique 
I'tcobuage ; forni (4AI). 



Syn. : tovi (4AI) ; covassi (5Ab) ; to- 
virl (4A). 

— , sm. (iBm) : fourneau, po€le. 

Forn6, sm. (4AI) : fournaise. 

Forn&lajhd, sm. (4T) : prix du au 
fournier pour la cuisson d'une fourn^e 
ou de quelques pains ; pain qu'on lui 
donnait pour paiement. 

FornteS, sf. (4T) : fournaise. 

Forndtrg, va. (4T) : fournir. 

— , : finir, achever. C'est par suite 
d'une confusion qu'a Thdnes, a Bozel, 
le verbe fournir a supplante* le verbe 
finir. Cf. « II a fourni et il a fini une 
longue carriere. » 

Forni, va. (8B') : finir, achever. 

— , (4R) : fournir. 

— , sm. (4T) : fournier (celui qui tient 
un four public et qui y fait cuire le 
pain). (Diet, de I'Acadimie.) En vx. fr. 
forni er. 

Fornift, sm. (4T,A,Ab; SB'm) : four- 
neau ; forni (iBm). 

Un petit poe*le rond en fonte s'appelle 
pipd (4T.A). 

Foron, sm. (4T,A) (t. de macons) : 
boulin (piece de boisdont Tun des bouts 
entre dans un trou du mur en cons- 
truction et dont I'autre est attache" au 
baliveau). 

— , (3S) : baliveau. 

Fdrt, sm. (7LD) : pr^sure. V. azi, 6zi. 

Fortiu, sm. (4Fd) : baton muni d'une 
branche, dont on se sert pour fairetrem- 
per la vendange. 

Fortsu, adj. (6Bv; 8Bf,B'm) : four- 
chu. Fire rdbrd fortsu (6Bv) [faire 
Parbre fourchu, la culbute];/ire rdbrd 
fortsu (8Bf,B'm). V. cup6ss£. 

Fosi, sm. (4T,A,Ab) : fusil; un fusil, 
difusi (7M'a) \fousi (IS). 

Fosser&, sf. (4 A ; 6A) : mesure 
agraire de 294" Carre's. Ne se dit qu f en 
parlant de la vigne. 

Le vx. fr. zfossoree : ce qu'on peut 
retourner de terre saxfossoir en un jour. 

— , va. (4 A ; 6 A) : biner la vigne; 
donner une premiere ou une seconde 
facon a la vigne. A 4Fd,fisrd : b£cher. 

En vx. fr.fossorer. 



Digitized by LjOOQIC 



196 



FOSS-FOUF 



Foster*, fosri, sm. (4T) : binette 
(outil de jardinier) ; fosri (4A). A 4Fd 
fisri : beche plate. 

Fosseru, sm. (5C): homme qui bine 
la vigne. 

F0886Q , sm. (4A) : houe ; fossdu 
(4T,A; 6A) ;fasseu (3S*) ;fassd (3T). 
Syn. : itarta, itirpd ou bigd (4Ab). 

LiTTRfe donne ^fossoir (genev. fous- 
soir) : sorte de houe pour labourer les 
vignes. 

Cf. LiTTRft (Additions) f fessoue. 

Le vx.fr. afossoieur, houe, etfossoir, 
fossor, fossour, fessour, fessoir. 

Forte, sf. pi. (3S) : ciseaux. Cf. : 
« trois paires deforces (ciseaux) a ton- 
dre brebis (i6g3, 1A) ». 

Le vx. fr. a force (fore he, forpcej, 
grands ciseaux, qui est reste* dans la 
langue moderne (forces). Le dim. est 
forcette, petits ciseaux, qui a du £tre 
en patois forsta, dont foste serait une 
variante. 

F6t&, sf. (4T,A, etc.) : besoin ou 
manque; avi fdtd [avoir besoin]. £n-n 
d-to pd mi fdtd (4T) [n*en as-tu plus 
besoin ?] V. f faute. 

Dans le NoSl en patois du xvn* s. que 
nous avons publie* dans la Revue sap. 
(190 1, p. 227), on lit (vers 34) : No 
n in pasfauta que Satan \ Que trompa 
notron pere Adam \ Venie trouble la 
fhte [nous n'avons pas besoin que Sa- 
tan qui trompa notre pere Adam vienne 
troubler la fete] = No n'in pd fdtd qi 
Satan q'i tronpb ntron pare Adan vnU- 
si trobld lafitd (4A). 

Fotrfi, va. (4T,A,R) : terme trivial et 
grossier dont le sens varie avec les mots 
qui raccompagnent ; fotre ( 1 T). £m'a 
fotu on cou d'pi (4A) [il m'a donn6 un 
coup de pied]. Fd-lou a ba (4T) [mets- 
les a bas]. Foti-m'i V can (4T) [d£cam- 
pez]. £l a fotu V can (4T) [il a d£guer- 
p:]. A Id voufirgfotri (4T) [allez au dia- 
ble]. Sg fifd oncd, d'i V fotri na brin- 
nd (4T) [si tu fais cela encore une fois, 
je te donnerai une bonne voteede coups]. 
Di mi' fotd bin d£ c' q'i di (4T) [je me 
moque bien de ce qu'il ditj. / n' fd 



pd s' fotri du mandd com' cin (4T) 
[il ne faut pas se moquer du monde 
ainsi]. 

Rappelons le fameux cri de guerre de 
la brigade de Savoie : Ardi-% Sfan,gro- 
pin-no ! Fd-/-u Ifd-l-u ! [hardi, enfants. 
empoignons-nous (et non : groupons- 
nous, comme on traduit souvent a tort): 
enfonce, enfonce (/* = le neutre) ; u 
correspond a Tad v. y]. 

Le pp. fotu, fotwa, s'emploie aussi 
comme adj. U si fotu (4T) [je suis per- 
du]. / 2-t on fotu chin (4T) [e'est un ve- 
ritable chien, une canaille]. 1 2-t na fo- 
twa bitU (4T) [e'est un fieffe* imbecile]. 
£/ 2 mdfotu (4 T )[ il est mal Wti ; i[ 
est contrefait]. 

Dans le fr- grossier, foutre (foutu). 
En patois ce mot n'a pas conserve* la 
signification primitive. 

Fotu. V. fotr*. 

Fotumala, va. (4T) : gacher ; emme- 
ler. En frl. grossier, on dit aussi fou- 
timaler. 

F6u, sm. (3B; 4T,A'g) : h£tre. V.ft. 

Fou (i), (4 A) : il faut. 

— , sm. (7Jr) : hfitre. Cette forme est 
issue de fagum, comme les autres mots 
indiqu£s a/d. Cf. LirrRfe, v* fou 3. 

— , tem.fould, subst. et adj. (4l\A. 
R) : fou, folk. F mat on fd lou fou. 
mXu on ri (8B*m)[plus on fait les fous, 
plus on rit]. 

F6uch6, sm. (6Bv) : manche de faux. 

F6udar, sm. (4T) : tablier ; fbQdd 
( 4 A,R) \fudd (2AJ ; 4Aa");/MnM (4A. 
Ab,Aj,Aq) \feudd (4A,Aj,R). 

Fodard (16 14, iA). 

F6udna, sf. (4T) : le contenu (fun 
tablier. 

f Foudres (faire les) (4T,A;G) : se 
mettre dans une grande colere, tempeter. 

f Fouette ou fouatte, sf. (G) : ba- 
guette avec laquelle le marqueur signale 
et montre les coups des tireurs a la ci- 
ble. Un coup fouetti (G) : un coup per- 
du, un coup qui n'a pas touche* la cibie. 

— , : sorte de ligne de peche. 

f Fouettee, sf. (4T,A; G) : fess<?e. 

F6ufl, sm. (4T) : manche d'une faux; 



Digitized by LjOOQIC 



J 



FOUF-FRED 



197 



faufi (4AI); feufi ( 4 A); gheufi (4Ab); 
fduchi (6Bv) ;/eu*/te(6Ac). Syn. : man- 
iri. 

FoulU, va. (4AI) : faufiler. 

FougriL sf. (3S) : garnement. 

f Fouine, sf. (G) : rayon de soleil 
percant les nuages et la pluie. 

Foul&, fern, de/oti. 

t Foulet, sm. (G) : coup de vent 
qui souleve la poussiere en tourbillons ; 
/eu/e(4T);/o/d(4Aa). 

f Four (faire au), (4?,k ; G) : faire 
cuire au four. Les boulangers « ne font 
pas au four » le jour de No€l (4T, A ; G). 

Avifi u fd et f avoir fait au four 
(4A) s'emploient pour « avoir fait de 
mauvaises affaires, avoir perdu la con- 
fiance ou resume de quelqu'un ». 

— (Commander au) 9 (4T,A; G) : aver- 
tir le foumier du nombre de places 
qu'on desire occuper. 

Four*, sf. (4A) : taie d'oreiller. Frl. 
jourre. 

Fourca\ sf. (4T) : force \feurce (4A, 

Ag). 

f Fourchette, sf. : perce-oreille (in- 
secte). En patois forghta. 

f Fouraet. V. fornft. 

Fousi, sm. (3S') : fusil. 

f Foy6e. V. fola, 

FrA, frddd, adj. (6A,Am; 8B'm) : 
froid.Prissubst., lafrd: lefroid. V.|fr$. 

FracS, sf. (4T) : jeune taillis ; taillis 
ou croissent fraises et framboises. 

Frachi, va. (4T) : couper ras la terre 
(en parlant des arbres). On-n X a tdfra- 
cha (4T) [on a tout abattu, tout coupe" 
ras la terre]. 

Frtlyfram, adj. (4R) : froid. 

Pris subst., masc. : le froid. 

f Fraiae, sf. (4A) : scie circulaire. 
LiTTRfc (v # f raise 2) donne ce nom a 
une « roue dente*e pour couper les m£- 
taux et meme les bois ». 

Fran, sm. (4T,Aa) : front; fron 
(4A,R). 

— , sm. : franc. 

-, f. fraught, adj. (4T) : franc. 

Franod, n. pr. (4T) : Francois ; Fan- 
fwi ( 4 T,A,Ab) ; Fanfwd ( 4 T,A,A1) ; 



Fafwi (4T); Fafwd (4T,A); Fwild 
(4T,A,A1). Se dit aussi Sad (4T,Ab); 
SagaX (4R). 

Francwesd, n. pr. fe*m. (4T) : Fran- 
chise. On dit aussi Fwild (4T,A,A1) ; 
Fwi\d (4A) ; Fanchitd (4T,A) ; Fan- 
chiti (4R,Ab); Fanchon (4T,A,Ab,R); 
Sagon (4T,A,Ab,R) ; Sisd (4T,A) ; Sa- 
gdted (4R) ; Sacisd (4T,\). 

Franlel&, sf. (6B) : cerfeuil sauvage. 

Fr*nI6, sm. (7Jr ; 8Bf) : Mne. 

Franroj6, sm. (4T,A,Ab): especede 
capendu, court-pendu (pomme) ; fran- 
rojhd (5At; jir); franroujot (8A); 
t franc-rougeaud (4T ',A ; 7Jr ; 8 A). 

Fr&rS, sm. (4T,A,R) : frere; frdri 
( 4 A,Ab);/rdre(3S'). 

Fr*, sf. (4T) : fraise; fri (3C); fri 
sm. (3Sd; 4Ap; 6A,Am ; SA);frdsi 
( 7 Ja,Jr); frdsi (5C); fri (6Uj; frXa 
(6Bq,Bv) ; frUe (6B) ; frU (6Ac) ; frisi 
(4A\);frild (4F,A'g; 5At);/ro/r*( 7 Lb). 

V. un texte cite\ V 6npiS. 

Fr6, sf. (4T) : frai des poissons. 

— , sm. (3Sd; 4Ap; 6A,Am; 8A) : 
fraise. 

— , smp. (4T,A) : frais, defense. 

— , (6m. fright, adj. UT,A,R) : frais, 
fraiche. Td topardu; ma ft, fifri [tu 
as tout perdu ; te voila frais !] 

Pris subst., masc. : le frais, fraicheur. 

Fr6,fridd, adj. (4T,A) : froid ;frai 
(4R) ;frd (6A,Am ; 8B'm). 

Pris subst.,fe*m.(4T,A,Ab) : le froid ; 
frd (6A,Am ; 8B'm). Qintd fri! ( 4 T, 
A) [quel froid !] Atrapd, ramassd frd 
(4T,A) [gagner un refroidissement]. 

S'emploie aussi au pi. Diin r ghdtin 
erne* p' li fri, on-n dme a s* baladd d\d 
16~% i (4A) [pendant F£te\ comme par 
le temps froid, on aime a flaner sous 
les portiques]. fcntre lou Ri i la Sin 
France*, V corallon d la fri (4T) [entre 
les Rois et la Saint-Francois (6 et 29 
Janvier), le coeur du froid] = litre 16 
Rd 4 la Si Frangd, le coralKon d' la 
frd (6A). 

Voir f cavaliers (les cavaliers ou che- 
valiers du froid). 

Fr6dann&, sf. (4Ad) : fraxinelle. 



Digitized by LjOOQIC 



198 



FRED-FRIJ 



Fr6di, sm. (4T) : cellier frais et un 
peu humide 011 Ton met les fromages 
blancs (tomi), apres les avoir laissls 
huit jours dans un lieu sec. 

f Fregale, sf. (G) : rondin de bois 
de chauffage. 

f Fregalon, sm. (G) : grosse buche 
ronde, rondin. 

Freg'nft. V. forg'nft. 

Fre-gue, sf. (3T) : souched'un h£tre 
abattu. 

Fr61&, sf. (4F,A'g ; 5At) : fraise. 

Freli, sm. (4T,A'g; 5 At) : fraisier. 

f Frelinguet. V. folingnft. 

t Freloque, sf. (G) : caprice, lubie. 

f Frelore, adj. (G) : perdu. Me voila 
frelore. De Fall, verloren, perdu. 

Frem&, va. (3S') : fermer. 

Fr&nlidzon, sf. (4T) : fourmillement, 
dlmangeaison. 

FrSmlyi, vn. (4T) : fourmilier; fr6- 
mir, frissonner. L'2 pd bravd avw6 son 
nd pwintu q'6 frSmlyS (4T) [elle n'est 
pas jolie avec son nez pointu qui a des 
fourmillements]. Vx. fr. /remitter. 

Frtaal&, sf. (1 Ep). V. forgaU. 

Fren8l&, sf. (4Tc,A) : fraxinelle. 

Fr8n6, sm. (4T) : frtnaie. 

Fr6nd, sm.(4T,A,Al,A'g,R) : frene ; 
frintd {7}*). ' 

Fr8p&, sf. (iBm) : escourgeon. 

— , (4T,A,Ab, Al) : frette (cercle de 
fer entourant le moyeu d'une roue); 
f/re>e( 4 A). 

Comme le genev. freppe,frBpd corres- 
pond au fr. frette (lien de fer dont on 
garnit le moyeu des roues ; virole dont 
on garnit certaines pelles de bois, et en 
g6n£ral lien de fer au moyen duquel on 
serre une piece de bois pour I'empecher 
de se fend re). Cf. Blavignac : Clocher 
de Saint-Nicolas, p. 3a. 

Fr6q6ntachon, sf. (4T) : fr^quen- 
tation. 

t Fr6quentation, sf. (4T,A ; G) : se 
dit de la cour qu'un jeune homme fait a 
unejeune fille en vuedu mariage. « Elle 
a une friquentation depuis un an. » 

A Geneve on dit : Elle n'est pas en- 
core marine, elle friquente, ou elle a 



une friquentation. II en est de meme 
a Lyon. 

FrdsA, va. (3S) : rlduire en miettes. 

FrSrfllon, sm.(iDb) : tro5ne. 

Fr6si, sm. (4T) : fraisier; frisi (4AI). 

Frftsi, sm. (4T,Al,Ag; 5 A') : cerisier 
sauvage. 

— , (5 A') : cerisier greffe\ 

Frdssft, sf. (8Bf) : faftage. 

t Fissure, froissure, sf. (G) : fres- 
sure de veau \frissure (4T,A). 

Fr6t&, sf. (4T, A,Fd) : faftage (piece de 
bois qui est au sommet de la charpente 
d'un batiment) ; frissd (8Bf); frltd 
(7 J ) ; ifrtte. Cf. Lrrntft : Supplement, 
v' ^frite. 

Colondd'fre'td (4T,A) signifie : poin- 
con (t. de charpente) ; syn. : pwincon. 

— , (6A) : sommet d'une montagne. 

« Firste, anc. h. all., estd'apresM. G. 
Paris (Romania, 1872, p. 100), l'ori- 
gine des mots faite et frette, en vx. fr. 
festre et feste. Cest frette qui se ren- 
contre en Savoie, en patois fritti, som- 
met d'une montagne (B*ACHET) t fresta, 
1 1 5 1 , dans les charces du Reposoir. 
Dans une piece du xvf siecle cite*e par 
M. Lavanchy, dans sa Monographic de 
Saint-Jorioz, on lit : et de ladite som- 
mite* en continuant par la freste et ar- 
rlte et par eau pendante jusqu'aux limi- 
tes des paroisses. De Ik le lieu dit les 
Frettes (Thorens). » (C. M arteaux, Rev. 
sav., 1899, p. 56.) 

Freita\ (1684, lA). 

Freznd, vn. (4T) : faire entendre un 
son crepitant ; commencer a bouillir(en 
parlant d'un liquide) ; fir^nd (3Be). 

Fri, pr£p. (3T) : contre, vers. 

— , sf. (6U) : fraise \frXa (6Bq,Bv). 

FricacM, sf. (4T) : fricassee; frica- 
cha (4A). 

Frifie, sf. (6B) : fraise ;frW (6Ac). 

. f Frigousse, sf. (G) : fricot, bonne 
chere. « La gagere entend bien la fri- 
gousse; e'est une bonne frigousseuse > 
(G) [la fripiere s'entend bien a fricoter]. 

FrijA, pp. defrisi (4T) : fris6;/r#A 
(4A). 

Frije, sf. (6Ac ; 7Jr) : cerise. 



Digitized by LjOOQIC 



FRIJ-FRUI 



199 



Frije-, sm. (6Ac,Am) : cerisier. 

Frinjhe, sf. (4A) : frange. 

Frisk, sf. (4A,Ag ; 5A') : cerise sau- 
vage. 

Frise, sf. (4AI) : fraise. 

— , (4A ; 5A'; 7JO etfrise (6 Am) : 
cerise. 

Frisi, va. et vn. (4T) : friser. 

f Frissure, sf. (4T, A) : fressure. 

Fritt, sf. (iDy; 4T,A). Se dit en 
g£ne>al des fruits des arbres, et en par- 
ticulier des poires et des pommes ;frUi- 
id (4A ; 5 At ; 7k); frutd (jh). Vin di 
fritd (4A) et zuss'i fruitd [cidre]. 

Friton, sm. (iDy) : cidre. V. citr&. 

Froche, sf. pi. (4 A) : guenilles. Aid 
a la frdche [aller passer la soiree dans 
une maison 011 il y a des filles a ma- 
ner]. 

Fro$hi, vn. (4A) : rendre un son 
semblable a celui d'une robe qui traine. 

— , (si), (4AD) : se gratter, se frotter. 
Lavackisi frdqhe a la richi (4AD) [la 
vache se gratte contre la creche]. T~ou 
q I'd tan a ti frdchi ? — La pi mi 
dimdU [Qu'as-tu pour te gratter tene- 
ment ? — La peau me d£mange]. 

t Froissure, sf. (G). V. fissure. 

Frolie, sf. (7bb) : fraise. V. frft. 

From&, va. (4T,A,A1,R) : fermer ; 
fremd (3S'). Conj. difronmd (4T) ; di 
frumd (4AI). 

Fromajhd, sm. (4T,A,Ab) rfromage; 
fromaqde (6B). 

Dans le frl. frontage ne s'emploie que 
pour designer le fromage facon gruyere. 
Pour designer Ies fro mages blancs ou a 
pate molle^ on dit tomme. 

Voici les noms des fromages ies plus 
connus: biudannd ou bdudannd; ghi- 
vrolin ; f gr at air on (gr at iron, gratd- 
ron), fait de lait de vache et de chevre ; 
ireblochon; siri; pacheurd. Ajoutons 
rtepersilliou tignard, le vac her in. 

On appelle tatoure ou f diable au 
pain un fromage durci, casse* en mor- 
ceaux, que Ton conserve dans une f tou- 
pine de vin blanc. 

A Beaufort, sous lenom defroma^de, 
on entend les fromages blancs ou a pate 



molle et sous celui de grevire les fro- 
mages facon gruyere. 

From6, sm. (4A,Ab,Al,R ; 5C,At) : 
froment ; fromin (4T,A ; 8 A) \fromen 
(iD). 

— , : nom qu'on donne aux boeufs 
d'un rouge tendre ; s'il s'agit d'une va- 
che on dit : fromitd, fromint&,fro- 
mentd, frominnd ; f fromente. 

From6nteu8&, sf. (8Jr) : m£teil. 

Fromtatire, sf. (4T) : champ de 
ble* ; champ reserve* pour la culture du 
seigle ou du froment. 

FromllS, sf. (4T) : fourmi ; fromlU 
( 4 A1). 

Fromlyi, vn. (4AI) : fourmiller. 

Fron, sm. (4T,Aa) : franc. 

f Froncer. vn. (4T,A; G) : faire de 
fauxplis, goder. « Cette robe fronce. » 

f Fronce, sf. (4T,A) : froncis;/ro/i- 
cure (4T,A; G). 

Fronci, va. (4T,A, Ab) : froncer (une 
robe). 

Frondi, sf. (3S' ; 4AI) : fronde ; 
fronnd (6 Ac). V. Gstraclfi. 

FronnA, vn. (6Ac). V. zonna, 

— , vn. (5C) : bourdonner. 

Frontalis, sf. (4A'g). V. affron- 
taille. 

Frontire, sf. (8B'm) : bonnet de fem- 
me. #est une sorte de diademe fort £1£- 
gant, souvent enrichi de galons d'or, 
d'une grande richesse de tons et parfois 
d'un haut prix. En frl. fron Hire. 

f Frouillon,sm.(4T,A; G): tricheur. 

Froula (si), vpr. (4T,A) : se fr61er, 
se frotter ; fsefrouler (G). 

Froulie, sf. (4AJ : tricherie, fraude ; 
ffrouille etfrouillerie (4T,A ; G). 

Froulyi,va. et vn. (4T,A) : tromper, 
tricher au jeu. Dans le frl. frouiller 
(4T,A ; G), comme a Lyon. 

Frousqe, sf. (4 A) : frayeur. Nes'em- 
ploie que dans quelques expressions, 
comme : £>' i la frousqi [j'ai peur]. Ci 
m' balU la frousqi [cela me donne la 
chair de poule]. Le fr. vulg. est frousse, 
assez r£cemment patoise\ 

Frugal*, sf. (6U). V. forgal&. 

Frtti, sm. (4T,A) : fruit. 



Digitized by LjOOQIC 



200 FRUI-FWIT 

Fruit* et frutd. V. friti. 

f Fruitier, sm. : celui qui fait le 
fromage et le beurre ; frontager. 

f Fruitidre, sf. : £tabiissement od 
Fon fait le fromage. La fruit Ure-icole 
de Pringy. M6me mot en Franchc-Com- 
te\ Cf. V. Hugo (Les Misirables, I, p. 
1 90) : « lis ont, dans le pays de Pon- 
tarlier, une Industrie toute patriarcale et 
toute charmante. Ce sont leurs froma- 
geries qu'ils appellent/rin7/dr«. » 

« M. de Rochas (De Wtiliti fun 
Glossaire topographique, p. 1 7), fait 
remarquer que, fret dans le patois de 
Fribourg signifiant un fromage, frui- 
tier e doit 6tre une corruption de fri- 
tibre. Cette Itymologie est, en effet, bien 
pr£f£rable a celle de fruit. » (LrrrRfe, 
Supplement). 

Frulft, sf. (4A) : ferule. 

Frutire, sf. (4A). V. f fruittere. 

Fu, sm. (4AI) : rayon d'uneroue. 

Fua, sm. (en Semine) : feu, incendie. 

Fuclion, sm. (4A) : petit eclat de 
bois sec. 

Fudft, sm. (2AJ ; 4Aa") : tablier. V. 
feudd et f6udar. 

Fudrft, sf. (4 A) : foudre. En parlant 
de quelqu'un : 1 8 la fudrd (4A) [c'est 
un homme tres emport^]. FirB lifudrS 
(4A), v. foudres. * 

t Fumet, sm. (G) : fumeron (bois 
ou charbon non £teint qui jette de la fu- 
m*e);/m*(4T). 

t Fumier, sm. (4T,A; G) : ce qui 
ne sert plus dans le manage et qui peut 
fitre jete\ « A notre prochain dlmlnage- 
ment nous nous de*barrasserons de nos 
fumier s. » (Humbert.) 

Fur, adv. (3S) : dehors. 

FurdzSta, sf. (8T) : fougere. 

Fuva, sm. (2F) : feu. 

Fuzde, sf. (6B) : fougere femelle. 

Fuzd£t&, sf. (6B) : polypode com- 
mun. 

FwA, sm. (4T,A,R ; 8M) : feu ; fxkva 



(2F) ; f&a (en Semine). / * tchU come 
V fwa (8M) [c'est cher com me le feu]. 

— , : incendie. Dansle frl., untpompe 

feu. 

N* lapd Tfwa a tigd (4 A) [il n'y 
a pas le feu a I'eau ; se dit aux gens qui 
s'empressent trop d'agir, de donner des 
ordres]. 

Fwh dtartifiche (4A) [feu d'artifice]. 

Fwa grisS (4A) : sorte de maladie de 
la peau intSressant le visage ; f fi* 
griset. 

Fwabla, sf. (4AI) : conte, fable. 

Fwalyi, vn. (4A1) : exciter la flam- 
me en ajoutant des brindilies, des co- 
peaux. 

Fwfte, sm. (4T,A) : fouet. 

Fwere, sm. (4Aa) : foret, perce- 
rette. 

Fweta, va. (4T,A) : iouetter;/W/<i 
( 4 R). 

Fwfttire, sf. (4AI): ceinture,&harpe. 

Fwinn&, sf. (4 A, Al) : fouine (animal). 
Syn : moutSltd (4T) ; fcnnd ( 1 D ; 3S). 

— , (4T,A) : trident ou fourchea plu- 
sieurs branches pointues ; sorte de har- 
pon dont on se sert pour pecher de gros 
poissons dans les eaux basses. En vx. 
fr. foine f fuyne et aussi foinet. 

Le nom de Tanimal (vx.fr. foinjaine) 
est derive* du latin fagum, hfitre, parce 
que la fouine se plait dans les h£tres. 
Cf. fennd, qui signifie fafne et fouine. 
La fouine s'appelle encore martredes 
hfitres. 

Quant a Tinstrument de fer appete 
e"galement fouine (vx. fr. fouisne), il 
parait tirer son nom du latin fuscina. 

— , (3S') : d^perissement d'une plan- 
te, des fruits d'un arbre, faute de sue 
nourricier. 

Fwinna, vn. (4T) : dess^cher, fl&rir 
avant d'arrivera maturite" ;fwinnd(4Ab). 
Se dit des pois, des haricots. 

— , va. (4A) : harponner un poisson. 

Fwitft, sf. (4T,R) : iuite. 



"^5^3 



w**~ 



Digitized by LjOOQIC 




PRONONCIATION. — Nous avons conserve la valeur du Q francais. II se prononce 
dur (comme dans le mot fr. gain), devant les consonnes et devant a, o, w, w ; il a le 
son j devant e, i. 



f Gabelou, sm. (4A) :douanier; em- 
ploy^ de 1'octroi. 

Ce mot est donne" par Littre comme 
terme populaire et de d£nigrement. II 
figure aussi dans le Dictionnaire gini- 
ral de la Languefr. de MM. H. D. T. 
avec Tindication : (en mauvaise part). 
Dans le frl. gabelou n'a pas toujours un 
sens pe'joratif. 

Gabin8, sm. (4A) : cabinet ; f gabi- 
net. At si vo no-% avd viu diin V gabine 
du miril [ah I si vous nous aviez vu 
dans le cabinet du maire !] (L. Terrier : 
La Noce a Josi.) 

t Gabiolon et gabion, sm. (4A) : 
petit cabinet, chambre retiree. 

Gabolle, sf. (5C) : boue. A Lyon, on 
dit gabouille. 

Gabolyi, vn. (5C) : se dit d'un temps 
brumeux, d'une humidity p£n6trante. 
Si Sin Pol ( 1 o Janvier) i clari, le bid 
cassera ton cari ; misichd \br, tan si 
pou 1 ni, gabolle ou plou, pi chur ti 
pou /' apristdavidre tldr ci qi t'd (5C) 
[si le jour de la Saint-Paul est clair, le 
ble* fera casser ton chariot ; mais si, ce 
jour-la, il neige tant soitpeu, s'ilyade 
la boue ou s'il pleut, assurdment tu 
peux te preparer a vendre cher ce que 
tu as]. = Si Se* Pol i ctldr on pou, le 
bid casser a ton stare* ; mi si cho %eur 



tan sd pou 6 broullassi, pleu u ndsi, 
pe cheurtipou t'apristd a vidre stU ce 
qe t'd (6A). 

En dauph. et en lyonn., le verbe ana- 
logue a le sensde patrouiller, de remuer 
une eau malpropre. 

Gabri, n. pr. (4T,A) : Gabriel ; Gd- 
briil (4AD) ; Grabi (4T). 

G&chft, va. (8B') : gater, abimer. 

Gadanle, sf. (5C) : badaud. 

Gadin, sm. (4T,A; G) : layette d'un. 
nouveau ne\ 

— , (4T) : trousseau (de maride). 

Gala, sf. (4T,A; 6 A) : neige a moitie" 
fondue; mdlange de pluie et de neige ; 
margouillis. 

Gaf&, vn. (4T,A,Ag) : marcher dans 
la neige fondante; patrouiller. S'em- 
ploie aussi comme verbe actif : gafd la 
ni (4T,A,Ag). 

Gafo, sm. (7Jr) : gaude (bouillie de- 
farine de mais). 

Gafolyi, vn. (3T). V. ganfolyi: 

f Gafouiller, (G) ; ganfouiller (4!% 
A). V. ganfolyi. 

f Gager, Are, sm. (4T,A ; G) : fri- 
pier, ere. 

Un des sens de I'ancien fr. gagier 
est : chancier qui poursuit un d^biteur 
et qui saisit ses biens. II n'y a pas loin de 
la au sens de marchand de bric-a-brac. 



Digitized by LjOOQ IC 



202 GAGU-GANB 

Gagui, sf. (iT) : femme ou fille de 
mauvaise vie ; gdgui (4Ab). 

Littre donne au mot gagui le sens 
de : fille ou femme qui a beaucoup 
d'embonpoint et qui est fort enjou^e. 

Gajhi, va. (4*T,A,R) : gager. 

— , sm. (4T,A) : fripier; f gager. 

Gajhire, sf. (4T,A) : fripiere ; pre- 
teuse sur gages ; f gagere (4T,A ; G). 

Gajhd, sm. (4T,A). : gage. 

Gali, sf. (4T,A,R) : gale (maladie de 
la peau). Malin com* lagald (4T) [md- 
chant comme la gale]. I & la gald q& 
sta fmald-kd (4T) [c'est lagalequecette 
femme-la]. 

— , <4Ag) : branche de sapin. 

Gala, sf. (8B'm) : gueule, bouche. 

Galan, adj., f£m. antd, (4T,A) : ga- 
lant (aimable, poli). V. une citation au 
mot g&r&.« 

Au tern., (4T) s'applique aussi a une 
femme habilteeavec gout, elegante. 

— , sm. (4T,A,R) : galant (avec le 
sens de fiance^ ou de garcon qui cour- 
tise une jeune fille en vue du manage). 

Galanchg, sf. (4T) : balancoire, es- 
carpolette ; f galance (G). 

Galanchi (s 1 ), vpr. (4T) : se balancer 
(sur une escarpolette) ; sgalanci (4A) ; 
f se ga lancer (G). 

Galan$hnftt&, adj. f. (4R). Se dit 
d'une jeune fille au teint vermeil. 

Galandajhd, sm. (4A) : galandage. 

Galanfer, sm. (4Aa) : arc-en-ciel. 

Galata, sm. (4T,A) : galetas, com- 
bles, grenier. 

Gal6r&, sf. (4T,A) : galere (prison). 

— , : sorte de tombereau, charrette. 

— , (4A) : brosse a long manche char- 
ged d'une masse cubique, dont on se 
sert pour frotter les parquets ; f ga- 
lere, 

GallA, adv. (iB'; 6B) : beaucoup; 
guMd(SC). Zd'i-nt galU (6B) [j'en 
ai beaucoup.] 

Galiafan, sm. (4T) : goinfre ; glla- 
fan (6A). 

Galibordft, va. (5C) : gaspiller. 

Galie, sf. (3S) : horn me ou femme 
sans conduite, sans talent, ni fortune. 



Gali&e, sm. (6 A) : trochet de noil ; 
trochei ou bouquet de cerises. 

Galin&, sf. (4A). S'emploie dans re- 
pression dot a la galind [jouer au bou- 
chon]. 

Galloc'hi, vn. (3S f ) : gargouiller. 

Gal6, sm. (4T) : caillot, grumeaude 
farine. La spa 4 tof in gald [la soupe 
est tout en grumeaux]. 

— , : galop (r marche; 2" rdpriman- 
de). £l a rchu on bon gait (4T) [il a 
rec,u une verte r^primande]. 

Galop&, sf. (4R) : galop. 

Galopft, vn. (4T,A,R) : galoper; va- 
gabonder. £ galops totd la jhornd (4T) 
[il court toute la journle]. S>n. : patald 
( 4 A). 

Gamache, sf. (3S') : grosse gufitre de 
drap. 

Gamache (1680, iA): « Des gama- 
ches d'homme de la valeur de 1 8 sols. » 

Gamache a 6t6 employe" par Eugene 
Sue : « Un vieux groom a cheveux gris 
portant des gamaches de peau ». (Gor 
dolphin Arabian, ch. vi.) 

L'£tym., d'apres le Dictionn. giniral 
(H.D.T.), est Tespagnol guadamaci, 
sorte de cuir, proprement cuir de Ga- 
dames. 

Meme mot en norm., poitev., forez. 
lyonn. et en vx. fr. Cf. Ducange : « Ga- 
macha, pedulis lanei species quoe etiam 
superiorem pedis partem tegit; vulgo 
gamache. » Suivant Roquefort, les 
gamaches sont des « guelres de toile 
ou de laine que Ton mettait sur les bas 
poursegarantir de laboue et du froid». 

Gamel&, sf. (4T,A) : gamelle (grande 
dcuelle). Une gamelle de soldat se dit 
baraqin (4T,A ; G). 

Ganbasse, sf. (2AJ) : coureuse. 

Ganbi6, adj. et s. (4T,A ; 6A) : boi- 
teux. 

GanbiotA, vn. (4T) : tr^pigner, sau- 
tiller. 

— , (4AI) : boiter. 

— , (4A ; 6A) : marcher en boitant 
Iorsqu'on a mal aux pieds. 

Ganblin, sm. (4T) : bancroche. A 
Geneve, on dit ganbirolet. 



Digitized by LjOOQIC 



GANB-GANY 



203 



Oanbolte, v. imp. (6A). £ ganbolU 
fit fait une chtleur £touffante]. 

Ganbn, adj. (3 Be) : creux ; vide. 

Ganda, sf. (4T,A,Ab) : truie qui 
nourrit encore sa ported. 

— , (6A,Ac) : truie qui a eu plusieurs 
portees. 

A Thdnes, sous le nom de gandti on 
exprime que la truie nourrit encore sa 
porte>, tandis qu'en disant caHS on in- 
dique qu'elle n'a pas encore eu de pe- 
tils ou qu'elle a cess6 de nourrir sa der- 
niere portde. 

Gand&yi, va. (4 A) : arroser avec du 
purin. 

— , chasser quelqu'un'en Tinjuriant. 

f Gandin, sm. (G) : tapage, scan- 
dale. A Lyon : farce, bourde. 

t Gandoises, sf. p. (G ; 4 A) : fari bo- 
les; gravel u res. 

Un reuueil de podsies en patois fordz. 
de G. Roquille (1 856) porte le titre de 
Les Ganduai^es. 

Ganddle, sf. p. (8B'm) : oreillons. 
D^i U gandoU [j'ai les oreillons]. 

Le singul. gandold a dans plusieurs 
patois (for£z., dauph., langued.) le sens 
de jane, qui explique bien Tacception 
du terme Savoyard. 

Gandouza, sf. (4T,A) : gadoue, pu- 
rin. A Lyon f gandou\e et •{• gandou- 
{er. 

Gandouza, va. (4T,A) : arroser avec 
de la gadoue. 

Gandroulie, sf. (4T,A) : boue liqui- 
de ; mets ou sauce trop liquide et sans 
gout. 

Au fig. gandroulM et gandroutton 
(4T,A ; G) : personne malpropre ; se 
dit surtout des gens attaches au service 
de la cuisine. 

Gandroulyi, vn. (4T) : patrouiller. 

Ganfanna, sf. (4TC) : gentiane. 

GanfS, sm. (3S) : gousset. 

Ganfolion, sm. (4T) : enfant qui 
aime a patrouiller. 

Ganfolyi, va. (4T,A,R) : brasser le 
linge, aigufyer ; gafolyi (3T) ; ganfolU 
(6A). 

— ,(4R;5A') : salir, maculer. D* mi si 



to ganfotih (4R) [je me suis couvert de 
boue]. 

Gangala, vn. (4T) : osciller, chance- 
ler. A Geneve, gangaler : trimbaler ; 
balancer quelque chose dans ses bras. 
Comparez ce mot a ban-bala, dan-dala 
et aleursd£riv6s, qui exprimenllemou- 
vement des cloches en branle. L'origine 
parart £tre la m£me. 

Gangana (s&), vpr. (4T) : se balan- 
cer, se suspendre ; se dandiner. 

Ganganla(d), loc. adv. (5C): se dit 
d'un jeu qui consiste a faire deviner 
combien on a de noisettes dans la main. 
Jouer, gagner, perdre a ganganXa. 

Ganglyi, vn. (4T,R) : pendiller, os- 
ciller. 

— , va. (4R) : pendre. £>' vwi q'on m J 
ganglW, si &-n a Xon cm£ V Cuross'6 (4R) 
[je veux qu'on me pende, s'iUy en a un 
pareil a Curosset]. 

— (5'), vpr. (4T,R) : se balancer. 

fGanglyon, sm.(4T,A,R; 6A): s'ap- 
plique a tout objet qui pendille, et en 
particulier : houppe ; gland. 

Gangu£lyi, vn. (3T) ; f ganguitler 
4T,A;G). V. ganglyi. 

Ganguilie, sf. (4T,A) : guenilles, 
lambeaux d'^toffes qui pendent ; f gan- 
guilie (G ; 4k). 

Ganna, sf. (3S') : cachette ou Ton 
serre de 1' argent. 

Ganyi, va. ( 4 T,A,Ag,R) : gagner. DS 
n' alouid pd c' qi dS gdnld (4Ag) [je ne 
gaspille pas ce que je gagne]. 

On sait que le sens primitif de ce 
verbe est : faire paitre, puis diriger une 
exploitation rurale, retirer un profit du 
paturage;vx. fr. gaaigner, MBX.guada- 
gnare, de Tanc. h. allem. waidanjan 
(allem. mod. weiden) = faire paitre. 

« La langue d'o'il, du sens rural 
de paitre, a passe 1 au sens rural de la- 
bourer ; puis le profit fait par la culture 
a de'signe^ toule sorte de profits. » Lit- 
tre, confirms* par H. D. T., a raison 
contre Godefroy, qui donne la filiation 
suivante (v* gaaignier) : faire du profit a 
la guerre, acqulrir du bien en faisant le 
commerce, puis, quand les moeurs fu- 



Digitized by LjOOQIC 



204 



GAPI-GARG 



rent devenues moins guerrieres, retirer 
du profit de la culture de la terre. (Cf. 
A. Darmesteter : La Vie des Mots, 
p. 78.) 

Un des sens anciens s'6tait conserve* 
dans le derive ganyour (correspondant 
au mot actuel gagneur). Ganyour fi- 
gure dans les Noel\ et Chansons de 
Nicolas Martin, « musicien en la citd 
de Saint-Jean de Morienne » (1 555). 
Nous avons donne* la citation au mot 
a/and. Legaignieur joueun rdle dans le 
MysteredeSt-B.deMenthon(p.j2-j3). 

On pourrait aussi rattachera la m£me 
origine wdnyi (3S'), vanyi (4R),qui ont 
le sens de semer. 

G&pian, sm. (4A) : douanier; em- 
ploy^ de F octroi ou des contributions 
indirectes. Mot dont l'usage est tres re*- 
pandu. 

GAr&, sf. (4T,A) : gare de chemin de 
fer. 

— , : virole, anneau plat en fer qu'on 
place au bout d'un manche pour Tem- 
pecher de se fendre ou pour assujetir 
un objet, par exemple une faux a son 
manche. 

— , sf. (6A) : truie qui a eu plusieurs 
porters. 

— , interj. (4T,A) : gare, prends gar- 
de ; gdrd (4AD). Gdrd du dvan (4T) [ga- 
re devant]. Gdr % a la tttd, 4 pi, u nd 
(4T) [gare la t6te, les pieds, le nez]. 
Gdr* a tin (4T) [prends garde a toi ou 
malheur a toi]. Gdr % a lui [qu'il prenne, 
garde ou un malheur Fattend]. Gdr* a 
vb (4T) [garde a vous]. On prononce 
aussi gdrd (4A). 

Onpeutciter ici le refrain de la Chan- 
son du Ducde Savoie, dont voici le pre- 
mier couplet : Noutron ton Du de Sa- 
voyd I N' it-i pd \anti, galan ? \ El a 
fa fdri n* armiid \ Di qatrd pin pay- 
san. I Lironfa ! gdrd, gard, gdrd! \ 
Lironfa ! gard de* devan I [Notre bon 
due de Savoie n'est-il pas gentil, galant? 
11a fait fa ire une armlede quatre-vingts 
paysans, etc.]. (Cf. Ritz : Ch. pop. de la 
Haute-Savoie, 2* e*d., p. 82.) « Cette 
chanson, communique^ par M. Belly, 



est tire*e d'un manuscrit de 171 5. Elle 
a trait fort probablement aux entre- 
prises de Charles-Emmanuel contre la 
France. » 

Garaoion, sm. UA'g) : sommet d'un 
arbre. 

Garap&, sf. (3S) : femme ou fille 
sans moeurs. 

t Garaude, sf. (4T,A ; G). V. ga- 
r6da. 

t Garauder, va. (G) : manier sans 
soin ou brusquement, maltraiter. Ga- 
rauder une poupe*e. Ne lui donnez pas 
cet enfant a garauder. 

G&r$&, sf. (4 A) : garce. 

f Gar$on.' Dans le frl. s'emploie 
pour fils. Le gargon a Pierre (4T,A;G) 
[le fils de Pierre]. We*, mon gargon (4T. 
A) [oui, mon fils]. 

Ga\rd&, sf. (4A,R): garde. C6 d' gdr- 
dd (4A,R) [corps de garde]. Gdrdd, 
s'emploie dans la locution go de gdrda 
(7Jr) : mauvais gout, en parlant du 
gout amer qu'a le lait des vaches surle 
point de veler. 

Gardft, va. (4T,A,R) : garder. 

Gardd, sm. (4T) : garde. 

Gare (a"), loc. adv. (4AI) : en biais. 
de travers ; de garila \jU). Qlapiciid 
gare" (4AI) [cette piece est mise de tra- 
vers]. Lou bu von d f gare" [les bceufs ne 
von t pas droit]. 

Garde, sm. (4-Ag) : anneau en fer. 

Garg&, sf. (4A,Aj): vieille vachemai- 
gre et sterile ; gdrgd (4AD). 

Garglanche, sf. (2 Aj) : balan9oire. 

Garglanchi, va. (aAj) : balancer. 

— (se), vpr. : se balancer. 

Gargolion, sm. (4A) : gargouille- 
ment; f gargouillon. 

Gargolyi, vn. (4A) : gargouiller. Le 
vintri mi gargolHi. 

Gargot&, sf. (4A) : gargote, mauvais 
restaurant. 

Gargoti, sm. (4 A) : gargotier; fem. 
gargotiri. 

f Gargouille, sf. (G) : e*gout. « Les 
gargouilles se trouvaient bouch&s. > 
En fr. ce mot signifie Tendroit d'une 
gouttiere par ou Teau tombe. 



Digitized by LjOOQIC 



GARI-GATO 



305 



Gari, va. et vn. (4T,A,R) : guerir. 

Garifala, sf. (4Ab) : jeune fille qui a 
des manieres brusques. 

— , (4A) : jeune fille qui rit bruyam- 
ment dans les rues afin d'attirer Fatten- 
tionsurelle. 

Garifalft, vn. (4A, a a 4Ab) : rire, fo- 
litrer, jouer bruyamment. 

Ton galan fa licha : cin faprindra, 
ma ptXoutd, a garifald d%6 16\ & (4A) 
[Ton galant t'alaissle : celat'apprendra, 
ma petite, a folatrer sous les portiques]. 

Garindon, sm. (3S) : grumeau de 
farine dans la soupe. 

Garit61a, sf. (4 A) : petite boulette de 
pain servant d'amorce pour la peche a 
la ligne. 

Garnftson, sf. (4T,A,R):r£jouissance 
(certaine quantitd d'os qu'il faut pren- 
dre avec la viande a la boucherie); 
-garnecon (G; aAj). V. f garnison. 

Garn6tr&, va. (4A) : garnir. 

f Garnir. Dans Fexpression garnir 
uncheval (4T,A): hamacher un cheval. 

f Garnison, sf. (4T,A,R) et f gar- 
negon (G ; aAj) (t. de boucherie) : rd- 
jouissance. 

Dans Tancien fr. garnison, entre au- 
tres acceptions, a celle de : provision., 
approvisionnement. On pourrait voir 
dans le sens actuel de f garnison une 
alteration du sens president, mais il 
vaut mieux Texpliquer par garniture 
(ce qui garnit, cequi complete le poids), 
autre acception ancienne de garnison. 

Gar6, sm! (4'Am") : cidre. V. citr&. 

— , (4T,A) : gourdin ; f garrot. Syn. : 
swaton (iDb; 4 Ag). Ala rocha safSnd 
avwe on grou garb (4 A) [il a rosse* sa 
femme avec un gros baton]. 

Au sens gdneVal de baton, garrot est 
donn^comme vieilli (H. D.T.J 

Gar6, sm. (4 At) : grosse pierre qui 
roule sur les chemins. 

S'emploie aussi dans la locut. a gard 
(4AI; 6A) ; a garot (8Bf); agdrld (8B') 
r en degringolant, en roulant par terre]. 
De la le verbe garotd. 

— , (6A) : anneau en fer ; garde (4Ag). 

Gar6d&, sf. (3S; 4T,A) ; f garaude 



(4T,A ; G): femme ou fille sans moeurs. 
A Geneve ddsigne aussi une mauvaise 
poupge. 

Puitspblu rattache ce mot a garou 
(loup garou), qui, dans une partie de la 
Suisse, s'applique au diable et au sorcier. 
Courir le garou avait jadis le sens de 
courir le guilledou. 

— , (8M) : gu£tre. NUme sens dans les 
patois dauph., bressan, maconn., fo- 
re^. En lyonn., garoude. 

GarodXn, sm. (8M) : entremetteur. 
A 4R, garodin, f. garodint. 

GarolS, sm. (3J) : boulette. Ongarole 
de pan [un petit pain rond]. 

Garolin& (a la). V. catalina. 

Gar6t& (a la). Dans la loc. se mitre 
a la gardtd (4A) [se laisser rouler com- 
me un billot sur un pre* en pente]. 

Garota, vn. (4T,A1) : rouler sur un 
plan incline ; garotdr(SBf).F4rS garotd 
de pire 4 [faire descendre des pierres d'un 
lieu 6Ieve"]. Syn. : arbatd. 

fGaspiller, va. (G) : voler, filouter. 

Gaston,sm.(6A):vei!lotte(tasdefoin). 

f Gastrique, sf. (4T,A ; G) : gastrite. 
On dit aussi gastrie. En fr. gastrique 
est un adj. : le sue gastrique. Dans le 
langage populaire la confusion des deux 
suffixes est fr£quente : une mitrique 
(m£trite); untflibique (phldbite). 

Gftta, va. (4T,A) : gater ; gdghd(SB'). 

Gatelieu, eusd, adj. (aAj) : chatouil- 
leux. 

f Gatelyon, gatolyon, sm. (G) : ca- 
pitule de la bardane. 

— , : grumeau de farine. Soupe aux 
gatelyons. 

Gati6. V. gatft. 

Gatlyi, va. (3S') : chatouiller, titil- 
ler ; gatelyi (2AJ). 

Gfttd, adj. (4T,A) : gate\ L6 tartifle 
san tott gdte* stt an (4T) [les pommes 
de terre sont toutes gat£es cette annde]. 
En frl. gdte f adj. tire* du verbe gater, 
com me arrite, use, enfle, gonjle, des 
verbes arrfiter, user, etc.. (Cf. Puitspelu : 
Revue des patois, I, 214, et le Diction- 
naire de Mistral, aux mots enfle,. 
gounfle, gate, trempe, use.) 



Digitized by LjOOQIC 



206 



GATO-GIFL 



G&t6, (4R). S'emploie aussi lorsqiTil 
s'agit d'une luxation :<T& Cbri t I'pigdtd 
[j'ai une entorse au bras, au pied]. 

Gat 6, sm. (iBm) : gateau; gdtW 
(4A,A1). Dict. Analog. : ponlon ; q&- 
ritouhd ; cwitdw^d ; crinchin ; rtdmd. 

f Gattance, sf. (G) et f gattes, f. pi. 
V. gatter. 

f Gatter, vn. (G) : faire l^cole buis- 
sonniere, manquer P6cole pour aller 
jouer. « Si tu gattes encore une fois, 
ou si tu fais encore une gattance (des 
gattes), je te punis sans misericorde. » 
(Humbert. ) 

f Ganme, sm. (G) : petit seau tra- 
verse* par un long manche de bois et 
servant a puiser de Feau, du purin, de 
Teau de lessive. 

f Gavasse, sf. (4A) : femme dontles 
habits sont ordinairement malpropres, 
crott£s. Syh. : cendrouille. 

Godefroy mention ne gavache, gua- 
vasche, avec la signif. de lache, poltron, 
qui est encore usuelle dans le centre de 
la France. Ce sens est aussi indiqud par 
Littre, avec celui d' « homme misera- 
ble et mal v£tu ». 

« Gavache est empruntd de Tespagnol 
gavacho, terme de m£pris appliqudsur- 
tout aux montagnards des Pyr£n£es. » 
(H.D.T.) 

Peut-dtre I'ltymol. popul. a-t-elle rat- 
tachd gavasse a la famille de gaver : 
de la la specialisation du sens dans le 
frl. ann^cien. 

f Gavasse-, adj. (4A) : crotte\ 

Gavin, sm. (3T) : manage. 

Gaviula, ?f. foAa') : petite botte de 
sarments. 

Gav6, sm. (aF,Fc,Fe, J,Jv; 3Re; 
4Am) : cJdre. V. citri, biscantin, bi- 
dolyon. 

Le sens de cidre qu'on donne a gavb 
dans une partie de l'ancienne province 
du Genevoispeut s'expliquerhistorique- 
ment. 

En i56o, defense fut faite dans le 
canton de Vaud d'importer du vin ga- 
vot, c'est-a-dire provenant du Chablais 
ou plut6t du pays de Gavot (Bridel). 



« On peut fort bien admettre qu'autre- 
fois gavot Itait d'un usage aussi courant 
en Savoie que dans le Midi, et que Ton 
a d'abord dit vin des gavots (monta- 
gnards), puis du gavot tout court, com- 
me nous disons aujourd'hui du bor- 
deaux, du champagne. Cette explication 
est d'autant plus admissible qu'elle re- 
pose sur ce fait que nos montagnards, 
indlpendamment d'autres expressions 
ddsignant le cidre, se servent encore tres 
sou vent de celle-ci : vin de montagne, 
vin des montagnards. » (A. Constan- 
ts : Etymologie des mots Huguenot 
et Gavot, p. 27.) 

L'origine de ce terme parait 6tre un 
ancien mot tombe* en d6su£tude et qui 
signifiait habitant des hautes montagnes 
et des valldes profondes. II se rattache- 
rait au Jatin cavus. A la m£me famille 
appartient gavotte (danse des gavots, 
montagnards des Alpes), et peut-6tre 
t gavasse et le provinc. ou arch, gavache. 

Gavotin, sm. (iT,D) : habitant de 
la partie du Chablais qui est comprise 
entre le Valais et la Dranse et qu'on 
appelait anciennement Pays de Gavot. 
Evian et Abondance en faisaient partie. 

Gazonlyon, sm. (G) : margouillis. Se 
dit surtout d'un melange de pluie et de 
neige. Se dit gafd (4T,A) ; wafd (4A) ; 
g nafd(6A);gu>afd(3T). 

G6, sm. (yM'a) : geai. 

G6nfann&, sf. (3C) : gentiane. 

G6nn&, sf. (4T) : gene. 

G6rl&, sf. (6A) : cuvier; f gerle. 
Mdme mot en lyonn. et dans la Suisse 
romande. f Gerle est mentionnd dans 
le Supplement de Littre, mais il n'est 
pas dpnne* par H. D. T. 

f Gteroftee, sf. (4T,A ; G) : girofl&. 

Gi, sm. (4T,A) :gypse, platre. 

t Gicler, vn. (4A) : jaillir. C'est un 
archaisme restd sous cette forme parti- 
cul. dans le Lyonnais, la Savoie et la 
Suisse romande. 

f Gicler figure dans le Supplimenl 
de Littre, avec la mention : terme po- 
pulate. II n'est pas donne" par H.D.T. 

Giflft, sf. (4T,A,A1) : giffle. Syn. : 



Digitized by VjOOQIC 



GIGA-GLIE 



207 



irMon (4T,A,A1) ; pdtd (3S' ; 4AI,R) ; 
motU (3Q ; tirte-Uvi (4AI) ; f baffe et 
begne (G) ; Itoan (4T). 

Giga, sf. (4A) : fern me d'une taille 
d^mcsur^e; f gigue. 

— , sf. (8B*m) : mauvais garcon. 

Gil©, sm (4T,A) : gilet. 

Giuga, sf. (4 As) : c6ne de pin. 

Gipa, va. (4T,A) : platrer. 

f Gipage (4T, A) ; giperie (G) ; giper 
(4T,A;G); gipeur (4T,A). Ces mots 
s'emploient au lieu de platrage, platrer, 
plainer. II en est de mime a Geneve de 
f gisser, gissage, gisseur. 

Giper est un derive* de gip, qui en 
vx. fr. signifie gypse, platre. 

Gla, sm. (5C) : glacon. 

f Glavinie-re, sf. (8M) : ravine, cou- 
loir. M. Borrel, architecte, a employee 
terme. 

f Gldne, sf. (G) : glane, glanure. Faire 
glene se dit au jeu de bilies pour ex- 
primer qu'on s'empare a 1'improviste 
des bilies des joueurs. A 4A, faire gris- 
pitle. 

Glend, sm. (68) : petite bardane. 

f Glener, va. et vn. (G) : glaner. 

G16nna, sf. (4TC) : glane. 

Gletalie, sf. (aAj) : laniere de cuir 
servant a assujltir le joug sur la tete des 
boeufs ; cordon de cuir servant a lacer 
la chaussure. V. gr&tall$. 

G18ton, sm. (8A). V. agliftton. 

Ce mot £galement employe* dans la 
Suisse romande dlsigne en vx. fr. (gle- 
ton) la bardane et particul. la partie de 
la plante qui s'attache aux v£tements. 

GHa, sm. (6B) : fausset de tonneau. 

Gllachon, sm. (6Am) : glacon ; gla- 
chon (8B'm) ; glXafon (4T,Ab) ; glXagon 
(6A). 

Gliafa. V. gafa. 

Gliafan. V. galiafan. 

GUafe, sf. ( 4 T,A,Ab) : glace ; glafi 
(8B'm) ; dlXac'he (3S'). 

Gliandon, sm. (4T,Ab;5A') : m£- 
teil ; glandon (5Al). 

Gliapa, vn. (6 A) : sonner creux. Se 
dit du son que produit le fercasse" d'un 
cheval en marche. 



Gllapon, sm. (4T) : onglon des boeufs 
et des vaches ; gtlapd (6 A). V. anglion. 

GU«, sf. (4T,A) : quille ; motte de 
beurre de forme sphenoidale un peu al- 
longe^; f guille. 

G1I6, sm. (4T,As) : glas. Syn. : difnib 
(4T);^nW(2Aj;4Ab). 

Gltena, sf. (4T) : glane d'lpis ; gla- 
nure ; gUnnd (4TC) ; f glene (G). 

GHSna, va. et vn. (4T): glaner; igli- 
ner (G). 

Gli8n6, sm. (4A'g) : cachette. 

f Glidre, sf. : terrain rocailleux et sa- 
blonneux; greve de riviere ; quelquefois r 
commea Faverges, la riviere elle-m£me, 
probabl. parce qu'elle couvre ses bords 
de cailloux et de sable. « On trouve 
parfois dans des chartes peu anciennes 
les mots gliere et portiere pour desi- 
gner des terrains incultes ou de maigre 
produit. Cest ainsi qu'on lit au xvf s., 
dans Tune d'elles recueillie par M. 1'abbd 
Ducrettet et concernant la paroisse de 
Marlens : « cent jornaulx vaccans en 
giiereset portieres ». Gliere, en patois 
glire (gliirt), auxquels correspond lc 
vx. fr. glaire, au sens de terre grave- 
leuse, est une denomination rurale qui 
s'applique toujours a des terrains ro- 
cailleux et sablonneux, avoisinant le 
plus souvent, mais non n£cessairement 
un cours d'eau ; telles sont les glieres 
d'Alex et d'Argonnex au bord du Fier, 
de Thorens, au pied d'un rocher, etc. 
L'£tym. latine glarea, glaria, gros sa- 
ble, gravier, est done bien confirmee. » 
(C. M arte aux, Rep. sapoisienne, 1 899, 
p. 59.) 

Glteta, sf. (3S') : petite motte de 
beurre. Dimin. de glW. 

GUSta, va. (6B,Bv;8B') : attacher ; 
accoupler ; mettre sous le joug ; glUtdr 
(8Bf) : glWd (4Ab). Va-fe glWd Id bu 
pi T* aqhapd (4AD) [va-t-en mettre les 
boeufs sous le joug pour les atteler a la 
charrue], 

GllSton, sm. (4T, Al, A'g; 6Uc,B) :. 
bardane et gaillet ; se dit aussi des ca- 
pitules de ces plantes ; gl&ton (8 A) ; 
glUtoun (8Bf); aglVeton (4A,Ab,AI^ 



Digitized by LjOOQIC 



-208 



GLII-GOGN 



As,Av,R; 5A\At); IWon (8M). Syn. : 
t gatelyon, grape* Hon, glonU. 

GUird, sf. (4T,A,Aa) : greve (de ri- 
viere). V. f gliere. 

Glinglin, sm. (7J) : primevere offi- 
cinale. 

Glion, sm. (4T) : legumes en general. 
-, sm. (4T, A,R; 6Ac) : fausset (petite 
cheville .en bois servant a boucher le 
trou fait a un tonneau et a faciliter Y6- 
coulement du liquide); guBlton (iD); 
f guiilon (G) ; guiltda (6B). 

— , (4R) : A to golSe va com' on gtlon 
(sensu obsceno). 

— , (4T, A ; 6A) : broche. 

GlIop&, sm. (3S';4T,Ab) : sommeil 
leger ; glopi (4A). 

f Glisse, adj. (4T,A) : glissant. 

— , sf. (4T,A; G) : glissoire. 

Glissi, vn. (4T,A) : glisser (couler sur 
un corps gras, ou lisse, ou poli). 

S'il s'agit de glisser sur une glissoire 
(jeu d'enfants), on dit : s'alcd (4T); se 
lecd et se lied (3S'); f se luger (G); 
llujhi (3S') ; letfi et luji (6A) ; si cold 
UAb). 

S'il s'agit de descendre une rampe en 
trafneau : s'aljhi (4T); si Ijhi (4AI) ; 
t se luger (G). 

Gliss6, adj. (4T) : glissant. Syn. : 
a led et alcd (4Aa). 

Glonid, sf. (8A) : bardane (plante). 

f Gloriette, sf. (4A) : petite officine 
dans un cafe\ ou dans un cabaret (les 
buveurs s'y tiennent apres Fheure regle- 
mentaire de la fermeture); lieu ou les 
boulangers p^trissent le pain. 

G6, sm. (3S';4T,A, A'g,R) : gout, 
odeur; gd de bruld (4T,A) [gout de 
brute] ; gd d' mwi^i (4T,A) [de moisi] ; 
god* gonvd (4T,A) [de renferm^]; gd 
d6 rvieu (4T,A) [de vieux, ordinaire- 
ment en parlant du vin];#d d'amas- 
sd (4T,A,A'g) et gd de gdrdd (7Jr) 
[mauvais godt (en parlant du gout amer 
qu'a le lait des vaches sur le point de 
veler)]. 

GobA (s') f vpr. (4T) : se rengorger, 
faire Pimportant. C'est probablement le 
fr. popul. se % gober patoise*. Cependant 



le mot pourrait etre ancien et non un 
emprunt. On a en vz fr. un adj. gobe 
ayant le sens de vaniteux, orgueilleui. 

Gobillft, sf. (4T,A; 6Ac,B) : bille, 
gobille (petite boule de pierre ou de 
verre). Di ri vwipU m'amosd igobitte 
p' U vi (4A) [je ne veux plus m'amuser 
aux billes dans les chemins]. 

A Th6nes, gobilU dlsigne plus spe% 
cialement la bille en pierre ; celle de 
verre s'appelle cristald. V. jeux. 

£/ a fi lagobilU diin sa fatd (^T.)\\\ 
a fait un d&ournement]. 

Gobl&e, sm. (4T,A,R) : gobelet. 

Gochd, adj. (4T,A,R) : gauche. £ rii 
va pd d' la man gochi (4T) [il n'y va pas 
de main morte]. A aussi, comme le fr. 
gauche, le sens de maladroit. 

G6$hi, adj. et sm., tern, ire" (4T,A) : 
gaucher. 

GodS, sf. pi. (2A; 4T,A) : mais; 
plante de mais considgrle comme four- 
rage. Spa a U gddi (5 A') [soupe dc 
mais] ; spa de gddi (4 Ab). 

II en est de m£me en Bourgogne eten 
Franche-Comte\ 

En fr. gaude, signifie bouillie faitc 
avec de la farine de mais (polint&J. 

G6di, vn. (3S') : jouir d'une terre. 
d'un bien. Vx. fr. gaudir, doublet de 
jouir, reste* comme vpr. : se gaudir. 

GodivI6, sm. (4A) : petite saucisse. 
en frl. godiveau. Ce mot ddsigne plus 
ordinairement en fr. un pate* chaud 
compost d'andouillettes, de hachis de 
veau, etc. 

Gdf&, gdrfd, sf. (6A) : pellicule de 
la feve. 

Gofe, adj. (3T) : sale, malpropre. 

Gofl, sm. (4TC) : coffin; gofU (6A). 
V. cofi. 

Gogan, sm., fe*m. annd (3T ; 6A, 
B) : faineant, indolent. 

f Gogne, sf., a dans le patois (go- 
nUj et le frl. plusieurs significations : 
1" courage, hard iesse : « Tu n'aspasla 
gogne de faire 9a » (G). 

2* rebut; crasse ; crapule : « Quelle 
gogne de baton tu as la I » « Tous ces 
gens-la, c'est de la gogne » (G). 

Digitized by LjOOQIC 



GOGN-GOLI 



3* (au pi.) : facons, c£r£monies (3S; 
4T,A; 6 A). Faire des gognes (4T). 
Fassi pd tan a" gonU (4T) [ne faiies 
pas tant de facons]. 

f Gogneux, adj. et s. (G) : crasseux, 
degoutant, crapuleux. Se dit des per- 
sonnes et des choses. Un chapeau go- 
gneux. (Humbert). 
t Goguinette, sf. (G) : gaudriole. 
Gottrd&, sf. (3S\T; 5C) : serpe ; 
f goyarde (G). Le vx. fr. a le masc. 
goiart, serpe ou couteau, encore en usage 
au xvii' s. 

Golft, sm. (3T) : serpette. Cf. Du- 
cange : Goia, falcis species ; gall, serpe, 
alias goie, goe, goy, goye. II donne 
aussi les d*riv£s : gouet,gouyer, goy art. 
On trouve encore goy au xvif s. 

GoI6t*,sf. (4T,A) : serpette; golWd 
(4Fd). 
Goj6, sm. (5C) : gosier. 
GojhS, sf.| (4T,A,R) : doloire; go\i 
(6A). 

— , (i. de cordonnier) : gouge, tran- 
chet recourbe* pour couper les chevilles 
de bois qui se trouvent dans Tint^rieur 
du Soulier. 
Gojh8, sm. (3S) : serpette. 
Gojhon, sm. (Bourget) : goujon. 
Ctolft, sf. (iEi') : grosse vague. 
-, ( 7 J) : gaule. 

Gott, sf. (4T, A;6A): gorg€e;goUe(G). 
OolA, va. (7J) : gauler. 
Qolatn, adj. (4 A) : rempii de petits 
trous. 

Golfte,sm. (4T,A,Ab,R; 6 A); fgolet 
(G) : trou ; goulot. £-t-ou intrd dUn V 
goUe de* chivr* ?(4T) [est-ce entre* dans 
le trou des chevres, c'est-a-dire as-tu 
avale* quelque chose de travers ?] 

En frl. on dit aussi goulet, pour de- 
signer un orifice et particulierement le 
cou d*une bouteille. Littre citant un 
exemple de Rdgnier remarque que dans 
ce sens on dit plutot aujourd'hui gou- 
lot. H. D. T. le donnent aussi comme 
Yieilli. 

— , (4R). A togoUeva com* ongllon 
(sensu obsceno). 
— , : £cart, coin perdu. 



209 



Goldroh, sm. (4T) : petit trou. t Le 
goliron d'une nasse (G) [la bouche 
d'une nasse]. 

GolU, sm. (5C) : flaque d'eau. 

Gollachi, vn. (aAj) : verser son vin 
sur la table en buvant a la maniere des 
ivrognes ; boire alors qu'on est d€\k 
ivre. 

Goliachon, sm. (4T,A) : serpette. 

GoliachU, sf. UT,A) : serpette. 

Golttr, drdd, adj. (4 A I) : friand, 
gourmet. Na spa golldrdd [une soupe 
grasse]. De la le compose" 'agolyardi. 

Dans la Suisse romande : gouliard, 
qui a donne* le derive" gouliardise, frian- 
dise. 

Ce mot se trouve dans le Mystere 
de St-Martin : « Goltiard, got Hard voz 
voz lechie*. 

II figure aussi dans le Mystere de St- 
Bernard de Menthon. M. Lecoy de la 
Marche lui donne le sens de : dlbau- 
che\ libertin, qui nesonge qu'au plaisir. 

Dans le NoBl en patois Savoyard des 
environs d'Annemasse publie* par A. 
Constantin (La Muse Savoisienne au 
XVII* s.J, on lit (1" couplet) : Le pare 
Adam fu ben ardy, | Bon Di la mala 
gaillardy \ Que la cheffia de parady. 
[le pere Adam fut bien hardi, bon Dieu, 
la malheureuse tdm^rite* qui Fa chasse* 
du paradis 1] Dans le commentaire, A. 
Constantin fait observer que le mot 
gaillardy £tait encore usite* en fr. au 
xvi' s., avec la signification detlmlritl, 
audace. Ne conviendrait-il pas inieux 
de lire goillardy? Ce serait un derive* 
de gottdr (forme* comme gaillardy sur 
gaillard) II rlpondrait au mot actuel 
gottardise cite* plus loin, et le sens se- 
rait gourmandise, ou peut-gtre dlbau- 
che. Godeproy mentionne goliardie et 
cite un exemple d'A. Chartier. 

Goli&rd&, sf. UFd) : grand e serpe 
munie d'un long manche, pour couper 
les dpines, les ronces. M6me mot en 
lyonnais. V. goUrd&. 

Gollardiae, sf. (2 Aj) : friandise. Cest 
un archaisme. V. gollir. 

Golie, sf. (3S') : mare, flaque. 

14 



Digitized by LjOOQIC 



aio 



GOLI-GORL 



GolIS, sf. (4T) : serpe. V. g6I3. 

GoliS, sm. (4T,Aa) : serpette. 

— , (4Fd) : serpe munie d'un manche 
en cuir dont on se sert pour tailler les 
arbres. 

GoldjhS, sf. (4 A) : ch£neau. 

Golu, adj.(3S* ; 4T, A, R): gourmand, 
goulu. Au tem. golwa (4T,A). 

G6md, sm. (aAj) : petit seau en bois 
traverse* par un long manche et servant 
a puiser de l'eau ou du purin. 

Gona (s') , vpr. (4T) : s'habiller mal, 
sans gout; s' gdnd (4A,R); fse gdner. 
Ne se dit guere que des femmes. L' sd 
md s' gond (4T) [elle ne sait pas s'ha- 
biller avec gout], f Elles^taient gdnies, 
ou mal gdnies (4A,R ; G) [elles £taient 
habiltees sans gout]. Syn. : fagotd. 

Gone, qui a donne* le derive* gond, 
dlsignait jadis une sorte de longue cot- 
te. On appelait aussi de ce nom, sui- 
vant Fauchet, « la casaque ou le veste- 
ment dedessus les armes ». 

Gonfaron. V. confaron. 

Gonfla, sf. (4T t A 9 A'g; 7Jr;8B*) : 
petite ampoule; buliede savon; f gonfle. 

Gonfla, vn. (4T,A) : gonfler ; canflXd 
(3S'). 

f Gonfle, sf. (G) : vessie qui contient 
Purine. V. gonfld. 

Gonfl6. adj.(4T,A): gonfld; f gonfle 
(G;4A). Adj. tire" de gonfld, gonfler, 
com me enfle, gdte, etc. 

D*in-n 4 V keur gonfld (4T) [j'en ai 
le coeur gros]. 

Gongon, adj. (G; 5C) : grognon. 

f Gongonner, vn. (4A; 5C; G) : 
murmurer, grogner, bougonner. De m£- 
meaLyon. 

Gonie, sf. (3S'), dans TAlbanais gd- 
nU. V. f gogne. 

Gonvft, sm. (4T,A) : odeur de ren- 
ferme\ odeur de linge sale et gras ; 
+ gonv4 (G). 

— , va. et vn. (4T, A) : couver une ma- 
ladie, mijoter trop longtemps, couver 
sous la cendre ; fgonver (G). £/ a I'ir 
don ditard, 4 gonvi cdq md (4T) |_i 1 a 
Pair d'un d&erre* (une mine patibulaire), 
il couve quelque maladie]. La spa gonve* 



(4A) [la soupe ne cuit pas, il y a un trop 
petit feu]. U fwa a pri dri a la mint, 
X avi lonttn q'4 gonvdvf (4T) (Tincen- 
die a delate* juste a minuit, il y avait 
longtemps que le feu couvait sous la 
cendre]. 

— , : combuger (remplir d'eau une fu- 
taille pour faire gonfler les douves). Ta 
sM4 4 tof cgrilXa, i fd la firi gonvd 
(4T) [ton seau est tout dbaroui, il faut 
le combuger]. 

Gonvi, sm. (4Ab) : coffin ; f gopier. 

f Gonvifcre (G) : creux rempli de 
boue ; tas de neige amoncele" dans un 
creux ; conghir'4 (3T). 

Goplan, sm. (4Ab,Ac m ) : douanier; 
'gdpXan (4A). 

G6ra, sf. (4Ab) : cuscute (plante). 

Gorda, sf. (4T,A,R) : gourde. 

G6r8, sf. (8A) : osier. 

Gorfa, sf. (4T) : gousse, cosse des fi- 
ves ; peau de la feve ; pel u re de fruits ; 
gdrfd et gofd (6A). 

Gori, gori (a Be) : cri pour appeler 
les canards. 

Goriatanna, sf. (4R) : gosier. 

Goija, sf. (4A) : gorged; bouffee 
(d'une pipe, cigare, cigarette). 

— , (4T) : bouch£e de pain. 

Gorlie, sf. (4T) : souche; tige d'arbre 
£branche\ 

— , ( 1 Db; 4A, Al,A'g,Fd) : cepde vignc 
qui a d£ja plusieurs annles. La Rdse 
avw4 son chdle rs4nbldve onnd gorlXi 
(4A) [La Rose avec son chale ressem- 
blait a un cep de vigne]. (La Noce a 
JosS.) 

Leu MarXon 4 na bond gorlU (4A) 
[leur fille Marie est un bon cep, c'est-a- 
dire elle est jolie, et beaucoup de jeunes 
gens, selon r usage ancien, apportent de 
quoi boire, quand ils viennent lui faire 
leur cour]. 

Dialogue. Le pere : D'avou bin fdtd 
d'avi on gargon p4 m*4dd, 4 ma find 
pin a" mi balyi oncdnaflXS. La voisine: 
L % 't-ou brdvd ? — / wi, 1*4 bin brdvd. 
— A loo n' t4 plin pd; t'ar4 na bond 
gorlXt. L'omd s' nori pd seulamin de 
pan (4A) [J'avais bien besoin d'un fils 



Digitized by LjOOQIC 



GORL-GOUR 



21 I 



pour m 'aider, et ma femme vient de 
me donner encore une fille. — Est-elle 
jolie ? — Oh I oui, elle est bien jolie. — 
Alors ne te plains pas ; tu auras un cep 
de bon rapport ; I'homme ne se nourrit 
pas seulement de pain]. 

Gorlion, sm. (4T) : dimin. degorlU. 

Gorsal&, sf. (5 A') : groseille. 

Gorzellon, sm. (6B) : silene enfle\ 

Gorzllete, sf. (4Fm) : ronce des ro- 
chers. 

Gosi, sm. (4T,A.R) : gosier. Syn. : 
cornXuld (4T,A,R). Mon gosi n* truve* 
pfc la bXire assi amdrt (4A) [mon go- 
sier ne trouve plus la biere aussi amerej. 
(L. Terrier). 

fGosse, sm. : garcon. A Annecy, le 
tern, correspondant est gosseline ; a Ge- 
neve on dit aussi gossin/. 

G08S&, sf. (4T) : gousse d'ail. 

Gossee, sm. (4T, A,A1,R) : gousset 
(petite poche). 

— , ( 4 T) : gosier. 

Gostin, n,pr. (4R) : Augustin. 

Got*, sf. (4T,A,Al,Ab,A , g,R;6Uf); 
goutte. S'emploie avec les memes ac- 
ceptions qu'en francais. I md de la gbtd, 
16 medecin i viXbn gbtd (6A) [au mai 
de la goutte, les m£decins n'y voient 
goutte]. 

De plus le mot gbtd, la goutte, s'ap- 
plique a toute espece d'eau-de-vie. Pr$- 
riti dan la gbtd pi v\ acori (4T) [pre- 
nez done la goutte en attendant]. 

Gbtd d san (4TC; 6Uf ) : adonide. 

Goteron, goutiron, sm. (Go) : gouter 
(repas). 

Got ire, sf. (4T, A) : egout (voie d'eau, 
ouverture produite dans un toit, dans 
une voute ou dans une grotte, par ou 
l'eau de pluie plnetre et coule en de- 
dans). DXin lou pUu bdtimin X a to- 
j'kor caq£ gotirS (4T) [dans les vieux 
batiments il y a toujours quelques fui- 
tes]. 

Ce mot se traduit tres improprement 
dans le frl. par gouttiere qui n'a pas en 
fr. le m£me sens que gotiri. 

Gotre, sm. (4A,An',Ap) : goitre. 

Gotreu, sm. (4 A) : goftreux. 



Gotuire, sf. (4AI). V. gotirf. 

Gonbld, adj. (4A) : avenant, cares- 
sant. Fir% t goubXb [faire le calin]. 

— , (4R) : gourd, engourdi par le 
froid. D'e" Id di go u bid [j'ai les doigts 
engourdis]. 

Goug&, sf. ( 1 Ep) : sabbat. V. sinna- 
gog&. 

G611I&, sf. (4T) : gueule ; gueuld (3S*; 
4T,A,R). Pourbeaucoup de paysans, le 
terme gueule n'a pas un sens pejoratif ; 
il est simplement synonyme de bouche. 

G6ul&, vn. (4T) : gueuler; gueuld 
(4T,A,R). 

f Goulet, sm. (4A) : incision chirur- 
gicale. « Allez-vous lui faire un goulet, 
M. le Docteur ? » V. golee. 

Goulian, sm. (4A) : faineant. 

Goulie, sf. (4T,A,Ab,R) : mare, fla- 
que ; goulie (6A); golXe (3S'); f gouille 
(G). 

— , (4T) : fondriere. 

— , (4R) : partie du lit d'un torrent 
ou Peau est profonde et moins rapide. 
D' pi tri banyi dXi la gran goulU [je 
vais me baigner dans l'eau profonde]. 

Goulie, sm. (4A,R): bourbe ; amas 
de boue. 

Goulyi, va. et vn. (3S) : vomir. 

Gour& (se), vpr. (3S) : se duper, se 
tromper soi-mfime. 

f Gourde, sf. (G) : plaisanterie. 

— , ($k) : personne nonchalante, sans 
initiative ou peu intelligente. 

En ce sens il est vraisemblable que 
gourde n'est autre chose que le f£m. de 
Fadj. gourd. Littre (v* gourd) cite la 
phrase suivante de Hauteroche : « Ou- 
tre fair mlchant, elle a Pair aussi gour- 
de \ I Connaissez-vouscemotPonl'ade- 
puis un jour, | Car il est tres nouveau, 
mis en vogue a la cour, | Ilveut direpe- 
sant. » Ce qui a conserve le feminin, 
dans le langage populaire, e'est la con- 
fusion probable de l'adj. avec le subst. 
gourde, calebasse, courge se*che*e. Ne 
dit-on pas, dans le fr. vulgaire, d'une 
personne peu intelligente : e'est une 
courge, ou un melon, ou encore un cor- 
nichon, etc. ? 



Digitized by LjOOQIC 



GOUR-GRAL 



Gouri, sm. (4TC) : cochon. 

GkmijhS, sm. (4T,A,As) : gorge (go- 
sier). Uinfan q'i n6 sta ni | Ll&i a 
copd la gourjhi [l'enfant qui est n^cette 
nuit lui a coupe" la gorge] (traduction en 
patois d'Annecy des deux derniers vers 
d'un No€l du xvn* s. — Cf. Revue Sav., 
1 90 1, p. 228.) V. gourze. 

Gourlie, sf. (G ; 3S') : souche d'un 
petit arbre entierement 6branch£. Di- 
minutif : gourtton, sm. (3S'). 

Gourze, sf (6 A) : gorge ; gueule. Can 
16 bid son ijleur, 6 Id fddri la gourde 
d'onfeur [quand les bl£s sont en fleur, 
il leur faudrait(il faudrait qu'ils fussent 
a) la gueule d'un four]. 

GoutA, vn. (4T,A) : gouter, faire une 
collation vers quatre heures. 

— , (iT ; 4R ; 5 A' et en g£n6ral dans 
1'Albanais) : dfner, prendre le repas de 
midi ; goutd ^4Ab,Aj). 

— , sm. (4T,A) : gouter (l£ger repas 
vers 4 heures). 

Dans les localitls ou le verbe signifie 
diner, le substantif a aussi le sens de 
dfner. 

Ckratalft, vn. (4R ; 5A') : faire une 
Idgere collation vers 4 heures, gouter. 

Gout6rnd, vn. (4AD, Aj) : gouter 
(faire une collation vers quatre heures); 
goutd (4T,A). Syn. : mirandd (iT ; 
3Tg; 4 A ; 5C);firBU catre d&ri (4T). 

Goutdron, sm. (Go ; 4AD) : gouter. 
Syn. : mtrandd (iT; 3Tg; 4A; 5C). 

f Gouttiere, sf. (en patois 'gotir^, 
gotuirS) : voie d'eau dans la toiture, 
dans le plafond d'une cave, ou d'une 
grotte. 

Govi, sf. (8Bf) : seau en bois; govt- 
IU (6B). 

Gov A, sm. (8B'm) : seau en bois; 
govt (8Bf) ; govt (6Bq,Bv) ;gopu (8Bf) ; 
govwe (8Al,Ma). 

GovarnA. va. et vn. (4 A) : gouverner. 

Govarnalle, sm. (4A):gouvernail. 

Govarnam6n, sm. (4A) : gouverne- 
ment. 

Gove, sm. (aAj) : ordre, Economic 
Avi du govt [6tre soigneux]. 

— , sm. (8Bf) : seau en bois. 



Govie, sm. etgofU (6A) : coffin. V. 
eofl. 

Le frl. a govier, synon. de coffin. 
Coffin (e*tui plein d'eau ou est une pierre 
a aiguiser et que le faucheur porte a sa 
ceinture) figure dans Littr6 avec le si- 
gne t- Littre* ne mentionne pas govier. 
On trouve dans le Supplement une for- 
me ayant probablement la mftme ori- 
gine : t gouyard. 

f Goyarde. V. goi&rd&. 

Goze\ sf. (6A) : gouge; doloire. 

Grabi, n.pr. (4T) : Gabriel. 

— , adj. (4T) : charge\ couvert, pfein. 
Se dit des arbres et des champs. QB d* 
pome* dsu clou-\ dbrd I 1 in-n B td grabi j 
(4T) [que de pommes sur ces arbres I 
e'en est tout couvert]. j 

Grabotft, va. et vn. (4 A) : gratter. 
On emploie surtout le compost °4gra- 
botd. 

Graclte, va. (4T,A) : chatouiller ; 
graclyi (4Aa,Ab). S'on nou graclU V 
b8 du nd, gdr* u cou d( torchon (4T) 
[si Ton nous gratte le bout du nez, gare 
au coup de torchon (gare la riposte)]. 

Gradft, adj. et sm. (4A): gradd; se 
dit spe*cialement de ceux qui ont un 
grade infe*rieur dans I'arm^e. 

Grafitai, sm. (iDm) : cerisier ; gra- 
foni ( 1 Db) ; grafnU (6Ac). 

f Grafigner, va. (4A) : e*gratigner. 
C'est un arch, d'un emploi moins fre- 
quent que le compose* igrafigner. On 
trouve ce mot dans Villon, Rabelais, 
d'Aubigne\ 

Grafton, sm. ( 1 Dm) : cerise. V. gri- 
ffon. 

Graffion a M employe* par Olivier de 
Serres. 

Gralon, sm. (6 A) : tartre. 

Gr&l&, sf. (7J) : vase de terre 6vas£et 
muni d'un manche. 

— , (6 A) : terrine, jattetres £vas£eou 
Ton met le lait pour que la crtme s'y 
forme. 

Grdld est une forme feminine corres- 
pondant a l'ancien fr. grasal, graal, 
dont le nom revient si souvent au moyen 
age dans les chansons de geste, pour 



Digitized by LjOOQIC 



GRAL-GRAN 



213 



designer le vase dans lequel Joseph 
d'Arimathie recueillit le sang coulant 
des plaies du Christ. 

Grille, sf. (4T) : corneille. Se dit 
swdpd (4AI) ; chw&9&(4kt)\ chdu>8(3R); 
tsdpd (6Ac) ; adtfd (4A ; 6Gv ; 8M). 

On confond glnlralement la corneille 
noire de Buffon (corpus corona) avec le 
freux (corpus frugi legus J. 

Bailly donne les noms vulgaires sui- 
vants a la corneille : corbasse, graille, 
couds ; au freux : sdpe, graille, grail- 
lard, couds, galeux. 

Dans plusieurs locality on croit a tort 
que la corneille est la femelle du cor- 
beau. 

Le vx. fr. a le verbe de>iv6 grailler, 
crier comme le corbeau. 

GrAHon, sm., f graillon. Le mot 
grail Ion se dit en fr. du gout qu'a la 
viande ou la graisse brulle; en ce sens 
nous disons : gd de bruld (4T,A). 

Le mot de f graillon s f applique a 
4T et a^4A aux mets (viande, legumes, 
lait) qui ont un mauvais gout par suite 
dela malpropretgdel'ustensile dans le- 
quel on les a pr£par£s. En ce cas on 
dit en fr. : « ce mets a le gout de roui ». 
Nous r£servons le nom de gout de r£- 
chaufft a un mauvais gout que con- 
tracte souvent un mets, alors meme qu'il 
est rechauffe* dans un ustensile propre ; 
en ce cas on dit a Geneve : ce mets a le 
gout de graillon. 

— , sm. (4T,A ; G) : tablier, torchons, 
linges dont la cuisiniere s'est servie. De 
la le mot Mari-grdtton pour designer 
une femme sale et tactile de graisse ; 
en frl. populaire : Cest une Marie- 
graillon. 

— , sm. (4T,A) : graillon (crachat 
epais dont on se dlbarrasse par la toux). 

Gr&maci, sm. (4A) : merci ; juxta- 
pose form£ des mots corresp. a grand 
et a merci. 

Gramarin, sm. (5 At) : groseille rou- 
ge ; gromarin (4R) ; ailleurs tramarin. 

Gramlli, adj. (4AI). Syn. degrabi. 

GrAm6, sm. (5 A*) : chiendent ; gra- 
mon (3R;4A'g; 5At;7Jr;8A; G). 



Gramon di bwi (6B) : usule des bois. 

Gran, adj., tern, grandd (4T,A) : 
grand ; gran, grantd (4T,Ab). 

— , sm. (4T,R) : grand-pere. 

— , (4A! ; 5C ; 6A ; 8B*m) : grain (de 
bl£). 

— , ulcere qui vient aux gencives des 
races ovine et caprine. 

— , (7LD) : gruau, orge perle\ 

t Grandet, adj. (4 A ; G) : un peu 
grand ; se dit spdcialement des enfants 
qui commencent a grand ir. Cest un 
archalsme remplace* par grandelet que 
donne Littrb ; on peut en regretter la 
disparition. 

Grandie, sm. (5C) : fermier. V. gran- 

jhi. 
Granle, sm. (5C) : grenier. V. grS- 

ni. 

Granji, sf. (4T) : petite ferme. 

Granjhe, sf. UT,A) : grange (bati- 
ment de ferme destinl au logement des 
gerbes et au battage des ce>*ales). 

Ce mot peut avoir le m£me sens qu'en 
francais. Mais granjhi s'emploie g6n6- 
ralement pour designer la partie d'une 
maison rurale ou Ton bat les cdreales ; 
se dit aussi de la partie siiu6e entre les 
compartiments habitus et le toit. 

D'apres Littrb, on appellerait encore 
grange les chalets ou Ton fabrique le 
fromage de gruyere. Dans le Suppli- 
ment, il mentionne la phrase suivante, 
tir£e de Heuzt (La France agricole, 
p. 8) : « Les chalets ou les granges 
dans lesquels on fabrique le fromage de 
Gruyere... chacuned'elles [montagnesa 
fromage de la Savoie] possede un cha- 
let et uneou plusieurs granges, qui ser- 
vent d'habitation pour le be 1 tail. » Nous 
n'avons pas relev6 ce sens. 

Granjhi, sm., tern. (r$ (4T): fermier. 
Dans le frl. granger. Nous lisons dans 
le Glossaire genepois de Humbert (v* 
granger) : « Ce terme, si connu dans 
la Suisse romande, en Savoie et en 
Franche-Comte\ n'a M recueilli ni par 
le Dictionnaire de TAcad^mie, ni par 
M. Poitevin, le plus recent des lexico- 
graphes, ni par Gattel, ni par M. Bes- 



Digitized by LjOOQIC 



214 



GRAN-GREC 



cherelle ; mais Boiste et N. Landais Tont 
mentionnl. » 

On ne le trouve pas non plus dans le 
Dictionnaire Giniral (H. D.T.J, mais 
Littrb donne f granger, ere. II cite 
com me exemple du feminin un pas- 
sage de Rousseau (Confessions, IV). Le 
mime mot est r^pe*td quelques lignes 
plus loin : « Nous df names dans la 
cuisine de la grangere ». A. Theuriet 
Fa adopte\ dans son roman Le Manus- 
crit du Chanoine (Revue des Deux- 
Mondes, 1 5 octobre 1 90 1 ). 

A l'historique, Littre donne la phrase 
suivanted'Olivierde Serres, Th. dagr., 
p. 61, 6d. i6o5 : « Le metaier est ainsi 
appele* en France de metairie ; et en 
Dauphine*, granger, de grange; Tun et 
Pautre edifice, au dit pais, signifiantune 
mesme chose, bien qu'en France la gran- 
ge ne soit que partie de la metairie ». 

GranmAre, sf. (4T) : grand-mere. 

Granp&re, sm. (4T,A,R) : grand- 
pere. 

Grap&, sf. (4T,A) : grappe. 

Grap&lion, sm. (7Jr) : capitule de la 
bardane. 

Graspille, sf. (4T) et 7 grispille (4A ; 
G) (jeu d'enfants) : gribouillette ; a la 
graspilU [a la gribouillette]. Qhi mon 
kinkS r M to a la graspilU (4T) [chez 
mon oncle tout dtait a la merci de tout 
le monde]. 

En lyonn. on dit de m£me f graspille 
(patois grapilli), a la graspille. Cf. Co- 
chard, cite* par Puitspelu : « Jeta de 
sous a la grapilli = jeter de la mon- 
noye a des enfants qui se tirent par les 
cheveux pour la ramasser. » On disait 
aussi jeter a grispipi ou a tire-chepeux. 
La premiere de ces expressions est in- 
connue, semble-t-il, en Savoie; a la se- 
conde correspond Texpression a tir&-p£ 
ft a tire-poil). 

Graspilyi, va. (4T) : ravager, voler ; 
gaspiller, dissiper ; grispilyi (4A) ; 
f grispiller (4 A ; G). 

Grasson, sm. (4T) : cresson. 

Grat&,sf. (4T,A,Ab) : d^tournement, 
concussion, gain illicite qu'un employe* 



retire de sa place. Fr. famil. gratte : 
faire sa gratte. 

GratA, va. (4T,A) : gratter. 

GraU-cu, sm. (4 A) : fruit de Feglan- 
tier. Chut! chut! a chd pu | D* pari 
passdvtra bdtd jalousd. \ Chut! chut! a 
chdpu I £>* pari la rousd \ Dipnyigra- 
td-cu [chut I peu a peu je verrai passer 
votre beaute" jalouse. Chut 1 peu a peu je 
verrai la rose devenir gratte-cul] (Beard: 
refrain de la chanson intituled : Le Ros- 
signol et les trois Fleurs.) 

Blard connaissait-il le vers de Ron- 
sard : « La rose a la parfin devient un 
gratecu » ? (I, 191, 6d. Blanchemain). 
Son refrain rappelle aussi la phrase de 
Saint-Simon (III, 346) : « Ses beautfs 
s'£taient tourne*es en gratte-cul ». 

A 4A, dans lefrl. on dit: bouche-a-cul. 

Gratdron, srh. (4T) : fromage a pate 
dure fait avec du lait de chevre. On le 
fabrique principalement dans les Bau- 
ges etdans la valine de Beaufort ; gra- 
teron (5At) ; gratdron (6B). 

Littre (Supplement) donne f gra- 
tairon. 

Graval&, sf. (4TC) : gremil officinal. 

f Gr&ve, sf. (G) : greve d'une riviere. 

Grav£l&, sf. (2 A) : tartre. 

GravelA, va. (4T,A,Al) : 4tendredu 
gravier ; grapgld (4Ab). 

Gravi, sm.(4T,A,AI) : gravier. 

Gravliire, sf. (4AD) : graviere (lieu 
d'ou Ton extrait du gravier). 

Gr&v6, adj. (4T) : grave. 

Gravurft, sf. (4A) : gravure (rainure i 
la semelle des souliers pour cacher les 
points). 

Gr6, sf. (4AS) : tartre contenu dans 
Tinte'rieur d'un tonneau. 

Grdbolion (a), loc. adv. (4A,As) : a 
croupeton. Can d? fure dXin I'tglist, \ 
Verduron, perdurette, | U m£ mite 
a gr&bolXon, \ Verdurette, perduron 
[quand je fus dans I'lglise, je me mis a 
croupeton]. (Ritz : Chansons popul.: 
Le Mariage ridicule, 2' e*dit., p. 70.) 

Gr&bon, sf. (4R). V. groubon. 

Gr6c'he, sf. (3S') : graisse; gressi 
(4T,A). Cher cm en la grtc'he de chb 



Digitized by LjOOQIC 



GREC-GREN 



2l5 



(3S f ) [cher comme la graisse de chat, 
c'est-a-dire tres, cher]. N6 * an-% u Ion 
apri rdtre dou midecin ; I Ui dawi 
seringue. D % 4 jami pu save* cen q* lou-\ 
afivenin i modd cT Sam wan : Ion, ? 
Iti la gric'he de qha ; rdtre avi na 
titd de pr'ie 4 na chirvald de potte 
[nous avons eu l'un apres 1'autre deux 
me'decins; c'^taient deux « seringues ». 
Je n'ai jamais pu savoirce qui les a fait 
yenirde Samoens et ce qui les a fait 
partir : Tun e*tait excessivement cher; 
1'autre avait une tftte de poire et une 
cervelle de poulet]. 

Gr^c'hi, va. (3S') : graisser; grissi 
(4T,A). 

GrefA. va. (4T) : greffer. Syn. : wintd 
(4T) ; itd ou witd (4R) ; jwitd (3Be). 

Greflon, sm. (4T,A,A1; 5 A ; 7 J, 
Cm) : cerise ; griffon (3S; 4A'g). Lissi 
donfiri I'li qi mt'i V manch' i griffon 
[laissez done fa ire celui qui met un 
manche aux cerises, c'est-a-dire remet- 
tez vous-en a Dieu]. Humbert mention- 
ntgreifion, gros bigarreau.' 

Grdfhii, sm. (4T,A) : cerisier ; grif 
ni (3S ; 4 A'g). 

Grefon, sm. (4Ab,AI,Aq) : bogue 
des chataignes ; grofon (4A,As). 

— , (4T,A) : greffe (jeune tige ou por- 
tion d'e*corce, pourvue d'un ou de deux 
bourgeons, qu'on ente sur un autre). 
Dans le frl. a (4T,A) un grife ou un 
grefon. 

Grdi&, sf. (3S'): gypsecru. 

Gr6Ie, sf. (4 As) : tartre. 

Gr8in, sm. (4Fd) : avant-train d'un 
traineau servant a descendre le bois de 
la montagne. 

Gr61&, sf. (iDb,Ep) : potion en fonte 
muni d'un manche horizontal. A 3S\ 
on a le dimin. gritteta. 

— , sf. (4T,A) : grele. Ql' infan ima- 
lin com' la grild (4T) [cet enfant est 
aussi mauvais que la gr&le]. 

Greld, die, adj.(aAj): rataline*. 

GrelA, adj. (4T,A) : grele* (marque* 
de la petite vdrole); grild, fe*m. dU 
(4A,Ab). Syn. : crotu (4T,A,Ab; GA). 

-, vn. (4T,A) : grdler. 



GrelA, va. (3S) : plisser, rider. 

Grelande, sf. (5C) : guirlande. 

Grele\ sm. (4A): petit verre a eau-de- 
vie; f gr£let(4k). 

Godefroy mentionne grelet, sorte de 
vase. 

Grelieta, sf. (3S') : potion en fonte 
muni d'un manche horizontal. 

Greld, sm. (4A,Av') : cretons. 

Grelon, sm. (4T,A) : grelon. Syn. : 
pesb (3S' ; 6 A) ; pesd (4F). L6 r\in on 
fi d md i grilon sti an (4A) [les rai- 
sins ont faitdu mal aux grglons cette 
anne*e, c'est-a-dire lis nesont pas arrives 
a maturity]. 

— , sm. pi. (4A) : cretons. 

Gremaliu, sm. (5C) : casseur de 
noix. 

Gremalyi, vn. (3S ; 4T, A,A1 ; 5 A') : 
e*monder les noix ; les casser et retirer 
les noyatix ; grimdlU (7J) ; gremelU 
(8B'm). On diten frl. naillerei noiller. 

— , va. (4AI) : gourmander fortement. 
A ma grimalla p'i-ron ri [il m'a vive- 
ment r^primande* pour une bagatelle]. 

Gremarin, sm. (4Ab ; 6U) : groseille 
rouge. 

Gr$marin6, sm. (4Ab) : cassis (ar- 
buste et fruit). 

Gremc'he, sm. (3T) : peloton de Ml; 
gremechd (5C); gremouc % hi (3S'). 

GremI6, sm. (7J) : noyau d'une noix. 

Grem6, sm. (3S' ; 4T,A) : noyau de 
noix, de noisette. 

— , (4T,A,Ab ; 6A) : cerneau (moitie* 
d'une noix tire*e de la coque avant la 
maturity ; f grumeau (4T,A ; G). 

Gremolu et gromolu, adj. (4T,A) : 
raboteux, grossier, rev£che. De grou 
(gros) et molu (moulu). 

Gr6n, sm. (4T) : grain ; gran (4AI ; 
6A ; 8B'm); gron (3J). * 

Grdnadi, sm. (4A) : grenadier. 

— , : pou. Al a la titd plinnd d' gri- 
nadi [il a la tele pleine de poux]. Frl. : 
grenadier, expression usitee un peu 
partout. 

f Grenette, sf. (4 A) : halle aux grains. 
Terme usite* dans la Bourgogne, le 
Lyonnais, le Dauphin^ et la Suisse ro- 



Digitized by LjOOQIC 



9l6 



GREN-GRIL 



mande. A Annecy, rue Grenette, com- 
me a Lyon. 

Grtai, sm. (4T,A) : grenier (partie 
d'un batiment destine* a conscrver les 
grains, les gerbcs, le foin, etc.); guirni 
(4M) ; grant* (5C). Syn. : rdcdr, ra- 
qir (3Ss). 

Le meme mot designe aussi dans le 
Chablais une sorte de batiment distinct 
de la maison d'habiution et servant a 
contenir les grains. II est en bois, bien 
ferml, regard^ com me meuble et non 
com me im meuble, et appartient le plus 
souvent au fermier. 

En fr. grenier s'emploie aussi pour 
comble d'une maison, et pour mansar- 
de dans les combles. Le patois ne con- 
natt pas ce sens. 

f Grenouille, sf. (4T,A). A Geneve 
comme a Annecy, s*est dit d'un jouet 
d'enfant forme* de latete d'une bouteille 
recouverte d'un morceau de parchemin 
traverse* par un crin de cheval. « En le 
falsant tourner comme une crecelle, il 
imite assez bien le cri des grenouilles 
quand elles commencent a coasser au 
printemps ». (P. Gaud, cit6 par Hum- 
bert.) 

Ce jouet fort en vogue, il y a quelque 
vingt ans, a main tenant disparu. On 
trouvait aislment jadis des parchemins 
dans la reliuredes vieux livres. Aujour- 
d'hui la mine est Ipuisee et la gre- 
nouille est morte. 

Grdpon, sm. (4T) : crampon ; gre- 
pon (3S*). 

Ce mot est un dlrive* de grepe, qui 
semble aujourd'hui disparu, mais qu'on 
trouve ( 1 680, 1 A) sous la forme grespe, 
pour designer un instrument servant a 
atuser le feu : « La pasla (pelle) a fer, le 
grullion, la grespe. » 
Grdsftllon, sm. (8A) : silene enfle\ 
— , (5C) : grfsil, petit grelon. 
GrStaltt, sf. (4A, Aa,R) : lacet de sou- 
Hers. £ n' vd pd U gritalU d'on pindu 
(4A) [il ne vaut pas les lacets des sou- 
liersd'un pendu]. 

Greubft, sf. (3S') : croute qui se for- 
me sur la peaua la suite d'une Eruption. 



GreubA, sf. (4Ab) : vieille vac he. 
Grraboa, sm. pi. (3S ; G) : cretons 
(peau croustillante qui reste quand on 
a fondu du \*rd); grdubon (4T); grou- 
bon (4R). Sedit#re7tf(4A,Av*);#re7on 
(4A); riguinli(6&). V. groobon. 
Dans la Suisse allemande : Griebcn. 
Grdr6, sm. (6A) : crible (pour sable, 
gravier). 

Grerire, sm. (6A) : gruyere (rro- 
mage). 

Grdv61£, sf. (4A) : frisson occasion- 
ne* par le froid ou par la peur ; grevould 
(5C). 

Grdroli, vn. (4A; 5Q : grelqtter; 
trembler de peur. 

Le vx. fr. offre une forme reVluite 
greuler, trembler de froid, qui s'est 
conserved dans la Suisse romande. 

Grdrolft, sm. (4AI) : frisson ; grovoU 
(5C). £m'a fotu li gripoti <4AI) [ca 
m'a donne* la chair de poule]. 

GrdroKu, sm. (6 A) : crible pour le 
gravier. 

Grdxllon, sm. (4A) : recuits, mache- 
fer. Littre (Suppl.j donne fgrisillon : 
charbon en petits morceaux. 
Gri, sm. (3T) : imbecile. 
— , tern, grisi, adj. (4T,A,R) : gris. 
Gribollajbd, sm. (4T,A) : griffon- 
nage. 
Gribollon, sm. (4T,A) : gribouilleur. 
Gribolyi, vn. (4T,A) : griffonner, 
gribouiller. 
Grift, sf. (4T,A,R) : griffe. 
Grift, va. (8B*m) : herser. 
Grifoliajhd, sm. (4A) : gribouillage. 
Grifollon, sm. (4A) : gribouillon. 
Grifolyi, va. et vn. (4A) : gribouil- 
ler. 
GrillS, sf. (4T,A,A1) : grille. 
— , cheville du pied ; en ce dernier 
sens on dit dans le frl. t grille (G; 
4 T,A;6A). 

GriHft, sm. (4T,A,A!) ; fgrillet ( 4 T, 
A; G) : grillon (insecte). On a en vx.fr. 
greslet et grillet. 
— , (4T,A,A1) : tournis (maladie). 
— , (4T,A,AI) : grelot. 
Au sens de grelot, grilU est le radi- 



Digitized by LjOOQIC 



GRIL-GROG 



217 



c*l de grilloter, faire un petit bruit de 
grelot, dont Littre (Supplement) cite 
un exemple tire" de saint Francois de 
Sales, et de grillotis, petit bruit de gre- 
lot (id., avec un autre exemple de saint 
Francois). Grillot, radical de grilloter, 
est-il le m£me que grelot, se demande 
Littre\ Les deux mots ont probablement 
la mdme origine. Le patois a conserve" 
le simple grilXi, mais les d£riv£s qui 
correspondent aux mots cites plus haut 
n'ont pas M relev£s. 

Dans le frl., ca grillote se dit du 
bruit que fait un liquide en Ebulli- 
tion. 

Grilyi, va. (4T,A) : griller. 

Giimouchd, sf. (4A) : visage ren- 
frogne\ 

GringuinI6td, sf. (4A) : excrement 
qui s'attache au|poil des animauxou des 
personnes. Le fr. a gringuenaude. 

Grinjh&, sm. (3B) : plantde vigne qui 
est principalement cultive* a Ayze. II 
produit un vin blanc sec naturellement 
mousseux. 

Grinjhd, adj. (4T,A,Aa,R) : grin- 
cheux ; fgrinche (4T,A) ; grinjhe (3S f ). 
Syn. : t avenire (G) ; 6r6 (4Al,As). 

Humbert donne gringe : triste, en- 
nuyl, chagrin, de mauvaise humeur. 
En vx. fr. gringne, grigne et gri- 
gneux. 

GrinpA, vn. (4T,A) : grim per. Syn. : 
pol (3S'). 

— , sf. (4A) : montle ; ascension ; 
t grimpie, qui est donne" par Littre 
(Supplement) comme terme usite* dans 
la Suisse francaise. 

Grfot*. V. gnftriot&. 

Grip&, sf. (4T) : grippe. 

GripA, va. (8B') : attraper, saisir vi- 
vement; griper (yh). De la Tadj. grip- 
part, voleur, qui figure sous la forme 
de nom propre, dans YHist. de sainct 
Martin, mystere en deux journeys, 1 565 
(Soc. d'Arch. de Maurienne, tome V, 
p. 333). De meme agrapd a donne* Agra- 
part, nom d'un diable que Jupiter traite 
de frere, dans le Mystere de Saint- Ber- 
nard de Menthon. 



Gris*, f griaet. V. twk. 

Grispi, sm. (G) : gros et solide ha- 
mecon ; engin de peche prohiW. 

GrispillS, sf. (4A) : gaspillage ; dis- 
sipation. V. graspillS. 

GrUpilyi. V. graspilyi. 

f Griaain, sm. (4 A) : patisserie en 
forme de batonnet. 

Grivft, sf. (4T,Ab,Al,Aq) : grive. 

Grivft, sf. pi. (iB*). V. Atrid. 

GrivwA, fcm. isd, adj. qui corres- 
pond au fr. grivois. A Leschaux (4AI) 
un pere dira a son fils : « Mon grivwi, 
mon ptlou grivwi » ; c'est un terme 
d'affection. A Rumilly : md dou gri- 
vwi. (Beard : Ch. du curi de Lornay.) 
A Samoens (3S*), le mot gripwisd est 
aussi employe" dans un sens favorable. 
A la prim' drbd, twi lou matin, c'hla 
grivwisd i tojhor en canpd [a la pointe 
du jour, tous les matins, cette femme 
d£gourdie esttoujours sur pied]. 

Grdbi, sf. (4AI) : vieille vache. 

— , : souche de hfctre sur laquelle 
croissent encore quelques rejetons. 

— , (5C ; 6A) : grosse buche de bois 
dur. La grdbd vloule u tison (5C) [la 
buche chante sur les chenets]. M£me 
terme en lyonnais. 

Grofon, sm. (4A,As) : bogue, h£ris- 
son de la chataigne; grifon (4Ab, Al, Aq). 
M6me origine que gorfd. A PAcichon 
Id grofon, a la Fif a Dyu on di U-^avi 
vyu (4AS) [A r Ascension, les herissons 
des chataigniers.doivent commencer, a 
la Ffite-Dieu on doit les avoir vus for- 
m£sj. LdpidrelXon du grdfon (4 As) [les 
piquants de la bogue]. Oter les bogues 
se dit igrifd (4A), irsnd (4Ab). Syn. : 
fdrd($R);4rson(4kb). 

Grofton (a), loc. adv. (4A) : a crou- 
peton. Jule q2*voU doutd la jhartirl 
d V ipeusd, s % fofile d^b la tdbld in 
s* trinin a grofton [Jules, qui voulait 
enlever la jarretiere de l'6pouse, se fau- 
file sous la table en se trafnant a crou- 
peton (LaNoce a Josi).V. t oaiornet, 
croboton et crdpnlon. 

tGrogner, s'emploie comme verbe 
actif dans le frl. avec le sens de rlpri- 



Digitized by LjOOQ IC 



218 



GROL-GROU 



mander, gronder : « II nous a grognis 
toute la soiree. » / 

Ranndy ronnd sont probablement de 
la m£me famille que grogner, gronder, 
en lat. grundire, grunnire. 

Grola\ sf. (4A, A v') ; f grole (4A ; G) : 
savate, vieux Soulier use\ On pd di 
groli (4A) ; f un paire de groles (G) 
[une paire de vieux souliers]. On dit 
aussi grolons. Cf. A. Dessaix : Ligendes 
de la Haute-Savoie, p. 1 33 : la 16gende 
du Pont de la Grolle. 

Le mot grold (f grole ou grolle) ou 
ses variantes est connu dans la piupart 
des dialectes voisins, dauphin., bressan, 
lyonn., provencal, pie"m. et dans la 
Suisse romande. 

GrolA, vn. (3S) : pleumicher pour 
obtenirquelque chose. 

Grolace, sf. (4A) : femme de mau- 
vaise vie. 

Grolaci, vn. (4A) : vagabonder; cou- 
rir le guilledou. 

Grolafl, sm. (4An*,Rm'). Se dit des 
personnes qui trafnent les pieds et font 
beaucoup de bruit en marchant. Va-t-i 
grougrolafi (4An') [va-t-en, gros lour- 
daud]. Dans ces locality on prononce 
le simple grdli et le derive* grdlafi. 

Grolati, sm. (4 A) : savetier. 

Grolon. V. grpla. 

Giolu, adj. (4 A) : se dit par derision 
d'une personne sans sou ni ma i lie. 

Gromarin, sm. (4R) : groseille rouge. 

Gromft, sm. (4T,A,Ab) : poitrine de 
veau, de mouton. Dans le frl. grumeau. 

Gromelu, sm. (4AI) : peloton de fil. 

Groms6, sm. (4T,A,Ab) : peloton de 
fil, de laine. 

Gron, sm. (3 J) : grain. 

f Grond6e, sf. (G) : gronderie, re*- 
primande. LiTTRfc (Additions) cite un 
exemple d'Edmond About. 

GronIS, sf. (4T) : re"primande, gron- 
derie ; mauvaise humeur. 

Gronyi, vn. (4T) : grogner (en parlant 
des cochons). Syn. : rannd, ronnd. 

Gropa (si), vpr. (4R) : s'empoigner, 
en venir aux mains. V. le cri de guerre 
de la brigade de Savoie, v* fo;r©. 



Gropton (a), loc. adv. (4AI) : a crou- 
peton. V. grofton. 

f Gros- fort, sm. (G) : absinthe. 

Grosm6, sm. (5A*) : peloton de fil. 

f Grosset, adj. (4A) : s'applique aux 
enfants qui commencent a grossir. 

Grosal, adj.,fe*m. iri (4T,A,R) : gros- 
sier. 

Grossi, vn. (4T,A,R) : grossir. 

Grou, adj., fe*m. groussd, (4T,A,R; 
6A,B,U) : gros, grand. La fin* a Mori 
4 groussd (4T) [la femme de Maurice 
est enceinte]. Ntra vache 4 grouss&faT) 
[notre vache est pleine, ou bien n'est 
pas petite]. 

On appellegrou ma Fe'pilepsie, 'fgros 
mal. i. tonbi du grou md (4A) [il a une 
attaque d'e*pilepsie]. 

Pris subst. : grand-pere. Li grou & 
Twinnd (4T) [le grand-pere d'Antoine]. 
La groussd a TUnd (4T) [la grand*- 
mere d'Etienne]. 

— , (iT;4T,A,R;6A,B,U):la partie 
la plus grosse ou la plus forte, le fort, 
le milieu. Dtin V grou du jhdr, d* Vivi 
(4T) [dans le gros, le milieu du jour, 
de Thiver]. 

Grou-bla, sm. : grain de mafs ; grou- 
blU(4k\>\ 5 A'). 

Groubon, sm. sing. (4R) : chiffon. 

— , : vieille femme qui ne peut se te- 
nir qu'a croupeton. 

— , sm. pi. (4R): cretons ; grdubon 
(4T). 

Au sing, ce mot a e*te* applique" plai- 
samment a une vieille femme forcee 
d'etre toujours accroupie, ratatin^e com- 
me des cretons. B&ard Pa employe" dans 
la chanson intitule Carillon des vieilles 
Filles. A. Constantin (Recueil complet 
des chansons de J. B£ard, p. 57) donne 
a groubon le sens assez impropre ici de 
chiffon : Mi d' ni sari pd s' nind \ 
q'd'ip'iusd rli groubon (nous employons 
pour cette transcription Forthographe 
plus completement phon£tique adoptee 
en dernier lieu par A. C.) [moi, je ne se- 
rai pas si nigaud que d^pouser ce de- 
bris]. Quelques-uns prononcent aussi 
gribon. 



Digitized by LjOOQIC 



GROU-GUER 



219 



En lyonn. grobon signifie beignet; a 
Vionnaz, greubon : petit morceau de 
saindoux rdti. V. greubon. 

+ Group, sm. (4 A) : angine ; diphte*- 
rie. Ccst une prononciation vicieusedu 
mot croup, qui n'est pas particuliere a 
la Savoie, maisquiexiste aussi en beau- 
coup de regions, par exemple a Lyon 
et a Geneve. 

Groussamdn, adv. (6Ac) : en gran- 
de quantity, beaucoup. N' in-ni grous- 
same*n [j'eri ai beaucoupj. 

Gr6va, sf. : nom vulg. de la grue. 
Grovolft, sm. (5C) : frisson. 
Grozlyft, sf. (4T,A) : groseille a ma- 
quereau. 

Grozlyi, sm.(4T,A) : groseil Her rou- 
ge; groseillier a maquereau. 

Gru, sm. (4T,Ab, Al; 5 A'; jh) : gruau; 
orge perle" ; dans le frl. on dit gruau 
d'orge. 

Gru est un arch, reste* dans beau- 
coup de regions. Godefroy citeplusieurs 
exemples anciens. Ce mot est encore 
employe" par J. -J. Rousseau (Nouvelle 
Hiloise, VI, 1 o) : « La Fanchon me ser- 
vit des grus. » 

Grulie, sf. (lEp) : tige d'un arbre 
e*branche\ 

Grullon, sm. ( 1 Ep) : tige d'un arbus- 
te £branche\ 

Grullion (1680, iA) d£signe un ins- 
trument servant a attiser le feu ; variante 
grallion (1680, iA). 

f Grumeau, sm. (G ;4T,A) : cerneau. 
V. grom&. 

Grwate, sf. (4A) : chrysalidedegros 
moucheron recherche'e comme amorce 
pour la peche a la ligne ; on la trouve 
dans les petits ruisseaux. 

Grw6n, sm. (4T,A) : groin ; grwi 
(4R; 5 At). Par une m^taphore gracieu- 
se, grwin dlsigne aussi le visage hu- 
main. Cest ainsi que, dans le Mystere 
de Saint-Bernard, Agrapart s^crie : 
Maldist soit, maistre, vostre groing I 
(vers 3o54). 

Dans le frl. groin de veau dlsigne 
une sorte de grosses pommes rouges a 
chair tr6s blanche, de forme allongSe; 



quelques-uns disent museau de veau. A 
4T, grwin a" vW; mdr a" vi (lEp); 
grwin d' vil (7Jr) ; grvi d' vi (5 At). 

Gu, sm. (4T,A,R) : gueux. 

Gu6, adj. invar. (4 T > A ) : g a *- Syn. : 
dru. 

Gu6fion, sm. (5At,C; 7Jr; 8 A) : ce- 
rise. 

Gu6inli, sm. (5 At) : cerisier. 

Guella, adv. (3C) : beaucoup ; pas- 
sablement, assez bien. 2? guilld brivan 
(3C) [c'est tres rapide]. M6me mot que 
le suivant, avec un sens quelque peu 
different. 

Gue-lla, adv. (3S\T): sans manquer, 
sans doute ; enfin. Va guilld, t'arvri 
tri tdr (3S ) [pars enfin, sinon tu arri- 
veras trop tard]. / pari q'on-n d guilld 
on medecin. — Vi, ci intie me convin r 
isara V bon (3S') [il paraft que nous 
avons enfin (ou sans manquer) un me- 
decin. — Oui, celui-la me convient, ce 
sera le bon (il vaudra mieux que son 
pr&tecesseur)]. Va guilU (3T) |bon 
voyage]. 

GuSHaa, sm. (6B) : fausset de ton- 
neau ; gu'illon. V. glion. 

Gueliandra. V. fellandra. 

GuftHe, sf. (3S) : quille. 

Guenyi, vn. et va. (4 A) : guigner (fer- 
mer a demi les yeux en regardant du 
coin de l'oeil, en signe de moquerie ou 
d'entente secrete) ; f guincher (G). £ 
gu'inli d'onju (4A)[il guigne de Tail]. 
£ ti gulnU K4A) [il le fait signe des 
yeux]. E mi gu'inli (4A) [il me guette]. 

Gu6n, sm. (4A) : gain ; gui (4R). 

Gu$ra, sf. (4T) : guerre. 

— , (3S). V. fellandra. 

f Gu6re, adv., peut avoir un sens^ 
affirmatif : beaucoup. On entend fr£- 
quemment dans le frl. des phrases com- 
me la suivante : je n'en ai pas guire ou 
pas guire [je n'en ai pas beaucoup]. 
V. gu*r6. 

L'exemple que nous venons de citer 
peut prefer a confusion. Nous avons vu 
des personnes donner a cette phrase le 
sens indique* plus haut, tandis que leur 
interiocuteur comprenait ab:olument le 



Digitized by LjOOQIC 



230 



GUER 



contraire. Nous jugeons done utile d'in- 
sister quelque peu a ce sujet. 

Le sens primitif de guire (emprunte' 
Ae l'ancien haut allemand weigaro) est : 
i>eaucoup. Mais, a force d'etre accompa- 
gne* d'un terme nlgatif, le mot guire 
s'est a ce point eloign^ du sens primitif 
que rAcade*mie explique guire par peu. 
Elle se trompe, comme Littre Fa fait 
remarquer; cependant il n'en est pas 
moins vrai qu'en fr. guire n*£veille plus 
actuellement Hd6e d'un augmentatif. 
Le passage m£me de Corneille cite* par 
Littre et par H.D. T. et qu'on trouve 
aussi mentionne* dans le Nouveau La~ 
rousse illustri comme exemple de gue- 
re signifiant beaucoup, n'est rien moins 
que probant. La phrase « Je ne crois pas 
-que Rodogune en demande guere da- 
vantage » serait en efifet, si elle £tait af- 
firmative : « Je crois que Rodogune 
n'en demande guere davantage », em- 
ploi usuel. 

Le langage popul., comme on le sait, 
supprime le plus souvent la negation 
ne. Ainsi fen ai guere sera synonyme 
defen ai peu, fen ai pas guere synon. 
de j'en ai pas peu et signifiera : j'en ai 
beaucoup. Ce sens est diam&ralement 
I'oppose* de celui que nous avons indi- 
que" plus haut : de la 1'amphibologie. 

On peut voir dans pas guere = pas 
beaucoup une survivance du sens pri- 
mitif de guere =. beaucoup (cf. le pa- 
tois guird). Mais nous croyons plutot 
•que, dans le frl. actuel, ceux qui em- 
ploient la phrase : je n'en ai pas guire 
(= je n'en ai pas beaucoup) font une 
sorte de pteonasme offrant quelque ana- 
logic avec la locution de Martine bla- 
med par les Femmes savantes : « Et 
tous vos biaux dktons ne servent pas 
de rien. » 

Guerlota, sf. (4A) : griotte ;guirXotd 
(7Jr) ;grXotd (4T,A*g; 8A). GrXotd se 
*dit a Th6nes des cerises rouges de 
moyenne grosseur tegerement acides ; a 
'Gruffy, des cerises de moyenne grosseur 
non acides; a Aime, de toutes les ceri- 
ses aigres. 



Guftrioti, sm. (4A) : griottier ; grtoti 
(4T,A'g). 

Guerla,va. (4Ab) : froncer une robe 

Gu&rnadi, sm., mltath. p. grinadi. 

Guftrni, sm. (4Al):grenier.V.gr6ni. 

Gn6r6, adv. UT,A) et ses variantes, 
guiri (iBj; 5C), wir6 (4Tm) , weri 
(3T,C;5C) ont differentes significations, 
suivant les locality : beaucoup, guere, 
peu, combien. Dans quelques-unes, on 
emploieindifKremment^tt^rd ou w€r6 ; 
par exemple, a Manigod, ondit : Wir* 
X in-n a I [quelle quantite* il y a ! (ex- 
clamation)]. Wir' X in-n a ? [combien 
y en a-t-il ? Y en a-t-il beaucoup ? (in- 
terrogation)]. Pd guird ou pdw£rd[p*s 
beaucoup]. 

Dans d'autres locality, on n'emploie 
qu'une seule de ces formes ; par exemple 
aThones, on ne connait que guird. 

Pi-ritri tou dacdr \ Chu ci q'on mi- 
diti, l Fdconsortddabdr \ Cdqu& mar- 
guerite*. I La promiire a die : « On 
pou ». I La! €onpou » n'ipdguirel \ 
La sicond', oncor on cou, | Ni di « rin 
q'onnd wire » (5C) [Pour £tre bientGt 
d'accord sur ce que nous projetons, il 
faut consulter tout de suite quelques 
marguerites. La premiere a dit : « un 
peu. » Las ! « un peu » n'est pas beau- 
coup 1 La seconde, encore une fois, ne 
dit « rien qu'un petit peu »].| 

Le sens primitif de guird (guire) est: 
beaucoup; si guird a fini par avoir 
un sens absolument oppose\ e'est parce 
qu'il 6tait tres souvent accompagnd d'un 
mot n£gatif. V. f gu6ra. 

L'exemple suivant fera comprendre 
comment on a pu passer au sens inter- 
rogatif qu'a tres souvent guird, guiri, 
sens que les paysans donnent aussi a 
guire, quand ils s'expriment en fr. : 
Guiri f 4 q' X a a" voli dXen la mison 
d* mon pdri q'an d pan a la ribollit 
[combien il y a de domestiques dans la 
maison de mon pere qui ont du pain a 
profusion 1] La m£me phrase pourrait 
signifier suivant Pintonation : combien 
y a-t-il de... etc. ? La phrase elliptique 
guiri r vX6 ? [combien coute le veau r] 



Digitized by LjOOQIC 



s'expliquera par celle-ci : le veau coute- 
t-il guere. c*est-a-dire beaucoup, cher. 

Giierz61d, sf. (4Ab) : groseille a ma- 
quercau . 

GuMi, sf. (4T,A, Ab,R): gudtre. Syn. : 
garodd (8M) ; dealt (3C) ; gamache 
(3S-). 
Gu6ta, va. (4T,R):guetter,regarder. 
Guen, sm. (3S*) : champignon. 
— , (passim) : mauvais drGle. 
Gueudron, sm. (4 A) : goudron. 
Gueula, sf. (3S' ; 4T,A,R) : gueule, 
bouche, orifice. Can lou bid san injldr, 
U fadri a la gueuld d'on fbr (4T) 
[quand les bl£s sont en fleur, il les fau- 
drait a la bouche d'un four]. 
Gueula, vn. (4T,A,R) : gueuler. 
Gueurie. V. gueuxjhe. 
Gueurjhe, sf. (4A) : gorge (gosier) ; 
gourjhe (4T,A,As). Dans le sens de 
passage e*troit, gorge se dhgueurU (4A). 
•V. gourjhe. 

Guille, sf. (4T) : grosse motte de 
beurre. 
Guilleri, ltd, adj. (4T,A) : guilieret. 
Guillon, sm. (Gv) : sommet d'un ar- 
bre. 
Guillotina, sf. (4T,A) : guillotine. 
— , ou gojhl (4A) (t. de cordonniers) : 
outil servant a couper les chevilles de 
bois dans 1'inteYieur du Soulier ; boulon, 
gouge. 
t Guille, sf.(4A) : quille. V. glle. 
A ce mot se rattachent les verbes 
f aguiller et f diguiller. 

f Guillon, sm. (G ; 4T,A) : fausset 
de tonneau. 

En ce sens, on dit a Lyon guille, 
dont guillon est un d£rive\ V. gllon. 
Guinbarda, sf. (4A) : vieille voiture, 
mauvaise voiture. Cest aussi Tun des 
sens du fr. guimbarde. 
f Guinche, adj. (G) : louche. 
Guinchi, vn. (4Ab) : cligner, cligno- 
ter. Z? guinghS (4AD) [il clignote de 
Poeil (tic nerveux)]. 

— , ( 4 T,Ab) ; f guincher (G) : gui- 
gner ; loucher, regarder de travers. 

La signification premiere du vx. fr. 
guenchier, guenchir, est : obliquer, se 



GUER-GUIN aai 

ditourner. Dans nos regions, comme 
dans le Bessin, ce mot est restl, mais 
le sens a e*te* restreint. 

Guinda, sf. (4A) : grosse corde ser- 
vant a Her des pieces de bois. Le fr. 
guinde d£signe une machine a poulie 
pour e*lever de gros fardeaux ou une pe- 
tite presse du tondeur de drap. Guinde 
s'employait aussi jadis pour designer la 
sangle ou courroie qui servait dans les 
harnachements anciens, en paruculier 
pour les tournois. 

Guinda, va. (4 A) : maintenir au 
moyen d'nne grosse corde, sens qui 
rappelle la signification premiere du fr. 
guinder (germ, windan, hisser). 

Guingana, guinguina, vn. et vpr. 
V. gangana. 

Cf. Ritz : Chansons populaires, p. 81 
(La Marlon su onpomij. 

Guingla (s£), vpr. (4A) : se tenir par 
le petit doigt. On rencontre souvent a 
Annecy et dans les environs de jeunes. 
paysans et paysannes qui se tiennent 
ainsi. Ce sont des amoureux ou des 
fiance's. En frl. : se guingler. 

Les enfants se guinglent aussi a leur 
maniere. En se tenant par le petit doigt, 
ils prononcent la formulette suivante : 
« Guinglin, saint Martin, jusqu'a Pd- 
ques, tout ce que tu auras sera pour 
moi, » Des lors tout ce que Tun peut 
faire tomber de la main de l'autre et 
saisir a terre devient sa propri£te\ II est 
bon de dire que ce pacte n'est jamais de 
longue duree, car il est vite rompu par 
quelque bonne distribution de coups de 
poing. 

Guingle, sm. (aAj) : l'auriculaire.On 
dit dans beaucoup de locality guin- 
glin et aussi derlinguinglin (4A). Ce 
terme n'est pas special a la Savoie. 
Ainsi guinguelin est signals parmi les 
expressions usite*es dans le frl. du Haut- 
Jura. A Geneve, glinglin. 

Guinldche, sf. (aAj) : femme mal 
habille*e, malpropre; femme de mau- 
vaise vie. 

Ce mot figure dans les Glossaires 
Genevois de Gaudy- Lefort et de Hum- 



Digitized by LjOOQIC 



2 2a GUIT-GWIN 

bert, avec le sens de guenuche, femme 
de mauvaise fa^on, femme mal v£tue, et 
aussi sorciere, dans le canton de Vaud. 

Malgre" la difference des sens, il sem- 
ble bien £tre le mdme que le terme gui- 
gnoche, ainsi defini d'apres un texte de 
1456 cite par Ducange: bastondehoux 
fourche et reploye par le bout ; on s'en 
servait « pour soy esbattre a getter des 
pierres ou motes de terre au loing ». 
Guignoche s'applique ensuite a la de- 
tente d'unearme a feu, a la gachette ou 
piece deferqui fait parti r le chienquand 
on la presse. 

Le patois d'Albertville a 'gwind, fem- 
me de mauvaise vie et le lyonn. guind, 
*n fr. gouine. Si guinXdche n'est pas 
un derive de ce mot, il a pu £tre in- 
fluence pour le sens. 

Guitfi, n.pr.f. (4.T,A,R) : abreviation 
de Marguerite. 

GuiUra\ sf. (4A) : guitare ; au fig. 
(terme d'argot recemment patoise) : be- 
sogne ennuyeuse. Lo d&vi ? q' 4 se fi 
d& qlavilU guitdrdl (4A) [les devoirs ? 
adieu cette vieille guitare !] 

Gurll$, sf. (iDm) : souche d'arbre 
extraite de la terre. V. gorlie. 

fGuste, n. pr. (4T,A,Ab; 6B) : Au- 
guste. 

f Gustin, n. pr. (4T,A) : Augustin ; 
Gostin (4R). 

f Gustine, n. pr. fern. (4T,A,Ab,R) : 
Augustine. 

Gwafii, sf. (3T; 4A): neige fondante. 

Gwaf&, vn. (3T;4A) : patrouiller. 

Gwapa\ sf. (4A,Ab) : buveur. 

Gwapd et wapd, adj. (4 A) : mou ; 
se dit du linge humide. 

— , pris subst. (4A) : buveur. 



On saisit bien le rapport qui existe 
entre le sens de mou, humide et celui 
de buveur. Cependant cette derniere si- 
gnification est-elle ancienne dans le pa- 
tois annecien ? Ne serait-ce pas un mot 
d'argot patoise? Le Supplement de 
Littre definit gouape: metier du goua- 
peur, et gouapeur : nom donne a Pa- 
ris aux vagabonds sans aveu. On dit 
aussi dans ce sens, une gouape. 

H.D.T. mentionnent le neologisme 
gouape, subst. verbal degouaper, mais 
ils ne donnent pas a ce mot un sens 
concret. Gouape, avec le sens de pares- 
seux, vagabond, vaurien, figure dans le 
Nouveau Larousse illustre*. 

Gw6, sm. (4A) : gouet (plant de vi- 
gne a maturite tardive) ; gwi (5A\At). 

Gw6,sm. (4Ret dans tout l'Albanais): 
serpe. H.D.T. donnent gouet, mot dia- 
lectal, avec le sens de serpe et celui de 
petit couteau a lame fix^. 

Gw6t&, sf. (4R) : serpette. Dimin.de 
gwi. 

Gwin&, sf. (6A): femme de mauvaise 
vie. En fr. gouine, coureuse, terme tres 
bas, que Diez rattache au rad. degau- 
dere, jouir. Rappelons qu'on a voulu 
voir dans ce mot le nom d'une reine 
Goine, qui aurait fait perir son man 
pour fuir avec son amant. 

Gwinfrd, sm. (4T) : goinfre. Syn. : 
galtafan. 

Comme galtafan et le fr gouliafre 
(genev. galiaufre), gwinfrd accentue 
f idee exprimee par golu. Le golu man- 
ge avec exces, le gwinfrd s'empiffre 
malproprement. (Cf. B. Lafaye : Diet, 
des Synonymes, v" gourmand, goulu, 
glouton, goinfre.) 



Digitized by LjOOQIC 




Q,p-V£/--\!r-V£/— \±/~iirQ/p 



QRAPHIE. — Dans une orthographe phon^tique, la lettre h dite muette n'a pas de 
raison d'fitre. Vh aspirle initiate n'existe pas dans le patois Savoyard. Nous conservons 
cette lettre au commencement d'un petit nombre de mots usitls dans le francais local. 

Oh reprEsente la chuintante du fr. : cheval. 

Qh est la notation d'un son analogue au th dur anglais. 

0*h est l^quivalent du ch dur allemand. 

Jh repr£sente le th doux anglais. 

Entre deux voyelles, on intercale parfois la lettre h, pour marquer qu'il n'y a pas 
diphtongue : porthd (2Js) [pourrie]. Fontanhd, bonhd (8Ag,Ap) [fontaine, bonne] se 
prononcent comme si Ton Ecrivait en deux mots, bon a, sans faire la liaison. 



f Hachon, sm. : hachette; en patois 
aghon (4T,A,Aj,Fd,R; 5A'); ast on (4F; 
6A,U). Le plus souvent Vh est muette : 
Y(h)achon. 

Pareillement Vh n'est pas aspirle 
dans la prononciation locale des mots 
(hjache, (hjachette. 

Humbert cite comme exemple plu- 
sieurs mots ou la lettre H n'est pas as- 
pired dans la prononciation populaire : 
kachis, hareng, haricot, harnais, ha- 
zard, hibou, hangar, haisYf), hideux, 
honteux, etc. II en est de m6me en Sa- 
voie. 

Nous lisons le vers suivant, dans un 
recueil de Notts Savoyards (Mnsc. Eloi 
Serand) : « J'annoncc ggalement la paix 
a tout Vhamau > (le hameau). 

f Haut, adj. « II est haut comme le 
temps » (4A; G) [il est orgueilleux]. 

f Hauts-gouts, sm.pl. (4T,A;G) : 
fines herbes (en parlant d'un potage) ; 
Apices (en parlant d'un mets). « Mettez 
des hauls gotits [d6-%6-gou] dans le 
bouillon » ; « la sauce manque d'hauts 



gouts > (4T,A). Ces phrases Equivalent 
aux suivantes : « Mettez des fines her- 
bes dans le bouillon » ; « la sauce man- 
que d'Epices ou d'assaisonnement ». 

f Herbettes, sf.pl. (G) : fines herbes. 

f Herbolaines, sf. pi. (G) : herbes 
officinales ; arbolannS (1 Dm) ; arbolin- 
nS (7Jr). 

f Huile. Dans le frl. on donne sou- 
vent a ce mot le genre masculin. 

« II tirerait de Thuile des pierres » 
(4T; G) : se dit d'un homme ingEnieux 
et actif qui sait tirer parti de tout, ou a 
qui tout rEussit. 

Huile de coude, ou des coudes (4T, 
A;G): travail manuel, peine qu'on se 
donne pour faire une chose. « Vos bot- 
tines ne veulent pas briller, Monsieur. 
— Mettez-y encore une goutte d'huile 
de coude. » 

f Huitante, adj. num. card. : 80. 
« Aucun diet, usuel n'a recueilli ce ter- 
me, qui est fort usite* en Suisse, en Sa- 
voie, en Franche-Comte* et dans le 
Midi. » (Humbert). 



Digitized by LjOOQIC 



224 



HYBO-HYDR 



Huitantc, menuonnl sous It forme 
mi t ant a dans la Gram m aire de Dupet, 
a com me doublet octante. Ces deux 
mots sont des archalsmes. Godefrot 
cite le vers suivant du Voyage de Char- 
iemagne (£d. Koschwitz, 96) : « Uitante 
milie sunt el premier chief devant. » 
On trouve huictante dans Brant6me, 
octante dans Fauchet. 

« Nous avons remplace* les mots sep- 
tan te t huitante et nonante, dont le pre- 
mier et le troisieme sont encore des 
provincialismes usites, par des noms de 
formation franc. : soixante-dix, quatre- 
vingt et quatre-vingt-dix. » (L. Cledat : 
Nouvetle Gramm. histor., p. 154.) On 
voit qu'il ne faut pas faire exception 
pour huitante, provincialisme encore 
employe^ du moins dans nos regions. 

f Hybou, sm. : « nom d'un cepage de 



la Savoie, dit aussi polofrais, qui monte 
jusqu'au sommet des arbres ». (Lrrnt*, 
Supp.) 

Littre ecrit hybon et donne comme 
reference un ouvrage date* de 1874 : 
Les Primes <THonneur, p. 65o. Mcme 
indication au mot polofrais. Hybon est 
sans doute une fautede lecture ou de- 
pression, au lieu de hybou, qu'on ecrit 
aussi ibou, nom d'un cepage connu en 
en Savoie. 

A la meme page du Suppliment est 
mentionnl le mot hydraute, rectifie 
dans les Additions (la forme veritable 
est hydrante). L'erreur serait identi- 
que. 

t Hydrante, sf. (G) : prise d'eau. 

f Hydromdtre (hydrometra stagno- 
rum, Linnl), sm. : sorte d'insecte qu'on 
appelle en patois cordani (4T,A). 




Digitized by LjOOQIC 



vT^yyUj/Tj-pvS 




QRAPHIE ET PRONONOIATION. — Nous avons employe* quatre caracteres diffe- 
rent : i, r, t, 1. 

i* i : notation ordinaire du son i, comme dans le mot fr. ami. 

2* I : indique que la voyelle i ne forme pas diphthongue avec une autre voyelle : 
ihof [jouer]. 

3* 1 : appelle particuMerement Inattention sur la longueur de la voyelle :farmt [fermier]. 

4' i. A la Jin des mots : notation d'un i atone tres bref (prononciation relevee dans 
quelques locality seulement) :filVl [fille] ; 

be v ant une autre voyelle : f est la notation de la semi-voyelle (yod) : d6a"ion [dejeu- 
ner]; c'est le son i dans les mots fr. pied, chien. En particulier apres / et n, K marque 
la prononciation mouille*e de ces consonnes : alohiS [noisette], pasnalii [carotte] ; 

Dans quelques cas X indique le second e*le*ment d'une diphtongue descendante : 4ta1l& 
(4R) [e*toile]. 



I, art. contract^ (6A): au. / mdde la 
gbtd 16 medecin i vildn gdtd [au mal 
de la goutte les m^decins n'y voient 
goutte]. 

— , pron. sujet masc. sing, de la 3* 
pers. : il. M. L. Vignon Hndique pour 
la Savoie seulement : « l-il occupe un 
domaineassez important dans la Savoie 
et dans Tlsere, entre la valine du Rh6ne 
et la riviere de Flsere. » (Cf. Revue de 
Phil, fr., XIV, p. 11.) Les formes ana- 
logues sont i-/ (/ devant voyelle) et i-aL 
V. 6. 

— , pron. sujet masc. pi. de la 3" pers. 
(4T) : ils. San-t-i modd? [sont-ils par- 
tis ?] / van [ils vont] ; an-t~i [ont-ils ?]. 

— , pron. sujet neutre de la 3' pers. 
(\T) : il. I sari bon de firidinsi[i\se- 
rait bon d'agir ainsi] ; 1 plu [il pleut] ; 1 
fo [il faut]. Mais, si la phrase est interro- 
gative, on emploie 011 apres le verbe : 
Se sarU-ou pd mUu de firi dinsi ? 



(4T) [ne serait-il pasmieux d'agirainsi ?] 
Fd-t-ou ? [faut-il ?J V. 6 et tou. 

Sur ce pronom, ainsi que sur les au- 
tres formes du pronom sujet, cf. L. Vi- 
gnon : Les Patois de la rigion lyonn.. 
Le pronom neutre sujet (in Revue de 
Philol. fr. et de Litt., 1 90 1 , t. XV, 1 ). 

D'apres M. Vignon, « i-y (1) couvre 
le nord de la Haute-Savoie et Touest de 
la Savoie ; ces deux domaines impor- • 
tants sont's£par£s par une bande de 
terrain ou Ton emploie i f iy (ilj, ou 

— , pron. neutre xi%. indir. (4T) : 
pinsd-n-i [penses-y, pense a cela]. 

— , pron. neutre r£g. dir. (3S % ; 4T, 
A) : d'i si bin [je le sais bien]. El ar'd 
td volu i prindri, ou bien il ari volu 
tot i prindri [il aurait voulu tout pren- 
dre]. D' i pd pu tot i mjhi [je n'ai pas 
pu tout manger]. 

Si fifd oncd, di t f fotri na brinnd 



Digitized by LjOOQIC 



326 



I-IIA 



(4T) [si tu fais cela encore une fois, je 
te donnerai une bonne vole*e de coups]. 
Di-m'tri (4T) [dis-Ie-moi]. 

On dit aussi dans le frl. : \ % y sais 
bien. 

— , adv. (4T,A,AI ; 6A) : y, Ik. Va- 
*-i Bu n'i pa pd, i B td cdmd (4T) [vas-y 
ou n*y vas pas, e'est tout pareil]. V. u. 

Remarquer Temploi de 1 dans la 
phrase suivante usitlea Th6nes : Tot i 
pu, tot i pir [qui veut tout, perd tout]. 

I s'emploie au lieu de 1, pour mar- 
quer le son tres bref de 1 semi-voyelle 
^yod). Ce mot se lie a la voyelle initiale 
du mot suivant pour former une diph- 
tongue ascendante. 

La graphie y indique une prononcia- 
tion h£sitante entre 1 et I (cf. hier, qui a 
eu la valeurd'undissyllabeet celled'un 
monosyllabe, ainsi que nos finales en 
Hon). D' i B td mja [j'ai tout mange 1 ]. 
£l 1 (y) arB td volu prindrB (4T) [il 
aurait voulu tout prendre]. / B prB 
[e'est vrai], / BU dsandd nB [c f £tait sa- 
medi soir]. 1 (y) arvera on tnalor (4T) 
[il arrivera un malheur]. D y 1 £ pd pXu 
(4T) [je n'ai pas vu cela]. D' 1 Bpd pinsd 
(4T) [je n'y ai pas pensl]. / (yj d-to Btd 
( 4 T) [y as-tu M ?]. 1 (y) an fri (4T) 
[ils ont froid]. 

Par suite de la prononciauon ?, le 
sujet et le verbe sont parfois devenus 
inseparables. 11 en rgsulte que, si la phrase 
est en meme temps negative et interrog., 
le sujet est exprime* deux fois, devant et 
apres le verbe : If B-t-ou ? [est-ce ?] ; If 
Btd-t-ou ? [etait-ce ?] ; 1 Bt-ou pd prB, 
on n't B-t-ou pd vrB ?[n'est-ce pas vrai ?] 
I (bwBe d'J y sm. (4Ag) : thuya. Ail- 
leu rs, if. V. &. 

Idc&, sf. (8B'm) : eau. On vdrd d % 
Hdcd [un verre d'eau]. Lldcd 6 frddd, 
me d\dU [l'eau est froide, elle me glace]. 
Lat. aqua, V. 6gft. 

Iajh6, sm. (4T) : voyage; une fois; 
plafhd (4A). 

Ian, pr. d£m. (3S*) : cela, avec une 
nuance pejorative. Pi tan babold, pB 
Ian bocatd, twi lou fremajhe £ passdn 
[pour habiller cela (ces gens-la), pour 



les couvrir de colifichets, tout Targeni 
des fromages y passe]. 

Ian, f., lantd, adj. (3S*) : profond, e. 

far, adv. (4T,A) : hier. lar in ne 
(4T, A); far ne (5 At) [hier au soir]. Dvan 
Xar [avant-hier]. V. 16. 

Uve, adv. (3S): ou; iopiou (iBm); 
lau (4AI). 

IchS, adv. (4 A) : ici. Restd ichB (ou 
chBe) [reste ici]. Vin chBe (ou iche) 
[viens ici]. V. iqe. 

Icsi, va. (aAj) : exciter un chien a 
mordre. 

16/ adv, (4AI; 7J,Cm) : hier; U (4A); 
Tar( 4 T,A). 

La prononciation monosyllabique de 
hier a 6ti longtemps usuelle. Actuelle- 
ment elle est notee comme vieilhe. Ce- 
pendant on la trouve souvent encore 
dans les poetes du xix* siecle. En void 
un exemple tire* de Lamajitine (La Mori 
de Socrate) : « Dans les lieux, dans les 
temps, hier, demain, aujourd'hui. » 

U. V. ten. 

IS, IS (4T). U jb di* He, IB [le jeu de 
cligne-musette]. On dit aussi lou, fou. 

ISn, f. Untd et Wntd, adj. (4T,A): 
profond; U (4Ab,Al); Han (3S'). V. un 
exemple a £at&. 

ISn&, Und, idnd, formes fem. de 
Padj. num. cardinal : une. £ men- 
n a f£ dUnd, m£ dTBnd (4T) [il ma 
joue* un mauvais tour, plus d'un mau- 
vais tour]. U£n-n e tBnd (4T) [j'en ai 
une]. 

Ne s'emploie que lorsque ce mot nest 
pas suivi d'un nom. 

On trouve aussi comme a u tres formes 
ound et ind. 

Ifan, sm. (5 At) : enfant. V. 6nfan. 

Igrel6, sm. (5At) : le houx. V. dn- 
greld. 

Ihan, (4T,A,Ab) : cri de l'ane. L'dnd 
fd ihan. 

hi, n. pr. fern. (4Ad), et iiB (4A.A!). 
n. pr. pouvants'appliquerauxhommes 
aussi bien qu'aux femmes : Marie. 

Dans la premiere syllabedu mot MaiU, 
MaiU, prononc. enfantine de Maria, 
Marie, on a cru reconnaitre la forme 



Digitized by LjOOQIC 



J 



IJE-IO 



22J 



feminine de Tadj. possessif, ma. Par 
suite le second 61£ment /W, fife*, a pu 
elre consideVe* comme Itanta lui seul un 
terme significatif et, comme les autres 
noms teminins, il a pris Particle : la 
Hi. L'article dans ce cas n'est jamais 
tfide\ 

Le nom pr. Marie peut designer £ga- 
lement des hommes ou des femmes ; on 
a de m£me applique* par analogie le 
terme re*duit flfe*aux hommes aussi bien 
qu'aux femmes. 

Jje. V. ize-. 

Ijd. V. iz6. 

Ijw6. V. iz6. 

Imitft, va. (4T,A,R) : i miter. 

In On trouvera a i ou in nom- 

bre de mots offrant le pr£fixe in latin 
(ft. en). 

In, sm. fbwied') (4 A I) : if. 

— , forme du verbe avoir (4Aa) : nous 
avons. Men. d n'aMssd pd la ripublicd, 
me" lou mitre* qi n\ in (4Aa) [moi je ne 
hais pas la re*publique, mais les maitres 
que nous avons]. 

tn&.adj. num. cardinal, fe*m. (8B*m): 
une. Z'n d\ ind [j'en ai une]. S'emploie 
sans substantif. V. ISnft. 

f In al page, sm. : se'jour que font les 
bestiaux en e*te* sur les montagnes inha- 
bited pendant l'hiver ; action de con- 
duire un troupeau sur ces montagnes. 
L'inalpage dure, suivant les altitudes, 
de 3 a 4 mois ; il'commence glnerale- 
ment vers la mi-juin. 

Inalpage est un terme nouveau, usite* 
seulement dans les livres et les jour- 
naux. En patois on dit : Mind li vaqhi 
en montanKi (4T,A); inirpd li vat si 
(7Lb) ; imouir li vaqhi (ih). Les ex- 
pressions contraires sont : On-n a di- 
chindu li vaqhi (ou li vaqhi san di- 
chindu) d' montanli (4T) ; disirpd 
Ik vatsi (7LD); rimouir li vaqhi (yh). 

f Inalper, vn.: conduire pendant l'£t£ 
les bestraux dans les paturages £lev£s. 
Dans le Valais , inalpd. C'est un com- 
post de alpe, devenu en patois inirpd 
(7Lb). 

Inb£cild, adj. (4T,A,R) : imbealle. 



Syn. : cdqi (4A); tac et gri (3T); lobd 
(4A). 

f Incan, sm. (G) : encan. V. 6ncan. 

t Incanter, va. (G) : acheter a Ten- 
can. « La Me*lanie a incante" un e*bara- 
gnoir, un guindre et deux ou trois au- 
tres raufferies » (Humbert). 

Incendyi, va. (4A) : incendier. Au 
fig. gronder, accabler de reproches. 

IncorA. V. encorA. 

InSrpA, va. (7Lb) : conduire le b£- 
tail dans les chalets & % te ; f mener en 
montagne. Le contraire est disirpd. 

Infujon, sf. (4A) : infusion. 

Inion, sm. (yh) : oignon. 

Injure, sf. (4T,A): injure. 

InmandAr, vn. (8Bf) : prendre son 
elan. 

Innft, vn. (4T) : hennir ; braire. Se 
dit du cheval et de Pane. 

InnistA, va. (4A) : exciter Tun con- 
tre Tautre ; f inhister. V. ennitler. 

Inocdn, adj. et sm. (4T) : innocent. 
Mon pftou inocin, \ I i na pistd q % cin 
[mon petit innocent, c'est une peste que 
cela] (Agnellet : Berceuse). 

InondA, va. (4A) : inonder. 

Inondachon, sf. (4A) : inondation. 

Inpandre (YJ, vpr. (aAj) : s'infor- 
mer. 

Inpou, sm. pi. (4A) : impots. Lo-\ 
inpou no pluvdn dsu; fadra li pard 
avwi d' paraplu[\es impots pleuvent sur 
nous ; il faudra se prote*ger avec des 
parapluies]. 

Instrukchon, sf. (4A) : instruction. 

Instrum6n, sm. (4A) : instrument 
(spe"c. instrument de musique). 

IntchS, adv. (iBm,Ep) : la. Ci jhor 
intch'i (1 Bm) ; ci jhir intchi (lEp) [ce 
jour-la], 

Intle, adv. (3S') : ici ; ci intXe [celui- 
ci]. 

Intdra\ sf. (4TC) : aconit. 

IntrevA ($'), vpr. (3S') : s'informer. 

Ce mot correspond au vx. fr. enter- 
very interroger, rechercher. A Vionnaz, 
itervd, demander. 

Inutild, adj. (4T,A) : inutile. 

Id, fe*m. Xdtd, adj. (4T,A) : haut. 



Digitized by LjOOQ IC 



238 



IO-IRON 



Id, sm. : le haut, sommet. La Idtd, 
signifie souvent la Haute-Savoie. 

— , adv. : d2 id in ba = dipwi U id 
tan q'in ba (4T) [de haut en bas, du 
sommet jusqu'au bas]. An id (4T) [en 
haut]. 

Mais on dit : Li-nd [la-haut] ; ci-n-d 
(4T,A) [ici en haut J. 

Ion, adj. num. cardinal, masc. : un. 
Ne s'emploie que lorsque le nom est 
sous-entendu. D'in-n 4 ion (4T). Ion 
d'£nn'ci ; ion d'la ParirS (4A) [un 
habitant d'Annecy ; de la Perriere, rue 
d'Annecy]. Ion d'linn'ci n'arSpdfi cin 
[un Annecien n'aurait pas fait cela]. 
(Beard : La PasnalU.) 

— (i), forme du verbe avoir (6 A) : 
ils ont. 

Ior3, adv. (4A,R) : maintenant. lor 2 
qi ct sS diin la fanfdrd (4A) [mainte- 
nant que je suis dans la fanfare]. 

fordndrd; adv. (4 A) : juste en ce mo- 
ment. Vx. fr. orendreit, orendroit. 

I6u, adv. (4T,A; 5C; 6A) : ou. V. 
un exemple a ju. 

lou-iou, (4T) : exclamation par la- 
quelle les enfants annoncent, au jeu de 
cache-cache, nomm£ aussi cligne-mu- 
sette, qu'ils sont tous caches Alors ce- 
lui qui doit les chercher peut commen- 
cer ses recherches. On dit aussi cou-cou 
et tou-tou. 

Ipiannft, sf. (5 At) : feu i lie de vi- 
gne. 

IpidtrS, sf. (5At) : epeautre. 

IpnA, sf. (5 At) : epine ; aub^pine. 

IpnochS, sf. (5 At) : £pinard. 

Suivant M. Devic (Diet, itym. des 
mots aborigine orientate), 6pinard(vx. 
fr. espinard, espinace, espinoce, espi- 
noche) denveraitnon pas du latin spina, 
epine, mais d'un mot arabe-persan. 

On remarque, dans le patois Savoyard, 
la m£me correspondance qui existe en 
fr., comme dans les autres langues ro- 
manes, entre les formes issues de spina 
et les mots usites pour designer l*6pi- 
nard. Epine se dit ipSnd, ipinS, ipna, 
ipna. Epinard se dit ipenaghi, ipndghB, 
ipnasU, ipnoghi. De meme, dans la 



Suisse romande, epena et epenat^e, sui- 
vant Bridel. 

Le mot n'existait pas en latin. M. De- 
vic fait remarquer que toutes les lan- 
gues romanes ne peuvent s*6tre enten- 
dues pour de'nommer cette plante d'a- 
pres un de ses caracteres qui n'a rien 
de frappant, a savoir deux ou quatre 
petites pointes Ipineuses placees a la 
surface du calice, d'autant plus que ces 
pointes manquent dans le grand epi- 
nard. 

Peut-etre suffirait-il de constater avec 
Mistral (v # espinarc) que P£pinard est 
une plante dont la graine est epineuse. 
Mais, en admettant que ipnoche', ipena- 
ch$, etc., ne deYivent pas en droite li- 
gne de spina, Pinfluence de ce mot sem- 
ble bien incontestable. 

Iq$, adv. (4T) : ici ; variantes : ql, 
ci, ci (4T); itU (4A,R); ichi, chB, ci 
(4A); tsi (6B); Use (3Sd) ; tchi (iBm, 
Ep); c'hS (3S'); intU (3S'). £l e* iqi 
(4T) [il est ici]; al 7 ichi (4 A) ; dl e 
tsi (6Ac); art Use (3Sd). 
IrtadGl*, sf. (5C) : hirondelle. 
Irto, f€m. irausd, adj. (iD) : heu- 
reux. 

Ire, sf. (3S*) : aversion, haine. Qe vu 
se maryd, san-$ itre enrossd, di tote li 
prendre en-n ire (3S') [celui qui veut 
se marier, sans faire un marche* de du- 
pes, doit toutes (toutes les filles d*au- 
jourd'hui) les prendce en aversion]. 

A 4 Tj, iri signifie colere. Safin' i-t 
in-n iri [sa femme est en colere]. 

Dans les dictionnaires fr. regents, ire 
est donne" comme mot poe"t. et vieux. 

II est inte>essant de constater que ce 
derive* du latin ird vit encore dans nos 
regions. Au xvf s. ire £tait fort em- 
ploye': « Chante d£esse Vire d'Achille. t 
Cf. Regnard: « Le vieillard me paraftun 
peu sujet a Vire. » (Folies Am., I, 7.) 

— , : nom d'une riviere. La Combe 
d'Ire. 

Irondal&, sf. (4 A) : hirondelle; iron- 
dm (6Ac,Gv) ; arandild (7Ja) ; iran- 
dSld (5C); irondiie (4AI ; 8B'm). Syn.: 
cub Ian. 



Digitized by LjOOQIC 



ISCA-IWA 



229 



f Iscariole, sf. (G) : escarole. 

W. V. is*. 

IserAbld, sm. (4T). V. iarAbld. 

IssA, pp. (8Bf) : fai issd [j'ai &£]. 

Istw6r£, sf. (4T,A) : histoire, r^cit 
de fairs r£els. 

btw6r6, sm. (4 A) : r£cit mensonger. 

La difference des genres et des sens 
indique*e entre istwiri et istwird n'est 
pas toujours observed. 

On peut expliquer le changement de 
genre comme pour le fr. grimoire (pour 
gramoire, variante dialectale de gram- 
maire). (Cf. H.D.T., v" grimoire.) Un 
istwird aurait e^ mis primitivement 
par ellipse, pour un hvre d'histoire, 
comme le vx. fr. un gramoire pour un 
livre de gramoire. Mais nous n'avons 
pas relev6 des traces de ce sens. II est 
plus probable qu'on a cru voir dans le 
mot issu de historia une finale masc, 
par analogie avec les mots masc. termi- 
ner par les suffixes (w)ir6, ird, de'riv^s 
de drium, Mum. A Thones, on dit un 
incritird, un encrier. Une diffSrencia- 
tion se'mantique suivit, comme il arrive 
souvent, la differentiation morpholo- 
gique. 

On peut comparer le fr. mimoire, 
masc. et tern, (avec des sens diflferents), 
issude memoria. II yades mots fr. ter- 
minus en oire sur le genre desquels la 
langue populaire a tilsite* ; par exemple 
un et une armoire. 

ItIS, adv. (4A,R) : ici; la. V. iq$. 

Item (a"J, forme du v. subst. (4R) ; 
j'^tais. Les autres formes seront don- 
nees dans la Grammaire. 

Itoul&, sf. (7J) : hibou. 

Itse, adv. (3Sd):ici. V. iq$. 

In, pp. (6Ac) : vu. Chlo fachu d'in- 
bara f in-n i Xu> f pwi-% u dire (6 Ac) 
= £16 fachu d'inbara, ^-din-n i vib, 
Kd'opwi dire (6B) [de ces faiseurs d'em- 
barras, combien j'en ai vus, je puis le 
dire]. 

— , exclam. (4AD) : hue ! 

— , adv. (4A) : ou ? lu va-ti [ou vas- 
tu?] 

— , adv. (4Ab): y, la. lu va-td Xbri /> 



— Nan, d'lu vri dman (4AD) [y vas-tu 
maintenant ? — Non, j*y irai demain]. 
Mais on dit : Va-^-u, ald-^-u. 

-— , pron. d£monstr. neutre, employe* 
comme compl. direct ou indirect (4AD): 
cela, a cela, y. D' lu sari bin [je le sau- 
rai bien]. Batti-mlu td [donne-moi 
tout cela]. Dlu pissi plVi [je n'y pense 
plus]. On trouve aussi tu a Rumilly. V. 
iet u. 

L7 tombe lorsque Ifw, pronom ou ad- 
verbe, est pr£c£de" de * : Pissd-^-u, pis- 
sd-^-u ; va-^-Uy ald-^-u. 

Ivft, sf. (7Jr) : ciboule, ^chalotte. 

Ivarn&, va. (4T) : nourrir pendant 
Thiver. Conjug. d'wirnd. 

— , vn. : passer Thrver. 

Ivarni6, sm. (aAj) : pore qui a hi- 
vern£ et qu'on ne tue que l'automne 
suivant. 

Iv6, sm. (4T,A) : hiver ; u>tfr (3S*). 

A la Sin-Vingan (22 Janvier), tdjhile 
u fin, atramin I'ivi si casse onnd din 
(4A) [a la Saint-Vincent, tout gele ou 
fend, autrement l'hiver se casse une 
dent]. 

Remarquer dans ivi la chute de r fi- 
nal . Cette lettre se prononce en fr. apres e 
dans les mots ou elle £tait jadis suivie 
d'une n actuellement disparue: hiber- 
num , hiver(n) ; infernum , enfer(n). 
(Sur l'amuissement de r, cf. l'etude de 
M. H. Anderssonn, dont nous avons 
rendu compte dans la Revue de Phil, 
fr., tome XIII, p. i5o. Cf. ibid, XIV, 
2* fascicule.) 

Iv6rnA, vn. (3S'). V. 6varnft. 

Iv66, sm. (4TC) : cytise des Alpes. 

Ivri, va. (6A,Gv*) : ouvrir. 

Ivronie, sm.(5A') : pivoine (plante). 
Ce nom est du sans doute a la compa- 
rison qu'on a faite de cette plante rou- 
ge avec la face d'un horn me ivre. 

Irwi, adv. (6Ac,B) : aujourd'hui. 

IwA, sm. (4Ab) : ceuf. S'emploie 
pour wa apres on-n et r, e'est-fc-dire 
que les consonnes n et I deviennent 
mouiltees : llwa, on-n Xwa. Au pluriel 
lo-j va, dou-j wa, tri-j wa, di bon-J wa 
(\ est remplace* par j). 



Digitized by LjOOQIC 



a3o 



IWE-IZRA 



Iw6, sm. (iB) : oiseau. V. iz6. 

fw6>6, sm. (4TJ) : oiseau. S'emploie 
au lieu de wi\i apres les articles le et 
on-n : L'iwi^i, on-n Xwi^i ; mais lou-z 
wi\i, dou-\ wi\6, ce qui revient a dire 
que, devant »£%i 9 I de Particle £lide* et n 
final de on prennent le son de / et n 
mouillls. 

Iz6, sm. ( 1 Ab,B',E,Em ; aJs ; 3Jt,Rp, 
T,S' ;4T; 5M1 ; 6Un) : oiseau; itf 
(3S'v) ; i K iX (2JJ) ; i*i (3Bm) ; itfl ( 7 Lb) ; 
iji (3Gp,S ; 4TI) ; iji (6B,Bv) ; ijwi 
(6Bq); ijd (5M,Mf; 6 As ; 7C ; 8Ma) ; 
i><* (iB) ; ^ (4A,Aa,Ab,Al,At,T,Tc) ; 
iji ( 4 F ; 6U) ; #* (5JVT) ; AM (2Sm) ; 
<?*5 (7J,Cm) ; #d ( 4 R ; 5 Bd ; 7 Ag ; 8B'a); 
ijd (4A'g; 5M'v) ; sr/d (4A'c) ; d;#(8B'm) ; 
6Uji(SA\) ; dUjel (8Bs) ; «^ (3Ca ; 7Ja); 
w^/(7M'); un u\el, dou-j ujd (7L); 
djd (5Ce; 6 Am); aXi (iBm); */*;<* 
(4TJ, d'apresM.GiLLiERON); on-n Xwisi, 
dou-\ wisi (4TJ) ; wa\i (7M). 

Termes enfantins : on \i\i (4T); 
on \i\i (G) ; on cuicui (6Ac) ; on pipi 
( 4 A). 

IzSla, sf. : alouette. (D'apres A. Des- 
pine : Recherches sur les Poisies en 
dialecte Savoyard, p. 1 63, qui donne 
ce mot (isellaj comme un terme cha- 
blaisien.) Nous l'indiquons a tit re de 
renseignement, ne I'ayant pu verifier. 



SMI est exact, on remarquera que, dans 
le Chablais, l'oiseau si cher aux vieux 
Gaulois est reste* l'oiseau par excellence. 
Itfld est en effet une forme fe*min. de 
itf, itfl, dont le correspondant fr. est 
oiselle (avicella). Ailleurs on dit al&e- 
t&, ou lirH. 

Ixi. V. iz6. 

Una, vn. (4T,Al,R,Rm') : hennir, 
braire; i\nd (4AD) ; innd (3Be; 4T); 
winnd et wa\nd ( 1 A). 

La tXivr* i C miuton fon brinnd | 
Liu snit&, I £ le ptXou ghvd drissi son 
nd I Fr i^nd [la chevre et le mouton 
font re*sonner leur sonnette, et le petit 
cheval dresse son nez pour hennir]. 
(Beard : Le Retour des Bergers a la 
Ferme.) 

Urabld, sm.(4T,A,Ae,Al; 5At) Ara- 
ble ; i^rdblXd (4A*g; 5 A') ; iqrdbttd 
(4Ab); i\irdble (6A,Am,B). Le bwe 
d'itrdbld lissi mori la vilXi u cdr6(*T) 
[le bois durable laisse mourir de froid 
la vieille femme au coin du feu] = L*i> 
irdble fd mori de frd sa mdre Vuvir 
(rhiver) 1 cdr (6Am). 

Ce mot qu'on trouve en Dauphine* 
sous la m£me forme i\erabld, en lyonn. 
isserdbld (au xin* s. aysserable), vient 
de acerarbor. (Cf. Darmesteter : Mots 
composis, p. 119.) 




Digitized by LjOOQIC 




£\p~\ir-\ir-\«/--\£r- 



QRAPHIE. — Les sons je, ji peuvent 4tre not^s ge, gi, la gutturale g n'ayant le son 
dor que devant a, o, u, w. 
Jh est la notation d'un son analogue au th doux anglais. 



J. Lettre de liaison employee pariois 
dans certaines locality (par exemple a 
4Tc ; 5Ca ; 6Ac,B) au lieu de s. 

Jacd, sm. (4T,A> : perroquet. 

Comme dans le fr. vulg., le patois a 
adopts ce nom d'homme derive* de Jac- 
ques pourd^signerleperroquet (cf. Mar- 
got ou Jaquette d^signant la pie). Dans 
le Morvan, Jaque s'applique au geai. 

Jacoton, npr. m. (4T,A) : dim. de 
Jacques. 

Jalosi, sf. (4T) : jalousie. 

Jam6, adv. (3S'; 4T,A,R; 6Ac,B) : 
jamais ; jhami (4T,A,Ab). 

Jan, npr. m. (4T, A; 6 A) : Jean ; Dlan 
(4A1,R ; 5C). A la Si-Jan (24 juin) 
drom' cTon flan; a la Si-CUmi (2 3 no- 
vembre) ronste lami (6A). A la Sin- 
DXan dromd don flan; a la Sin-CUmin 
ronfld lamin (5C) [a la Saint-Jean dors 
d'un flanc (d'une oreille) ; a la Saint- 
Ctement ronfle seulement]. 

Le sens de cet adage est le suivant : 
A la Saint-Jean, les gros travaux de la 
campagne sont presque tous terminus ; 
mais il reste encore de l'ouvrage; en 
novembre aucun travail pressant. 

Jan&, npr. f. (4T,A,R) : Jeanne ; DU- 
n& (5C) ;Jdn& (4Ab); Jani etJini (4A). 

Janvle, sm. (4T,A,Ab,R) : Janvier. 
Janpfi apwi sou gllafon, sou gran pin 



i Id le trinblamin, i-t on tin a" sorci, 
tan q'a la mi fivri (4T) [Janvier avec ses 
glacons, ses grands vents et tout le reste, 
est un temps de sorrier jusqu'au milieu 
de fevrier], 

f Jare, sm. oujere (de veau) (G) : jar- 
ret de veau. 

Jeu, sm. (6A) : oeil. V. ju. 

f Jaquemart, sm. Ce nom propre 
d£riv£de Jacques {jaqueme, forme dial.) 
et devenu nom commun, servaita d6- 
4 signer une figure de m6tal qui, dans les 
anciennes horloges placets a la partie 
superieure d'un Edifice, tenait un mar- 
teau a la main et frappait les heures 
sur la cloche de I'horloge. II est de- 
venu le sobriquet des habitants de Ta- 
ninges. Cf. A. Dessaix: Ligendes de la 
Haute-Savoie, p. 1 55. 

Dans le canton de Vaud, on donne ce 
nom a une statue d'homme arme* pla- 
ces sur les fontaines publiques. 
• • • 
JEUX. 

Sous cette rubrique, nous donnons 
les noms d'un certain nombre de jeux 
tres usit£s en Savoie. 

Beaucoup nous ont £te* indiqu£s par 
M. J. Terrier. 

ARIOTET. Pierre Gaud, cite" par Hum- 
bert, d£crit ainsi ce jeu d'enfants, qu'on 



Digitized by LjOOQ IC 



232 



JEUX 



appelle aussi quique, dans la Suisse 
romande: « On place, derriere un mor- 
ceau de tuile ou de pierre, de la mon- 
naie, des boutons ou des clous. On 
prend un palet que Ton tire contre un 
but pour savoir qui jouera le premier. 
Celui dont le palet est le plus pres du 
but fait une raie et lance de la son pa- 
let contre le morceau de tuile ou de 
pierre, afin d'amener l'enjeu le plus 
pres possible de son palet. Cbaque 
joueur en fait autant a tour de rdle. 
Une fois que le petit ou cochonnet est 
renverse*, chaque mise ou partie de mise 
Ichoit au palet qui s'en approche le 
plus. Si parhasard le palet dun joueur 
s'arrlte sur ou contre le petit, et le tou- 
che, on dit qu'il vougue ; c'est un mau- 
vais coup pour tousles joueurs, lesquels 
ne peuvent rien gagner tant qu'il n'a 
pas Ite* depougue, cest-a-dire tant que 
le petit n'a pas Ite* remul par un palet 
rejoue" de nouveau. » J hoi a la galind 
(4T). 

BATONNET (\z guiche dans ie Nord, le 
guillet en Bretagne) : baculo (4T,A) ; 
mdculd (4AI). V. ara. 

BILLES. A Annecy, les principales sor- 
tes debilles sont: r La bille ordinaire, 
en pierre noire vernie appelle gobille ; 
2* La bille en pierre blanche ornle de 
dessins en couleurs, appelle crista! le : 
elle vaut trois g^/V/ejlorsqu'elle est en 
bon e*tat, deux lorsque les dessins sont 
effaces; 3' La bille en verre ou en 
pierre fine, appelle agate: elle vaut plu- 
sieurs billes suivant sa beautl; 4* La 
cristalle a mdter : grosse bille en pierre 
blanche ornle de dessins ; elle est rem- 
placle parfois par une bille en mltal 
appelle biscaten. 

Chaque joueur a sa \ogne, c*est-a- 
dire une maniere particuliere de lancer 
sa bille ; il se sert pour cela de son bo- 
che, choisi parmi les meilleures cristal- 
les. S'il tire en faisant rouler sa bille, il 
fait la garoline ou la mirouline ; s'il 
ure trop mollement, il pimoche. 

Pour savoir dans quel ordre on doit 
jouer, on s'escarte. Chaque joueur fait 



rebondir sa bille contre un mux ou un 

arbre et Ton se place dans 1'ordre ou les 

billes sont retombees, en prenant Tenjcu 

comme but. On peut s'escarter pi usieurs 

I fois pour choisir une meilleure place, 

I a moins que le premier joueur n'ait.d it : 

1 point s' esc arte. 

Jeux dans lesquels on se sert de la 
bille: 

U crd [aux creux]. 

A in-n endionnd [a jeuner] (sojourner 
dans le creux). 

£-\ onU[f aux *%ognes]. 

U card [au carre* (triangle)] ; Tenjeu 
consiste en billes, boutons ou sous. 

A matd[k mater]: ce jeu se joue avec 
des billes ou avec des toupies (fiarga). 

A la grispille [a gaspiller, au pillage]. 

A la ri [a la raie]. 

A mourd ou a s'escarter. 

V. gobilie et chici. 

BOUCNON : dot a la galind (4A) ; jhol 
u bouchon (4AI). 

BOULES. Au jeu de boules, la boule 
plus petite qui sert de but (cochonnet) 
s'appelle f conchon (G), f bdche (G; 
4A,R). V. f b6cher et apwdntt. 

CACHE-CACHE ou Cligne-musette : dot 
a la td (4A) ; jkoi d la caghi. V. ca$h$ 
et d6che. 

CARTES (jeux de). V. carta. 

CERCEAU : carcl6 (4A). 

CHEVAL FONDU (ou saut de mouton) : 
seutd-meuton (4A). 

Les jeux dlrivls sont : 

Aux pas ; 

A lapaume empoisonnee; 

A saute pour poser mon mouchoir 
(ou Ton fait Tlperon et Tassiette). 

Tiens~toi bien t Les partenaires sont 
divislsendeux groupeslgaux. Les deux 
chefs de groupe, glnlralement les plus 
forts, tirent au sort pour savoir lequel 
commencera « dessus» ou « dessous > 
Le chef de ce dernier groupe va se pla- 
cer contre un mur ; ses camarades sarc- 
boutent contre lui a la suite les unsdes 
autres et forment ainsi une sorte de 
pont. Le chef de Pautre groupe s'llance 
en criant tin tS bin I [tiens-toi bien] et 



Digitized by LjOOQIC 



JEUX 



233 



d'un bond, en s'aidant des mains, il 
tombea cheval au bout du pont. Ses 
camarades suivent son exemple et tous 
restent a cheval sur ce pont improvise 
jusqu'a ce que le chef du groupe « des- 
sous », sur les instances des joueurs, 
annonce par le mot crisnelte qu'ils en 
ont assez. Mais si un des camarades du 
groupe « dessus » montre les dents en 
riant ou vient a glisser a terre, tout le 
groupe a son tour passe « dessous ». 
Ce jeu tres pe'nible, et vraiment dange- 
reux n'est plus guere en usage. 

Crk lemu>6!(4 A) — Un enfant se cou- 
che a plat ventre dans Fherbe et crie : 
cri le mwi t [faites croftre le tas]. Aus- 
sit6t ses camarades s'empilent sur lui, 
a droite, a gauche ou en travers, en 
formant une sorte de pyramide, jus- 
qu'a ce que cette pyramide s'£croule. 

COLIN . MAILLARD : colin-batd (4An' , 
Rm') ; bdrd <T ft ( 4A). 

CROIX OU PILE : dot u sou (4A) ; a titd 
u iStrd ou b figd (4A) ; a titd pild (4T, 
Al). 
CULBUTE. V. cup6ss&. 
ESCARPOLETTE (jouer a V) : s8 galanci, 
FOSSETTE :jhoi u crb (4T) [jouer a la 
fossette]. 

JONCHETS : dot (dohi) i buchl, i-$ al- 
mieti (4A). 

MAIN CHAUDE \jhoia la man chddd(/{Y, 
Al). 

MARELLE: ("signification, mirolS, ma- 
ro//(4T,A); mSroU (4AI). 

Ce jeus'appelle en frl. jeu du moulin, 
comme dans plusieursautres regions. A 
Geneve : jeu du feu, jouer au feu. Cf. 
Blavignac, Emprd, p. 384. 

2" signification, jeu du paradi (4T, 
Ab,Al) ; dot a la pXannd (4A). A Gene- 
ve : cli ; did (Go). 

MOUCHOIR (ou passe pour le diable). 
Les joueurs sont range's sur deux haies, 
laissant un passage au milieu, lis tien- 
nent a la main un mouchoir noue\ Un 
des joueurs, le prisonnier, passe entre 
les deux haies, en prononcant une des 
formulettes suivantes qu'il alterne de 
maniere a embrouiller ses partenaires : 



« Passi pi ttvd mon motXeu » [passe 
pour lever mon mouchoir]; <c Passe* p€ 
bissi mon motXeu » [passe pour baisser 
mon mouchoir]; et les joueurs levent 
ou baissent leurs mouchoirs suivant le 
commandement. « Passe* p8 sin PXir& » 
[passe pour saint PierraJ (ou tout autre 
saint ou sainte) : les mouchoirs doi- 
vent rester immobiles. « Passe* pST dXd- 
bl6 » [passe pour le diable] (ou tout 
4tre malfaisant) ; et les mouchoirs de 
s'abattre ferme sur le dos du prisonnier 
qui traverse les deux haies le plus rapi- 
dement possible. Si Tun des joueurs 
frappe a tortou n f obe*itpas au comman- 
dement, il remplace le prisonnier qui 
rentre dans les haies, sinon celui-ci re- 
commence le jeu. 

PAIR OU IMPAIR : par i non (4T). 

PIED DE BCEUF (jeu ou les enfants pla- 
cent une main au-dessus de celle d'un 
autre enfant, et ainsi de suite jusqu'a 
neuf) : rdne rdne (4A). 

POUSSETTE (jeu ou les enfants tachent 
de mettre deux £pingles en croix en 
les poussant Tune contre l'autre) : dot 
i-\ ipinglU (4A). 

QUATRE-COINS : dot (dohi) i cdtrd cdrd 
( 4 A). 

10\}?\l i/Xdrdd (4T) \fidrgd (4A,A1); 
qere (3S'). A Geneve, billiard et ronfle. 

VIRET (ou tontonj. On choisit une sur- 
face bien plane (table ou trottoir) et Ton 
trace une circonterence ou un carre* di- 
vis£ en plusieurs compartiments : sur 
Tun d'eux chaquef joueur depose sa 
mise. Puis Ton fait tourner sur cette 
surface un vir'i forme" d'un gros bouton 
en os, muni d'une allumette fix£e dans 
le trou du milieu. Le joueur sur lecom- 
partiment duquel s*arr£te le vir'i a ga- 
gne\ 

Autres jeux (4 A) : Ugran can ; u ptXou 
can ; a borXd Vcan ; a la td cachante, 
perchante et courante ; a tld ; aux cha- 
telets (avec des noix ou des marrons) ; 
aux e*tats muets, etc. 

Bartolivi. — A la veiltee, en filant, la 
premiere fileuse allume un morceau de 
ritd (chanvre) ou un cotret et le passe- 



Digitized by LjOOQIC 



2%4 



JEUX-JHAQ 



a sa voisine en lui disant : Bartoli vi 
[Berthollet vit]. Celle-ci le recoit en r6- 
pondant : / vi [il vit] et le passe a son 
tour a sa voisine, et ainsr de suite jus- 
qu'a ce que Tune d'elles le laisse 6tein- 
dre. Cette derniere est a l'amende ou 
doit d£poser uncage (4A). 

Ce jeu rappelle le souvenir de Ber- 
thollet, a qui Ton attribue dans notre 
pays Tinvention des allumettes. 

On l'appelle ailleurs Martin vit. Dans 
son Empro genevois, Blavignac men- 
tionne ce jeu sous le nom de Petit bon- 
homme vit encore. «En donnant la tor- 
ched son voisin, dit-il,on ne doit jamais 
oublier la formule : Martin vit ! vit-il 
toujours ? Toujours il vit ! » (a* e\i., 
p. 386). 

Dlagd. — Voici un jeu particulier, tres 
en vogue autrefois a Clermont, et con- 
nu sous le nom de dlagd. 

11 se jouait de la maniere suivante : 

Chaque joueur 6tait arme* d'un gros 
baton en forme de massueappele* diagd. 
Un des joueurs r£unissait tous les ba- 
tons sur ses mains tendues ; on y ajou- 
tait une pierre rondeappetee truie (mot 
qui rappelle le terme de cochonnet), et 
il jetait le tout en disant : D'alould ma 
truU p$ tdpii, bdton bard, bar/hi sard 
Lie jette ma truie pour tout pays, baton 
donnera, berger sera]. Le joueur dont 
le baton retombait le plus pres de la 
pierre devenait berger ; en cette qualite* 
il £tait charge* de garder !a truie au mi- 
lieu d'un cercle forme* par les autres 
joueurs. Ceux-ci, leur diagd k la main, 
la grosse extr6mit£ fich^e en terrc, dans 
un trou, attendaient le moment propice 
pour frapper la truie, afin de la fairesor- 
tir du cercle. Le berger tachait de Ty 
maintenir avec sa diagd. S'il y parvenait 
et r^ussissait a planter son baton dans 
le trou de son partenaire, avant que ce- 
lui-ci ait pu y replacer le sien, ce der- 
nier devenait berger a son touret l'au- 
tre le remplacait dans le cercle. Ce jeu 
^xigeait beaucoup d'adresse et d'agilite*. 

Dans un couplet de la chanson inti- 
tule Jeune Homme (deL. Terrier), on 



trouve ^numte plusieurs des jeux les 
plus employes a Annecy : Di n' vwtple 
m'amosd i gobilU p' U vi [je ne veux 
plus m'amuser aux billes par les che- 
mins]; DS n' vwi pl8, dUn 14 Fin, cori 
d la marddd [je ne veux plus, dans les 
Fins, courir $ la maraude] ; DB n vwi 
pIB t cmS io ptld, dot d la man chddd 
[je ne veux plus, comme les petits , 
jouer a la main chaude]; A la to, u 
gran can ; d* riarteurrirt pl4-\ i ni! 
[a la td, au grand camp ; je ne retour- 
nerai plus aux nids] ; Balyi mon bacu- 
16, ma ftarg* d mon ptlou frdri, lore 
qS d*s6 dUn la fanfdrd Ldonnez mon 
batonnet, ma toupie a mon petit frere, 
maintenant que je suis dans la fanfare]. 

Plus loin, le jeune homme qui n*a 
pas encore mis le pied dans un cafe* se 
propose de fumer la cigarette et de dot 
4 tard [jouer au tarot]. Ce dernier jeu 
est fort en honneur a Annecy. 

Voyez aussi les mots alou!a\ borl6, 
bufle, 6stracl&, grispilld (gribouillet- 
te), InA, p8c&-talon. 

Pour les formulettes les plus em- 
ployees, voyez emprd. 
• • • 

JM, adv. (4A,Ab,R) : d£ja. On em- 
ploie aussi d&jhd. 

JhacaliA, adj. (4Ab) : bigarre\ 

JhactA, sf. (4T,Aa,A'g): pie, pie-grie- 
che. 

Jham6, adv. (4T,A,Ab) : jamais. On 
dit aussi jami. 

Jhanb&, sf. (4R) et aussi chanbd: 
jambe; stanbd (6A,B) ; tsanbd (8B*m). 

Jhanne, sm. (3S') : tourteau de poires 
et de pommes dont on a fait du cidre. 

— , (2AJ) : marc (de raisin ou de 
fruits a cidre). Jhanne piqitd : marc 
qui a servi a faire de la piquette. 

JhapA. vn. (4T,A,Ag,R; 7J) : japper. 
japer(7h);\apdr (8Bf); d\apd (8B'); # 
\apd (6A). 

Jhdpid, sm. (aAj) : salamandre. 

JhapitoU, vn. (3S*) : babiller. V. 
chapitol&. 

Jh&qe, npr. m. (4R) : Jacques; Jdqi 
(4T) ; Jacoton (4T,A). 



Digitized by LjOOQIC 



JHAR-JHEN 



235 



Jharatire, sf. (4T,A,An',Rm') : jar- 
retiere. 

Jharbi, sm. (4Ab,Ae) : piece de bois 

percte a chaque bout d'un trou rond 

: dans lequel on fait entrer la barre sup6- 

I rieure des deux riddles ; elle sert, com- 

me les aideaux, a maintenir les ridelles. 

(BoissifeREappelle cette piece triseillc.) 

— , (4AS) : aire sur laquelle on bat le 
ble* avec lefllau. 
I — , (4T) : gerbier. 

Jharbon, sm. (4T,Ab ; 5A* et dans 
TAlbanais) : taupe. V. darbon. 

Jharbonire, sf. (4T,Ab) : taupiniere. 
i Jhardni, sm. (4T,A) : jardinier. 

( Jhardnire, sf. (4T,A) : jardiniere. 

— , (4A) : carabe dor^ (cole*optere). 
I JharSe, sm. (4T,A,R) : jarret. On 

jharie cT vid (4A) [un jarret de veau] ; 
t un jere ou jdre de veau (G). 

Jhariqe,sf. (4A): facility d'llocution. 
P* i'tre avoca, fou avi onnd bond jha- 
riqg [pour 6tre avocat, il faut avoir une 
bonne langue, la langue bien pendue]. 

Jharla, sf. (4Ab) : grand seau en 
bo\s;jhirld (4AI); fgerle. 

Jharmandri, sm. (4Ab) : german- 
dr6e ; jhirmandrd, sf. (5 At). 

Jhavera, adj. et sf. (3S') : femme 
bavarde. 

Jhavera, vn. (3S') : babiller sans 
cesse. 

Jhaviula, vn. (3S') : babiller d'une 
facon agacante. 

Jhe, pr. sujet de la 1" pers. (iD,Ep; 
aAj) : je. V. d&. 

Jh8, sm. (4T,Aa) : couloir a forte 
de'clivite* pour la descentedes bois. Syn. : 
ghdbld (4T); chdble (3S') ; I'e^e (6 A) et 
//Aa(4Al). 

— , sm. (2T) : joug. 

— , (2AJ) : jour. 

Jh6, sm. (iBm; 4T,A,Aj,Aq; 3R, 
Rr) : geai; ji frM'a); d\€t (8B'm);; \d'i 
(3Sd). On 1'appelle : jhniri (4AI); 
jhinM (5At; 6Bv); jhtn'ri (iDb,Bj; 
2Js; 4Ab,Av\A\A'g; Sk');K*nM (6Gv); 
\eneri (6Bv) ; jhiniri ( 1 Ep ; 3 Rr) ; \ni- 
ri (6Ac) ; \neri (6Am,Bq,U). 

£cutd Id jhi m'i (ou cm"i) rdlldn 



(4A) [Scoute comme lesgeais cajolent]. 

Bailly (Ornithologie de la Sapoie) 
donne au Garruius glandiporus, c'est- 
a-dire au Geai de Buffon, les appella- 
tions suivantes : U jdke \ l\dki, tf- 
niri, ga ; et il donne au Casse-noix de 
Buffon (Nucifraga caryocatactes) les 
suivantes : « geaide montagne, casse- 
noix, besacier. En Tarentaise : alognier; 
dans les Bauges : casse-alogne. » A 
Conflans on Tappelle alonii. 

Jhd, sf. (4A,Ab,R): personne; au pi. : 
gens; jhi (4AI); jhen (iT,D; 3B,S\ 
T ; 4 Aa) ; jhin ( 4 T,A) ; <<?n (4F) ; \i 
(6A); \din (6B) ; d\in (8M); dtfn's 
(7Lb). 2? na bond jhi (4AI) [c'est une 
bonne personne]. Qinti brdp&jhil (4AI) 
[quels braves gens !] / a d' jhi c[ vodrd 
nd ptd la moudd \ U ricolld q q'i n % on 
pd vdriia, I is q* trovro q'i na chusd 
cmoudd I Di mdyi V bin q' ld-% dtr' on 
gdnXb (4R) [il y a des gens qui vou- 
draient nous donner la mode de r£col- 
ter ce qu'ils n'ont pas seme\ et qui trou- 
veraient que c'est une chose commode 
de manger le bien que les autres ont 
gagne"]. 

Cwi 't-ou Via jhen ? (4Aa) [quelle est 
cette personne ?] Continti di c' q'al~\ 
on, librdvi jhin n' chirchdn jami ro- 
nXe b nXon (4A) [contents de ce qu'ils 
ont, les braves gens ne cherchent jamais 
chicane a personne]. V. jhin. 

Jh6c&, sf. (4A) : chemin£e (argot des 
ramoneurs). 

Jhejhe, sf. (4RV) : hottepourle trans- 
port du fumier. Dans l'AIbanais, f casse- 
cou. V. ben£ton. 

JhSlft, va. et vn. (4T,A) : geler ; \ild 
(6A). m 

-, sf. (4T,A) : getee ; tfld (6A). La 
getee blanche : blanjhild (4T,A) ; blan- 
\ild (6A). 

Jh61ie, sf. (5At) : ctematite; cage 
faite avec des rameaux de cle*matite. 

Jhelif, adj. (4 A) : deTautdu bois qui 
ressemble a une pierre fendue par la 
getee (gilif). 

Jhftlnftta, sf. (4AI) : g&inotte. 

Jh^na, sm. (4AI) : genou. 



Digitized by LjOOQIC 



236 



JHEN-JHIN 



Jhenepi, sm. (3C) : g6n£pi ; jhn4pi 
(4T,A ; 5 At) ; jn4pi{5\' ; 8 A). 

Jhenere-, sm. (5 At; 6Bv) : geai ; 
jh4n'r4 ( i Db,Bj; 2Js ; 4Ab, Av\ A', A'g ; 
SA');jh4n4r4 (iEp; 5Rr);jhn8r£(4\\). 

Le geai est ainsi appele* a cause de son 
plumage qui l'a fait comparer a un ge*- 
n<§ral. V. jhe. 

JhenSu, sm. (4T,R) : genou; jh4nw4 
( 4 A);;7^mf ( 4 A1). 

Jhenevri, sm. (3C) : gene*vrier. 

JhenGvrd, sm. (4A'g,Ab ; 7-Jr) : ge- 
nievre; jh&n4\pr6 (5A'; 7-Fr) \ jhnaipre 
(iEp); jhniprd (iDm; 4T,AI) ; jhn4- 
prd (5At). 

Jh$rba, sf. (4T) : gerbe \jh4rbd (4 A); 
d\4rbd (8B'm). 

Nous n'avons pas releve* l'usage |du 
verbe derive* correspondant, qu'on trou- 
ve employ^ dans un No'4l du xvif s., 
publiddanslafleyue sap., i()oi,p. 227: 
Or ay le tern au jamais non \ Que lefau 
jerbadu baton [m&\nxen&nic'est\e temps 
ou jamais ou il faut le battre du baton] 
= Idre 1 4 f tin u jhami nan \ Q'e r fou 
tarbald du bdton (4A). 

Jherne, sm. (3S') : dard (des abeil- 
les, gu£pes, serpents) ; jhirnd (4T,Aa). 

Jheta, vn. (2AJ) : essaimer. 

Jheu, sm. (3S') : joug ; partie du ra- 
teau ou sont planters les dents. 

— , sm. ( 1 Db ; 2 Aj) : jour. Su le de- 
pan jheu (2AJ) [a la pointe du jour]. 
Lat. diurnum. 

— , sf. (3S') : for£t. Dans les vieux ti- 
tres joux. Lat. jugum. 

Jh£u, sm. (4T,A) : hune d'une clo- 
che (grosse piece de bois terming par 
deux touriiions a laquelle une cloche 
est suspendue ; on dit aussi moutonou 
sommier au lieu de hune). 

JhevS, sf. (4Ab,Am) : espece de gar- 
de-manger en osier ou Ton place le lait. 
Ce mot correspond au lyonn. gepe, ca- 
ge, que mentionne Paradin, dans son 
Hist, de Lyon, 191 : « aucuns buy- 
dons, gepes ou cages a tenir poulailles ». 

Jhgd, sm. (4T) : sorte de grapin a 
trois dents recourses. 

— . (4AI) : beche. 



JhilS, sm. (iT; 4A) : gilet ; gr*I& 

( 4 T,A). 

Jhillon, sm.(4Al ; 5 At) : gui. 

Jhin, adv. de negation (iB* ; 3S* ; 
4T,A,Aa,Al,R). 

Des philologues £minents fparmi eux 
M. Gaston Paris) font venir du latin 
genus Tancien adv. de negation gens, 
giens (ges en provencal). Cette opinion 
semble erron£e. Le patois de Bonneval 
(7Lb) nous donne la preuve que ce mot 
vient de gentem. 

Dans beaucoup de locality des deux 
d£partements, on fait usage sous des- 
formes diflferentes du mot 'jhi (gent) au 
sing, etau pi., dans le sensde : une per- 
sonnel mais nous n'avons trouv^ qu'a 
Bessans et a Bonneval ce mot employ^ 
comme pronom inde*fini. Par exemple, 
« personne ne luien donnait », se dit a 
4T : Won ne li en balUpe (baliipe) ; a 
Bonneval et a Bessans. Dtfn's ne li in 
balUpdn. Leverbeest au pluriel comme 
son sujet dv'n's (Ys finale est la caracte- 
ristique du pluriel dans les hautes val- 
ines de FArve). 

Comme adv. de negation, le meme 
mot s'emploie au sing, a Bessans, com- 
me dans toute la Savoie. De riin-n 4 
d\in (7Lb,Lb')[je n'en ai point]; d'in-n 
4 jhin (4T,A) ; d'4-n 4 jhin (4A,Ab,Al, 
R); d'en-n 6 jhin (IS*). 

Cette negation n'est pas absolument 
synonyme de ne... pas, mais bien de 
ne .. aucun, aucune. On dit par exem- 
ple : d' 4-n 4 jhin [je n'en ai point, au- 
cun]; mais on ne dirait pas d' 1 4 (a" n'? 
4) jhin f4, pour signifier : je ne Tai pas 
fait. D* n' 4 jhin f4 = je n'ai rien fait. 

On trouve des formes voisines dans 
tous les dialectes limitrophes de la Sa- 
voie. En dauph. par exemple, on a gin 
(comme en lyonn.). A Lyon, pour refu- 
ser de donner ou de faire quelque cho- 
se, les enfants emploient la locution 
bizarre : gin, peau de lapin. 

Que Ton admette T£tymologie genus, 
ou gentem, proposed d£ja par Honnorat 
et par d'autres £tymologistes, jhin au- 
rait £te* tout d'abord un mot affirmatif; 



Digitized by LjOOQIC 



JHIN-JHUT 



337 



mais, a force d'etre accompagne* d'une 
negation, jhin aurait fini, comme plu- 
sieurs autres termes, par devenir n£ga- 
tif. Cf. f guire et rien. 

On a aussi propose 1 , mais a tort, Pane, 
fr. nient, ital. niente, de nec-hentem. 

Jhinba la fara ! (4T; : cri divertis- 
sement que poussentles jeunes gens as- 
sis surun trafneau ferre\ Le mot jhinbd 
n'existe plus a Th6nes en dehors de 
cette expression qui signifie : Joue des 
jambes, le trafneau ferre* est lance\ 

Jhindre, sm. (3S') : se dit du nou- 
veau mari£ qui vit dans la maison de 
son beau-pere. A I 8 marld a jhindre 
[il vit avec sa femme dans la maison de 
son beau-pere]. Cette expression impli- 
que une ide*e deTavorable au marte. 

Alpreu marXd a jhindre ci qi marie 
on fousi (3S*) [celui qui spouse un fu- 
sil (il s'agit ici des consents) est aussi a 
plaindre que le nouveau marie" qui vit 
chez ses beaux parents]. 

A 4A,Ab, on dit : ilri marld i boghi 
[elre mari£ en bouc], parce que, tandis 
qu'on conduit la vache au taureau, on 
mene le bouc a la chevre. 

Jhinga et jhingolyi, vn. (4AI) : sau- 
tiller, gambader. (V. Ritz : Ch. popu- 
lates, p. 72.) 

Jhd, pron. sujet de la 1 '* person ne, 
qui remplace de dans certaines phrases 
interrog. Q' si-jhd ? (4T,A) [que sais- 
je ?] Q' i-jh6fi? [qu'ai-je fait ?]. V. d8. 

Jhd, sm. (2 Js ; 4A, Ab,R) : jour. U si 
t&ld wi q' 12 jhb a" mi ndce* (4R) [je suis 
tel aujourd'hui que le jour de mes no- 
ces]. 

— , sm. (2 Aj ; 3S' ; 4T,Aa) : juchoir ; 
jhoc (7Jr); *oc (8Bf). £tre a jhb (4T, 
Aa); ighreajhoc (7Jr); isrea \oc (8Bf) 
[6tre juch£, perch£]. Ristd a jhb (2AJ) 
[6tre a quia]. Jhb a donn£ le d£riv£ s'a~ 
jhofi (4T) [jucher] ; a 8Bf, s'a*ocdr. 

Jhdend, sm. (4Ab) : marc de raisin ; 
jhdinnd (2Fc). 

— , sm. : jeune. 

— , adj. : jeune. V. jhwdnnd. 

Shot, va. et vn. (4T,Ab) : jouer ; dot 
(dohi)(4k);dwe"i(iB % ). 



Jhomaron, sm. (4T11?) : assocte pour 
le labour. 

Jhon (a), (4T) : a jeun. D' si oncb 
ajhon (4T) [je suis encore a jeun]. 

Jhonfanna, sf. (4Fm) : gentiane. 

Jhonna, vn. (4T) : jeuner; %onnd 
(6A). 

Jhonnd, sm. (4T,A) : action de jeu- 
ner ; %onnd (6A). 

Jhdnd, adj. (4T,A,Ab,Al,R) : jaune ; 
Kddnd (6B). 

Jhor, sm. (3S' ; 4T,A1) : jour. 

Jhorna, sf. (4T,A) : journ£e ; jhor- 
nd (2Js; 4A,Ab). PI. jhorni. 

Jhou, pr. sujet de la 1" pers. (3C) : 
je, moi. V. d8. 

Jh6u, sm. (4T,A,R) : joug (piece de 
bois pour atteler les bceufs). 

— , : hune d'une cloche. 

— , sf. ( 1 A) : foret. Dans les vieux ti- 
tres/owx(i684, iA). 

Jhduca, sf. (4A) : personne lente, pa- 
resseuse, sans Anergic 

Jhouclia, sf. (4Ab) : ross£e. 

Jhouclia, va. (4R) : rosser. En lyon- 
nais, jouclia (dauph. joucle) d^signe 
une courroie qui lie le joug aux bceufs. 
et aussi une courroie en glnlral. Jhou- 
cttd a du signifier primitivement : don- 
ner des coups avec une courroie, puis 
avec n'importe quel objet. 

Jhouli : nom qu'on donne aux bceufs 
a robe rousse(iD ; 4A1.R); doli (4Tg N ; 
f joli. D y si bin qi d' n'i qon ptlou 
domind, mi d' i dou